Version classiqueVersion mobile

Ouvrir plus, ouvrir mieux

 | 
Georges Perrin

Partie 1. L’ouverture élargie des bibliothèques : work in progress

De la bibliothèque au Learning Center (Lille 3) : un accueil renouvelé pour tous les publics

par Isabelle Westeel

Texte intégral

1Le service commun de la documentation (SCD) de Lille 3 dessert une université arts, langues, lettres, sciences humaines et sociales de 18 000 étudiants et 800 enseignants, implantée à Villeneuve-d’Ascq. Il comprend la bibliothèque universitaire (BU) et vingt-deux bibliothèques d’UFR ou de laboratoires de recherche. Un SIGB et un catalogue communs ainsi qu’un service de catalogage centralisé structurent ce réseau qui emploie une centaine d’agents et conserve 1,2 million de documents.

2La BU, construite en 1974, est un bâtiment de 17 000 m², dont 12 000 m² de services publics et internes et 5 000 m² de magasin de conservation, 800 000 documents soit 23 kilomètres linéaires de collections, dont 200 000 documents en libre accès, et 1 200 places assises.

3L’université Lille 3 et la Région Nord-Pas de Calais portent un ambitieux projet de Learning center (LC) inscrit dans le cadre d’un projet régional de maillage du territoire d’un réseau de quatre LC thématiques1 (« les faits religieux » à l’abbaye de Vaucelles près de Cambrai, « l’innovation » à Lille 1, « l’archéologie, l’égyptologie et les SHS » à Lille 3, enfin « la ville durable » à Dunkerque) ayant vocation à accueillir tous les publics, prenant en compte les nouveaux modes d’enseignement, la culture numérique et la formation tout au long de la vie. Le projet de Lille 3 bénéficie d’un financement Plan Campus et Contrat de plan État-Région (CPER).

4Ce projet transversal et structurant, inscrit dans le projet d’établissement de l’université et concernant l’ensemble du campus, comprend une programmation de valorisation de la recherche débutée en janvier 20112, une bibliothèque universitaire repensée et mise au service d’une pédagogie renouvelée. Dans ce cadre, le SCD a mené des études destinées à mieux connaître le fonctionnement du bâtiment actuel afin de nourrir la programmation. Les principaux indicateurs relevés, quantitatifs et qualitatifs, concernent les publics et les espaces y compris les services associés.

5Le concept de Learning centre implique un ancrage physique fort dans un lieu stratégique en termes de visibilité, d’emplacement, de fréquentation et d’amplitude d’ouverture.

Mieux connaître les publics et les usages 

Le nombre d’entrées

6Les statistiques de fréquentation des bibliothèques universitaires (enquête RAP/ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche) comptabilisent le nombre d’entrées dans le bâtiment. À la BU de Lille 3, on dénombre environ 500 000 entrées par an, 451 853 entrées en 2013, soit 2 061 entrées par jour en moyenne. Cet indicateur ne reflète que partiellement l’activité de la bibliothèque. Les études nécessaires à la programmation ont poussé à vouloir en savoir plus sur l’occupation des espaces. Faute d’un logiciel capable de rendre compte du nombre d’usagers présents dans le bâtiment, un système de relevé manuel (avec compteur mécanique) à heures ouvrées, confié aux agents en service public dans les différents espaces, a été mis en place entre septembre 2013 et juin 2014. Les indicateurs recueillis font état des tendances suivantes : on compte 600 usagers présents aux heures de pointe. Les périodes les plus chargées de la journée sont la fin de matinée et le milieu d’après-midi.

Graphique 1. Présence des usagers à la BU selon les heures

Graphique 1. Présence des usagers à la BU selon les heures

Graphique 2. Occupation des espaces de travail de la BU

Graphique 2. Occupation des espaces de travail de la BU

7Sur la période de septembre à fin-mai, les pics de fréquentation s’enregistrent la première quinzaine de décembre, la semaine de réouverture en janvier et à la mi-mai. Ces périodes correspondent aux périodes de révisions et des évaluations des 1er et 2e semestres.

8Ce comptage a permis d’évaluer le nombre de places de travail souhaitées dans le futur bâtiment, en tenant compte de ces chiffres et de l’effet d’appel d’un nouvel équipement.

Les lecteurs actifs

  • 3 Depuis 2013, les étudiants de Lille 3 sont automatiquement inscrits à la bibliothèque par le biais (...)
  • 4 <  http://bibliotheques.univ-toulouse.fr/fichiers/etude-emprunt-en-bu-et-reussite-en-licence20121221.pdf >.

