Version classiqueVersion mobile

Mettre en œuvre un plan de classement

 | 
Bertrand Calenge

Partie IV : Maintenance et évolution du plan de classement

2. La BPI ou l’espace revisité

Sophie Danis

Texte intégral

  • 88 Établissement public administratif sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication, (...)

1La Bibliothèque publique d’information88 a eu 30 ans en 2007 ; durant ces trente années, elle n’a connu qu’une seule transformation majeure des espaces documentaires, intervenue lors de la rénovation du Centre Pompidou entre 1997 et 2000, transformation précédée et suivie d’ajustements fréquents du classement des collections.

  • 89 On trouvera des documents sur le détail du classement à la Bpi sur son site : < http://www.bpi.fr/fr/professionnels/documents_de_reference.html >.

2Le plan de classement des collections est issu principalement de la CDU ; les documents sont donc cotés selon cette classification décimale, avec des adaptations locales. Pour rendre compte de la mise en espace effectuée depuis 1977 dans cette bibliothèque, l’on ajoutera deux autres critères : d’une part, l’objectif initial d’un classement fondé sur les contenus et non sur les contenants, qui a connu différents avatars, et d’autre part le souci de gérer la cartographie documentaire en fonction des usages des publics. S’y ajoute un effort fondamental, et permanent depuis la création de la bibliothèque : assurer sa mission d’information en direction des publics les plus diversifiés. Après un rappel sur la période précédant la restructuration opérée en 2000, nous décrirons ici les choix opérés pour la nouvelle configuration et les évolutions intervenues depuis lors89.

AVANT 2000 : PRINCIPES ET RÉALITÉ

3La préférence initiale donnée à la CDU plutôt qu’à la classification Dewey s’explique surtout par l’origine du projet et de son fondateur – créer une sorte de filiale de la Bibliothèque nationale ouverte à tous, une « université libre » –, et par les parcours des premiers professionnels qui y travaillèrent, souvent issus des bibliothèques universitaires.

  • 90 Cf. encadré 1 p. 175.
  • 91 Il est toujours en vigueur.

4Quant à l’élaboration du plan initial de classement, la cotation des documents répondait aux critères suivants : pas plus de 75 livres par cote, pas plus de 5 chiffres dans l’indice, augmenté selon les cas de subdivisions de forme, géographiques ou chronologiques – ainsi que dans certains domaines de subdivisions rendues possibles par la CDU avec les tirets ou les barres de rapport90. Les microfilms, diapositives, vidéos étaient également classés parmi les livres à leur cote précise, les périodiques en tête de rayonnage. Comme partout, des ajustements pragmatiques avaient été faits : par exemple, une cote « 38 » rassemblait les documents sur la littérature pour la jeunesse – les œuvres elles-mêmes ne figuraient pas dans la collection, destinée aux adultes –, au motif de les rapprocher de la cote de l’éducation « 37 ». Une des options fondamentales était de rassembler les documents en fonction des recherches du lecteur : c’était le but par exemple du classement par cotes « noms propres » pour former des corpus d’auteurs ou artistes, en littérature, dans les arts ou en philosophie, plutôt que par genre littéraire, forme artistique ou école philosophique. Ce classement permet91 de trouver dans une même séquence les œuvres d’un même auteur littéraire quels qu’en soient les genres, ainsi que les études et critiques afférentes, ou encore toutes les monographies sur des artistes ayant pratiqué différentes formes, plutôt que de les voir réparties en peinture, sculpture, etc.

5Le contrôle de la cotation pour conformité à la liste-autorités était effectué document par document par la « Cellule du libre accès », avant la mise au point, quelques années plus tard, des cotes validées dans le système d’information.

6Le défi global consistait à offrir une documentation de grande ampleur en libre accès intégral, en présupposant la démarche de l’usager qui devait pouvoir chercher une information sur un sujet dans une même « alvéole documentaire » sur n’importe quel support. L’organisation était fondée sur les contenus, dans une démarche militante en faveur de la « non-discrimination » à l’égard des non-livres, reconnus comme des supports de culture et d’information à part entière. On en connaît la postérité dans d’autres établissements de lecture publique avec la départementalisation.

  • 92 Dans la CDU, la classe 8 correspond à Langues et littérature, la classe 4 n’existe pas.

