Version classiqueVersion mobile

Mettre en œuvre un plan de classement

 | 
Bertrand Calenge

Partie III : La mise en œuvre du plan de classement

3. Un chantier de recotation : le SICD2 Grenoble 2 et 3

Lucie Albaret

Texte intégral

1Depuis 1991, le SICD2 est un réseau actif de bibliothèques. Il est constitué de : la bibliothèque universitaire Droit-Lettres, des bibliothèques d’UFR dont une est intégrée, de la bibliothèque de l’Institut d’études politiques, des bibliothèques de centres de recherche.

2En 1996, la bibliothèque universitaire Droit-Lettres, qui occupe un bâtiment construit dans les années soixante, n’était plus adaptée aux normes et aux usages des publics. C’est ce constat qui a conduit à une réflexion autour du bâtiment, de l’organisation des équipes, et des collections, dans le cadre de l’opération « Doc 2000 ». Parti d’un simple projet de rénovation d’un bâtiment, le projet « Doc 2000 » a rapidement évolué vers une reconstruction totale de l’existant, une remise à plat du fonctionnement, des services offerts, et donc de l’ensemble du service public documentaire du SICD, au sein d’une organisation universitaire elle-même en mutation.

3C’est dans ce contexte de restructuration complète, offrant de grandes opportunités mais imposant des contraintes, qu’a été mené un vaste chantier de recotation des collections de libre accès selon une classification thématique : la classification Dewey. Il a fallu mettre en œuvre une politique de présentation homogène des collections ainsi que des procédures techniques et organisationnelles permettant la réalisation de cette recotation. Ce chantier a eu également des implications importantes sur la politique documentaire et le fonctionnement en réseau.

LE CHANTIER DE RESTRUCTURATION : UNE OPPORTUNITÉ ET DES CONTRAINTES

4En 1998, la bibliothèque universitaire était organisée en deux sections : la section Droit comprenant les collections de droit, de sciences économiques, de gestion, et de sciences politiques, et la section Lettres regroupant les fonds de langues, de littérature, de sciences humaines (histoire, philosophie, art), et de sciences sociales (sociologie, psychologie). Chaque section avait adopté au fil des années un fonctionnement particulier, conduisant à un dédoublement des services (deux chefs de section, deux équipes, deux services d’acquisition et de catalogage, deux plannings différents de service public, etc.). La réflexion sur la rénovation du bâtiment, qui concernait en 1996 la mise aux normes de sécurité, a rapidement évolué vers un objectif plus ambitieux : s’adapter à l’évolution du public universitaire et à ses usages.

5À partir d’avril 1998, un groupe de travail a été constitué sous l’égide de la direction pour réfléchir à la réorganisation des collections, dans le cadre de la rédaction du contrat d’établissement 1998-2002 et de la préparation des travaux de rénovation.

6La première mission de ce groupe, comportant des représentants des deux sections et de l’ensemble des catégories de personnel, a été de choisir une classification thématique unique. Les critères de sélection étaient la simplicité des cotes pour un rangement et une cotation aisée et la pérennité de la classification pour des mises à jour régulières. La CDU n’a pas été retenue, bien que présente dans la section Droit et très partiellement dans la section Lettres, car la disparité des cotes ainsi que leur extrême longueur impliquent dans tous les cas une recotation totale. C’est la classification décimale de Dewey, déjà utilisée dans de nombreuses bibliothèques et recommandée par le ministère de l’Enseignement supérieur depuis 1986, qui a été choisie. Pour éviter les dérives, il a été décidé d’établir une liste de cotes validées, à laquelle chaque indexeur devra se référer. Elle sera évidemment évolutive.

7Le groupe décide aussi que l’organisation des collections et l’accès à l’information, se feront par discipline et non plus par niveau d’étude. Cela permettra de regrouper les fonds spécialisés avec les ouvrages de base (également consultés par les chercheurs).

