Version classiqueVersion mobile

Favoriser la réussite des étudiants

 | 
Carine Elbekri-Dinoird

Partie I : Innovations pédagogiques

4. De la teaching library* à la learning library* : la bibliothèque universitaire de Cassel

Adeline Rege

Texte intégral

  • 46 Pour une présentation historique de la formation des usagers en Allemagne, voir la communication de (...)
  • 47 Sauppe Eberhard, Müller Harmut, Westermann Rolf, Benutzerschulung in Hochschulbibliotheken : Ergebn (...)
  • 48 En allemand : deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).
  • 49 En allemand : Arbeitsgemeinschaft Informationskompetenz.
  • 50 LOTSE : < http://lotse.uni-muenster.de/ > (consulté le 6 mars 2009).

1Les prémices de la formation des usagers dans les bibliothèques universitaires allemandes remontent aux années soixante-dix46. Le mouvement de réforme qui touche alors l’Université allemande conduit les bibliothèques à ouvrir leurs magasins, offrant ainsi à leurs lecteurs un accès direct aux collections, et les incite à s’intéresser aux besoins en formation de leur public. en 1980, un rapport47 de la Fondation allemande pour la recherche48 préconise l’intégration de formation à la recherche documentaire dans l’enseignement universitaire et le renforcement de la qualification pédagogique des bibliothécaires. L’apparition de la documentation électronique dans les années quatre-vingt-dix conduit les bibliothèques à proposer des cours sous la forme de modes d’emploi d’outils documentaires. À la fin des années quatre-vingt-dix, une nouvelle approche est recommandée, fondée sur le concept du curriculum* américain. Elle tend, par un apprentissage créatif et orienté vers la recherche, à rendre l’étudiant autonome et acteur. Les premières initiatives naissent à Heidelberg et à Hambourg. Parallèlement se crée le groupe de travail sur la compétence documentaire49. Ce groupe, informel, fonctionne comme un réseau permettant aux bibliothécaires-formateurs d’échanger leurs méthodes, leurs cours et leurs outils. L’État fédéral finance de nombreux projets coopératifs dans le domaine de la recherche documentaire, et permet la création de tutoriels en ligne, tel que LOTSE50, piloté par la bibliothèque universitaire de Münster. Depuis quelques années l’arrivée de techniques et de connaissances documentaires de plus en plus complexes suscite un nombre important d’interrogations pédagogiques. La réflexion menée depuis 2001 par la bibliothèque universitaire de Cassel est particulièrement originale.

UN CONTEXTE FAVORABLE À L’INNOVATION PÉDAGOGIQUE

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L’UNIVERSITÉ

2L’université de Cassel, située dans le nord de la région Hesse, au centre de l’Allemagne, a été créée en 1972. Elle compte environ 16 000 étudiants. L’interdisciplinarité, l’innovation pédagogique, la confrontation avec les problèmes de société, l’ouverture à l’international y sont particulièrement encouragées. Ses cursus de psychologie et de sciences de l’éducation (formation des enseignants, des éducateurs, de travailleurs sociaux, etc.) sont très réputés.

  • 51 Bibliothèque de région (Land) et bibliothèque Murhard de la ville de Cassel (Universitätsbibliothek (...)
  • 52 En allemand : Bereichsbibliotheken.
  • 53 En allemand : Einschichtigkeit.
  • 54 Les bibliothèques d’université plus anciennes (comme celle de Göttingen) fonctionnent encore en maj (...)

3La bibliothèque universitaire51 est l’héritière de la bibliothèque fondée par les Landgraves de Hesse en 1580. Ses collections précieuses forment le cœur de la bibliothèque Murhard, confiées à la ville de Cassel au milieu du XIXe siècle et intégrées à la BU en 1976. En tant que bibliothèque de région, elle reçoit le dépôt légal imprimeur et éditeur, participe à la bibliographie hessoise et possède un département spécialisé sur la région. L’UB-LMB regroupe actuellement dix bibliothèques thématiques52 réparties sur six sites et fonctionne selon le système à « un niveau53 » caractéristique des bibliothèques des universités récentes : toutes les bibliothèques du campus sont intégrées à la bibliothèque universitaire54.

