Version classiqueVersion mobile

Favoriser la réussite des étudiants

 | 
Carine Elbekri-Dinoird

Partie I : Innovations pédagogiques

3. Les processus de certification C2I

Yves Goubatian et Françoise Dailland

Texte intégral

LE PROCESSUS DE CERTIFICATION C2I NIVEAU 1 À L'UFR SCIENCES DE L'UNIVERSITÉ PARIS 11

1Par Yves Goubatian

2L’offre de formation à la bibliothèque section sciences de l’université Paris 11 s’inscrit dans un dispositif conforme aux statuts des services communs de la documentation : « former les utilisateurs à un emploi aussi large que possible des techniques nouvelles d’accès à l’information scientifique et technique », et privilégie les associations avec des enseignements disciplinaires existants. Ces formations comportent de 6 à 25 heures d’intervention pour le niveau licence. La durée est un facteur déterminant d’efficacité qui favorise la prise en compte dans les cursus. En 2007/2008, près de 900 étudiants du campus d’Orsay ont bénéficié d’une formation à l’information. Parmi ceux-ci, près de 200 ont suivi l’unité d’enseignement (UE) au Certificat Informatique et Internet (C2i®). Le C2i, créé en 2002, peut être défini comme une attestation de compétences dans la maîtrise des technologies de l’information et de la communication.

DE LA FORMATION DES UTILISATEURS AU C2I®

3À Orsay jusqu’en 2006, les formations à l’information scientifique et technique, bien qu’adaptées dans différents dispositifs, n’avaient pas de liens avec les enseignements des technologies de l'information et de la communication (TIC). Or la création du C2i a provoqué une synergie entre apprentissage des TIC et formation à l’information.

  • 16 Bulletin Officiel de l’Éducation n° 19 du 9 mai 2002.

4La circulaire ministérielle n° 2002-106 du 30 avril 200216, acte fondateur du C2i, et en particulier le référentiel national de compétences qui l’accompagne, en ont tracé les contours. Ce référentiel est composé d’une partie générale et transversale, dite référentiel A, qui recouvre la prise en compte de l’évolutivité des TIC (A1), ainsi que tous les aspects déontologiques et éthiques de l’informatique et de l’Internet, notamment la connaissance des principales normes internationales, le respect des droits de la propriété littéraire et artistique, ainsi que l’évaluation critique des sources d’information (A2). La partie B, dite référentiel B, recouvre un ensemble de savoir-faire spécifiques et instrumentaux, définis au travers des sept domaines de compétences ci-dessous :

  • B1 : s‘approprier son environnement de travail ;

  • B2 : rechercher l’information ;

  • B3 : sauvegarder, sécuriser, archiver ses données en local et en réseau ;

  • B4 : réaliser des documents destinés à être imprimés ;

  • B5 : réaliser la présentation de ses travaux en présentiel et en ligne ;

  • B6 : échanger et communiquer à distance ;

  • B7 : mener des projets en travail collaboratif à distance.

5Une lecture attentive de la circulaire indique que le processus de certification doit associer, autant que possible, référentiel général et référentiel spécifique. Ainsi pour la compétence B2, qui intéresse plus particulièrement les bibliothécaires, le processus doit associer travail de recherche (choix des outils documentaires, formalisation des requêtes), et sélection des informations récupérées (à travers un processus d’évaluation critique, et ce, dans le strict respect des droits de la propriété littéraire et artistique). Nous reviendrons sur cet aspect du processus en montrant plus loin ce qui a été mis en place à Orsay dans le cadre des enseignements et des épreuves de certification pour atteindre cet objectif. Il s’agit d’une opportunité de renouvellement des contenus et des pratiques dans lesquelles sont engagés enseignants et bibliothécaires. Ces formations, par leur durée et leurs contenus, sont encore très disparates d’une université à l’autre. Ce témoignage présente des orientations et des pistes de formations qui pourront être utiles aux bibliothécaires de l’enseignement supérieur dans leur ensemble.

LA FORMATION À L’INFORMATION : UNE ÉTAPE ESSENTIELLE DU C2I NIVEAU 1

6Fin 2005, le chargé de mission C2i de l’université avait engagé, au sein des commissions pédagogiques des composantes, une série de présentations, propositions et consultations sur les contenus des futures formations C2i. La participation de bibliothécaires à la commission pédagogique de l’UFR sciences a été déterminante car elle a permis de proposer des contenus pour alimenter un programme. Certains enseignants n’avaient pas une idée précise de ce qui constituait les compétences informationnelles. Pour les illustrer, ont été décrites les lacunes, confusions en recherche et évaluation de l’information observées chez la majorité des étudiants, et plus particulièrement parmi les primo-entrants.

7Un premier programme de formation au C2i, limité à 25 heures de cours, a été expérimenté, avec des effectifs étudiants réduits, dans le but d’évaluer sa pertinence. L’enseignement de certaines compétences du référentiel national a été complété par d’autres UE existantes en informatique et en méthodologie du travail universitaire. Mais le niveau des étudiants provenant d’enseignements aux objectifs initiaux si différents restait disparate et les résultats n’étaient pas très satisfaisants. La durée de la formation, bien qu’insuffisante pour couvrir l’ensemble des compétences a toutefois créé une dynamique de groupe précieuse sur le plan pédagogique. Aussi pour se donner les moyens de réussir, fut finalement mis en place en 2006-2007 un enseignement entièrement dédié au C2i, sur 50 heures, et articulé en deux UE. Ce découpage permettait aux étudiants d’étaler l’apprentissage du C2i sur deux semestres, dans la mesure où les épreuves de certification étaient également scindées en deux parties. Les étudiants qui ne pouvaient ou ne souhaitaient pas participer aux deux UE pendant le même semestre étaient invités à les enchaîner sur deux semestres consécutifs. En cas d’échec partiel, les compétences acquises (c’est-à-dire celles pour lesquelles l’étudiant avait obtenu la moyenne) pouvaient être conservées pendant trois ans, soit la durée de la licence, et les compétences non acquises repassées en candidat libre l’année suivante.

