Version classiqueVersion mobile

Mettre en œuvre un plan de classement

 | 
Bertrand Calenge

Partie I : Penser l'espace documentaire

2. De l'indice à la cote : la construction d'un point de vue de la bibliothèque

Nathalie Falgon-Defay

Texte intégral

  • 15 Il faut distinguer la notion de classification de celle de classement. La classification est l’outi (...)

1Le classement des documents en bibliothèque est un problème récurrent, car il pose la question de la représentation et l’ordonnancement des savoirs : « l’ordre unique » évoqué par Georges Pérec n’existe pas ; chaque bibliothèque peut offrir sa propre vision et sa propre organisation des savoirs à travers le plan de classement15 qu’elle adopte.

  • 16 Traduction personnelle de : « Book classification is a unidimensional, linear order, limited to the (...)
  • 17 Traduction personnelle de : « Their limits define what is included and what is excluded. Changing t (...)

2Si l’indexation permet de traduire les multiples dimensions d’un document par une traduction fine du contenu du document, la classification restreint ce document à une seule dimension, celle de sa place dans l’organisation des connaissances : « la classification des ouvrages est un ordre unidimensionnel et linéaire, qui se limite à afficher un seul système de relations »16. Tous les systèmes bibliothéconomiques de classification sont limités : « leurs limites définissent ce qui est inclus et ce qui est exclu. Changer les limites, cela changera les sujets exclus, mais cela n’offrira pas une solution universelle. Il y aura toujours des limites excluantes »17. La construction d’un plan de classement peut alors permettre de redonner un caractère multidimensionnel et une organisation originale des fonds en libre accès en proposant des itinéraires pensés par la bibliothèque.

UNE ORGANISATION MULTIDIMENSIONNELLE

LE PÔLE THÉMATIQUE COMME UNITÉ STRUCTURÉE

3Les classifications utilisées en bibliothèque reposent sur une répartition des connaissances en disciplines scientifiques, c’est-à-dire en champs à la fois délimités et cloisonnés. Cette spatialisation des savoirs se heurte à la question des sujets transdisciplinaires, qui sont à l’intersection des champs disciplinaires traditionnels, donc inclassables parce qu’en marge. Envisager un plan de classement autour d’une problématique peut être une réponse à cette question des documents « en marge », des documents inclassables.

4Il y a plus d’une dizaine d’années, la bibliothèque de la Part-Dieu a été réorganisée en départements thématiques, passant ainsi d’une logique de supports à une logique de contenus. À l’intérieur de chaque département, les fonds sont regroupés par disciplines et par thèmes, mêlant tous les supports et tous les genres documentaires (on trouve ainsi des romans et des bandes dessinées dans tous les départements, de même que des films documentaires ou des livres illustrés). Chacun d’eux est pensé comme une unité structurée autour d’une question dominante. La cohérence du département est assurée par une problématique qui lie les disciplines et les thèmes, et oriente la politique d’acquisition.

  • 18 Morin Edgar. Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur. Paris, Le Seuil, 2000, p. 12.

5L’organisation des départements autour de grands axes de réflexion thématisés permet de répartir les savoirs selon un point de vue original, mais contribue également à la production de nouveaux savoirs par la confrontation des points de vue. Le caractère transdisciplinaire des thèmes permet le décloisonnement et l’enrichissement par un processus de mutualisation basé sur le principe de la complexité : le tout est plus que la somme des parties. Le fait de rapprocher des documents produits par des disciplines différentes apporte de la valeur ajoutée à l’ensemble. L’objectif principal de ce principe d’organisation est de préserver l’unité du savoir : « la suprématie d’une connaissance fragmentée selon les disciplines rend souvent incapable d’opérer le lien entre les parties et les totalités et doit faire place à un mode de connaissance capable de saisir les objets dans leurs contextes, leurs complexes, leurs ensembles »18. Cette unité autour d’un thème s’opère en mettant côte à côte tous les aspects de ce thème, toutes les facettes, qu’elle soit économique, historique, scientifique, artistique, etc.

  • 19 Ibid., p. 42.

6Cette juxtaposition d’angles de vue permet de comprendre un thème dans sa globalité, parce qu’elle replace l’objet d’étude dans son contexte. Cette démarche systémique, visant donc à saisir un objet dans son ensemble, prend à contre-courant le principe qui a marqué la première moitié du xxe siècle et qui consistait à réduire la connaissance d’un tout à celle de ses parties. « L’hyperspécialisation empêche de voir le global (qu’elle fragmente en parcelles) ainsi que l’essentiel (qu’elle dissout). […] Alors que la culture générale comportait l’incitation à chercher la mise en contexte de toute information ou de toute idée, la culture scientifique et technique disciplinaire parcellise, disjoint et compartimente les savoirs, rendant de plus en plus difficile la mise en contexte »19.

