Version classiqueVersion mobile

Mettre en œuvre un plan de classement

 | 
Bertrand Calenge

Partie IV : Maintenance et évolution du plan de classement

1. Adapter le plan de classement aux rythmes renouvelés d’une grande école

Christine André

Texte intégral

1Le transfert de l’École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud (devenue École normale supérieure de Lettres et sciences humaines, ENS LSH) à Lyon en 2000 et son installation dans un campus nouvellement créé ont marqué pour l’établissement le début d’une évolution progressive en profondeur : ouverture accrue vers les universités (mise en place des masters co-habilités et augmentation du nombre des étudiants non-normaliens inscrits dans les cursus), développement de la recherche, des relations internationales, des activités culturelles, recherche de nouveaux débouchés professionnels pour les élèves, même si l’agrégation reste de fait un passage obligé.

2L’implantation à Lyon devait également transformer la bibliothèque de façon radicale (voir encadré en fin de chapitre) :

    • 68 Anciennement Bibliothèque centrale Lyon 2-Lyon 3, la BIU LSH (Bibliothèque Inter Universitaire Lett (...)

    intégration au Sudoc et accélération des opérations de rétroconversion du catalogue afin d’intégrer le SIGB commun Absys choisi avec la BIU LSH68 qui préparait de son côté son propre emménagement dans les locaux de la bibliothèque Diderot ;

  • répartition complètement nouvelle des collections, auparavant quasiment toutes en libre accès, entre les deux salles de lecture situées dans l’aile Est de la bibliothèque Diderot et les magasins et, par ailleurs, organisation d’un pôle Périodiques commun avec la BIU pour l’ensemble des périodiques courants ;

    • 69 Consultation des collections des salles, visionnement des vidéos en libre accès, espace bureautique (...)

    choix d’une ouverture par badge 24h/24, dimanches et jours fériés inclus pour les publics ENS LSH, la bibliothèque fonctionnant en libre-service en dehors horaires de présence des personnels69 ;

  • mise en place d’une gestion plus cohérente des fonds spécialisés des laboratoires, soit en les intégrant aux collections de la bibliothèque (laboratoires ayant cessé leurs activités ou dons effectués par certains chercheurs), soit en organisant leur acquisition et leur catalogage mais en laissant les laboratoires libres de décider de leur implantation ;

  • augmentation progressive du volume de documents à gérer en raison de nombreux dons et dépôts de collections spécialisées, la plus importante étant à l’heure actuelle celle des fonds slaves (plus de 100 000 documents).

3En 2000, au moment du transfert, la bibliothèque a dû répondre aux multiples urgences liées au déménagement et à l’installation (le bâtiment, commencé en avril 1999, devait pouvoir accueillir les élèves à la rentrée de septembre 2000), tout en continuant à mener en parallèle le suivi du chantier de rétroconversion, de la recotation décidée en Dewey et d’exemplarisation des ouvrages, avec les formations au SIGB Absys. La très forte mobilisation des enseignants-chercheurs chargés de sélectionner avant leur transfert les ouvrages à mettre en libre accès et celle de l’équipe de la bibliothèque, dont les deux tiers des membres étaient complètement nouveaux, n’ont pas été de trop pour faire face à la situation.

  • 70 En supprimant les deux ENS séparées de Fontenay et de Saint-Cloud et en créant une ENS Fontenay-Sai (...)
  • 71 A pour la philosophie ; A2, histoire des sciences ; B, littérature générale et française ; B2, lett (...)

4Une fois que les collections furent déployées dans les salles, de multiples questions se posèrent. La sélection des collections n’avait pas forcément été achevée dans tous les domaines. Elle correspondait beaucoup aux urgences du moment (préparation des agrégations) et avait logiquement porté en priorité sur les fonds de la bibliothèque de Fontenay70, ce qui nécessitait de poursuivre ultérieurement le travail. Le classement alphanumérique de Fontenay (une lettre par grand domaine avec des subdivisions devant le numerus currens71 prévu par les instructions de 1878 pour les BU) permettait d’appréhender facilement les acquisitions récentes mais ne donnait aucune vision synthétique des fonds. Seuls l’excellente connaissance, la mémoire et l’usage de la bibliothèque par les enseignants, souvent anciens élèves eux-mêmes, se révélaient des guides efficaces pour aider les bibliothécaires dans la construction de ce nouvel outil de travail que devait constituer la bibliothèque ENS LSH.