8Cette organisation souple, qui a fait ses preuves, est toujours d’actualité. L’une des deux UE intitulée « Formation C2i niveau 1 : utilisation de l’ordinateur et bureautique » (UE Meth190) concerne les compétences B1, B3 et B4 (la compétence B4, très étendue, est dédoublée en B4 traitement de texte et B4 tableur) : l’usage courant de l’ordinateur et des systèmes d’exploitation, la sauvegarde des données numériques, et la maîtrise de premier niveau des logiciels bureautiques.

9La seconde UE, intitulée « Formation C2i niveau 1 : Internet, communication et documentation », porte sur les compétences B2, B5, B6 et B7 : la recherche d’information, la présentation assistée par ordinateur, la création de pages Web (éditeur HTML et Wiki*), ainsi que les moyens de communication et le travail collaboratif à distance. Les cours en présentiel de formation à l’information représentent 6 heures, auxquels il convient d’ajouter le suivi des étudiants à distance pour toutes les activités demandées (cf. p. 36).

10Les compétences A1 et A2, savoirs théoriques, sont incluses dans les consignes des activités demandées aux étudiants pendant et en dehors des séances de cours, ce qui favorise leur compréhension par une pédagogie plus active.

11Le C2i étant délivré par chaque université en conformité avec le référentiel national, les formateurs de l’université ont développé pour chaque compétence une liste d’items détaillés permettant une évaluation plus fine et homogène. La grille d'items est réalisée par les représentants des équipes pédagogiques (bibliothécaires et enseignants) et fait l’objet d’une mise à jour annuelle afin de suivre l’évolution des technologies. Les encadrés 1 et 2 présentent les parties relatives aux compétences du référentiel A2 et B2.

LA FORMATION AU C2I NIVEAU 1 : UNE PÉDAGOGIE INNOVANTE

  • 17 Romainville Marc. Esquisse d’une didactique universitaire. Revue francophone de gestion, 2004, p. 5 (...)

12La didactique des formations universitaires n’est pas une préoccupation très ancienne17, mais le caractère transversal du C2i a conduit enseignants scientifiques et bibliothécaires d’Orsay à s’y intéresser de manière concomitante. Ainsi, l’enseignement s’est résolument tourné vers les méthodes actives, qui conviennent parfaitement au C2i puisqu’elles cherchent à développer des savoirs mobilisables, en d’autres termes des savoir-faire.

  • 18 Arnaud Michel (dir.), Perriault Jacques (préf.). Pédagogie en ligne : méthodes et outils. Paris, Ed (...)
  • 19 Dokeos : La suite e-learning open source. [En ligne] < http://www.dokeos.com/fr (consulté le 3 sep (...)

13Les enseignants ont proposé des outils pédagogiques de formation ouverte et à distance18 : plate-forme de formation en ligne, logiciel interactif d’exercices et de questionnaires à choix multiples (QCM) et Wiki. La plate-forme est largement utilisée pour les cours en présentiel et à distance. Construite à partir du logiciel libre Dokeos19, elle est accessible à tous les étudiants et au personnel avec procédure d’identification préalable. Chaque étudiant bénéficie en parallèle d’un compte de messagerie (Webmail) fourni par l’université. La plate-forme permet de créer des espaces spécifiques à chaque UE appelés « cours » ; pour lesquels l’inscription est parfois ouverte à tous ou bien gérée directement par les responsables. Chaque « cours » dispose de nombreuses fonctionnalités : dépôts de fichiers (supports de cours notamment), constitution de répertoires de liens utiles, espaces spécifiques aux groupes, espaces de dépôts, agenda, annonces ciblées, forums de discussion, modules de réalisation d’enquêtes, pour ne citer que les plus importantes. C’est à la fois un outil de diffusion de l’information pédagogique et de participation des étudiants.

  • 20 Compétence A1-3 : travailler dans un esprit d’ouverture et d’adaptabilité (adaptabilité aux différe (...)

14Le « cours » C2i Faculté des Sciences rassemble les documents et les applications des deux UE. On y trouve les informations fournies aux étudiants lors des séances de présentation collectives au début de chaque semestre, notamment les objectifs du C2i, les règles et procédures d’examen, les modalités de contrôle des connaissances, ainsi que l’agenda des séances. L’ensemble des supports de cours et d’activités est accessible en ligne et différents forums animés par des enseignants permettent de poursuivre la formation à travers ce que l’on pourrait appeler un apprentissage collaboratif à distance. Le C2i aborde des questions de société comme les mouvements en faveur des logiciels libres, la problématique des formats ouverts ou le téléchargement illégal. Ces questions sont traitées lors des séquences d’activités relatives aux compétences A1-3, A1-4 et A2-120.

