Versión clásicaVersión móvil

Produire des contenus documentaires en ligne

 | 
Christelle Di Pietro

Partie 2. Les produits documentaires de synthèse : curation et production

Les agrégateurs de contenus et la curation à la médiathèque de Bagnolet

Dominique Macé

Texto completo

Le temps des expériences : 2008-2009

1Fin 2008, lorsque la médiathèque de Bagnolet accueille la résidence de François Bon, le personnel est loin d’imaginer les suites de ce qui semble alors une expérience limitée dans le temps. François Bon affirme très clairement son projet : « Aujourd’hui, tout va plus vite, et prend de nouvelles formes : ainsi le rôle de l’ordinateur. » et il ajoute : « C’est sous ce signe que je voudrais placer cette résidence. »

2C’est en effet une période charnière où le Web n’est pas encore entré massivement dans les pratiques quotidiennes. Les matériels nomades sont des objets réservés aux geeks. Les ressources numériques sont rares.

  • 1

3Au cours de cette résidence, la médiathèque ouvre en 2009 un site Web1 avec un logiciel libre Spip installé par un prestataire. Deux de nos collègues, déjà familiarisés avec la publication sur le Web par une pratique personnelle, deviennent administrateurs de ce site officiel validé par l'autorité de tutelle.

4Dès lors, la résidence de François Bon va accélérer l'initiation puis la pratique des outils Web pour une bonne partie du personnel de la médiathèque. Un atelier Web est spécialement réservé aux professionnels des bibliothèques et médiathèques de la région. La médiathèque de Bagnolet est équipée d’ordinateurs avec accès Internet pour le public. La connexion Internet n’est pas idéale et le matériel n’est pas des plus récents. Au départ, peu nombreux sont ceux, parmi les membres du personnel, qui connaissent les outils du Web. Plus qu’une formation technique, c’est l’occasion d’expérimenter des formes de travail entièrement nouvelles.

Un travail collaboratif

5Le site de la médiathèque, sous Spip, permet un fonctionnement collectif : tous les collègues, quelle que soit leur fonction ou leur grade, peuvent rédiger un article, publier une bibliographie.

6L’organisation des rubriques sur le site reflète l’organisation des collections matérielles.

7Les fonds de la médiathèque sont organisés en quatre départements : Documentaires, Littérature-Langues-BD, Musique et Jeunesse.

8Chaque département prend en charge tous les supports (imprimés, son, vidéo) pour les acquisitions, le traitement des documents et l’action culturelle (médiation). Il en va de même pour le site : chaque département a en charge sa rubrique et doit l’alimenter régulièrement en publiant des articles.

9Le site fonctionne comme un blog, chaque article publié est en vedette jusqu’à la publication d’un autre article.

10L’organigramme de la médiathèque n’ayant pas de département « multimédia » ou « Web », nous avons organisé dans un premier temps des réunions de coordination qui faisaient office d’initiation à la pratique de l’interface. Mais très vite, cette forme de travail s’est avérée inadaptée aux exigences de temps et de planning. Nous avons donc opté pour un travail collaboratif : dans chaque département il y a au moins un collègue chargé de publier sur le site.

11Les contenus publiés sur le site sont en lien avec le travail régulier de chaque département : il s’agit toujours de la mise en valeur des fonds à l’occasion d’une actualité, d’un événement auquel la médiathèque fait écho. La coordination, la veille sur le respect des règles de publication sur le plan juridique, les corrections éventuelles sont assurées par le collègue administrateur du site qui a aussi mis en place des mini-formations.

12Le renouvellement des contenus a son importance pour la fidélisation des internautes. Le travail collaboratif permet une souplesse de fonctionnement qui favorise l’envie de publier sur le site.

Focus

Au fil du temps, le site est devenu l'axe autour duquel tournent d'autres outils de médiation numérique.

Les productions de la médiathèque

13La médiathèque de Bagnolet publie régulièrement des bibliographies, des filmographies, des discographies pour mettre en valeur les acquisitions récentes (nouveautés) ou des choix thématiques à l’occasion de différents événements (expositions, concerts, rencontres diverses, actualités, etc.).

14Ces publications sont d’abord réalisées à partir d’un tableau sur traitement de texte où sont intégrées les données des notices bibliographiques. Puis le tableau est transféré sur un modèle de mise en page qui sera édité sous le format PDF. Les PDF sont ensuite envoyés sur Calaméo, le site de publication en ligne sur lequel la médiathèque s’est inscrite gratuitement2.

15La publication est ensuite intégrée au site de la médiathèque à l’aide d’une balise (code) générée par le site Calaméo. Chaque département peut ainsi proposer régulièrement une liste de nouveautés, une bibliographie thématique. L’usager pourra visualiser directement sur le site de la médiathèque un petit livret virtuel mais il pourra aussi télécharger le document en format PDF. Cette forme de publication permet aussi la mise en valeur des productions d’ateliers d’écriture.