7L’implantation des ensembles répondait rigoureusement aux classes de la CDU : ainsi la musique avec ses postes d’écoute était au cœur de la classe « 7 », et le laboratoire de langues se trouvait dans le secteur « 8 »92. Cependant les classes étaient implantées non pas dans l’ordre numérique mais selon des rapprochements liés à l’usage présumé des disciplines : le droit et les sciences sociales (3) à côté de l’histoire (9), au même étage que les sciences et techniques, parmi lesquelles on avait réussi à faire voisiner spatialement la gestion d’entreprise (65) avec l’économie (33) ; deux étages plus bas se trouvaient successivement les arts (7), les religions (2), la philosophie (1) et les langues et littératures (8), l’usager entrant par un niveau intermédiaire de surface plus réduite où se trouvait la classe « 0 ». Cette cartographie d’ensemble était généralement peu comprise par le public, malgré une implantation des rayonnages par « bosquets » facilement repérables grâce à une signalétique secondaire efficace.

8Très rapidement après l’ouverture, devant l’utilisation massive de certains secteurs et les problèmes constatés dans l’usage des documents, des réajustements sont intervenus à différentes échelles, remettant partiellement en cause le classement multimédia et dans le même temps le libre accès intégral. Ainsi la musique, d’utilisation trop bruyante, a été extraite de la classe 7 et circonscrite en fond de plateau, le laboratoire de langues a été étendu aux langues rares et semi-cloisonné, tandis que certains types de documents étaient rassemblés pour plus de visibilité (microfilms ou périodiques en tête de discipline) voire retirés du libre accès (vidéos). Il s’agissait là d’un moyen terme, qui allait être radicalisé lors du réaménagement effectué pour l’an 2000. À une échelle plus fine, quelques disciplines connaissaient des migrations : pour exemple, l’ésotérisme initialement classé en « 69 » au titre des sciences occultes et pour lequel une cote « 19 » fut créée en philosophie.

EN 2000 : UN AUTRE PAYSAGE DOCUMENTAIRE

  • 93 Blanc-Montmayeur Martine. « La Bibliothèque publique d'information : vingt ans après », Bulletin de (...)

9En janvier 2000, la Bpi rouvrait ses portes dans le Centre Georges Pompidou rénové, après plus de deux ans de travaux. Avec des missions et des principes inchangés pour l’institution – notamment celui du libre accès aux collections, l’implantation matérielle de la bibliothèque avait été largement restructurée, toujours sur trois niveaux mais de dimensions et de disposition différentes, et l’organisation des collections avait fait l’objet d’une réflexion approfondie. Au-delà de la métamorphose visuelle liée aux couleurs, c’est surtout l’organisation des espaces qui manifestait d’emblée les objectifs recherchés dans l’opération. Tirant les leçons de vingt années d’usage intensif d’une grande bibliothèque en libre accès, la Bpi entendait changer son paysage documentaire en le rendant plus lisible, plus facile à décrypter, tout en accordant la place nécessaire aux collections matérielles (à volumétrie égale), à l’offre sur écrans (largement accrue), et aux places de travail ou de détente (les plus nombreuses possible). Il fallait « penser, classer et ordonner encore davantage »93, segmenter de manière plus visible : les disciplines restaient un fil directeur, mais on procédait à des regroupements par usage ou par support, avec des parcours et des mobiliers différents, pour aboutir à une meilleure lecture de la carte documentaire ; bref, faire pièce à la confusion, ressentie comme croissante, des formes et des genres de la connaissance, quitte à remettre en cause le « postulat multimédia ». Le tout destiné à rendre la bibliothèque plus attractive pour les usagers – en particulier ceux qui n’étaient pas étudiants – découragés par l’ampleur et la dispersion de l’offre.

REMISE EN CAUSE DU CLASSEMENT ENCYCLOPÉDIQUE : DES ESPACES DÉDIÉS EN FONCTION DES USAGES

10Avant d’atteindre les secteurs correspondant plus traditionnellement à une bibliothèque d’étude, le public traverse d’abord plusieurs espaces dédiés à d’autres besoins : information rapide, informations d’ordre social et professionnel, formation, actualités : un paysage documentaire destiné à affirmer la vocation de la Bpi à servir tous les publics pour tous les usages.

  • Les informations sociales et pratiques : le premier niveau était conçu comme un « service de référence » par les segments de l’offre qui s’y trouvaient rassemblés tant sous forme imprimée qu’en ligne (emploi et orientation professionnelle, vie à Paris, annuaires, mais aussi encyclopédies et dictionnaires, biographies, bibliographies) : des collections réduites dans un espace destiné à l’information de « première nécessité », qui se voulait immédiatement accessible à un public non-étudiant, peu familier des bibliothèques, et requérant une aide particulière des bibliothécaires. On observera cependant qu’il s’agissait là d’un ensemble encore quelque peu hybride, dans la mesure où des domaines relevant de l’information factuelle (ou primaire, à tout le moins), voisinaient avec les documents d’un abord beaucoup plus « technique » que sont les bibliographies. Sous l’angle du classement, ce niveau présentait plusieurs suites de cotes décimales discontinues, extraites des classes 0, 3 et 9.

