Version classiqueVersion mobile

Mettre en œuvre un plan de classement

 | 
Bertrand Calenge

Glossaire

Texte intégral

Cadre de classement

1Un cadre de classement désigne le système général adopté pour le classement des documents. Il se distingue du plan de classement en ce qu’il ne représente que l’architecture générale du mode de classement, sans préciser le détail de toutes les cotes retenues.

Classement

2Pour des collections, le classement est le mode de rangement des documents sur ou dans des meubles. Le classement s’effectue en suivant un cadre de classement, ensemble de règles de dénomination et d’ordonnancement, telles que l’ordre alphabétique des auteurs, l’ordre d’entrée dans la bibliothèque, une classification, ou un plan de classement.

Classification

3Une classification est un système organisé et hiérarchisé de classement des connaissances dans un domaine particulier, voire de la totalité des connaissances. La cohérence de la classification est bornée par son ambition d’organisation du savoir : on peut trouver des classifications encyclopédiques ou spécialisées. Le codage, qui fait fréquemment appel à des suites de lettres et/ou de chiffres, produit des indices. Attribuer à un ensemble de documents des indices construits à partir d’une classification est une opération purement analytique, indépendante de la localisation de ces documents, pour laquelle on adopte un classement.

Classification à facettes

4Une classification à facettes a pour objectif de décrire le contenu des documents sous ses différents points de vue par l’intermédiaire d’un indice unique. Elle est aussi appelée classification analytico-synthétique. La plus célèbre de ces classifications est la classification de Colon98 , établie originellement par S. R. Ranganathan et surtout utilisée en Inde. On soulignera que la plupart des classifications présentent peu ou prou de telles facettes : par exemple la classification de Dewey adjoint aux indices principaux des subdivisions communes pour refléter la dimension historique, géographique, etc., du contenu d’un document.

Classification Cunningham

  • 99 Nicole-Genty Geneviève. « Les classifications médicales ». Bulletin des bibliothèques de France, 1 (...)

5Cette classification, établie par E. R. Cunningham, bibliothécaire de la « Vanderbilt University Medical School Library », fut publiée en 1928. Son schéma est divisé en quatre parties : sciences biologiques, systèmes organiques du corps, sujets cliniques, sujets paramédicaux. Les indices sont des combinaisons de lettres et de chiffres avec des lettres capitales pour les grandes divisions, des chiffres puis des minuscules et de nouveaux des chiffres pour les subdivisions. Elle fut recommandée aux Écoles nationales de médecine en 1957 par la Direction des bibliothèques de France99 , mais peu de bibliothèques l’adoptèrent. Beaucoup de bibliothèques médicales lui préfèrent aujourd’hui la classification de la National Library of Medicine.

Classification de la National Library of Medicine (NLM)

6Conçue dans l’immédiat après-guerre aux États-Unis, cette classification, prévue originellement pour remplacer la partie médicale de la « Library of Congress », suit le même système de notation, consistant en lettres majuscules suivies de chiffres. C’est une notation simple, comportant au maximum cinq éléments, d’apparence beaucoup moins hiérarchisée que les autres classifications. Elle est constamment mise à jour100.

Classification décimale de Dewey (CDD)

7Cette classification encyclopédique a été élaborée dans sa première version en 1876 par Melvil Dewey, bibliothécaire américain. Elle est conçue comme une décimalisation de l’unité 1, censée représenter la totalité du savoir. On dénombre ainsi 10 classes (soit de 0,1 à 0,9, le zéro et la virgule étant omis et tout indice devant comprendre au moins 3 chiffres, soit ici 100 à 900), 100 divisions (110 à 990), 1 000 subdivisions, etc. La simplicité et la souplesse du système de classification ont contribué à en faire une des classifications encyclopédiques les plus utilisées dans les bibliothèques. Toujours actualisée, elle en est à sa 22e édition101.

Classification décimale universelle (CDU)

8Dérivée de la classification décimale de Dewey, la CDU a été élaborée par Henri Otlet et Paul La Fontaine en 1905. Appuyée sur les mêmes principes décimaux que la classification de Dewey, elle s’en distingue par l’ajout de multiples signes diacritiques permettant d’affiner la représentation de divers points de vue. La complexité de son utilisation et de sa lecture tend à en réduire l’utilisation depuis les dernières années du xxe siècle, d’autant qu’une absence de contrôle sur sa maintenance ne lui permettait pas de suivre les évolutions du savoir. Elle est toujours active depuis que l’UDC consortium102 en a acquis la propriété en 1992 et veille à son actualisation.

Corpus (cotes de)

  • 103 Béguet Bruno. « Des corpus dans un plan de classement ». Bulletin des bibliothèques de France, 200 (...)

