Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 ans d’histoire du livre

 | 
Dominique Varry

Partie 5.Nouvelles approches, nouveaux problèmes

Anthropologie de la bibliothèque

Anne-Marie Bertrand

Texte intégral

1Cette intervention se voudrait à la fois un hommage à Henri-Jean Martin et une réflexion sur l’évolution possible de l’histoire des bibliothèques, évolution que les organisateurs du colloque, en baptisant mon intervention, ont placée sous le signe de l’anthropologie.

L’histoire des bibliothèques comme projet scientifique

2Auparavant, je pense qu’il est utile, voire nécessaire, de revenir sur l’histoire des bibliothèques contemporaines comme segment disciplinaire et tenter un bref retour épistémologique.

  • 1 Dominique Varry, “A Survey on French Library History since 1980”, communication au symposium “Natio (...)

3« En France, l’histoire des bibliothèques est une partie d’un champ disciplinaire qui a émergé dans les années 1960 et qui a depuis acquis ses lettres de noblesse : l’histoire du livre »1 . C’est du moins l’analyse que propose Dominique Varry, historien du livre. Il ajoute : « L’histoire des bibliothèques est le contrepoint de l’histoire de l’édition ». Cet acte de naissance, s’il est juste, a ouvert ensuite la porte à des développements qui ont éloigné l’histoire des bibliothèques de l’histoire du livre – et c’est sans doute l’histoire de la lecture qui fait le lien entre les deux.

4« S’il est juste », disais-je de cet acte de naissance : il l’est forcément tant on peut considérer que Henri-Jean Martin a non seulement cristallisé cette nouvelle discipline qu’est l’histoire du livre mais a aussi, tout de suite, ouvert le champ sur l’histoire des bibliothèques. En effet, dès L'Apparition du livre, le « livre comme ferment » (et les bibliothèques sont évidemment un des espaces ensemencés par ce ferment), puis Livre, pouvoirs et société, puis l’Histoire des bibliothèques françaises (je parle là, en italiques, de cette somme éditoriale) ont clairement installé l’histoire des bibliothèques dans une perspective scientifique – trop méconnue en France jusque-là.

5Mais il me semble, en même temps, que l’épistémologie est un peu plus compliquée que cette analyse qui fait de l’histoire des bibliothèques un appendice à l’histoire du livre. Oui, il y a une histoire des bibliothèques qui est liée à l’histoire du livre – en bref : ce qui concerne les collections, leur constitution, leur composition, leur conservation, leur transmission, la circulation des livres et des idées qu’ils véhiculent.

6Mais il y a une histoire des bibliothèques, de loin la plus grande part, me semble-t-il, qui n’est pas liée à l’histoire du livre mais à l’histoire de l’éducation (alphabétisation, apprentissages de la lecture, rapport à la lecture), à l’histoire politique (émergence des collectivités/institutions territoriales et rôle de l’État ; émergence d’un corps professionnel ; émergence des politiques culturelles), à l’histoire sociale (partage du savoir, évolution des pratiques culturelles) et à l’histoire culturelle (représentations et usages en termes de transmission du savoir, de culture et de patrimoine). Pour moi, s’il y a proximité (topographique) entre l’histoire du livre et l’histoire des bibliothèques, il n’y a pas confusion : il ne s’agit pas du même objet de recherche (on pourrait dire, d’ailleurs, que l’histoire des bibliothèques est plus proche de l’histoire des musées que de l’histoire du livre). Il me semble qu’on peut montrer que la bibliothèque est un objet de recherche spécifique et que l’histoire des bibliothèques est un segment scientifique spécifique.

  • 2 « Retourner à Tocqueville », Bulletin des bibliothèques de France, 2002, t. 47, n° 5, pp. 66-73. [E (...)