8Parallèlement, la réflexion sur la mise en espace des salles de lectures dans le bâtiment rénové conduit à un certain nombre de choix : suppression des magasins « de proximité » de l’aile Ouest au profit du magasin principal, agrandi et équipé en rayonnages compactus.

9Les disciplines enseignées dans les deux universités desservies par la bibliothèque sont regroupées en six grands pôles thématiques :

  • droit ;

  • sciences économiques - gestion ;

  • sciences sociales (philosophie, religion, psychologie, sciences de l’éducation) ;

  • sciences humaines (art - histoire - géographie - sciences politiques) ;

  • langues et littératures (sciences du langage, langues et littératures) ;

  • méthodologie - références - presse.

10Ces regroupements ont été faits en tenant compte de :

  • la composition des UFR dans les deux universités ;

  • l’exemple de plusieurs bibliothèques dont la BnF et le SCD de Paris VIII ;

  • la succession des disciplines dans la classification Dewey.

11Le métrage des fonds a été pris en compte afin de vérifier la possibilité de disposer les collections de façon convenable dans les salles de lecture. Certains rapprochements ne posaient guère de difficultés, tandis que le positionnement de certaines disciplines a suscité un débat.

12Les collections de périodiques ont fait l’objet d’un chantier de recotation spécifique. Au classement alphabétique (qui aurait entraîné refoulement et recotation à chaque changement de titre) a été préféré un classement alphanumérique qui combine une lettre symbolisant une discipline et un numéro d’ordre. Cette cotation était déjà pratiquée par la section Droit : JP (droit public), KP (droit privé), etc. Cela a permis de ne traiter que les périodiques de la section Lettres, qui ont été répartis par pôles et par disciplines. Les cotes sont ainsi construites :

  • une première lettre désigne le pôle selon le système de classification alphanumérique : X pour le pôle langues et littérature, Z pour le pôle sciences humaines, S pour le pôle sciences sociales ;

  • une deuxième lettre désigne la discipline ;

  • la troisième, le P, le support périodiques.

13On obtient ainsi des cotes de type XBP (littérature anglaise), XEP (littérature française), ZWP (arts) ZBP (histoire moderne), ZCP (histoire ancienne), ZPP (sciences politiques), etc.

14Afin de prévoir l’affectation des espaces dans le futur bâtiment, il a été nécessaire de procéder à une mesure précise des collections à implanter dans les différents pôles.

15L’ensemble des 180 000 ouvrages destinés au libre accès a été reparti dans les pôles thématiques et recoté en Dewey.

  • 61 ICARDO, Marie-Noëlle, « L’organisation des collections au SICD2 de Grenoble », Bulletin des bibliot (...)

16La réorganisation des collections a été l’occasion de repenser l’organisation fonctionnelle des services. Faisant le constat que l’existence de deux sections induit des pratiques professionnelles différentes et des dédoublements de services peu pertinents, l’équipe de direction a décidé la fusion des deux sections et une nouvelle organisation par départements61 permettant homogénéité et cohérence. Elle sera mise en place par étapes successives au cours des années 1999 à 2001. La fusion des équipes et le passage en Dewey ont permis de partager les mêmes procédures et favorisé le travail au sein d’équipes unifiées autour d’un projet fédérateur et de grande ampleur.

OPPORTUNITÉ ET CONTRAINTES : ARTICULER DES CHANTIERS COMPLEXES

17Trois chantiers se sont imbriqués durant plusieurs années : recotation des collections en libre accès, réorganisation interne en départements et en services, et mise en espace des collections dans le bâtiment rénové.

Plan de la bibliothèque après restructuration

Plan de la bibliothèque après restructuration

Source : service communication, université Pierre Mendès France (UPMF).

18La cotation rétrospective des fonds s’est déroulée de 1999 à 2004, en plusieurs tranches liées à l’avancée des travaux.