9Un corpus est un ensemble de documents réunis dans une perspective d’organisation et de cohérence intellectuelles. En matière de classement, on utilise ce terme pour définir un ensemble de documents classés hors du cadre général de classement, selon des modalités de cotation distinctes, dans une construction intellectuelle délibérée. Les corpus les plus répandus sont ceux qui regroupent les œuvres de et sur des auteurs déterminés, classés dans l’ordre alphabétique des noms de ces personnes, sans se référer à la spécificité disciplinaire des œuvres. Ce mode de classement spécifique est signalé par des cotes de corpus, qui doivent faire l’objet de préconisations précises103.

Cotateur

10Voir Cotation.

Cotation

11Opération d’élaboration d’une cote pour un document donné. On distingue la cotation intellectuelle (détermination de la cote et inscription au catalogue par le cotateur) et la cotation matérielle (dite aussi rondage). Voir Cote.

Cote

12Codage affecté à un document matériel en vue de son classement. La cote est constituée d’un ensemble normalisé de chiffres et/ou de lettres, dont la succession ordonne le classement des documents. Les cotes peuvent reposer sur des considérations matérielles (par formats et ordre d’entrée dans des magasins par exemple), sur une classification éventuellement amendée, ou sur un plan de classement.

Cotes validées

13Les cotes validées sont des cotes impératives déterminées par un plan de classement et listées dans un manuel de cotation. Elles répondent à une organisation spatiale et intellectuelle de l’espace documentaire qui est prédéterminée, à la différence par exemple des cotes appuyées sur une classification, où le choix de la cote s’effectue document en main, après analyse du contenu et recherche de l’indice le plus représentatif de ce contenu qui sera alors choisi en guise de cote.

Cascading Style Sheets (CSS)

14CSS (feuilles de style en cascade) est un langage informatique qui sert à décrire la présentation des documents HTML et d’autres formats. L’un des objectifs majeurs de CSS est de permettre la stylisation hors des documents. Il est par exemple possible de ne décrire que la structure d’un document en HTML, et de décrire toute la présentation dans une feuille de style CSS séparée. Les styles sont appliqués au dernier moment, dans le navigateur Web des visiteurs qui consultent le document. Cette séparation fournit un certain nombre de bénéfices, permettant d’améliorer l’accessibilité, de changer plus facilement de présentation, et de réduire la complexité de l’architecture d’un document. (Source : Wikipedia, « Feuilles de style en cascade » [consulté le 30 mai 2009]).

Départementalisation

  • 104 Mauger Isabelle. La départementalisation, nouvelle présentation des collections ou nouveau modèle (...)

15Dans les plus importantes bibliothèques, la dimension des espaces documentaires a fréquemment conduit à regrouper les documents non en fonction de l’usage mais en fonction de contenus apparentés, dans des ensembles désignés comme départements ou pôles thématiques. Ces départements sont spatialement identifiés, multisupports, et dans certains cas gérés – en termes de collections comme de services – par des équipes de professionnels spécialisés. La bibliothèque présente ainsi dans son ordonnancement en libre accès une topographie volontariste des contenus (par exemple, on trouvera ici un département Sciences et techniques, là un département Sciences et loisirs, etc.)104.

Désherbage

  • 105 Gaudet Françoise, Lieber Claudine. Désherber en bibliothèque. Paris, Éditions du Cercle de la Libr (...)

16La notion de désherbage est issue des bibliothèques anglo-saxonnes (weeding) et a été importée en France par la Bibliothèque publique d’information. Elle consiste à actualiser les collections en accès libre, en en retirant les documents périmés, obsolètes, inadaptés, usagés, et/ou non consultés ni empruntés. Les opérations de désherbage s’accompagnent toujours d’une réflexion sur la réactualisation jugée nécessaire, et c’est pourquoi on lui préfère souvent le terme de requalification des collections105.

Hypertext Markup Language (HTML)

17Format de données conçu pour représenter les pages Web. C’est un langage de balisage qui permet d’écrire de l’hypertexte, d’où son nom. HTML permet aussi de structurer sémantiquement et de mettre en forme le contenu des pages, d’inclure des ressources multimédias dont des images, des formulaires de saisie, et des éléments programmables tels que des applets. Il permet de créer des documents interopérables avec des équipements très variés de manière conforme aux exigences de l’accessibilité du Web. (Source : Wikipedia, Hypertext Markup Language [consulté le 30 mai 2009]).

Indexation

18L’indexation est l’opération qui consiste à analyser le contenu d’un document, pour construire, à l’aide d’une classification, d’un thésaurus ou d’un répertoire de vedettes-matière, un ou plusieurs indices, descripteurs ou mots-matière qui rendront compte le plus fidèlement possible des contenus de ce document. L’indexation se distingue de la cotation en ce qu’elle s’attache exclusivement au contenu du document, sans préjuger de son classement matériel.

Indexation à facettes

19Voir Classification à facettes.