5À l’origine, les deux salles de lecture devaient remplir des fonctions différenciées :

  • accessible par le campus de l’ENS, la salle de lecture Est était réservée aux publics de l’École et assimilés, l’objectif des collections étant très clairement de constituer un fonds de référence et de travail surtout pour les agrégatifs ;

  • la salle de lecture Ouest, dite salle « Chercheurs » devait rassembler les collections des laboratoires et accueillir largement un public de chercheurs, l’accès se faisant en passant par la BIU, elle-même positionnée comme bibliothèque de recherche.

  • 72 Prêt limité à 8 jours ou exclusion du prêt.
  • 73 Les fins de série des cotes alphanumériques fonctionnaient spontanément comme telles.

6La sélection des ouvrages à mettre en salle Est avait pour corollaire leur rotation, les ouvrages achetés ou remontés des magasins n’ayant pas vocation à tous rester en salle, une fois qu’ils ne servaient plus directement à leur public cible, cette rotation s’effectuant en collaboration avec les enseignants et les élèves eux-mêmes. De plus, un système d’étiquetage précis, combiné au changement de statut des ouvrages et documents destinés à l’agrégation72, devait permettre leur identification rapide en rayon et éviter la reconstitution de multiples petites bibliothèques d’agrégation73.

UNE LOGIQUE DE SÉLECTION ET DE RASSEMBLEMENT

7Il s’agissait de trouver, dans un espace restreint, un équilibre entre un fonds de collection « stable » composé d’ouvrages dits de référence (dictionnaires, études fondamentales, auteurs majeurs du secteur) et un ensemble plus provisoire d’ouvrages spécifiques ou pointus figurant dans les bibliographies des agrégations, ou bien recommandés par les enseignants et demandés par les élèves. La construction de la bibliothèque de travail devait ainsi s’appuyer sur deux principes : un principe de sélection, tant au niveau des acquisitions que du déploiement des ouvrages en salle, avec un rôle central conféré aux enseignants ; un principe de rassemblement efficace des documents afin de limiter les déplacements, mais aussi d’appréhender globalement un ensemble de documents dont la proximité fait « sens » pour une question à traiter ou une recherche à mener.

8La « prégnance » de la classification Dewey et de son encyclopédisme, la volonté aussi du bibliothécaire de classer pour que le plus grand nombre de lecteurs puissent s’y retrouver, font souvent oublier qu’une bibliothèque, c’est aussi l’ensemble des bibliothèques particulières que les lecteurs se constituent et s’approprient virtuellement ou physiquement, l’usage recréant spontanément son propre classement, peut-être rudimentaire aux yeux du professionnel mais fort efficace, au moins pour un besoin précis. À cet égard, le choix d’une classification comme la Dewey pour recoter les collections classées en alphanumérique présentait des inconvénients majeurs aux yeux de certains enseignants :

  • elle dispersait d’une façon ressentie comme factice des documents acquis sous un certain angle disciplinaire, brisant ainsi des logiques de transversalité, de rapprochement et de synthèse ;

  • les ouvrages dernièrement acquis et souvent les plus immédiatement utilisés se trouvaient noyés dans la masse ;

  • les ouvrages de référence se retrouvaient également fâcheusement dispersés.

9L’exemple le plus frappant d’une bibliothèque de travail structurée par les enseignants était la BAGH (bibliothèque d’agrégation de géographie et d’histoire) qui rassemblait les ouvrages de référence indispensables à la préparation des oraux de ces agrégations. Provenant des collections de Fontenay et de Saint-Cloud, ces ouvrages, tout en gardant leurs anciennes cotes, avaient été réétiquetés pour constituer les séries suivantes :

  • DIC dictionnaires, atlas ;

  • ITR manuels, livres d’histoire générale ou de synthèse ;

  • HIS histoire d’une période, d’un pays ou d’un sujet particulier ;

  • COL grandes collections type Clio, collection U, grandes civilisations Arthaud, etc. et ouvrages en plusieurs volumes ;

  • GEO atlas et dictionnaires de géographie, recueils statistiques.

