Version classiqueVersion mobile

Ouvrir plus, ouvrir mieux

 | 
Georges Perrin

Partie 2. Les obstacles à franchir : quelques prérequis

Les temps de la ville : l’évolution des rythmes de vie interpelle l’offre de services publics

Chrystelle Amblard

Texte intégral

Les grandes mutations temporelles : quelques repères

1De grandes mutations sont intervenues depuis l’après-guerre : allongement de l’espérance de vie, diminution du temps de travail, entrée massive des femmes sur le marché du travail, accélération des vitesses, mondialisation, qui ont bouleversé notre rapport au temps et ont amené une grande diversification des rythmes de vie. Ces nouveaux rythmes, ces nouvelles temporalités, interpellent nos services publics au niveau de leur organisation temporelle, source d’accessibilité ou non, mais aussi au niveau de l’offre de services elle-même.

2Nous avons gagné au xxe siècle 31 ans d’espérance de vie et, le monde évoluant rapidement et étant plus instable, nous rencontrons au cours de nos vies beaucoup plus de ruptures, de changements qu’auparavant. Cela se traduit par des divorces, des réorientations professionnelles, des périodes de chômage, des innovations technologiques, qu’il nous faut savoir accompagner au niveau de nos services publics. Quelle offre de services mettre en place, pour accompagner les personnes dans leur recherche d’emploi, dans leur formation tout au long de la vie, lors d’évolutions familiales ? On voit ici qu’un grand nombre de services publics sont concernés : Pôle emploi, le secteur de la formation professionnelle, les médiathèques, les services sociaux, le logement…

3L’allongement de nos vies, mais aussi la réduction du temps de travail ont fait émerger un nouveau temps, celui du temps libre, des week-ends, des vacances, de la retraite, où chacun cherche à profiter au maximum des opportunités qui lui sont offertes. Les plages de temps libre étant très différentes d’une personne à l’autre et les manières de les occuper multiples, les services publics concernés sont confrontés à une multiplicité d’usages, auxquels il faut savoir répondre.

4Avec l’entrée massive des femmes sur le marché du travail, la vie familiale s’est complexifiée avec des parents qui cumulent une double journée et des enfants qui passent beaucoup de temps à l’école. Les familles avec enfants manquent de temps, elles sont donc peu disponibles pour se rendre dans les services publics en dehors du mercredi ou du week-end, pour rendre des livres toutes les trois semaines. Les parents sont aussi demandeurs de services ouverts entre 12h et 14h proches de leur lieu de travail et de e-services, de services 24h/24 (par exemple, boîte aux livres), pour s’organiser, faire les choses, quand ils en ont le temps.

5Les jeunes font de plus longues études et ont besoin d’avoir accès à des espaces et des ressources pour étudier, ce qui induit des demandes d’ouverture des bibliothèques sur des horaires élargis, d’accès à des ressources en ligne.

6Avec l’augmentation des vitesses de transport, on se déplace plus, plus vite, plus loin. Un usager ne sera donc plus seulement attaché au service public situé à proximité de chez lui, mais il profitera de l’ensemble de l’offre qui lui est offerte (par exemple, prendre un livre à un endroit, le rendre à proximité de son travail, participer à une animation dans un autre lieu).

7La montée en puissance des technologies de l’information et de la communication permet d’échanger en quelques fractions de seconde les images, les idées, les informations partout dans le monde. Cela transforme profondément tous nos processus sociaux, communicatifs et interpelle nos services publics.

8Nous sommes passés dans les années 1970-1980 à une économie mondialisée, une société de service, de consommation, qui fonctionne 24h/24, en temps réel, où l’on veut tout, tout de suite. Cela génère dans les villes des demandes pour des horaires de plus en plus élargis (ouverture des commerces, des services publics, le soir, le week-end, 7j/7). Faut-il répondre à ces demandes ? Comment financer ces horaires élargis ? Quelles répercussions pour le personnel ?

9Enfin, alors qu'auparavant la vie était principalement rurale et locale, rythmée par les saisons, l’horloge de l'usine et la cloche de l'église, aujourd'hui la vie et les activités se concentrent dans des territoires urbains, où vivent et cohabitent des populations et des activités avec des rythmes très différenciés et interconnectés au reste du monde.

