Version classiqueVersion mobile

Mettre en œuvre un plan de classement

 | 
Bertrand Calenge

Partie II : Principes de constitution du manuel de cotation

2. Les cailloux dans la chaussure : ou quand un détail peut faire vaciller...

Bertrand Calenge

Texte intégral

1Mettre en œuvre un plan de classement est facile sur le papier. Les pratiques montrent néanmoins que beaucoup de questions – existentielles ou banalement pratiques – peuvent retarder le processus, voire en dévier le cours. Des rencontres avec de multiples collègues, en situation professionnelle comme en ateliers ou stages de formation, permettent de lister un certain nombre d’interrogations, parfois d’obstacles, souvent pour ce qui me concerne au sein de la « lecture publique ». Cela n’est guère étonnant : autant les bibliothèques scolaires ou universitaires doivent se conformer à des canons disciplinaires et pédagogiques – et peuvent se reposer sur eux –, autant les bibliothèques publiques sont dépourvues de toute injonction majeure concernant leur mise en ordre de la connaissance. Mais dans les deux cas, les hésitations ou scrupules ne demandent qu’à naître… On trouvera ici une liste non limitative des cas particuliers, angoisses cognitives, interrogations diverses, qu’un professionnel peut rencontrer au long de l’élaboration d’un plan de classement.

2Evidemment, on ne parlera pas des choix fondamentaux, des processus essentiels détaillés ailleurs dans ce volume par les acteurs ayant eu à conduire de telles élaborations. On s’arrêtera sur les broutilles, les détails, ces cailloux dans la chaussure qui, sans être nécessairement majeurs, handicapent le mouvement et génèrent d’infinies interrogations. Place aux menus questionnements, arbitrairement organisés en quelques catégories floues…

OBJETS ÉTRANGES

3Que faire quand la classification académique retenue comme base peine à rendre compte de tel ou tel phénomène cognitif particulier, sans remettre pour autant en cause l’économie générale du classement ?

LES CORPUS

  • 37 Béguet Bruno. « Des corpus dans un plan de classement », Bulletin des bibliothèques de France, t. 4 (...)

4L’adoption d’une classification encyclopédique peut entrer en contradiction avec les pratiques d’une majorité des utilisateurs et donc mériter des ajustements. Prenons un auteur comme Victor Hugo : ses œuvres vont être dans une telle classification dispersées en fonction de leurs contenus : ici les romans, là les œuvres théâtrales, là encore les dessins, ailleurs les manifestes politiques, ou enfin là les correspondances. Si pour les publics majoritairement concernés la place de l’auteur paraît primer sur le foisonnement des contenus, les classements issus de classifications décimales encyclopédiques gênent plus qu’ils ne rendent lisible. Bruno Béguet, placé dans cette situation particulière à la BnF, a fait le choix de poser des auteurs comme source de classement (en-tête de cote)37 pour reléguer le contenu en second terme. Selon cette innovation, on peut par exemple trouver sous une cote de premier niveau HUGO non seulement les œuvres multiples de Victor dans différents domaines mais aussi les travaux critiques ou historiques portant sur l’homme et son œuvre. On obtient ainsi non des cotes de contenu « classiques », mais des « cotes de corpus » (au sens où des œuvres aux contenus académiquement disparates ont été volontairement regroupées en un corpus révélant une intention commune). Bruno Béguet avertit justement sur l’intérêt mais aussi les limites de ce choix particulier appliqué à cet « objet étrange » :

  • ce choix n’est pas fantasmagorie de bibliothécaire inventant un « centre d’intérêt », il est, après analyse, quasi-imposé par les pratiques des chercheurs travaillant à la BnF ;

  • tous les auteurs ne se prêtent pas à un tel exercice : encore une fois c’est la pression de la recherche qui conduit à sélectionner ceux pour lesquels il est important de montrer l’auteur plus que le contenu de l’œuvre. À mon sens, un critère déterminant réside dans la régularité de l’alimentation de cette nouvelle « cote de corpus » : la régularité de l’alimentation de cette « cote de corpus » par des publications nouvelles est signe de sa pertinence ;

  • si certaines thématiques se prêtent volontiers à cet exercice potentiel (littérature, philosophie…), d’autres ne doivent que plus rarement faire l’objet de tels ajustements (sciences, histoire…). La lisibilité de la collection impose en effet de ne pas multiplier les « objets étranges », et notamment de ne pas en glisser là où l’essentiel du public ne les attendra pas ;

  • enfin, à mon avis, il est utile de fixer la liste limitative des auteurs bénéficiant de ce type de classement (liste devant d’ailleurs être portée à la connaissance du public), et de ne pas décider à la légère d’y ajouter ou d’en retrancher un…

DES CENTRES D’INTÉRÊT ?