UNE COLLECTION À FACETTES

7Un plan de classement problématisé : c’est ainsi que peut être défini le mode d’organisation du libre accès de la bibliothèque de la Part-Dieu. Les départements de cette bibliothèque peuvent être analysés selon deux axes : d’après leur cote de rangement, en suivant la répartition des disciplines/domaines dans les classes Dewey (cotes 330-339.999 = Économie, cotes 610-619.999 = Médecine, etc.) et d’après leur contenu, c’est-à-dire la répartition des sujets. Si l’affectation des disciplines/domaines dans les départements suit de façon classique le déroulement de la classification Dewey, il n’en est pas de même avec la répartition des sujets.

TABLEAU 1. EXEMPLES DE RÉPARTITION SELON LES DISCIPLINES/DOMAINES

Département

Disciplines/domaines représentés

Société

Administration publique

Droit

Économie-Politique

Éducation-Pédagogie

Gestion de l'entreprise

Médias-Journalisme

Politique-Relations internationales

Services sociaux

Sociologie-Démographie

Sciences et techniques

Bibliothéconomie

Informatique

Médecine-Santé

Sciences de la vie et de la terre

Sciences pures

Techniques

Vie pratique

8On observe que la répartition des sujets n’est pas parfaitement calquée sur la répartition des disciplines. Certains sont ainsi classés au cœur de département dont ils ne relèvent pas « naturellement ». Leur présence offre un nouvel éclairage sur les disciplines/domaines parce qu’ils en révèlent les multiples facettes. Chaque département présente donc une part variable de documents « en marge », de documents dont le contenu relève d’un domaine externe au département.

  • 20 Toutes les données chiffrées citées sont issues d’une étude réalisée en 2004.

9Selon les départements, cette part fluctue entre 2 et 10 %20 : tout dépend des contours, de l’étanchéité des frontières du département.

TABLEAU 2. RÉPARTITION PAR DÉPARTEMENTS

Départemenrt

Nbre total de docs

Coeur de collection

Documents en marge

Part documents en marge

Arts et loisirs

20 588

20 044

544

2,60 %

Langues et littératures

34 747

34 063

684

2,00 %

Civilisation

25 642

22 874

2 768

10,80 %

Société

15 719

14 209

1 510

9,60 %

Sciences et techniques

17 676

17 178

498

2,80 %

10Il est bien évident que le cœur de collection de chaque département est constitué par les disciplines/domaines majeurs, mais on y trouve également des sujets « externes », de façon variable selon les départements : dans une moindre mesure au département Arts et loisirs, mais plus fortement au département Civilisation et Société.

TABLEAU 3. DÉPARTEMENT ARTS ET LOISIRS

Contenu

Nombre de documents

Part du fonds

Arts et loisirs

20 044

97,4 %

Sciences de l'homme

214

1,0 %

Littérature

43

0,2 %

Musique

27

0,1 %

Sciences

160

0,8 %

Questions de société

88

0,4 %

TABLEAU 4. DÉPARTEMENT CIVILISATION

Contenu

Nombre de documents

Part du fonds

Arts et loisirs

506

2,0 %

Sciences de l'homme

22 874

89,2 %

Littérature

276

1,1 %

Musique

27

0,1 %

Sciences

383

1,5 %

Questions de société

1 457

5,7 %

TABLEAU 5. DÉPARTEMENT LANGUES ET LITTÉRATURE

Contenu

Nombre de documents

Part du fonds

Arts et loisirs

476

1,4 %

Sciences de l'homme

93

0,3 %

Jeunesse

4

0,0 %

LIttérature

34 063

98,1 %

Musique

8

0,0 %

Sciences

28

0,1 %

TABLEAU 6. DÉPARTEMENT SOCIÉTÉ

Contenu

Nombre de documents

Part du fonds

Arts et loisirs

48

0,3 %

Sciences de l'homme

230

1,5 %

Littérature

125

0,8 %

Musique

6

0,0 %

Sciences

360

2,4 %

Questions de société

14 209

94,9 %

TABLEAU 7. DÉPARTEMENT SCIENCES ET TECHNIQUES

Contenu

Nombre de documents

Part du fonds

Arts et loisirs

89

0,5 %

Sciences de l'homme

178

1,0 %

Littérature

31

0,2 %

Musique

5

0,0 %

Sciences

17 178

97,2 %

Questions de société

195

1,1 %

11Les documents traitant de « questions de société » ne sont ainsi pas tous rangés dans le département Société, même si on les retrouve majoritairement dans ce département, comme on le voit dans le tableau suivant. Tous les départements possèdent, par exemple, des documents d’économie, de droit ou de politique.

