Version classiqueVersion mobile

Produire des contenus documentaires en ligne

 | 
Christelle Di Pietro

Partie 1. Exploiter les collections et repenser les accès en ligne

Concevoir une plate-forme d’autoformation à la recherche documentaire : Arbradoc1

Isabelle Breuil

Texte intégral

Une collaboration étroite entre enseignants-chercheurs et bibliothécaires-formateurs

  • 1 Responsable de la formation des usagers lors de la rédaction de cette contribution (décembre 2013).

1La formation des usagers à Paris 8 s’adosse à une collaboration de longue date entre le département de documentation et la bibliothèque universitaire de Paris 8 ; il existe une unité de valeur relative à la méthodologie documentaire depuis 1985, associant de près la bibliothèque universitaire, faisant de l’université de Paris 8 l’un des premiers établissements à avoir intégré la maîtrise de l’information aux programmes disciplinaires, à la suite de la loi Savary.

  • 2 Alain Coulon (dir.), L’évaluation des enseignements de méthodologie documentaire à l’Université de (...)

2Par ailleurs, une attention particulière a été portée à l’évaluation des enseignements de méthodologie par le laboratoire d’ethnométhodologie sous la direction d’Alain Coulon2, dans ce qu’il nomme le processus d’affiliation des étudiants au monde académique.

Le blog « Etudoc » comme préfiguration de la plate-forme à la recherche documentaire : les usages des étudiants

3Toutes deux nouvelles venues en 2006 à l’université de Paris 8, Alexandra Saemmer, maîtresse de conférences en documentation et hypermédias, notamment chargée de la coordination de l’enseignement en « Méthodologie de la recherche documentaire et du traitement de l’information », et moi-même, conservatrice en charge du service de la formation des usagers de la bibliothèque universitaire, avons pu conjointement nous interroger sur la pédagogie de cet enseignement, dans le nouvel environnement numérique apparu au cours de ces dernières décennies.

4Prenant en compte le déploiement radical du document vers le Web, il nous a semblé nécessaire de prendre pour point de départ les usages « réels » des étudiants, plutôt que les prescriptions idéalement circonscrites dans le monde académique, ce dont nous avons fait part dans une communication lors d’une journée d’étude à Médiaquitaine en avril 2009.

  • 3 <

5Dans cette tentative de « rénovation » pédagogique laissant la part belle à l’« affordance »* et à la sensibilisation au numérique, Alexandra Saemmer a pris le parti d’offrir aux enseignants-documentalistes en charge de cet European Credit Transfer System (ECTS), un espace de plate-forme où déposer leurs cours, sous la forme d’un blog ouvert à tous, Etudoc3. À la consultation des statistiques, il s’est avéré que la fréquentation en était importante, et que son offre de formation pourvoyait à un véritable besoin méthodologique.

6À l’analyse des contenus déposés sur le blog, il était aussi notable que chaque enseignant reprenait peu ou prou les mêmes aspects méthodologiques, et que leur mise à plat apporterait une véritable aide en ligne aux étudiants.

Problématique du service de la formation des usagers de la bibliothèque universitaire

7Parallèlement, le service de la formation des usagers recevait l’injonction hiérarchique de former toujours plus d’étudiants, à moyens humains et matériels constants. Il est vite apparu que disposant d’une salle de formation dédiée et équipée, et d’une équipe volontaire d’une dizaine de bibliothécaires-formateurs, nous ne pouvions offrir des formations de qualité au-delà de 2 000 étudiants formés par an. Le recours à des tuteurs-étudiants pour une formation à plus grande échelle ne pouvait se faire sans une perte effective de qualité.

Lier l’accès aux documents à leur utilisation académique réelle

8Bien trop souvent la formation des usagers dispensée par les bibliothèques universitaires est focalisée sur l’accès aux documents via les différentes bases de données, les procédures de requête, les langages documentaires, etc. Une certaine complaisance incline les professionnels des bibliothèques à s’enfermer dans un langage technique, coupé de la véritable raison d’être du document, à savoir son appropriation par les étudiants.

9L’accès aux documents n’apparaît alors pas lié au besoin documentaire qui motive sa recherche, et la masse d’informations devient arbitraire et indifférenciée aux yeux des étudiants.

10Du partenariat de longue date établi entre bibliothécaires et enseignants-documentalistes, il ressort une attention portée à l’imbrication de la formation à la culture informationnelle dans la méthodologie du travail universitaire.

Recherche de financement de projet, la saisie d’une opportunité

11Le plan « Réussir en licence » initié par la ministre Valérie Pécresse en 2008 a doté les universités d’enveloppes budgétaires substantielles pour lutter contre le taux d’échec important lors des premières années universitaires.