10Histoire, géographie, mais aussi religion, histoire de l’art, sciences et techniques, économie, sociologie se trouvaient ainsi rassemblées. Un catalogue papier avec un index alphabétique avait été élaboré.

LE MODÈLE BnF

11Avant le déménagement, il avait été décidé de coter en Dewey les acquisitions récentes. Au moment d’opter pour cette classification, les responsables de la bibliothèque de Fontenay s’étaient tournées vers la Bibliothèque nationale de France afin d’étudier le système qui se mettait alors en place. Elles avaient pu ainsi collecter bon nombre d’informations. Un essai malheureux en CDU incitait d’ailleurs à la prudence et c’est en fait par une utilisation sans changement notable par rapport à la Dewey que la cotation et la recotation se sont poursuivies à Lyon pendant presque une année, la plupart des acquéreurs étant nouveaux dans l’équipe et l’urgence étant d’exemplariser au plus vite les documents dans le SIGB.

12Devant la difficulté majeure de traiter les œuvres littéraires sans les disperser et de garder aux collections l’essentiel d’une organisation par discipline – exigence très forte de la part des enseignants –, la bibliothèque a dû faire une pause afin de reprendre et de formaliser un certain nombre de principes généraux d’organisation des collections.

13Pause d’autant plus nécessaire que le schéma initialement prévu pour les deux salles de lecture ne fonctionnait pas, les collections « vivantes » des laboratoires restant dans les laboratoires ou à proximité, et les disciplines d’agrégation et d’enseignement ne disposant pas en salle Est du minimum de place nécessaire à la constitution de collections de travail suffisantes, notamment lorsque les salles fonctionnaient en libre-service.

  • 74 Voir à ce sujet l’article de Béguet Bruno, Hadjopoulou Catherine. « Les collections en libre accès (...)

14Il devenait donc difficile, malgré leur intérêt, de garder en libre accès des fonds spécialisés de laboratoires ou de chercheurs qui, clairement, n’étaient plus actualisés et ce, d’autant plus que leurs systèmes de classification étaient tous différents (classements par formats et grands types de documents, classements thématiques…). On décida alors de sélectionner les ouvrages intéressants à garder en salle, de descendre le reste des fonds en magasins et de redéployer de façon « homogène » l’ensemble des collections destinées au libre accès dans les deux salles, en s’appuyant sur la lecture de la Dewey faite par la BnF74.

15Ce redéploiement, effectué en 2001, constitua ainsi l’occasion de sortir d’un cadre initial trop restrictif, tout en essayant de prendre le mieux possible en compte les logiques d’usage par discipline fortement revendiquées par les lecteurs.

  • 75 Béguet Bruno. « Des corpus dans un plan de classement : l’expérience de la Bibliothèque nationale d (...)
  • 76 Nous n’avons retenu que le sous-classement en œuvres complètes, œuvres partielles ou singulières, e (...)

16On ne reviendra pas en lettres et sciences humaines et sociales sur l’intérêt du principe des corpus. Bruno Béguet75 a bien montré le lien épistémologique profond que ce type de classement entretient avec le travail de recherche dans ces domaines et le mode d’accès « naturel » d’un certain type de public « qui a dépassé le stade de l’initiation ». À l’ENS LSH, dès que cela était possible, nous avons systématisé ce recours aux corpus, en l’étendant par exemple aux grands théoriciens de l’économie, aux grands scientifiques, et nous avons repris les principes mis au point par la BnF de sous-classement des œuvres et des études, en les simplifiant76 ou en les adaptant à certains corpus très développés (les chercheurs souhaitant classer distinctement les tirés à part et les thèses). Dans un cas particulier et pour satisfaire la demande d’un enseignant, nous avons regroupé les corpus d’auteurs dramatiques contemporains acquis en traduction à l’aide d’une cote d’ensemble, de manière à en faciliter l’appréhension et la découverte. Ce recours au classement par corpus accélère sans conteste le travail du cotateur*. Le corpus peut aussi s’élargir ou se restreindre de façon homogène en fonction du mouvement des livres entre salles et magasins, selon les programmes et les questions traitées. On peut aussi lui affecter provisoirement des études plus générales (des actes de colloque, une étude thématique) qui vont concerner l’auteur et faciliter le travail des élèves.

