Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ouvrir plus, ouvrir mieux

 | 
Georges Perrin

Partie 2. Les obstacles à franchir : quelques prérequis

Une situation paradoxale et contrastée

Georges Perrin

Texte intégral

Un faisceau de paradoxes

1De son rôle traditionnel de gestion et diffusion de documents, la bibliothèque a évolué depuis de nombreuses années vers celui de lieu d’accueil et d’accès à une grande variété de services proposés désormais au public, et ce, dans le cadre de sa vocation culturelle, éducative et sociale. Les efforts importants déployés par les collectivités territoriales ou les universités pour construire et ouvrir de nouveaux espaces ou pour en améliorer le confort, l’accroissement significatif et la diversification des collections, la parfaite maîtrise du numérique et des possibilités qu’il offre à la diffusion documentaire dans tous les domaines, le travail en relation avec des partenaires de plus en plus nombreux du cadre associatif ou institutionnel, tout cela a concouru à transformer radicalement l’image de la bibliothèque. On en veut pour preuve l’abondante littérature qui émane des observations et études diverses sur la nouvelle appréhension de la bibliothèque par les usagers et les comportements renouvelés qu’on y observe.

2Et pourtant ! Malgré ces constats établis depuis plus de cinq ans, il semble que les bibliothèques ne parviennent pas à accueillir de nouveaux usagers, et notamment ceux qu’elles souhaiteraient conquérir, dans des secteurs de la population encore éloignés d’elles. Il peut, en effet, paraître étrange que des lieux devenus aussi attractifs ne drainent pas davantage d’usagers potentiels. Mais, à y regarder de plus près, il semble que cette situation, pour le moins paradoxale, ne soit pas appelée à perdurer indéfiniment. Il se peut qu’une étude plus fine de ces apparents paradoxes permette de trouver une issue positive, que certaines bibliothèques ont déjà pu emprunter.

Des locaux pour améliorer la qualité de l’accueil

3Le premier paradoxe concerne l’amplitude relativement faible des horaires d’ouverture rapportée aux efforts d’investissements consentis par les collectivités locales et les universités au cours de ces 25 dernières années. Le constant développement de la lecture publique, qui s’est traduit par la création de nombreuses bibliothèques, l’augmentation importante du nombre de personnels formés, de remise à niveau des budgets de fonctionnement et d’acquisition, n’a pas permis à la moyenne des horaires d’ouverture d’augmenter de façon significative. Comment comprendre que les millions de m² nouveaux ouverts au cours de cette période ne puissent pas davantage être investis par un public en attente de services dans le domaine de la lecture, de la culture et de l’information ?

4Dans les témoignages et les projets en cours exposés dans ce volume, on voit bien que, pour les promoteurs de ces ouvertures élargies, la réflexion a consisté dans un premier temps à étudier le parti qui pourrait être tiré de la qualité et du volume de ces nouveaux espaces. En effet, ils n'ont pas considéré les locaux de leur bibliothèque comme de simples surfaces neutres et purement fonctionnelles, mais comme un atout essentiel pour l'amélioration de la qualité de l'accueil du public. Pour les uns, il s'agit d'accueillir, dans le cadre d'un partenariat précis, d'autres services que ceux de la bibliothèque. Pour les autres il convient d'utiliser avec souplesse ces espaces en pratiquant des horaires d'accueil de façon permanente ou ponctuelle, notamment aux moments où les usagers en ont le plus besoin.

Une modernisation des outils de travail moins simplificatrice que coûteuse en personnel

5Autre paradoxe : au cours des 20 dernières années, la modernisation des outils de travail s’est considérablement accélérée. L’informatisation des catalogues et la création de catalogues collectifs entraînant la mutualisation du travail bibliographique, l’automatisation des prêts-retours, la numérisation des fonds spécialisés et leur accès en ligne sur place et à distance, ont constitué autant d’avancées susceptibles d’alléger de façon significative le travail interne. On constate au contraire qu’au lieu de libérer du temps de travail pour le personnel, ces procédures de simplification ont entraîné la spécialisation de postes de travail qui ont pris de plus en plus d’importance à la fois temporelle et organisationnelle. On voit également, à travers certains exemples développés au long de ces pages, que certains ont souhaité privilégier la polyvalence raisonnée des compétences des personnels, ce qui a permis une répartition plus équilibrée du temps de travail entre la nécessaire gestion des collections et une médiation de qualité auprès du public.

