Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 ans d’histoire du livre

 | 
Dominique Varry

Partie 5.Nouvelles approches, nouveaux problèmes

Les ennemis de l’institution bibliothécaire : nobles et notables contre « l'homme sans qualité »

Robert Damien

Texte intégral

  • 1 Bibliothèque et État, naissance d'une raison politique, Paris, PUF, 1995.

1Nous avons, dans notre ouvrage, Bibliothèque et État1 redessiné, à travers Naudé, une figure élogieuse du conseiller politique dont l'ambition philosophique tient à l'utilisation du modèle bibliothécaire. Mais on doit dire à nouveau combien cet « homme sans qualités » ni génétiques, ni sociales ni ecclésiales suscita la haine et devint le bouc émissaire d'une aversion sans cesse récurrente qui gomme ou évacue toutes les dimensions philosophiques de son ambition politique. Disqualifié et sans appartenance, il ne revendiqua pas le privilège de pouvoir d'autant mieux retrouver la parole universelle de la transcendance séminale en s'épurant par une quête contemplative de toutes ses déterminations historiques. Il ne s'agit plus pour ce conseiller d'un nouveau type, de « mourir » pour se réformer et accéder au point de vue divin de la Providence grâce à la prière, la méditation, la réflexion ou le recours aux normes de la tradition pourvoyeuse du meilleur, mais bien au contraire de multiplier les points de vue. Seule la Bibliothèque permet d'être à la fois et successivement vieux et étranger, jeune et moine, chevalier et artisan, populaire et noble et d'ainsi pénétrer toutes les conditions sans être dominé par aucune et s'adapter, ce faisant, aux visions indigènes plurielles que provoquent les circonstances et milieux et que requièrent les conjectures variées de l'occasion. Seul le travail bibliothécaire permet de voir autrement avec les yeux d'autrui, de prendre distance avec ses propres aveuglements, de se mettre à toutes les places sans appartenir à aucune : pénétrer toutes les existences sans restituer une essence ou une nature préconstituées et porteuses d'une universalité transcendante. La capacité de conseiller échappe à la matrice néo-platonicienne de l'ascèse épurative qu'une bonne nature ou un bon héritage atteste et autorise conditionnellement à restituer l'idée séminale d'une démiurgie divine au prix d'un long parcours spirituel.

2Mais ainsi coupé des modèles néo-bibliques des fins divines, cet homme de rien ou de si peu, directement au service de l'État souverain, hantera la figure noire du conseiller dont la mythologie se forme au moment de la constitution de l'État moderne. Au criminel pervers s'ajoute le sombre usurpateur, l'odieux corrompu au sang vil qui manipule la décision tyrannique d'un souverain arbitraire, délié des lois fondamentales de la nature, insultant le mystère impénétrable du décret divin. Inventeur de ce « monstre » politique, il ne peut que bénéficier de ses faveurs et servir ses seuls intérêts au détriment de l'unité du corps politique dont Dieu organise la nature harmonique. Ignorant cet ordre préconstitué, il ne peut que le violer et attenter à la seule décision divine qui le constitue. Avec ce portrait nauséeux de l'ignoble commence ou plutôt se renouvelle la description du conseiller tyrannique qui infecte l'action politique et interdit au philosophe de s'y compromettre : elle le condamne à répéter sans cesse les objections d'une universalité transcendante, que la philosophie en possède le privilège révélé ou reconquis, ou qu'elle en déplore nostalgiquement la perte.

  • 2 Père Aguado in Politica espanola, p. 23, cité par Maravall, La philosophie politique espagnole dans (...)
  • 3 Lopez Madera in Excelencias de la Monarquia y Reino de Espana, Madrid, 1625, cité par Maravall, op. (...)

3Le philosophe-conseiller à la Naudé cumule la noirceur des fourberies, les calculs serpentins de l'intérêt, les manipulations d'une connaissance immanente des nécessités utiles au seul État souverain, lieu exclusif d'une universalité que l'on décrétera frelatée et mystifiante. Le roué libertin, l'esprit fort, l'athée mécréant à quoi sera assimilé ce conseiller, flatte la démesure d'un souverain qui décide sans se référer à l'ordre des fins qu'il doit vouloir réaliser pour le Bien commun selon les lois de justice qu'inscrit dans la nature, la finalité divine du meilleur : « Dieu maintient l'ordre parce qu'il place chacun à l'endroit qu'il mérite et une monarchie se maintiendra avec éclat si elle observe ce principe. L'ordre consiste dans l'inégalité, et la paix que recherche le gouvernement politique est une tranquillité née de l'ordre, car, si les choses ne sont pas mises à leur place, surgiront l'inquiétude et la violence, ce qui n'avance à rien »2. Or cet ordre naturel donne aux meilleurs, la fonction de conseil : « il faut être sot pour croire que la meilleure chose qu'ont les rois, c'est de n'être assujetti à rien ; c'est au contraire la plus dangereuse car ils doivent être soumis aux lois, aux lois écrites non dans les livres mais dans le cœur, qui les reçoit de la raison, car en somme, la règle générale est que toute créature naît assujettie d'elle-même aux plus sublimes puissances et l'inférieur est lié par la loi supérieure qui est pour les rois, celle de Dieu et le conseil de la raison et du droit naturel »3.

  • 4 Juan de Santa Maria, op. cit., in Maravall, op. cit., p. 226.

4En flattant la capacité régalienne de décider sans recourir au conseil des grands institué par Dieu, le conseiller d'État ne cherche plus à respecter l'ordre normatif de la nature et à contrôler le Prince pour lui rappeler l'ordre immémorial de l'idéal créateur. Il exacerbe son droit absolu de commandement. Seulement dirigé par son bon plaisir, il peut se dispenser des lois ordinaires en se donnant soi-même, comme un Dieu extraordinaire, au-dessus des lois, hors la loi. Il ne peut que briser les traditions, blesser les coutumes, renverser les supériorités établies, falsifier les dons de Dieu comme les données de la nature. Sous l'activisme industrieux d'un savoir qui cherche à exalter les plaisirs de l'abondance artificielle et consommatoire, ce conseil sans Consul ni Concile détruit l'ordre établi de Dieu qui lie l'exercice rationnel du pouvoir à l'écoute des conseillers naturels que sont les grands, car c'est bien là le problème clef qui habite dès l'origine la réflexion politique : « il n'est rien de plus préjudiciable aux Rois et aux royaumes et rien ne contribue davantage à les détruire que de changer et de dénaturer les Conseils, car dans la monarchie le pouvoir absolu est lié au Conseil et aux lois »4.

Contre l’homme-Bibliothèque, le conseil de l'homme-Providence

  • 5 André Stegmann, L'héroïsme cornélien, genèse et signification, Paris, Armand Colin, 1968, tome II, (...)
  • 6 P. 403, cité par André Stegmann, op. cit., p. 189.
  • 7 Cité par Étienne Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, Armand Co (...)
  • 8 De la certitude des connaissances humaines, p. 221, cité par Thuau, op.cit, p. 272.
  • 9 Ibid., p. 296.

5Innombrables seront alors les condamnations de ce conseiller d'État qui rompt les us et coutumes du conseil. Contre un Roi sans foi ni loi, qui n'écoute plus les remontrances de ses peuples exprimées par ses « États », et encore moins respecte les recommandations de ses pairs qui l'ont originellement désigné sinon élu, un leitmotiv d'aversion sera l'arme de combat. Insoumis aux autorités fondatrices d'un « Sénat » notabiliaire où la vieillesse du sang s'allie à la magistrature sereine du juge, le Prince tyrannique s'adresse à des conseillers auliques qui excipent de leur seule connaissance pour le conseiller. Les absolutistes qui entourèrent Richelieu se défendront d'une telle accusation que Corneille bientôt orchestrera5 ; ils laisseront ainsi le sinistre Naudé à sa provocation. Ainsi Philippe de Béthune, dans son Conseiller d'État (1632) recommandera de ne pas « faire traiter les affaires […] par des gens de basse et vile condition : la bassesse des ministres avilit les affaires »6. Silhon lui-même, dans son Ministre d'État écrit en 1631 à la gloire du Cardinal, ne manque pas de condamner les désobéissances politiques du peuple bas : « le peuple est naturellement contraire à ceux qui gouvernent et injuste envers ses supérieurs. Il s'en prend toujours à eux des maux qui lui arrivent et leur impute la peine de ses folies et les effets de son malheur […]. Il blâme en eux les vertus qui ne sont pas de son usage ou qui sont au-dessus de son sens : et la magnificence lui est odieuse, à cause qu'il ne la peut exercer, et la Prudence politique lui est suspecte d'autant qu'il ne la peut comprendre »7. La légitimité de l'absolutisme cardinaliste tient à sa capacité d'incarner providentiellement la cause éloignée de l'ordre qu'est la loi divine. Il ne peut donc que condamner le machiavélisme qui « renverse l'ordre des choses et en ruine la contexture »8. Sa condamnation de la Saint-Barthélemy à la différence du cynique Naudé en prend d'autant plus de relief9.