1999-2000 Première étape : les sciences économiques, les langues et littératures

  • 62 Des tables de « nouveautés » seront mises en place à l’entrée de chaque salle dans le bâtiment réno (...)

19Les deux premières années du chantier se sont déroulées dans une bibliothèque ouverte normalement au public, même si cela a nécessité quelques adaptations pour que le service ne soit pas perturbé et que les lecteurs trouvent facilement leurs ouvrages. La recotation a été l’occasion de procéder à une évaluation des collections présentes. Les acquéreurs ont fait du désherbage et prévu de mettre en magasin un certain nombre d’ouvrages jugés vétustes. Ces opérations se sont faites en rayon, livre en main car pour des raisons diverses (dont la rétroconversion incomplète du catalogue), les acquéreurs n’ont pas disposé au début du projet de tous les outils qui seront ensuite élaborés par le service informatique à partir des données du SIGB. Le tri opéré avant la recotation a permis de dégager de la place au début des rayonnages, pour ranger les ouvrages selon la nouvelle classification. Au fur et à mesure de l’avancée du chantier, grâce à des refoulements successifs, les nouvelles cotes ont pris la place des anciennes, au risque de bouleverser les pratiques des lecteurs de la section Lettres habitués à trouver les nouveautés en bout de travées62.

2001-2004 Les autres disciplines

20La deuxième phase du chantier a débuté en 2001 dans le contexte complexe de rénovation du bâtiment.

21En 2002, les travaux ont commencé par l’aile Est (rénovation des salles de lecture et construction d’une extension au magasin). L’ensemble des collections a été regroupé dans l’aile Ouest (opération effectuée durant l’été 2002). Un désherbage superficiel a été effectué à partir des listes d’ouvrages en plusieurs exemplaires répartis dans les rayonnages. L’utilisation de ces listes a permis une cohérence dans l’attribution des cotes Dewey à ces exemplaires multiples, et une concertation entre les acquéreurs lorsque les exemplaires d’un même titre étaient répartis dans différentes disciplines.

22La rénovation de l’aile Est s’est achevée en septembre 2003 et durant les travaux de sécurité une salle de consultation, disposant d’un petit nombre d’ouvrages de références, a été installée dans une partie du rez-de-chaussée de l’aile Ouest mais la quasi-totalité des collections était inaccessible au public. Les lecteurs pouvaient demander la communication et le prêt des ouvrages dont ils avaient besoin, de manière différée du jour au lendemain, dans une salle mise à disposition par l’université Stendhal. Parallèlement, les chantiers bibliothéconomiques se poursuivaient dans le bâtiment de la BU (recotation des ouvrages et des périodiques, transferts de collections d’une salle à l’autre, signalétique, mise à jour du catalogue, réinstallation du mobilier, etc.).

ASPECTS TECHNIQUES : PROCÉDURES

23Pour accompagner le chantier de cotation, un groupe de travail restreint a été constitué pour étudier les procédures à mettre en place.

24Les informaticiens associés dès le départ au projet ont proposé des solutions simples et rapides de basculement des cotes d’origine en cotes Dewey. Les acquéreurs ont établi une liste de cotes validées afin d’éviter tout risque futur de développement incontrôlé et inapproprié de nouvelles cotes. Il fut décidé qu’une cote ne devait pas dépasser six chiffres et que le nombre de livres rattachés à une cote devait être compris entre 10 et 200 maximum.

25L’implication des magasiniers a été très forte dès le début de la réflexion. Ils ont émis des préconisations sur la qualité des étiquettes et la présentation des cotes. Ainsi, pour faciliter le pré-classement au retour des livres et permettre de repérer plus rapidement un ouvrage mal rangé, le groupe a suggéré l’emploi de couleurs pour distinguer les différents pôles. Cela s’est révélé d’une grande utilité pour certaines classes comme la classe 300, dont les ouvrages se répartissent sur quatre pôles. Les couleurs sont apposées sous la forme de liseré au-dessus des étiquettes imprimées en caractères noirs sur fond blanc. Différents formats d’étiquettes ont été prévus selon la largeur du dos des livres.