5La question des cotes de corpus introduit inévitablement la possibilité d’identifier spatialement ce qu’on appellera faute de mieux un centre d’intérêt. Il ne s’agit pas ici de recréer un système de pensée, mais de tenir compte ponctuellement d’une distorsion excessive entre les besoins d’un public majoritaire et les contraintes d’une classification encyclopédique. L’exemple le plus connu dans les bibliothèques publiques concerne les documents concernant la vie professionnelle : les différents métiers, les cursus conduisant aux compétences, les chambres syndicales, etc. Autant de sujets normalement dispersés dans les champs de l’économie, de l’éducation, des organisations sociales, etc. Opérer un regroupement en décidant de cotes de regroupement est parfaitement possible. Mais à chaque fois qu’on opère ainsi, il faut toujours respecter cumulativement quatre conditions :

  • Le public susceptible de gagner à ce regroupement doit toujours être suffisamment important et demandeur ;

  • Le sujet doit être – autant qu’on puisse en juger – suffisamment durable pour justifier un tel aménagement ;

  • La masse documentaire concernée doit être suffisamment importante et bénéficier d’une actualisation prévisionnelle régulière ;

  • Enfin, point essentiel, la discrimination dans les classements doit paraître évidente pour les gestionnaires de collection comme pour les publics : il faut que dans notre exemple tous les titres concernant la vie professionnelle soient sans équivoque rassemblés sous les mêmes cotes.

LES GÉNÉRALITÉS EN BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE

  • 38 Maurel Lionel, « Réflexion sur un angle mort de la bibliothéconomie : la notion de généralités », A (...)

6Dans les bibliothèques universitaires, le secteur des Généralités est fréquemment l’objet d’interrogations voire d’absence de traitement organisé. Ordinairement résidu des autres secteurs documentaires – fondés eux sur des disciplines établies et enseignées –, elles sont souvent classées dans des cotes par défaut. Or un examen tant de leurs contenus que des usages dont elles sont l’objet conduit à y trouver des lignes de force susceptibles d’être la source de systèmes de cotes lisibles et cohérentes. En se référant aux travaux de deux groupes d’étudiants de l’enssib en 200738, on peut en effet distinguer trois axes majeurs :

  • des documents à caractère encyclopédique large, utiles pour cadrer des terminologies ou champs d’études imprécis ;

  • des documents au caractère disciplinaire apparemment évident mais utilisés par d’autres étudiants que ceux de la discipline considérée : par exemple dictionnaires de langue ou manuels de mathématiques indispensables pour étudiants biologistes ou géologues ;

  • des documents utiles à la « vie universitaire » dans son aspect studieux, tels que guides de bibliographie, conseils de rédaction de mémoire, etc.

7Trois pistes qui peuvent conduire à générer des cotes simples et lisibles pour le public naturel de ces outils essentiels.

UNIVERS AUTONOMES

8Au sein d’une bibliothèque encyclopédique ou pluridisciplinaire, un pan entier de contenus documentaires peut nécessiter une réflexion ambitieuse et particulière. Si la bibliothèque entière est consacrée à ce contenu, pas de problème : on partira à la recherche d’une classification à la fois adoptée par la communauté des publics et maintenue pour celle-ci. Mais sinon ?

LA MUSIQUE (ET LE CINÉMA) DANS LES BIBLIOTHÈQUES DE LECTURE PUBLIQUE

9Les bibliothèques musicales ont adopté depuis le XXIe siècle les « Principes de classement des documents musicaux » (PCDM), dont la 4e édition est disponible en ligne39. Là encore, les principes généraux des plans de classement doivent s’appliquer : par exemple, à petit fonds musical limitation possible du nombre de cotes offertes, ne serait-ce qu’en se cantonnant selon les besoins aux classes principales.