  • Les télévisions du monde : 12 postes de télévisions étrangères et françaises constituent le premier élément en vue au deuxième niveau, dans le but d’offrir à la fois un complément à l’apprentissage des langues étrangères et à la consultation de la presse.

  • La presse : l’espace Presse, comprenant des rayonnages spécifiques et des tables munies d’écrans pour les contenus numériques, avec un mobilier conçu pour la détente et non pour l’étude, affirmait lui aussi par son ampleur la vocation de lecture publique de la bibliothèque, d’autant plus que la Salle d’actualité, avec ses nouveautés éditoriales et ses titres de presse, avait été supprimée dans le réaménagement. Cependant les journaux et magazines s’y trouvaient classiquement rangés à l’aide de cotes décimales.

  • L’autoformation : de l’autre côté de l’allée centrale, un espace semi-cloisonné de vitres est dédié à l’autoformation, couvrant tout à la fois des domaines pratiques et des savoirs fondamentaux, outre les langues, françaises et étrangères : formation permanente, développement personnel, loisirs, quel que soit l’objectif de l’utilisateur, cet espace devait être dédié par nécessité (travail individuel dans des carrels) mais aussi pour l’identification claire d’un service qui va au-delà de l’offre documentaire et propose un ensemble pluridisciplinaire d’outils (le terme est plus adéquat que celui de documents) voire de « produits » (selon la terminologie des éditeurs) destinés à un usage particulier. L’offre y est multimédia : documents numériques ou analogiques, didacticiels en ligne ou sur cédéroms, CD, cassettes, ouvrages d’accompagnement sont tous indexés dans le catalogue selon la CDU, ce qui permet de constater que toutes les classes y sont représentées à l’exception des religions.

REMISE EN CAUSE DU CLASSEMENT MULTIMÉDIA : LES SUPPORTS DE NOUVEAU DISTINGUÉS

11Le reste des collections, livres, périodiques et ressources électroniques était – est toujours – classé selon la classification décimale universelle sur deux niveaux ; mais dans chaque secteur, on trouve, de part et d’autre de l’allée centrale, les écrans sur tables à gauche et les périodiques à droite, les ouvrages étant en retrait derrière les écrans ou les bureaux d’information selon les endroits. La séparation des ouvrages et des périodiques, une nouveauté pour la Bpi, visait elle aussi à clarifier le paysage. Les écrans multimédias mis en évidence et rassemblés sur une longue suite de tables invitaient l’utilisateur à explorer les ressources électroniques, dont on avait voulu indiquer la cohérence intellectuelle et la complémentarité avec les imprimés en paramétrant les postes en fonction de leur implantation : en sciences, ils donnaient accès aux bases scientifiques, en littérature aux bases littéraires, etc.

12Enfin l’espace Son-vidéo regroupait pour la première fois dans l’histoire de la bibliothèque l’ensemble des documents sonores et des films, bien que les publics consultant ces deux types de documents fussent composés en partie d’usagers « à problèmes ». Il y avait certes un risque à les rassembler mais la consultation des documents sonores et audiovisuels accusait une baisse continue depuis plusieurs années et il fallait tenter de les valoriser en les rendant plus visibles, avec un espace dédié doté d’un imposant bureau d’information.

REMISE EN ORDRE NUMÉRIQUE

  • 94 Rappel : la classe 4 n’existe pas dans la CDU.

13Quant à l’ordre des secteurs, après maints débats internes, il avait finalement suivi l’ordre arithmétique de la classification, dans un souci de lisibilité : passé les premiers secteurs évoqués ci-dessus, la classification se déroulait au deuxième niveau à partir du 0, suivi par le 1, 2, 394, 5 et 6, le troisième niveau échouant néanmoins à présenter le 7, le 8 et le 9 dans une suite spatiale visible, en raison de la présence de la cage de l’escalator scindant le plateau en deux zones distinctes : dès lors, la volumétrie respective des classes imposait sa loi et conduisait à implanter les arts et la littérature d’un côté, l’histoire de l’autre, sans autre logique documentaire. Ce choix avait écarté l’ancienne organisation fondée sur le rapprochement de disciplines connexes. Seule exception à cet ordre : les cotes 33 à 36 comprenant notamment l’économie et le droit avaient été extraites de la suite numérique de la classe 3 pour être placées avant les classes 5 et 6, formant ainsi un secteur à part entière dit dans le jargon du personnel « 3 dur » (pour sciences humaines « dures ») avec son bureau d’information, le reste du 3 (dit « mou »), les sciences sociales, formant un autre secteur avec les généralités, la philosophie et les religions. Il s’agissait là, non seulement de rapprocher des disciplines selon des critères de contenus, mais aussi, sous un autre angle, d’équilibrer les recours aux différents bureaux d’information.

