Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Favoriser la réussite des étudiants

 | 
Carine Elbekri-Dinoird

Partie I : Innovations pédagogiques

2. La formation dans le cadre de l’orientation active

Odile Dubois

Texte intégral

1L’université de Reims Champagne-Ardenne a inscrit la réussite des étudiants au premier rang de ses priorités et pris en 2007, la décision de mettre en place l’orientation active des primo-entrants. L’orientation active est une démarche de conseil et d’accompagnement individualisée du lycéen, futur étudiant à l’université. Elle consiste à aider les lycéens à choisir la filière ou la voie qui correspond le mieux à leurs aptitudes et à leurs goûts. L’UFR de sciences exactes et techniques a été site pilote pour tester ce nouveau dispositif.

2Plusieurs possibilités d’orientation sont proposées à l’étudiant :

  • le conforter dans son choix ;
  • lui conseiller une autre filière mieux adaptée ;
  • lui proposer un entretien pour un conseil personnalisé ou une information collective organisée par l’université (rencontres entre lycéens, étudiants et enseignants).

3Afin de mettre en place le projet, l’UFR sciences a organisé une rencontre réunissant les enseignants responsables de l’opération, des enseignants du secondaire, un enseignant spécialiste en communication, ainsi que la direction du service commun de la documentation et de la bibliothèque du campus sciences. Il s’agissait d’ouvrir largement la concertation et de recueillir un maximum d’informations afin de cibler au mieux les objectifs et les moyens à mettre en œuvre pour aider à la réussite.

4Les enseignants du secondaire ont fait un bilan des compétences, des acquis et des habitudes de travail des lycéens. Leurs homologues du supérieur ont pu mesurer le chemin que ces futurs étudiants auraient à accomplir pour intégrer et s’adapter aux modes de fonctionnement de l’université.

5Cette concertation a permis de mettre en place à la rentrée 2008 des enseignements destinés à un groupe d’étudiants identifiés comme étant ceux qui auraient, a priori, le plus de difficultés à s’adapter à l’environnement universitaire.

  • 14 Notes inférieures à 10 dans les matières scientifiques.

6En 2007, 228 dossiers de bacheliers ont été examinés par les responsables des filières licence en mathématiques, physique et sciences et vie de la terre. 117 étudiants ont été inscrits dans des unités d’enseignement (UE) de consolidation, en six groupes par discipline. Ils ont été sélectionnés à partir de leur dossier scolaire et de leurs notes au baccalauréat14. En réservant cette expérience aux étudiants ayant moins bien réussi cette épreuve académique et repérés comme les plus fragiles, l’équipe pédagogique de l’UFR affichait clairement sa volonté de leur apporter un soutien actif et de mettre toutes les chances de leur côté pour une intégration rapide et efficace en vue de leur succès aux examens.

LES OBJECTIFS DE LA FORMATION

7Trois objectifs prioritaires ont été mis en avant pour « apprendre à apprendre » :

  • amener les étudiants à prendre conscience de l’importance du travail personnel. en sciences, il est couramment admis qu’une heure de cours demande en moyenne une heure de travail personnel de la part de l’étudiant : que ce soit après un cours magistral pour relire ou compléter ses notes, avant une séance de travaux dirigés ou de travaux pratiques pour préparer un exercice ou une manipulation, ou tout simplement pour préparer un devoir ou un examen. L’objectif est d’aider les étudiants à devenir autonomes ;
  • insister sur les acquis fondamentaux et les pré-requis indispensables dans les matières scientifiques. Le groupe de travail s’est réuni plusieurs fois par entités disciplinaires afin de mettre en place les unités d’enseignement dites de « consolidation » et établir le programme des enseignements ;
  • proposer un enseignement de méthodologie du travail universitaire incluant une partie plus approfondie sur la recherche documentaire.

L’ORGANISATION GÉNÉRALE DE LA FORMATION

8Les cours ont été structurés en cinq UE complémentaires de consolidation, une pour chacune des quatre matières scientifiques et une pour la méthodologie du travail universitaire.

9Cette dernière comprend deux parties :

  • langue française et méthodologie, avec au programme : prise de notes, apprendre à apprendre et rédiger correctement ;
  • recherche documentaire.

10Le volume horaire de chaque module et les contenus ont été définis en partenariat avec les enseignants, soit 15 heures pour les UE scientifiques et 9 heures pour la méthodologie.

11Il a été décidé que chaque étudiant suivrait au maximum deux UE scientifiques et que la majorité des inscrits suivraient l’UE de méthodologie.

LES DEUX VOLETS DE L’UE DE MÉTHODOLOGIE DU TRAVAIL UNIVERSITAIRE

LANGUE FRANÇAISE ET MÉTHODOLOGIE

12La formation en méthodologie a été bâtie après une analyse des principales difficultés rencontrées par les étudiants pour s’organiser et réaliser un travail universitaire de qualité, indépendamment de leurs compétences scientifiques.

13Trois aspects sont apparus prioritaires : la prise de notes, l’apprentissage et la maîtrise de la langue française.

14En début de formation, les étudiants sont invités à réaliser un bilan sur la qualité de leur prise de notes. Un premier cours magistral est consacré à la langue française. L’enseignant, spécialiste de la communication, s’appuie sur une variété de moyens : présentation assistée par ordinateur et lecture de textes. Des exercices pratiques permettent de valoriser les prérequis de la rédaction : concentration, soin, précision, rapidité, abréviations et relecture.