ÉLABORATION DES PLANS DE CLASSEMENTS ET COTATION

Élaboration de listes de cotes

26La première étape du chantier a été l’élaboration des plans de classement pour l’ensemble des disciplines et des pôles. Ce travail a été accompli par le conservateur chargé spécifiquement du suivi du projet et par l’ensemble des acquéreurs. La réflexion sur les cotes a été l’occasion de se pencher sur les critères d’acquisition, sur les choix d’ouvrages à mettre ou non en libre accès, sur le niveau des documents présentés, sur les évolutions pressenties de la recherche et des publications dans chaque discipline. Les collègues des bibliothèques d’UFR, des enseignants-chercheurs, voire des professionnels ont été sollicités pour aider l’équipe à adapter le plan de classement à nos fonds présents et à venir. La Dewey n’a pas été appliquée de façon stricte, les cotes ont été sélectionnées pour tenir compte des besoins supposés de la bibliothèque.

27Le travail accompli dans d’autres établissements a été également une source d’inspiration. Ainsi, nous avons repris les choix faits par la BnF de rassembler, en littérature, tous les ouvrages de ou sur un auteur, ou d’introduire, en histoire, des subdivisions thématiques.

28La liste de cotes peut évoluer et il est possible d’ajouter ou supprimer une cote après acceptation par l’équipe des acquéreurs. Les listes sont disponibles sur l’intranet de la bibliothèque et chacun peut s’y référer.

Cas de la littérature

29Pour les langues et littératures, on a distingué deux groupes :

  • le groupe 1 (G1) avec corpus comprend le français, l’italien, l’espagnol, le portugais, le russe, l’allemand, l’anglais, le latin et le grec classique ;

  • le groupe 2 (G2) sans corpus concerne toutes les autres langues.

30Pour les littératures du G1, contrairement à la Dewey, les œuvres littéraires ne sont pas réparties par genre littéraire (poésie, théâtre, roman etc.) mais regroupées par siècle sous des cotes du type 8x/x, suivis des quatre premières lettres de l’auteur étudié. Par exemple, la cote 84/6 STEN regroupe tous les ouvrages de ou sur Stendhal. Le deuxième chiffre – après le 8 – reprend la division par langue de la Dewey (82 pour le corpus de langue anglaise, 83 pour le corpus de langue allemande, 84 pour le corpus de langue française, etc.). Les subdivisions chronologiques sont identiques pour toutes les littératures : par exemple, 84/1 regroupe les œuvres littéraires françaises du Moyen Âge, 84/2 celles du xvie siècle, 84/3 celles du xviie siècle, 84/4 celles du xviiie siècle, 84/6 celles du xixe siècle et 84/8 celles du xxe siècle (laissant le 9 pour le xxie siècle !).

31Les corpus regroupent pour un auteur, ses biographies, les études générales sur son œuvre, l’ensemble de ses œuvres publiées, les études critiques sur une œuvre particulière. Les œuvres complètes, les biographies et les études générales sont rassemblées au début du corpus avec les quatre premières lettres de l’auteur de l’étude en majuscule ; ainsi, à l’intérieur du corpus concernant Stendhal (et rassemblé sous la cote 84/6 STEN), l’ouvrage Variétés beylistes de Imbert a la cote 84/6 STEN IMB ; viennent ensuite les œuvres particulières et les études sur ces œuvres, qui sont rangées sous les trois premières lettres en minuscule de l’œuvre : par exemple, le Rouge et le Noir est classé sous la cote : 84/6 STEN rou. Les variations entre majuscules et minuscules permettent un rangement aisé. Des listes de référence reprennent par ordre alphabétique chaque auteur présent dans les corpus ainsi que sa cote et les quatre premières lettres qui le composent. Ces listes, reprises de celles de la BnF, sont tenues à jour. Elles se révèlent très utiles en cas de quasi-homonymie (par exemple, Maurois et Mauriac).