14Les secteurs distribués par les classes de la CDU sont rendus visibles par une signalétique primaire imposante dont il convient de noter qu’elle reste numérique, et par les couleurs dévolues tant aux différents niveaux de signalétique qu’aux fonds d’écrans multimédias – ceci jusqu’en 2009. Il fallait en effet scander l’effet de masse rendu par une autre caractéristique de ces nouveaux espaces, immédiatement perceptible : le « tassement » des ouvrages sur un côté, les rayonnages plus hauts et serrés (l’abandon des rayonnages à mi-hauteur était la seule possibilité pour maintenir la capacité en places assises à plus de 2000), soit un ensemble très rectiligne, qui ressemblait plus à des magasins en libre accès qu’à une implantation incitant à la découverte. Partant du principe que les lecteurs trouveraient toujours les ouvrages, et qu’ils ne liraient pas entre les rayonnages, le choix effectué soutenait plutôt la mise en valeur des écrans ainsi que les espaces de travail et de lecture. Enfin, cette disposition linéaire voulait favoriser l’interdisciplinarité par la continuité de la structure.

LES ÉVOLUTIONS 2000-2008

15Comme les médias, qui avaient découvert que les ouvrages étaient classés par discipline sous l’effet de leur nouvelle disposition, les premières impressions des lecteurs recueillies à la réouverture mettaient l’accent sur la « simplicité », « l’accès facile », « l’efficacité » de la restructuration opérée. Les premières évolutions n’allaient toutefois pas tarder, à la suite d’une première campagne d’évaluation de l’usage en 2003 : relevé des consultations des ouvrages sur une « semaine-test », complété par les statistiques disponibles sur les autres supports (ressources électroniques, films, son). Ceci, joint aux observations faites sur le terrain, a conduit à des ajustements d’ampleur variable dans la disposition de l’offre.

RETOUR AU CLASSEMENT PAR CONTENUS, SAUF EXCEPTIONS

  • 95 Par l’impossibilité juridique de la numérisation des supports analogiques, ou de la copie sur serve (...)

16À la faveur de la modernisation du système audiovisuel (numérisation des films), l’espace Son-vidéo a été réaffecté en 2004 à la musique sous tous ses supports : l’imprimé avec les partitions et les livres, qui se trouvaient noyés au milieu du secteur Arts et loisirs, et dont la consultation était parmi les plus faibles ; le son bien sûr, l’audiovisuel et enfin le numérique avec les bases et sites sélectionnés. Cependant les documents sonores parlés, qui relèvent de toutes les disciplines, sont restés regroupés dans ce même espace, faute de pouvoir être intégrés dans l’offre numérique disponible sur les écrans multimédias95. Les films documentaires, une fois numérisés, ont été dans le même temps mis en consultation dans tous les secteurs en fonction de leur contenu, les écrans étant paramétrés selon le secteur où ils étaient implantés. De la sorte ils rejoignaient les ressources électroniques – documents acquis et sites catalogués – dont l’accès était également spatialement structuré.

  • 96 De deux à trois fois plus importante.

17En 2004 donc, à l’exception de l’espace Autoformation dédié à un usage particulier, l’ensemble de l’offre était de nouveau structuré selon ses contenus, faisant retour à l’encyclopédisme multimédia ; la séparation des supports, dans chaque secteur, conservait néanmoins la lisibilité instituée en 2000. La consultation des films, une fois répartie dans les espaces et offrant une totale autonomie d’accès à l’usager, ce qui n’était pas le cas auparavant, s’en trouva notablement accrue96. Pour valoriser cette offre documentaire, un petit espace de dix carrels équipés d’écrans plus grands et utilisables par deux personnes fut néanmoins maintenu, donnant accès à l’ensemble de la collection de films.