10Une autre question tient dans la situation volumétrique de la musique au sein d’une bibliothèque encyclopédique : représente-t-elle seulement une part des collections imprimées sans présence majeure de musique enregistrée, ou bien existe-t-il un secteur musique largement diversifié et consistant ? Il est plus simple de faire jouer le principe majoritaire, pour offrir une lisibilité d’ensemble. Dans le premier cas, les imprimés sur la musique seront classés selon les principes régissant les imprimés ; dans le second cas, on adoptera la classification spécifiquement musicale pour tous les documents classés dans cet espace musique, enregistrements comme imprimés.

  • 40 Parmi les plans de classement existants, citons la BiFi : < http://195.15.41.14/expert/archives/guide_du_chercheur.htm >.

11Si les anciennes discothèques ont cédé le pas aux espaces musique, ne peut-on voir par ailleurs apparaître des espaces « cinéma et séries » associant DVD, livres, magazines ? Il manque, à ma connaissance, un plan de classement reconnu pour ce type de contenu40.

LES SECTEURS JEUNESSE

12Les sections enfantines des bibliothèques publiques ont beau offrir une large palette de regards aux jeunes, il ne faut pas les croire encyclopédiques en voulant y reproduire le jeu de cotes utilisé pour les sections adultes. On peut très bien imaginer que des grands enfants passionnés par un sujet seront réorientés vers les secteurs adultes correspondants, et que les secteurs non-fiction de la collection seront présentés en grandes thématiques, comme une découverte du monde et non une information approfondie et détaillée sur lui. On évoquera donc ici la tranche d’âge visée des 0-11 ans (de la petite enfance à la fin du primaire). Pour les albums, romans et contes, deux questions sont souvent posées :

  • faut-il adopter des cotes par tranche d’âge des jeunes lecteurs ? la diversité des compétences enfantines à un même âge encourage à la prudence, d’autant que ces tranches d’âge restent très approximatives (sans parler de celles suggérées par les éditeurs !). Tout au plus peut-on proposer des suggestions, sans nécessairement en faire un élément de cote, donc de classement. Une exception à cela : les albums de découverte pour les tout-petits qui ne maîtrisent pas encore la lecture. Quant aux adolescents, on en parlera plus loin ;

  • quelles distinctions opérer pour ces documents qui font appel à l’imaginaire ? La forme, qui impose d’elle-même des modes distincts de présentation, est souvent la solution la plus simple : albums, romans, bandes dessinées…

13Dans tous les cas, le plan de classement peut très bien revêtir un codage visuel explicite voire ludique. Et le sous-classement (type premières lettres de l’auteur), souvent précieux pour les documents à destination des adultes, sera beaucoup moins précis, notamment dès que les documents sont présentés en bacs (par exemple, pour les albums, on pourra se contenter de la première lettre du nom de l’auteur).

LA LITTÉRATURE ET LA GALAXIE DES ROMANS

  • 41 Pernoo-Beccache Marianne. « Quelles classifications et quels classements pour les œuvres de fiction (...)

14Représentant souvent dans les bibliothèques publiques jusqu’à 45 % des collections adultes en libre accès, le classement des romans et plus généralement de la littérature y est fréquemment un casse-tête, voire fait l’objet d’improvisations parfois étonnantes ; au-delà du classement le plus basique (la cote R suivie des 3 ou 4 premières lettres du nom de l’auteur et parfois suivies elles-mêmes des premières lettres du titre), on trouve de tout : adoption d’un classement par genres (romans policiers, science-fiction – parfois distinguée de la fantasy –, romans du terroir, nouvelles, romans historiques, etc.), par distinction entre romans français et romans étrangers voire par langue d’origine ou par nationalité de l’auteur, etc. Quant au reste de la littérature, elle s’abîme dans les obscurs méandres de la déclinaison de la cote 800, quand on ne décide pas de regrouper ici toutes les pièces de théâtre (avec une cote de type T), là toutes les œuvres poétiques (idem avec P), les bandes dessinées (presque toujours distinguées), les livres d’humour, etc. En outre, de subtiles distinctions sont parfois connues des bibliothécaires seuls : la même œuvre sera classée tantôt en R, tantôt dans les 800 lorsque l’ouvrage présente un appareil critique (collection Pléiade par exemple), et les BD « osées » seront volontiers séparées de leurs semblables plus soft pour être dissimulées dans les 800… Bref, comme le soulignait Marianne Pernoo-Beccache41, la confusion est plus fréquente que la sagesse de l’ordre ou la vivacité de la séduction… Certains ont tenté de résoudre partiellement le dilemme en décidant un regroupement général de toute la littérature sous une cote unique (par exemple L), et en associant aux œuvres d’un auteur les travaux sur celui-ci. Sans aller nécessairement jusque-là, il est impératif de suivre trois règles de bon sens :