32À l’instar de la BnF, les ouvrages sur les langues et littératures des pays anglophones, francophones, hispanophones, lusophones sont distingués L’indice numérique est précédé des premières lettres en majuscules du pays des auteurs (choisi dans une liste de pays établie par la BnF) et des corpus d’auteurs ont été établis ainsi : la cote BE840 regroupe les ouvrages sur la littérature belge de langue française.

Cas de l’art

33Le principe du regroupement des ouvrages concernant un artiste sous la forme de corpus a été appliqué partiellement, même si la distinction par type d’art (architecture, sculpture, peinture, photographie, musique, cinéma etc.) est maintenue comme dans la Dewey. Cela permet de regrouper l’ensemble des ouvrages sur un artiste quel que soit l’auteur de l’étude, cela se révèle très utile quand beaucoup d’artistes sont référencés dans le fonds de la bibliothèque. Ainsi, tous les documents sur Véronèse ont la cote 759.03 VERO, ceux sur Monet la cote 759.05 MONE.

Cas de l’histoire

34Suivant les choix de bibliothèques comme la BnF ou la section Lettres de la BCIU de Clermont-Ferrand, des subdivisions thématiques ont été ajoutées aux subdivisions chronologiques, afin de respecter l’évolution de l’historiographie.

35Ces subdivisions, inspirées des grandes classes de la Dewey, sont construites de la façon suivante :

  • 9xx/1 : histoire des idées et des mentalités ;

  • 9xx/2 : histoire religieuse ;

  • 9xx/3 : histoire de la société ;

  • 9xx/32 : histoire des institutions du pays, vie politique et relations internationales ;

  • 9xx/33 : histoire économique, rurale et urbaine.

36Au début de chaque cote correspondant à l’histoire d’un pays, les subdivisions thématiques précèdent les subdivisions chronologiques. Par exemple, pour l’Espagne, les cotes 946/1 à 33, (qui correspondent aux subdivisions thématiques et concernent l’histoire des mentalités, l’histoire religieuse, sociale, politique et économique du pays) sont suivies de la cote 946.01 qui correspond à l’histoire de l’Espagne sur la période 475-1515, puis 946.02 qui correspond à l’histoire de l’Espagne sur la période 1515-1598 etc.

37Pour l’histoire de France, ce système est complété par des subdivisions thématiques applicables à chaque subdivision chronologique, pour éviter que les ouvrages classés sous chaque cote ne soient trop nombreux. Par exemple, sous la cote 944.03, qui correspond à la période 1492-1789 (Ancien Régime), on trouve les subdivisions thématiques 944.03/1 à 33 avant les indices chronologiques (944.031 : 1492-1610 à 944.035 : 1774-1789).

La phase de la cotation

38La cotation a été faite ouvrage en main par les acquéreurs aidés d’une personne contractuelle. En raison de l’hétérogénéité des cotes, il n’a quasiment pas été possible de faire un système de conversion entre les cotes CDU utilisées dans les salles de la section Droit et les cotes Dewey. L’indexation a été l’occasion d’un travail considérable de mise à jour des fonds (désherbage, actualisation, rachats, etc.). Cette opération a concerné non seulement les ouvrages en libre accès mais aussi certaines collections rangées en magasin.

39La nouvelle cote ne devait pas figurer à l’OPAC avant l’ouverture des nouveaux locaux, mais devait permettre aux acquéreurs de vérifier au moyen de listes la pertinence de leur travail. Elle a été saisie dans une zone interrogeable de la notice d’exemplaire.

40L’équipe informatique a mis au point un programme permettant le transfert automatique des cotes Dewey dans la zone « cote principale ».