TABLEAU 8. RÉPARTITION DES DOCUMENTS TRAITANT DES « QUESTIONS DE SOCIÉTÉ »

Sujets « Questions de société »

Dép. Arts et loisirs

Dép. Langues & littérature

Dép. Civilisation

Dép. Société

Dép. Sciences & techniques

Administration publique

3

2

32

627

9

Droit

3

1

27

1 734

11

Économie-Politique

10

2

117

2 884

24

Éducation-Pédagogie

10

22

51

1 456

45

Gestion de l’entreprise

7

1

11

1 722

15

Médias-Journalisme

10

Politique-Relations internationales

3

5

341

2 438

3

Services sociaux

3

145

1 087

Géographie

733

659

49

Sociologie-Démographie

39

16

2 260

39

TABLEAU 9. RÉPARTITION DES SUJETS « SCIENCES »

Sujets sciences

Dép. Arts et loisirs

Dép. Langues & littérature

Dép. Civilisation

Dép. Société

Dép. Sciences & techniques

Bibliothéconomie

60

15

150

277

2 919

Médecine-Santé

13

4

127

26

3 965

Science de la vie et de la terre

9

1

24

10

2 409

Sciences pures

1

3

52

14

2 776

Techniques

69

5

17

16

2 927

Vie pratique

8

13

17

2 182

12De même, les documents de « sciences » ne sont pas tous classés en Sciences et techniques, même si encore une fois ils sont majoritairement dans ce département. Tous les départements possèdent des documents relatifs à la médecine, aux techniques ou aux sciences pures.

GRAPHIQUE. CLASSEMENT DES DOCUMENTS TRAITANT DE « MÉDECINE-SANTÉ »

GRAPHIQUE. CLASSEMENT DES DOCUMENTS TRAITANT DE « MÉDECINE-SANTÉ »

ENCADRÉ 1. DOCUMENTS TRAITANT DE MÉDECINE-SANTÉ HORS DÉPARTEMENT SCIENCES ET TECHNIQUES

13Département Arts et loisirs

Domaine de rangement

Exemple

Sports

Le guide médical du sport / Vivian Grisogono

Récits de voyage

Le Guide médical du voyageur

Généralités arts

Invention de l'hystérie : Charcot et l'iconographie photographique de la Salpêtrière / Georges Didi-Huberman

14Département Civilisation

Domaine de rangement

Exemple

Histoire de l’Europe

Les médecins dans la Grande Guerre : 1914-1918 / Sophie Delaporte

Psychologie

La psychothérapie des psychoses comme défi existentiel / Gaetano Benedetti

Religion

Écouter mourir / Suzanne Hervier

Histoire générale

Les épidémies : un sursis permanent / Alfred et Hélène Werner

15Département Civilisation

Domaine de rangement

Exemple

Littérature grecque classique

Hippocrate / Laurent Ayache

Roman français

Un moment de faiblesse : récit / Jean-François Bizot

Roman américain

Un accident miraculeux : maladie et découverte de soi / Paul West

16Département Civilisation

Domaine de rangement

Exemple

Administration

Concours paramédicaux et sociaux, le résumé de texte : concours de la fonction publique, conseils, méthodes, sujets, corrigés / Isabelle Renaudineau

Annuaire

France environnement 2002 : annuaire des fournisseurs de l’environnement public et privé

Droit

Nouvelle encyclopédie de bioéthique : médecine, environnement, biotechnologie / Gilbert Hottois et Jean-Noël Missa

Enseignement et pédagogie

L’éducation sexuelle / Jean-Philippe Brenot

Gestion

Marché, gestion et création d’une pharmacie

Orientation, formation, emploi

Entrer dans la fonction publique hospitalière / Isabelle Caputo

Problèmes de sociologie

L’industrie du sang : un scandale mondial / Emmanuel Amara

Sociologie

Longévité et qualité de vie : défis et enjeux / Congrès international du Conseil international pour un progrès global de santé, [du 18 au 20 mai 1998 à l'Unesco] ; sous la direction de Claude Jasmin et Robert Butler

17Dans chacun des départements, les documents ayant un lien avec la médecine sont en parfaite adéquation avec le thème sous lequel ils sont rangés. L’aspect médical de ces documents reste toutefois minoritaire : il ne fait qu’apporter un éclairage particulier à un thème qui a par ailleurs sa propre cohérence.

18Parallèlement, on constate que le contenu des documents classés au rayon « médecine », sous les cotes 61X, dans le département Sciences et techniques, relève de disciplines très diverses, parfois très éloignées des sciences médicales, même si la médecine constitue la part la plus importante avec 4 320 documents.

ENCADRÉ 2. DISCIPLINES DIVERSES DE LA CLASSE 61X (DÉPARTEMENT SCIENCES ET TECHNIQUES)

Indexation

Nb docs

Exemple

Arts du spectacle

1

Le théâtre de la guérison / Alexandro Jodorowski avec Gilles Farcet

Droit

6

Le consentement : information, autonomie et décision en médecine / Bernard Hoerni

Économie-Politique

3

La politique du médicament / Jean-Philippe Buisson, Dominique Giorgi

Éducation-Pedagogie

2

Grands thèmes sanitaires et sociaux : élèves de terminale SMS, candidats infirmiers, assistants sociaux