  • 10 Jean de Silhon, Le Ministre d'Estat avec le véritable usage de la politique moderne, 1631, Advertis (...)
  • 11 Ibid., Advertissement.

6Toute l'entreprise du panégyriste jésuite (comme de la politique de propagande du Cardinal) sera de réinscrire la politique du Cardinal dans la légitimité providentialiste du conseil. Ainsi sera-t-elle soustraite au procès de machiavélisme qui tend à la criminaliser. Aussi trouvons-nous, orchestrés dans son œuvre, tous les thèmes théologiques et politiques du conseil pour les récupérer contre les dévots de la ligue catholique. Hors d'une Église conservée « sans flétrissure et sans tache », point de salut pour « nous conduire à nostre fin surnaturelle » et « opérer chrétiennement »10. D'autre part, le choix du Bien et du Mal demeure du ressort du libre arbitre humain qui peut certes errer sans être irrémédiablement corrompu. « Pour ce qui regarde chaque membre de la sainte Hiérarchie qui, elle seule, contient les moyens qui nous gouvernent et conserve inviolables la substance et le nombre des sacrements et la pureté de la doctrine évangélique, Dieu les a laissez tous en la main de leur conseil pour croire ou vivre comme il leur plaira […]. il ne leur impose point de nécessité mais il leur laisse la puissance de leur volonté, c'est-à-dire la puissance de suivre le bien ou de l'abandonner, de faire le mal ou de s'en abstenir »11. Le choix de l'action bonne pour accomplir le Souverain Bien des finalités divines n'est point commandé par les seules déterminations immanentes de l'utilité ni soumis aux hasards de la fortune.

  • 12 Ibid., pp. 1-2.

7« Dans le cours des affaires, il n'y a que les desseins qui soient au pouvoir de l'homme et il y a quelque puissance au-dessus de luy qui dispose des événements et qui estant infiniment sage ne fait rien à l'aventure […]. Le hasard est un ouvrage de nostre esprit et non pas un des principes du gouvernement du monde. Hors de nous tout est conduit avec justice et lumière et cette déesse sans yeux qu'on appelle « fortune » est un fantosme que la philosophie n'a point adoré et que la religion a aboly en desfaisant l'idolâtrie »12.

  • 13 Formule de Richelieu in Testament politique, Paris, Laffont, 1947, p. 289.
  • 14 Jean de Silhon, op. cit., p. 7, p. 116.

8Mais le souverain en charge de l'ordre politique et social n'a pas pour autant un rapport direct de grâce infuse avec les desseins de la Providence, s'il est bien en effet le lieutenant divin, s'il tient la place de Dieu et demeure sa « vivante image ». Il demeure humain et est, ce disant, livré à l'incertitude des connaissances humaines. Ses « perfections ont des bornes » et il ne peut immédiatement et par son seul vouloir assumer « le ministère des causes secondes »13, qu'est sa charge sacrée. Plus que sa modestie ou son humilité, sa fonction sommitale requiert d'être conseillé pour échapper à la solitude de la décision et aux limites de la finitude14. Ne pas rechercher conseil serait désobéir à l'ordre même du créateur, céder à l'impiété orgueilleuse ou trahir les recommandations mêmes de l’Écriture, et de la tradition. Mais quel conseil et comment le choisir ?

  • 15 Ibid., p. 26, p. 34.
  • 16 Ibid., p. 29.
  • 17 Ibid., p. 8.
  • 18 Ibid., p. 37.
  • 19 Ibid., p. 38.
  • 20 On peut mesurer « ironiquement » ce « désintéressement » en lisant l'ouvrage de Joseph Bergin, Card (...)

9Dilemme central, nous le savons qui, pour Silhon, implique tout d'abord de récuser les insuffisances de « la Raison d'État par les livres » qui suscitent des « ministres, des passions plutôt corrupteurs que conseilleurs »15. Suffit-il de s'en tenir « à la loi de nature et aux conseils évangéliques de la Religion ?»16 Certes « celui qui commande doit être inférieur à celuy qui obéit », mais pour faire face à la charge suprême « Dieu choisit quelqu'un pour réparer les désordres du monde ou pour le bien de quelque estat particulier […], un des grands moiens est de luy susciter des hommes rares à qui il fasse part, de ses soins et qui l'aident à porter la pesanteur des affaires »17. Dieu protecteur de la France lui fait bénéficier de l'onction du ciel en lui donnant la « Grâce spéciale » d'une incarnation providentielle, en suscitant des « hommes si généreux et si sages qui forment le conseil » de son Prince et « particulièrement celui qui en est son chef et la première intelligence, Monsieur le Cardinal »18. Sa condition ecclésiale lui permet d'échapper aux limites immanentes du conseil : « sa condition l'exempte de ces fortes impressions que sont le sang et la nature […], ni appétit de richesses » mais « une profusion de vertus » qui lui permet « de se mettre au hasard de devenir pauvre pour le service de son maître »19. Surtout, et par delà ce désintéressement20, son statut ecclésiastique lui permet, tel le Christ assumant les péchés du monde, de prendre sur lui les fautes nécessaires à la survie de la communauté politique. Il accepte de se reconnaître « dépendant de quelque puissance supérieure qui luy fera plaisir d'abandonner sa prudence, qui le contraindra d'agir contre ses propres maximes, qui le mènera où il ne voudrait point aller et qui luy tournera de telle sorte l'esprit qu'il ne saurait s'empescher de faire des fautes volontaires ny entrer dans le précipice qu'il verra au milieu de son chemin ».

  • 21 Jean de Silhon, ibid., p. 69 sq.
  • 22 Ibid., p. 107, p. 180.
  • 23 Ibid., p. 126 sq.
  • 24 Ibid., p. 106.
  • 25 Ibid., p. 201.
  • 26 Ibid., p. 186.
  • 27 Ibid., pp. 142-143.

10Ainsi le conseiller, bénéficiant de la grâce providentielle d'éclairer le Prince, porte le charisme tragique de la faute nécessaire : « superbes directeurs des peuples qui sont quelquefois contraints de vouloir le mal qu'ils ne voudroient s'ils estoient maistres des affaires et si l'impétuosité du destin et la violence de quelque cause plus forte qu'eux, ne les emportoit »21. Comme tout sacrifice d'un sauveur, ce martyr politique ne peut pas ne pas être blâmé, incompris, combattu parmi « la haine des grands, la morsure du peuple, la résistance qu'on luy a faite »22. Certes un tel conseiller doit être « sçavant et éclairé des lumières de la philosophie […], éloquent capable de commander comme d'exécuter »23, mais avant tout, « Dieu a suscité un homme qui a de l'esprit par-dessus l'ordinaire des hommes »24 et possède le « cinquième Tempérament divin qui est comme l'élixir des quatre autres »25. Seul un tel conseiller envoyé de Dieu peut faire face à cette « vicissitude et confusion d'accidents, ne s'égarer point, garder sa constance […] Il faut donc avouer qu'il appartient à tels sens par toutes sortes de droits de gouverner les peuples, d'être supérieur en terme et arbitre souverain du destin des hommes »26. Seul un tel conseiller peut permettre et lui seul, de réaliser la mission indivisible du lieutenant divin. Certes « il serait à désirer qu'un Prince fust luy-même tout son conseil, qu'il fut le seul directeur des affaires […] » car « l'unité est la dernière mesure de la perfection des choses et le premier de tous les Estres est plus simple que nul autre. Cet Être est Dieu mesme qui sans souffrir division de parties ny mélange de qualités est infiniment parfait au-dedans et infiniment actif au-dehors »27.

11 

  • 28 Cette théorie providentielle du conseil chez Silhon reflète fidèlement la théorie centrale du conse (...)
  • 29 Jacques-Bénigne Bossuet, Politique tirée des propres paroles de l'Écriture sainte, Genève, Droz, 19 (...)
  • 30 Cardinal Armand-Jean Du Plessis de Richelieu, Mémoires, éd. Michaud et Poujoulat, tome VII, p. 414, (...)