DES SECTEURS NON LISIBLES

18En fait de lisibilité, la limitation des accès induite par le paramétrage sectoriel des postes multimédias restait manifestement opaque pour les usagers, et les statistiques de consultation des ressources électroniques inégales voire insuffisantes. La crainte d’une demande outrepassant le nombre d’accès simultanés autorisés par les licences et provoquant des refus d’accès se révélait en général infondée. Après réflexion, il fut décidé en 2005 de désectoriser l’ensemble des ressources électroniques, à l’exception des bases de presse et de la musique qui restaient accessibles uniquement dans leurs espaces respectifs. En 2006, ce fut au tour des films d’être désectorisés, pour harmoniser leurs conditions d’accès avec celles des ressources électroniques, ce qui était plus compréhensible pour l’utilisateur, et parce que les places équipées d’écrans restaient sous-employées, à divers degrés selon les secteurs. Ainsi, toute une partie de l’offre documentaire échappait à la spatialisation, étant accessible en tous points, ce qui n’excluait pas son « classement » virtuel dans le portail documentaire, à travers la recherche dite « par pistes thématiques » élaborées à partir de l’indexation décimale des ressources électroniques et des films dans le catalogue.

RECLASSEMENTS : DES CHIFFRES ET DES LETTRES

19Prenant en compte les résultats d’une deuxième campagne d’évaluation des usages en 2005, ainsi que des observations menées aux bureaux d’information, un vaste mouvement des collections imprimées, concernant plus de 100 000 documents, a été effectué en 2007-2008.

20Il s’agissait d’abord de renforcer la vocation d’information pratique et sociale du premier niveau de la bibliothèque, en rassemblant toute la documentation sur les concours et les carrières qui était encore partiellement répartie dans les disciplines, en développant les outils destinés à faciliter la recherche d’emploi, et en créant un fonds « vie pratique » sur la vie à Paris, le droit au quotidien, les démarches, etc. Les bibliographies et biographies rejoignaient respectivement les généralités et l’histoire, plus propices à leur usage. À cette occasion, un système de cotation alphanumérique était créé spécifiquement pour cet espace, de façon à renforcer son identité et proposer un classement plus simple de cette offre interdisciplinaire. Il comprend trois « classes » correspondant aux trois segments concernés : EMP (emploi), PRA (vie pratique) et ENC (dictionnaires, encyclopédies, et collections encyclopédiques de base type Que sais-je, Découvertes, etc., classées ensuite par numéro d’ordre dans la collection, intégré dans la cote).

21D’autre part une remise en ordre des cotes a été menée dans les sciences sociales, économiques et juridiques, ces deux dernières disciplines réintégrant la suite numérique de la classe 3 : il semblait en effet que l’entorse faite à l’ordre naturel des chiffres ne fût pas lumineuse pour les lecteurs autonomes qui recherchaient par eux-mêmes les ouvrages repérés dans le catalogue.

22Différents reclassements, accompagnés de recotations, ont eu lieu pour rapprocher des contenus auparavant séparés par une application stricte de la classification au classement : par exemple, l’archéologie quittait le secteur « 7 » pour rejoindre le « 9 », de même que la préhistoire passait du « 5-6 » au « 9 ». Les ouvrages sur la psychothérapie migraient du secteur « 5-6 » vers la psychologie en « 1 ». Les collections les plus utilisées d’annuaires statistiques et économiques étaient rassemblées au début du domaine Économie, du côté des périodiques, afin d’accroître leur visibilité et d’en faciliter l’accès. Enfin, un fonds pluridisciplinaire consacré à des pays ou des zones géographiques a été créé et implanté au début du secteur des sciences sociales, pour répondre à des besoins observés par les bibliothécaires. Un projet a été abandonné : la recotation envisagée de l’ensemble des ouvrages sur la gestion (« 65 ») et leur réimplantation dans le secteur « 3 », ce qui supposait également la correction de l’indexation des autres supports dans le portail documentaire. Au vu de l’utilisation intensive de ce segment de collection, la charge d’une telle opération n’aurait été justifiée que par un critère de cohérence intellectuelle, et non par un objectif d’exploitation de la collection. Pour respecter cependant la nouvelle donne fondée sur l’ordre des cotes, les périodiques sur la gestion, qui avaient été classés lors de la restructuration, malgré leur cote « 65 », avec les revues d’économie, ont réintégré le secteur Sciences et techniques.

BILAN

23Un bilan global de la rénovation a été entrepris depuis la fin de l’année 2007, concernant la disposition des collections, l’organisation des espaces et de l’information du public, les axes de circulation, les services et l’image globale de la bibliothèque dans ses murs. D’où il apparaît que si certains objectifs sont atteints, certains résultats ne sont pas au rendez-vous, contredisant finalement la logique d’origine, si solide fût-elle dans ses attendus.