Les agrégateurs de contenus

16En plus de ses propres publications, le site de la médiathèque intègre des outils Web dont la finalité est de faire entrer une sélection numérique produite bien au-delà des murs de la médiathèque. La médiathèque productrice de contenus peut, à son tour, à l’aide de ces outils, diffuser ses publications, les faire vivre sur la toile au-delà du cercle des usagers inscrits.

17La médiathèque est inscrite sur Netvibes3 et sur Pearltrees4, deux agrégateurs de contenus qui apparaissent en lien sur le site. Scoop.it, un autre agrégateur, est un outil de veille intégré sous forme de widget. Ces outils sont gratuits. À l’exception de Scoop.it, les interfaces sont en français.

Encadré : NetvibesNetvibes, PearltreesPearltrees, Scoop.itScoop.it

• Netvibes est un portail personnalisable qui permet d’afficher : des flux RSS, des liens, des pages Web, sous différentes formes : textes, sons, vidéo. Deux types d'affichage sont proposés, mais c'est l'affichage par widget qui demeure le plus agréable à consulter ; l’organisation par onglet permet de créer des rubriques thématiques, un widget permet de faire des annotations à l’aide d’un éditeur HTML. L'affichage des flux RSS, des liens sur les sites, des pages Web est aussi personnalisable. La diversité des modes d'affichage des contenus donne au Netvibes l'aspect d'un présentoir ou d'une table comme celle que l'on utilise dans la médiathèque « physique ».
• Pearltrees agrège sous forme de « perles » des contenus produits par la médiathèque, pages Web, textes sur Calaméo, albums photo, vidéos. Les perles peuvent être rassemblées dans une perle thématique à laquelle peuvent s'amarrer d’autres perles thématiques disposées en branches. L'ensemble finit par former un arbre. Cet agrégateur donne une image globale des productions et sélections de la médiathèque. Le bouton Voisin donne accès à d’autres « perles » venues d'ailleurs dont les thématiques se rejoignent. L’arborescence est alors potentiellement infinie.
• Scoop.it fonctionne un peu comme un micro-blogging très visuel. On capture l'adresse d'une page Web puis on publie sur Scoop.it où elle apparaît en lien. Scoop.it intègre aussi une image d'en-tête et les premiers mots du texte de la page sélectionnée. On peut éditer un commentaire, une présentation personnalisée. Les sélections s'affichent à la manière d'un journal mural que l'on peut lire en déroulé vertical.

18Les agrégateurs de contenus installés sur le site ouvrent sur une bibliothèque virtuelle.

19C’est un nouveau « rayonnage » qu’il faut alimenter régulièrement. L'indexation et le catalogage ne sont plus nécessaires. Le bibliothécaire choisit des textes, des vidéos, des sons, dans l'immense collection immatérielle que constitue le Web. La mise en valeur qui permettra aux internautes de trouver ces contenus consiste à donner du sens en créant des thèmes, en insérant des commentaires, en faisant un lien avec les collections physiques.

La littérature sur les tables du Web

Rendre visibles des flux numériques

20La littérature, ses débats, son actualité, est présente sur le Web comme dans le monde réel. Pour autant, comme dans le monde réel, elle ne fait pas partie des préoccupations majoritaires. Défi d’autant plus grand pour les bibliothécaires du monde virtuel. Mettre en valeur des textes, des expressions artistiques hybrides émergeant avec ces technologies, n’est pas si différent de ce que nous faisons avec les livres, les DVD, les CD, les revues. Cependant, l’environnement numérique ne ressemble en rien à ce que nous connaissons lorsque nous faisons des acquisitions de documents matériels. Il ne s'agit plus d'enrichir une collection mais de rendre visibles des flux numériques.

Utilisation du Netvibes

21Contrairement au site de la médiathèque alimenté par des contributions de tous les départements, le Netvibes est, pour l’instant, essentiellement consacré à la littérature, la BD, et l’actualité artistique.

22L’une des rubriques, « écrivains du Web », donne accès aux flux RSS des blogs d’auteurs dont un certain nombre publie aussi des livres imprimés ou numériques. La rubrique « la bouquinosphère » présente les blogs de la critique littéraire et artistique sur Internet.

23Cette sélection est à la disposition des internautes, mais c’est aussi un outil professionnel devenu indispensable puisqu’elle donne accès à l’atelier de l’écrivain autant qu’à ses liens avec le Web littéraire.

24Ce ne sont plus des œuvres encloses dans un livre que l’on découvre en entrant dans ces ateliers d’écriture mais un travail de recherche fait de tâtonnements, d’essais, de fragments. Et parfois, à l’occasion d’une visite en librairie, le plaisir de retrouver le livre imprimé rassemblant et ordonnant le travail du blog.