Encadré : Rythmes de vie : les grandes évolutions en chiffres

• + 31 ans d’espérance de vie au xxe siècle (+65 %)
• Le temps libre a été multiplié par 4 et représente 400 000 heures au cours d’une vie.
• L’âge moyen de fin d’études est passé de 15 ans au début du xxe siècle à 21 ans aujourd’hui. La durée des études représente 30 000 heures au cours de la vie.
• Le temps de travail rémunéré a été divisé par 2 au xxe siècle et il ne représente plus que 10 % de la vie éveillée, soit environ 70 000 heures.
• Le taux d’activité des femmes a doublé : 41 % en 1962, 84 % en 2011.
• Sur le plan technologique, la vitesse des transports a augmenté de 102 %, celle des communications de 107 % et celle du traitement de l’information de 1 010 %.

10L’ensemble de ces évolutions nous a fait passer très rapidement d’une société industrielle taylorienne, caractérisée par des rythmes massifs et standardisés à une société à mille temps, où il nous faut réinventer une nouvelle organisation temporelle de nos territoires et de nos services. Comment répondre à la diversité des rythmes de vie, à ces nouvelles attentes ? Comment faire cohabiter des rythmes très différents au sein de nos villes ? Quels rythmes collectifs préserver, réinventer ? Faut-il ouvrir les médiathèques, les commerces le dimanche ? Vers quel modèle temporel local aller : slow, 24h/24 ?

11Depuis une quinzaine d'années, des acteurs réfléchissent aux mutations temporelles et agissent pour faire évoluer l'aménagement temporel des territoires et des services.

Le facteur temps : quelles influences pour les services publics ?

12Les temps d’accès, l’amplitude horaire des services à la population, les rythmes scolaires, les rythmes de travail, structurent la vie sur nos territoires, il est donc important de s’y intéresser au même titre que l’espace.

13Le temps que l’on met pour se rendre dans un service public, aller au travail, faire des achats conditionne notre pratique du territoire et facilite ou non l’organisation de nos temps quotidiens. La localisation des différents services publics devra donc être faite au regard des temps d’accès et cela de manière équitable sur l’ensemble du territoire. Par ailleurs, leur implantation devra aussi rechercher à conforter les logiques de proximité, les centralités, les pôles de services, sources de gain de temps pour l’habitant.

Des rythmes de vie diversifiée

14Les usages des services évoluent en fonction des périodes, selon que l’on est en semaine ou en week-end, l’hiver ou l’été, en période scolaire ou en vacances… Les services publics doivent donc tenir compte de ces différentes périodicités et des pratiques afférentes pour définir leur offre.

15Les rythmes de vie des habitants et des usagers du territoire (touristes, actifs…), auront aussi une influence sur l’offre des services publics. Entre une commune périurbaine où la majorité de la population sera absente en journée, un quartier où la population est en grande précarité et au foyer, une zone d’activité, une zone touristique, les attentes en matière d’horaires d’ouverture et de services différeront du tout au tout.

16Ainsi par exemple pour les médiathèques, les différentes formules (d’abonnement, de prêt) devront tenir compte des rythmes de vie. Par exemple, une personne en recherche d’emploi, en intérim, un touriste, prendra difficilement un abonnement à l’année ; les familles avec enfants auront du mal à libérer du temps pour venir toutes les 3 semaines rendre les livres… Les modalités horaires des services publics doivent donc s’adapter au contexte local et aux rythmes de vie de leurs usagers.

17Enfin, de plus en plus de personnes courant après le temps, souhaitant l’optimiser au mieux, les pouvoirs publics doivent savoir répondre à ces attentes, en informant la population de l’offre existante, en développant les e-services (prolongation des prêts, réservation de documents, médiathèque numérique) ou les services 24h/24 (boîte de retour des livres), et en simplifiant les démarches, en développant les guichets uniques.

Les grandes réformes : quelles conséquences sur les temporalités locales ?

18Quand de grandes réformes interviennent qui modifient profondément les temporalités locales (ex. la loi sur les 35 heures, les réformes successives des rythmes scolaires, la modification en 2011 du cadencement et des horaires des trains par la SNCF), ou lorsque des réformes ouvrent de nouvelles possibilités temporelles (ex. ouverture des commerces le dimanche), il est important que l’ensemble des acteurs locaux se concerte pour redéfinir les nouveaux rythmes locaux, les évolutions à apporter à l’offre de services, aux organisations du temps de travail, etc.