12Mais cette adéquation parfaite entre l'être et la fonction du Prince est atteinte justement grâce à ce conseiller unique qu'est Richelieu. De même que le Roi de Droit divin est lieutenant divin sans passer par la médiation sacrée d'une Église médiatrice, de même le conseil providentiel est l'unique dépositaire du conseil sans être l'expression d'un Conseil intermédiaire. Toute perversion de cet ordre du conseil offenserait la Providence et serait la cause d'un désordre pervers du monde jeté dans d'« horribles confusions »28. Au contraire chacun obéissant, sans contrôle ni résistance à cette voix de l'absolu qu'est le conseiller providentiel, le trône royal sera bien, comme le dira Bossuet, le Trône de Dieu29. Non seulement sera bien respecté l'ordre créateur mais surtout un tel conseil laissera bien au Prince la capacité irréductible de décider et la gloire n'en reviendra bien qu'à lui-même, sans partage. Si le cardinal est « celui dont Dieu se sert pour donner ses conseils à sa Majesté », le véritable souverain de la « politique moderne » est bien celui qui sait faire « bon usage de ce ministre d'Estat ». Un tel souverain pourra alors répondre devant sa conscience et devant Dieu de ses actions pour accomplir les plans en se conformant à l'ordre divin et il n'est pas meilleur soutien et remède que le conseil cardinalice : « le bon conseil est chose divine […], le sage conseiller est un trésor que le Prince doit chérir comme sa propre vie »30.

  • 31 Jean de Silhon in « Lettre à Philippe Cospean, évêque de Nantes », dans le Recueil de Lettres de Fa (...)

13Ligueurs bientôt frondeurs, toujours les scrupuleux objecteurs qui protestent de leur conscience31 n'en disconviendront pas, mais ils revendiqueront d'être la meilleure expression du conseil divin, la moins compromise et la plus libérée des tutelles partisanes. Dès lors la théorie providentialiste du publiciste Silhon les convaincra peu de ne pas assimiler la raison de l’État de Richelieu à la raison machiavéliste des « Italiens » diaboliques.

14Cette habile disculpation n'empêchera pas les innombrables protestations et révoltes contre ces conseillers usurpateurs et favorisés que représentent Richelieu et Mazarin. Elles relèvent, comme le dit excellemment Arlette Jouanna, d'un devoir de la noblesse par lequel cette dernière revendique son droit, substantiel et constitutif de la Monarchie, de conseiller : nobles ou notables, dévots catholiques ou protestants monarchomaques, ils fondent tous leur « malcontentement » ligueur ou frondeur sur l'affirmation d'un privilège : le droit de conseil.

Le conseil de la noblesse

  • 32 Arlette Jouanna, Le devoir de révolte, Paris, Fayard, 1989, p. 15, citant Guillaume de la Perrière (...)
  • 33 Gilles André de la Roque, in Traité de la noblesse, 1678, cité par Denis Richet in « Élites et desp (...)

15Ainsi en est-il de la noblesse. N'est-elle pas la « crème » de la nature créée : « Ceux qui ont écrit d'agriculture récitent que la plus délicate et savoureuse partie du lait est le beurre, et qu'il soit vrai, l'expérience le prouve : car qui tirera le beurre du lait, le fromage qui se fera du lait déburré ne sera guère bon : car sera trop sec, oculé et trop âcre. Par similitude les Nobles sont le beurre et la crème du lait de la République, et qui les ôterait d'icelle, elle demeurerait (comme le mauvais fromage) sèche, mal savoureuse pour sa rusticité, et aride par faute de civilité, laquelle se nourrit entre les nobles. C'est donc à bon droit que nous disons […] que toute République doit être décorée par Noblesse »32. Pourquoi cette sécrétion d'une qualité naturelle sinon pour incarner à chaque fois, la loi qui commande son émergence et exprimer continuement la féconde, perpétuable grandeur concentrée en son sang, sa lignée immémorialement reconnue et inscrite dans les semences. Elles contiennent « je ne sçay quelle force, je ne sçay quel principe qui transmet et continue les inclinations des Pères à leurs descendants »33. Comment n'interviendrait-elle pas, pour rappeler, sauvegarder, réactiver la loi naturelle qui la génère pour maintenir et poursuivre cet ordre intangible du meilleur, dont l'existence même de la noblesse atteste ?

  • 34 Harangue pour la noblese faite par le sieur de Rochefort aux États d'Orléans, le 1er janvier 1561, (...)
  • 35 David Rivault de Flurance, Les Estats, desquels il est discouru du Prince, du noble et du tiers-est (...)

16Libérée des tutelles asservissantes du travail, la finalité de son « loisir » est de prouver son élection en sans cesse l'éprouvant ; mais plus encore sa « générosité » naturelle témoigne que son « être » est l'effet normatif d'une loi ordonnatrice régulatrice. Mettre au service de l'ordre politique les effets ontologiques de cette loi normative, telle est sa fonction de « conseil » : « pareillement au ciel le soleil et la lune nous représentent le roi et la noblesse, tellement que quand advient l'éclipse entre eux, toute la terre demeure obscure. Si le roi ne s'accorde avec ses nobles, ce ne sont que troubles et séditions, et quand il les maintient, ils le défendent, conservent et sont toujours les premiers à son service »34. Comment mieux assurer cette vocation conservatrice et salvatrice face aux épreuves du temps, aux désordres de l'envie jalouse et aux faillites de la dérogeance qu'en s'adressant à cette « crème du lait » ? Où mieux trouver les ressources de ce combat perpétuel contre l'anti-nature, cette guerre de la loi fondamentale de l'univers hiérarchisé contre les lois particulières de l'intérêt et les innovations impures de la désobéissance ? La « première gloire humaine » est de savoir s'enraciner, se ressourcer dans « la valeur d'un courage parfaitement magnanime » et faire appel (et délibérer) à cette sagesse qui définit la noblesse sur le modèle du parfait guerrier soumis aux aléas de l'épreuve et aux réquisitions absolues du sacrifice, « le sage est savant au conseil, sobre en nécessité, patient en disette, juste parmi la force, prompt, caut [prudent] et hardi en l'exécution, diligent à poursuivre sa pointe ou la fortune qui se présente : bref le mépriseur de son aise et de sa vie quand il y va de l'honneur […], qui ne peut être tel sans avoir en soi toutes vertus accomplies »35.

  • 36 Phénoménologie de l'esprit, tome II, Paris, Aubier, 1941, p. 66.
  • 37 Ibid., p. 67.
  • 38 Claude de Seyssel, in La grand' Monarchie de France (1519) cité in André Burguière et Jacques Revel (...)

17Lumineusement, Hegel en définira l'ambition ontologique et politique : « la conscience noble est l'héroïsme du service, la vertu qui sacrifie l'être singulier à l'universel, et ainsi faisant porte l'universel à l'être-là »36. On comprend que la reconnaissance de cet universel incarné dans sa nature s'érige en vertu de conseil capable de donner au gouvernement royal, les ressources délibératives d'une prudence. Elle seule peut inscrire chaque acte décisoire dans la loi d'une normativité qui sut toujours faire prévaloir dans la guerre et face à la mort, la puissance ontologique de sa valeur ordonnatrice et par là même maintenir, vitaliser l'organicité d'une « ordinatio » : « son langage serait le conseil communiqué pour le bien universel »37. Pour que la puissance souveraine soit bien de justice et de raison, « l'esprit de conseil » se dépose dans la noblesse, incarnat ordalique de la « loi fondamentale » : « une chose principale […] est plus requise que nulle autre en tout régime monarchique c'est que le monarque ne fasse aucune chose par volonté désordonnée ni soudaine, ainsi use en toutes ses actions mesmement concernant, l'État de bon conseil »38. Le privilège de leur qualité est de servir le maintien et l'augmentation de la hiérarchie providentielle qui, bienheureusement, ordonne le monde en donnant à chacun sa place, ses valeurs, ses cadres qui permettent à chaque individu d'un genre de faire face à ce qui survient. Leur loi privée a (et est) le privilège d'exprimer la loi publique d'un équilibre permanent. Le noble est celui par qui Dieu agit. Il est désigné par son sang comme délégué du Tout Puissant pour pouvoir et pourvoir, provisionner l'harmonie paisible de la hiérarchie naturelle et divine. Sa libéralité, sa générosité, sa loyale confiance et son sens du sacrifice en témoignent.

  • 39 Claude de Seyssel, in Problème en la translation de l'Histoire d'Appien (1510), publié par Jacques (...)