9Le recours à la documentation par les étudiants se mesure aussi par la notion de lecteurs actifs3 : lecteurs inscrits à la bibliothèque ayant effectué au moins un emprunt. En 2013, 1 étudiant de licence sur 3, 2 étudiants de master sur 3, 1 étudiant de doctorat sur 2 sont lecteurs actifs de la BU. L’effort doit notamment porter sur les étudiants de licence et plus particulièrement la 1re année. Un des objectifs du LC est d’aider encore à la réussite étudiante. En 2012, une étude menée par le SICD et l'Observatoire de la vie étudiante (OVE) de l’université de Toulouse démontre une corrélation entre l’utilisation des bibliothèques, mesurée par l’emprunt de livres, et la réussite des étudiants au cours des trois années du cycle licence4.

Que font les usagers à la BU ?

  • 5 Juliette Lefevre, Observation des usages et usagers du SCD Lille 3, 6-21 mars 2012, stage d’observ (...)

10Début 2012, une enquête5 qualitative est menée, consistant à observer les usagers de la BU tant dans leurs postures que dans leurs activités et à relier, dans la mesure du possible, cette observation avec les services offerts. Cette enquête a permis de relever deux tendances majeures sur les usages du public et de confirmer le travail à mener pour faire de la BU un véritable outil de la réussite étudiante.

Un lieu de sociabilité

11Selon Juliette Lefevre : « La bibliothèque est d’abord un lieu de sociabilité où s'expriment et se retrouvent les différents groupes sociaux et communautés étudiantes. Ce sont les besoins d'échanges entre pairs qui influencent la façon de se placer dans les locaux. Dès lors qu'il y a identification et reconnaissance mutuelle, on cherche à se placer selon le critère d'appartenance pour produire des travaux collectifs ou bien pour s'entraider dans des recherches demandées par le corps enseignant. »

Des logiques d’appropriation des écrits

12Elle ajoute : « Le second usage est directement lié à des logiques d'appropriation des écrits. On constate deux types de relation à l'écrit soit par la lecture soit par l'écriture. La relation de production d'écrits semble prépondérante : on recherche la bibliothèque comme le cadre idéal pour écrire. Qu'il s'agisse de remettre en forme les notes de cours, de travailler collectivement un sujet donné, de prendre des notes à partir de livres ou de l'écran de l'ordinateur, les postures liées à l'écrit sont multiples. Elles paraissent primordiales dans l'usage qui est fait du lieu. L'usage des collections comme ressources est présent mais pas central parmi les comportements observés. Cet usage va déterminer la configuration des espaces. »

Un équipement ouvert à tous les publics ?

Un rayonnement territorial limité

  • 6 Le public fréquentant la bibliothèque sans effectuer une transaction ne peut être comptabilisé.
  • 7 < http://inforum.univ-lille3.fr/2013/10/le-mois-de-larcheologie-egyptienne-a-lille-3/ >.

13Il est souvent nécessaire de rappeler que les bibliothèques universitaires sont ouvertes à tous les publics, même si la communauté universitaire est le public naturel et captif. À Lille 3, l’accès et la consultation des ouvrages d’accès libre sont libres et gratuits. Les inscriptions du public autre que le public universitaire (étudiant et enseignant) sont cependant limitées6 : 3,5 % des lecteurs actifs, soit 333 usagers sur 9 472. Très logiquement, plus de la moitié de ce public vient de Lille et de ses très proches environs. On compte 42 inscrits habitants de Villeneuve-d’Ascq. C’est trop peu. Un des projets du LC est de participer à la valorisation urbanistique de l’ensemble du quartier et de retrouver ce lien avec la ville, pensé lors de la conception de l’université dans les années 1960. Des collaborations existent avec la médiathèque de Villeneuve-d’Ascq dans le cadre du LC7. D’autre part, Lille Métropole met actuellement en œuvre un projet « Livre et lecture » associant bibliothèques publiques et universitaires.

L’impact du Learning center

  • 8 <  http://inforum.univ-lille3.fr/2013/07/plus-de-1400-visiteurs-sont-venus-rencontrer-nos-fabuleux-paysans-gaulois-a-asnapio/ >.

14Depuis 2011, Lille 3 développe une programmation scientifique du Learning center riche de conférences, d’expositions, d’ateliers à destination des scolaires dans et hors les murs. Les conférences rassemblent régulièrement plus de 100 personnes, le public étant très divers. Les ateliers pour les scolaires sont très demandés8. Le Vase qui parle, exposition de préfiguration du LC, présentée à la BU entre avril et juin 2013, a permis d’accueillir plus de 1 000 visiteurs, dont parfois un public familial le samedi matin. C’est un public tout à fait inhabituel que la BU a vu arriver dans ses locaux.

