Version classiqueVersion mobile

Ouvrir plus, ouvrir mieux

 | 
Georges Perrin

Partie 2. Les obstacles à franchir : quelques prérequis

La bibliothèque dans la ville : du chrono-urbanisme à la chrono-bibliothéconomie

Pierre Franqueville

Texte intégral

L’irruption du temps dans la conception des villes

  • 1 Brian Gambles est directeur-adjoint de la Bibliothèque de Birmingham.

1« Nous ne construisons pas une bibliothèque pour la ville. Nous construisons la ville ». Cette interpellation de Brian Gambles1 résume ce que nous pourrions nommer la « piste de l’urbanité » qui désigne à la fois un périmètre d’observation (les relations que la bibliothèque entretient avec la réalité urbaine), une méthode pour mener à bien cette observation, enfin une méthode pour repenser les équipements du livre, imaginer ce que pourrait être la bibliothèque de demain.

2Ce dernier item désigne l’étape de la programmation comme un moment extrêmement important : il ne s’agit plus de faire référence à un ensemble de normes, d’enregistrer les demandes tacites, d’observer ce qui se fait ailleurs, mais d’anticiper le rôle de la bibliothèque dans la cité contemporaine.

3Il faut alors admettre que la bibliothèque est un outil au service de l’urbanité qui déborde la stricte sphère culturelle et qu’elle doit évoluer en fonction d’un ensemble de facteurs extérieurs, qu’elle est un objet éminemment plastique doté d’une grande capacité d’adaptation.

4Déclarer que la bibliothèque est au service de l’urbanité, c’est affirmer que l’on peut favoriser cette adaptation, voire l’accélérer. L’urbanité est une des valeurs du lointain de la bibliothèque : elle permet de prendre du champ, d’ouvrir la réflexion.

  • 2 François Ascher, « Du vivre à temps au chrono urbanisme », Les annales de la recherche urbaine, n° (...)

5Dans cette perspective, la thématique de l’accessibilité permet de réinterpréter cette question au regard des avancées de ce que François Ascher, théoricien et praticien de la ville, nommait le chrono-urbanisme, ce dernier étant défini comme la capacité à intégrer la dimension temporelle dans l’aménagement urbain. Ce dernier est l’auteur d’un article fondateur paru en 19972. Il y évoque les profondes mutations à l’œuvre entre la ville industrielle classique et la ville contemporaine. Différents ordres (économique, institutionnel, familial et religieux) s’ordonnent pour former une configuration temporelle correspondant à celle de la ville industrielle classique : l’économique prime sur les autres, l’institutionnel et le religieux ne jouent plus qu’un rôle régulateur, le familial est borné en mode mineur par les trois autres. Les différentes activités sont segmentées autour de l’activité principale : le travail. L’activité de loisir vient se loger dans un temps résiduel. À cette temporalité est associé l’urbanisme fonctionnel qui sépare les espaces du travail de ceux de l’habitat.

6Aujourd’hui, la configuration temporelle de la ville est profondément modifiée : le temps travaillé des citadins a diminué, mais si le travail reste premier par ses effets structurants, il s’est aussi assoupli, individualisé et correspond désormais à des rythmes horaires diversifiés et changeants. Les ordres intermédiaires religieux et institutionnels ne sont plus régulateurs et ordonnateurs de pratiques collectives fortes. Surtout, l’ordre familial s’est profondément disloqué en un ensemble de pratiques individuelles qui appellent des solutions où le singulier prime sur le collectif. Le loisir émerge comme un nouvel ordre à part entière. Et surtout, la structure temporelle n’est plus segmentée : l’individu contemporain fait plusieurs choses à la fois ou dans une alternance plus rapide, plus concise, plus imbriquée. L’individu contemporain ne connaît plus la vacance, le temps libéré de toute activité. Au mieux, il ralentit son activité. Progressivement, l’organisation urbaine apprend à répondre à cette exigence grandissante : la ville à la carte, 364 jours sur 364, 24h/24 !