  • le piège le plus fréquent étant de vouloir simultanément respecter les desiderata de tous les lecteurs, il faut s’interroger sur les axes de valorisation que la bibliothèque souhaite présenter ;

  • toute cote nouvelle doit absolument être discriminante : il faut que ni le lecteur ni le bibliothécaire n’aient d’hésitation (c’est pourquoi des cotes comme romans historiques ou romans du terroir sont hasardeuses) ;

  • le nombre de « classements hétéroclites » doit être très limité. En outre, il est utile d’en accompagner la création par un appareil d’évaluation, afin de mesurer si leur existence est justifiée par un usage renouvelé.

LES FONDS SPÉCIALISÉS EN LIBRE ACCÈS

15Un fonds spécialisé dispose généralement de quatre caractéristiques : il concerne un contenu parfaitement identifié soutenu par une antériorité historique, il connaît des conditions de communication particulières, il dispose d’un budget et d’un personnel spécifiques… et il bénéficie d’un classement spécifique ! L’exemple type en bibliothèque publique est le fonds local, dont nous n’aborderons que le classement en libre accès. Le fonds local présente une double caractéristique : il est à lui seul encyclopédique par les sujets qu’il traite (même si ceux-ci sont toujours pris sous l’angle du local) et il concerne une petite région en général identifiée sans nuances dans les classifications universelles, et en tout cas au prix d’un indice extrêmement long. Aussi, il est généralement admis d’abord de regrouper tous les documents sous une cote supérieure générique (de type FL), mais aussi d’inventer des ensembles de cotes permettant de rendre compte simplement de la diversité des régions voire quartiers concernés par cette collection. Cela suppose également, bien entendu, d’acter et de formaliser ces cotes dans un plan de classement faisant autorité, et évidemment communiqué aux usagers.

SCIENCES DE L’INFORMATION, ETC.

16Inversement, il est des problématiques qui, bien qu’émergentes, n’ont pas encore suffisamment structuré leur doctrine ou leur discipline pour pouvoir être distinguées de façon lisible dans des collections encyclopédiques ou pluri-disciplinaires. Les sciences de l’information en sont un exemple : empruntant à la linguistique, à l’informatique, à la sociologie ou à l’économie, elles ne présentent pas un caractère discriminant, et vouloir les classer distinctement égarera les publics à la recherche qui d’un ouvrage d’informatique qui d’un texte de sociologie. C’est par des bibliographies qu’un tel fonds pourra être valorisé, pas par le classement. Cela vaut pour bien des domaines : le développement durable… Jusqu’à ce que, peut-être, le contenu soit assez structuré pour être identifiable sans hésitation, comme ce fut le cas pour la biochimie.

QUESTIONS DE SUPPORTS

17Les espaces documentés privilégient les contenus, soit. Mais en disant cela, on se réfère volontiers à une expression formelle unique : l’imprimé et plus précisément le livre. Seulement voilà, les espaces accueillent des supports divers et de visibilité très diverse, quand même ces « autres supports » ne prédominent pas dans tel ou tel espace, comme on l’a vu plus haut avec la musique. La tyrannie de la classification uniforme et linéaire doit-elle s’imposer partout ?

SUPPORTS MINORITAIRES : DVD DOCUMENTAIRES, CÉDÉROMS…

18Le plan de classement vise à rendre visible. On s’attache en général à adopter un type de classement uniforme sur un secteur donné, ce qui peut conduire à adopter un classement multi-supports, tous les types de documents se rangeant côte à côte en fonction de leur contenu. Cette option ne pose pas de problème lorsque les supports concernés sont de formats homologues (par exemple un DVD à côté d’un livre) et lorsque le support autre que le livre est en nombre suffisant pour être « vu » dans l’ensemble documentaire. En revanche, si le support est peu fréquent, ou si les formats sont par trop disparates (cas des livres dans un espace musique), le classement linéaire multi-supports rendrait invisibles les supports les plus rares ou les plus discrets. Il semble alors préférable de regrouper à part ces supports, quitte à leur attribuer des cotes identiques à celles qu’ils auraient eues en classement multi-supports. De préférence, on les regroupera également non loin des rayonnages apparentés en termes de contenus.

