Version classiqueVersion mobile

Mettre en œuvre un plan de classement

 | 
Bertrand Calenge

Partie III : La mise en œuvre du plan de classement

Prélude

Bertrand Calenge

Texte intégral

1Après les premiers chapitres, davantage axés sur la théorie et la méthodologie générale, place à la diversité des mises en œuvre concrètes dans différents établissements. Si on retrouve là les différents points qui ont jalonné les précédentes contributions (par exemple, disposition spatiale en pôles ou départements, procédures d’élaboration du manuel de cotation), on découvre d’autres aspects majeurs, tels l’organisation du travail, la planification des processus, l’association des utilisateurs, la signalisation des documents nouvellement ordonnés. Quatre témoins livrent le récit détaillé de leur expérience.

2Carine El Bekri-Dinoird, pilote de la restructuration de la bibliothèque universitaire de Droit et Sciences politiques, Sciences économiques et Gestion, Lettres et Sciences humaines, à Reims, insiste particulièrement sur l’organisation du travail mise en œuvre pour aboutir à reconfigurer les collections dans le cadre d’un nouveau plan de classement.

3Nathalie Falgon-Defay décompose cette même restructuration au SCD de l’université Lyon 2, accompagnée d’un changement complet de classification, sur le modèle d’une gestion de projet parfaitement programmée et conduite.

4Lucie Albaret explique la complexité rencontrée par le SICD2 (service interétablissements de coopération documentaire) de Grenoble 2 et 3 pour réaliser conjointement la « mise en Dewey » des collections de libre accès, la réorganisation interne en départements et en services, et la rénovation du bâtiment impliquant une nouvelle mise en espace des collections. Les chantiers et les solutions techniques sont précisément décrits, les choix du plan de classement expliqués et contextualisés de façon détaillée.

5Marion Dupuy, enfin, aborde la question d’un plan de classement en réseau, à travers l’expérience de la BDP du Rhône. En effet, une bibliothèque départementale doit concevoir ses collections en dehors de ses espaces : déposées auprès de multiples bibliothèques-relais, elles doivent être lisibles là où elles seront présentées. En outre, le plan de classement adopté doit pouvoir être utilisable aussi bien au sein des vastes collections de la bibliothèque centrale que de celles des bibliothèques, de tailles très diverses, qui constituent son réseau.

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search