Version classiqueVersion mobile

Mettre en œuvre un plan de classement

 | 
Bertrand Calenge

Partie I : Penser l'espace documentaire

1. La médiathèque qui sortait de la mer...

Prolégomènes à l’aménagement documentaire de la plus grande médiathèque publique d’Afrique

Bertrand Calenge

Texte intégral

1Casablanca, ville magique qui a marqué à jamais le cœur des cinéphiles. Mais aussi immense métropole de 3 millions d’habitants (4,5 millions pour l’agglomération du Grand Casablanca), et poumon économique du Maroc.

2Cette métropole était jusqu'à présent dépourvue de bibliothèques publiques modernes à la mesure de cette population – le Maroc en effet commence à peine à se doter d'un réseau efficace de lecture publique. Mais le mouvement est lancé : après une campagne initiée par le ministère de la Culture marocain pour moderniser les bibliothèques existantes, de grands projets apparaissent. D’abord la Bibliothèque nationale du Royaume, dont le bâtiment neuf de 20 000 m² a été inauguré en décembre 2008. Et puis la Médiathèque publique du complexe culturel de la mosquée Hassan II à Casablanca.

GENÈSE D’UN PROJET

UNE HISTOIRE EXTRAORDINAIRE

3Entre 1986 et 1993, à l’initiative du roi Hassan II, fut construite en bord de mer la troisième plus grande mosquée du monde (et la plus grande d’Afrique) et la plus haute (le minaret culmine à 200 mètres). Cette mosquée est une merveille, à laquelle les meilleurs artisans et artistes marocains ont travaillé. Devant, selon un verset du Coran, évoquer le trône d’Allah sur l’eau, elle fut bâtie tout au bord de l’océan, sur un empierrement rocheux. Non seulement lieu de culte, elle s’inscrivait également dans un projet à long terme de restructuration du centre-ville, avec création d’avenues, d’espaces de logements et de congrès, de commerces et d’entreprises, à proximité du port reconfiguré. Dans cette perspective, la mosquée fut établie sur une immense esplanade encadrée de deux bâtiments formant deux L inversés et symétriques. Ces deux bâtiments de 12 400 m² chacun, réalisés dans le cadre des travaux de construction de la mosquée Hassan II, étaient destinés initialement à abriter un musée et une bibliothèque, mais sont restés à l’état de gros œuvre pendant de nombreuses années. Des études furent alors réalisées pour définir l’affectation des deux locaux. Le choix fut arrêté : l’un des édifices abriterait une académie des arts traditionnels, et l’autre une médiathèque publique moderne. C’est dans ce contexte que je fus appelé pour accompagner le processus de constitution des collections de cette dernière.

UN CONTEXTE CONTRAIGNANT ET PASSIONNANT

4Imaginez la situation : un bâtiment de 15 ans d’âge, solidement bâti, au cœur du cœur d’une agglomération de 4,5 millions d’habitants, offrant une surface brute de planchers de 12 400 m², à imaginer en ce qui doit devenir la plus grande bibliothèque publique d’Afrique (hors la bibliothèque d’Alexandrie, à destination plus savante) ! Et ce, dans un pays n’ayant pas d’expérience de ce type de projet ! Défi passionnant… accompagné de contraintes qui sont autant d’atouts :

  • le bâtiment préexistant impose la lisibilité de sa masse. Heureusement, il est généreusement doté d’ouvertures, et permet un aménagement sur 3 niveaux plus des mezzanines. Mais quels circuits imaginer ? Quelle destination donner aux différents espaces ?

  • le projet documentaire, préparé par une agence de conseil, prévoit 200 000 documents et une équipe dense. Les ressources budgétaires ne manquent pas pour les acquisitions. Mais avec quelle politique documentaire ?

  • les acquisitions sont libres (pas de projet prescriptif ni de censure préexistante), et une règle d’objectif a été posée : 50 % de titres en français, 50 % de titres en arabe. Mais les productions éditoriales des deux langues sont-elles équivalentes ? Et comment faire coexister le classement de deux langues si différentes ?