17Ce classement a été complètement plébiscité par les élèves et les enseignants, beaucoup appréciant la similarité avec la BnF qu’ils fréquentent. Le seul point à résoudre demeure inévitablement la localisation du corpus, la bibliothèque de l’ENS LSH ne pouvant, à l’instar de la BnF, dupliquer des corpus et se heurtant à de sévères limitations des espaces attribués aux disciplines. Il faut donc assumer l’arbitraire de certains choix : Pascal, Montesquieu, Rousseau demeurent en littérature française ; Machiavel et les humanistes florentins ont été mis en littérature italienne à la demande même du chercheur spécialiste pour qui ces questions d’emplacement ne présentaient guère d’intérêt… Où situer la pensée classique, en philosophie ou en littérature ?

18Certains corpus ont été scindés en fonction de la nature des collections ou des œuvres : Platon et Aristote figurent en lettres classiques et en philosophie, Marx en philosophie et en économie.

19Il arrive ainsi que certains secteurs, comme les sciences politiques dont l’enseignement est récent à l’École, pâtissent de l’absence d’auteurs classés ailleurs, et la tentation du classement par sujet peut venir contredire le classement par corpus (ainsi, un ouvrage de Deleuze sur le cinéma est mis en cinéma et non dans le corpus Deleuze).

  • 77 Voir par exemple ce qui a trait à l’épistémologie, à l’homme, à la métaphysique…

20L’adoption d’un principe assez systématique de classement par corpus ne doit pas faire oublier qu’un système de classification se veut être un tout cohérent. Le regroupement de certaines cotes ou à l’inverse leur « raffinement » dépend aussi du volume de collections à déployer et à signaler. En ce sens, une cotation, même si elle se confond souvent avec elle, n’est pas une indexation. Dans la mesure où la grande majorité des études dans un domaine donné concernent des auteurs, il devient difficile de maintenir un nombre de cotes très élevé pour les sujets à proprement parler. L’examen des cotes retenues par la BnF pour la philosophie est éclairant à ce sujet : un très grand nombre est regroupé alors que la Dewey, même abrégée, détaille avec luxe certaines notions77. Il nous était donc difficile d’adopter d’un côté une logique de classement encourageant fortement le regroupement et de l’autre de laisser se déployer une Dewey inchangée. Aussi la décision a-t-elle été prise au final de nous inspirer globalement des principes et des cotes retenus par la BnF pour l’ensemble de sa classification en libre accès, quitte à rester parfois à un niveau plus général ou à détailler sur certains points si le besoin s’en faisait sentir.

  • 78 On peut ainsi regrouper l’histoire religieuse, culturelle, sociale, politique, économique, militair (...)
  • 79 Il faut aussi s’habituer au rangement de ce type de cotes.
  • 80 L’histoire de l’art n’y figure pas, par exemple.
  • 81 Les documents demeurent consultables par tous mais le prêt de cette bibliothèque de travail est alo (...)

21Un second principe a ainsi été directement emprunté à la BnF, celui de l’insertion de cotes thématiques en histoire et en géographie78. Cet aspect de la classification est sans doute l’un des moins faciles à mettre en œuvre79 car il oblige à faire prédominer un point de vue historique ou géographique sur une notion alors que le sujet peut se retrouver dans une autre classe, où il aura aussi sa pleine cohérence (où mettre, par exemple, le catholicisme en France, en histoire ou en religion ?), mais ce regroupement thématique bien délimité80 et déjà expérimenté par une bibliothèque avait pour nous l’immense mérite de pouvoir garder regroupées autant que faire se pouvait les collections acquises et rassemblées par les enseignants et au sujet desquelles ils manifestaient les plus vives inquiétudes. En effet, la bibliothèque d’histoire et de géographie répond à des exigences particulières de travail de ses utilisateurs, notamment au moment de la période des colles d’agrégation qui ont lieu chaque année pendant 6 à 8 semaines. À cette occasion, les agrégatifs se « construisent » une bibliothèque à partir des ouvrages sélectionnés dans les rayons ou remontés des magasins, ces derniers étant provisoirement relocalisés dans le catalogue afin d’éviter qu’ils ne soient redescendus au moment des retours d’emprunt81. Ce sont les élèves eux-mêmes qui disposent les livres (5 à 600 environ) sur les tables par grande tranche chronologique ou par questions, selon leurs propres principes de classement (et qui aident le bibliothécaire à s’y retrouver !).