15Aucune connaissance préalable n’est requise pour s’inscrire aux UE du C2i, mais des tests de positionnement sont proposés par le biais d’un outil en ligne : le logiciel d’exercices interactifs Wims. Ce logiciel permet de mettre en place des tests et des QCM utiles, notamment en début de formation. La progression est facilitée par la détermination des points forts et points faibles de chacun.

  • 21 Delacroix Jérôme. Les Wikis : espaces de l’intelligence collective. Paris, M2 Éd., 2005. 202 p.
  • 22 Raynal Françoise, Rieuner Alain et al. Pédagogie : dictionnaire des concepts clés : apprentissages, (...)

16Le dernier outil utilisé est un Wiki21, intitulé « Wiki C2i », développé à partir du logiciel libre MediaWiki. Il est accessible par tous les étudiants et par le personnel de l’université après identification. Il permet à chacun de contribuer à l’élaboration d’une ressource mise à la disposition de tous, il est adapté aux activités pédagogiques des compétences A2, B2, B5 et B7, et se prête bien à la pédagogie de projet22*. Les responsables pédagogiques peuvent protéger le contenu des pages comprenant des informations sensibles (modalités d’évaluation, consignes de travail, etc.).

  • 23 À titre d’exemples, dans le domaine scientifique : La classification phylogénétique du vivant : pri (...)

17Dès le début des cours, des équipes composées de trois étudiants doivent choisir un sujet de recherche d’information23 au sein d’une liste très étendue déposée sur le Wiki.

  • 24 Denecker Claire. Les compétences documentaires : des processus mentaux à l’utilisation de l’informa (...)

18Chaque étudiant doit créer une page utilisateur pour se présenter à la communauté et les équipes sont invitées à rédiger durant le semestre un article de Wiki avec un plan général imposé, de manière à structurer leur approche de la recherche d’information. Le déroulement de la formation pour la partie B2 enchaîne mises en situation, résolution des problèmes, démonstration d’outils et activités autonomes. Ce dispositif permet aux étudiants de mieux assimiler le parcours méthodologique de la recherche d’information24 et d’obtenir des références bibliographiques pertinentes à publier sur le Wiki. Hormis quelques passages théoriques, ce schéma didactique est repris pour chaque élément du cours B2, en utilisant un éventail d’outils de recherche allant du dictionnaire scientifique en ligne au moteur de recherche, en passant bien entendu par les catalogues de bibliothèques et les bases de données d’articles de presse particulièrement précieuses pour certains sujets. Demander aux étudiants de chercher des sources d’information variées permet de leur apprendre à bien distinguer les outils et à recouper leurs informations, première étape d’une évaluation comparée et critique de leur degré de fiabilité.

19Au fur et à mesure de l’avancement dans la rédaction des articles, les bibliothécaires communiquent à distance avec les étudiants et les réorientent via l’onglet discussion qui accompagne tout article de Wiki. Leur rôle est d’apporter des conseils méthodologiques en rapport direct avec les situations de travail observées, et de rappeler, si besoin, les critères d’évaluation. L’outil Wiki permet la mise en œuvre d’une pédagogie des situations-problèmes très profitable aux étudiants. L’utilisation des pages de discussion pour communiquer sur leur travail est, elle aussi, privilégiée. Ce fonctionnement est pris en compte dans le contrôle continu de l’UE Meth192 et pour une part dans les épreuves pratiques de certification. L’historique associé à chaque article permet in fine d’évaluer la nature et la quantité des contributions de chacun et d’attribuer des notes. L’encadré 3 présente quelques éléments des modalités d’évaluation A2 et B2 sur « Wiki C2i ».

BILAN ET PERSPECTIVES APRÈS DEUX ANNÉES UNIVERSITAIRES

  • 25 Coulon Alain. Le métier d’étudiant : l’entrée dans la vie universitaire [2e éd.]. Paris, Économica  (...)

20Après deux années de partenariat bibliothécaires-enseignants, le bilan de la formation à l’information dans les enseignements C2i est encourageant. Dans le cadre du plan pluriannuel pour la réussite en Licence, la généralisation des formations C2i est prévue à l’UFR sciences. Dans cette perspective, le nombre d’étudiants passerait d’environ 200, qui choisissent l’option en L1 ou L2, à environ 700 non volontaires en L1 et donc pas toujours aussi motivés. L’enjeu mérite cependant d’étendre le dispositif à de nouveaux publics25. Loin d’écarter les étudiants de la bibliothèque, le C2i concourt à leur faire découvrir une partie de ses ressources et à leur apprendre à les utiliser de façon efficace. La fréquentation de la BU sciences et de son site Web ont augmenté depuis la mise en place du C2i.

21Le développement de l’évaluation critique des sources d’informations, et notamment des sites Web, doit retenir toute notre attention. Beaucoup trop d’étudiants considèrent avec naïveté l’information en ligne. Ce type de perception simpliste est souvent de nature à décourager les formateurs qui se sont efforcés d’illustrer en cours les conflits d’intérêt possibles et de mettre en garde contre les tours et détours de la communication d’entreprise. Les exemples d’incompréhension des critères de fiabilité de l’information ne manquent pas. C’est pourquoi il faut tout mettre en œuvre pour permettre aux étudiants de mobiliser vraiment leur capacité d’analyse critique, notamment à travers une mise en débat prolongée tout au long de la formation.

  • 26 Pour l’année universitaire 2008-2009, susceptibles d’être modifiés.