  • la volonté manifeste sous-jacente à ce projet est l’accès à la connaissance la plus large au bénéfice de toute la population. Mais toute la population est-elle alphabétisée et motivée par cette connaissance ?

  • la centralité de la mosquée et son attraction garantissent un succès de fréquentation inouï : lors des prières du ramadan chaque soir, plus de 100 000 personnes se pressent en ces lieux, et l’esplanade est un lieu de promenade favori des familles en weekend. Mais comment gérer positivement ce flux énorme, étant entendu par ailleurs que le prêt sera largement favorisé ?

5Quand la médiathèque ouvrira ses portes (en 2009 ?), il faudra sans doute un livre entier pour raconter les péripéties de la genèse de ce projet ambitieux. On se limitera ici à survoler quelques questions directement en liaison avec la problématique du présent volume.

QUESTIONS DE PROJET DOCUMENTAIRE

6Assigner à une médiathèque publique un objectif de 200 000 documents (d’ailleurs ramené à 140 000 documents pour l’ouverture, compte tenu de la charge du flux et des contraintes de calendrier) est un peu court. Pour servir qui, et comment ?

À LA RECHERCHE DE LA LISIBILITÉ DES ESPACES

7Le Maroc est un pays où l’alphabétisation systématique n’a débuté qu’il y a peu. Certes, nombreux sont les enfants scolarisés et les jeunes lycéens ou étudiants : encore le niveau de lecture est-il assez bas, dans la mesure où l’environnement familial et la faiblesse des ressources documentaires des écoles publiques comme des bibliothèques n’en encourage pas la pratique courante. Mais par ailleurs peu nombreux sont les adultes lecteurs et plus encore les personnes âgées lettrées : le taux d’alphabétisation des plus de 40 ans est faible. Il fallait tenir compte de ce contexte, et également tenir compte du pari affirmé que fait le Royaume sur la jeunesse et le développement, avec une campagne massive d’alphabétisation lancée en 2005. En même temps, il fallait éviter le risque de confiscation des espaces et services par les seuls étudiants, pour lesquels par ailleurs des bibliothèques universitaires se développent largement à Casablanca.

8Le pari de la médiathèque a été de favoriser au maximum l’appropriation ludique des lieux en visant d’abord les enfants et les jeunes, et à travers eux les familles : les 4 niveaux de la médiathèque (5 en incluant des mezzanines au sommet) ont été pensés en suivant cette lisibilité d’abord destinée aux familles et aux jeunes :

  • au rez-de-chaussée l’espace de la presse et des magazines, un espace musique multi-âges, et un immense espace pour les petits, avec tente du conte, coin mamans pourvu en documentation familiale (santé, puériculture, éducation…). De surcroît, est prévu là un « fonds Casablanca » destiné à apporter une information d’actualité sur la ville et sa région.

    • 11 Une salle y est par ailleurs dévolue à la mise en valeur d’un fonds particulier donné par un notabl (...)

    le premier étage est également consacré à la jeunesse11.

  • le deuxième étage s’adresserait aux adultes, dans leur dimension la plus « grand public » : romans, sciences et techniques, documentation emploi.

  • c’est au 3e étage (et aux mezzanines) que serait cantonné l’ensemble des documentaires d’art, sciences humaines et sociales, etc.

9Bien entendu, cet aménagement documentaire est combiné avec des espaces d’animation (auditorium, salles d’activité, etc.).

LE CHOIX DE LA DÉPARTEMENTALISATION* ORIENTÉE PUBLICS ET USAGES

10Dans ce contexte de lisibilité d’ensemble, des départements ont été imaginés, qui posent en priorité les publics et leurs usages : un département petite enfance, un département enfants, un département jeunes, les départements documentaires les plus « grand public » étant les premiers proposés en arrivant aux niveaux adultes : sciences et technique, emploi-formation, littérature ; les départements plus académiques étant cantonnés aux derniers niveaux (dernier étage et mezzanines) : arts, sciences humaines, droit-gestion-économie, etc. Ce parti pris était d’autant plus facile à assumer que la médiathèque n’a aucune ambition patrimoniale.