18Comment mieux parvenir à cette monarchie éclairée, tempérée, ordonnée qu'en recueillant des biens nés, l'avis de leur immémoriale prudence : « premierement il y a Roi ; [...] lequel, jaçoit qu'il ait toute puissance et autorité de faire ce qu'il veut, toutefois cette grande et souveraine liberté est si bien réglée et limitée par bonnes lois et ordonnances et par la multitude et autorité grande des officiers qui sont tant emprès sa personne qu'en divers lieux de son Royaume, qu'à peine pourrait un Roi faire chose qui fût trop violente ni à trop grand préjudice de ses sujets : pourtant qu'iceux Rois ont toujours eu, autour de leur personne, plusieurs princes ou autres illustres ou notables personnages, prélats et séculiers, par le conseil desquels ils ont conduit les matières de la paix et de la guerre concernant l'État »39.

  • 40 Achille de Harlay à Henri III en 1586, cité in Histoire de la France, op. cit., p. 224.
  • 41 Le soldat françois en cholère. Adressé aux fidèles françois, s.l., 1615 cité par Hélène Duccini, «  (...)
  • 42 L'union des Princes, s.l., 1617, cité par Hélène Duccini, op. cit., p. 404.

19Coupée de ce conseil, la monarchie ne peut que sombrer dans la tyrannie. À la défaveur divine qui l'accablera des malheurs, elle ajoutera la dégénérescence de ses soutiens aristocratiques. Elle entre alors dans le processus de sa propre négation : « nous avons sire deux sortes de lois, les unes sont les lois et ordonnances des rois, les autres sont les ordonnances du royaume qui sont immuables et inviolables, par lesquelles vous êtes monté au trône royal. Si devez-vous observer les lois de l'État du royaume qui ne peuvent être violées sans révoquer en doute votre propre puissance »40. En ce cas, le conseil du Prince n'est plus seulement de rappeler les fondements mais de les restaurer pour sauver le Prince de sa propre malédiction et d'utiliser la normativité fondatrice non plus seulement pour encadrer ou limiter le pouvoir de décision et d'innovation de la souveraineté mais bien pour contrôler et reprendre à son compte la réquisition légitime de la fondation inaugurale. Sous la dénonciation des conseillers usurpateurs de la sanior pars qui soumettent le Prince à ses propres caprices et livrent les décisions de sa volonté aux fluctuations passionnelles du « peuple », l'objectif est de restaurer l'ordre « naturel » du conseil que représente le droit privilégié de la noblesse : « les Princes du sang, qui sont enfans de la maison, héritiers présomptifs de la Couronne, les principaux domestiques de Sa Majesté, les fidèles dépositaires de ses secrets, les plus nécessaires ministres, les plus prudens œconomes de son Estat, ses premiers Pairs qui doivent avoir plus d'entrée, de voix, de liberté, d'audience et de créance au privé, au secret, au plus nécessaire et plus important conseil de sa Majesté, puisqu'ils y ont vocation naturelle et nécessaire, que leur fidélité ne peut estre suspecte, ouy, les Princes du sang, les fideles Conseillers de nostre Roy, ses premiers et plus notables officiers ses plus prompts, plus vigilants et habiles sujets et serviteurs »41. « Face aux “hommes nouveaux” d'une noblesse douteuse, récente et créée par le roi lui-même qui bientôt dépend de leurs finances pour satisfaire ses “bons plaisirs”, comment ne pas rétablir “le gardien du Royaume”, la “prééminence” du Conseil pour la commune direction et administration du royaume sans souffrir qu'autre soit admis […] au préjudice des lois de l’État »42 ?

  • 43 Ibid.

20Lui seul, ainsi épuré et restauré, peut redonner à l'ordre politique la naturalité providentielle de ses lois : « pour remettre l'Estat en sa premiere forme, establir soubs l'authorité souveraine du Roy le conseil légitime des Princes du sang, des autres Princes et officiers de la Couronne et des anciens Conseillers d'Estat, qui ont passez par les grandes charges, et ceux qui sont extraicts de grandes maisons et familles anciennes, qui, par affection naturelle et interest particulier, sont portez à la conservation de l'Estat, a qui de droict [revient] l'administration, Gouvernement et direction des affaires publicques, est différé par les loix anciennes et fondamentales… »43.

  • 44 Cité in Histoire de la France, op. cit., p. 257.

21On sait combien le contenu de ces « lois fondamentales » fut l'objet de conflits. De même et en conséquence de l'équivocité de cette « loi » et de l'extension de son rôle potentiel, la composition de cette noblesse porteuse de la hiérarchie naturelle fut l'enjeu stratégique de la monarchie. Le mode de perception comme de transmission de ce droit naturel de la noblesse qui, par son conseil, porte l'être normatif de l'ordre et assure sa finalité féconde, furent des problèmes clefs dans la philosophie politique de la Monarchie. Ils atteignent la structure et la signification de la société des « États » et du pouvoir contrôlé ou limité, du Pouvoir. Peut-il commander sans restriction tel un Dieu souverainement libre de ses propres lois, en communication directe avec la « Grâce » de Dieu, ou doit-il non seulement recueillir des avis consultatifs mais écouter les conseils impérieux de la tradition inaugurale et recommencer sans cesse son propre commencement ? Cet ordre ne peut qu'en « remontrer » pour rectifier le pouvoir de commander par le devoir de recommencer l'origine. Dans ses Fragments sur l'origine et l'usage des remontrances, le chancelier Henri d'Aguesseau ne manquera pas de le rappeler : « si le gouvernement de la France est en même temps le plus absolu et le plus raisonnable qui fût jamais […] si [les lois] sont le seul fruit de la puissance d'un Prince qui fait gloire de commander à tous et de n'obéir qu'à la raison, c'est une suite nécessaire de ces principes qu'il y ait dans le royaume, une voix qui puisse toujours se faire entendre en faveur des lois, représenter le préjudice qu'elles souffrent ou parler au Prince le langage de cette raison et de cette justice dont il reconnaît sans peine qu'il doit toujours suivre les conseils dans l'administration de son royaume »44.

Le conseil du notable

  • 45 Blandine Barret-Kriegel, in Défaite de l'érudition, Paris, PUF, 1988, p. 75.

22Cette remontrance qui sent le rappel à l'ordre est-elle seulement recommandation que le Prince peut ne pas suivre ou n'est-elle pas subreptice commandement d'un « office public » du roi, qui s'y doit conformer et bientôt soumettre, sous peine de révolte, destitution, en tout cas transplantation de la souveraineté résidant non plus dans le Prince seul mais dans ce qui en est la source : la raison universelle des lois ? Le conseil cesse d'être un « vain fantôme », une « fiction formelle » que le roi affecte de consulter, mais un instrument de légitimation qui impose le respect des fondements. Mais cette tradition qui atteste d'une « raisonnabilité » universelle des lois, de quoi est-elle faite ? De quel ordre est-elle le reflet et qui peut la dire et en porter l'intarissable fécondité ? Plus que le sang héréditaire d'une hiérarchie de la grandeur, le droit coutumier et ceux qui l'enregistrent, le recueillent, l'utilisent, ne sont-ils pas les meilleurs porteurs de cet ordre universel ? « Longtemps le droit, cette splendide élaboration de la Rome antique, fut une pratique des relations, la forme sociale d'un arbitrage et de décisions que l'on estimait conformes à la loi naturelle, équivalentes à la justice, l'essai pour reproduire dans l'ordre de la cité, la nécessaire et bonne découpe de l'ordre des choses »45.

  • 46 Ibid., p. 76 sq., p. 87 sq. ; cf. aussi du même auteur, Les chemins de l'État, Paris, Calmann-Lévy, (...)
  • 47 Ibid., Les chemins de l'État, op. cit., p. 49 sq.
  • 48 Ibid., Défaite de l'érudition, op. cit., p. 102.

