Version classiqueVersion mobile

Produire des contenus documentaires en ligne

 | 
Christelle Di Pietro

Partie 4. Les outils et le droit

Panorama des outils de production en ligne

Lionel Dujol

Texte intégral

Un choix stratégique

1Le choix de l’outil de gestion et de diffusion des contenus est à penser en amont. Ce choix influera sur l’organisation interne de production et de validation des contenus ainsi que sur leurs dispositifs de diffusion et de dissémination auprès des publics visés. Il convient donc de bien qualifier ses attentes afin que cet outil soit adapté au contexte du projet.

2Les solutions libres de droit présentent des avantages certains. Elles assurent une indépendance par rapport à un éditeur propriétaire. Open source, elles sont plus respectueuses des standards et plus adaptées à l’ajout de modules d’extension ou à un interfaçage avec d’autres applications. La diffusion de ce code source à une communauté d’utilisateurs est garante de la capacité à évoluer et de la pérennité de la solution. Le dynamisme de cette communauté est donc un critère de choix essentiel.

Les outils de Content Management System

3Un système de gestion de contenus ou « CMS » est un logiciel de site Web à installer sur un serveur, disposant de fonctionnalités de publication et offrant une interface d'administration permettant de créer et d’organiser les différentes rubriques. L’un des principes clefs des CMS est d’établir une distinction entre le contenu produit par des rédacteurs et le contenant déterminé par des gabarits, des feuilles de style, une charte graphique et géré par un webmaster. Les principales solutions libres de droit sont Typo3, Drupal, Joomla ou encore Spip.

4Les attentes fonctionnelles essentielles sont les suivantes :

5les fonctionnalités liées à la gestion de contenu :

  • structurer les articles à l’aide de formulaires adaptés permettant d’en guider la saisie et d’assurer ainsi leur cohérence ;
  • organiser les contenus et structurer le site en arborescence, en rubriques ou en mots-clés ;
  • la gestion des contributeurs et de leurs droits d’accès et d’actions : consulter, mettre à jour, valider, publier, etc. ;
  • organiser un workflow et une chaîne de validation pour garder un contrôle sur les publications ;
  • la programmation de la mise en ligne automatique d'un contenu à une date donnée, définir sa date limite de visibilité ;
  • la gestion des versions d’un article : le brouillon, la version publiée, la version archivée…

6Les fonctionnalités liées à la publication :

  • la gestion des gabarits de présentation ;
  • la sélection de contenus selon des critères comme « les trois derniers en date », « les articles rédigés par cet auteur » et un moteur de recherche interne ;
  • la syndication (RSS) et la capacité à exporter et importer des contenus à des fins de partage, en particulier sur les réseaux sociaux ;
  • les statistiques du site ;
  • une navigation mobile adaptée aux formats des smartphones et des tablettes ;
  • des outils collaboratifs entre les contributeurs comme la messagerie électronique, un forum ou un agenda partagé.

Pour quels usages ?

7Ces outils sont particulièrement adaptés à la réalisation de portails généralistes ou de portails thématiques avec gestion d’une importante communauté de contributeurs. Citons le portail des médiathèques du SAN Ouest Provence développé avec Typo3 et interopérable avec le SIGB Koha ou encore le portail thématique de la Bibliothèque municipale de Lyon, « Point d’Actus », développé avec Spip.

Les blogs

8Le blog est une page Web utilisée essentiellement pour la publication périodique et régulière d’actualités, de liens vers des sites Web ou de courts articles sur un sujet donné et enrichis d’éléments multimédias (image, son, vidéo). À la manière d'un journal de bord, ces billets sont publiés en ordre chronologique inversé. Un blog offre la possibilité aux lecteurs de réagir aux informations publiées, ce qui lui assure une grande réactivité.

Principales fonctionnalités

9Un blog est un outil de CMS aux fonctionnalités de gestion et de publication des contenus moins complètes que les solutions vues précédemment. Les principales fonctionnalités focalisent sur la structuration et l’organisation des articles, et la gestion d’une petite équipe de contributeurs. Mais au fil des évolutions, le fossé entre CMS et blog se comble. Certaines solutions intègrent de plus en plus de fonctions permettant une gestion fine des droits d’accès ainsi que la personnalisation et l’organisation des contenus par page et rubrique.

Les solutions de création de blogs

  • 1 <

10Il est possible d’utiliser une solution en ligne ou une solution logicielle. La solution en ligne est la plus simple et la plus rapide à mettre en place. Idéale si vous ne voulez pas vous embarrasser de considérations techniques. Retenons Wordpress, Blogger ou Typepad. La solution logicielle est à installer sur un serveur et offre des fonctionnalités proches des CMS à l’image de Wordpress1 et DotClear.

Pour quels usages ?

  • 2 Voir la page consacrée aux blogs de bibliothèque sur Bibliopedia < http://www.bibliopedia.fr/index.php/Biblioblogs >.
  • 3 <http://mediathequeguebwiller.blog.fr/>.

11En l’absence de portail institutionnel, le blog est un outil idéal pour disséminer les informations et l’actualité de la bibliothèque auprès des usagers2. Il peut être aussi complémentaire du site de la bibliothèque en l’enrichissant de fonctions interactives tout en proposant une information alternative voire décalée, à l’image du blog de la médiathèque de Guebwiller en Alsace : « Les babillages de Frida et Paco »3.