7C’est également un ensemble de systèmes techniques qui sont mis à sa disposition, lui offrant une parfaite maîtrise de l’espace et du temps. Nous n’en citerons ici que deux pour leur proximité avec notre sujet :

  • le véhicule personnel associé à un terminal de communication conjuguant radio, téléphone, messagerie, GPS. Il a permis de transformer le temps non productif du transport et de la mobilité en un temps foisonnant rattaché à d’autres sphères d’activités : professionnelles, familiales, de loisir, de formation… ;
  • le multimédia qui fournit à l’utilisateur un outil multifonctionnel qui, grâce à Internet, donc sans limitation de distance et d’horaire, permet d’accéder de façon désynchronisée aux réseaux d’informations mondiaux, de consulter en direct ou en différé des produits numériques constitués de textes, d’images fixes, animées, de sons et musiques, etc., de les retraiter, de les stocker. Par ailleurs, un ensemble d’outils logiciels individualisés rendent potentiellement caduque la fixation d’un poste de travail ou d’étude à un lieu précis : bureau, entreprise, université, domicile.

8Libéré de l’entrave du temps et de l’espace, le citadin contemporain, s’il semble acquérir une relative autonomie, devient également dépendant d’un système technico-économique lui assurant une continuité de fonctionnement des différents services et terminaux numériques dont il fait usage.

9De fait, la ville devient la matrice quotidienne où se jouent en permanence ces multiples ajustements d’intérêts divergents. Les débats sur l’ouverture des services publics et des enseignes privées le dimanche et les jours fériés, sur la nécessité de préserver une vie nocturne tout en respectant le calme des riverains, sur les demandes des entreprises de fret d’utiliser les aéroports la nuit, ne sont que les symptômes des profondes modifications sociétales en cours.

10Mais, la ville est également le lieu où des solutions s’inventent pour apporter des réponses aux nouvelles exigences des citadins en matière d’accessibilité (temporalité et mobilité). Solutions qui prennent la forme d’espaces publics, d’équipements ou de services. À cet égard, la bibliothèque est une institution remarquable parce qu’elle est un espace public, gratuit et libre d’accès, doté d’un ensemble de services offerts à tous les citoyens sans exception. Mais la question n’est pas uniquement de savoir comment la bibliothèque peut être plus accessible à ces visiteurs. Elle revient plutôt à se demander si la bibliothèque peut jouer un rôle dans les solutions à apporter ? Pourquoi et comment ? L’objet de cette contribution est de lancer la discussion pour qu’elle soit reprise en d’autres lieux, avec d’autres moyens théoriques et pratiques d’investigation.

La bibliothèque, plasticité et tensions

11Si l’on résume les tendances des bibliothèques publiques actuelles, que constate-t-on ?

12C’est tout d’abord le rapport à l’espace clos du magasin et de son stock, qui a été bouleversé. La bibliothèque est aujourd’hui connectée à l’univers infini du savoir sous ses formes les plus diverses lorsqu’Internet a permis de relier les bibliothèques entre elles ainsi qu’au savoir diffus de la blogosphère. Plus encore, la bibliothèque accède à un statut d’acteur lié à sa capacité de créer de l’information discriminante : la bibliothèque c’est le monde ramassé en peu d’espace et en peu de temps, ce qui le rend de fait plus accessible.

13Mais, en deçà de cet infini, la bibliothèque c’est aussi une capacité à s’inscrire dans le local. La bibliothèque détient, pour qui sait l’écrire et le lire, le récit de la vie des entreprises, des institutions, des acteurs. Elle inscrit son action dans une perspective de développement territorial.

14La bibliothèque, c’est l’économie de la consultation qui s’installe progressivement face à une économie de la conservation. De fait, la bibliothèque devient média offrant accès aux autres médias qui constituent ses fonds. La bibliothèque devient alors outil de médiation, service qui appelle une compétence d’éditorialiste puisqu’il faut distinguer la bibliothèque du distributeur automatique de livres. Ainsi, le centre de gravité du métier se déplace de la gestion du fonds vers une offre « servicielle » (à l’instar du Guichet du savoir généré par la Bibliothèque municipale de Lyon) centrée sur la médiation humaine et la satisfaction d’un usager dont le profil s’éloigne du lecteur traditionnel pour devenir un utilisateur caméléon, fantasque et versatile multipliant ses motifs et ses usages lors d’une même visite de la bibliothèque.

15Mais la bibliothèque c’est aussi un lieu dans l’espace urbain, espace clos et protecteur qui accueille le corps, le temps d’un instant, quand la ville se fait flux et modalités de déplacements, quand le savoir se fait flux continu d’informations dématérialisées. La bibliothèque est abri temporel autant que spatial de l’individu et du collectif, lieu du séjour prolongé et confortable. Ainsi, la bibliothèque devient le lieu d’accueil de multiples temporalités d’usages, parfois divergentes.