7Pourquoi, alors, encore des doutes aujourd’hui sur ce point ? Il ne s’agit pas d’une simple coquetterie rhétorique mais d’un doute né d’un constat : mis à part les bibliothécaires, peu d’historiens travaillent sur cet objet de recherche qui est, donc, de facto considéré comme non scientifique. Ce doute naît du corporatisme, analyse Martine Poulain : « L’histoire des bibliothèques, comme leurs professionnels, souffre de corporatisme. Cette histoire est en effet encore insuffisamment liée à l’histoire culturelle, sociale, politique, générale des sociétés et des époques auxquelles elles appartiennent et dont elles sont nécessairement un miroir et un reflet. Quoi de plus nécessairement politique, pourtant, dans toute l’histoire des sociétés que l’histoire des conceptions du livre, de l’écrit et de leur partage ? »2

  • 3 « Les mutations de la sociabilité dans les musées français et les stratégies des conservateurs, 196 (...)
  • 4 Pierre Nora, « Entre mémoire et histoire », Les lieux de mémoire, volume 1, Paris, Gallimard (Quart (...)
  • 5 Max Butlen, Thèse Paris V, 2002, « L’offre publique de lecture, évolution des politiques en France, (...)
  • 6 Le point sur la place de l’histoire culturelle à l’université dans Philippe Poirrier, Les enjeux de (...)
  • 7 Histoire des bibliothèques françaises, 4 tomes, sous la dir. d’André Vernet, Claude Jolly, Dominiqu (...)
  • 8 Ainsi, ont été menés récemment à l’enssib ou sont en cours des mémoires sur Jean Hassenforder comme (...)

8L’historien indigène n’est pas une spécificité exclusivement bibliothécaire. Dominique Poulot souligne, de son côté, que l’histoire des musées est « encore largement l’apanage de ses praticiens » 3. Pierre Nora va plus loin, pour qui « le devoir de mémoire fait de chacun l’historien de soi », le généalogiste l’historien de sa famille, mais aussi les biologistes, les physiciens, les médecins, les musiciens, les historiens de leur art/discipline4. Mais l’histoire des bibliothèques est, aussi, un secteur de la recherche académique, elle a fait l’objet de quelques thèses récentes5, elle est enseignée à l’université (à l’École des chartes et à l’enssib !)6, elle a été le sujet d’une somme éditoriale7, elle continue à susciter des travaux8 et des publications.

  • 9 « La mémoire collective », in Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997, p. 326.
  • 10 Pierre Nora, « Entre mémoire et histoire », op. cit., p. 25.

9La confusion entre la recherche académique et la littérature professionnelle, qui est trop souvent hagiographique, emplie de totems, de tabous, de naïvetés et d’inexactitudes édifiantes ou complaisantes, cette confusion doit être combattue avec détermination – et un colloque comme celui-ci y contribue. Vous aurez compris qu’il ne s’agit de rien d’autre que du passage de la mémoire à l’histoire. Il convient de mener jusqu’au bout l’entreprise de laïcisation à laquelle nous invitent Jean-Pierre Rioux9 et Pierre Nora, qui utilisent la même métaphore sur ce travail de l’historien : « L’histoire, parce que opération intellectuelle et laïcisante, appelle analyse et discours critique. La mémoire installe le souvenir dans le sacré, l’histoire l’en débusque, elle prosaïse toujours. »10

10Donc, laïcisons – ou prosaïsons !

11Et travaillons, car beaucoup reste à faire.

Pour une histoire des bibliothèques contemporaines

12J’en reviens à ma question initiale sur l’épistémologie de l’histoire des bibliothèques. Peut-être est-elle compliquée du fait que la bibliothèque est un objet à la fois objectivable et symbolique (je parle ici de la bibliothèque comme institution, non comme collection ; je parle même principalement, je l’ai déjà dit, de l’histoire contemporaine de la bibliothèque).

13Objectivable : elle peut faire l’objet d’un récit orné de chiffres, de budgets, de tableaux, de diagrammes (le nombre de bibliothèques, les budgets, les surfaces, les publics, les prêts, les moyens et l’activité).

  • 11 Dominique Poulot, Une histoire des musées de France, Paris, La Découverte, 2005.

14Symbolique car la bibliothèque est signe : signes, l’arrogance (ou non) du bâtiment, la générosité (ou non) des tarifs, l’emploi (ou non) d’un jargon inutile, la place faite (ou non) à la culture de masse, la croyance que le partage du savoir est un bien, etc. La bibliothèque garde et transmet les discours (leurs traces, les livres, les documents) et profère, en même temps, un discours sur elle-même : elle est, elle-même un discours sur la culture, le savoir, le patrimoine et le vivre ensemble. Sa place dans la nation ou dans la ville, sa place dans les politiques publiques sont, aussi, un signe de la place que le savoir, le patrimoine, la culture, l’héritage, la transmission occupent dans la société. « L’histoire du musée », écrit Dominique Poulot, « est clairement une histoire de sa démocratisation »11. Comment mieux dire (pour les bibliothèques, bien entendu) ? Mais il faudrait ajouter aussitôt, l’histoire du musée, l’histoire de la bibliothèque sont (aussi) une histoire de l’éducation, une histoire culturelle, une histoire de l’émancipation, une histoire de la démocratie, une histoire de notre rapport au passé, à ses traces, à ses œuvres, au « don des morts ». Une histoire de l’usage public du savoir, pour reprendre la belle formule de Gabriel Naudé.