Portrait de la UB-LMB Kassel (statistiques 2007)

Nombre de volumes

1 800 606

Heures d’ouverture hebdomadaires

84

Inscrits actifs

57 333

Nombre de prêts

1 009 330

Personnel (nombre de postes)

109

Dépenses d’acquisitions

2 167 679 €

RÉNOVER LA FORMATION DES USAGERS

  • 55 En allemand : Bachelor-Master.
  • 56 En allemand : Medienkompetenz.
  • 57 En allemand : Informationsvermittlung.

4Jusqu’en 2001, la bibliothèque universitaire proposait des formations « classiques ». Dans chaque bibliothèque thématique, deux personnes étaient chargées d’assurer des visites hebdomadaires pour les étudiants volontaires. Consciente de l’importance d’adapter l’offre aux mutations de la documentation et de l’insuffisance des formations qu’elle organisait, la direction de la bibliothèque fit de la question de la formation à la recherche documentaire une de ses priorités. En parallèle, elle fut associée aux réflexions sur la mise en œuvre de la réforme Licence-Master55 qui place au cœur des cursus l’acquisition de « compétences-clés ». L’une d’elles est la compétence documentaire56 et relève de la bibliothèque. Le conservateur, responsable de la médiation de l’information57, fut chargé d’élaborer un projet pour assurer cette mission.

LA TEACHING LIBRARY : LE BIBLIOTHÉCAIRE-FORMATEUR

ACQUÉRIR LA COMPÉTENCE DOCUMENTAIRE

5Les personnes en charge des visites hebdomadaires de la bibliothèque formèrent un groupe de travail. Leur réflexion et les ateliers menés avec les enseignants portèrent sur les questions suivantes :

  • pourquoi les cours proposés attirent-ils si peu d’étudiants ?

  • comment faire comprendre aux étudiants la nécessité de maîtriser la recherche documentaire, dans les études comme dans la vie professionnelle ?

  • 58 En allemand : Seminar.

6Le groupe de travail proposa de s’appuyer sur le concept de teaching library reposant sur des cours de recherche documentaire. Chaque bibliothèque thématique développa sa propre offre, adaptée aux besoins documentaires des filières desservies. Le bibliothécaire prenait contact avec un enseignant, menait une enquête préalable auprès des étudiants et préparait un cours appliqué aux travaux dirigés58 de l’enseignant. La formation était différenciée selon les cursus. Ainsi, les historiens suivaient, durant leur premier semestre d’études, un programme obligatoire et complet, utilisant tous les types de ressources. Les étudiants de Master en construction de machines-outils travaillaient surtout sur les bases de données rassemblant l’information technique dans leur domaine.

UN BILAN MITIGÉ

  • 59 Les bibliothécaires constataient que les étudiants demandaient toujours leur aide sur des sujets po (...)
  • 60 De l’Institut für Wissenschafts-und Bildungsforschung de Bielefeld.

7Ces cours assurés par des bibliothécaires volontaires sans formation spécifique à la didactique, nécessitaient une préparation importante ainsi qu’une excellente connaissance des matières enseignées. en 2006, faisant le constat que la masse des cours était trop lourde à assurer et que les résultats n’étaient pas satisfaisants59, la bibliothèque entreprit de réfléchir à un nouveau dispositif. Elle fit appel au Professeur Wolff-Dietrich Webler60, spécialiste de la pédagogie de l’enseignement supérieur et organisa un atelier pour répondre à la question : comment former efficacement les étudiants sans surcharger le personnel ? Les bibliothécaires firent part de leurs difficultés à enseigner, à intéresser un groupe, et de leur sentiment de toujours oublier d’évoquer un élément important.

LA LEARNING LIBRARY : APPRENDRE À APPRENDRE

UN CHANGEMENT DE PARADIGME

8L’atelier porta sur les résultats de la recherche en sciences de l’éducation. Chacun apprenant différemment, l’enseignement doit être le plus personnalisé possible pour être efficace. La forme traditionnelle du cours, avec un formateur transmettant de manière uniforme son savoir à un public, n’est pas appropriée à la recherche documentaire ; les étudiants ont des besoins différents selon leur niveau d’études et l’offre documentaire est en perpétuel changement. La teaching library se transforma alors en une learning library. Ce nouveau concept repose sur un changement de paradigme : il ne s’agit plus d’apporter des contenus, qui se périment très rapidement et ne sont pas forcément utiles au moment où on les enseigne, mais de faire naître une attitude positive à l’égard de la documentation.