La réforme des rythmes scolaires de 2013 et 2014 à Montpellier

19Cette réforme a abrogé la semaine de 4 jours et a instauré la semaine de 4,5 jours avec le mercredi matin travaillé à l’école primaire. Cette réforme a modifié en profondeur les rythmes de vie locaux.

  • 1 L’agglomération a été la seule en France à offrir à l’ensemble des acteurs locaux un espace de con (...)

20Au niveau de l’agglomération de Montpellier1, la réforme a changé les rythmes de vie de 35 000 enfants, de 25 % de la population (familles qui ont un enfant en primaire) et de 22 % des actifs occupés qui habitent l’agglomération et ont un enfant en primaire.

21Elle a eu un impacte sur l’Éducation nationale, l’offre péri et extrascolaire des communes, les associations culturelles et les clubs sportifs, les équipements culturels et sportifs, l’offre de transports, les entreprises, mais aussi de manière moindre l’ensemble des services à la population et des commerces (ex. le mercredi matin, on ne va plus chez le médecin).

Schéma Les impacts de la réforme scolaire

Schéma Les impacts de la réforme scolaire

L'exemple des médiathèques

22Parmi l’ensemble des services impactés par cette réforme, il y avait bien entendu les médiathèques et ce, à plusieurs titres.

23Avec la modification des rythmes scolaires (fin des cours plus tôt l’après-midi, mercredi matin travaillé), les sorties scolaires à la médiathèque vont se faire plus rares les après-midi et les familles avec enfants ne fréquenteront plus la médiathèque le mercredi matin. Comment proposer aux classes de nouveaux créneaux horaires les mercredis matins en plus du grand public ? Comment repositionner les animations jeunesses ?

  • 2 < www.lireetfairelire.org >.

24Cette réforme, augmente aussi le temps périscolaire et invite l’ensemble des acteurs locaux à se mobiliser pour en faire un temps de qualité. Les médiathèques qui disposent de nombreuses ressources éducatives : livres, multimédia, jeux, films, musiques…, mais aussi de locaux et de compétences peuvent être mises à contribution. Cela fait évoluer leur rôle car cette réforme les invite à s’inscrire dans la politique éducative des communes, à accueillir des groupes d’enfants sur le temps périscolaire au sein de leurs locaux, à renforcer leurs interventions au sein des écoles (prêt de livres, de jeux, formation des animateurs communaux à la littérature jeunesse et aux jeux, intervention dans les écoles) et à agir en partenariat avec d’autres bibliothèques ou avec des associations comme « lire et faire lire 2».

  • 3 Voir la contribution de Chrystelle Amblard : « Tempo territorial : la gestion du temps urbain », p. (...)

25Comme on le voit par cet exemple, les mutations temporelles peuvent fortement impacter le territoire et ses services. Si les acteurs locaux se concertent et font évoluer leur offre aux regards de ces nouvelles temporalités, cela permettra aux services publics de répondre de manière adéquate aux attentes locales. En revanche, si les acteurs locaux ne prennent pas toute la mesure de ces évolutions, leurs offres risquent d’être décalées par rapport aux rythmes de vie, voire inadéquates (ex. il est inutile de maintenir les animations grand public pour les 3-10 ans le mercredi matin). Il est donc important d’avoir sur les territoires, des missions temps3 à même d’interpeller et de travailler avec les acteurs locaux autour de ces évolutions temporelles.

Évolution des rythmes de vie et évolution des services

26Comme nous l’avons vu précédemment, les rythmes de vie ont beaucoup évolué et le fonctionnement ainsi que que l'offre de nombreux services à la population doivent s'adapter.

Les piscines

27L’avènement du temps libre et des loisirs, mais aussi l’augmentation de la durée de vie et des préoccupations liées au maintien en forme, font qu’il existe aujourd’hui une forte demande au niveau des piscines, au-delà de l’apprentissage de la natation et du sport de haut niveau.

28Pour répondre à l’ensemble de ces demandes, les collectivités sont amenées à ouvrir les piscines de plus en plus, sur des plages horaires très larges (par exemple de 8 h à 22 h), 7/7, mais aussi pendant les vacances.