Ethnologie

3

La médecine navajo / Marie-Claude Feltes-Strigler

Langage-Linguistique

1

Anglais médical / Mireille Mandelbrojt-Sweeney

Littérature française et francophone

1

La médecine du futur ; suivi de Carnets (1970-1978) / Jean Bernard

Médecine-Santé

4 320

Atlas d'anatomie humaine / Frank H. Netter

Musique classique et contemporaine

2

Voyages dans la voix : se ressourcer par les sons / Philippe Barraqué

Autres

53

Philosophie

20

La bioéthique et la dignité de la personne / Roberto Andorno

Psychanalyse

9

Les pratiques psychanalytiques auprès des bébés / Christine Anzieu-Premmereur

Psychologie

54

Psychopathologie du sujet âgé / Gilbert Ferrey

Sciences de la vie et de la terre

24

Guide des plantes médicinales. 2 / G. Pamplona-Roger

Services Sociaux

39

Repenser l'offre de soins / Robert Lenglet

Sociologie-Démographie

7

Des lobbies contre la santé / Roger Lenglet et Bernard Topuz

Sports

5

Le stretching / A. Balk

Techniques

12

Ergonomie et manutention : notions essentielles, fiches pratiques / Christiane Rey

Vie pratique

9

Accidents domestiques : sécuriser, anticiper, réagir / Michel Cymes

UNE COLLECTION COMME ORGANISME « VIVANT »

19Constituée autour d’une problématique et de façon transdisciplinaire, la collection peut évoluer parallèlement aux questionnements et aux aspirations de la société. De nouveaux éclairages peuvent être apportés par l’introduction de documents issus de domaines externes au département, mais aussi par des changements d’orientation dans les choix d’acquisition, et parfois la délocalisation de certains thèmes. La collection est alors gérée comme un « organisme vivant ».

  • 21 Aubin Yves. « Espace et collections », Bulletin des bibliothèques de France, 2002, t. 47, n° 6, p. (...)
  • 22 Morin Edgar. Science avec conscience. Paris, Le Seuil, 2000, p. 97.

20La construction d’une collection à partir d’une question qui dépasse les frontières disciplinaires offre une certaine souplesse de gestion parce qu’elle s’adapte aux évolutions de la société : « dépassant la notion de domaine, ensemble fini d’une discipline, il s’agit de dessiner dans la matière documentaire des contours variables »21. Suivre les questionnements de la société c’est en faire épouser les contours à la collection, et donc introduire une part d’incertitude (quelles seront les évolutions, les nouvelles questions ?) : « le travail avec l’incertitude […] incite à penser aventureusement. […] Il nous incite à critiquer le savoir établi qui, lui, s’impose comme certain. […] le travail avec l’incertitude incite à la pensée complexe »22. Ce principe de gestion dynamique a été mis en pratique au département Arts et loisirs. La photo, autrefois perçue comme une technique, était précédemment rangée à proximité du rayon « Cinéma ». Appréhendée comme un art à part entière, elle est aujourd’hui rangée avec les beaux-arts. De même le département Sciences et techniques a su parfaitement adapter son rayon « Médecine » à l’intérêt grandissant de la société pour la question de la santé, pas seulement l’aspect médical, mais aussi la notion de bien-être, de bien-vivre ou de mieux-vivre, la part de psychologie dans la maladie, la question de l’éthique notamment. Il a ainsi élargi le champ des acquisitions dans ce domaine, sans le restreindre aux seuls domaines de la pathologie et de la thérapeutique.

  • 23 Morin Edgar. « Le complexus, ce qui est tissé ensemble », in La complexité, vertiges et promesses. (...)
  • 24 Ibid., p. 23.

21La constitution d’une collection problématisée et transdisciplinaire comporte une part d’éphémère et de fragilité, où le fait de réunir autour d’un thème des documents venus d’horizons divers crée de nouveaux savoirs, sans pour autant que les choses ne soient figées. En les organisant d’une autre façon, on propose d’autres visions, de nouveaux parcours, on pose de nouvelles questions : « on ne peut pas parler de la connaissance comme d’une architecture avec une pierre de base sur laquelle on construirait une connaissance vraie, mais on peut lancer des thèmes qui vont s’entre-nouer d’eux-mêmes »23. « L’acte de connaître ne se satisfait plus d’une visée classificatoire : la fécondité des connaissances est plus attendue dans les limites, les marges, transdisciplinarités, interdisciplinarités, multidisciplinarités, hybridations, métissages, et autres rapprochements inattendus »24.

UNE TOPOLOGIE DES SAVOIRS

LA MULTIPLICITÉ D’USAGES DU CLASSEMENT THÉMATIQUE

  • 25 Calenge Bertrand. « Espace et collections », Bulletin des bibliothèques de France, 1995, t. 40, n° (...)
  • 26 Ibid.