QUELLES COMPÉTENCES POUR LES ÉTUDIANTS ?

9Le but des formations n’est plus de maîtriser les arcanes de la recherche documentaire. Ce qui compte, c’est le comportement des étudiants qui doit être un mélange de curiosité et de doute. L’important est d’adopter la démarche suivante : « j’ai besoin de documentation, je vais à la bibliothèque, je peux faire des recherches moi-même ou demander des conseils aux bibliothécaires ». Savoir ce qu’est un OPAC n’a que peu d’intérêt, il sera peut-être remplacé par une nouvelle technologie dans quelques années et l’étudiant qui aura appris à l’utiliser risque de se trouver désemparé au moment où il aura le plus besoin d’information. Au lieu d’accumuler des connaissances, vite oubliées faute d’être pratiquées, les étudiants doivent apprendre à apprendre. L’objectif est qu’ils se sentent à l’aise dans la bibliothèque, qu’ils s’y comportent de manière autonome, avec curiosité et en ayant confiance en eux.

  • 61 En allemand : Wissenshungrig. Ce projet s’inspire des Idea Stores de Londres, qui regroupent une bi (...)

10Afin de susciter ce changement d’attitude avant même l’entrée à l’université, la bibliothèque a développé, à l’intention des lycéens, le projet « Affamé de savoir61 », en partenariat avec la bibliothèque municipale de Cassel.

DÉROULEMENT DES COURS

11Chaque bibliothèque thématique élabore une offre d’exercices adaptée aux besoins des différents cursus. Ils sont obligatoires dans certaines filières de Licence ou de Master. Ils peuvent commencer au premier semestre de la Licence ou seulement en Master. Certaines bibliothèques thématiques proposent trois niveaux de formation en fonction des diplômes : découverte de la bibliothèque, recherche documentaire simple, recherche spécialisée. Le contenu est préparé par les professionnels. À la bibliothèque Murhard, les participants doivent pendant une séance rechercher une monographie et un périodique, se rendre dans la salle de lecture et dans le département spécialisé sur la Hesse.

12La bibliothèque collabore avec les professeurs : chaque enseignant s’engage à venir au moins une fois avec ses étudiants durant une heure de cours. La séance de recherche documentaire ne s’ajoute pas à leur emploi du temps. Les groupes sont ainsi homogènes, les participants se connaissent, travaillent sur le même thème, avec les mêmes objectifs et les mêmes contraintes. Le travail en commun entre étudiants, bibliothécaires et enseignants est de ce fait facilité. Pour toucher les enseignants, la bibliothèque s’appuie sur les contacts existants entre les bibliothèques thématiques et les disciplines desservies, et elle présente son concept de learning library lors du séminaire annuel d’accueil des nouveaux professeurs à la conférence des doyens de l’université.

13Chaque séance dure quatre-vingt-dix minutes et comprend deux parties. Le bibliothécaire accueille les étudiants (jusqu’à 80 par séance), leur explique le déroulement de l’exercice et constitue des groupes de trois ou quatre personnes. Chaque groupe reçoit une liste d’exercices à effectuer en quarante-cinq minutes. Ils se mettent immédiatement au travail, s’organisent et travaillent en totale autonomie. Ensuite, chaque petit groupe présente aux autres le résultat de ses recherches ; la discussion et les questions s’organisent entre eux, ils interpellent rarement le bibliothécaire.