Indice

20Codage alphabétique, numérique ou alphanumérique, affecté à un document en vue d’en préciser le contenu selon la syntaxe d’une classification de référence.

Indice-cote

21Le terme d’indice-cote est utilisé lors de l’élaboration d’une liste de cotes validées en se servant à cet effet d’une classification préexistante. Le fait de retenir comme cotes validées certains indices pour une collection donnée distingue ces derniers comme indices-cotes.

Liste d’autorité de cotes

22La liste d’autorité des cotes est le listage de l’ensemble des cotes validées. Lorsque cette liste d’autorité est accompagnée de notes d’utilisation, on lui préfère l’appellation de manuel de cotation.

Manuel de cotation

23Le manuel de cotation est le recensement de l’ensemble des cotes validées d’une bibliothèque, accompagné de notes d’utilisation (incluant renvois, précisions d’usage, etc.). Il peut comporter des index, et des notes de version lors de sa révision. C’est essentiellement un outil de travail pour ceux qui effectuent la cotation intellectuelle.

Portable Document Format (PDF)

24Langage de description de pages d’impression créé par la société Adobe Systems. La spécificité du PDF est de préserver la mise en forme (polices d’écritures, images, objets graphiques…) telle qu’elle a été définie par son auteur, et ce quelles que soient l’application et la plate-forme utilisées pour imprimer ou visualiser ledit fichier. (Source : Wikipedia, Portable document format [consulté le 30 mai 2009]).

Plan de classement

25Un plan de classement est un texte qui décrit l’organisation, les règles de classement et les modes d’accès à un ensemble de documents constituant une collection. Il s’appuie sur des cotes validées, et prédétermine l’organisation de l’espace documentaire. Il se décline en spécifications d’organisation spatiale des ensembles documentaires en liste de cotes validées et manuel de cotation.

Plan de classement des documents musicaux (PCDM)

26Après avoir longtemps été classés selon une classification établie par la Discothèque des Halles, les documents musicaux des bibliothèques suivent une nouvelle classification élaborée par l’Association pour la coopération des professionnels de l’information musicale. Construite sur une notation décimale, cette classification se veut strictement utilitaire et destinée au classement des documents. Elle est régulièrement actualisée et en est à sa quatrième version, dénommée PCDM4106.

Recotation

27L’adoption d’un nouveau mode de classement conduit à déplacer les documents et à leur attribuer une nouvelle cote conforme au nouveau cadre de classement choisi. Cette opération, la recotation, s’effectue en deux temps, la recotation intellectuelle de chacun des documents (détermination de la nouvelle cote et inscription au catalogue) et la recotation matérielle (apposition sur l’extérieur du document de cette nouvelle cote).

Rondage

28L’opération qui consiste à apposer sur un document – en général son dos – l’étiquette portant sa cote. La cote peut être reportée sur l’étiquette manuellement, via l’imprimante d’un traitement de texte, ou via un appareil spécial nommé titreuse.

Syntaxe (des cotes ou des indices)

29La syntaxe d’une cote ou d’un indice désigne les règles d’écriture communes à tout un système de classification ou de classement. Par exemple, la syntaxe de la classification de Dewey impose notamment de toujours avoir au moins 3 chiffres, et s’il y en a davantage d’apposer un point après le troisième chiffre puis un espace après le 6e. La syntaxe d’une cote peut limiter le nombre de chiffres apposés en première ligne, et d’utiliser des caractères alphabétiques en deuxième ligne.

Table de correspondance

30Lors d’une opération de recotation, il est utile d’établir un tableau sur lequel on met en parallèle autant que possible les nouvelles cotes adoptées face aux anciennes cotes existantes. La table de correspondance peut être exploitée informatiquement pour basculer les anciennes cotes sur les nouvelles cotes dans le système de gestion bibliographique.

Notes

98 < http://www.iskoi.org/doc/colon.htm >

99 Nicole-Genty Geneviève. « Les classifications médicales ». Bulletin des bibliothèques de France, 1968, t. 13, n° 7. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1968-07-0289-001 >.

100 < http://www.nlm.nih.gov/class/ >

101 < http://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_d%C3%A9cimale_de_Dewey >

102 < http://www.udcc.org >

103 Béguet Bruno. « Des corpus dans un plan de classement ». Bulletin des bibliothèques de France, 2000, t. 45, n° 3. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2000-03-0090-001 >.

104 Mauger Isabelle. La départementalisation, nouvelle présentation des collections ou nouveau modèle de bibliothèque ? Mémoire d’étude pour le diplôme de conservateur des bibliothèques : école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques : 2002.
[En ligne] < http://enssibal.enssib.fr/bibliotheque/documents/dcb/mauger.pdf >.

105 Gaudet Françoise, Lieber Claudine. Désherber en bibliothèque. Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1999.

106 Voir sur le site de l’ACIM : < http://www.acim.asso.fr/spip.php?rubrique=7 >.

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search