22La relocalisation des ouvrages « magasin » demande un certain temps aux professionnels mais elle permet d’économiser des allers et retours incessants, avec le risque de ne pas trouver un ouvrage demandé en urgence par l’élève ou l’étudiant qui vient de tirer son sujet de colle. Lorsque les ouvrages doivent être remis en magasin, les élèves ou les enseignants peuvent signaler ceux qu’il serait intéressant de garder en salle (de façon permanente ou pour le temps du programme).

23Un troisième aspect de la classification BnF a également retenu notre attention, c’est la réflexion menée sur l’ordre selon lequel une discipline se présente en rayon. Un exemple : lorsque l’on suit la Dewey, on est conduit à situer la philosophie ou l’épistémologie d’un domaine avant les dictionnaires et les encyclopédies. Or, en sciences humaines, la philosophie et l’épistémologie d’un domaine constituent un champ essentiel de recherche. Il était ainsi parfois beaucoup plus logique de commencer par du descriptif, des données brutes avant d’aborder le « réflexif ». Nous avons donc recoté en « .003 » des ouvrages cotés en « .03 » par la Dewey en sciences sociales, politiques ou en sciences exactes dans la mesure où les aspects philosophiques étaient amenés à se développer et à s’enrichir de corpus.

  • 82 Le plan de classement est progressivement mis sur l’intranet de la bibliothèque par les acquéreurs (...)
  • 83 Présence de la bibliothèque de l’INRP sur le site.

24Tous ces exemples montrent combien il était fondamental pour nous d’adopter une logique d’ensemble. C’est en ce sens que nous avons pris la décision d’adopter globalement la relecture que la BnF avait faite de la Dewey, relecture qui convenait très bien aux usages et aux habitudes de nos lecteurs et permettait surtout de ne pas refaire une classification « maison ». Il est déjà assez ardu, même en partant d’un existant, de formaliser un plan de classement et de le tenir à jour82, sans s’embarquer dans l’aventure d’imaginer une classification propre souvent limitée aux préoccupations du moment. L’enseignement dans certains secteurs n’existait pas toujours au moment de l’installation à Lyon et l’avantage d’une classification homogène dans son encyclopédisme était bien de pouvoir développer sans difficulté des secteurs demeurés embryonnaires au départ (ou d’en « resserrer » d’autres, comme les sciences de l’éducation83) tout en restant cohérent avec les principes. Le « challenge » est de sélectionner le bon niveau des indices pour ne pas avoir ensuite trop à les reprendre si la collection bouge beaucoup (cas fréquent des notations historiques et géographiques présentes ou non à la fin des cotes).

D’UN REGROUPEMENT À L’AUTRE

25L’un des problèmes les plus importants auxquels la bibliothèque se heurte est la répartition des ouvrages par discipline dès lors qu’aux contraintes de la classification s’ajoutent aussi les contraintes spatiales. Ce fut le cas avec des rayonnages structurés au départ de façon très linéaire par l’architecte et la dispersion de certains mobiliers qu’il a fallu installer par la suite pour pallier le manque de place. Difficile dans ces conditions de rapprocher certains sous-ensembles afin de constituer des pôles plus lisibles pour les lecteurs et de corriger des effets d’éloignement fâcheux d’un secteur du savoir à un autre.

  • 84 Ainsi la charge symbolique d’une collection constituée par un laboratoire ou un chercheur est-elle (...)
  • 85 Indépendamment même de la notion de « norme ».

