Version classiqueVersion mobile

Ouvrir plus, ouvrir mieux

 | 
Georges Perrin

Partie 3. Des pistes déjà ouvertes

Ouvrir plus et mieux dans un contexte contraint : à l’INSA de Lyon, l’innovation pédagogique comme moteur d’un accueil élargi

Monique Joly

Texte intégral

1En 2009, l’ouverture de la Bibliothèque Marie Curie initie une remarquable évolution de la perception de la documentation par la communauté éducative, les chercheurs et les étudiants. Attrait du lieu et nouveaux services (mise en valeur des collections, services facilitant le travail sur place et à distance, animations culturelles et scientifiques…) emportent l’adhésion de tous, se traduisant aussitôt par une augmentation du nombre des lecteurs actifs et par une fréquentation pouvant dépasser, actuellement, 2 000 lecteurs par jour.

2L’augmentation des heures d’ouverture participe de cette satisfaction. Mais de quelle augmentation parle-t-on ? Alors que de considérables contraintes surviennent (diminution du nombre des emplois et des budgets) qui mettent à mal le projet longuement caressé d’accompagner l’ouverture de la bibliothèque d’une substantielle augmentation des heures d’ouverture, l’amplitude annuelle n’a pas varié en heures et a baissé en semaines ainsi qu’en jours d’ouverture annuelle comme le montrent les indicateurs ci-dessous.

3Quelle avancée déterminante est à l’origine, malgré tout, de la satisfaction grandissante de notre public ?

Tableau. Quelle augmentation des heures d'ouverture ? Quelques indicateurs

Tableau. Quelle augmentation des heures d'ouverture ? Quelques indicateurs

Du souhait des utilisateurs au souhait des tutelles

4En 2005, nos utilisateurs renouvellent leur soutien au projet de construction de la bibliothèque et montrent aux administrateurs de l’établissement combien ils attendent cet équipement, pour son accès plus direct aux collections, pour ses espaces de travail plus diversifiés et pour sa localisation plus centrale. Dans leurs remarques, les étudiants se positionnent pour un élargissement des heures d’ouverture et ils seront nombreux à le formuler dans les cahiers de suggestion.

5En 2008, le SCD s’interroge sur les publics non-utilisateurs de la bibliothèque et les raisons qui motivent la non-fréquentation. Parmi les raisons exprimées, celle de leur agenda très chargé émerge : les étudiants n’ont pas le temps de venir, en journée, à la bibliothèque.

6Très occupé à faire advenir la bibliothèque avec le formidable changement que va induire la valorisation, en libre accès, des imprimés en fusionnant deux bibliothèques, l’établissement inscrit dans son contrat 2007-2010 la priorité donnée au chantier de construction, avec tous ses corollaires, en laissant de côté la question des heures d’ouverture.

Du souhait des tutelles au projet politique

  • 1 Georges Perrin, Améliorer l’accueil dans les bibliothèques – Propositions pour une extension des h (...)

7Les années 2008 et 2009 sont des années charnière avec la parution du rapport de l’IGB1 sur l’extension des horaires d’ouverture, le positionnement politique du Président de la République et du Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (CNESER), l’expression des étudiants qui manifestent leur mécontentement, l’emploi et la rémunération des étudiants qui devient un enjeu de société. C’est ainsi que la question des horaires d’ouverture des bibliothèques s’impose dans les établissements (pour mieux étudier, pour mieux financer ses études…).

8Au milieu de toute cette agitation, l’INSA de Lyon se trouve dans un calendrier idéal, en 2009 pour affiner la définition des services de la nouvelle bibliothèque. Un groupe de travail issu du Conseil de la documentation, des élus dans les conseils statutaires, d’étudiants, d’élus des personnels et de la Direction générale des services (DGS), va se prononcer sur la mise en place, ou non, d’un certain nombre de services puis converger sur plusieurs scénarios d’ouverture tenant compte de la délivrance de tout ou partie des services retenus.

Du projet politique au réalisme politique

9Les ambitions sont grandes : 4 scénarios sont étudiés, permettant de passer de 53 à 81,5 heures/semaine avec une ouverture annuelle passant de 2 154 à 3 640 heures. Les horaires vont de 8 h 30 jusqu’à 23 h sur les 6 jours de la semaine.

10Les ambitions sont grandes aussi pour le projet pédagogique : les scénarios prévoient une ouverture selon une amplitude hebdomadaire égale sur l’ensemble des 35 semaines de l’année consacrées aux études. Alors qu’il est de « notoriété publique » que les étudiants ont des habitudes de travail saisonnières avec d’importants pics d’activité lors de la préparation des examens de fin de semestre, le projet pédagogique retenu pour la bibliothèque vise à les inciter à produire des efforts réguliers tout au long de l’année.

11Les personnels sont questionnés pour connaître leur positionnement sur ces extensions : ils sont très majoritairement peu favorables pour leur implication dans les ouvertures en soirée jusqu’à 23 h (pour des raisons d’organisation personnelle : absence de transports en commun et difficulté pour faire assurer la garde de leurs enfants) et un peu moins réticents en ce qui concerne le samedi (jour déjà régulièrement travaillé le matin).