29Une fois ces amplitudes d’ouverture définies, il s’agit alors pour la collectivité de répartir les différents créneaux horaires entre les 5 grands types de pratiques que sont le sport, les loisirs, la santé, l’apprentissage de la natation et le sport de haut niveau et les 3 différents types d’occupants que sont le grand public, les scolaires et les clubs sportifs.

30Une des briques les plus structurantes de l’organisation des piscines est les rythmes scolaires du primaire, car l’apprentissage de la natation est l’une des compétences obligatoires des collectivités gestionnaires de piscines. Ainsi, quand les rythmes scolaires changent en 2013-2014, l’organisation horaire des piscines est fortement impactée, car avec ces après-midi réduites, les scolaires perdent 4 créneaux horaires sur les 16 dont ils disposent chaque semaine. Les collectivités sont donc amenées à réaffecter 2 créneaux horaires les mercredis matin aux scolaires, alors qu’ils étaient traditionnellement affectés aux écoles de natation des clubs ou au grand public. La modification du mercredi matin induit alors de nouveaux changements sur l’ensemble de la semaine (par exemple, modification des horaires grand public le mercredi après-midi, attribution de créneaux aux clubs le dimanche matin, déplacement des écoles de natation en fin d’après-midi…).

31Au-delà de la natation scolaire, d’importantes demandes existent au niveau des ouvertures grand public, car elles permettent de répondre à des pratiques sportives, de loisirs et de santé, occasionnelles ou régulières, en individuel ou en groupe (couple, famille, amis). De manière à répondre à la diversité de ces attentes et des rythmes de vie : la retraitée qui sera libre en semaine, le salarié qui souhaite nager entre 12 h et 14 h ou après le travail, la famille ou les jeunes qui voudront profiter de la piscine le mercredi après-midi, le week-end ou pendant les vacances.

Les horaires élargis des piscines, Montpellier

L’agglomération de Montpellier a élargi les horaires grand public de ses piscines pour que chacun dispose, à proximité de chez lui, d’au moins une piscine ouverte en nocturne tous les soirs et tout le week-end. Chaque piscine assurant 2 nocturnes en semaine et 2 demi-journées le week-end. Cette réorganisation de l’ensemble des horaires du réseau s’est accompagnée d’une réorganisation des temps de travail et des missions du personnel.

Dans tout projet temporel, il faut rechercher le meilleur compromis entre : les attentes des usagers, le fonctionnement des équipements et l’organisation du temps de travail du personnel.

32Enfin, il s’agit aussi d’attribuer des créneaux horaires aux clubs qui proposent des activités à l’année à leurs adhérents. Activités variées qui vont de l’école de natation, au sport de compétition, à l’activité santé (par exemple, aquagym) ou de loisirs (par exemple, plongée), qu’il s’agit alors de répartir de manière équitable en répondant aux attentes locales.

L'offre de garde d'enfants des 0-3 ans

  • 4 Sandrine Micheaux, Olivier Monso, « Faire garder ses enfants pendant son travail », Insee Première, (...)

33L’entrée massive des femmes sur le marché du travail, a amené la France à développer une offre de modes de garde pour les 0-3 ans. Actuellement durant leur temps de travail, les parents ont recours1F4 pour les deux tiers d’entre eux à de la garde individualisée (assistante maternelle, nourrice, garde d'enfants à domicile) et pour le tiers restant à de la garde collective (crèche, halte-garderie).

34L’offre existante répond principalement à des parents qui ont un emploi stable, avec des horaires de travail classiques en semaine (4 ou 5 jours par semaine, du lundi au vendredi, de 8h à 18h). Or tous les parents ne sont pas dans cette situation. Un certain nombre est en recherche d’emploi ou en formation, a des contrats précaires (intérim, CDD), des rythmes de travail atypique (ex. travail de nuit, le week-end, 3x8, horaires variables d’une semaine sur l’autre, temps partiel fragmenté…) et eux aussi ont besoin de modes de garde : de courte durée, du jour au lendemain, à horaires atypiques.

35Il est donc nécessaire de faire évoluer l’offre pour qu’elle réponde à la diversité des rythmes de vie actuels et, en particulier, aux parents les plus précaires.

36Ainsi, il faut développer les capacités de restauration des haltes-garderies de manière à ce qu’elles répondent aux parents en recherche d’emploi ou à temps partiel.