26On a vu les problèmes posés par la localisation des corpus. Ils se posent de la même manière pour les « sujets ». On connaît la difficulté inhérente à l’acte de coter qui fait que l’on hésite entre un « contenu » et le point de vue selon lequel il est vu et surtout acquis. Le « cotateur » hésite, pris entre une logique d’immédiateté et de « reconnaissance » (le lecteur, surtout s’il en a demandé l’acquisition, s’attend à trouver le document à la place qui selon lui est la plus pertinente, c’est-à-dire à l’intérieur d’une totalité intellectuelle signifiante où il pose lui-même les rapprochements significatifs84 : ainsi le géographe qui acquiert des livres sur la ville veut-il les voir en géographie) et une logique plus « abstraite » et universaliste85 où le bibliothécaire cherche à donner une dimension de découverte à l’espace physique des collections, tout en conservant quelque part sans doute le mythe de la « bonne place » de l’ouvrage, cette place ne varietur dans l’ordre des connaissances.

27Certes, le point de vue du lecteur est lui-même appelé à se modifier. Une fois la préoccupation immédiate d’usage passée, on peut recoter le livre et l’associer à un autre ensemble si besoin est, tout en sachant qu’il n’est évidemment pas question de consacrer trop de temps à coter et recoter en fonction des particularismes d’usages et de points de vue.

28Force est d’ailleurs de constater que les logiques disciplinaires débordent de plus en plus les « distinctions » de la Dewey. Un exemple : le développement du civilisationnel au sein des langues oblige à se poser la question d’autres rapprochements que ceux de la classe 4 et 8, assez simples en soi. La transdisciplinarité est aujourd’hui à la base même de la recherche en sciences humaines et fait qu’un « objet » doit être envisagé comme un tout que les chercheurs vont éclairer et analyser de multiples manières, l’intérêt étant également de parvenir à dégager les axes épistémologiques et idéologiques sous-jacents qui peuvent sous-tendre ces éclairages, restituer les cohérences ou mettre en évidence les fractures existant dans le champ d’un savoir à un moment donné.

29Or cette logique de « retotalisation » du savoir n’est pas celle de la Dewey qui décompose les notions à l’aune d’un seul « point de vue », celui de la classe. Comment dès lors faire leur place à certaines de ces totalités ? La question se pose actuellement à la bibliothèque, où l’on envisage de procéder à certains regroupements autour d’objets de recherche comme l’espace urbain, actuellement éclaté entre la géographie, discipline « porteuse » de la recherche, la politique, la sociologie et l’architecture.

EN CONCLUSION…

  • 86 Parrochia Daniel. « Nécessité des réservoirs et exigence des flux : vers une néo-bibliothéconomie » (...)
  • 87 Parrochia Daniel, op. cit.

30Le choix de l’organisation du classement des documents en libre accès à la bibliothèque de l’ENS LSH est né de la tension féconde entre les habitudes, voire même les volontés d’usage fortement ancrées d’une communauté d’usagers et la nécessité d’adopter un système suffisamment ouvert et encyclopédique pour se situer dans l’horizon de toutes les disciplines, pour s’interroger en permanence sur les équilibres et les lacunes de la documentation rassemblée, l’important étant d’offrir un espace clairement lisible et pédagogiquement efficace que l’usager pourra pleinement s’approprier. Le classement doit certes bouger, évoluer à la fois en fonction des préoccupations des lecteurs (besoin de « reconnaître » ce que l’on cherche, d’avoir sous la main ses instruments de travail) et de l’évolution des objets de savoir eux-mêmes, car les rapprochements d’aujourd’hui peuvent ne plus exister et « le chercheur passera du temps à déconstruire »86. En même temps, il faut lui conserver une certaine stabilité, et ce autant pour des raisons pratiques, « économiques », qu’épistémologiques, le champ de l’information devant fonctionner en intégrant certains « invariants »87. En effet, la bibliothèque n’a pas pour vocation de structurer en soi le savoir mais de le représenter de la façon la plus accessible possible, reflet des divisions et des catégories d’usage de l’enseignement et de la recherche dans une société donnée.

ENCADRÉ 1. LA BIBLIOTHÈQUE ENS LSH EN CHIFFRES (DONNÉES ESGBU 2008)

1 473 lecteurs inscrits.

Collections

• 317 000 volumes environ dont :
• 155 000 collections générales et fonds particuliers ;
• 105 000 fonds slaves ;
• 41 000 Institut d’Asie orientale (bibliothèque associée) ;
• 16 000 collections des laboratoires.