LES PÉRIODIQUES

19Les périodiques ont une place à part, notamment parce que leurs fascicules se succèdent, exigeant un renouvellement du stock en libre accès, et parce qu’il est pratique et efficace d’en présenter la dernière livraison à plat, ou sur des présentoirs spécifiques pour les quotidiens. Il n’est pas d’usage de leur donner des cotes précises, mais plutôt de les organiser thématiquement, par discipline ou ensemble disciplinaire (et sous-classement par titres). Les bibliothèques publiques peuvent utilement distinguer la presse et les magazines dans un espace de butinage, et les revues plus denses qu’on rapprochera des livres auxquels elles ressemblent par la lecture soutenue qu’elles nécessitent.

LES RESSOURCES ÉLECTRONIQUES

  • 42 Voir des exemples de tels « portails » au SCD Lyon 1 : < http://scd.univ-lyon3.fr/17761166/0/fiche_47__pagelibre/&amp;RH=SCD-ELECtest&amp;RF=SCD-NUM-gest-outi-pr >.

20Juste un mot sur ces ressources, ou plutôt sur les accès dont elles peuvent faire l’objet dans les différents espaces de la bibliothèque. Les usages d’Internet ont mis fin aux quelques tentatives de limiter l’accès à certaines ressources sélectionnées, et encore plus à celles de limiter sélectivement ces accès en fonction de l’environnement de contenu (par exemple, n’offrir l’accès aux bases de médecine que dans le secteur ou le département médecine). Rien n’empêche cependant de proposer un classement des ressources dans cet univers parallèle qu’est le Web. On tâchera alors de les regrouper en portails thématiques (à la façon des périodiques)42.

21Autre ressource électronique assimilable, les signets visant des ressources gratuites. Organisés en liste, ils représentent une forme de sélection proposée par les bibliothécaires à leurs publics. Ils sont là encore classés par thématiques arborescentes. À mon sens, leur construction est de peu d’intérêt tant le Web est mouvant, sauf si la bibliothèque est extrêmement spécialisée. Pour les bibliothèques encyclopédiques ou pluri-disciplinaires, on peut se contenter des grandes listes de signets parfaitement maintenues, telle celle de la BnF43.

QUAND LES PUBLICS S’IMPOSENT

22Bien sûr, les publics sont toujours présents lors de cette mise en ordre et en visibilité. On l’a vu en filigrane dans les questionnements précédents. Mais parfois, le souci de mieux les entendre ou les stimuler peut conduire à bouleverser certaines mises en ordre académiques.

NOUVEAUTÉS ET PROMOTIONS

23Apposer une cote assigne une place relativement durable à un document au sein des collections. Néanmoins, la vie de ces collections, comme la stratégie de surprise ou de promotion tend à bouleverser régulièrement cet ordre : on va présenter à part les nouveautés, organiser une sélection visible liée à un événement, etc. Ces bouleversements continuels peuvent-ils être intégrés au plan de classement ? Deux solutions sont possibles :

  • on peut décider d’attribuer une ou des cotes génériques transitoires aux documents concernés, pendant le temps de leur exposition. Cette cote n’abolira pas la cote « normale » mais sera ajoutée par une étiquette repositionnable. Cela impose d’apposer les étiquettes, et de modifier la cote au catalogue pour chaque étape de la « vie » du document dans l’espace. C’est une opération lourde à renouveler régulièrement ;

  • on peut décider d’ignorer ces mouvements divers dans le plan de classement. Chaque document reçoit donc sa cote « normale », et lorsqu’il est déplacé vers l’espace de promotion, on lui appose simplement une étiquette repositionnable. Pour le repérer, soit on compte sur la mémoire des bibliothécaires (cas d’une petite bibliothèque), soit on glisse à son emplacement « normal » un fantôme signalant brièvement son déplacement temporaire. Il suffira de retirer le fantôme lors de son reclassement en fin de promotion.