ENCADRÉ 1. COTES

Classification des collections niveau 1

ENC B5

Encyclopédies de langue italienne

ENC B6

Encyclopédies de langue espagnole et portugaise

ENC D

Dictionnaires et manuels de langue

ENC D2

Dictionnaires de langue anglaise

ENC D3

Dictionnaires de langue allemande

ENC D4

Dictionnaires de langue française

ENC D41

Manuels d’expression, dictionnaires de citations

ENC D5

Dictionnaires de langue italienne

ENC D6

Dictionnaires de langues espagnole et portugaise

ENC D7

Dictionnaires de langues latine et grecque

ENC D8

Dictionnaires de langues slaves

ENC D9

Autres dictionnaires de langues

PRA

Vie Pratique

PRA A

Démarches administratives et juridiques

PRA A1

Correspondance administrative

PRA B

Travail et retraite

PRA B1

Travail (guides pratiques)

PRA B2

Retraite (guides pratiques)

PRA C

Famille, couple (guides pratiques)

PRA D

Santé, solidarité

PRA D1

Annuaires et répertoires d’adresses

PRA D2

Dictionnaires et encyclopédies

PRA D3

Âges de la vie

PRA D4

Prévention

PRA D5

Accès aux soins, protection sociale

PRA E

Handicap

PRA E1

Handicap, généralités

PRA E2

Handicaps particuliers

PRA F

Logement, location, propriété, fiscalité (guides pratiques)

PRA G

Consommation et budget (guides pratiques)

PRA H

Culture et loisirs en Île-de-france

PRA H1

Guides touristiques généraux

PRA H2

Hôtels, restaurants, cafés (guides pratiques)

PRA H3

Promenades, sports et jardins (guides pratiques)

PRA H4

Achats (guides pratiques)

PRA H5

Musées, organismes culturels (guides pratiques)

Liste systématique des cotes noms communs : subdivisions communes

(0)

Périodiques

(00)

Dictionnaires

(01)

Bibliographie spécialisée

(011)

Catalogues de films, filmographies

(02)

Encyclopédie spécialisée systématique

(03)

Dictionnaire spécialisé unilingue

(038)

Dictionnaire polyglotte spécialisé

(05)

Séries

(058)

Annuaire, répertoire

(06)

Chronologies

(07)

Traité et manuel à but didactique

(072)

Textes littéraires d’initiation (espace autoformation)

(076)

Guides pratiques, ouvrages de vulgarisation

(078)

Tests, examens, concours

(082)

Anthologie

(083)

Dictionnaires de citations

(084)

Atlas, photo, carte

(091)

Étude historique

(092)

Biographie

(093)

Source historique

(094)

Source juridique

(096)

Source statistique

(1-11)

Pays de l’Est

(1-15)

Pays occidentaux

(1-77)

Pays en voie de développement

(24)

Lieu souterrain, grotte, caverne

(26)

Océans, mers

(26.1)

Océan Atlantique

(26.2)

Mer Méditerranée

(26.3)

Océan Indien

(26.4)

Océan Pacifique

(26.5)

Océan Arctique

(26.6)

Mers antarctiques

(26.8)

îles

(261)

Continents

Voir : < http://www.bpi.fr/​fr/​professionnels/​documents_de_reference/​dossiers_thematiques/​classification.html >

UNE IMPLANTATION PEU PROPICE À LA DÉCOUVERTE

24La circulation difficile entre les étagères et le « tassement » des collections imprimées va à l’encontre de leur valorisation, ce qui défavorise particulièrement la littérature, d’un usage moins aisé que d’autres disciplines en consultation sur place, et par ailleurs implantée au fond du dernier niveau. D’autres domaines qui ne relèvent pas de l’étude, comme la cuisine ou le bricolage, sont « dissimulés » au sein des sciences et techniques, derrière l’un des imposants bureaux d’information qui forment écran.

25On estime d’autre part que la séparation des périodiques et des monographies n’a pas eu l’effet escompté au bénéfice des périodiques, malgré un mobilier fonctionnel.

ORDRE INVISIBLE, USAGES VISIBLES

26On sait que les choix thématiques sont parfois peu clairs pour le public, et les lecteurs étaient souvent perdus dans l’aménagement précédent. Cependant l’ordre adopté pour le classement, hors espaces dédiés, n’est pas plus significatif pour les lecteurs : considérant la liste des classes de la CDU avec leurs intitulés, certains croient comprendre que les arts sont au 7e étage… Les cotes continuent à constituer des « adresses » sans logique clairement établie et qui, du fait de leur complexité, requièrent une aide fréquente à la recherche.