15Dans le module « apprendre à apprendre », après une brève introduction sur les conditions optimales de l’apprentissage, chaque étudiant décrit ses pratiques, ensuite sont abordées différentes techniques visant à améliorer les comportements : la place des représentations des tâches à effectuer, du savoir à acquérir, ainsi que le rôle fondamental du cerveau. Il s’agit d’optimiser les processus d’acquisition du savoir par une meilleure observation des performances de chacun en prenant en compte différentes variables : auditif/visuel, rôle des deux hémisphères cérébraux, importance de la motivation, fonction de la mémoire. Le rôle déterminant du facteur temps est mis en évidence et chacun est convié à analyser son propre fonctionnement. La séance s’achève sur l’élaboration d’un plan individuel d’amélioration des compétences d’apprentissage.

16Le dernier cours est consacré à la maîtrise de la langue française. Les principaux écueils et les difficultés rencontrés dans la langue de spécialité sont répertoriés, des exercices appropriés sont proposés et un annuaire de sites dédiés à la langue française est présenté. en fin de formation, chaque apprenant dispose d’une liste d’améliorations à apporter à sa pratique de la langue écrite.

17Les compétences acquises les aideront à mieux suivre l’ensemble des enseignements fondamentaux et à mener à bien leurs recherches documentaires.

LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE

18La formation à la recherche documentaire est assurée par l’équipe de la bibliothèque en coordination avec les enseignants. Deux séances d’une heure trente chacune, sur deux semaines consécutives, sont organisées pour six groupes de dix-huit étudiants environ. Deux conservateurs et deux bibliothécaires adjoints spécialisés préparent le programme.

Première séance

  • visite de la bibliothèque adaptée aux spécialités disciplinaires ;
  • présentation du catalogue et de ses fonctionnalités ;
  • présentation du « Dictionnaire interactif des sciences et techniques » et de l’Encyclopedia Universalis ;
  • présentation de la base de données « Factiva ».
  • 15 Cf. infra, Mode d’emploi.

19Cette séance a pour but de familiariser l’étudiant avec son nouvel environnement documentaire, avec les services proposés par la bibliothèque et de présenter les collections. Cette rencontre, par petits groupes en début d’année universitaire, permet un accompagnement personnalisé et une reconnaissance mutuelle. L’intérêt est d’établir un vrai contact avec cette « population ». Comme le soulignait Alain Coulon dans son ouvrage Le métier d’étudiant15 : « L’arrivée des nouveaux étudiants à l’université est toujours une épreuve », qu’il appelle, « le parcours du combattant » et « c’est souvent un véritable choc ». Il s’agit de donner les premières clés, de livrer les codes d’accès à ce monde nouveau, de favoriser la participation des étudiants. Une sélection de l’offre documentaire est présentée afin de conceptualiser leurs futurs besoins. Les enseignants sollicités proposent des sujets de recherche, parmi lesquels sont surtout retenues les questions d’actualités : les OGM, le développement durable, la pollution…

Seconde séance

20L’accent est mis sur l’acquisition des compétences documentaires. L’objectif est d’initier les étudiants à la recherche documentaire et en particulier à la recherche d’informations à partir d’articles de périodiques scientifiques. Cette démarche leur est moins familière que la navigation sur Internet. Elle permet de souligner l’importance des ressources professionnelles et structurées qui les aideront efficacement dans leur cursus. Sont présentés les sites des revues La Recherche et Pour la Science. Les techniques de recherche sont approfondies : acquisition du vocabulaire spécifique, détermination de mots-clefs, connaissance des ressources en ligne et sur support papier. Les étudiants effectuent des exercices à partir de sujets proposés par les enseignants de chaque discipline.

BILAN ET PERSPECTIVES

21Le dispositif met l’accent sur l’apprentissage du travail intellectuel lors du premier semestre de l’année universitaire. Plus généralement, il permet :

  • d’aider le lycéen à mieux construire son projet d’études et d’entrée à l’Université ;
  • de renforcer les liens avec les lycées ;
  • de rendre l’université plus attractive en mettant l’étudiant au cœur des attentions ;
  • de clarifier les consignes et méthodes d’apprentissage adaptées au contexte disciplinaire ;
  • d’apporter de véritables conseils.

22Ces objectifs sont compris et appréciés par les jeunes bacheliers, ils facilitent leur entrée dans le monde universitaire. Le dispositif mis en place est le résultat d’une collaboration réussie entre les différents partenaires, enseignants du secondaire, universitaires, professionnels de la communication et de l’information qui forment une équipe soudée et motivée pour soutenir et aider les nouveaux étudiants.

23Il n’existe pas encore une évaluation des taux de réussite ; le bilan chiffré sera effectif pour la prochaine session universitaire. Soulignons cependant que l’offre de formation pour la rentrée 2008-2009 a intégré l’enseignement de méthodologie du travail universitaire dans les parcours de première année de toutes les mentions de la licence sciences, technologies, santé sous la forme d’une unité d’enseignement obligatoire au premier semestre. La formation est désormais suivie par l’ensemble des étudiants avec une augmentation du volume horaire et un étoffement du programme.

Notes

14 Notes inférieures à 10 dans les matières scientifiques.

15 Cf. infra, Mode d’emploi.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access