12Une action de « remédiation » portant sur la documentation étant comprise dans les textes, comme favorisant la réussite des étudiants, cela a permis à la bibliothèque universitaire de présenter un projet, voté au Conseil des études et de la vie universitaire (CEVU) en 2008, afin de réaliser une plate-forme d’autoformation à la recherche documentaire en libre accès.

13Le budget qui a été alloué pour ce projet a été de 30 000 euros au total sur deux années budgétaires (2008 et 2009). La répartition des postes budgétaires sur deux années consécutives est à peu près la suivante : la prestation de développement a été rétribuée de 14 000 euros TTC ; le graphisme de l’interface et son intégration sont revenus à 4 000 euros TTC ; la rédaction des préconisations techniques a été rétribuée pour 2 000 euros bruts, ainsi que la trentaine de cours rétribués pour 10 000 euros bruts à la dizaine de rédacteurs participants.

De la conception à la réalisation de la plate-forme

14Disposant de cette manne financière obtenue quasiment sur une note d’intention plus qu’un projet véritablement écrit, il nous a fallu commencer par la rédaction du cahier des charges fonctionnelles.

15Une étudiante-stagiaire suivant la formation de l’Institut national des techniques de la documentation (INTD) a accompli un très beau travail, consistant en un état de l’art des référentiels de compétences informationnelles, ainsi que des différents tutoriels de recherche documentaire. Sur la base de cette solide évaluation des besoins et de l’existant, elle a pu rédiger un cahier des charges fonctionnel rigoureux, précieux appui pour mener le projet au terme de sa réalisation.

  • 4

16Enfin, ses compétences en ingénierie documentaire nous ont permis de nous orienter vers la chaîne éditoriale libre Scenari4, afin de produire des contenus en ligne normés et structurés, bien qu’il y ait de nombreux rédacteurs. Ce cahier des charges est lui-même accompagné d’une réflexion plus large menée dans un mémoire

17 Aurélie Puybonnieux, Se former à l’ère du numérique : nouveaux enjeux et nouveaux acteurs de la formation à l’information dans les bibliothèques universitaires. Le cas de l’Université de Paris 8, Mémoire de master : chef de projet en ingénierie documentaire, INTD, 2010. [En ligne] : <http://memsic.ccsd.cnrs.fr/​docs/​00/​57/​50/​61/​PDF/​PUYBONNIEUX.pdf>.

La coordination et la formation des rédacteurs de contenus

18Il était convenu à l’orée du projet que cette plate-forme devait refléter la collaboration étroite entre enseignement de méthodologie (enseignants-chercheurs) et formation à la recherche documentaire (bibliothécaires-formateurs), afin de conjuguer l’expérience et la pédagogie des uns et des autres.

19L’équipe de rédacteurs était ainsi constituée de bibliothécaires (tous expérimentés dans la formation des étudiants) et d’enseignants-chercheurs chargés de cours de méthodologie. Par ailleurs, l’université de Paris 8 étant dotée d’un axe fort de recherche en hypermédias, des enseignants-chercheurs de ce domaine sont venus se greffer au projet afin de proposer des cours de culture numérique.

20Une session de formation de deux jours à la prise en main de la chaîne éditoriale Opale Sup Scenari a été organisée gracieusement sur site par Olivier Poinsart, animateur de la communauté Scenari. Il nous a accompagnés tout au long du projet, notamment pour guider les deux informaticiens de la bibliothèque dans l’installation et le bon fonctionnement du serveur Scenari.

L’interface d’accès aux cours, le choix de la carte heuristique comme outil de visualisation pédagogique

21De façon assez précoce dans le projet, il nous a semblé important que le design de la plate-forme permette une compréhension organique des liens des cours entre eux et de leur complémentarité, dans une forme de logique qui puisse être embrassée d’un seul coup d’œil. La plate-forme de cours étant conçue comme un outil d’apprentissage informel et autodidacte, la représentation arborescente et la disposition des cours entre eux devaient mener l’étudiant à une meilleure perception de son besoin documentaire.

22Il est à noter qu’entre-temps on a pu assister à l’éclosion d’autres usages des schémas cognitifs dans la compréhension des compétences informationnelles, ce qui paraît tout à fait convaincant comme mode d’orientation implicite de l’usager, notamment avec le référentiel de compétences proposé par l’Association des directeurs de bibliothèques universitaires (ADBU).

Capture d’écran : Les principales branches d’Arbradoc

Capture d’écran : Les principales branches d’Arbradoc

23L’arborescence de l’interface d’Arbradoc est composée de quatre branches sur lesquelles il faut cliquer pour faire apparaître les items de chacun des cours, eux-mêmes organisés par rubriques, qui, elles, apparaissent en caractères rouges, non cliquables.