22En multipliant les points de vue sur un sujet, les départements de la Part-Dieu ont choisi une organisation permettant une multiplicité d’usages. Ce mode de classement amène à faire évoluer une discipline en un thème plus large, ce qui va dans le sens de l’usager qui cherche le plus souvent un sujet précis, sans forcément le rattacher à une discipline. Le lecteur à la recherche de documents sur la spiritualité bouddhiste, un autre sur l’iconographie religieuse et un autre encore sur la sociologie des religions, se retrouveront tous devant le rayon « Religions » dans le département Civilisation. De même celui qui s’intéresse à l’organisation administrative de l’hôpital, cet autre à la psychologie de la guérison et cet autre encore au traitement des lombalgies, se retrouveront tous devant le rayon « Médecine », au département Sciences et techniques. Il apporte un effet dynamisant aux collections qui se développent comme des « organismes vivants », en fonction des usages des publics : « en même temps que les fonds stockés par la bibliothèque deviennent collections en recherchant un usage, l’espace de la bibliothèque perd son statut privilégié de conservatoire du savoir pour devenir lieu d’usages par des publics, et l’appropriation de ce savoir prend le pas sur le stock offert et conservé »25. Ce choix thématique permet également de mêler des fonds de niveaux hétérogènes : du niveau grand public au niveau universitaire, « les usages désirés ou constatés se développent non plus au sein d’espaces dédiés à tel ou tel usage particulier du fond, mais autour d’un contenu du savoir qui se décline en de multiples usages »26. Jouer la carte de la transdisciplinarité à l’échelle d’un département, c’est rapprocher des thèmes et donc des publics différents : « avoir en même temps la philosophie, la psychologie, ça amène un public plus large qui s’intéresse à l’éducation de l’enfant. ça oblige les gens à circuler dans la bibliothèque, à voir toutes les ressources », « c’est intéressant d’avoir en double, parce qu’on touche deux publics différents : il y en a qui ne viendront jamais en sciences », nous expliquait un bibliothécaire.

QUELLE PLACE POUR L’ENCYCLOPÉDISME ?

23Faire Le pari de la transdisciplinarité, pour reprendre le titre d’un ouvrage de Jean-Paul Resweber, c’est pour la bibliothèque faire le pari de l’unité des savoirs : « la transdisciplinarité est un thème qui refait régulièrement surface. Il répond à un besoin sous-jacent et à une conviction intrinsèque. Le premier est la perte de ce qui est ressenti comme ayant été une unité antérieure de la connaissance. La seconde est l’espoir que la transdisciplinarité contribue à résoudre un problème en commun, ce qui est davantage que juxtaposer les disciplines, davantage que les mettre l’une à côté de l’autre »27.

  • 28 Calenge Bertrand. Conduire une politique documentaire. Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1 (...)

24La problématisation des départements ne permet toutefois pas de couvrir de façon équivalente l’ensemble des champs du savoir. Tout juste peut-elle offrir un aperçu de ces savoirs. En effet, une volonté d’encyclopédisme parfait serait antithétique avec la volonté de construire les collections autour d’axes forts, qui leur donnent du sens. À partir du moment où les bibliothécaires font des choix, développent des collections autour de problématiques intéressant la société actuelle, ils ne peuvent qu’offrir aux publics « un certain regard sur le monde, un projecteur orienté qui, ici ou là, laisse des plages d’ombre tout en valorisant d’autres aspects »28. Nous touchons là un des points faibles de l’organisation thématique.

LES LIMITES D’UN CLASSEMENT PROBLÉMATISÉ

FIL D’ARIANE OU LABYRINTHE ?

25Autant le choix de bâtir une organisation thématique autour d’une problématique fonctionne bien pour certains départements, autant il peut se transformer en un labyrinthe pour d’autres. La problématique, parce qu’elle n’a pas été clairement définie, n’est pas toujours bien perçue par les professionnels et encore moins par les usagers, pour qui le lien entre les rayons n’est pas toujours évident. Ainsi en Civilisation coexistent deux sous-thématiques sans véritable liant entre les deux : il y a d’un côté les sciences de l’histoire, avec l’histoire et la généalogie, et de l’autre celles de l’esprit, avec la psychologie, la philosophie et la religion. Une lectrice nous en avait d’ailleurs fait la remarque : « avec la Civilisation-Histoire, y’a aucun rapport. ça circule pas entre la philo et la civilisation-histoire ». En Arts et loisirs également : les arts sont d’un côté et les voyages, les jeux et le sport de l’autre, « il y a deux versants : le versant arts et le versant loisirs. ça constitue deux blocs qui n’ont pas d’interférence et qui sont éloignés », nous expliquait un bibliothécaire. Pour ces deux départements, il apparaît en effet difficile de définir une problématique censée lier des thèmes finalement très éloignés les uns des autres. C’est une des limites de l’organisation départementalisée. En revanche, le département Société est clairement orienté vers l’actualité de la société, ce dont tous les acquéreurs sont parfaitement conscients ; de même que les acquéreurs du département Sciences et techniques, qui expliquent sans hésitation leur dominante « actualité et vulgarisation des sciences ».