QUELLES RÉPARTITIONS ENTRE ARABE ET FRANÇAIS ?

11Analysant la richesse documentaire respective des productions arabophones et francophones, les bibliothécaires ont dû, pour chaque département et thème après thème, étudier le poids de chaque langue : si par exemple la documentation en matière de religion est préférentiellement en langue arabe, la production dans les domaines des sciences ou de la gestion est par nécessité majoritairement francophone. Afin de respecter l’objectif de parité entre langues, il a donc fallu procéder à une répartition prévisionnelle détaillée.

LES SUPPORTS DOCUMENTAIRES ENTRE PRODUCTIONS ET USAGES

12Deux questions se posaient également : quelle place pour les documents enregistrés (disques et DVD), et pour Internet ? Les réponses ne sont pas univoques :

    • 12 « Industrie du disque, la lente agonie des maisons de production », L’Économiste, 27 juin 2006. [En (...)

    l’industrie du disque au Maroc est largement victime du piratage12, mais il existe une volonté affirmée de soutenir la production artistique musicale : la médiathèque a donc décidé d’offrir un panorama large de la musique, sachant que par ailleurs une place étendue sera faite à la musique dans le programme culturel ;

  • l’industrie du DVD, quant à elle, est littéralement sinistrée : presque tous les films produits dans le monde sont piratés à leur sortie et les DVD copiés illégalement se trouvent sans difficulté à très bas prix sur le marché de la Médina13 . Le choix opéré par la médiathèque tend à privilégier une offre réduite orientée vers un fonds de films « classiques », i.e. peu disponibles sur ce marché parallèle ;

    • 14 Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), Observatoire des technologies de (...)

    l’accès à Internet peut apparaître comme une nécessité dans un pays où moins de 10 % des foyers y sont connectés14. Les priorités culturelles affichées par la médiathèque n’en font cependant pas un vecteur majeur de l’information offerte : le projet est clairement affiché comme une promotion d’un espace public de sociabilité et de convivialité autour du livre, de familiarisation avec l’univers de l’écrit.

LA QUESTION DES NOMBRES D’EXEMPLAIRES

13Compte tenu de la masse documentaire à acquérir et des flux prévisibles, la multi-exemplarisation des titres s’imposait. Mais selon quelle intensité ? Là encore, il a fallu se lancer dans des projections d’usage pour déterminer en amont le nombre d’exemplaires moyens qui seraient acquis d’emblée pour chaque thème et type de document. Rationaliser la chaîne des acquisitions tout en préparant les collections au flux d’emprunts prévisible était en effet essentiel. Ainsi, on a pu déterminer des fourchettes d’acquisition allant de 1 ou 2 exemplaires par titre pour les domaines les plus académiques à 6 ou 10 exemplaires pour les albums les plus susceptibles d’être appropriés par des milliers de jeunes lecteurs…

QUESTIONS D’ORGANISATION DOCUMENTAIRE

14Les prémisses que nous venons de survoler très rapidement ont bien entendu généré un travail important. Il fallait encore formaliser concrètement le projet documentaire, bref aboutir à un plan de classement prévisionnel.

