Version classiqueVersion mobile

Favoriser la réussite des étudiants

 | 
Carine Elbekri-Dinoird

Partie I : Innovations pédagogiques

1. De nouveaux outils pour la formation des usagers : iridoc, didacticiel de recherche documentaire

Amélie Morin-Fontaine

Texte intégral

  • 6 Pour les sigles et acronymes, se reporter à la liste des sigles et abréviations en fin de volume.

1Depuis 2004, le didacticiel Initiation à la recherche d’information et à la documentation (IRIDOC)6 est le support de formation de recherche documentaire de l’enseignement obligatoire transversal des quelque 1 300 étudiants de Licence 1 du cursus sciences et technologies de l’université Claude Bernard Lyon 1.

IRIDOC : POUR QUOI FAIRE ?

UN PROJET ISSU DE LA RÉFORME LMD

2La mise en place du système Licence-Master-Doctorat (LMD) en 2003 a permis d’intégrer un module obligatoire d’initiation à la recherche documentaire dans le cursus sciences et technologies de l’université Claude Bernard Lyon 1. Depuis 2004, cet enseignement fait partie de l’unité d’enseignement transversale 27 qui comprend par ailleurs des enseignements de langues étrangères, de sport et une des séquences du Projet de l’étudiant en licence consistant en une approche pragmatique de l’orientation professionnelle. À ce stade, le présupposé, communément partagé, est que la lutte contre l’échec en première année passe notamment par des enseignements transversaux en marge des matières strictement disciplinaires.

3Concernant la documentation, le constat est le suivant : élaborer une stratégie de recherche en fonction de ses besoins d’information, rechercher efficacement des ouvrages ou des articles, et évaluer les résultats de ses recherches, sont des compétences indispensables à tout étudiant qui souhaite réussir à l’université. Malheureusement, dans ce domaine, méthodologie et pratiques documentaires font largement défaut aux bacheliers qui arrivent chaque année sur les bancs de l’université.

4Les modalités d’enseignement retenues pour l’initiation à la recherche documentaire consistent en un ensemble de neuf heures de travaux pratiques répartis en six séances d’une heure et demi. Le module compte pour une unité de crédit européen. Chaque année, environ 1 100 étudiants sont concernés au semestre 2 de la première année de licence. En complément, quelque 200 étudiants suivent l’initiation à la recherche documentaire à l’automne : il s’agit d’étudiants en semestre décalé ou d’étudiants redoublants. Les groupes de travaux pratiques n’excédant pas 14 étudiants, l’enseignement d’initiation à la recherche documentaire représente donc environ 850 heures d’enseignement à assurer chaque année.

  • 8 Si les personnels du service commun de la documentation participent à l’encadrement de ces groupes (...)

5Pour assurer convenablement un tel volume d’enseignement et susciter l’intérêt d’étudiants pas toujours motivés, deux pistes originales ont été favorisées par le service commun de la documentation : le recours aux enseignants-chercheurs disciplinaires pour encadrer les travaux pratiques8 et le développement d’un didacticiel. IRIDOC est donc né de ce contexte particulier même si, lors de sa conception, cet outil devait également pouvoir être utilisé en auto-formation et devait être en partie réutilisable dans d’autres cursus.

UNE COLLABORATION FRUCTUEUSE ENTRE SCD ET SERVICE TICE DE L’UNIVERSITÉ

6Pour préciser le parcours pédagogique de ce nouvel enseignement, le service commun de la documentation, assisté par un scénariste professionnel, a défini les objectifs du module, les a déclinés en items méthodologiques, briques de connaissances et activités pédagogiques. Une quarantaine d’unités fines ont ainsi été définies, appelées objets de connaissance multimédia (OCM). Le résultat, fruit de dix mois de travail mené par quatre bibliothécaires du SCD, a débouché sur un parcours pédagogique modulaire alternant contenus théoriques et exercices.

  • 9 La technologie Flash est une des méthodes les plus populaires pour ajouter des animations et des ob (...)

7D’octobre 2003 à février 2004, quatre développeurs encadrés par PRACTICE, le service TICE de l’université Lyon 1, ont réalisé la structure de base du didacticiel, les vidéos, les animations et séquences d’exercices. L’ajout d’une piste vocale s’est décidé lors des réunions entre bibliothécaires et informaticiens. Techniquement, IRIDOC est, pour l’essentiel, programmé en Flash9. L’interface d’accueil permet l’accès aux six séances, elles-mêmes décomposées en OCM indépendants.