23Les « connaisseurs » de ce droit ne pouvaient pas ne pas revendiquer à leur tour de constituer, grâce à leur maîtrise éminente des lois, une « noblesse », nécessaire à la perpétuité, à l'équilibre et à l'accroissement de l'ordre sociopolitique. Le droit de son conseil s'affirmera bientôt conseil du droit. Sans doute, contre le droit romain des cités, des coutumes, des familles qu'une aristocratie aussi paternaliste que patriote inscrit dans l'hérédité biologique de son sang, assimilée à l'ancestralité continue et féconde de son sang politique46, le magistrat peut bien revendiquer avec l’École de Bourges du Mos Gallicum d'avoir fait émerger le droit constitutif de l'autorité monarchique... Contre les factions et les privilèges, elle confère à l’État royal, la capacité exclusive de légiférer et transforme « l'initiative de la loi en pouvoir constitutif de commander qui définit la décision suprême de l’État »47. Articulant une triple conception de l’État sur l'indépendance extérieure, la cohérence intérieure et la transcendance de la loi, la doctrine de la souveraineté fonde l'idée d'une unité et d'une centralisation du politique qui traduit et dépasse ses formulations plus anciennes, summa potestas, suprema potestas, summum imperium... En « élaborant l'idée d'un pouvoir séparé de la société et en imaginant une organisation juridique autonome [elle] a servi à édifier la théorie moderne de la puissance publique… »48. Mais une telle contribution ne peut qu'alimenter une soif de reconnaissance. Elle armera le combat pour une primauté : le droit de la souveraineté se revendiquera souveraineté du droit. Le conseil juridique du magistrat est porteur d'une dialectique d'expansion. De ressources pour armer la suprématie décisive de l'État, il dépasse ces limites pour vouloir devenir et se transformer en source centrale, voire unique, de l'augmentation positive de l'État. Il ne se contente plus d'autoriser légalement en publiant et en enregistrant les lois de la souveraineté, il s'affirme comme détenteur du principe de l'autorité et, partant, se revendique comme autorité du principe.

  • 49 Guy Coquille, Institution au droit des françois,1607, cité in Histoire de la France, op. cit., p. 2 (...)
  • 50 Ibid., p. 232.

24Comment mieux illustrer cette dialectique interne du conseil qui conquiert l'autorité fondatrice qu'en rappelant les combats des Parlements ? Ainsi Guy Coquille vantait « l'ancien établissement... des conseillers, les uns nés, les autres faits sans l'assistance desquels [le monarque] ne doit rien faire puisqu'en sa personne il reconnaît toutes les infirmités des autres hommes »49. Ainsi le monarque, être humain fini, déterminé par sa nature passionnelle, livré aux impératifs de ses désirs et soumis lui aussi aux incertitudes de la mort, n'accède à l'universalité fonctionnelle de son office, que par le conseil d'un aréopage éminent. Celui-ci n'est déjà plus constitué de la seule noblesse du sang ou d'église mais s'ouvre et compose avec une noblesse dont la compétence acquise mérite reconnaissance et attribution de pouvoir. Le roi, qui conserve bien l'absolu pouvoir de lier, n'est point pourtant tout à fait délié car « il ordonne lois qui sont dites lois faites par le Roi tenant ses États, qui sont lois stables et permanentes et qui, par raison, sont irrévocables, sinon qu'elles soient changées en pareille cérémonie de convocation d'États »50.

  • 51 Cf. Pierre Goubert, Mazarin, Fayard, 1990, pp. 124 sq.
  • 52 Sur le rôle du « Fisc » dans la constitution d'une couronne éternelle, cf. Ernst Kantorowicz, Les d (...)
  • 53 Le financier à Messieurs des Estats, s.l., 1615, p. 9, p. 20, cité par Hélène Duccini, op. cit., p. (...)

25Avec l'introduction de ces « compétents » légistes, le nobiliaire de la naissance devient roture notabiliaire : leur savoir « des marques et désignations » qu'ils enregistrent et recueillent, leur confère une fonction décisive et leur permet d'acquérir un « rang considérable » : ne sont-ils pas à leur tour la mémoire d'une permanence, et leur rappel d'une continuité légale transforme leur fonction conservatrice d'autorisation en vertu politique d'une éternisation dynamique des acquis. Ces officiers de justice et de finance, anoblis par charge et bientôt héréditaires par la « paulette »51 se donneront comme les représentants titrés et attitrés, de la continuité de la couronne, leur administration judiciaire ou fiscale en atteste52. Certes ils subiront dénonciation pour abaisser leur prétention et critiquer l'impureté qu'ils introduisent autant que l'avilissement de leur pratique : comment ces « sangsues et parasites » qui « bravent l'ancienne noblesse de manière que la science de bien desrober est unique chemin de s'ennoblir aujourd'huy en France », pourraient-ils revendiquer d'être le fondement de l'ordre : « ce corps est le plus inutile et plus pesant fardeau de l'Estat. Sera-t-il de justice que cest ordre, sans dire de quoy ils sont utiles, soit l'esponge insatiable des fortunes de tous les autres ordres du Royaume ? »53. Mais plus encore à ce pouvoir usurpé sur les fortunes, ils veulent ajouter l'autorité sur la « fortune » : la légitimité de leur conseil ne tient-elle pas à leur capacité de faire durer la couronne en opposant les lois et le fisc aux incertitudes du changement et aux variétés contingentes des conjonctures ?

  • 54 De l'autorité royale, s.l., 1615, p. 16, cité par Hélène Duccini, op. cit., p. 412.
  • 55 Discours de ce qui s'est passé en la présentation des remonstrances par escrit que le Parlement all (...)

26Ce sens de l'adaptation pour demeurer dans l'histoire ne leur vaut-il pas présence dans le Conseil contre une noblesse dispendieuse, ignorante et aventureuse qui fronde et menace l'ordre qu'elle prétend défendre par l'honneur de ses armes ? En tout cas, par delà ces conflits et ces alliances, les officiers du Parlement ne peuvent se satisfaire d'une conception restrictive du Parlement : « L'institution primitive du Parlement n'a esté que pour administrer la justice aux subjects du Roy et non pour se mesler de l'Estat, dont la science est si difficile […]. Il n'est pas permis à ces Messieurs d'estre arbitres de la paix et de la guerre, ny de cognoistre aucunement de l'Estat que par communication et autant qu'il plaist au Roy de les admettre en ses conseils […]. Le champ qu'ils ont à cultiver est assez grand pour s'y employer le reste de leurs jours »54. Le souverain lui-même ne pouvait que rappeler les limites de ce « conseil » : « il n'appartient au Parlement de contrôler son gouvernement, que le Parlement ne jugeoit de la ligne de Compte ni des aydes : à plus forte raison ne pouvoit se mesler de la conduite et direction de l'Estat, que le Roy distribuoit sa Puissance comme il luy plaisoit, que le Parlement ne pouvoit entreprendre plus que le Roy lui permettoit »55. En fait « nos seigneurs du Parlement » ne pouvaient se contenter d'inscrire sur « un registre », les décisions royales et d'ainsi les publier pour les rendre applicables et les faire exécuter. Leurs observations sur la conformité des dites décisions de l'autorité souveraine par rapport à une législation antérieure qu'ils avaient recueillie, collationnée et dont ils se donnaient comme les dépositaires d'un quasi-sacré, ne pouvaient se perdre dans les sables des « humbles remonstrances » qu'un roi distant voire inattentif et méprisant prenait tout juste la peine de recevoir, à peine d'écouter, jamais de suivre. Elles se devaient transformer en recommandations parfois aigres pour ne pas dire en ordonnances péremptoires à quoi seules les « Lettres de Scission » d'un ordre plus péremptoire encore mettraient fin. Le « refus d'enregistrer » les décisions contraignait le roi à découvrir l'impérieuse nécessité d'être obéi sans obéir à quiconque. Ainsi faisait-il preuve de son exclusive souveraineté : le « Lit de Justice » y pourvoyait et faisait temporairement cesser cette inversion des rôles que contenait la revendication parlementaire.

27La décision solitaire d'un être fini n'acquiert de valeur commune et universelle que légitimée par son inscription dans le registre éternellement conservé et mis à jour des lois fondamentales : elles sont fondamentales non en ce que fondatrices, – il suffirait de les repérer et d'y revenir sans cesse pour conserver leur universalité éternelle et leur invariance quasi divine – mais en ce qu'elles recèlent en elles-mêmes, la capacité féconde de s'adapter aux innovations des temps sans se dénaturer. Elles font la preuve et l'épreuve, à travers la multiplicité des décisions de droit, de leur pourvoyeuse générativité. Or, la connaissance de ces jugements précédents ne vaut-elle pas formation pédagogique à l'équité d'une loi qui, après délibérés collectifs des doctes, sait « animer » la justice positive en l'intégrant à la vitalité d'une justice naturelle qui porte à l'être, et mieux encore d'être conservée, entretenue, augmentée. Par la médiation d'une telle sagesse, l'équité d'une décision ne peut revenir à l'exclusive initiative d'une souveraineté décidant par la volonté solitaire d'un législateur, mais relève du « bon conseil » des juges, dont la fonction ancestralement témoignée, est d'accommoder la loi de nature à la positivité promue à l'existence, d'adapter au particulier contingent, une justice normative.

  • 56 Cf. Ernst Kantorowicz, op. cit., p. 111 sq. et Blandine Barret-Kriegel, op. cit., p. 122 sq.
  • 57 L'authorité royale en son degré, s.l.n.d., p. 31 cité par Duccini, op. cit., p. 412.
  • 58 Harangue au Roy faicte par Messieurs de la court de Parlement… 1616 cité par Hélène Duccini, op. ci (...)
  • 59 Cité in Histoire de la France, op. cit., p. 262.
  • 60 Ibid., p. 256.