16Mais la bibliothèque devenant ainsi une interface matérielle propre à faciliter l’accès aux informations numériques dématérialisées (textes, images fixes et animées, son), elle doit inventer une architecture de la consultation numérique capable d’accueillir les multiples interfaces disponibles en tenant compte des exigences de confort adaptées à différentes temporalités d’usages. Ceci est rarement le cas dans les projets classiquement proposés par les architectes de bibliothèques, qui réduisent leurs efforts à l’invention d’une boîte plus ou moins séduisante.

Trois bibliothèques en une

17On peut donc conclure qu’au regard du problème de l’accessibilité il y a sans doute au moins trois bibliothèques en une :

  • la bibliothèque dématérialisée, ouverte 24h/24, 7j/7, qui n’est encore qu’une ébauche de ce qu’il serait possible de faire au regard des catalogues potentiellement en jeu ;
  • la bibliothèque servicielle, à peine ébauchée elle aussi, qui vient se loger pour l’instant dans le lieu bibliothèque et qui hérite de ses contraintes d’accessibilité, mais qui pourrait s’en affranchir. Elle est un gisement de services mais aussi de métiers pour le bibliothécaire de demain, dont le potentiel de développement est important au regard des mutations urbaines en cours ;
  • le lieu bibliothèque, dont la moyenne d’ouverture en France n’est que de 20 heures par semaine et qui subit, plus qu’il ne préfigure, l’exigence des multiples temporalités d’usage que nous avons évoqué.

18La complexité vient du fait que le lieu bibliothèque entretient des relations étroites avec la bibliothèque numérique dématérialisée et avec la bibliothèque servicielle, des relations encore mal connues et donc mal exploitées.

19La bibliothèque numérique est encore si peu aboutie en France qu’il est difficile de pointer ses caractéristiques, ses atouts et ses handicaps au regard du problème de l’accessibilité. La révolution structurelle produite par Internet débouche sur une organisation moins dépendante des temporalités et des distances. La révolution Internet permet au grand guichet du savoir qu’est la bibliothèque numérique de méconnaître et les distances et les fractionnements rendus obligatoires par les organisations du travail. Le bibliothécaire numérique ne connaît pas la vacance.

20La bibliothèque servicielle constitue le terrain sur lequel l’innovation d’accessibilité présente le plus de potentialités. Nous entendons par bibliothèque servicielle l’ensemble des prestations susceptibles d’être offertes aux visiteurs de la bibliothèque. Actuellement, les prestations offertes sont quasi toutes liées à la mise à disposition du fonds, à l’aide à la recherche, aux actions de médiation portées par la bibliothèque dans et hors ses murs, au soutien à l’accessibilité pour des publics empêchés. C’est déjà beaucoup, c’est encore peu par rapport au gisement d’usages potentiels pouvant être générés par la bibliothèque de demain.

  • 3 À l’instar de ce qui a été prévu dans le cadre de la rénovation de la Bibliothèque de la Part-Dieu (...)

21À cet égard, les services « questions-réponses », tel le « Guichet du savoir » de la Bibliothèque municipale de Lyon3, sont emblématiques des nouveaux services offerts aux usagers. Il s’agit là d’une accessibilité aux collections d’un type nouveau, avant tout cognitive, sans détour par le catalogue, sans limitation d’espace ou de temps et sans obligation d’inscription préalable à la bibliothèque.

22Cette innovation constitue l’archétype d’une démarche servicielle. Une telle démarche est extensible à d’autres domaines d’intervention et dont la bibliothèque pourrait s’emparer, tels :

  • la gestion et la médiation des données numériques ;
  • la gestion de la contribution publique et, plus globalement encore, l’organisation du débat public sur les sujets contemporains ;
  • la valorisation des données territoriales, leur retraitement en vue d’une communication aux acteurs économiques, sociaux, éducatifs, sans compter la valorisation territoriale ;
  • la construction d’un récit territorial fondée sur la réunion, la valorisation et la médiation des données émanant du territoire…

23L’ensemble de ces domaines a besoin d’un opérateur qui traite (éditorialise) et rende accessible (diffuse) une information, un savoir, un récit, une parole disséminée, en s’appliquant à répondre à des usagers (service), sur place et à distance, dans des délais et des modalités suffisants pour leur permettre de prendre des décisions ou d’agir opportunément (pertinence).

