Version classiqueVersion mobile

Produire des contenus documentaires en ligne

 | 
Christelle Di Pietro

Partie 4. Les outils et le droit

Écrire pour le Web

Isabelle Rouquet

Texte intégral

  • 1 Erin Kissane, Stratégie de contenu web, Paris, Eyrolles, 2011 (coll. A Book Apart, 3).

1Aujourd’hui, le bibliothécaire est amené à produire des contenus rédactionnels adaptés au Web afin de les mettre en relation avec des internautes. « Dans l’industrie du Web, est appelé « contenu » tout ce qui véhicule de l’information porteuse de sens pour l’être humain. Tous les sites Web ont du contenu. »1

  • 2 Eve Demange, « Le cycle de vie du contenu web », Blog Plume interactive, novembre 2013. [En ligne] (...)

2Commençons par situer la rédaction Web dans le cadre plus global de la stratégie de contenus. Comme le soulignent Kristina Halvorson et Mélissa Rach, « la stratégie de contenu régit la création, la publication et l’entretien de contenus utiles et utilisables ». Travailler le cycle de vie des contenus Web2 aide les bibliothécaires à comprendre et à produire les types de contenus dont leur public-cible a réellement besoin.

3Le cycle de création de contenu fait référence à la création du document par un rédacteur. Il comprend l’analyse des besoins, la récolte de l’information, la structuration, la mise en texte, l’édition, la correction et la mise en forme. Selon les bibliothèques, le rédacteur peut être son propre éditeur ; mais on trouvera également des « valideurs », des « secrétaires de rédaction » ou encore des « coordinateurs » chargés notamment d’aider les rédacteurs et de vérifier la bonne conformité des publications avec la charte éditoriale.

4La mise en ligne consiste à rédiger le texte dans l’outil d’aide à la publication de contenu en place au sein de la bibliothèque, appelé CMS.

5La première partie de cet article, intitulée Les choix du rédacteur, détaille la réflexion indispensable à mener en amont de la rédaction d’un contenu. La seconde partie, intitulée L’écriture efficace, cible la rédaction elle-même et met en avant les contraintes rédactionnelles. La dernière partie, intitulée La mise en ligne, insiste sur les principales techniques visant à optimiser l’efficacité du référencement des pages lors de la mise en ligne.

Les choix du rédacteur

6Le rédacteur ne cède pas à la tentation de commencer à écrire tout en réfléchissant, au fur et à mesure, aux divers éléments de planification de son contenu.

Le choix d’un angle éditorial

  • 3 Yves Agnès, Manuel de journalisme, Paris, La Découverte, 2008 (coll. Grands Repères, Guides).

7L’angle est la « manière d’aborder un sujet, de le ramener à un aspect principal bien délimité »3. Pour un sujet donné, le rédacteur doit chercher comment traiter son sujet, trouver une approche originale. La recherche d’angle est le fruit du travail et de la créativité du rédacteur. Elle vise à capter l’attention du public, à surprendre par un contenu attractif et original.

  • 4 Christian Robin, L’angle journalistique : techniques de créativité pour des écrits originaux, Paris (...)

8Produire un contenu sur le sujet des vampires pousserait le rédacteur à écrire un article fourre-tout qui aborderait tous les aspects du sujet. La conséquence serait inévitablement de noyer son public et de le perdre. Il convient de donner un cadre à cette production en fonction de l’internaute auquel on s’adresse.
Il existe plusieurs techniques pour définir un angle. La technique du « camembert », par exemple, décrite par Christian Robin4 consiste à inscrire son sujet au centre du camembert, puis à lister tout autour les acteurs concernés par ce sujet. Ces acteurs représentent chaque segment de notre camembert et peuvent être un individu précis, un corps de métier, une institution, une catégorie sociale ou familiale, etc. Le rédacteur tente de formuler toutes les questions que se pose cet acteur sur le sujet, et génère ainsi une multitude d’angles possibles.

9Par exemple, les passionnés de littérature de vampires s’interrogeront sur la question suivante : « Pourquoi rencontre-t-on le vampire dans toutes les civilisations et à toutes les époques ? » Les médecins soulèveront peut-être la question suivante : « quelles sont les maladies expliquant le mythe du vampire ? » Le rédacteur met en avant dans ce cas les travaux de certains médecins ayant fait le parallèle entre les signes caractéristiques des vampires et des symptômes de certaines maladies.