Utilisation du Scoop.it

25Nous avons installé sur le site de la médiathèque deux widgets Scoop.it. Les Scoop.it sont thématiques :

  • Des polars à Bagnolet 5 est une sélection d'articles critiques sur des œuvres que les lecteurs peuvent trouver sur les rayonnages de la médiathèque. Une revue de presse en quelque sorte. Scoop.it permet de taguer les sélections. On peut classer, grâce aux tags, les articles sélectionnés et proposer des entrées multiples, polars nordiques, polars historiques par exemple, entrées qui n'existent pas dans les critères de recherche du catalogue de la médiathèque ;
  • La bibliothèque hors le livre 6 attire l’attention sur des productions numériques littéraires et artistiques présentées sous formes de textes, de vidéos, d’enregistrements sonores. En littérature, l’actualité sur le Web n’est pas celle de la production imprimée C’est tout l’intérêt d’aller chercher sur la toile des textes, des expressions artistiques absents des rayonnages. Le hasard de la navigation par les liens peut mener à toutes sortes de découvertes auxquelles ni les bibliothécaires ni les lecteurs n’auraient pensé. Présentée comme « signets », cette sélection n’a rien d’exhaustive ou d’exclusive. Pour la plupart, ces productions numériques n’ont pas d’existence matérielle. Les textes repérés dans les flux de Netvibes ont été capturés sur des blogs d’écrivains ou en cliquant sur les liens des blogs amis ;
  • d’autres formes de productions littéraires et artistiques peuvent être mises en valeur par un Scoop.it : une lecture performance en vidéo sur une revue en ligne, un podcast d’émissions littéraires radiophoniques, une interview filmée sur le site d’un éditeur.

26Le monde de l'imprimé n'est pas exclu pour autant. Le Web littéraire est truffé de références au patrimoine imprimé. Si la découverte de la littérature passe de plus en plus par le Web, le livre comme support est encore un moyen privilégié d'accéder à ce patrimoine.

27Les revues ont une place importante dans le monde littéraire. La migration numérique est en marche. Les revues littéraires adoptent de plus en plus une double publication, sur papier et sur le Web. Publier sur Scoop.it les pages présentant les revues auxquelles la médiathèque s'est abonnée, le sommaire du dernier numéro par exemple, augmente sans aucun doute les potentialités d'emprunt.

Partager sur les réseaux sociaux

28Tous ces agrégateurs ont des fonctions de partage sur les réseaux sociaux. La médiathèque peut ainsi propulser les sélections numériques collectées sur les agrégateurs de contenus. La visibilité des sélections mais aussi du site s’en trouve renforcée.

29Le site Calaméo est bien référencé par les moteurs de recherche. Les statistiques du site font apparaître une fidélisation du lectorat pour les listes en ligne au format Calaméo. Les usagers peuvent à tout moment, et surtout en n'importe quel lieu, consulter ces listes, vérifier s'ils trouveront le livre qu'ils convoitent sur les rayons de leur médiathèque.

30Il suffit d’un clic pour transférer le journal Scoop.it, les Pearltrees, sur le Facebook de la médiathèque 7 ou en lien sur Twitter. Les tables du Web se présentent alors instantanément devant l'usager connecté à ce moment-là.

31Utiliser les fonctions de partage, c’est aussi s’abonner aux Netvibes, Scoop.it, d’autres médiathèques ou de « veilleurs » du Web. On reçoit alors des sélections qui enrichissent les thématiques proposées par sa médiathèque.

Attentes des usagers et nouvelles pratiques professionnelles

32Même si le travail collaboratif incite l'ensemble du personnel de la médiathèque à publier des contenus sur le site, seule une partie des personnels contribue à enrichir la bibliothèque virtuelle.

La curation

33La publication sur le site des listes de nouveautés est devenue une priorité. En effet, les adhérents de la médiathèque attendent ces publications comme un service indispensable. L'accès quasi général aujourd'hui aux appareils nomades connectés n'y est pas pour rien.

34En revanche, la curation de contenus* n'est pas une pratique professionnelle majoritaire parmi les membres du personnel. Elle est encore une démarche volontariste. Mais il est vrai que cette pratique de curation est encore un peu expérimentale pour nous. Elle bouleverse les habitudes.

35Le professionnel est confronté à l’incommensurabilité du Web. À l’inverse de la collection physique présente sur les rayonnages en permanence, la collection virtuelle est fluide, parfois éphémère. La hiérarchisation et la validation par des autorités intellectuelles ne sont pas toujours perceptibles.

36La curation exige une veille régulière et une mobilisation de la mémoire, de l'attention, et donc une organisation du travail qui prenne en compte ces nouvelles pratiques. À la médiathèque de Bagnolet, le choix d’organiser le travail à l’image de l’organisation des collections, c’est-à-dire sur les contenus avant tout, permet d’évoluer vers une implication plus large du personnel pour étendre la pratique de la curation aux sciences humaines, au domaine scientifique.

Nouveaux publics

37Il ne fait aucun doute que la curation d’agrégateurs de contenus par la médiathèque attire de nouveaux publics et contribue à la mise en réseau de petites communautés d'intérêts.

38La curation comme pratique professionnelle ne consiste pas uniquement à prescrire. Elle ouvre sur des univers ignorés des médias traditionnels, elle attise la curiosité, finalement, elle contribue de plus en plus à l'enrichissement des fonds physiques. Le va-et-vient entre la bibliothèque virtuelle et la bibliothèque physique préfigure sans doute de nouvelles formes de travail qu'il faudra bien un jour généraliser.

© Presses de l’enssib, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Open access

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search