24Alors que le « Parcours fléché » déploie les différentes étapes d’une recherche documentaire, de l’analyse du sujet à l’exploitation des documents, le « Parcours libre » entre plus en profondeur dans la recherche par type de documents, et ordonne ces différents types selon un besoin documentaire aligné sur les différents travaux universitaires. Cette logique en cascade, de la recherche documentaire tendant vers l’accès aux documents, est poursuivie avec la branche « Outils de recherche », qui propose des tutoriels spécifiques aux bases de données présentes tout au long des cours. Enfin, un parcours d’autoévaluation est aussi accessible à ce niveau.

25Par ailleurs, une autre branche est venue s’adjoindre, celle de la « Culture numérique », proposant des outils et des concepts à travers l’analyse d’œuvres numériques.

Résolution technique de l’accès par une interface unique

26La chaîne éditoriale Opale Sup Scenari présentait jusqu’alors une solution d’éditorialisation des unités de cours sur différents supports, sans proposer de solution de type « plate-forme » permettant d’organiser de façon hiérarchique la totalité des cours pris ensemble. Au cours de notre progression, nous avons recherché quelles étaient les différentes sortes de plates-formes, de type Moodle*, permettant à la fois la gestion et le stockage des cours, mais aussi leur mise en accès sur le Web, via une interface de type carte heuristique. Un doctorant en informatique a produit des préconisations pour une solution technique, nous permettant de rédiger un appel d’offres dans le cadre des marchés publics.

27La solution retenue a été celle de synchroniser les contenus déposés sur le serveur Scenari de la bibliothèque universitaire vers un CMS Drupal, et de procéder à un développement à cette fin, le CMS Drupal étant en open source*. Nous étions orientés dans ce choix du fait qu’un projet de refonte du portail de la bibliothèque avec le CMS Drupal assurait quelques compétences en interne, au service informatique de la Bibliothèque, pour la maintenance de la plate-forme.

Coordination des rédacteurs, de l’informaticien et des formateurs

28Une fois le prestataire de développement Drupal retenu suite à un appel d’offres dans le cadre des marchés publics, nous avons lancé conjointement la phase de rédaction des contenus sur le serveur Scenari et la phase de développement par le prestataire d’une plate-forme permettant de synchroniser ces mêmes contenus en ligne. Commande a été passée au peintre-dessinateur Richard Müller d’un dessin sous forme de calque, représentant un arbre, dont les contours ont été vectorisés et retravaillés par un graphiste ; une fois ce dessin rendu numérique, il a été intégré au CMS Drupal comme interface d’accès, dont les liens pointaient vers les cours importés du serveur Scenari.

29L’équipe des bibliothécaires-formateurs a surtout été mise à contribution pour les tutoriels des bases de données dont elle avait l’habitude d’assurer la présentation. Bien que rétribués, certes modestement, il n’a pas toujours été évident de motiver les enseignants-chercheurs, déjà accaparés par leurs propres publications, à produire des contenus. Pour ma part, j’ai eu la satisfaction de pouvoir inscrire ma démarche pédagogique dans un cours, « Rechercher des références bibliographiques », partant de la recherche sur le Web visible jusqu’à la valeur ajoutée documentaire des bases de données, ce à quoi il est vraiment important de sensibiliser les étudiants.

30Lorsque nous avons commencé à pouvoir « charger » les cours dans la plate-forme, nous avons dû alors faire des allers-retours importants avec le prestataire de développement informatique, afin de procéder à des corrections et à des réglages du bon fonctionnement de la plate-forme ; les exercices interactifs de Scenari ont notamment eu beaucoup de difficulté à être synchronisés, défaut persistant.

31Mise en ligne le 23 janvier 2012, la plate-forme Arbradoc a reçu depuis lors environ 18 000 visiteurs, pour une durée moyenne très courte… C’est à ce moment que j’ai passé le relais à d’autres expérimentations pédagogiques à inventer, toujours en collaboration entre bibliothécaires et enseignants-chercheurs : la plate-forme offrant un contenu très dense, il me semble qu’une intégration des contenus dans les cours est nécessaire, alliant pédagogie en présentiel et autodidaxie en distanciel, ce qui laisse de beaux jours au partenariat entre bibliothécaires et enseignants.

Notes

1 Responsable de la formation des usagers lors de la rédaction de cette contribution (décembre 2013).

2 Alain Coulon (dir.), L’évaluation des enseignements de méthodologie documentaire à l’Université de Paris VIII, Saint-Mandé, Association internationale de recherche ethnométhodologique, 1993.

3 <

http://etudoc.wordpress.com

>.

4

http://scenari-platform.org

.

Table des illustrations

Titre Capture d’écran : Les principales branches d’Arbradoc
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 431k

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search