ENCADRÉ 1. ITEMS DÉTAILLÉS26 DU RÉFÉRENTIEL A2 À L'UNIVERSITÉ PARIS 11

A2 : Intégrer la dimension éthique et le respect de la déontologie (épreuves théoriques uniquement)

Référentiel national

Détail des items à l'ufr Sciences

Épreuve théorique

Épreuve pratique

A2-1 : Respecter les droits fondamentaux, les normes internationales et les lois qui en découlent.

Connaître et respecter les grands principes du droit d'auteur et des droits voisins.
Connaître et respecter les grands principes des lois relatives à l'informatique et aux libertés.
Comprendre et respecter la législation concernant le caractère délictueux de la diffusion de certaines informations (racistes, pédophiles, pornographiques, diffamatoires …).

2 questions

A2-5 : Faire preuve d'esprit critique et être capable d'argumenter sur la validité des sources d'informations.

Savoir évaluer une information, un document, un site Internet (cf. EP B2-3-3).

1 question

A2-6 : Mettre en œuvre des règles de bons comportements, de politesse et de civilité.

Comprendre et respecter les règles relatives à la protection de la vie privée et notamment du droit à l'image d'autrui.

1 question

A2-7 : Comprendre et s’approprier des chartes de comportement.

Connaître et respecter les règles d’utilisation des ressources informatiques de l'université et des bibliothèques de l'université.

  • 27 Pour l’année universitaire 2008-2009.

ENCADRÉ 2. ITEMS DÉTAILLÉS27 DU RÉFÉRENTIEL B2 À L'UNIVERSITÉ PARIS 11

  • 28 Les items en gras sont testés obligatoirement et représentent 12 points sur 20 dans la note de l'ép (...)

B2 : Rechercher l'information (épreuves théoriques + épreuves pratiques)

Référentiel national

Codes items

Détail des items à l’université Paris 11

Épreuve théorique

Épreuve pratique

B2-1 : Distinguer les différents types d'outils de recherche.

B2-1-1

Choisir l'outil de recherche adapté, en fonction du type de document recherché (article de revues, livre, définition, image, pages Web, billet de blog, etc.).

1 ou 2 questions

2

B2-1-2

Choisir l'outil de recherche adapté, en fonction de la démarche de recherche (accès direct au texte intégral, identification d'un document, localisation d'un document, etc.).

2

B2-1-3

Connaître les principaux types d'accès à l'information (accès ouvert, accès contrôlé), les procédures d’identification, ainsi que la notion de Web invisible.

2

B2-2 : Formaliser des requêtes de recherche.

B2-2-1

Utiliser de façon adéquate les fonctions avancées des catalogues de bibliothèques ou des bases de données bibliographiques : identifier et exploiter les divers champs, filtres et limitations de recherche.28

2 questions

3

B2-2-2

Utiliser de façon adéquate les fonctions avancées des moteurs et métamoteurs de recherche en ligne (identifier et exploiter les divers champs, filtres et limitations de recherche).

3

B2-2-3

Utiliser de façon adéquate les fonctions principales des répertoires ou annuaires (identifier les relations hiérarchiques et naviguer dans une arborescence).

3

B2-3 : Récupérer et savoir utiliser les informations obtenues.

B2-3-1

Citer et utiliser correctement ses sources (références de documents textes, images, etc.). Se prévenir du plagiat.

1 ou 2 questions

3

B2-3-2

Sélectionner l’information pertinente après évaluation (connaître les principaux critères d'évaluation).

3

B2-3-3

Repérer les informations essentielles à l'identification et à la localisation d'un document (auteur, titre, date de publication, bibliothèque, cote, URL, etc.).

2

B2-3-4

Sauvegarder et télécharger ses résultats (enregistrer les données sélectionnées correctement dans un espace personnel).

2

  • 29 Pour l’année universitaire 2008-2009.

ENCADRÉ 3. QUELQUES ÉLÉMENTS DU BARÈME DÉTAILLÉ29 D'ÉVALUATION DU CONTRÔLE CONTINU B2 À L'UFR SCIENCES DE L'UNIVERSITÉ PARIS 11

Section travail sur Wiki : « Liste de références d’articles de presse »

Critères d’évaluation :
▪ Pertinence des articles de presse sélectionnés en fonction de la documentation existante et disponible dans les BU de Paris 11 ou en ligne (pas d’avantage particulier à ceux qui mettent un grand nombre de références). Les références doivent être numérotées entre parenthèses […].
Pondération : 1,5 point.
Correspondance avec items détaillés C2i : utiliser de façon adéquate les fonctions avancées des catalogues de bibliothèques ou des bases de données bibliographiques (identifier et exploiter les divers champs, filtres et limitations de recherche).

▪ Présentation correcte et lisibilité des références (est-ce que tous les éléments obligatoires figurent dans les références, dans quel ordre, etc.).
Pondération : 1 point.
Correspondance avec items détaillés C2i : repérer les informations essentielles à l’identification et à la localisation d’un document (auteur, titre, date de publication, bibliothèque, cote, URL, etc.).

▪ Présence et justesse des éléments de localisation (nom bibliothèque abonnée à la revue, URL si revue en ligne).
Pondération : 0,5 point.
Correspondance avec items détaillés C2i : cf. précédent.