Services à distance et accueil de proximité plus complémentaires qu’opposés

6Dernier paradoxe : de nombreuses bibliothèques développent et améliorent sans cesse les services à distance et/ou hors les murs, et c’est, a priori, une excellente orientation pour prendre en compte les nouvelles attentes des usagers. Mais alors se pose la question de l’accueil de proximité au regard de ce développement des services à distance. Ces deux types d’accueil, l’un virtuel, l’autre matériel et très concret, sont-ils suffisamment complémentaires ? Ici encore la démonstration semble faite que les locaux plus largement ouverts permettent un meilleur accueil de l’ensemble des usagers, et a fortiori de ceux qui découvrent la bibliothèque par sa communication à distance.

7Toutefois, un certain nombre de bibliothèques, même si elles sont encore trop peu nombreuses, ont fait l’effort d’étendre leurs horaires d’ouverture, soit en repoussant à une heure plus tardive leur fermeture en semaine, soit en pratiquant une ouverture le dimanche. De ce fait, la carte des horaires est très diversifiée, selon les catégories de bibliothèques ou selon les régions. C’est ce que nous allons voir maintenant plus en détail.

Des bibliothèques municipales peu enclines à ouvrir davantage

8En 2009, le ministère de la Culture et de la Communication, dans le cadre des 14 mesures pour le livre et la lecture, a créé un dispositif d’incitation à l’extension des horaires d’ouverture, accordant aux municipalités qui le souhaitaient, une aide financière en soutien aux initiatives de recrutement de vacataires et autres dispositifs permettant un élargissement significatif des ouvertures, notamment l’ouverture du dimanche. Cinq ans après, il semble que cette proposition n’ait recueilli qu’un faible écho.

9Depuis quelques années grâce à de nombreux rapports et documents, les principaux défauts et blocages du système actuel sont désormais largement identifiés.

10Tout d’abord, dans les bibliothèques municipales, quelle que soit leur dimension, l’amplitude des ouvertures reste médiocre.

Encadré L’amplitude horaire des BM en France : quelques chiffres

De 20 heures d’ouverture hebdomadaire (moyenne nationale englobant les plus petites bibliothèques) aux 40 heures d’accueil par semaine dans les plus grandes villes, l’amplitude horaire des ouvertures de nos bibliothèques est assez inférieure à celle de la plupart des bibliothèques de nos voisins européens.

À regarder dans le détail la répartition de ces horaires, on aperçoit le nombre très relatif de bibliothèques qui pratiquent l’ouverture du dimanche (moins de 20 %). On constate également le nombre restreint de bibliothèques ouvertes le lundi dans les villes de plus de 20 000 habitants (17,4 %). Sur le même échantillon, les ouvertures jusqu’à 20 h ou au-delà sont encore plus rares (13,4 %).

À cette étroitesse des plages d’accueil s’ajoute souvent la discontinuité de celles-ci : alternance de demi-journées et de journées complètes, fermetures en milieu de semaine, coupure méridienne, horaires différents selon les espaces, etc. Dans de trop nombreux cas, le tableau des horaires d’ouverture est peu lisible et, de ce fait, n’encourage pas la venue du public.

11Certes, les obstacles à un élargissement sont nombreux, et nous verrons plus loin comment tenter de les franchir avec succès. On parle souvent de la médiocre qualité des lieux, de la situation de la bibliothèque au sein de la ville, peu propice à une fréquentation aisée, de la configuration d’espaces cloisonnés et dispersés, qui nécessitent parfois la présence de nombreux personnels pour être accessibles. Et, en effet, avant de mettre en œuvre une ouverture le dimanche ou en nocturne, il s’agit de conduire une étude sérieuse afin, peut-être, d’envisager d’autres solutions moins coûteuses en personnel.