  • 12 Pascal Ory, L’histoire culturelle, op. cit., p. 10.

15Cette double dimension de l’objet et du symbolique fait de la bibliothèque elle-même un objet culturel. Objet politique, social, culturel, « objet en société »12.

  • 13 A fortiori, ces éléments seraient apportés aussi par l’histoire budgétaire des bibliothèques univer (...)

16Par exemple, l’histoire de la construction de la Bibliothèque nationale de France (BnF), au-delà des polémiques, devrait être éclairante sur les représentations de la culture, du patrimoine, du savoir, des élites et de la démocratisation chez les responsables politiques comme chez les intellectuels13 ; l’histoire de la Bibliothèque publique d'information (Bpi) devrait apporter des éléments de réponse sur les questions de l’innovation, de la modernité et de la médiatisation dans les institutions culturelles ; l’histoire d’une politique publique (par exemple, la construction des « bibliothèques municipales à vocation régionale ») nourrirait une synthèse sur le rôle de l’État, la décentralisation et l’aménagement du territoire – le jeu du centre et de la périphérie.

17Au-delà de cette approche politique ou culturelle, il faudrait évoquer la représentation de la bibliothèque – ce rapport imaginaire avec cet objet symbolique, que beaucoup trouvent encore aujourd’hui désuet, lointain voire hostile. Les bibliothèques que l’on brûle – je pense à Strasbourg ou à Villiers-le-Bel, pas à Sarajevo – ne nous interrogent-elles pas sur ce rapport au savoir, à la culture, à l’institution, au pouvoir ?

  • 14 Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis d (...)
  • 15 « Pour une géopolitique des bibliothèques », in Anne-Marie Bertrand, Anne Kupiec, Ouvrages et volum (...)

18Symbolique encore, le poids de l’héritage religieux – si l’on admet, comme je le fais, que la bibliothèque est un artefact de l’histoire. L’histoire politique, l’histoire culturelle, l’histoire sociale, l’histoire religieuse ont dessiné des modèles de bibliothèque différents selon les pays. Jean Hassenforder en son temps14, Michel Melot plus récemment15 ont identifié le poids de la tradition catholique ou de la tradition protestante dans le développement des bibliothèques. L’accès au savoir, la médiation, la place du livre sont différents d’une tradition à l’autre – les bibliothèques aussi.

  • 16 Marcel Lajeunesse, Lecture publique et culture au Québec, xixe et xxe siècles, Québec, Presses de l (...)

19L’historien des bibliothèques québécoises, Marcel Lajeunesse, insiste sur l’influence du clergé, son rôle dans le retard des bibliothèques québécoises : une vision de l’individu comme « conscience à diriger » et « fidèle à édifier » a, dit-il, créé « une méfiance certaine envers la lecture et les institutions qui pouvaient l’assurer »16. Le développement des bibliothèques publiques québécoises date de la Révolution tranquille, dans les années 1960, celui des bibliothèques des provinces anglophones est contemporain de celui des Public Libraries américaines, dans la deuxième moitié du xixe siècle – un siècle plus tôt !

  • 17 Robert Damien, Le conseiller du Prince de Machiavel à nos jours : genèse d’une matrice démocratique(...)

20Robert Damien, surtout, a montré avec éclat le lien étroit entre la création (ou le frein à la création) et l’ouverture à tous (ou non) des bibliothèques et la tradition religieuse : la bibliothèque serait la conséquence de l’insuffisance de la Bible, idée sacrilège qui explique l’hostilité structurelle que la tradition catholique oppose aux bibliothèques : « La désacralisation consiste à admettre la pluralité abondante des livres, sans qu’aucun puisse revendiquer le privilège ontologique d’être. Le Livre où tout se tient et qui contient le tout. Il s’agit bien de se délivrer de cette névrose du texte référentiel et vénéré. Le fantasme religieux du Texte est l’obstacle épistémologique qui empêche le développement séculier de la bibliothèque et de son savoir déposé. La logique du Livre est en effet de réduire la bibliothèque au texte unique de la Bible. »17 C’est mettre là le doigt sur l’écart entre pays de tradition protestante et pays de tradition catholique en matière de bibliothèque.