27Quant aux espaces spécialisés, le niveau 1 est jugé peu approprié aux publics visés, peu chaleureux pour des usagers en recherche d’insertion sociale, d’emploi ou de reprise d’études qui ne sont pas des habitués des bibliothèques. Ce public pourrait presque se sentir discriminé, tant les contrastes sont visibles entre deux catégories d’espaces : le secteur « d’information immédiate », ceux de l’autoformation et de la musique, ou encore des télévisions du monde, d’une part, et le reste des espaces, d’aspect globalement universitaire tant par leur public que par la disposition de l’offre documentaire, d’autre part. L’espace Autoformation, trop éloigné du bureau d’accueil du premier niveau, situé à l’étage supérieur, est malaisé à localiser.

28L’offre de télévisions étrangères, conçue comme un appoint à l’apprentissage des langues dans l’espace Autoformation voisin est exemplaire d’une vision conceptuelle (fonction didactique) contredite par l’usage (périmètre spécifique qui concentre une petite population de marginaux habitués des lieux, et à qui le média convient).

29L’espace Autoformation, qui constitue assurément l’un des fleurons de la bibliothèque, a été sensiblement modelé par les contraintes financières, techniques et architecturales qui ont présidé à son aménagement. Les carrels, mobilier standard, sont trop profonds et insuffisamment insonorisés. L’usage commun de l’espace est bien celui de l’apprentissage, mais n’exclut pas les squatters en période d’examen, ce qui provoque quelques conflits. Pour une offre qui réclame de l’accompagnement voire du tutorat, la disposition géométrique des 120 cabines alignées, plutôt qu’organisées autour d’un bureau qui serait central et non adossé à l’une des extrémités de l’espace, serait plus adéquate. Pour autant, l’usage du service est en hausse.

RÉSULTATS CHIFFRÉS

30L’enquête générale de fréquentation de 2006 a donné des tendances sur l’évolution des usages : l’autoformation, la consultation libre d’Internet, l’utilisation professionnelle de la bibliothèque, mais aussi le travail sur les propres documents du visiteur, progressent. Tous les autres usages diminuent, notamment l’usage des livres : 67 % des visiteurs les utilisaient en 1995, contre 59 % en 2006. Le réaménagement de l’an 2000 n’est pas nécessairement la cause de cette érosion, qu’il n’a cependant pas enrayée. La Bpi reste considérée comme une « mine d’or », un espace documentaire « systématique » et non « aléatoire » comme Google. 94,5 % des visiteurs interrogés, quand ils venaient pour une recherche précise, l’ont satisfaite en partie. Néanmoins, les ressources numériques continuent d’échapper majoritairement au public, et la démarche documentaire du visiteur privilégie la sélection à l’exploration. Le public au reste est toujours composé de quelque 70 % d’étudiants en période universitaire, qui se réduisent à un peu plus de 50 % en été, et comporte toujours environ 95 % de bacheliers.

31Les résultats des « semaines-test » de 2003, 2005 et 2008 affichent un taux de consultations à peu près stable, rapporté au nombre d’entrées. Dans les chiffres recueillis en 2008, un focus sur les données concernant les modifications opérées dans le classement depuis 2005 permet toutefois de constater qu’elles n’ont pas toutes atteint leur objectif : les imprimés sur la musique conservent un taux de consultation parmi les plus faibles, rapporté à la part des domaines concernés dans les collections ; celui de la documentation « emploi-formation » et « vie pratique » connaît même une forte régression (de 50 à 70 % selon les segments), à relativiser au regard de la période universitaire pendant laquelle s’est déroulée l’évaluation en 2008, mais à rebours de l’augmentation continue du public en recherche d’emploi. L’analyse qui en est faite relève notamment un défaut de visibilité (signalétique et implantation) comme de lisibilité de la partie « Vie pratique » qui rassemble des sujets trop divers tels que les démarches administratives, la retraite, la santé, le handicap, les guides gastronomiques, les musées, etc. dans une logique de centre d’intérêt qui n’est ni habituelle à la Bpi ni suffisamment explicite. Les sciences sociales « remises en ordre », quant à elles, ne connaissent pas d’évolutions sensibles. À l’inverse, la consultation du nouveau fonds pluridisciplinaire consacré aux pays et zones géographiques se situe au-dessus de la moyenne. Par ailleurs le clivage entre l’usage de la littérature classique – par les étudiants – et celui de la littérature contemporaine, très faiblement consultée, reste important.