  • 5 Christian Robin, op. cit.

10La recherche d’angle n’est pas une étape aisée, et reste difficile pour les rédacteurs occasionnels. « Porter enfin un regard critique sur ce que nous écrivons afin d’améliorer ce que nous offrons à nos lecteurs. Développer sa créativité est une gymnastique quotidienne, un état d’esprit permanent [...]. » (Christian Robin)5.

11Cette étape est particulièrement importante pour ce qui concerne les marronniers, ces articles sur un événement qui revient chaque année à date fixe. Écrire sur le Salon du Livre, c’est intéressant, encore faut-il donner un angle à l'article pour ne pas tomber dans la production d’articles généraux sur le sujet.

Le choix des informations

12Il permet au rédacteur de ne garder que ce qui est utile à sa production selon le point de vue choisi.

Le choix du genre

13Les sites Web des bibliothèques accueillent diverses formes de contenus de médiation numérique. Certaines formes de contenus font appel à l’écriture ; ce sont des genres journalistiques, soit les différentes manières de rédiger un article. Le rédacteur doit connaître les caractéristiques de chaque genre dans lequel il est susceptible d’écrire.

14Par exemple, le rédacteur qui écrit une brève doit savoir que c’est un article d’information stricte formé d’un seul paragraphe, qu’il s’agit du genre le plus court qui énonce en peu de mots des réponses aux questions de référence. À l’inverse, l’écriture d’une critique (article de commentaire), nécessite d’apporter des éléments d’information stricte sur le document acquis par la médiathèque, une part de jugement et, si possible, une part objective née de la compétence du bibliothécaire.

Le choix d’une longueur adaptée

15La rédaction ne faisant pas partie, pour de nombreux bibliothécaires, de leur métier d’origine, il est conseillé d’inclure dans la charte éditoriale des recommandations précises sur la granularité de l’information et donc d’indiquer une fourchette sur le nombre de signes autorisés pour les différents genres produits par la bibliothèque.

Choisir la structuration des informations

  • 6 Yves Agnès, op. cit.

16Avant d’écrire, le rédacteur choisit le plan de son article. Cette réflexion lui permet de connaître la construction logique de son article et l’enchaînement des paragraphes. Le plan recommandé sur le Web est celui de la pyramide inversée : c’est un plan journalistique « consistant à développer l’information essentielle donnée dans le premier paragraphe par d’autres informations classées par ordre décroissant d’importance »6. Le premier paragraphe développe donc le message essentiel.

Le choix du message essentiel

  • 7 Yves Agnès, op. cit., p. 103.

17L’internaute ne retient d’un texte qu’une seule idée dominante quelle que soit la longueur du texte. Le rédacteur organise donc sa production autour d’un message essentiel que l’on peut définir ainsi : « Fait ou idée centrale d’un article, autour duquel s’organise celui-ci. »7. Le choix du message essentiel découle de l’angle. Cette idée dominante apparaît dès le titre et le début de l’article et garantit une bonne compréhension de l’ensemble de la production par l’internaute.

18Ce message est constitué par la réponse aux questions de référence : qui, quoi, où, quand, comment, pourquoi. Il s’agit des 5 W + H*, formulation anglo-saxonne de Who, What, Where, When, Why + How.

19Le rédacteur s’assure qu’à travers le message essentiel, la communication remplit bien les objectifs établis dans la ligne éditoriale.

Le choix du ton

20Il dépend de la ligne éditoriale du site Web de la bibliothèque qui sera formalisée dans la charte éditoriale. Comme l’énonce Yves Agnès, le ton pourra osciller : « De la plus grande neutralité à la complicité avec le lecteur, d’une écriture sobre à une écriture plus littéraire, au vocabulaire plus recherché, d’un « style institutionnel » à un style plus concret, plus vivant… ».

21On note l’importance pour une bibliothèque de réfléchir à sa ligne éditoriale, car celle-ci définit le fil rouge de la communication utile aux rédacteurs. Elle définit les éléments suivants : l’objectif de la communication, les cibles, les thématiques abordées, le rythme de publication et le style rédactionnel.