  • 1 Voir Georges Perrin, Améliorer l’accueil en bibliothèque : propositions pour une extension des hora (...)

12Mais on parle plus souvent et de façon plus générale, de l’insuffisance des moyens humains ou financiers pour ouvrir davantage. Cet argument mérite toutefois qu’on l’examine avec une attention plus fine. Certes des renforts sous forme de vacations seront nécessaires pour permettre d’assouplir les plannings, mais, nouveau paradoxe : on constate d’une part que les bibliothèques qui font l’effort d’ouvrir plus ne sont pas celles qui sont les mieux pourvues en personnels1. Ceci encourage à réfléchir positivement à une nouvelle organisation du travail et de nouvelles répartitions des tâches dans les bibliothèques qui ont actuellement le plus de difficultés à envisager de nouveaux horaires d’ouverture.

Des bibliothèques universitaires en progrès

13Grâce à une attention soutenue et une incitation financière du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, la politique d’extension des ouvertures a connu plus de succès au sein des universités que du côté des villes. En effet, d’une part, la mise en œuvre de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), source du renouveau pour la gouvernance des universités, et le souci de plus en plus prégnant d’une insertion réussie des étudiants dans l’université et ultérieurement dans le monde du travail, ont permis de mettre en évidence les possibilités offertes par les BU : leur capacité d’accueil et leur rôle incontournable dans l’intégration des étudiants au sein de l’université. Dans certaines régions, les collectivités territoriales ont pu apporter un concours financier pour contribuer à l’augmentation des budgets nécessaires au recrutement d’étudiants venant en appui aux personnels titulaires pour accroître les horaires d’ouverture. C’est notamment le cas de la région Île-de-France qui a développé un système de subventionnement pour ce type de recrutements.

14Ainsi, des efforts ont pu être initiés au cours des deux dernières décennies, permettant, d’approcher la moyenne de 60 heures d’ouverture hebdomadaire des bibliothèques universitaires.

15Encore faut-il, en entrant dans le détail, faire la part des secteurs les plus avancés dans ce domaine, et de ceux qui sont encore appelés à faire des efforts pour atteindre un niveau correct d’ouverture. Il est clair que les avancées les plus significatives ont eu lieu dans les sections de santé, très demandeuses en matière d’accueil tant en journée qu’en soirée, tant en semaine qu’au long des week-ends. À cet égard, l’exemple de la Bibliothèque de Santé de l’université de Nantes est intéressant, qui réunit tous les ingrédients de la réussite : la volonté déterminée des autorités universitaires de prendre en compte les demandes des étudiants, la situation géographique de la bibliothèque au cœur de la ville, l’attractivité de ses espaces, la modulation des services offerts après 19 h, l’avancée progressive après évaluation régulière des pratiques et demandes du public, etc.

16Il est, certes, relativement aisé de développer des horaires d’ouverture au sein d’une institution qui reçoit un public plus spécialisé et plus « captif » que celui des bibliothèques de lecture publique, et dont l’exigence porte, pour une très grande part, sur un nombre de places suffisant pour travailler dans le calme et non prioritairement sur une très grande variété de services et d’accès aux collections. Toutefois, la nécessité d’introduire de la souplesse dans les plannings, et donc de prévoir le recrutement d’un personnel supplétif est identique en BU et en BM.

17Ainsi, grâce aux aides financières précitées, les horaires d’ouverture ont pu connaître un saut quantitatif relativement important au cours de ces cinq dernières années. Cependant, beaucoup reste à faire pour harmoniser les plages d’ouverture sur les réseaux des bibliothèques universitaires.