Proposer divers types d’espaces orientés par destination

15Le bâtiment actuel est devenu inadapté aux contraintes de fonctionnement des services et surtout aux comportements du public. Les conditions de travail des usagers ne sont pas bonnes, parfois même qualifiées de difficiles (manque de lumière, de confort, de prises, bruit). La configuration du bâtiment rend l’ensemble des services très peu lisible pour les usagers ; elle peut décourager la fréquentation et, dans certains cas, contribuer à susciter des conflits, les usages possibles et prescrits entrant en contradiction avec les pratiques effectives du public.

16Dans les conditions actuelles, l’une des principales limites à la qualité du service réside dans la nature des places assises, qui ne constituent ni des postes individuels de travail, ni de véritables espaces de travail en groupe. Cette disposition est peu propice tant pour le travail individuel que pour le travail collectif.

Imaginez votre future bibliothèque

  • 9 Anne Morenvillé, « Enquête auprès des publics de la Bibliothèque universitaire centrale de Lille 3 (...)

17Dans la perspective du LC, le SCD a mené en 2012 une enquête auprès des publics et des non-publics. Elle avait pour objectifs de mieux connaître les usages et les attentes concernant les services, l’offre documentaire mais aussi la dimension architecturale et l’aménagement du bâtiment9. Cette enquête qualitative, par entretiens et focus-groupes, a utilisé la méthode de démarche d’évaluation post- occupationnelle* (Post-Occupancy Evaluation*, POE). Chaque étudiant s’est vu remettre un lot de photos de bibliothèques parmi lesquelles il lui a été demandé de choisir. Durant le 2e exercice, il lui a été proposé d’imaginer trois à quatre espaces du futur bâtiment, avec la possibilité d’illustrer chaque espace d’une ou plusieurs photos. Il s’agissait de photos prises à l’intérieur de diverses bibliothèques universitaires (la BULAC à Paris, Robert de Sorbon à Reims, Maastricht, Utrecht et Leyde aux Pays-Bas) et bibliothèques publiques (Les Champs libres à Rennes, Almere, Amsterdam, Lelystad, Rotterdam aux Pays-Bas, Singapour). On constate une forte convergence des besoins exprimés.

Focus

La demande concerne des espaces de travail en groupe, des espaces pour le travail seul, des espaces de détente et cafétéria. Des espaces de détente hors cafétéria sont très importants pour les étudiants C’est la mixité travail-détente, table-fauteuil qui est recherchée : « J’aime bien l’idée d’un espace intermédiaire entre travail et repos » dit un étudiant.

Diversification des espaces et présence au public redéfinie

18Le projet architectural du LC doit permettre de concevoir des espaces adaptés à ses missions. La programmation des espaces de travail devra prendre en compte certains principes d’organisation :

  • la création de places de travail adaptées aux pratiques de travail : travail en groupe, travail individuel, travaux tutorés, séminaires, ateliers, labs, research commons avec principes à la fois de zonage et de modularité ;
  • l’utilisation de ratios de programmation adaptés aux bibliothèques pour garantir la qualité des espaces de travail. Une bibliothèque « pleine » est un lieu où il est impossible de travailler…

19Dans ce cadre rénové, le rôle des personnels se trouve considérablement modifié. Liées à la mise en place de la RFID, les opérations de transactions se trouvent déportées. La « médiation ambulatoire »* devient une fonction déterminante du rôle des personnels, toutes catégories confondues, ce qui suppose une grande disponibilité et une redéfinition des emplois. Le personnel doit être « visible » partout.

Des horaires d’ouverture élargis

20L’ouverture du nouveau bâtiment amènera très logiquement une réflexion sur la question des horaires d’ouverture. Actuellement, la BU est le service qui a l’amplitude horaire la plus importante dans l’université : 59 h 30 d’ouverture par semaine (8 h 30-20 h du lundi au jeudi, 19 h le vendredi, 9 h-12 h le samedi). Il est difficile d’augmenter l’ouverture hebdomadaire pour plusieurs raisons : les impératifs du bâtiment, un bâtiment dépassé qui génère des coûts importants de fonctionnement, l’absence de vie sur un campus situé en zone péri-urbaine et sans résidences universitaires et les coûts (en emplois étudiants notamment).

21L’environnement doit pouvoir se prêter à des horaires élargis : ouverture du campus, restauration, sécurité, fonctionnement des infrastructures réseau, moyens de transport et vie sur le campus. La faible attractivité du campus, malgré une politique culturelle très active, et de son environnement urbain fait que la présence des usagers potentiels* et réels est conditionnée par le calendrier universitaire. Une ouverture 7 j/7 - 24 h/24 à l’exemple de certains Learning Centres anglo-saxons n’est pas envisagée.

22Ces dernières années, l’effort s’est porté sur les bibliothèques associées. Grâce à des mesures d’aide de l’université, elles ouvrent 40 h/semaine en moyenne du lundi au vendredi. 50 % des bibliothèques associées dépassent cette moyenne et certaines ouvrent jusqu’à 50 h/semaine. Une harmonisation des horaires* de l’ensemble de ces bibliothèques est actuellement engagée, associée à une carte documentaire du campus plus lisible.