Le choix des mots-clés : référencement et stratégie de visibilité

22Les pages de contenu doivent être optimisées en fonction des critères de pertinence des moteurs. Elles seront ainsi classées au mieux dans les pages de résultats des liens organiques lorsque les mots-clés importants pour l’activité de la bibliothèque sont saisis par les internautes.

23Le rédacteur établit donc une liste de mots-clés ou expressions mots-clés. Il fait appel tout d’abord à son intuition et a recours à certains services permettant de rechercher des termes pertinents à partir de termes de départs. Citons notamment Le grand dictionnaire terminologique8, le Dictionnaire électronique des synonymes9, le Trésor de la langue française informatisé (TLFI)10, ou encore la liste d’autorité Rameau.

24Les rédacteurs les plus chevronnés peuvent aller plus loin dans ce choix des mots-clés et trouver un arbitrage entre le potentiel des termes choisis ou l’intérêt et la faisabilité technique d’un positionnement sur ceux-ci. Ils interrogent l’outil de planification des mots-clés de Google11 qui indique le nombre moyen de recherches mensuelles de chaque requête.

Figure 1 : Vérification de l’intérêt ou potentiel du mot-clé dans l’Outil de planification des mots-clés Google

Figure 1 : Vérification de l’intérêt ou potentiel du mot-clé dans l’Outil de planification des mots-clés Google

Figure 2 : Vérification de la concurrence du mot-clé dans le moteur de recherche Google

Figure 2 : Vérification de la concurrence du mot-clé dans le moteur de recherche Google

25Ces rédacteurs mesurent la faisabilité technique du positionnement en saisissant chaque mot concerné dans le moteur de recherche et en vérifiant le nombre de résultats.

  • 12 Olivier Andrieu, Réussir son référencement Web, Paris, Eyrolles, 2013.

26D’une part, mieux vaut viser des expressions plus précises et avoir une concurrence moins forte. D’autre part, « il ne sert à rien d’être bien positionné sur des mots-clés que personne ne saisit » (Olivier Andrieu)12.

27Un tableau récapitulatif attribuant une note globale sur l’intérêt et la faisabilité permet de savoir quels mots-clés sont à traiter en priorité.

28Il est important de comprendre que le concept de longue traîne* introduit par Chris Anderson peut être appliqué au monde du référencement. La queue de la longue traîne est l’ensemble des mots-clés qui, pris individuellement, génèrent peu de trafic mais qui, une fois cumulés, peuvent peser jusqu’à 80 % du trafic. C’est donc le contenu textuel qui va nourrir la queue de la longue traîne. Le rédacteur choisit donc les mots-clés et écrit son contenu éditorial en fonction des publics mais aussi en tenant compte des contraintes des moteurs.

L’écriture efficace

Un texte à fort impact

29Comme le mentionne François Richaudeau, « un texte efficace est un texte qui permet une lecture efficace. […]. Et, la finalité première de cette lecture efficace, c’est de marquer le lecteur, de lui imprimer une information nouvelle. […] Un texte efficace est donc un texte qui convainc le lecteur ». Le rédacteur Web nourrit donc ses écrits d’arguments et n’écrit pas pour ne rien dire. Il écrit du contenu original et attractif ; il produit des contenus apportant une valeur ajoutée réelle à son audience.

Des textes humains

30« Le rédacteur recourra à des mots et à des constructions ayant une résonance personnelle. »13 Le contenu s’adressera directement au lecteur et aura recours autant que possible aux lois de proximité. « Ne laissez pas au lecteur le soin de faire la connexion entre leurs besoins et ce que vous ou votre organisation pouvez offrir. »14. On préfère le « vous » à « la bibliothèque », et on prend soin de toujours mettre en avant le pourquoi dans son contenu, c’est-à-dire les bénéfices pour les cibles15.

Des textes lisibles

31Il s’agit tant de la lisibilité visuelle que de la lisibilité rédactionnelle permettant une facilité de compréhension des mots et des phrases.