21Élargissons la focale. Le rapport à toute autorité, qu’elle soit religieuse, scientifique ou professionnelle, interroge les bibliothèques. Le conseil de lecture a à peu près totalement disparu. La médiation, qui l’aurait remplacé, peut être abordée au moins sur deux plans. D’une part, les critiques littéraires, les émissions de télévision, la radio, la presse incitent moins qu’autrefois à la lecture. Les enseignants, nous dit-on, ne sont plus prescripteurs. Où s’est donc déplacé ce rôle de prescription ? Uniquement entre pairs ? Comment comprendre le succès (qui n’est pas un feu de paille) de Mary Higgins Clark, de Stephen King, des Harry Potter ? Il ne s’agit pas (seulement) de relativisme culturel mais, plus précisément, du statut (ou de la perte de statut) d’une « autorité » culturelle. Le médiateur connaît la production (la création), cette connaissance, cette expertise assoient une capacité de conseil : voilà bien un raisonnement qui ne semble plus de mise. La position de surplomb du médiateur ne semble plus avoir de légitimité.

  • 18 Evelyne Ritaine, Les stratèges de la culture, Paris, Presses de Science Po, 1983.

22L’évolution de la médiation se joue aussi, et c’est mon deuxième point, sur la conception qu’ont les bibliothécaires de leurs publics. Là aussi, l’évolution sociale, l’individualisme contemporain notamment, joue un rôle à explorer. Les bibliothécaires des années 1970 ou 1980 avaient (pensaient avoir) en face d’eux des usagers conscients qu’ils utilisaient un service public – des usagers « militants », en quelque sorte, en miroir de bibliothécaires militants. Depuis les années 1990, ces « usagers » se transformeraient progressivement en « clients », divers et exigeants dans leurs demandes. Cette évolution mériterait une étude sur tout le champ de l’offre publique culturelle – on se souvient que dès 1987, à propos du théâtre public, Évelyne Ritaine avait ce cri : « Le Peuple est devenu le public. »18 Aujourd’hui, les bibliothécaires semblent dire : « Le public est devenu le marché, les usagers des clients ». Représentations, en miroir, de l’institution, de l’offre et de ses usages.

23Représentations, aussi, politiques : on pourrait étudier les représentations (de la ville, de la culture, du patrimoine) et leurs effets sur les bibliothèques. Dans ma thèse, j’ai esquissé une réflexion de cet ordre, avançant par exemple que la représentation purement patrimoniale des édiles dijonnais a freiné pendant des décennies l’investissement au bénéfice de leur bibliothèque, alors que, à Grenoble, la représentation politique et sociale engendrait un investissement en direction des seules bibliothèques de quartier, la bibliothèque centrale constituant le « trou noir » de cette vision.

  • 19 Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des Français : enquête 1997, Paris, La Documentation fran (...)
  • 20 Gérard Mauger, Claude F. Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Paris, Nathan, 1999.
  • 21 Bernard Lahire, La culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La (...)
  • 22 Olivier Donnat, Les Français face à la culture : de l’exclusion à l’éclectisme, Paris, La Découvert (...)

24Toujours concernant les représentations, évoquons un autre apport disciplinaire, celui de la sociologie. Elle est, dit-on volontiers, une science du présent. Sa vertu descriptive et explicative trouve là ses limites. Pour autant, ses apports sont indéniables, importants : pour l’histoire des bibliothèques, ils éclairent, par exemple, non seulement les pratiques de lecture et l’usage des bibliothèques19 mais aussi celle d’une demande de bibliothèque (dans le cadre d’une autodidaxie, d’une lecture de salut ou d’une lecture de divertissement20). Ils sont surtout précieux pour contextualiser le rapport à la culture, au savoir, au livre, prendre en compte, par exemple, la « dévaluation du capital littéraire et artistique »21, le « déficit d’image » du livre22. En somme, hommage peut-être paradoxal, la sociologie en aidant à contextualiser protège de l’anachronisme.

25Sociologie. Histoire politique. Culture religieuse. Culture. J’accepte ce rapprochement.

26Alors, maintenant, l’anthropologie ?