LE BIBLIOTHÉCAIRE MODÉRATEUR PLUTÔT QUE FORMATEUR

14Ce changement de paradigme a permis de résoudre le problème du manque de personnel et de surcharge de travail des équipes de la bibliothèque. Cette méthode nécessite moins d’investissement de la part des professionnels et permet même de proposer plus de cours. Le bibliothécaire n’enseigne plus, ne prépare pas d’exposé ; il explique simplement le déroulement de la séance. Il place d’emblée la réussite de l’exercice entre les mains des participants, il ne donne pas de « bonne » méthode mais laisse chacun trouver et utiliser la sienne. Lors de la restitution, il n’est pas dans la position du dépositaire d’un savoir à transmettre à un public censé ne pas savoir, il est le modérateur. Son rôle se limite à répartir les temps de parole, repérer les étudiants un peu « perdus », répondre aux questions nécessitant une réponse professionnelle et intervenir en cas d’erreur. La méthode demande un temps de préparation très court et aucune formation particulière. Le bibliothécaire est libéré de l’obligation illusoire de faire un cours exhaustif.

15Les étudiants sont ravis de ne pas suivre un enseignement classique, d’être actifs dès le début, de s’organiser et de se déplacer dans la bibliothèque à leur guise. Ils apprécient surtout qu’on leur fasse confiance. Ces exercices servent à provoquer un déclic. L’aide à la recherche concrète et précise a lieu dans un second temps ; l’étudiant pourra bénéficier d’une aide personnalisée au moment où il en aura besoin, par exemple lors de la rédaction du mémoire de fin d’études. Il lui suffira de prendre rendez-vous avec un bibliothécaire.

QUELQUES EXEMPLES D’EXERCICES62

DANS UNE BIBLIOTHÈQUE THÉMATIQUE

16La bibliothèque thématique « Sciences humaines et psychologie » propose des exercices en trois étapes avec des niveaux de difficulté croissants. La première étape est une découverte de la bibliothèque. L’encadré ci-dessous correspond à l’étape destinée à des étudiants déjà expérimentés.

ENCADRÉ 1. INITIATION À L’UTILISATION DES OUTILS DE RECHERCHE ÉLECTRONIQUES
Étape 3 : recherche documentaire dans des bases de données généralistes et spécialisées
FIS Bildung (Note du traducteur : base de données sur les sciences de l’éducation)
1. Effectuez une recherche dans la base de données ci-dessus. Quel est le moyen le plus court d’accéder à FIS Bildung ?
2. Recherchez la documentation parue ces cinq dernières années sur le thème : l’enseignement de l’anglais à l’école primaire
3. Combien de résultats obtenez-vous ?
4. Quels sont les types de documents affichés ?
5. Vos critères de recherche ressortent-ils (soulignés, en gras …) ?
6. Établissez une liste des résultats qui vous intéressent
7. Comment pouvez-vous savoir si les titres sont disponibles à la BU de Cassel ? Listez les différentes étapes.
8. Comment pouvez-vous vous procurer les titres qui ne sont pas disponibles à Cassel ?
9. Quels avantages présente cette base de données pour vos recherches ?

À LA BIBLIOTHÈQUE MURHARD

17En raison de sa vocation encyclopédique, les séances proposées par la bibliothèque Murhard ne sont pas centrées sur un domaine spécifique. L’équipe travaille actuellement à une refonte des exercices. Les énoncés sont dorénavant « Recherchez dans votre discipline une monographie qui a moins de deux ans » ou « Recherchez s’il existe une base de données sur votre thème, effectuez une recherche dans cette base et présentez vos résultats ». Les premiers cours sur ce modèle ont eu lieu en mai 2008.

ENCADRÉ 2. BIBLIOTHÈQUE MURHARD : CENTRE DE FORMATION À LA MAÎTRISE DE L’INFORMATION EXERCICES (GROUPE B)
▪ Recherchez le titre suivant, notez sa cote et son numéro d’inventaire et trouvez le livre en rayon.
Linke, Sandra:
Wie zufrieden sind Hochbegabte?: Glück - Lebensqualität - Wohlbefinden Marburg, 2006
Cote numéro d’inventaire
▪ Recherchez le livre suivant, notez sa cote et son numéro d’inventaire.
Jean Favier :
Dictionnaire de la France médiévale. Paris : Fayard, 1993
Cote numéro d’inventaire
Combien de temps pouvez-vous emprunter ce livre ?
▪ Allez dans la salle de lecture et trouvez deux titres de livres sur le thème des contes, notez leur cote et leur numéro d’inventaire.
Cote numéro d’inventaire
Cote numéro d’inventaire
▪ La BU possède aussi des films. Cherchez une adaptation cinématographique d’un roman de Hermann Hesse.
Comment cherchez-vous des films dans l’OPAC ?
Comment ces documents sont-ils cotés ?
Dans quelle bibliothèque thématique trouverez-vous les films ?