41Pour les nouvelles acquisitions, chaque indexeur a procédé à une double opération de cotation en attribuant une cote alphanumérique ou CDU provisoire, et une cote Dewey, qui remplacera la première au moment du basculement.

42L’opération d’étiquetage a permis d’effectuer de petites réparations sur des ouvrages en mauvais état ou de les mettre à la reliure. Ce fut aussi l’occasion de modifier ponctuellement la localisation ou la politique de prêt, mais les changements massifs de localisation ont été faits automatiquement.

LA MISE EN ŒUVRE

43La période de mai à novembre 1998 a été consacrée à la préparation des opérations de recotation :

  • choix de classification pour les collections en libre accès ;

  • élaboration des listes de cotes ;

  • préparation des procédures techniques et des consignes ;

  • choix des matériels ;

  • estimation du temps et des moyens nécessaires au projet.

44Ensuite on a procédé par étapes.

De 1999 à 2000 : deux pôles recotés (sciences économiques ; langues et littératures)

45Afin de prendre la mesure de la complexité et des implications du projet de recotation, on a préféré commencer par une discipline dans chaque section : le choix s’est porté sur la langue et la littérature française – classées majoritairement en alphanumérique – et sur la gestion classée en CDU. Cette première opération a débuté en décembre 1998 pour s’achever en octobre 1999.

46En septembre 1999 ont commencé les opérations de recotation des autres secteurs disciplinaires. La recotation s’est terminée en décembre 2000.

2001-2004 : 120 000 ouvrages traités

47En 2001, il restait à indexer et étiqueter près de 120 000 ouvrages : 35 000 en droit, 50 000 en sciences humaines, 35 000 en sciences sociales, et 6 000 en méthodologie, presse et culture générale.

  • l’indexation a commencé en octobre 2002 pour s’achever en juin 2003 ;

  • l’étiquetage des collections a été réalisé de septembre 2003 à avril 2004.

48À partir du mois d’avril, les équipes ont été affectées à la recotation des périodiques. Le réétiquetage a été couplé à un énorme travail de refoulement des collections en libre accès et en magasin. On a également homogénéisé la présentation des périodiques (les numéros de l’année en cours sur des présentoirs par ordre alphabétique des titres de revues, et les numéros des dix dernières années rangées par cotes). Le service informatique a été sollicité pour changer automatiquement la localisation des collections.

49La signalétique a constitué un autre chantier important. Les acquéreurs ont préparé la liste des cotes présentes dans la travée avec leur libellé. Des étiquettes mentionnant les principales cotes et leur libellé ont été apposées sur les étagères.

50Enfin, pour remettre à niveau les collections, on a procédé à de massives opérations de reliure qui ont permis une meilleure présentation des documents en libre accès.

DES CONSÉQUENCES SUR LA POLITIQUE DOCUMENTAIRE

51La préparation du chantier de recotation a été l’occasion d’une réflexion sur la répartition des documents entre le libre accès et les magasins. Jusque-là des ouvrages antérieurs à 1900 étaient présents dans les rayonnages de la section Lettres, de même pour la section Droit. Le travail effectué sur les listes d’ouvrages en exemplaires multiples a été le préalable à une réflexion de plus grande envergure sur les types de manuels, le nombre d’exemplaires à acheter par édition et le renouvellement des collections en libre accès.

52La décision de répartir les disciplines en six pôles thématiques a suscité l’examen précis des rapprochements envisageables entre les disciplines. Les sciences politiques, par exemple, auraient pu rejoindre aussi bien le droit que les sciences humaines. La deuxième solution a été préférée pour inscrire la situation politique contemporaine, en particulier pour les relations internationales dans la continuité. La limite entre histoire contemporaine et science politique a dû être précisée (par référence aux programmes de l’IEP de Grenoble). Les acquéreurs ont eu à déterminer comment répartir les ouvrages sur certains sujets problématiques ; c’est le cas pour les questions d’environnement qui peuvent être ainsi traitées sous l’angle économique, géographique, juridique, social ; de même l’urbanisme pour lequel s’ajoute l’aspect artistique. Il a fallu étudier le contenu intellectuel des différentes disciplines et les axes de la recherche nourrissant ces disciplines. Cette réflexion était d’autant plus nécessaire qu’il fallait mesurer de manière très fine le nombre de rayonnages occupés par chaque cote et évaluer l’expansion probable de chaque thématique.