24Le lieu bibliothèque ne sort pas indemne de ces grands bouleversements. Le diagnostic est à chaque fois similaire : emprunteurs en baisse, visiteurs en hausse impliquant une plus grande attention à leurs demandes singulières, multiples et foisonnantes. Les maîtres d’ouvrage publics se voient aujourd’hui contraints de repenser les accès et les circulations, notamment les halls où se concentrent souvent les signes d’une vétusté prématurée, l’architecture et les aménagements intérieurs, les mobiliers de consultation et de présentation des collections, les interfaces numériques encore trop peu importantes en nombre, les outils de médiation, l’ensemble relevant d’une époque où le visiteur était encore le sage lecteur discipliné.

25La bibliothèque numérique et la bibliothèque servicielle imposent au « lieu bibliothèque » une exigence d’accessibilité temporelle, physique (urbaine, architecturale, fonctionnelle), ainsi que d’accessibilité cognitive qui constitue sans doute le point sur lequel la marge d’évolution est selon nous la plus grande.

26Ces trois bibliothèques vivent et se développent sur des temporalités et des degrés différents d’accessibilité. Aussi, l’usager qui prend l’habitude d’utiliser la bibliothèque numérique, ou tout simplement Internet et les immenses services et applications offerts, ne comprend pas pourquoi les deux autres bibliothèques ne sont pas à sa disposition hic et nunc. Car la bibliothèque numérique s’est affranchie des temporalités du travail humain. Il est possible de requérir ses services à n’importe quel moment du jour ou de la nuit, 7j/7. D’où l’on voit germer à juste titre des revendications pour l’ouverture plus importante des bibliothèques.

27Mais le lieu bibliothèque présente encore une autre forme de limitation : sa difficulté à accueillir encore parfaitement les postures individuelles ou collectives liées à leur consultation. De ce fait, c’est sans doute toute la chaîne de fabrication de la bibliothèque qui est à repenser, la nature des compétences également qui sont appelées à collaborer. Est-ce toujours à l’architecte d’assumer ce rôle de chef d’orchestre quand on sait que c’est la relation aux collections qui est désormais centrale et que les maîtres d’œuvre sélectionnés sont essentiellement préoccupés à construire une enveloppe et ses aménagements sur la base d’une conception de l’espace architectural pré-numérique. On peut également poser la question de la responsabilité de celui qui assume l’élaboration du programme architectural, où la question de la description des usages (numériques et non numériques) devrait être centrale alors qu’elle n’est qu’esquissée.

Comment repenser l’accessibilité au regard de ces tensions et insatisfactions ?

28Cette triple distinction est éclairante car les oppositions mais aussi les complémentarités qu’elle révèle sont intéressantes au regard de notre sujet :

  • la bibliothèque numérique, c’est l’utopie d’une accessibilité temporelle sans limite, mais c’est aussi la bibliothèque absente, désincarnée, qui retire à la bibliothèque sa fonction essentielle d’espace public ;
  • la bibliothèque servicielle, c’est en premier lieu la bibliothèque en acte, le cœur du métier, le service consistant à valider la pertinence de l’information remise. Mais bientôt cette bibliothèque s’emparera, si elle le souhaite, d’autres fonctions urbaines liées à la maîtrise des informations, à l’invention et à la diffusion des récits territoriaux dont la cité d’aujourd’hui a éminemment besoin ;
  • le lieu bibliothèque, c’est l’infrastructure la plus soumise aux contraintes économiques, et la plus fragile dans l’économie globale du système : elle pourrait bien disparaître si elle n’arrivait plus à faire la preuve de sa nécessité. C’est aussi la part la plus délicate à mettre en œuvre car elle doit en permanence évoluer pour accueillir les deux autres dans leurs transmutations permanentes.

29Pour repenser dans ces jeux singuliers d’oppositions et de complémentarités l’accessibilité de la bibliothèque, trois pistes peuvent être esquissées que l’on présentera dans une progressivité de la torsion que l’on appliquera au modèle actuel.

Améliorer l’efficience de la bibliothèque avec les moyens actuels en fonctionnement

30Faciliter l’accessibilité c’est repenser le couple temporalité/mobilité. Cela impose de positionner le lieu bibliothèque sur des points de connexion, des hubs urbains, sur les trajectoires naturelles de ses publics potentiels. Cela impose de ne pas négliger la réflexion urbaine, d’accentuer les démarches intercommunales et de ne plus raisonner en communes-propriétaires, en jouant la carte des parcours ou en venant loger la bibliothèque sur de nouveaux nœuds de centralité.