23La BU a aussi travaillé à l’augmentation du volume horaire plutôt sur un allongement dans l’année que dans la journée : augmentation du nombre de jours d’ouverture dans l’année et ouverture en dehors des calendriers de fonctionnement normal de l’université : pauses pédagogiques, vacances de Noël, fin août (pré-rentrée) afin de répondre à une demande étudiante.

Quelles demandes ?

24L’augmentation du volume horaire d’ouverture de la BU est une demande récurrente. À Lille 3, celle-ci semble porter davantage sur une ouverture plus matinale que vespérale et sur une prolongation le samedi après-midi. L’ouverture le dimanche n’est pas évoquée. L’enquête de 2012 a permis de relever quelques demandes, en particulier l’ouverture le matin dès 8h00 pour coller aux horaires des transports en commun et éventuellement l’extension des horaires en soirée jusqu’à 21 h 00 ou 22 h 00, au minimum, en période d’examen (comme, par exemple, Les Nocturnes des BU de Paris Descartes). De façon très légitime, l’ouverture du samedi après-midi est demandée, les horaires actuels ne correspondant pas au rythme « physiologique » du public étudiant.

Un lieu de vie largement ouvert

25Il est clair que la création de nouveaux espaces et la refonte du service à l’usager donneront une latitude certaine pour faire évoluer les horaires d’ouverture, dans leur amplitude quotidienne, hebdomadaire et annuelle. Il est évident que l’ouverture d’un nouvel équipement associée à une programmation scientifique et culturelle destinée à tous les publics devra répondre à des impératifs d’ouverture élargie. Les avancées pourront se faire dans plusieurs directions :

  • le développement de services physiques et en ligne ouverts plus largement (robot de retour accessible à l’extérieur du bâtiment, commandes d’ouvrages en magasin et réservations en ligne, accès amélioré aux ressources électroniques) ;
  • la flexibilité : l’organisation des espaces détermine le nombre d’agents nécessaires pour assurer l’ouverture au public. Une conception des espaces permettant une ouverture du bâtiment et un dispositif de service public modulables en fonction de la période et de l’affluence (débuts d’année, périodes d’examen, plages horaires de forte fréquentation), ou en fonction d’actions spécifiques favorisent une large amplitude d’ouverture ;
  • la lisibilité des horaires peut être en concertation avec les autres bibliothèques du territoire.

26Les décisions dépendront en grande partie des moyens pouvant être engagés. Il faudra mettre en place un système de compensation pour les personnels sans que cela impacte les jours et heures d’affluence du public et le travail interne.

27Les bibliothèques doivent désormais proposer plus que de la documentation, un lieu de vie et de formation offrant de meilleures conditions d’accès à l’information. Des horaires élargis et des services mieux adaptés font partie du programme. Au cœur de l’université, le Learning Center devra aussi tenir compte du contexte territorial et des mutations urbaines.

Notes

1 < https://www.nordpasdecalais.fr/jcms/c_5311/learning-centers >.

2 < http://learningcenters.nordpasdecalais.fr/archeologie-egyptologie/ >.

3 Depuis 2013, les étudiants de Lille 3 sont automatiquement inscrits à la bibliothèque par le biais de la carte multiservices.

4 <  http://bibliotheques.univ-toulouse.fr/fichiers/etude-emprunt-en-bu-et-reussite-en-licence20121221.pdf >.

5 Juliette Lefevre, Observation des usages et usagers du SCD Lille 3, 6-21 mars 2012, stage d’observation enssib, DCB 21, 2012 (non publié). Ce rapport fait plusieurs fois référence à l’enquête de Mariangela Roselli et Marc Perrenoud, Du lecteur à l’usager : ethnographie d’une bibliothèque universitaire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2012 (Socio-logiques).

6 Le public fréquentant la bibliothèque sans effectuer une transaction ne peut être comptabilisé.

7 < http://inforum.univ-lille3.fr/2013/10/le-mois-de-larcheologie-egyptienne-a-lille-3/ >.

8 <  http://inforum.univ-lille3.fr/2013/07/plus-de-1400-visiteurs-sont-venus-rencontrer-nos-fabuleux-paysans-gaulois-a-asnapio/ >.

9 Anne Morenvillé, « Enquête auprès des publics de la Bibliothèque universitaire centrale de Lille 3 », Insula [En ligne] : <  http://bsa.biblio.univ-lille3.fr/blog/2013/04/enquete-publics-bibliotheque-universitaire-lille-3/ >.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Présence des usagers à la BU selon les heures
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/3231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Graphique 2. Occupation des espaces de travail de la BU
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/3231/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Presses de l’enssib, 2014

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search