Anthropologie de la bibliothèque ?

27Imaginons un récit de la bibliothèque – une ethnographie.

  • 23 Promoteur de la Public Library Inquiry (1948), Robert Leigh définit l’objet de son enquête comme «  (...)

28À la New York Public Library, on entre en passant entre deux lions. Dans beaucoup de villes ou d’universités américaines, la façade de la bibliothèque est traditionnellement ornée de colonnes grecques23. À Vérone, pour atteindre les salles de lecture, on traverse un atrium où campent les bustes néroniens des édiles des siècles passés. À Rotterdam, on est accueilli par un poste de police.

  • 24 Cité par Christian Baudelot, « Lire à la BN, lire au plus haut niveau : les bases sociales d’une po (...)

29Si vous êtes peu convaincus par ces exemples vestibulaires, voici un autre récit. Dans les années 1950, en France, pour être dûment inscrits à la bibliothèque municipale, les enfants devaient venir plusieurs fois et montrer qu’ils étaient silencieux et propres. Au début des années 1980, une lectrice de la Bpi explique au sociologue qui l’interroge que les livres sont « dissimulés » dans la bibliothèque. Dans les années 1990, lorsque les habitués de la salle Labrouste ont compris qu’ils allaient, eux aussi, déménager, ils ont exprimé un sentiment de deuil : « C’est un lieu historique. J’y viens parce que je l’aime. J’aime savoir que tant d’autres m’y ont précédé. Je sens leur présence tutélaire. »24 Au même moment, à Chicago, un quarterback célèbre venait à la Public Library dédicacer des t-shirts et des casques.

  • 25 Entretien avec Pierre Lelièvre (06-05-1993).

30Et un troisième. En 1935, un maire de Loire-Inférieure refusait un dépôt de livres dans sa commune au motif que « nos populations rurales pensent trop bien pour qu’on puisse envisager de leur donner l’occasion de lire des livres. »25 Le maire de Villeurbanne, Charles Hernu, disait en 1987, « Il faut venir à la bibliothèque comme on irait dans une cathédrale », tandis que, deux ans plus tard, le maire de Corbeil souhaitait que ses administrés aillent à la bibliothèque « comme on irait dans une boulangerie acheter une baguette. »

  • 26 Roger Chartier, préface à Anne-Marie Chaintreau et Renée Lemaître, Drôles de bibliothèques, Paris, (...)
  • 27 Roger Chartier, Au bord de la falaise, Paris, Albin Michel, 1998.

31Qu’est-ce que je tente d’illustrer avec mes trois petits apologues ? L’idée, somme toute banale, que les représentations des bibliothèques évoluent au fil du temps, au gré des pays et en fonction des cultures. L’imaginaire social des bibliothèques est culturel. Les représentations des bibliothèques sont culturelles. Les « systèmes de représentations », écrit Roger Chartier, « disent beaucoup sur la manière dont notre société a perçu le livre, le savoir, la culture. »26 Et, ailleurs, il désigne « la notion de représentation comme l’instrument essentiel de l’analyse culturelle.»27

  • 28 Pascal Ory, L’histoire culturelle, Paris, PUF, 2004, p. 7.

32Si l’on admet, avec Pascal Ory que la culture peut se « résumer dans la formule : ensemble des représentations collectives propres à une société »28, l’on peut alors admettre que l’histoire des bibliothèques est nécessairement culturelle.

33Est-ce là le lien avec l’anthropologie ?

34La culture comme ensemble des œuvres de l’esprit – et la culture « au sens anthropologique » !

  • 29 « L’histoire culturelle de la France contemporaine : question et questionnement », Vingtième siècle(...)
  • 30 Claude Lévi-Strauss, « « Histoire et ethnologie », Anthropologie structurale, Plon, 1974, p. 18. Ic (...)

35La notion d’artefact pourrait me permettre de clore le raisonnement. Car elle permet de rendre compte des héritages croisés, des influences, des modèles de bibliothèque, du processus de construction de cet artefact, et ainsi, elle nous permettrait d’approcher du « rêve inavoué de l’histoire culturelle », défini par Pascal Ory « moins comme un contenu que comme un fonctionnement, une logique du vécu »29, moins comme une image fixe que comme un processus. En somme, pour citer Claude Lévi-Strauss qui cite Franz Boas, cette notion nous permettrait d’avancer dans notre connaissance historique : « Pour comprendre l’histoire, il ne suffit pas de savoir comment sont les choses, mais comment elles sont venues à être ce qu’elles sont. »30

36Cette interrogation sur l’anthropologie fait émerger le besoin d’une approche multi-disciplinaire : l’histoire des bibliothèques, l’histoire culturelle des bibliothèques, doivent se nourrir des apports de l’histoire politique ou sociale, mais aussi de la sociologie de la culture, de la sociologie des organisations, de l’histoire du droit ou du travail des épistémologues. Et de l’histoire du livre – évidemment.