Encadré L’amplitude horaire des BU en France : quelques chiffres

Suivant les disciplines auxquelles elles sont rattachées, les BU n’ont pas la même amplitude d’ouverture.
Les bibliothèques de lettres et sciences humaines ouvrent en moyenne 58 h par semaine, celles de sciences 58 h 30, et celles de droit 59 h 30. Elles sont encore loin des 65 heures d’ouverture des bibliothèques de santé.
De plus, près de 30 % des BU ne sont pas ouvertes le samedi, jour où les étudiants sont le plus libres pour effectuer du travail personnel ; 50 % sont fermées dès 19 h, et seules 19 % ouvrent au-delà de 20 h.
Quant à l’ouverture du week-end, notamment celle du dimanche telle que la pratique déjà la BU santé de Nantes, elle pourrait s’envisager en concertation avec les bibliothèques municipales qui sont également ouvertes ce jour-là, afin de décharger ces dernières de la pression des étudiants qui l’investissent le dimanche à défaut d’un autre lieu plus adapté à leur attente.

18Une démarche identique pourrait réunir les bibliothèques universitaires parisiennes, la Bpi ainsi que la BnF, afin d’offrir aux étudiants parisiens des espaces d’accueil le dimanche, et soulager ainsi ces 2 grandes bibliothèques, même si leur accès n’est interdit à aucune catégorie de population.

19Il convient de souligner que, contrairement aux universités françaises, de nombreuses universités étrangères gardent leurs bibliothèques ouvertes durant tout l’été. Certaines insistent même sur le fait que le mois d’août connaît une des fréquentations les plus importantes de l’année. C’est en effet la période où les étudiants étrangers en résidence à l’université ont besoin de la bibliothèque, et celle où les chercheurs des autres universités viennent consulter les documents nécessaires à la poursuite de leurs travaux.

20Nous avons déjà évoqué, à propos des bibliothèques municipales, quelques obstacles à l’extension des horaires d’accueil du public. Les bibliothèques universitaires, elles, sont tributaires des rythmes « scolaires » de leurs universités qui, la plupart du temps pour des raisons d’économie, ne souhaitent pas garder de services ouverts durant les vacances de Noël ou d’été. Mais, dans la mesure où la bibliothèque est reconnue comme un des lieux de vie essentiels des étudiants, ne serait-il pas envisageable de ne pas les priver, durant ces périodes, de cet accès à une place de travail et aux documents utiles à leurs études, qui constituent de sérieux atouts pour leur réussite future ?

Des perspectives encourageantes : quelques pistes

21Les perspectives d’avancées concernant l’élargissement des horaires d’ouverture semblent reposer sur des prospectives plus affirmées du côté des bibliothèques universitaires que des bibliothèques municipales.

22En effet, séduites par le succès avéré d’expériences étrangères, notamment des Learning Centres, plusieurs universités envisagent de tenter l’expérience d’adapter l’organisation d’au moins une section de leur réseau documentaire aux principes de fonctionnement de ces lieux d’un type nouveau : décloisonnement des espaces, diversification des services, qualité du confort et extension des plages horaires d’accueil. Sans doute est-il plus facile pour les équipes de ces bibliothèques que pour celles des bibliothèques municipales de cerner les réelles attentes et les nouveaux comportements de leur public, plus homogène que celui de la lecture publique ?

23Quant aux bibliothèques municipales, le succès de celles qui, d’ores et déjà, ouvrent leurs portes le dimanche est suffisamment probant par la qualité des résultats constatés pour constituer autant d’incitations à vouloir enfin concrétiser le souhait si souvent exprimé par les bibliothécaires : accueillir de nouveaux publics dans une ambiance plus familiale, qui répond parfaitement aux attentes d’usagers disposés à utiliser les services qui leur sont offerts dans les meilleures conditions d’accueil et de confort, et selon le meilleur rythme qui soit, celui de la détente et d’une convivialité heureuse.

Notes

1 Voir Georges Perrin, Améliorer l’accueil en bibliothèque : propositions pour une extension des horaires d’ouverture, Rapport n° 2008-001 de l’Inspection générale des bibliothèques, avril 2008, pp. 12-13.

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540