8Le didacticiel IRIDOC est intégré à SPIRAL, la plateforme pédagogique développée par l’université Lyon 1, ce qui offre de nombreux avantages, dont le premier est incontestablement que les étudiants sont dans un environnement déjà connu et pratiqué. en outre, les fonctionnalités de SPIRAL sont directement accessibles depuis IRIDOC : gestion des inscriptions des étudiants au module, gestion des profils des intervenants, mise à disposition et échanges de documents entre enseignants et étudiants, suivi personnalisé du parcours des étudiants, blog et forum pour favoriser les échanges entre formateurs, statistiques d’utilisation, logiciel anti-plagiat, etc.

9Une subvention spécifique de 46 900 euros a été allouée par l’État pour la mise en œuvre du didacticiel IRIDOC. Les dépenses du projet initial se sont réparties comme suit : 38 % pour la scénarisation, 38 % pour les développements informatiques et 24 % pour du matériel informatique. La mise en œuvre d’IRIDOC a été évaluée à 3 700 heures-hommes, soit 2 100 de conception pour les quatre bibliothécaires et le scénariste et 1 600 de développement informatique.

PRÉ-REQUIS ET OBJECTIFS DU MODULE D’ENSEIGNEMENT

10Avant de décrire le parcours et les contenus pédagogiques d’IRIDOC, il convient de préciser les pré-requis et les objectifs du module de recherche documentaire des étudiants de L1 sciences et technologies.

11Les pré-requis sont relativement limités, les TP de recherche documentaire intervenant tôt dans le parcours de licence. Pour autant, il est intéressant de noter que pour participer aux formations, les étudiants doivent avoir obtenu le module Pratiques et compétences informatiques et la première séquence du Projet de l’étudiant en licence. Notons que cette première séquence est centrée sur l’apprentissage du « métier d’étudiant » et qu’une des finalités explicites de ce module est d’augmenter les chances de réussite universitaire des étudiants. Lors d’un des tout premiers cours en amphithéâtre, après une introduction sur la rupture que constitue le passage du lycée à l’université, entre la présentation du tutorat étudiant et de la plateforme SPIRAL, le service commun de la documentation intervient pour une brève présentation de la bibliothèque.

12Les objectifs du module d’enseignement de L1 sont répartis en trois catégories :

  • acquérir des connaissances (notions sur les différents types de documents et outils, la citation de références bibliographiques, la classification en bibliothèque, etc.) ;

  • acquérir des savoir-faire (manipulation de catalogues et bases de données tels que le catalogue Lyon 1, le SUDOC, le Kompass, les Techniques de l’ingénieur, la recherche sur Internet, etc.) ;

  • acquérir des compétences d’analyse et de synthèse (méthodologie de type schéma heuristique, stratégie de recherche, évaluation de l’information).

UN PARCOURS SCENARISÉ QUI N’EXCLUT PAS D’AUTRES USAGES

SCÉNARISER POUR MOTIVER

13Pour mettre en musique ces objectifs pédagogiques, un scénario a été imaginé : les étudiants sont mis dans la situation fictive suivante : ils sont invités à contribuer à la préparation d’une exposition organisée par la région Rhône-Alpes sur la thématique du développement durable. Les recherches bibliographiques des étudiants dans le cadre des TP sont censées alimenter les réflexions du comité de pilotage de l’exposition. Ce scénario sert de fil conducteur aux six séances de TP. Chaque étudiant choisit librement une facette du développement durable et rend, à la fin du module, un dossier bibliographique sur le sujet. Ainsi se succèdent visio-messages et relances fictives du comité de pilotage, animations sur la méthodologie et sur les outils sans oublier les exercices pratiques sous diverses formes.