53L’élaboration d’un plan de classement sert de base à l’évaluation des collections par discipline, par thème, par cote. Il aide à évaluer la fraîcheur, l’intérêt scientifique, le niveau, le degré de spécialisation des collections et il facilite le partage d’une même classification par un certain nombre de bibliothèques d’UFR.

CONCLUSION : UN CHANTIER INACHEVÉ

54Le chantier de recotation des collections en libre accès était une opération indispensable pour permettre au public un accès plus cohérent et plus simple. C’est le socle d’une restructuration plus importante qui a concerné à la fois le bâtiment et la réorganisation fonctionnelle des services. Dans le cadre de la politique documentaire que le SICD2 souhaite établir, il faudra, dans un proche avenir, travailler à nouveau sur l’évaluation des collections en libre accès et reprendre la liste des cotes afin de la réviser. Il sera intéressant à cette occasion de mener une enquête sur la façon dont les lecteurs appréhendent cette nouvelle organisation des espaces.

55L’adhésion complète de l’ensemble des équipes de la bibliothèque a été indispensable à l’accomplissement de ce chantier long, complexe, rendu difficile à réaliser par l’ampleur des fonds concernés et des opérations nécessaires pour le mener à bien.

ENCADRÉ. LE SICD2 GRENOBLE 2 ET 3
Le SICD2 comprend :
▪ la bibliothèque universitaire Droit Lettres ;
▪ une bibliothèque intégrée : la bibliothèque de l’institut de communication et des médias ;
▪ le centre de documentation de l’IEP ;
▪ 14 bibliothèques associées.

Il dessert deux universités
, soit 25 000 étudiants :
▪ l’université Pierre Mendès France : droit, économie-gestion, sciences humaines (histoire et histoire de l’art, philosophie), sciences sociales (sociologie, la psychologie) ;
▪ l’université Stendhal : langues et littératures.

L’organisation
Une direction et cinq départements : Public, Collections, Système d’information documentaire, Coopération documentaire et Administration.

Le personnel
 : 95 personnes (62 ETP relevant de la filière bibliothèques).

Le SIGB
 : Absysnet (Baratz) diffusée par GFI

La bibliothèque universitaire
 :
▪ 500 000 ouvrages dont 190 000 en libre accès
▪ 5 800 titres de périodiques dont 1 200 titres vivants
▪ 34 000 revues électroniques
▪ 50 bases de données
▪ 157 600 prêts à domicile en 2008

Les horaires d’ouverture
 : 59 heures
▪ lundi-vendredi : 8h-19h – samedi : 9h-13h

Le bâtiment
▪ superficie = 14 200 m2
▪ places assises = 1 189
▪ postes informatiques publics = 118
Site Internet : < http://bibliotheques.upmf-grenoble.fr >

Notes

61 ICARDO, Marie-Noëlle, « L’organisation des collections au SICD2 de Grenoble », Bulletin des bibliothèques de France, 2001, t. 46, n° 1, p. 91-94. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2001-01-0091-013 > (consulté le 9 janvier 2009).

62 Des tables de « nouveautés » seront mises en place à l’entrée de chaque salle dans le bâtiment rénové, pour compenser en partie cet inconvénient.

Table des illustrations

Titre Plan de la bibliothèque après restructuration
Légende Source : service communication, université Pierre Mendès France (UPMF).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

Auteur

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search