UNE FOUILLOTHÈQUE ?

  • 44 Lador Pierre-Yves. « Une expérience de mise en “stabulation libre” d’une partie des collections », (...)

24En bibliothèque publique, on peut imaginer d’aller plus loin, et de proposer une « fouillothèque ». Pierre-Yves Lador, à Lausanne, avait ainsi inventé une zone qu’il nommait plaisamment des « exemplaires en stabulation libre44 » : documents volontairement non classés et présentés à plat, choisis parmi les nouveautés ou les titres que les bibliothécaires voulaient promouvoir, et régulièrement renouvelés. Les lecteurs pouvaient ainsi satisfaire leur instinct butineur, se laisser aller aux joies de la surprise, ce avec un réel succès (hors best-sellers, le taux de rotation des titres ainsi proposés était trois fois supérieur à celui des documents sagement classés). Bien entendu, un tel espace est totalement hors plan de classement du point de vue des cotes, même s’il trouve son existence par l’espace qui lui est réservé.

LES ADOLESCENTS

25Nous avons vu plus haut la question des sections destinées aux enfants dans les bibliothèques publiques. Si dans celles-ci on peut distinguer clairement les espaces et cotes relevant de la petite enfance, la chose est plus délicate concernant l’autre extrémité du spectre, les adolescents. S’il est certain que cette catégorie floue mérite qu’on lui consacre des actions spécifiques, faut-il pour autant lui désigner un espace documentaire particulier et des cotes spécifiques ? Et quels documents y affecter : les collections des éditeurs visant ce créneau ? Les documents relevant des « centres d’intérêt » de cette population : musique rap, sport, techniques… ? Personnellement, je suis plutôt sceptique devant cette nécessité d’un appui documentaire spécifique, qui d’une part devient exclu du regard dit « adulte » – à moins de doublonner des pans entiers de collection –, et d’autre part ne préjuge que de certains intérêts et usages de cette population adolescente très diverse. Néanmoins, il est toujours possible d’introduire expérimentalement cette distinction dans l’espace et le plan de classement, pourvu que, comme dans toute expérimentation, on veille à en conduire une évaluation précise.

DES FILMS AUX BANDES DESSINÉES :

26Les films (DVD) et les bandes dessinées partagent une même question en bibliothèque publique : comment les classer ? La tradition bibliographique impose un classement à l’auteur : si pour les films la question ne semble pas trop complexe (réalisateur), pour les BD qui choisir du scénariste ou du dessinateur ? Or ce choix conduit souvent à égarer le public, souvent peu préoccupé par cet auteur, et davantage attaché à des titres, voire à des genres ou à des séries. Il n’est pas rare que des séries télévisées voient se succéder de multiples réalisateurs (Les Experts), comme certaines séries de BD différents scénaristes et dessinateurs (Lucky Luke). Considérant tout cela, l’essentiel est d’opérer un choix clair et lisible (cf. les règles énoncées pour les romans), et surtout de ne pas se sentir corseté par une pseudo-orthodoxie : faire un plan de classement n’est pas cataloguer, et il est bien d’autres moyens de faire connaître un fonds sous ses différentes facettes : le catalogue, les bibliographies, les actions promotionnelles, etc.

L’ANGOISSE DU CHOIX

27On a adopté une classification reconnue, et on doit faire des choix de regroupement, effectuer une sélection de cotes qui rendront compte, de la richesse des contenus des collections proposées. Mais quelle cote choisir ? Quels regroupements privilégier ?

PRÉCISION DU CONTENU ET EXACTITUDE DE LA COTE

28Les bibliothécaires habitués à manipuler la subtilité des indexations rencontrent une question récurrente : faut-il représenter l’exactitude complexe du contenu, ou bien simplement ranger de façon lisible et compréhensible ? La réponse doit être évidente : il faut ranger, et seulement ranger. Les principes arborescents qui dirigent l’essentiel de l’élaboration d’un plan de classement offrent l’avantage de ne presque jamais imposer une place « fausse » à un document. Tout au plus faut-il, parfois, créer une cote nouvelle pour des documents portant sur un contenu spécifique, mais aux quatre conditions déjà énoncées : un public intéressé, une masse documentaire suffisante, une discrimination claire du contenu, une alimentation régulière prévisible.