CLASSER EN UN MÊME LIEU DES COLLECTIONS EN ARABE ET EN FRANÇAIS

15En préalable se posait la question d’un classement associant livres en arabe et livres en français au sein de cette médiathèque. Il était admis que chaque département devait prioritairement recouvrir un contenu, donc associer les deux langues. Mais de quelle façon ? L’hypothèse d’un classement univoque se heurtait à deux problèmes : d’une part les deux langues ne suivent pas le même sens de lecture, d’autre part il semblait que les publics ne circulent pas aisément d’une langue à l’autre, mais selon les cas optent pour l’une ou l’autre. La solution tint en deux choix :

  • adoption dans tous les cas d’une cotation uniforme fondée sur les chiffres dits arabes (mais à la manière du français) et organisée dans un sens de classement de gauche à droite et de haut en bas ;

  • au sein de chaque département, séparation des rayonnages accueillant des livres en français de ceux accueillant des livres en arabe, d’où bien entendu la nécessité de calibrer prévisionnellement avec précision les masses documentaires dans l’une et l’autre langue.

CONSTRUIRE UN MANUEL DE COTATION* QUI SOIT UN DOCUMENT D’OBJECTIF

16Comme on l’a vu au long des lignes qui précèdent, de multiples questions, une fois tranchées, nécessitaient une formalisation capable à la fois de fournir des objectifs d’acquisitions documentaires et de produire un cadre de classement* concret des documents dans les espaces. Le travail s’est déroulé en 5 étapes :

  • définition volumétrique des différents départements localisés sur plan ;

  • pour chaque département, définition de thèmes regroupant de 500 à 2 000 volumes (hors romans et albums pour enfants, définis en masses plus générales) ;

  • pour chaque thème, définition précise des volumétries respectives de la langue arabe et française, en fonction à la fois de la production documentaire et des publics visés ; indication pour chaque thème de priorités (en termes de niveaux, de sujets privilégiés, etc.) ;

  • toujours pour chaque thème, affectation d’un nombre moyen (avec une fourchette mini-maxi) d’exemplaires par titre ;

  • dans chaque thème, listage des cotes définitives sur la base d’une cote pour 20 à 200 titres (hors romans et livres pour enfants).

17En définitive, on obtient un plan de classement qui est également manuel de cotation et document prévisionnel d’acquisition, feuille de route pour la constitution des collections.

RÉÉTUDIER LE CIRCUIT DOCUMENTAIRE

18Ce travail important sur les acquisitions a également conduit à revisiter le circuit du traitement documentaire. L’intensité prévisible des acquisitions à conduire encourageait une segmentation logistique :

  • les bibliothécaires (nommés « informatistes » au Maroc) devaient se consacrer aux acquisitions en se « spécialisant » chacun sur un département, étant entendu qu’ils auraient ensuite la charge de maintenir actuelle la collection de ce département et d’y appliquer le plan de classement ; il était souhaitable que la cote finale soit définie selon ce dernier dès le moment de la sélection ;

  • le flux des achats passerait par un service dédié ;

  • le traitement des documents serait envisagé d’une part par récupération de notices, d’autre part par un service d’équipement qui n’aurait plus, entre autres, qu’à apposer la cote initialement déterminée.

19Ce n’est qu’un bref aperçu de cet énorme chantier documentaire à conduire en quelques mois, sachant que par ailleurs il faut élaborer le système d’information, les circuits de gestion des flux, la pré-programmation de services… La médiathèque devrait ouvrir ses portes fin 2009 : son succès, sans nul doute, conditionnera la naissance d’une nouvelle ère pour la lecture publique au Maroc.

Notes

11 Une salle y est par ailleurs dévolue à la mise en valeur d’un fonds particulier donné par un notable érudit, M. Boutaleb.

12 « Industrie du disque, la lente agonie des maisons de production », L’Économiste, 27 juin 2006. [En ligne] < http://www.1stmaroc.com/actufr/archives/resultat.php?id=1082&amp;debut=0 >.

13 < http://bccn.wordpress.com/2008/07/23/duplicites-documentaires-dvd-et-pays-en-developpement-ou-semi-developpes/ >

14 Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), Observatoire des technologies de l’information, 2008. [En ligne] < http://www.apebi.org.ma/IMG/doc/Executive_Summary.doc >.

© Presses de l’enssib, 2009

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search