Section travail sur Wiki : « Liste de références de documents Web »

Critères d’évaluation :
▪ Pertinence des références sélectionnées qui peuvent correspondre à des sites Web complets, parties de sites (rubriques) ou toute autre unité documentaire, par exemple un graphique, un billet de blog, un fichier audio ou vidéo, mais visible par le plus grand nombre (formats ouverts : HTML, PDF, Ogg, etc.). Les références doivent être numérotées entre parenthèses […].
Pondération : 3 points.
Correspondance avec items détaillés C2i : utiliser de façon adéquate les fonctions avancées des moteurs et métamoteurs de recherche en ligne (identifier et exploiter les divers champs, filtres et limitations de recherche).

▪ Importance particulière aux explications concernant les critères de sélection des documents Web (crédibilité des organisations et des auteurs, indépendance et neutralité de l’organisation, actualisation des informations, etc.).
L’absence ou la non pertinence des explications données sont sanctionnés. L’adéquation au sujet ne doit surtout pas constituer le seul critère de sélection retenu.
Pondération : 1,5 point.
Correspondance avec items détaillés C2i : sélectionner l’information pertinente après évaluation (connaître les principaux critères d’évaluation).

▪ Présentation correcte des références Web (est-ce que tous les éléments obligatoires figurent dans les références Web, dans quel ordre, etc.). Présence et justesse des éléments de localisation (URL correctes et valides durablement).
Pondération : 1 point.
Correspondance avec items détaillés C2i : repérer les informations essentielles à l’identification et à la localisation d’un document (auteur, titre, date de publication, bibliothèque, cote, URL, etc.).

Section travail sur Wiki : « Synthèse des informations trouvées »

Critères d’évaluation :
▪ Au moins 30 lignes, clarté et cohérence de la synthèse, niveau de français employé, présence des précisions nécessaires à la compréhension des informations, citation des sources d’information avec des renvois numérotés (capacité d’exploitation des documents référencés dans les parties précédentes). La synthèse ne sera pas corrigée si elle comporte trop de fautes d’orthographe ou de grammaire : les étudiants dans ce cas auront un délai de 72 heures pour corriger les fautes […].
Pondération : 3 points.
Correspondance avec items détaillés C2i : citer et utiliser correctement ses sources (références de documents textes, images, etc.). Se prévenir du plagiat.

▪ Importance particulière au respect des règles sur les droits d’auteur, autant pour les images que pour les textes. Tout plagiat avéré entraîne automatiquement 0/1,5 ainsi qu’une pénalité de - 2,5 points à la note du contrôle continu sur Wiki. L’insertion d’une image non libre de droit et/ou sans mention de la source conduit à la même sanction.
Pondération : 1,5 point.
Correspondance avec items détaillés C2i : cf. précédent.

MISE EN ŒUVRE DU C2I « MÉTIERS DE LA SANTÉ » À L’UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES : LE RÔLE DU PROFESSIONNEL DE LA DOCUMENTATION

22Par Françoise Dailland

LE CONTEXTE

23La mise en place du Certificat Informatique et Internet niveau 1 et niveau 2 est une excellente opportunité pour contribuer à la réussite des étudiants. Les SCD doivent tout mettre en œuvre pour s’insérer dans les équipes d’enseignants et lever l’ambiguïté de leur rôle de « facilitateur » de l’information. Cette certification informatique est devenue un enjeu majeur pour la société et son importance confirmée en 2008 par la publication de différents rapports : rapport Isaac30, rapport du MEDEF31 et rapport Attali32.

24Si les formations à la recherche documentaire ont des difficultés à pénétrer le cursus même des études universitaires, ces certificats « en parallèle » permettent une autre approche.

25L’université Paris Descartes (9 UFR et 1 IUT) couvre l’ensemble des connaissances en sciences de l’homme et de la santé ; c’est la seule université francilienne à réunir médecine, pharmacie et odontologie. Son pôle santé est reconnu en Europe et dans le monde pour la qualité de ses formations et l’excellence de sa recherche. L’UFR de médecine dessert une population d’environ 8 000 étudiants et comprend 814 enseignants.

26Le SCD est caractérisé par un éclatement géographique de ses implantations. Onze bibliothèques regroupent les différentes disciplines enseignées à l’université (droit, économie-gestion, informatique, mathématiques, médecine, odontologie, psychologie, sciences humaines et sociales, STAPS).

27Les professions de la santé sont confrontées à une évolution très rapide des technologies de l’information et de la communication (TIC). La maîtrise de ces outils devient indispensable dans les pratiques professionnelles. La mise en œuvre des formations au C2i niveau 2 « métiers de la santé » s’est située à un carrefour de dynamiques diverses au sein de l’université. Dès sa création, la sous-direction des TICE s’est engagée dans le développement des compétences pour les élèves, étudiants et enseignants. Le principe est une formation progressive ; le C2i niveau 2 suppose la maîtrise des objectifs définis par le C2i niveau 1. Il vise à attester des acquis professionnels communs et nécessaires aux professions de la santé pour l’exercice de leurs métiers dans ses dimensions professionnelles, déontologiques et citoyennes.

28L’installation des personnels de la bibliothèque dans des locaux proches du service des TICE a permis d’asseoir les bases d’une collaboration étroite entre les équipes. Cette décision de mutualisation a renforcé les missions du SCD.

LES ORIENTATIONS « POLITIQUES » DU SCD

  • 33 La réflexion menée autour des compétences informationnelles, lors d’un stage au Québec en 2006, a s (...)