LES DOUBLES INJONCTIONS

29Les documents sont divers, et le plan de classement bien uniforme. Mais il est bien des domaines où les documents présentent plusieurs facettes simultanées. Trois exemples bien connus : « La Russie au xviie siècle », cela relève de l’histoire des pays ou de l’histoire d’une période ? « La peinture animalière en Allemagne au xviiie siècle », cela relève d’une période de l’histoire de la peinture, de l’aspect géographique de cette peinture, ou du genre « peinture animalière » ? « Les outils informatiques dans la gestion d’une entreprise agricole », cela relève de l’informatique ou de l’agriculture ? Il est essentiel d’établir des conventions et de s’y tenir, en fonction des sujets et du public.

QUELS ENSEMBLES DE COTES ASSOCIER DANS UN ESPACE DONNÉ ?

30Autre question : une fois le jeu de cotes validées adopté à partir d’une classification encyclopédique, faut-il nécessairement en suivre la linéarité, qui imposerait par exemple la dissociation des sciences humaines (histoire, religion, sociologie, philosophie…) ? Pas nécessairement, mais il faut tenir compte de deux éléments contraignants :

  • l’architecture des lieux impose bien des scissions non souhaitées, comme elle oblige à bien des regroupements spatiaux non particulièrement désirés…

  • surtout, la collectivité des utilisateurs a son mot à dire : quelles associations lui sont plus particulièrement naturelles, par souci épistémologique ou par parenté de pratiques ?

31Un exemple particulièrement éclairant est montré par la succession des choix de la BU de sciences de l’université Lyon 1 lors de l’aménagement documentaire de ses locaux reconstruits et réorganisés. Impossible de joindre spatialement toutes les disciplines entre elles ! Après moult débats et dialogues avec les enseignants-chercheurs, ne reste plus qu’une perplexité : la paléontologie doit-elle plutôt être rapprochée de la biologie ou de la géologie (deux espaces sont possibles) ? Une enquête très approfondie avec les chercheurs des différentes disciplines souligne enfin la primauté généalogique et conceptuelle d’un rapprochement avec la géologie. Ce n’était pas évident sans dialogue avec les utilisateurs !

HISTOIRE ET GÉOGRAPHIE EN BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE

32Les classements documentaires en bibliothèque publique posent fréquemment des cas de conscience. En particulier, la distinction entre histoire d’un pays et géographie (humaine notamment) de celui-ci conduit à bien des balancements. Ceux-ci sont particulièrement aigus lorsque la collection n’est pas pléthorique, et qu’il faut par exemple classer un guide de voyage de bonne tenue : histoire, géographie, tourisme et vie pratique y tiennent des parts égales ! Pour de telles collections petites, la distinction entre histoire et géographie des pays étrangers n’est pas toujours pertinente : il n’est pas rare qu’un pays particulier ne soit présent dans la collection que par un ou deux titres. La distinction entre histoire et géographie devient alors oiseuse et source d’égarement pour les visiteurs. On peut alors imaginer de faire un choix drastique : classer tous les titres d’histoire et géographie sous une seule des deux cotes (en Dewey l’histoire : la cote est plus courte !). Bien entendu, la France, toujours bien représentée documentairement, bénéficiera de la distinction (en surmontant la cote Dewey d’un F par exemple, pour faciliter le classement).

IMPÉRATIFS ERGONOMIQUES

33Parfois enfin, il est bien des situations (mais comment les distinguer des cas précédents autrement que par un artifice de présentation ?) où tantôt la complexité des contenus conduit à inventer des solutions originales, tantôt les orientations stratégiques imposent des choix drastiques, tantôt enfin l’évolution des contenus conduit à modifier le plan de classement.

COTES SUBTILES

34L’usage fait loi : une cote est toujours constituée d’un codage en première ligne, et des premières lettres de l’auteur en seconde ligne. Mais on a vu que des « sur-cotes » pouvaient désigner des espaces ! Intéressons-nous maintenant à cette « deuxième ligne ». Il est nombre de situations où cet élément « secondaire » peut devenir signifiant du contenu, sans lien direct avec un quelconque auteur. Par exemple, les biographies gagneront à être classées au nom de la personne étudiée en posant en « sous-cote » les premières lettres de ce nom, les manuels d’informatique pratique seront plus facilement regroupés par apposition des premières lettres du logiciel traité en guise de sous-cote. Idem pour les œuvres, biographies et critiques de cinéastes, de peintres, de photographes, etc. Encore faut-il préciser clairement cette convention dans le manuel de cotation et la signaler aux utilisateurs.