37Les crèches collectives ne doivent pas seulement accueillir des enfants 4 ou 5 jours par semaine à l’année, elles doivent aussi pouvoir accueillir des enfants sur des périodes courtes, avec des jours qui varient chaque semaine ou à temps partiel (moins de 4 jours).

38Il est important aussi de recenser les assistantes maternelles qui peuvent accueillir des enfants sur des rythmes atypiques, de manière à pouvoir orienter les parents qui ont ce besoin.

39Enfin, il est nécessaire d'avoir quelques structures à horaires atypiques pour répondre aux parents qui ont des rythmes atypiques (infirmières qui travaillent 12h sur 3 jours par semaine, personnel qui travaille la nuit, le week-end dans les transports, la sécurité, les commerces…), aux parents en situation de précarité professionnelle (intérim, CDD, stage…).

40Quand on réfléchit au modèle horaire des structures de garde, il faut néanmoins toujours garder à l'esprit l'intérêt de l'enfant et de la vie familiale. Généraliser une offre de garde qui réponde à la diversité des rythmes de travail, sans se préoccuper des rythmes des enfants n'est pas souhaitable. Dans certaines communes, il y a eu la volonté d'aller vers un élargissement des horaires des structures d'accueil de la petite enfance, qui s'est souvent traduit par des ouvertures jusqu’à 19h au lieu des 18h-18h30 habituels. Ces expériences se sont souvent révélées être des échecs car la plupart des parents récupèrent leurs enfants avant 18h30. En effet, une fois rentré à la maison, il faut encore s’occuper des toilettes, du repas avant de coucher les enfants vers 20h-20h30. De plus, 19 h ne répond pas aux vrais rythmes atypiques qui nécessitent des structures ouvertes sur des amplitudes très larges avec des formules extrêmement souples.

Exemple

Exemple : « Enfant Présent » une crèche familiale ouverte 24h/24, 7j/7 à Paris accueille beaucoup d’enfants de familles monoparentales dont les parents ont un travail très précaire, avec des horaires atypiques. En offrant un mode de garde adéquat à ces familles, cette crèche permet d’éviter les éventuelles et parfois graves conséquences d’une impossible gestion du temps de vie en famille.

L’accueil en bibliothèque

41Comme on l’a vu plus haut, les médiathèques ne peuvent échapper longtemps à cette nécessité, dictée par la diversité des rythmes actuels, d’offrir à leurs usagers de larges amplitudes horaires au niveau de leur réseau, en coordonnant les horaires des différentes médiathèques.

42Les nouveaux rythmes scolaires privent, au moins pour une demi-journée, les enfants d’un accueil accompagné familialement. Dans le même temps, l’ouverture du dimanche, comme en témoignent tous les professionnels des médiathèques concernés, constitue un créneau incomparable pour l’accueil des familles, qui ont de moins en moins de possibilité de fréquenter la bibliothèque en semaine. Il ne s’agit nullement d’ouvrir toutes les bibliothèques d’un même réseau ce jour-là, mais de donner une chance aux familles de pouvoir fréquenter ensemble un lieu de culture et de sociabilité dans un climat de détente.

43D’autre part, il convient de s’interroger sérieusement sur la fermeture du lundi, qui prive de facto des parties actives de la population : celle des commerçants (qui travaillent le samedi et, pour quelques-uns, le dimanche), et celle qui, travaillant les samedi et dimanche (transports, sécurité, santé, etc.), récupèrent du temps de repos et de loisirs ce jour-là.

44Ces quelques éléments de réflexion sur la gestion du temps d’accueil du public sont de nature à inciter les collectivités et les professionnels à placer la médiathèque dont ils ont la charge, dans le continuum spatial et temporel du rythme urbain, et à harmoniser leur accueil à la disponibilité temporelle des citoyens.

Notes

1 L’agglomération a été la seule en France à offrir à l’ensemble des acteurs locaux un espace de concertation et de co-construction lié à la réforme des rythmes scolaires.

2 < www.lireetfairelire.org >.

3 Voir la contribution de Chrystelle Amblard : « Tempo territorial : la gestion du temps urbain », p. 73.

4 Sandrine Micheaux, Olivier Monso, « Faire garder ses enfants pendant son travail », Insee Première, n°1132, avril 2007. [En ligne] : < http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=ip1132%C2 >.

Table des illustrations

Titre Schéma Les impacts de la réforme scolaire
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/3260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search