29En juillet 2006, un conservateur responsable de la formation aux compétences informationnelles a été nommé. Sa mission était de développer des formations afin de les inclure dans les maquettes d’enseignement. Il a élaboré un référentiel33 dont l’objectif était de servir de support pour dialoguer avec les enseignants. Il formalisait les bases d’un programme à destination des collègues impliqués dans des actions de formation.

30La première partie présentait l’ensemble des compétences informationnelles à acquérir à partir des normes de l’Association of College and Research Library34 (ACRL), du Council of Australian Universities Librarians35 (CAUL) et les schémas des trois niveaux de formation proposés :

  • niveau 1 : compétences informationnelles de base ;

  • niveau 2 : niveau intermédiaire ;

  • niveau 3 : niveau avancé.

31La seconde partie déclinait ces compétences suivant les neuf disciplines concernées :

  • biomédicale ;

  • droit ;

  • économie ;

  • mathématiques/informatique ;

  • médecine ;

  • odontologie ;

  • psychologie ;

  • sciences humaines et sociales ;

  • STAPS.

32Ce programme a retenu l’attention des enseignants qui ont participé à l’élaboration de l’expérimentation du C2i « métiers de la santé ».

ENCADRÉ 1 EXEMPLE DU NIVEAU 1 : COMPÉTENCES INFORMATIONNELLES DE BASE36

ENCADRÉ 1 EXEMPLE DU NIVEAU 1 : COMPÉTENCES INFORMATIONNELLES DE BASE36

Source : Document d'orientation, adopté par le Comité de pilotage, le 14 mai 2004 : « La formation aux compétences informationnelles : une action fondamentale essentielle à la réussite de l'étudiant ». Programme de développement des compétences informationnelles à l'université du Québec. Collaboration de Lucie Verreault (UQAM), Danielle Boisvert (UQO) et Madeleine Hébert (UQAM). 16 pages, 2 annexes.

33Parallèlement à la coordination des formations et suite à une refonte complète du site Web du SCD37 les formations aux compétences informationnelles sont répertoriées régulièrement sur le site. Cette « vitrine » institutionnelle attire l’attention et déclenche des comparaisons entre disciplines. C’est aussi un moyen pour stimuler les demandes de formations.

34Depuis 2006, onze universités et vingt-quatre UFR ont participé à l’expérimentation. Les objectifs du C2i niveau 2 « métiers de la santé » sont les suivants :

  • dresser le bilan des actions menées et des difficultés rencontrées ;

  • faire évoluer le référentiel national en vue de la généralisation du dispositif ;

  • recenser les différentes modalités de formation et de validation en vue de leur mutualisation ;

  • déterminer les différentes modalités d’intégration de la formation et de validation au cursus universitaire ;

  • faire émerger les préconisations permettant la généralisation aux autres professionnels de la santé.

LA MISE EN PLACE DES FORMATIONS

35Les compétences sont répertoriées dans le référentiel national, en cours de révision suite à la première phase d’expérimentation, une version actualisée sera disponible début 2009.

36Pour la partie documentation, les compétences sont regroupées dans le chapitre 1, domaine 1.

37Pendant la phase d’expérimentation, les universités ont adapté localement ce référentiel en fonction des pôles d’excellence et des enseignants disponibles.

ENCADRÉ 2. LE RÉFÉRENTIEL D’EXPÉRIMENTATION

ENCADRÉ 2. LE RÉFÉRENTIEL D’EXPÉRIMENTATION

Extrait de : < http://www2.c2i.education.fr/​sections/​c2i2ms/​referentiel/​ >

38L’enseignant responsable du C2i 2 « métiers de la santé » au niveau de l’université s’est adressé aux spécialistes des domaines, juristes pour la législation, bibliothécaires pour la documentation et pour l’organisation des divers enseignements.

39Le principe de binôme a été retenu : il est important que bibliothécaires et enseignants médecins animent conjointement ces formations, afin de recadrer les interventions dans le contexte plus global des enseignements.

40L’université Paris Descartes a retenu comme public cible, les années DCEM 2 et DCEM 3 (2e et 3e année du deuxième cycle des études médicales) pour proposer ces enseignements (facultatifs) compte tenu des contraintes de l’ECN38, cet examen national classant ouvre le troisième cycle de spécialisation aux étudiants ayant validé le deuxième cycle des études médicales. Ces certifications (C2i 2) sont également proposées aux internes de Santé publique, aux Masters M1 Santé et aux DCEO 1 (1re année du 2e cycle d’odontologie)39. Pour la partie « documentation », 300 étudiants potentiels sont concernés par cette certification.

41La ligne directrice du contenu des cours a été déterminée en adéquation avec les différents référentiels : référentiel national du C2i « métiers de la santé » et référentiel du SCD où les compétences informationnelles étaient plus développées. Ce travail collaboratif enseignant/bibliothécaire a permis d’élaborer une amorce de programme de formations dans les différents cursus Santé de l’université.

42L’enseignement à la recherche documentaire est réparti en trois travaux dirigés de 4 heures (évaluation incluse) :

  • TD n° 1 : Le MeSH (thésaurus médical) et PubMed niveau 1 (base de données bibliographiques en sciences biomédicales) ;

  • TD n° 2 : PubMed niveau 2 et veille documentaire (fils RSS) ;

  • TD n° 3 : Catalogue et index des sites médicaux francophones (CISMeF), Health On the Net (HON) et la gestion des références bibliographiques (Refworks).