18Il est encore tôt pour mesurer les résultats du nouveau dispositif, mis en place depuis 2007. Lors des évaluations, les étudiants apprécient d’avoir pu être acteurs, disent se sentir bien dans la bibliothèque où ils ont envie de revenir. Les bibliothécaires souhaitent poursuivre et développer ce concept. Les pistes pour l’avenir sont la réalisation d’une évaluation qualitative et l’élargissement du projet « Affamé de savoir » en direction des écoles primaires.

19Cette expérience suscite un grand intérêt car toutes les bibliothèques ont à résoudre la quadrature du cercle : comment faire face au besoin croissant d’information et de compétence documentaire avec des moyens en personnel limités ? Susanne Rockenbach, conservatrice responsable de la médiation de l’information, donne de nombreuses conférences en Allemagne et en Suisse afin de témoigner de son expérience et d’éveiller curiosité et doute chez ses collègues.

Notes

46 Pour une présentation historique de la formation des usagers en Allemagne, voir la communication de Benno Homann au congrès de l’IFLA de 2001, « Difficultés et nouvelles approches de la formation de l’usager en Allemagne ». [En ligne] < http://www.ifla.org/IV/ifla67/papers/072-126f.pdf > (consulté le 5 février 2009).

47 Sauppe Eberhard, Müller Harmut, Westermann Rolf, Benutzerschulung in Hochschulbibliotheken : Ergebnisse einer von der deutschen Forschungsgemeinschaft* geförderten Grundlagenuntersuchung. München, Saur, 1980.

48 En allemand : deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).

49 En allemand : Arbeitsgemeinschaft Informationskompetenz.

50 LOTSE : < http://lotse.uni-muenster.de/ > (consulté le 6 mars 2009).

51 Bibliothèque de région (Land) et bibliothèque Murhard de la ville de Cassel (Universitätsbibliothek Kassel – Landesbibliothek und Murhardsche Bibliothek der Stadt Kassel) (UB-LMB).
Pour plus d’informations, se reporter au site de la UB-LMB Kassel : < http://www.uni-kassel.de/bib/ > (consulté le 5 février 2009).

52 En allemand : Bereichsbibliotheken.

53 En allemand : Einschichtigkeit.

54 Les bibliothèques d’université plus anciennes (comme celle de Göttingen) fonctionnent encore en majorité selon un système à deux niveaux (en allemand, Zweischichtigkeit). En plus de la BU, il existe des bibliothèques de composantes ou d’instituts qui ne dépendent pas de la BU mais des départements universitaires (personnel, budget…). Des accords de coopération au niveau de la politique documentaire peuvent ou non être conclus entre la BU et ces bibliothèques, selon le contexte et l’histoire de chaque université.

55 En allemand : Bachelor-Master.

56 En allemand : Medienkompetenz.

57 En allemand : Informationsvermittlung.

58 En allemand : Seminar.

59 Les bibliothécaires constataient que les étudiants demandaient toujours leur aide sur des sujets pourtant étudiés en cours peu de temps auparavant.

60 De l’Institut für Wissenschafts-und Bildungsforschung de Bielefeld.

61 En allemand : Wissenshungrig. Ce projet s’inspire des Idea Stores de Londres, qui regroupent une bibliothèque publique et un centre de formation pour le grand public et dont le travail repose sur une coopération étroite entre plusieurs partenaires. Après un stage à Londres en 2003, Susanne Rockenbach s’est inspirée de ce concept pour mettre en place le partenariat avec la bibliothèque municipale de Cassel. Une initiation à la recherche documentaire est dispensée aux lycéens à la bibliothèque municipale en appliquant les mêmes principes pédagogiques qu’à la bibliothèque universitaire.

62 Ces fiches d’exercices nous ont été aimablement communiquées par Susanne Rockenbach.

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search