32La non-fiabilité en 2005 puis l’absence totale des données statistiques disponibles de janvier 2006 à juin 2007 sur l’ensemble des consultations des ressources numériques n’ont pas permis de tirer un bilan chiffré complet de la désectorisation ; le visionnement des films est cependant très supérieur à ce qu’il était avant 2004, et on observe un meilleur taux d’occupation des postes multimédia, depuis qu’ils échappent pour la plupart à toute espèce de « classement ». Les statistiques 2008 qui donnent pour la première fois des chiffres poste par poste confirment par ailleurs l’importance de la disposition spatiale de l’offre, puisque le nombre de consultations est nettement plus élevé dans les secteurs les plus immédiatement en vue, pour des contenus identiques.

33Au total, ni la rationalisation des espaces depuis l’an 2000, destinée à faire coexister le maximum d’utilisateurs et de collections tout en dessinant une cartographie plus lisible, ni les ajustements effectués depuis lors qui font coexister différents modes de « lecture » de l’espace, n’ont sensiblement modifié l’efficacité d’une offre conçue pour des publics et des usages différents : elle n’a certes pas diminué, mais n’a pas non plus réellement progressé, concernant du moins les collections matérielles.

PERSPECTIVES

34Un travail est entrepris en 2009 sur les espaces, donc notamment sur la disposition des collections, travail qui s’inscrit dans une perspective plus globale tendant à rapprocher l’établissement de son statut de bibliothèque publique ; il poursuit les objectifs suivants :

  • diversifier les présentations de façon à éviter l’uniformité ;

  • valoriser certains domaines ;

  • favoriser la découverte ;

  • réintroduire la flexibilité ;

  • diminuer la densité des collections matérielles ;

  • évaluer l’application de la CDU ;

  • rompre enfin l’opposition entre la bibliothèque « d’étude » et la bibliothèque « sociale ».

ENCADRÉ 2. LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE D’INFORMATION

Espaces publics :
▪ surface : 10 400 m² ;
▪ 2 200 places assises ;
▪ 400 postes informatiques publics (hors postes dédiés catalogue) ;
▪ 60 postes platines et juke-box ;
▪ 5 loges pour personnes aveugles et mal voyantes ;
▪ 12 postes de télévision ;
▪ 2 pianos numériques.

Collections au 31 décembre 2008 :
▪ livres : 349 993 ;
▪ périodiques imprimés : 2 171 ;
▪ périodiques en ligne : 851 ;
▪ périodiques sur microfilms : 362 ;
▪ ressources numériques générales : 2 160 ;
▪ didacticiels et autres ressources d’autoformation : 2 042 (dont 807 numériques) ;
▪ CD musicaux : 15 815 ;
▪ partitions : 2 031 ;
▪ documents parlés : 2 309 ;
▪ films : 2 832.

Cotes (chiffres arrondis) :
▪ 3 500 indices ;
▪ 400 subdivisions communes (380 géographiques, 20 de forme).

Niveau 1 (cotation spécifique) 3 segments d’offre :
▪ emploi-orientation professionnelle ;
▪ vie pratique, dictionnaires ;
▪ collections encyclopédiques de premier niveau.
80 indices.

Niveau 2
Espace Presse
Télévisions du monde
 : 12 postes.
Espace Autoformation
Secteur 0-1-2-3
(jusqu’à la cote 32 Politique)
Secteur 3 (de 33 Économie à 39 Ethnologie)
Secteur 5-6 : 720 indices.

Niveau 3
Secteur 7 : 740 indices.
Espace VOD : 10 postes
Espace Musique : 60 indices (livres et documents sonores).
Secteur 8 : 340 indices
Secteur 9 : 680 indices.

35Médiathèque publique encyclopédique ; accès libre et gratuit. Consultation des collections sur place, hors documents numériques consultables à distance.

3662 heures d’ouverture hebdomadaire. Ouverture tous les jours sauf le mardi et le 1er mai. 1,6 million d’entrées par an.

37Site Internet : < http://www.bpi.fr >

Notes

88 Établissement public administratif sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication, associé au Centre Pompidou.

89 On trouvera des documents sur le détail du classement à la Bpi sur son site : < http://www.bpi.fr/fr/professionnels/documents_de_reference.html >.

90 Cf. encadré 1 p. 175.

91 Il est toujours en vigueur.

92 Dans la CDU, la classe 8 correspond à Langues et littérature, la classe 4 n’existe pas.

93 Blanc-Montmayeur Martine. « La Bibliothèque publique d'information : vingt ans après », Bulletin des bibliothèques de France, 1996, t. 41, n° 5, p. 32-35. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-05-0032-006 >.

94 Rappel : la classe 4 n’existe pas dans la CDU.

95 Par l’impossibilité juridique de la numérisation des supports analogiques, ou de la copie sur serveurs des CD.

96 De deux à trois fois plus importante.

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search