UN PARCOURS TEMPORISÉ POUR S’ADAPTER AU RYTHME DES ÉTUDIANTS

14Les étudiants avancent à leur rythme au sein de chaque séance et peuvent se référer à tout moment à un glossaire, à une liste de liens et à un aide-mémoire. L’ensemble est cependant temporisé : certains temps de mise en commun ou de consultation des outils sont préservés. L’enseignant encadrant les TP peut ainsi animer le groupe, préciser certaines notions délicates, compléter le cours en fonction des questions des étudiants, conseiller et accompagner les étudiants dans leurs recherches documentaires. Après le TP, depuis chez eux ou depuis une salle informatique du campus, les étudiants peuvent revoir toutes les séquences déjà vues en cours et refaire les exercices.

15Le didacticiel IRIDOC permet en outre aux étudiants de tester leurs connaissances. Divers exercices émaillent les séquences : notices à explorer, questions aléatoires sur des documents à retrouver dans le catalogue de la bibliothèque, test sur la compréhension des mots-clefs, etc. Un temps est prédéfini pour certaines questions, d’autres nécessitent une validation pour passer aux animations suivantes. Ces exercices ne sont cependant pas pris en compte pour l’évaluation formelle de l’enseignement des L1 qui consiste en un dossier bibliographique noté et un examen final sous forme de QCM.

EXPLOITER LE DIDACTICIEL AUTREMENT

  • 10 L’AUP s’adresse notamment aux étudiants n’ayant pas été admis dans une filière sélective et aux étu (...)

16L’utilisation du didacticiel, en dehors de l’enseignement L1 sciences et technologies, reste possible comme cela était préconisé à l’origine du projet : il peut s’agir d’autoformation au sens strict ou d’une exploitation dans d’autres filières. Certaines briques du didacticiel servent de support pour l’intervention de la BU auprès des étudiants en Année universitaire préparatoire (AUP), dispositif mis en place par l’université Lyon 1 pour lutter contre l’échec universitaire10. Dans ces cas, le scénario est écarté et seules les animations sur la méthodologie et les outils, conçus comme des unités autonomes, sont proposées.

17Dans cette logique, quelques-uns des objets de connaissance multimédia d’IRIDOC sont en accès libre sur le portail documentaire Lyon 111 : il s’agit des animations ayant trait à la typologie des documents, aux opérateurs booléens, à la troncature, aux références bibliographiques, au système de classification et de cotation, et à la notion d’indexation.

QUEL BILAN APRÉS QUATRE ANNÉES DE SERVICE ?

18Le bilan quantitatif de ces quatre années de fonctionnement est impressionnant : IRIDOC a servi de support pour quelque 5 200 étudiants soit 3 400 heures de travaux pratiques : ce didacticiel est incontestablement un outil qui a marqué la formation à la recherche documentaire à l’université Lyon 1. Globalement, les objectifs pédagogiques de l’enseignement sont atteints et les pratiques documentaires des étudiants nettement améliorées. Mais quel est le regard que portent les étudiants, enseignants et bibliothécaires sur le didacticiel en tant que tel ?

ÉVALUATION D’IRIDOC PAR LES ÉTUDIANTS

19Si les étudiants sont évalués par contrôle continu et examen final, le didacticiel l’est aussi. Grâce aux fonctionnalités de SPIRAL, un questionnaire d’évaluation de l’enseignement est intégré à IRIDOC. Lors de la dernière séance de travaux pratiques, les étudiants sont invités à exprimer leur point de vue sur l’intérêt et les contenus du cours. Certaines questions visent directement à évaluer le didacticiel : pertinence des visio-messages et des animations sur les outils de recherche, niveau de difficulté des exercices, utilité des enseignants encadrant les travaux pratiques (ce qui en d’autres termes revient à demander si le didacticiel pourrait être utilisé en autoformation intégrale ou si l’accompagnement des enseignants est indispensable), intérêt d’étendre cette forme d’enseignement à d’autres matières, aspect ludique du didacticiel, et enfin, critère important lorsqu’il est question de formation en ligne, accès à un ordinateur en dehors du campus. À chaque session, les statistiques de l’ensemble des questionnaires sont générées au fur et à mesure des réponses des 1 300 étudiants. Notons également qu’une tribune libre permet d’exprimer remarques, critiques et suggestions. Chaque année les étudiants ayant participé aux travaux pratiques de première année évaluent donc le cours et – plus ou moins directement – le didacticiel IRIDOC.