32Le rédacteur prend soin d’immédiatiser l’accès à son contenu en structurant et en aérant son texte. Les accélérateurs de lecture sont par exemple un titre, des paragraphes aérés (avec une seule idée par paragraphe), des listes à puces, des mots-clés en gras, des liens hypertextes ou encore du multimédia. Offrir un accès rapide à son contenu est primordial sur le Web, espace dans lequel l’internaute scanne la page du regard à la recherche de l’information qui l’intéresse16.

33Le texte n’est pas justifié, et un sommaire interactif et des intertitres complètent les textes plus longs.

34La lisibilité rédactionnelle a trait au type de vocabulaire employé et à la construction des phrases. Le rédacteur utilise un vocabulaire adapté à ses lecteurs, ancré dans le langage courant. Par exemple, il évite de recourir au jargon professionnel compréhensible uniquement entre bibliothécaires. Les termes incunables, protocole Z3950 ou encore Opac ne sont pas intelligibles par tous nos lecteurs.

Des textes concis

35Il s’agit d’un écrit réduit à l'essentiel et exprimé en peu de mots (selon le TLFI). Chaque phrase apporte une ou des informations. Chaque mot, précis et juste, est choisi pour véhiculer au mieux cette information. Rien n’est inutile.

36Si la concision est un atout pour une production papier, pour le Web c’est une véritable nécessité. On pourra toutefois écrire des textes longs sur le Web tout en respectant cette consigne.

La mise en ligne

  • 17 Critères in page ou in the page, c’est-à-dire concernant l’analyse par les moteurs du code HTML des (...)

37Parmi les techniques permettant d’optimiser l’efficacité du référencement des pages d’un site, le rédacteur place les mots-clés choisis dans les zones chaudes des pages Web. Ces zones décrites ci-dessous, permettent aux pages d’être plus réactives aux critères de pertinence des moteurs. Il prend ainsi en compte les critères in page17 lorsqu’il entre son contenu dans le CMS de sa bibliothèque. La bibliothèque a tout intérêt à expliquer aux rédacteurs l’importance de chaque champ du CMS, soit dans un document synthétique, soit directement au sein du CMS à la fin de chaque champ.

Soigner le titre de la page

38La balise < title > correspond au titre de la page, au sens HTML du terme. Son libellé doit utiliser des mots-clés déterminants et caractéristiques du contenu de la page. Le contenu de cette balise est repris par les moteurs dans leurs pages de résultats. Un internaute qui trouve la page parmi les résultats d’un moteur est immédiatement informé sur le contenu de la page.

39Chaque page doit avoir un titre entre 7 et 10 mots (hors mots vides) avec la structure optimisée suivante : < title > [Contenu h1] – [Rubrique] [Nom du site] </title >, où h1 est le titre éditorial au sein de la page elle-même. Dans l’idéal, le rédacteur titre son contenu (h1) et ce titre est repris dans la balise < title >.

Figure 3 : Reprise de la balise < title > par le moteur Google. La structure est la suivante : < title > [Nom du site] – [Rubrique] – [Contenu h1] </title >.

Figure 3 : Reprise de la balise < title > par le moteur Google. La structure est la suivante : < title > [Nom du site] – [Rubrique] – [Contenu h1] </title >.

Texte visible

40Il s’agit du texte affiché dans le navigateur car détecté dans le code source HTML. Afin de l’optimiser, le rédacteur met en exergue les mots-clés importants (mise en gras, titre éditorial h1, texte des liens). Il prend en compte les différentes formes de mots (singulier/pluriel, masculin/féminin) ainsi que la proximité des mots et leur ordre. Le titre éditorial est recopié dans la balise < title > et dans l’URL.

41Le rédacteur reste sur un indice de densité d’un mot-clé (IDM) entre 2 % et 5 % pour les mots-clés importants sans accorder à ce critère une importance trop grande.

L’URL des pages Web

42Il n’est pas toujours possible d’insérer des mots-clés dans l’URL selon le système d’édition utilisé dans la bibliothèque. L’idéal est que le contenu du titre éditorial < h1 > soit recopié à la fin de l’url et au début de la balise < title >.

La balise méta description

  • 18 Muriel Vandermeulen, « Rédiger sa métadescription, comme la petite porte d’une grande histoire », B (...)