28Face à l'autorité législative de la décision, s'affirme l'autorité d'une justice prudente, d'une jurisprudence56. Inscrite dans ce cadre référentiel qui constitue la validité d'une décision, celle-ci peut à bon droit être appliquée : à charge au souverain de la rendre exécutoire. Étonnant renversement qui fait du conseil parlementaire, le conseil législateur d'une autorité exécutive. Certes, il commencera modestement et non sans compromission et multiples alliances : « c'est en ce parlement, que pleinement réside l'authorité des Roys. C'est luy qui est le vray dépositaire de leur justice souveraine dont Dieu les a chargez. C'est celuy qui préserve leur majestez sacrées des plus rudes attaintes »57. Certes, il se méfia de ses propres égarements et prudemment se rappela à la mesure mais sans renier ses privilèges sinon ses prérogatives : « les souverains sont à la vérité au-dessus des loix mais ils ne doivent pas estres contre elles [...] ce n'est pas notre dessein, Sire, de marquer des bornes à votre puissance et de vouloir venir à conte de vos actions avecque vous, au contraire, ce que nous faisons n'est que pour rendre à votre Majesté conte des nostres en l'exercice de nos charges, ausquelles la meilleure et la plus necessaire partie de nostre très humble service gist particulièrement en la liberté de nos remonstrances »58. Le conseil contenu dans l'équité normative d'une « délibération » collective qui rassemble le legs du passé et recueille les avis des compétents, se promeut lui-même en Conseil législateur et bascule dans la prééminence souveraine d'une Autorité. On sait jusqu'où ira cette « liberté » d'un conseil expansif, convertissant les limites qu'on impose à son exercice nécessaire, en instruments positifs de dépassement. Il investira la souveraineté qu'il a constituée et s'instituera bientôt en son lieu et place : « par la constitution fondamentale de la monarchie, votre parlement est le conseil nécessaire où la loi se vérifie », remontrait le Parlement de Rennes en 175759 et plus tard Malesherbes invitera Louis XVI à se sauver en accomplissant pleinement l'idéal du conseil notabiliaire en régnant « à la tête d'une nation qui serait tout entière votre Conseil »60.

  • 61 Cité par Kantorowicz, op. cit., p. 33.
  • 62 Ibid., pp. 165-166, cf. aussi p. 259.
  • 63 Ibid., p. 99.
  • 64 Cité par Kantorowicz, ibid., p. 117.

29Une telle apothéose inscrite dans le droit de conseil s'inspirera de nombreux précédents pour reconstituer cette curia regis des temps capétiens, le « règne plein » d'un souverain élu par ses pairs et contrôlé désormais par ses légistes magistraux. Surtout elle trouva en Angleterre une exemplaire tradition qui sut, (à quel prix ?), réussir. Rappelons simplement, en suivant Kantorowicz, l'ambition affichée de son Parlement dans la Déclaration des lords et des communes de 1642 : « la Haute Cour du Parlement est non seulement une Cour de Justice, c'est également un Conseil, qui a pour objet de préserver la Paix publique et la Sécurité du Royaume, et de faire connaître le bon plaisir du roi pour tout ce qui est nécessaire à cette protection ; et ce qu'il font pour cela porte la marque de l'Autorité Royale même si sa Majesté en Personne s'y oppose effectivement ou l'interrompt… »61. « Écouter les sages conseils des deux chambres du Parlement » n'était plus seulement une recommandation déjà désolée, exténuée de ne pas être récompensée de sa modeste sollicitude ; ce conseil était plus qu'une ordonnance de consultation qui requiert d'être suivie mais il se donnait comme un ordre conformé à la nature organique d'un corps sain où la tête commande le corps unifié du cœur et des nerfs selon la métaphore organiciste de Fortescue. Le « corps mystique » du royaume requiert que la souveraineté ne se trouve point dans la tête seulement du roi mais dans « le roi avec son conseil, en son parlement »62. De quelle grandeur majeure ces « parlementaires » peuvent-ils se parer pour revendiquer de constituer une « chevalerie doctorale » capable de maintenir la pérennité d'un ordre politique et d'assurer son expansion ? Ces nouveaux maîtres sont les « prêtres d'un sacré » nouveau pour reprendre la formule citée par Kantorowitz63 car ils font profession de « connaître ce qui est droit et juste ». Ils sont les médiateurs jurisprudentiels entre les choses divines et les choses humaines. Gardiens vigilants des acquis promus à l'ordre existentiel d'une nature, ils sont aussi les animateurs d'une justice adaptive et vivante. Eux seuls et plus que le prudent aristotélicien ou le roi. Ces juges sont l'incarnation d'une Justice « animée d'une loi vivante ». Eux seuls sont vraiment les dépositaires quasi-sacerdotaux de la loi fondamentale « qui correspond à la loi divine et qui a été approuvée par l'accord toujours renouvelé des générations ». Cette loi n'est fondamentale que « d'être dans la loi positive » ce qui demeure à travers les vicissitudes du changement positif et qui ayant été « préservé » peut bien être assimilé « à une partie de la force de la loi naturelle »64 auquel le Roi ne peut qu'être lié : comment ne recevrait-il pas les conseils impérieux de ce « sacré collège » pour y intégrer ses décisions et trouver dans ce principe onto-juridique, la source de son inspiration ?

  • 65 Cité par Kantorowicz, ibid., pp. 119-120.

30Cette loi n'est plus inscrite dans le texte de la foi, dans l'abstraction d'une idée ou la perfection d'un sang dynastique, mais dans l'ordre concret des existences promues ; elle se manifeste dans les coutumes et les habitudes d'un droit positif qui se renouvelle et innove d'être immergé dans l'éternité dynamique d'une normativité juridique. Ainsi Bracton inscrivit-il le placuit du prince non dans la Grâce d'un Dieu inspirateur mais dans le contrôle d'un conseil de la loi : « ce qui plaît au Prince est la Loi, c'est-à-dire, non pas ce qui a été présenté à la légère, mais ce qui a été justement présenté par le consilium de ses Grands, par l'autorisation du roi et après délibération et conférence à ce sujet »65.

  • 66 Ibid., p. 121.

31Mais qui sont ces Grands, qui réunis en concile, relèguent le plaisir du roi au placet de ses conseillers légitimes ? Le modèle conciliaire des évêques, supérieurs au Pape qui légifère sous leur dictée collective où se rassemble et s'exprime la parole universelle de Dieu sur l'ordre total du monde créé, demeure, mais les participants qui recueillent cette parole universelle ne sont plus les mêmes. Ils ne sont plus seulement les nobles du sang qui incarnent la hiérarchie naturelle de l'ordre providentiel. Ils sont désormais les compétents juristes de la loi, qui recueillent dans leur savoir expert, toutes les lois positives structurant la pérennité dynamique d'une nature sans cesse « animée » par l'homme, en conformité avec la norme naturelle de la création initiale. Pour inscrire ses choix dans cet ordre vivant et normatif, il ne suffit pas que le conseil parle dans la bouche du Prince mais plus radicalement, comme le dit Kantorowitz, « c'est plutôt le Prince ou roi, qui apparaissait comme la bouche du conseil qui promulguait les lois comme il lui plaisait seulement après discussion avec les grands et selon leurs avis ; c'est-à-dire que le plaisir du roi n'a valeur de loi que dans la mesure où c'est une promulgation autorisée par le roi de ce que les magnats déclarent être la coutume ancienne »66.