31Au placement de la bibliothèque sur les nœuds de connexion pourrait s’ajouter une proposition plus prospective de services mobiles pour accompagner le visiteur dans ses déplacements en s’appuyant sur l’ingénierie des concessionnaires chargés de transporter les voyageurs quotidiens de nos cités.

32Cela passe aussi par la conception de programmes d’équipements qui intègrent des espaces différenciés capables de fonctionner en autonomie temporelle par rapport au reste de la bibliothèque.

33Mais surtout, pour profiter du passage d’une économie de la conservation à une économie de la consultation, d’une économie de l’emprunt à une économie de la médiation, faciliter l’accessibilité implique de repenser l’organisation et la distribution des tâches (à moyens égaux) en utilisant les outils technologiques actuels (RFID) facilitant l’autonomie des usagers pour les opérations de prêt et de retour.

Mutualiser les moyens (lieux et personnels), surtout en territoire rural, pour partager les charges de fonctionnement

34Pour réduire les coûts du service public, on peut repenser l’économie et l’usage des lieux dédiés en les transformant en lieux mutualisés accueillant un bouquet de services culturels et non culturels, publics mais aussi privés, comme cela se fait déjà dans certaines petites communes. Les économies réalisées peuvent être mises à profit pour dégager une accessibilité horaire supplémentaire. Un pas de plus peut être franchi en mutualisant les équipes. On évoquera ici l’exemple de la Poste qui envisage pour compenser la baisse inexorable du courrier, de transformer les 90 000 postiers en acteurs des services émergents de proximité. La réflexion est intéressante : son point de départ consiste à valoriser le cœur du métier et les qualités reconnues du postier : la proximité quotidienne avec le citoyen et le fait que le facteur inspire la confiance du public.

Élargir l’objet social de la bibliothèque pour convaincre les décideurs d’accroître ses moyens en fonctionnement

35Pour être dotée de moyens supplémentaires, la bibliothèque doit convaincre qu’elle recèle des potentialités, des gisements de services nouveaux qui servent l’urbanité mieux qu’aucun autre équipement public. Faire que son « objet social » (l’ensemble des services que la bibliothèque fournirait) soit un argument irréfutable à une ouverture plus large. Ceci passe par la mise en avant du rôle d’espace public du lieu bibliothèque, mais aussi par l’accroissement de son offre servicielle autour de son métier de base. Deux directions qui la désigneraient comme un acteur incontournable de la vie collective.

  • 4 Voir la pétition de l’association « Bibliothèques sans frontières ». [En ligne] : < www.bibliosansf (...)

36Qu’il soit nécessaire de pétitionner4 afin de demander des moyens pour que les bibliothèques soient plus largement accessibles, on ne saurait prétendre le contraire. Nous serions cependant tentés d’interpréter cette initiative comme le signe de l’épuisement d’un modèle qui a désormais du mal à convaincre élus et décideurs qu’il est nécessaire de le doter en moyens nouveaux. N’y a-t-il pas, au-delà de cette légitime question des moyens, besoin d'une réforme de fond qui questionnerait le périmètre d’action que l’on traduirait par « l’ensemble des services rendus » par l’entreprise Bibliothèque et de sa place dans le faisceau des services constitutifs de la cité contemporaine – quitte à voir s’éloigner la bibliothèque de la sphère strictement culturelle. Mais n’est-ce pas déjà le cas ?

Notes

1 Brian Gambles est directeur-adjoint de la Bibliothèque de Birmingham.

2 François Ascher, « Du vivre à temps au chrono urbanisme », Les annales de la recherche urbaine, n° 77, 1997.

3 À l’instar de ce qui a été prévu dans le cadre de la rénovation de la Bibliothèque de la Part-Dieu, qui mettra à la disposition de ses visiteurs lève-tôt et couche-tard des espaces dédiés qui fonctionneront en dehors des heures d’ouverture de l’équipement principal

4 Voir la pétition de l’association « Bibliothèques sans frontières ». [En ligne] : < www.bibliosansfrontieres.org/index.php?option=com_k2&view=item&id=354:ouvrons-les-biblio&Itemid=55 >.

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search