43« Elle indique aux moteurs de recherche ce qu’il faut afficher pour résumer le contenu d’une page d’un site Web. Le texte entré dans cette balise sera affiché sur les snippets* de la page de recherche. »18 Afin de pouvoir être affichée, cette balise est le développement du titre de la page et un résumé du contenu textuel de la page. Elle contient suffisamment de caractères (150-200 caractères espaces compris). Cette taille a tendance à grandir (300 caractères).

Figure 4: La balise méta description apparaît sous la balise < title > de la page.

Figure 4: La balise méta description apparaît sous la balise < title > de la page.
  • 19 Olivier Andrieu, op. cit.

44Il est préférable d’automatiser le travail sur le contenu de ces balises. Ce travail est payant, non sur le positionnement, mais sur la façon dont les internautes perçoivent et comprennent nos pages, donc sur le taux de clics dans les Search Engine Results Page (SERP). C’est une zone « marketing qui doit donner envie aux internautes de cliquer pour venir sur le site, beaucoup plus qu’une zone de pur positionnement algorithmique de pertinence. »19 Idéalement, chaque page doit proposer une balise méta description qui lui est propre.

Le texte alternatif des images

45Le rédacteur devrait pouvoir entrer des mots-clés dans l’attribut alt de la balise < img/> lorsqu’il insère une image. Cette zone est prise en compte par Google, mais il est fort probable que le poids attribué dans l’algorithme de pertinence est faible.

Rédaction des liens hypertextes

46Les liens sont importants car ils permettent d’insérer des mots-clés donnant un poids plus fort à la page qui les contient (page d’origine) ainsi qu’à la part vers laquelle il dirige (page cible). Les liens hypertextes textuels sont les plus efficaces. Le rédacteur soigne particulièrement le texte du lien (le lien cliquable) en y insérant des mots-clés. On évite ainsi les liens de type Cliquez ici, Ici ou Lire la suite.

Notes

1 Erin Kissane, Stratégie de contenu web, Paris, Eyrolles, 2011 (coll. A Book Apart, 3).

2 Eve Demange, « Le cycle de vie du contenu web », Blog Plume interactive, novembre 2013. [En ligne] : < http://plumeinteractive.canalblog.com/archives/2013/11/22/28487716.html >.

3 Yves Agnès, Manuel de journalisme, Paris, La Découverte, 2008 (coll. Grands Repères, Guides).

4 Christian Robin, L’angle journalistique : techniques de créativité pour des écrits originaux, Paris, CFPJ Éditions, 2009.

5 Christian Robin, op. cit.

6 Yves Agnès, op. cit.

7 Yves Agnès, op. cit., p. 103.

8 <http://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/gdt.html >.

9 <http://www.crisco.unicaen.fr/des >.

10 <

http://atilf.atilf.fr

>.

11 <https://adwords.google.com/ko/KeywordPlanner >.

12 Olivier Andrieu, Réussir son référencement Web, Paris, Eyrolles, 2013.

13 Yves Agnès, op. cit.

14http://s.billard.free.fr/referencement/?2006/05/24/246-7-transformations-pour-des-textes-a-fort-impact >.

15 Lire à ce sujet : < http://www.nngroup.com/articles/user-centric-language >.

16http://www.poynterextra.org/eyetrack2004 >.

17 Critères in page ou in the page, c’est-à-dire concernant l’analyse par les moteurs du code HTML des documents.

18 Muriel Vandermeulen, « Rédiger sa métadescription, comme la petite porte d’une grande histoire », Blog Écrire pour le web – Contenus et canaux web. [En ligne]< http://www.ecrirepourleweb.com/metadescription-petite-porte-grande-histoire >.

19 Olivier Andrieu, op. cit.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Vérification de l’intérêt ou potentiel du mot-clé dans l’Outil de planification des mots-clés Google
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/3041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Figure 2 : Vérification de la concurrence du mot-clé dans le moteur de recherche Google
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/3041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Figure 3 : Reprise de la balise < title > par le moteur Google. La structure est la suivante : < title > [Nom du site] – [Rubrique] – [Contenu h1] </title >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/3041/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Figure 4: La balise méta description apparaît sous la balise < title > de la page.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/3041/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search