32L'élévation de ces « magnats » connut en France d'autres traverses mais pour réaliser une ambition comparable : transférer au conseil de la « meliors pars », la puissance d'incarner le principe vital de l'ordre juste conforme à la naturalité divine de sa création. On trouvera chez les « Monarchomaques » l'archétype de cette conversion radicale qui fait du conseil devenu Conseil institutionnalisé, le principe fondateur et référentiel d'une autorité. À son tour et non sans redoutable concurrence, il excipera d'un rapport privilégié à l'ordre universel de la divinité dont il recueille sinon le souffle ordonnateur, du moins le principe de la hiérarchie qui en résulte. Son « conseil » laisse encore à un Souverain la liberté de décider de ne pas suivre le conseil émis par l'assemblée magistrale, mais c'est pour mieux souligner le risque d'errer et de sombrer dans la faute en demeurant enfermé dans les attractions particulières de son humanité. La capacité de décider devient responsable d'une culpabilité devant Dieu car le conseil parle le langage de l'universel et s'inscrit dans les finalités transcendantes de l'équité naturelle. Le chancelier Michel de l'Hospital posera fort bien le problème en ouverture des États Généraux de 1560 : « car la plupart des rois ne voient que par les yeux d'autrui et n'oient que par les oreilles d'autrui, ne jugent que par l'arbitrage et jugement d'autrui et au lieu qu'ils devraient mener les autres se laissent mener eux-mêmes : qui est la cause que certains bons rois se défiant d'ancuns qui étaient autour d'eux se sont déguisés et mêlés entre le peuple, inconnus pour savoir et entendre ce qu'on disait d'eux non pour punir ceux qui en disaient mal mais pour soi amender et corriger ». Le projet du chancelier est fort clair : comment instituer un bon conseil qui permette à un bon roi de se libérer de ses propres finitudes et d'atteindre un point de vue supérieur afin de bien juger et de décider au mieux pour tous ?

33Une double objection devra être levée. D'une part, ce conseil n'est-il pas moyen de déposséder la souveraineté de ses attributs fastueux, d'en limiter la majesté, de le délester de sa charge symbolique de perfection et partant d'alimenter l'irrespect critique, la proximité venimeuse. L'écoute familière, une quasi égalité des avis risquent de combler la distance hiérarchique, de supprimer la différence de nature qui sépare le roi de ses sujets ? « Aucuns ont douté s'il était nécessaire, utile et profitable aux rois de tenir les États disant que le roi diminue autant sa puissance de prendre l'avis et le conseil de ses sujets n'y étant obligé ni tenu ; et aussi qu'il se rend trop familier à son peuple, ce qui engendre mépris et abaisse la dignité et majesté royale. Ces opinions me semblent avoir peu de raison. Premièrement je dis qu'il n'y a acte tant digne de roi, tant propre à lui que tenir les États que donner audience générale à ses sujets et faire justice à chacun. Les rois ont été élus premièrement pour faire justice et est moins acte royal de faire la guerre que de faire justice […] ; c'est pourquoi la bonne femme à laquelle le roi Philippe refusait audience, disant qu'il n'avait loisir, n'hésite pas à lui répliquer : “ne sois donc roi” ». Ce déplacement interne de l'office royal d'une fonction guerrière et chevaleresque à une fonction juridique implique l'écoute moins d'une noblesse aventureuse au service d'un roi combattant que des sujets intéressés à leur conservation et tendus vers le respect continu de lois justes qui donnent régulièrement à chacun son dû : « combien de pauvretés, d'insultes, de violences ou d'injustices se font aux peuples qui sont cachés au roi, qu'ils peuvent ouïr et entendre tenant les Estats ». Mais dès lors, et c'est là la seconde objection, dans l'émergence de ce conseil qui autorise la pénétration du souverain et lui donne accès à une vision multiple de son royaume, comment interdire l'usurpation qui manipule, l'intérêt qui travestit, et surtout comment dépasser le bricolage douteux du déguisement secret, de l'écoute sournoise de qui se cache pour savoir et voir ? Comment paralyser et l'irrespect qui brouille la hiérarchie, et la falsification qui aveugle, et la défiance qui suspecte ?

  • 67 Cf. Bernard Bourgeois, Le droit naturel de Hegel, op. cit., p. 265 sq.
  • 68 Nous citons d'après Roland Dumas, Le peuple assemblé, Paris, Flammarion, 1989, p. 10 sq.

34Michel de l'Hospital réactive à son tour le grand rêve de l'Ephorat, rêve récurrent s'il en est, puisqu'on le retrouve ainsi bien dans la République des notables du début de la Révolution avec Barnave que chez Fichte67. « Théopompe, roi des Parthes convoqua un conseil de sages : les éphores ; il leur confia la magistrature dans ses États et ordonna pour lui et ses successeurs de ne rien faire sans leur conseil. Cette décision provoqua la colère de sa femme qui le tança en lui disant que c'était honte à lui de laisser à ses enfants le pouvoir royal moindre qu'il l'avait reçu de ses prédécesseurs. Alors le roi Théopompe répondit à sa femme : moindre n'est-il pas mais plus modéré […], il sera par ce moyen de plus longue durée car toutes choses violentes ne durent guère »68. Comment mettre en place cet « éphorat », où trouver le « sens du juste » qui permette tout à la fois de respecter la hiérarchie monarchique et d'assurer à ses décisions l'inscription dans l'ordre juste ? Comment atteindre, accéder à cette connaissance médiatrice des lois régulatrices ?

35D'autre temps viendront… Pour l'heure, nous avons seulement rappelé les ennemis qui souvent sauront s'allier. Ils désignent un même criminel qui recèle en effet les germes d'une radicale révolution et vise l'invalidation des conseillers de droit naturel ou/et divin ; un conseil qui récuse aussi bien une politique de la Grâce faisant pénétrer dans les conseils de Dieu, qu'une politique de la nature désignant par le sang ou le rang la sagesse ou la compétence, les porteurs d'une universalité conseillère des bonnes fins. Ce conseil à quoi Naudé le bibliothécaire donne ses dimensions, dépossède la hiérarchie d'une prérogative, il dénature l'ordre créé. Surtout il laisse à nu un ordre politique et social sans justification, ni fondement. Pire, il laisse espérer la capacité de changer d'ordre, de changer l'ordre sans se référer à Dieu.

  • 69 François-René de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, Livre XLIII, chap. 3, Paris, Gallimard, 195 (...)
  • 70 Ibid, chap. 8, p. 933.
  • 71 Ibid., p. 931.

36Chateaubriand qui en a vécu l'apothéose, en trace l'enjeu : « un État politique où des individus ont des millions de revenu, tandis que d'autres individus meurent de faim, peut-il subsister quand la religion n'est plus là avec ses espérances hors de ce monde pour expliquer le sacrifice ? ». Il souligne bien la cause principale dans un savoir accessible et coupé de ses racines ontologiques et théologiques : « à mesure que l'instruction descend dans ces classes inférieures, celles-ci découvrent la plaie secrète qui ronge l'ordre social irréligieux. La trop grande disproportion des conditions et des fortunes a pu se supporter tant qu'elle a été cachée ; mais aussitôt que cette disproportion a été généralement aperçue, le coup mortel a été porté. Recomposez, si vous le pouvez, les fictions aristocratiques ; essayez de persuader au pauvre, lorsqu'il saura bien lire et ne croira plus, lorsqu'il possédera la même instruction que vous, essayez de lui persuader qu'il doit se soumettre à toutes les privations, tandis que son voisin possède mille fois le superflu : pour dernière ressource il vous le faudra tuer »69. Lumineusement, Chateaubriand désigne l'espérance qui commande toutes les formes de conseil néo-bibliques et anti-bibliothécaires et que nous avons dessinée : « dans toutes les hypothèses, les améliorations que vous désirez, vous ne les pouvez tirer que de l'Évangile […], c'est donc de quelque façon que vous l'interprétiez, du révélateur ou du Christ que vous tenez tout ; c'est du sauveur, “salvator du consolateur, “Paracletus qu'il vous faut toujours partir ; c'est de lui que vous avez reçu les germes de la civilisation et de la philosophie […] La religion du Verbe est la manifestation de la vérité, comme la création est la visibilité de Dieu ». Contre « la stérilité de la Thébaïde, au milieu d'une idolâtrie redoutable, l'idolâtre de l'homme envers soi », il n'est qu'une seule attente : « niez tant qu'il vous plaira le suprême conseil »70, « une seconde incarnation de l'esprit catholique ranimera la société »71.

37Un conseil qui ne peut plus être à la droite de Dieu, ne peut plus être adroit, normé, mais bien sinistre et tortueux, il ne peut que sombrer dans les mécréances de l'orgueil. De quel universel peut bien en effet parler ce conseil bibliothécaire, comment peut-il prétendre instaurer un Bien commun sans restaurer les cautions d'une transcendance dont d'innombrables herméneutes interpréteront les signes authentiques dans la nature ou dans l'histoire, la conscience ou la foi ? Comment métamorphoser cette « dénaturation » désastreuse en une transformation positive au nom d'une justice commune ? Et le savoir dont se réclame un tel conseil, qui le constituera, le portera, à qui et comment le transmettre si aucune trace ni marque n'en est lisible dans la nature ou dans la pensée ? Mis au service d'un État tout d'abord car bientôt seul porteur de l'universel mais à son tour, des notables l'accapareront, des experts ne s'en déclareront-ils pas les exclusifs dépositaires ? Comment éviter cette mainmise sur le savoir comme sur l'État et permettre un suffrage universel qui soit un suffrage de l'universel, recevable et productible par tout sujet ?