26En mettant en avant des contenus thématisés et non disciplinaires, cette représentation des savoirs présente deux inconvénients. D’une part, elle ne fait aucune mention des sujets présents dans plusieurs départements et laisse ainsi croire aux usagers que chaque sujet n’est développé que dans un seul département, ce qui ne favorise pas la complémentarité entre départements. D’autre part, elle amène à penser que la bibliothèque ne possède aucun document sur le sujet qui ne figure pas sur la liste indiquée à l’entrée de chaque département. Le parti-pris de la transdisciplinarité se fait alors aux dépens de l’unité du savoir et de l’encyclopédisme.

DOCUMENTS INCLASSABLES ET THÈMES ABSENTS

27Pour un certain nombre de sujets communs à plusieurs départements, des choix ont été opérés, choix qui peuvent toujours paraître arbitraires, mais qui ont le mérite de clarifier la situation. Ces choix sont issus d’une concertation entre responsables de pôle thématique, mais ne figurent sur aucun document écrit lié à la politique documentaire. Ils restent à l’état d’accords oraux. Il a ainsi été convenu que le thème de l’hôpital, autrefois alimenté par les départements de Société et de Sciences et techniques, serait désormais classé en Sciences et développé par ce seul pôle.

28Mais il arrive aussi que certains documents ne trouvent pas leur place dans la répartition des sujets entre les départements. Parce qu’il est impossible de définir clairement un thème unique auquel les rattacher, ou une discipline sous laquelle les ranger, parce qu’ils relèvent d’une multiplication de disciplines : « ce qui pose le plus problème, c’est ce dont personne ne veut », nous expliquait un acquéreur lors d’un entretien. C’est alors que les magasins, le « silo » de la bibliothèque de la Part-Dieu, jouent un rôle de « zone tampon » entre les départements thématiques. Reléguer un document en magasin évite ainsi de faire le choix impossible, le choix insatisfaisant ; le cas extrême étant d’acquérir un document directement pour le silo, parce qu’on sait d’avance qu’on ne saura pas où le classer et quelle cote lui attribuer.

29Autre problème de la départementalisation : comment offrir une vision encyclopédique des savoirs tout en faisant des choix forts en matière d’acquisition ? La problématisation des départements permet en effet de donner un axe clair et fort au développement des fonds, mais parallèlement suppose de faire des choix : développer les thèmes choisis c’est aussi en laisser un certain nombre de côté. Un entretien mené auprès des bibliothécaires nous a permis de noter que la majorité des acquéreurs opérait une hiérarchie implicite des thèmes couverts par leur département, prenant davantage de soin à s’étendre sur les domaines les plus nobles et à présenter les autres comme moins dignes d’intérêt, voire accessoires. Le cas se pose de façon assez évidente au département Langues et littératures, qui n’entend le terme de « langues » que dans le sens littéraire (les littératures étrangères) et a volontairement choisi d’exclure le sens linguistique (les langues étrangères) : « c’est surtout la littérature, mais c’est une déformation du département. On est plus littéraire que linguistique », explique un bibliothécaire de ce département. On ne trouve donc pas de méthodes d’apprentissage de langues en rayons. En Arts et loisirs, « le tourisme, tout le monde s’en occupe », nous explique un bibliothécaire, alors que les autres secteurs sont répartis, ce qui laisse supposer que ce thème a moins de valeur que les autres. Les bibliothécaires de ce département n’hésitent pas à enfreindre parfois la répartition tacite autour des récits de voyage et à acheter des auteurs dits « littéraires », comme pour donner un peu d’âme à un rayon jugé ingrat : « on a racheté des écrivains comme Paul Nizan ou Nicolas Bouvier : il n’y a pas de raison qu’on n’ait que des livres merdiques. On peut aussi avoir de la littérature » nous confiait un acquéreur.

DÉPARTEMENTS LIÉS OU ÉLECTRONS LIBRES ?

30Dernière limite à un développement problématisé des collections : la tentation d’autonomie des départements. Lorsqu’un document semble absolument nécessaire pour assurer la cohérence d'un fonds thématique, il paraît légitime de doubler l’exemplaire qui se trouve dans un autre département. Il devient alors clair que chaque département analyse les choses à travers son propre prisme. Mais le double achat est aussi une façon d’évacuer les questions gênantes, d’éviter de faire des choix en termes de politique d’acquisition. En choisissant une organisation des fonds basée sur les contenus, la bibliothèque municipale de la Part-Dieu se trouve confrontée au risque de l’autosuffisance des pôles thématiques.

31Lorsque la frontière entre deux départements est difficile à définir, on voit apparaître des sujets doublons dont les disciplines et les thèmes restent proches, voire entremêlés (la sociologie est en Société, alors que l’ethnologie est en Civilisation ; la géographie est en Société, quand l’histoire est en Civilisation). En élargissant toujours plus le cercle autour d’un thème, un département finit toujours par empiéter sur un autre. C’est alors qu’il faut trancher, délimiter la frontière entre les deux. L’arrière-plan disciplinaire réapparaît à ce moment-là : lorsque les frontières se sont trop diluées et que les limites entre départements ne sont plus perceptibles. Les acquéreurs réaffirment alors les cadres disciplinaires de leur département. Lorsqu’un document neuf est à la frontière entre plusieurs départements, les acquéreurs se réfèrent à plusieurs éléments pour déterminer qui l’achètera, l’auteur et l’éditeur en général : « on se réfère à l’auteur : s’il est plutôt historien ou politologue », dans le cas d’une hésitation entre Civilisation et Société, nous explique un bibliothécaire, « selon l’angle d’approche, on suit la Dewey pour savoir », précise un autre.