43Il s’agit de donner aux étudiants les moyens de s’adapter à l’évolution du dossier médical et d’améliorer leur pratique médicale. Le module doit leur permettre d’acquérir les compétences nécessaires à la bonne tenue et à l’exploitation d’un dossier patient informatisé ainsi qu’à la veille scientifique et documentaire.

ÉVALUATIONS ET CERTIFICATION

44L’évaluation de la formation est coordonnée par l’unité de biostatistiques du pôle d’information médicale, d’évaluation et de santé publique (PIMESP) du CHU de Nantes. Elle s’effectue à l’aide de questionnaires électroniques auto-administrés via Internet et remplis à chaque étape de la formation. Elle est effectuée avant la mise en place de la formation :

  • étudiants : niveau, équipement, besoins exprimés ;

  • enseignants : état des lieux, moyens à disposition.

45Et après chaque module :

  • étudiants : contenu du cours ;

  • enseignants : recenser les modalités de formation et de validation.

46110 étudiants (50 %) ont répondu et parmi les 10 compétences indispensables, ils ont plébiscité les compétences suivantes :

  1. respecter les différentes règles encadrant le secret professionnel et déontologique ;

  2. maîtriser les éléments fondamentaux du dossier patient ;

  3. évaluer la qualité de l’information en santé sur Internet.

47Les compétences sont évaluées sous la forme de courts bilans pratiques lors des enseignements dirigés.

ENCADRÉ 3. EXEMPLES DE RECHERCHES PUBMED
▪ Recherchez les articles de synthèse sur la prévention de l'obésité des enfants diabétiques (utilisez les mots-clefs MeSH exclusivement).
▪ Recherchez les publications concernant l’utilisation des dossiers informatisés de patients (dont c’est le thème majeur) associé aux questions d’éthique, sur une période de 5 ans.

  • 40 Ce système a été initié en 1989 dans un contexte de mobilité en Europe. C’est un système d’accumula (...)

48Le C2i santé odontologie ou médecine valide 4 ECTS40 du Master 1 sciences de la vie et de la santé mention « Mathématiques et informatique pour les sciences du vivant ».

49Le C2i a été un élément moteur d’introduction des cours de recherche documentaire obligatoires dans le cursus universitaire. Le SCD a su faire la preuve de ses compétences dans ce domaine et le responsable de l’organisation du C2i santé à l’UFR de médecine a sollicité une participation pour l’année universitaire suivante dans l’enseignement d’informatique biomédicale dispensé aux DCEM 1 (1re année du deuxième cycle). L’objectif a été atteint et validé par la commission pédagogique. Les cours de recherche documentaire ont trouvé « un arrimage » avec le cours d’informatique médicale prévu dans le Module 1 du programme des études médicales.

50Le choix s’est porté sur les DCEM 1 car c’est une année charnière dans le cursus. Les étudiants effectuent des stages hospitaliers et sont confrontés à la réalité de l’exercice de la médecine. Ils ont un rôle d’observation, participent aux staffs hospitaliers et sont amenés à rencontrer des cas cliniques complexes. La résolution de ces cas cliniques s’appuie sur des recherches documentaires pertinentes dans les ressources spécialisées.

51Le volume horaire pour l’ensemble du module est de 10 h 30.

52Voici l’ensemble des enseignements associés au module :

  • systèmes d’information hospitaliers (SIH) ;

  • langage médical, systèmes de classification, accès aux bases documentaires (cours du SCD) ;

  • dossier patient informatisé ;

  • réseaux de soins et dossier médical personnel (DMP) ;

  • aide à la décision et évaluation informatisée des soins ;

  • évaluation médico-économique de l’activité médicale.

53Les cours sont filmés et disponibles 15 minutes environ après la fin de la séance. Comme tous les documents pédagogiques, ils sont intégrés à la médiathèque de l’université41 et accessibles sur l’Intranet. Le diaporama sur la recherche documentaire est disponible également sur le site du SCD42.

54Chaque étudiant en DCEM 1 (population de 462 étudiants) bénéficie d’une heure de cours magistral complétée par 1 h 30 d’enseignement dirigé. L’enseignement est validé par une question dans PubMed43 faisant appel à des compétences élémentaires de l’interface de recherche. La validation représente ¼ de la note du module informatique médicale.

CONCLUSION

55L’utilisation des outils informatiques dans la pratique médicale évoluent parallèlement au développement des techniques de l’information et de la communication. Des compétences deviennent indispensables pour utiliser d’une manière optimale l’offre variée des ressources électroniques. La pédagogie s’organise également autour de l’université médicale virtuelle francophone44* (UMVF). Cet espace d’enseignement numérique partagé par les facultés de médecine francophones a pour mission de mettre en œuvre les TICE de la médecine en formations initiale et continue. Cette université virtuelle est en outre un centre de ressources interactif dans le domaine de la santé permettant une mise en commun des documents pédagogiques produits pour le C2i santé. L’idée-force de la mise en place du C2i est la mutualisation des compétences des différents acteurs : ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, les universités et l’UMVF.

  • 45 < http://marcheopus.uquebec.ca/CIP/Default.aspx?alias=marcheopus.uquebec.ca/cip/va >.