12Les blogs thématiques permettent de positionner la bibliothèque auprès des communautés d’intérêts qui vont bien au-delà des usagers de la bibliothèque. C’est ainsi que le blog Bmol4 des bibliothèques de Grenoble est perçu d’abord comme un blog thématique musical avant d’apparaître comme un blog de bibliothèque. Cela peut être aussi un blog de veille documentaire sur un sujet donné. Les blogs d’animation permettent de rendre compte d’un événement ou d’une animation régulière de la bibliothèque : catalogue en ligne d’une exposition, productions d’un concours ou coups de cœur d’un club de lecture.

Outils de curation

13Les outils de curation de contenus Web offrent une nouvelle façon d'organiser et de suivre les contenus les plus intéressants sur Internet. Ces réseaux éditoriaux participatifs s'appuient sur des utilisateurs « experts » d'un sujet, qui filtrent les informations les plus intéressantes avant de les diffuser à leurs communautés de lecteurs et d'interagir avec elles.

14Présentons ici deux services de curation en ligne régulièrement utilisés en bibliothèque.

Pearltrees

15Ce service Web permet d’organiser ses pages Web favorites sous forme de cartes thématiques et de les partager au sein d’une communauté d’intérêts. Chaque page Web correspond à une « perle » qui est rattachée à un « arbre à perles », l'équivalent d'un dossier.

Fonctionnalités

  • éditer, retirer, ajouter des perles aux pearltrees ;
  • chercher des membres et sujets via un moteur de recherche communautaire ;
  • possibilité de se connecter à d'autres cartes et de les inclure au sein de ses propres arbres ;
  • partager des perles et arbres à perles via Twitter, Facebook, blogs, ou par email ;
  • créer un édito pour chaque arbre à perles ;
  • travailler en équipe avec le suivi de l'historique des modifications apportées et restauration d'éventuelles perles/arbres effacés.

Pour quels usages ?

  • 5 Voir la page des pearltrees de bibliothèques sur Bibliopedia : <

16Proposer un dossier Web autour de sujets thématiques pour porter une expertise bibliothèque et faire équipe avec des amateurs qui partagent les mêmes centres d'intérêt5.

Scoop.it

17Scoop.it permet à un utilisateur d'agréger les meilleurs pages du Web relatives à un sujet et de les compiler sous un format « journal ». C'est un outil à la croisée du blog, du site de partage de signets et du réseau social.

Fonctionnalités

  • suggérer des contenus en fonction d’un centre d’intérêt choisi ;
  • annoter les contenus partagés ;
  • ajouts des pages Web au gré de sa navigation ;
  • les lecteurs peuvent s'abonner à une page Scoop.it à la manière de Twitter ou via un flux RSS et partager le journal sur les réseaux sociaux ;
  • les lecteurs peuvent suggérer des nouveaux contenus au créateur du journal, qui choisit ou non de les intégrer.

Pour quels usages ?

  • 6 Voir la page des Scoop.it de bibliothèques sur Bibliopedia : < 

18Scoop.it permet de proposer une veille thématique éditorialisée et partageable6.

Réseau social

19À côté des grands réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter, il est possible de développer sa propre plate-forme sociale avec un outil comme Elgg. Il s’agit d’un logiciel libre permettant de mettre en place un réseau social en ligne. Il fournit notamment des outils de blog, de micro-blogging, de partage de fichiers, de mise en réseau des profils d'utilisateurs, de gestion de groupes d'utilisateurs, d'agrégation de données et de nombreuses autres fonctionnalités.

Pour quels usages ?

20Carnets2 université Paris Descartes7 est une plate-forme collaborative d’expression, de réflexion et d’échanges destinée aux membres de la communauté universitaire de Paris Descartes et développée avec Elgg. Enseignants, chercheurs, étudiants, anciens élèves, l’ensemble des acteurs de l’université peut prendre la parole sur ce réseau. Les contenus sont accessibles à tous et relayés vers d’autres réseaux tels que Facebook et Twitter. Publier des articles, partager des informations, commenter ou recommander des publications, les acteurs du réseau peuvent s’exprimer tout en valorisant leurs projets universitaires et professionnels.

21Ces outils de publication sont en constante et rapide évolution. En outre, les modèles économiques ne sont pas encore stabilisés. Il n’est pas impossible que l’un d’eux cesse d’être distribué ou développé. Comme nous l’avons souligné, le choix d’un logiciel libre de droit accompagné par une communauté active d’utilisateurs est une garantie indispensable pour la pérennité de cet outil et de l’offre de contenu. Ce choix se construit donc dès la conception du projet.

Notes

1 <

http://fr.wordpress.com

>. Wordpress est suivi par une importante communauté active, qui fournit une impressionnante quantité d’extensions à télécharger.

2 Voir la page consacrée aux blogs de bibliothèque sur Bibliopedia < http://www.bibliopedia.fr/index.php/Biblioblogs >.

3 <http://mediathequeguebwiller.blog.fr/>.

4 < http://bmol.bm-grenoble.fr/ >.

5 Voir la page des pearltrees de bibliothèques sur Bibliopedia : <

http://www.bibliopedia.fr/index.php/R%C3%A9seaux_sociaux#Peartrees

 >.

6 Voir la page des Scoop.it de bibliothèques sur Bibliopedia : < 

http://www.bibliopedia.fr/index.php/R%C3%A9seaux_sociaux#Scoop.it

 >.

7http://carnets.parisdescartes.fr/ >.

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search