20Les conclusions principales et majoritaires sont les suivantes :

  • l’accompagnement par les enseignants est nécessaire, IRIDOC ne pouvant être un support intégral d’autoformation pour répondre aux objectifs du cours ;

  • la scénarisation est vécue au mieux comme inutile au pire comme infantilisante. Les visio-messages et relances factices du comité de pilotage alourdissent inutilement le rythme du cours ;

    • 12 À la question « Trouvez-vous cette façon d’apprendre ludique ? », les étudiants de la session de pr (...)

    l’aspect « ludique » d’IRIDOC n’est pas réellement plébiscité si bien que les étudiants ne sont guère enthousiastes à l’idée d’étendre cette forme d’enseignement à d’autres matières12.

BILAN CRITIQUE DES ENSEIGNANTS ET DES BIBLIOTHÉCAIRES

21Les enseignants du module, qu’ils soient enseignants-chercheurs ou bibliothécaires, ont également des remarques sur IRIDOC. La responsabilité pédagogique a toujours été attribuée à un conservateur de la BU, même si certains maîtres de conférences assurent le cours de recherche documentaire pour les L1 depuis les débuts d’IRIDOC et contribuent largement à la réflexion sur le didacticiel lors des réunions annuelles de bilan. En termes de pédagogie, on retiendra trois points principaux et récurrents :

  • la scénarisation alourdit le cours. Elle empêche par ailleurs un renouvellement de la thématique de recherche (le développement durable) ce qui a des incidences pédagogiques non négligeables : plagiat facilité d’une année à l’autre, pas de proposition alternative pour les redoublants ;

  • les étudiants de 2008 ne sont pas les mêmes que ceux de 2004, évolutions des pratiques numériques et multimédias obligent. Cela a bien évidemment une incidence sur les contenus proposés en matière de recherche d’information sur Internet mais également sur le niveau d’interactivité et d’animation attendu d’un didacticiel ;

  • la succession des notions à est revoir. Certaines méritent d’être renforcées, d’autres pourraient être allégées.

22Si ces travers peuvent en partie être « corrigés » par les enseignants encadrant les travaux pratiques, certains sont plus handicapants et nécessitent une refonte complète d’IRIDOC.

23Enfin pour le bibliothécaire gestionnaire du didacticiel IRIDOC, deux points principaux posent problème :

  • l’usage d’IRIDOC en autoformation stricte est rare même si nous ne disposons pas d’évaluations quantitatives précises sur cette pratique. L’usage dans d’autres formations est possible mais reste partiel et limité en nombre ;

    • 13 Pour cause d’obsolescence de certaines animations (le catalogue et plusieurs interfaces de bases de (...)

    toute mise à jour du didacticiel, même infime, est impossible sans le concours du service PRACTICE, ce qui est problématique eu égard aux fréquentes évolutions des interfaces des catalogues et bases de données13.

DE NÉCESSAIRES ÉVOLUTIONS

24L’évaluation des étudiants et le bilan dressé par les enseignants et bibliothécaires ne laissent pas de doute sur les nécessaires évolutions du didacticiel : évolutions pédagogiques et techniques sont indispensables pour maintenir un enseignement de qualité.

ÉVOLUTIONS PÉDAGOGIQUES

25En terme de pédagogie, plusieurs pistes devront être envisagées comme par exemple : la mise en place d’un test de positionnement en début de cycle, une meilleure prise en compte des usages numériques des étudiants et pratiques de recherches d’information (Google et Wikipédia) et le renforcement des exercices pratiques. Mais la suppression du scénario tel qu’il existe semble l’élément le plus important : il fige le didacticiel dans une thématique (le développement durable) et ne semble plus fonctionner auprès des étudiants.

ÉVOLUTIONS TECHNIQUES

26Les évolutions techniques sont également une nécessité. Si une leçon peut être tirée de l’expérience en matière de didacticiel documentaire, ce serait la suivante : les pratiques numériques, les bases en ligne et les outils documentaires évoluent constamment. Le logiciel doit être capable d’évoluer en parallèle avec facilité et souplesse. Ainsi, les choix techniques doivent permettre des mises à jour aisées par les bibliothécaires (plutôt que par des informaticiens). Les choix techniques faits en 2003 ne permettent pas cette souplesse, les compétences en Flash n’étant pas fréquentes dans les bibliothèques. Une part d’autonomie dans les mises à jour du didacticiel doit impérativement être laissée aux bibliothécaires. La refonte complète d’IRIDOC, prévue en 2009, devra être conforme à ces attentes :

  • architecture plus légère et plus évolutive intégrant toutes les fonctionnalités de SPIRAL mais laissant la part belle à la production et à la mise à jour des contenus par le personnel du SCD ;

  • logiciels de capture vidéo d’écran (ou screencasts), suffisamment ergonomiques pour une prise en main rapide.