56Par manque de disponibilité de l’ensemble des enseignants, l’articulation du C2i santé avec le C2i 1 n’a pas pu être réalisée, c’est l’un des objectifs de la session 2008-2009. Il serait également souhaitable, pour les années à venir, de tester les compétences informationnelles des étudiants dès le PCEM 2 puis lors de leur inscription au C2i santé par un bilan du type InfoCompétence+45. Il s’agit d’un outil d’autodiagnostic des compétences informationnelles permettant à l’usager de bien connaître ses forces et ses faiblesses, de préparer un plan d’action et de consulter des ressources en ligne susceptibles d’améliorer ses compétences.

Notes

16 Bulletin Officiel de l’Éducation n° 19 du 9 mai 2002.

17 Romainville Marc. Esquisse d’une didactique universitaire. Revue francophone de gestion, 2004, p. 5-24.

18 Arnaud Michel (dir.), Perriault Jacques (préf.). Pédagogie en ligne : méthodes et outils. Paris, EducaWeb, 2007. 317 p.

19 Dokeos : La suite e-learning open source. [En ligne] < http://www.dokeos.com/fr > (consulté le 3 septembre 2008)

20 Compétence A1-3 : travailler dans un esprit d’ouverture et d’adaptabilité (adaptabilité aux différents environnements de travail, échanges). Compétence A1-4 : tenir compte des problèmes de compatibilité, de format de fichier, de norme et procédure de compression et d’échange. Compétence A2-1 : respecter les droits fondamentaux de l’homme, les normes internationales et les lois qui en découlent.

21 Delacroix Jérôme. Les Wikis : espaces de l’intelligence collective. Paris, M2 Éd., 2005. 202 p.

22 Raynal Françoise, Rieuner Alain et al. Pédagogie : dictionnaire des concepts clés : apprentissages, formation, psychologie cognitive [6e éd.]. Issy-les-Moulineaux, ESF, 2007. XXIV-420 p.

23 À titre d’exemples, dans le domaine scientifique : La classification phylogénétique du vivant : principes et historique, et dans le domaine des TIC : Les blogues (blogs) : technologies et usages.

24 Denecker Claire. Les compétences documentaires : des processus mentaux à l’utilisation de l’information. Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2002. 208 p.

25 Coulon Alain. Le métier d’étudiant : l’entrée dans la vie universitaire [2e éd.]. Paris, Économica : Anthropos, 2005. XVI-240 p.

26 Pour l’année universitaire 2008-2009, susceptibles d’être modifiés.

27 Pour l’année universitaire 2008-2009.

28 Les items en gras sont testés obligatoirement et représentent 12 points sur 20 dans la note de l'épreuve pratique B2.

29 Pour l’année universitaire 2008-2009.

30 < http://www.nouvelleuniversite.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_univ_num.pdf >

31 < http://www.syntec-informatique.fr/import/20080117_VF_Rapport_Croissance_TIC.pdf >

32 < http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/084000041/0000.pdf >

33 La réflexion menée autour des compétences informationnelles, lors d’un stage au Québec en 2006, a servi de base à ce référentiel.
[En ligne] < http://www.uqat.ca/bibliotheque/competence/index.htm > (consulté le 6 mars 2009).

34 ACRL : < http://www.ala.org/acrl/ >

35 CAUL : < http://www.caul.edu.au/ >

36 Tableau adapté de Information Quest. Unit Map. [En ligne] < http://www.lisa.lsbu.ac.uk/quest/html/unitmap.html > (consulté le 6 mars 2009).
La trame grise indique qu’il s’agit d’une nouvelle compétence à acquérir.

37 < http://www.bu.univ-paris5.fr/ >

38 < http://www.cnci.univ-paris5.fr/welcome.html > (consulté le 6 mars 2009).

39 < http://www.parisdescartes.fr/IMG/pdf/M1_Sante_version_courte7.pdf > (consulté le 6 mars 2009).

40 Ce système a été initié en 1989 dans un contexte de mobilité en Europe. C’est un système d’accumulation de crédits d’études, de qualification et de diplômes avec deux cycles d’études dans un cadre de transparence et de comparabilité des diplômes. Dans la Déclaration de Bologne de juin 1999, son développement a été envisagé avec l’objectif d’une mise en place complète en 2010.

41 < http://mediatheque.parisdescartes.fr/ > (consulté le 6 mars 2009).

42 < http://www.bu.univ-paris5.fr/spip.php?article664 > (consulté le 6 mars 2009).

43 < http://www.ncbi.nlm.nih.gov > (consulté le 6 mars 2009).

44 Voir le site : < http://www.umvf.prd.fr/index.php > (consulté le 6 mars 2009).

45 < http://marcheopus.uquebec.ca/CIP/Default.aspx?alias=marcheopus.uquebec.ca/cip/va >.

Table des illustrations

Titre ENCADRÉ 1 EXEMPLE DU NIVEAU 1 : COMPÉTENCES INFORMATIONNELLES DE BASE36
Légende Source : Document d'orientation, adopté par le Comité de pilotage, le 14 mai 2004 : « La formation aux compétences informationnelles : une action fondamentale essentielle à la réussite de l'étudiant ». Programme de développement des compétences informationnelles à l'université du Québec. Collaboration de Lucie Verreault (UQAM), Danielle Boisvert (UQO) et Madeleine Hébert (UQAM). 16 pages, 2 annexes.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre ENCADRÉ 2. LE RÉFÉRENTIEL D’EXPÉRIMENTATION
Légende Extrait de : < http://www2.c2i.education.fr/​sections/​c2i2ms/​referentiel/​ >
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/333/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search