Notes

1 Bibliothèque et État, naissance d'une raison politique, Paris, PUF, 1995.

2 Père Aguado in Politica espanola, p. 23, cité par Maravall, La philosophie politique espagnole dans ses rapports avec la Contre-Réforme, Paris, Vrin, 1955, p. 108.

3 Lopez Madera in Excelencias de la Monarquia y Reino de Espana, Madrid, 1625, cité par Maravall, op. cit., p. 166.

4 Juan de Santa Maria, op. cit., in Maravall, op. cit., p. 226.

5 André Stegmann, L'héroïsme cornélien, genèse et signification, Paris, Armand Colin, 1968, tome II, chap. 3, § 6, pp. 188-189.

6 P. 403, cité par André Stegmann, op. cit., p. 189.

7 Cité par Étienne Thuau, Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, Armand Colin, 1966, p. 265 note 1.

8 De la certitude des connaissances humaines, p. 221, cité par Thuau, op.cit, p. 272.

9 Ibid., p. 296.

10 Jean de Silhon, Le Ministre d'Estat avec le véritable usage de la politique moderne, 1631, Advertissement.

11 Ibid., Advertissement.

12 Ibid., pp. 1-2.

13 Formule de Richelieu in Testament politique, Paris, Laffont, 1947, p. 289.

14 Jean de Silhon, op. cit., p. 7, p. 116.

15 Ibid., p. 26, p. 34.

16 Ibid., p. 29.

17 Ibid., p. 8.

18 Ibid., p. 37.

19 Ibid., p. 38.

20 On peut mesurer « ironiquement » ce « désintéressement » en lisant l'ouvrage de Joseph Bergin, Cardinal Richelieu : Power and the Pursuit of Wealth, New Haven, Yale University Press, 1985. Traduction française : Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, Robert Laffont, 1987 (Les hommes et l'histoire).

21 Jean de Silhon, ibid., p. 69 sq.

22 Ibid., p. 107, p. 180.

23 Ibid., p. 126 sq.

24 Ibid., p. 106.

25 Ibid., p. 201.

26 Ibid., p. 186.

27 Ibid., pp. 142-143.

28 Cette théorie providentielle du conseil chez Silhon reflète fidèlement la théorie centrale du conseil chez Richelieu, cf. l'article de Madeleine Bertaud, « Le conseiller du Prince, d'après les Mémoires de Richelieu et son testament politique » in Les valeurs chez les mémorialistes français du xviie siècle avant la Fronde, Paris, Klincksieck, 1979.

29 Jacques-Bénigne Bossuet, Politique tirée des propres paroles de l'Écriture sainte, Genève, Droz, 1967, Livre III, art. II p. 65.

30 Cardinal Armand-Jean Du Plessis de Richelieu, Mémoires, éd. Michaud et Poujoulat, tome VII, p. 414, cité par Madeleine Bertaud, op. cit., p. 129, note 86.

31 Jean de Silhon in « Lettre à Philippe Cospean, évêque de Nantes », dans le Recueil de Lettres de Faret (1627) cité par Étienne Thuau, op. cit., p. 213 : « ceux qui font la grande foule sont quelques déliés et qui pensent avoir raffiné la sagesse du monde ; ceux-là dis-je, confessent un Dieu auteur de l'univers, reconnaissent la Providence, avouent l'immortalité de l'âme, condamnent l'idolâtrie, blâment les philosophes païens d'avoir connivé au culte de tant de dieux que l'ambition des Grands et l'artifice des législateurs avaient introduits et croient que la vraie religion n'est autre que vivre selon la raison et que le plus agréable sacrifice qu'on puisse offrir à Dieu est la pratique des vertus morales : consentent néanmoins et approuvent pour le bien de la société humaine et la fermeté du repos public, de suivre le culte et les cérémonies extérieurs qui seront en usage en chaque République ou État, et laisser cette bride du peuple pour le retenir dans le devoir : bien que eu égard à Dieu qui veut être seulement servi en esprit et vérité, cet ordre soit indifférent et ces cérémonies impertinentes ».

32 Arlette Jouanna, Le devoir de révolte, Paris, Fayard, 1989, p. 15, citant Guillaume de la Perrière (1540).

33 Gilles André de la Roque, in Traité de la noblesse, 1678, cité par Denis Richet in « Élites et despotisme », Annales, janvier 1969, p. 8.

34 Harangue pour la noblese faite par le sieur de Rochefort aux États d'Orléans, le 1er janvier 1561, cité par Arlette Jouanna, op. cit., p. 13.

35 David Rivault de Flurance, Les Estats, desquels il est discouru du Prince, du noble et du tiers-estat, Lyon, Benoît Rigaud, 1596, p. 313, cité par Arlette Jouanna, op. cit., p. 41.

36 Phénoménologie de l'esprit, tome II, Paris, Aubier, 1941, p. 66.

37 Ibid., p. 67.

38 Claude de Seyssel, in La grand' Monarchie de France (1519) cité in André Burguière et Jacques Revel (dir.) Histoire de la France, tome 2, L'État et les pouvoirs, Paris, Seuil, 1989, p. 243.

39 Claude de Seyssel, in Problème en la translation de l'Histoire d'Appien (1510), publié par Jacques Poujol avec Monarchie de France, 1961, p. 82, cité par Arlette Jouanna, op. cit., p. 289.

40 Achille de Harlay à Henri III en 1586, cité in Histoire de la France, op. cit., p. 224.

41 Le soldat françois en cholère. Adressé aux fidèles françois, s.l., 1615 cité par Hélène Duccini, « Discours et réalité sociale : le révélateur des Pamphlets », in L'État baroque, op. cit., p. 403.

42 L'union des Princes, s.l., 1617, cité par Hélène Duccini, op. cit., p. 404.

43 Ibid.

44 Cité in Histoire de la France, op. cit., p. 257.

45 Blandine Barret-Kriegel, in Défaite de l'érudition, Paris, PUF, 1988, p. 75.

46 Ibid., p. 76 sq., p. 87 sq. ; cf. aussi du même auteur, Les chemins de l'État, Paris, Calmann-Lévy, 1986, p. 25 sq.

47 Ibid., Les chemins de l'État, op. cit., p. 49 sq.

48 Ibid., Défaite de l'érudition, op. cit., p. 102.

49 Guy Coquille, Institution au droit des françois,1607, cité in Histoire de la France, op. cit., p. 235.

50 Ibid., p. 232.

51 Cf. Pierre Goubert, Mazarin, Fayard, 1990, pp. 124 sq.

52 Sur le rôle du « Fisc » dans la constitution d'une couronne éternelle, cf. Ernst Kantorowicz, Les deux corps du roi, Paris, N.R.F., 1989, p. 128 sq.

53 Le financier à Messieurs des Estats, s.l., 1615, p. 9, p. 20, cité par Hélène Duccini, op. cit., p. 393.

54 De l'autorité royale, s.l., 1615, p. 16, cité par Hélène Duccini, op. cit., p. 412.

55 Discours de ce qui s'est passé en la présentation des remonstrances par escrit que le Parlement alla faire en corps au Roy le mardy 22 May 1615, s.l.n.d., pp. 5-6 cité par Hélène Duccini, op. cit., p. 412.

56 Cf. Ernst Kantorowicz, op. cit., p. 111 sq. et Blandine Barret-Kriegel, op. cit., p. 122 sq.

57 L'authorité royale en son degré, s.l.n.d., p. 31 cité par Duccini, op. cit., p. 412.

58 Harangue au Roy faicte par Messieurs de la court de Parlement… 1616 cité par Hélène Duccini, op. cit., p. 413.

59 Cité in Histoire de la France, op. cit., p. 262.

60 Ibid., p. 256.

61 Cité par Kantorowicz, op. cit., p. 33.

62 Ibid., pp. 165-166, cf. aussi p. 259.

63 Ibid., p. 99.

64 Cité par Kantorowicz, ibid., p. 117.

65 Cité par Kantorowicz, ibid., pp. 119-120.

66 Ibid., p. 121.

67 Cf. Bernard Bourgeois, Le droit naturel de Hegel, op. cit., p. 265 sq.

68 Nous citons d'après Roland Dumas, Le peuple assemblé, Paris, Flammarion, 1989, p. 10 sq.

69 François-René de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, Livre XLIII, chap. 3, Paris, Gallimard, 1951 (coll. « Bibliothèque de la Pléiade »), pp. 918-919.

70 Ibid, chap. 8, p. 933.

71 Ibid., p. 931.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540