  • 29 Béchillon Denys de. « La notion de transdisciplinarité », in Guerre et paix entre les sciences. Par (...)
  • 30 Ibid.

32Tout comme il est impossible à un individu d’acquérir une culture véritablement interdisciplinaire, il est également impossible de construire une collection véritablement interdisciplinaire. Le danger d’une collection transdisciplinaire c’est aussi de verser dans des contenus vides car dilués à l’excès, c’est le consensus mou. Le positionnement transdisciplinaire, si éclairant soit-il sur bien des points par les mises en perspective qu’il permet, ne doit pas pour autant devenir la nouvelle formule magique censée régler tous les problèmes. La transdisciplinarité n’est pas « une sorte de clé à sardines universelle qui permettrait à quelques-uns de redonner une lecture globale du monde en se targuant du mérite quasi initiatique d’avoir su déceler de l’au-delà dans le « trans » de la transdisciplinarité »29. La recherche actuelle reste dans un cadre disciplinaire : « en dépit de toute cette agitation, la grande majorité des publications scientifiques relèvent d’une discipline établie, de même que la quasi-totalité des positions de chercheurs »30, et par là une partie de la production éditée.

LE DANGER DE « L’EFFET VITRINE »

33Jouer la carte de la transdisciplinarité, c’est aussi chercher un effet « vitrine », « produit d’appel », un effet pervers dont les professionnels sont généralement bien conscients : « c’est une tentation des départements de vouloir donner une coloration attractive aux collections » nous confiait un professionnel. Offrir des documents qui sont moins marqués par une discipline universitaire relève d’une volonté d’attirer le public vers des rayons jugés un peu « secs », voire arides : « c’est bien qu’on ait aussi un côté vie pratique, ça rend le département plus vivant, plus attractif, y compris pour le personnel ». « C’est pour ça qu’on met des produits d’appel comme des CD audio : la musique documentaire, en religion, tout ce qui rituel, des chants traditionnels en ethnologie. C’est pour apporter de la surprise : on essaye de piocher dans les marges », nous expliquait un acquéreur lors d’un entretien. Ainsi les documents sur le bien-être, les vertus thérapeutiques des plantes, ou sur les techniques de relaxation, mettent un peu de fantaisie dans le rayon « Médecine » (département Sciences), de même les documents sur le développement personnel ou sur les relations de couple égayent un peu le rayon « Psychologie » (département Civilisation). « On n’a pas considéré la cuisine et la couture comme des loisirs, nous expliquait un bibliothécaire. Les gens de Sciences considéraient qu’ils avaient des domaines rébarbatifs et que ça faisait des produits d’appel ».

34Cette volonté de donner une connotation « grand public » n’est toutefois pas sans danger. Le premier risque, c’est de finir par avoir une collection déliquescente, une collection que la recherche de fantaisie vide de sa consistance. Le second risque, c’est une collection qui serait à deux niveaux très différents et sans lien : un niveau « grand public » et un autre plus « universitaire », sans qu’il n’y ait de lieu de rencontre entre les deux. En résumé, une collection qui manquerait de cohérence, à force de vouloir trop en avoir et d’en faire son principe directeur.

SÉLECTIONNER SON PUBLIC À TRAVERS SES COLLECTIONS

  • 31 Enquête de fréquentation sur les publics de la bibliothèque municipale de Lyon, 2002, p. 4.

35Nous avons vu précédemment que la logique d’usage prévalait à la constitution et au développement des collections. Si ce fonctionnement permet de multiplier les supports, les axes disciplinaires et les niveaux autour d’un même sujet, il amène aussi à sélectionner un public par les choix qui sont faits. Parallèlement aux documents « produits d’appel », on remarque que le noyau dur des départements reste d’un niveau élevé. À partir des dominantes qui ont été choisies implicitement ou explicitement, on peut déduire les publics sélectionnés indirectement, car les choix ne sont jamais neutres en terme d’usage des collections. La problématisation des collections est aussi une sélection implicite d’un public : dans le cas de la bibliothèque de la Part-Dieu un public majoritairement étudiant et diplômé. La dernière enquête de fréquentation confirme largement cette impression : 67 % des emprunteurs de la Part-Dieu sont étudiants. Parmi les usagers actifs de la bibliothèque, les professions d’encadrement ou intellectuelles restent aussi les plus représentées puisqu’elles constituent 50 % des visiteurs. Une enquête de fréquentation réalisée en 2002 montre que 51 % des visiteurs de la BML ont un diplôme au moins égal à Bac + 3 : « la BML trouve son créneau principal au sein des diplômés de l’enseignement supérieur »31.