57 000 ouvrages en libre accès.
637 titres de périodiques courants.
4 000 titres de périodiques électroniques.

Lieux et outils :

• 2 500 m2 ;
• 210 places assises ;
•SIGB et ressources électroniques en commun avec la BIU LSH.

2008-2009 Projet en cours d’un nouveau SIGB et d’un SID commun aux 3 bibliothèques du site Denis Diderot : bibliothèque ENS LSH, BIU LSH et bibliothèque de l’INRP.
Site Internet : < http://www.ens-lsh.fr >

Notes

68 Anciennement Bibliothèque centrale Lyon 2-Lyon 3, la BIU LSH (Bibliothèque Inter Universitaire Lettres et Sciences humaines) a acquis le statut de SICD par convention avec l’ENS LSH et les universités de Lyon 2 et de Lyon 3.

69 Consultation des collections des salles, visionnement des vidéos en libre accès, espace bureautique, photocopie, impression, utilisation d’un scanner, retour des documents via une « boîte aux livres ».

70 En supprimant les deux ENS séparées de Fontenay et de Saint-Cloud et en créant une ENS Fontenay-Saint-Cloud littéraire et une ENS scientifique à Lyon, le décret du 24 juillet 1985 a consacré en quelque sorte la « mort » de la bibliothèque de Saint-Cloud, toutes les acquisitions venant désormais alimenter le fonds de Fontenay.

71 A pour la philosophie ; A2, histoire des sciences ; B, littérature générale et française ; B2, lettres classiques ; B3, ancien français et linguistique ; B4, anglais… C, antiquité ; D, histoire médiévale et moderne ; E, autres pays et histoire contemporaine ; F, géographie, etc., les grands formats étant classés à part avec des cotes type A0, A2 0, etc. À Saint-Cloud, le classement était similaire dans son esprit, mais avec des cotes différentes.

72 Prêt limité à 8 jours ou exclusion du prêt.

73 Les fins de série des cotes alphanumériques fonctionnaient spontanément comme telles.

74 Voir à ce sujet l’article de Béguet Bruno, Hadjopoulou Catherine. « Les collections en libre accès à la Bibliothèque nationale de France ». Bulletin des bibliothèques de France, 1996, t. 41, n° 4. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1996-04-0040-004 >.

75 Béguet Bruno. « Des corpus dans un plan de classement : l’expérience de la Bibliothèque nationale de France », Bulletin des bibliothèques de France, 2000, t. 45, n° 3.
[En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2000-03-0090-001 >.

76 Nous n’avons retenu que le sous-classement en œuvres complètes, œuvres partielles ou singulières, et études.

77 Voir par exemple ce qui a trait à l’épistémologie, à l’homme, à la métaphysique…

78 On peut ainsi regrouper l’histoire religieuse, culturelle, sociale, politique, économique, militaire d’un pays en mettant en relation l’indice histoire et l’indice thème. Exemple : 944/200 Institutions et vie religieuse en France ; 944.01/320 Institutions et vie politique en France au Moyen Âge…

79 Il faut aussi s’habituer au rangement de ce type de cotes.

80 L’histoire de l’art n’y figure pas, par exemple.

81 Les documents demeurent consultables par tous mais le prêt de cette bibliothèque de travail est alors provisoirement réservé aux agrégatifs et aux enseignants.

82 Le plan de classement est progressivement mis sur l’intranet de la bibliothèque par les acquéreurs en liaison avec la personne responsable de la coordination générale.

83 Présence de la bibliothèque de l’INRP sur le site.

84 Ainsi la charge symbolique d’une collection constituée par un laboratoire ou un chercheur est-elle très forte : le rassemblement des ouvrages reflète une recherche dans tous ses états et la bibliothèque se doit de prendre en compte cette volonté de « signifiance ».

85 Indépendamment même de la notion de « norme ».

86 Parrochia Daniel. « Nécessité des réservoirs et exigence des flux : vers une néo-bibliothéconomie », Bulletin des bibliothèques de France, 2001, t. 46, n° 1. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2001-01-0038-002 >.

87 Parrochia Daniel, op. cit.

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search