12C’est finalement un projet d’ouverture à 65 heures par semaine et 2 665 heures annuelles qui est retenu par le Conseil de la documentation et les conseils statutaires, avec une ouverture en nocturne jusqu’à 22 h, 3 jours par semaine. Concertation est initiée avec l’université Lyon 1 située sur le campus pour se coordonner et ne pas retenir les mêmes soirées. Pour ce qui est des moyens nécessaires, 17 vacataires doivent être recrutés pour assurer plus de 5 000 heures annuelles pour un coût total d’environ 150k€ par an.

13Décision est entérinée, après concertation avec la DGS de faire assurer ces extensions d’ouverture par les seuls étudiants vacataires, puisque, nouvelle loi sur l’emploi étudiant aidant, les vacataires deviennent des personnels signant un contrat en bonne et due forme pouvant leur conférer des responsabilités comme celle d’assurer le plein pilotage de la fermeture du bâtiment, avec l’assurance d’un soutien, si nécessaire, du service sécurité de l’établissement situé à immédiate proximité.

14Beau projet politique donc, teinté de réalisme parce qu’issu d’une concertation fructueuse avec toutes les parties, mais qui ne verra pas le jour !

15Budgéter cette dépense semble prématuré alors que beaucoup d’espoir est mis sur les économies de fonctionnement générées par la nouvelle bibliothèque qui voit ses moyens diminuer d’année en année (emplois, budget documentaire, budget de fonctionnement).

Du réalisme politique au service à l'utilisateur

16Dans ces conditions, la bibliothèque ouvre sans rien changer à l’amplitude horaire déjà connue des étudiants mais ses personnels doivent assumer des charges nouvelles : pour des raisons de sécurité (des personnes, des collections) l’ouverture est nécessaire avec 4 personnes, ce qui génère une augmentation du temps passé à l’accueil. De plus, la mise en place des services nouveaux, notamment numériques (accès réseaux, wifi, refonte du portail documentaire…) va porter la charge d’activité à des sommets pendant les deux années qui suivent l’emménagement dans la bibliothèque Marie Curie.

17Le service à l’utilisateur augmente mais pas les horaires d’ouverture qui vont même baisser pendant cette période avec une réduction pendant les vacances scolaires (passant ainsi de 10 à 6 semaines ouvertes).

Du service à l'utilisateur comme évidence

18Et pendant ce temps, l’établissement, impuissant devant la dégradation de ses ressources financières sera dans l’incapacité de répondre à cette demande des lecteurs.

19Mais il soutient toujours ce projet et accepte de le porter auprès du conseil régional qui encourage cette action en votant un budget d’accompagnement, en 2012, avec la perspective de renouveler cette attribution pour les quatre ans du contrat.

20Le projet est retaillé afin de se rapprocher des habitudes de travail des étudiants : les horaires d’ouverture sont étendus en soirée et le samedi après-midi aux seules périodes de révision de fin de semestre.

21L’ambition pédagogique n’y trouve qu’en partie son compte, mais le projet voit le jour.

22Il démarre en 2013 et offre, 10 semaines dans l’année, une ouverture jusqu’à 22 h en semaine et 17 h le samedi. Conformément aux vœux exprimés par les personnels, ceux-ci ne sont pas sollicités pour cette extension des horaires ; ce sont des étudiants vacataires de bon niveau (masters 1 et 2, pour la plupart issus des filières bibliothèques et documentation) qui sont recrutés.

23Les étudiants plébiscitent cette offre et la fréquentation quotidienne double pendant cette période et 22 % de la population potentielle répond à une enquête de satisfaction : ils sont 85 % à considérer que ce service leur permet de mieux préparer les examens.

24Succès incontestable donc !

Du service à l'utilisateur comme moteur de l'innovation pédagogique

25Plus intéressant, 28 % souhaitent que ces horaires deviennent les horaires classiques de la bibliothèque et 28 % souhaitent que la bibliothèque ouvre encore plus tard le soir.

26En effet, les étudiants voient de plus en plus l’intérêt de cette nouvelle bibliothèque pour conduire leurs projets de groupe : des salles dédiées existent, la documentation peut être consultée sur place, tout ceci représentant des conditions idéales d’études.

27Et d’une certaine façon leur demande d’une généralisation des heures d’ouverture à l’ensemble de l’année montre qu’ils s’enthousiasment pour les innovations pédagogiques, ce qui ne peut qu’encourager l’établissement à s’en saisir plus encore.

De l'innovation pédagogique comme moteur de l'extension des horaires d'ouverture ?

  • 2 < http://www.innovent-e.com/48h-pour-faire-vivre-des-idees/ >.

28Enfin, perspective passionnante programmée dans un futur proche, un projet national réunissant plus de 1 000 étudiants dispersés sur l’ensemble du territoire, va en réunir une centaine dans la bibliothèque pour un marathon consacré à la créativité et à l’innovation industrielle, pendant 3 jours non-stop2.

29Quelle belle mise en contexte pour illustrer comment la bibliothèque peut être soutenue par les acteurs des études (les enseignants et les étudiants) pour une offre de services qui permette l’avènement de nouvelles façons d’enseigner et d’utiliser les bibliothèques.

Notes

1 Georges Perrin, Améliorer l’accueil dans les bibliothèques – Propositions pour une extension des horaires d’ouverture. Rapport n° 2008-001 de l’Inspection générale des bibliothèques, avril 2008.

2 < http://www.innovent-e.com/48h-pour-faire-vivre-des-idees/ >.

Table des illustrations

Titre Tableau. Quelle augmentation des heures d'ouverture ? Quelques indicateurs
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/3324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 351k

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search