  • 32 Extrait d’un entretien avec un acquéreur.
  • 33 Ibid.

36On voit toute la difficulté de la bibliothèque à trouver sa place : une bibliothèque municipale, qui agit davantage comme une bibliothèque universitaire, et qui reste écartelée entre le grand public et le public spécialisé. Certains thèmes sont ainsi volontairement laissés de côté, même s’ils figurent dans les fonds : « on est un peu réticent sur les uniformes, ça nous intéresse pas trop. On a tendance à laisser de côté parce qu’on pense que c’est pas intéressant, c’est pas intellectuel »32, « en ésotérisme, les trucs de divination, j’en achète moins qu’en philo. ça m’emmerde de consacrer de l’argent pour des bêtises »33. En Langues et littératures, le « grand public » est volontairement orienté vers les annexes qui sont les seules à proposer des romans historiques, des romans d’amour, mais aussi des best-sellers.

CONCLUSION

37Le principe de la transdisciplinarité dans la construction d’un plan de classement est une réponse possible à la difficulté d’organiser les savoirs dans une bibliothèque. La constitution d’une collection devient alors un jeu d’assemblage autour d’une question. La juxtaposition d’angles de vue permet de comprendre un thème dans sa globalité, elle favorise une multiplicité d’usages, elle mêle les différents niveaux de lecture.

38Jouer la carte de la transdisciplinarité et du décloisonnement, c’est un nouveau moyen d’établir des passerelles entre les savoirs et de fonder un nouvel encyclopédisme. Et c’est surtout un moyen de créer du savoir : confronter les points de vue, mettre les connaissances en perspective, les interroger, leur donner de l’épaisseur, autrement dit donner du sens et offrir un certain regard sur le monde. Tel est le rôle supplémentaire et nouveau que la bibliothèque doit endosser : non seulement conserver, ordonner le savoir, mais aussi en produire.

39Réunir autour d’une problématique des documents venus d’horizons divers pour créer de nouveaux savoirs, de nouveaux parcours, permet une gestion dynamique des collections, qui s’adapte aux questionnements et aux évolutions de la société. C’est avoir une collection vivante. Mais c’est aussi jouer la carte de l’inattendu, c’est aussi entretenir une part d’éphémère et de fragilité dans l’organisation des documents : « entre l’ordre et le désordre règne un moment délicieux » écrivait Paul Valéry.

Notes

15 Il faut distinguer la notion de classification de celle de classement. La classification est l’outil intellectuel, c’est l’ensemble des règles préludant à l’ordonnancement, tandis que le classement, aspect physique, est le rangement effectif des documents. Une classification répond à deux exigences : une exigence d’ordre intellectuelle, qui est d’organiser les documents de façon cohérente, et une exigence d’ordre pratique, qui est de trouver des solutions concrètes et adaptées aux démarches des usagers. La notation des cotes n’est que l’expression conventionnelle de la structure du système classificatoire.

16 Traduction personnelle de : « Book classification is a unidimensional, linear order, limited to the display of one system of relations only », in Olson H. A. and Ward D. B. Charting a journey across knowledge domains: feminism in the Dewey Decimal Classification, p. 239.

17 Traduction personnelle de : « Their limits define what is included and what is excluded. Changing the limits will change the exclusions, but will not offer a universal solution », ibid.

18 Morin Edgar. Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur. Paris, Le Seuil, 2000, p. 12.

19 Ibid., p. 42.

20 Toutes les données chiffrées citées sont issues d’une étude réalisée en 2004.

21 Aubin Yves. « Espace et collections », Bulletin des bibliothèques de France, 2002, t. 47, n° 6, p. 116.

22 Morin Edgar. Science avec conscience. Paris, Le Seuil, 2000, p. 97.

23 Morin Edgar. « Le complexus, ce qui est tissé ensemble », in La complexité, vertiges et promesses. Paris, Le Pommier, 2002, p. 24.

24 Ibid., p. 23.

25 Calenge Bertrand. « Espace et collections », Bulletin des bibliothèques de France, 1995, t. 40, n° 3.

26 Ibid.

27 Nowotny Helga. « Le potentiel de la transdisciplinarité ». [En ligne]< http://www.interdisciplines.org/inter-disciplinarity/papers/5 > (consulté le 18 août 2009).

28 Calenge Bertrand. Conduire une politique documentaire. Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1999, p. 275.

29 Béchillon Denys de. « La notion de transdisciplinarité », in Guerre et paix entre les sciences. Paris, La Découverte, 1997.

30 Ibid.

31 Enquête de fréquentation sur les publics de la bibliothèque municipale de Lyon, 2002, p. 4.

32 Extrait d’un entretien avec un acquéreur.

33 Ibid.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE. CLASSEMENT DES DOCUMENTS TRAITANT DE « MÉDECINE-SANTÉ »
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search