27Ces améliorations devraient constituer une partie de la réponse technique pour la nouvelle version d’IRIDOC.

INVESTISSEMENT ET FONCTIONNEMENT

28Aussi évident que cela puisse paraître, que l’on construise un bâtiment ou que l’on achète un SIGB, l’investissement initial ne doit pas occulter le temps du fonctionnement. Il faut du temps et parfois de l’argent pour faire vivre et évoluer un bâtiment ou un système informatique. Il faut également parfois savoir anticiper l’obsolescence de nos outils de travail. Quatre ans après, l’exemple d’IRIDOC nous montre qu’il en va de même pour un didacticiel de recherche documentaire et sa refonte intégrera résolument les leçons tirées de cette belle expérience.

Extrait de < http://spiral.univ-lyon1.fr/​3-gestionmodule/​module.asp >
(Consultation uniquement sur identification)

Notes

6 Pour les sigles et acronymes, se reporter à la liste des sigles et abréviations en fin de volume.

7 Pour les détails sur les enseignements transversaux, voir le site < http://transversales.univ-lyon1.fr >

8 Si les personnels du service commun de la documentation participent à l’encadrement de ces groupes de travaux pratiques, leur investissement représente moins de 10 % du volume total des enseignements de recherche documentaire en L1. L’essentiel de ces TP est assuré par des maîtres de conférences (et de manière plus anecdotique par des ATER et moniteurs) venant de toutes les disciplines. Les avantages de ce dispositif sont nombreux : une moindre charge sur les personnels de bibliothèques, un possible complément de service pour les enseignants et, plus important, la possibilité pour le SCD de sensibiliser des enseignants-chercheurs à la documentation étudiante par l’intermédiaire de ce module : hors des TP d’initiation à la recherche documentaire, ces enseignants sont – d’abord et avant tout – des enseignants de disciplines scientifiques, des prescripteurs reconnus par les étudiants et dont le contact est précieux pour la bibliothèque universitaire.

9 La technologie Flash est une des méthodes les plus populaires pour ajouter des animations et des objets interactifs à une page Web.

10 L’AUP s’adresse notamment aux étudiants n’ayant pas été admis dans une filière sélective et aux étudiants estimant ne pas avoir les compétences suffisantes pour entreprendre les études qu’ils envisagent.
Pour plus d’informations, voir < http://spiral.univ-lyon1.fr/14-ue/visu_mention.asp?puk=85 >

11 < http://portaildoc.univ-lyon1.fr >. Rubrique « Se former aux ressources doc. », sous-rubrique « autoformation » ou à l’adresse suivante : < http://portaildoc.univ-lyon1.fr/59348220/0/fiche___pagelibre/&RH=1182159307970&RF=1182159307970 >

12 À la question « Trouvez-vous cette façon d’apprendre ludique ? », les étudiants de la session de printemps 2008 sont invités à répondre sur une échelle de 1 (pas du tout) à 11 (tout à fait). La question obtient la note de 6,68 ce qui semble décevant pour un tel dispositif. Par ailleurs, les étudiants sont un peu plus de 40 % à répondre NON à la question « Pensez-vous que l’on doive étendre cette forme d’enseignement à d’autres matières ? ».

13 Pour cause d’obsolescence de certaines animations (le catalogue et plusieurs interfaces de bases de données ont changé), une mise à jour d’une quinzaine d’animations Flash a été demandée par le SCD fin 2007 au service PRACTICE qui a réalisé les modifications début 2008. Il s’agissait du premier toilettage du didacticiel qui a nécessité de nombreux et fastidieux allers-retours entre informaticiens et bibliothécaires.

Table des illustrations

Légende Extrait de < http://spiral.univ-lyon1.fr/​3-gestionmodule/​module.asp >(Consultation uniquement sur identification)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search