COTES CHANGEANTES OU AMBIGÜES

  • 45 Meyssan Thierry. 11 septembre 2001 : l'effroyable imposture. Chatou, Carnot Éditions, 2002. Cet ouv (...)

35Le plan de classement durement élaboré peut connaître différentes évolutions au cours du temps. Comme on l’a dit, une nouvelle thématique peut apparaitre de façon durable. Mais il est aussi des sujets qui, peu à peu, migrent d’une forme à une autre. On peut en voir un exemple avec la question de la photographie numérique. Il y a une dizaine d’années, les contenus documentaires comme les intérêts des publics poussaient à considérer ces documents comme des applications informatiques ; la vulgarisation des techniques et le développement de leurs formes esthétiques tendent à déplacer le centre d’intérêt davantage vers les techniques artistiques. Autre exemple rencontré, les sectes : si on les considère volontiers comme des mouvements sectaires, certaines peuvent évoluer en mouvements religieux reconnus. Bref, la cote n’est pas que représentation neutre d’un contenu parfaitement identifié, elle est aussi prise en compte des intérêts des publics et démarche volontariste de la bibliothèque qui, en attribuant une cote et donc en créant des ensembles de voisinage, donne une certaine orientation à cette représentation : où classer « L’effroyable imposture »45 ? Dans l’Histoire des États-Unis, dans les pamphlets, ou dans les méthodes journalistiques ?

36Cette liste de questions diverses pourrait être étendue infiniment. Notre rapide survol conduit à recommander de toujours garder à l’esprit trois principes :

  • afin d’éviter toute dérive, il est utile de toujours penser au programme de base que constitue une classification reconnue ;

  • le contenu n’est pas seul en jeu : il y a aussi l’existence de publics soit présents soit visés, mais aussi le volontarisme intellectuel de la bibliothèque ;

  • un aménagement ici, un choix délibéré là, ne doivent pas conduire de fil en aiguille à reconstituer une classification autonome. Restons-en au bon sens et à la modestie de l’espace documentaire précis à organiser.

37Et enfin, n’oublions jamais que le classement adopté n’est qu’une manière de faciliter la lisibilité de l’espace : il existe bien d’autres moyens complémentaires de promouvoir et rendre lisible la collection !

Notes

37 Béguet Bruno. « Des corpus dans un plan de classement », Bulletin des bibliothèques de France, t. 45, n° 3, 2000. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2000-03-0090-001 >.

38 Maurel Lionel, « Réflexion sur un angle mort de la bibliothéconomie : la notion de généralités », ArchivesSIC, 2007. [En ligne] < http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00139907/fr >.

39 PCDM4, 2008 : < http://acim.asso.fr/IMG/pdf/PCDM2008.pdf >.

40 Parmi les plans de classement existants, citons la BiFi : < http://195.15.41.14/expert/archives/guide_du_chercheur.htm >.

41 Pernoo-Beccache Marianne. « Quelles classifications et quels classements pour les œuvres de fiction dans les bibliothèques ? », Bulletin des bibliothèques de France, t. 46, n° 1, 2001. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2001-01-0047-003 >.

42 Voir des exemples de tels « portails » au SCD Lyon 1 : < http://scd.univ-lyon3.fr/17761166/0/fiche_47__pagelibre/&amp;RH=SCD-ELECtest&amp;RF=SCD-NUM-gest-outi-pr >.

43 < http://signets.bnf.fr >

44 Lador Pierre-Yves. « Une expérience de mise en “stabulation libre” d’une partie des collections », Bulletin des bibliothèques de France, t. 46, n° 1, 2001. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2001-01-0054-004 >.

45 Meyssan Thierry. 11 septembre 2001 : l'effroyable imposture. Chatou, Carnot Éditions, 2002. Cet ouvrage prétendait que les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis avaient été organisés par les pouvoirs publics américains.

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search