  • 31 Roger Chartier, Le jeu de la règle, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2001, p. 14.

37Ce « sceau de l’éclectisme » (Philippe Poirrier), cette « discipline carrefour » (Jean-Yves Mollier), ce métissage disciplinaire, ils sont validés par Roger Chartier pour qui « l’histoire, comme les autres savoirs, les productions esthétiques ou les pratiques culturelles, est entrée dans l’âge des métissages. Il n’y a là rien à regretter, tout au contraire. Il faut plutôt saisir cette invitation pour porter plus loin encore le regard.31 »

  • 32 Philippe Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil, 2004, p. 390.

38La bibliothèque, objet historique complexe, a besoin de ce métissage disciplinaire, de l’éclairage de savoirs divers, d’approches comparatives, de problématiques variées. En somme, elle a besoin de nombreux chercheurs, de nombreux historiens. Comme l’un des « chantiers de fouilles » de l’histoire culturelle (Philippe Urfalino), elle participe à l’élargissement du territoire de l’historien. Car, tout bien pesé, il s’agit pour reprendre la belle formule de Philippe Poirrier, de « faire de l’histoire, tout simplement »32.

39L’histoire des bibliothèques, tout simplement. Une histoire des bibliothèques, tout simplement.

Notes

1 Dominique Varry, “A Survey on French Library History since 1980”, communication au symposium “National Libraries of the World: Interprating the Past, Shaping the Future”, Washington, octobre 2000. Repris dans le Bulletin des bibliothèques de France, 2005, t. 50, n° 2, pp. 16-22. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-02-0016-003 >.

2 « Retourner à Tocqueville », Bulletin des bibliothèques de France, 2002, t. 47, n° 5, pp. 66-73. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2002-05-0066-001 >. Christian Jacob, dans Le pouvoir des bibliothèques : la mémoire des livres en Occident, Paris, Albin Michel, 1996 (Bibliothèque Albin Michel Histoire), insiste lui aussi sur le rapport entre bibliothèque et politique : « Le pouvoir des bibliothèques ne se situe pas seulement dans le monde des mots et des concepts. Comme Alexandrie le signifiait déjà clairement, la maîtrise de la mémoire écrite et l’accumulation des livres ne sont pas sans signification politique. Elles sont signes et instrument de pouvoir. »

3 « Les mutations de la sociabilité dans les musées français et les stratégies des conservateurs, 1960-1980 », Sociologie de l’art, Raymonde Moulin (dir.), Paris, La Documentation française, 1986, p. 95.

4 Pierre Nora, « Entre mémoire et histoire », Les lieux de mémoire, volume 1, Paris, Gallimard (Quarto), 1997, pp.  32-33.

5 Max Butlen, Thèse Paris V, 2002, « L’offre publique de lecture, évolution des politiques en France, 1980-2000 » ; Alain Gleyze, Thèse Lyon II, 1999 : « Concentration et déconcentration dans l’organisation des bibliothèques universitaires françaises de province, 1855-1985 » ; Marine de Lasalle, Thèse Paris I, 1996 : « L’impuissance publique. La politique de la lecture publique (1945-1993) » ; Hélène Weis, Thèse Paris X, 2003 : « Les bibliothèques pour enfants entre 1945 et 1975 ». Sans oublier ma propre thèse, Anne-Marie Bertrand, Thèse Saint-Quentin-en-Yvelines, 1998, « Bibliothèques urbaines : les villes et leurs bibliothèques de la Libération à la fin des années 1980 ». Les bibliothèques sont, évidemment, traitées aussi dans les travaux ayant trait aux politiques culturelles, tels ceux de Pascal Ory, Philippe Poirrier ou Guy Saez.

6 Le point sur la place de l’histoire culturelle à l’université dans Philippe Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil, 2004, pp. 256-262.

7 Histoire des bibliothèques françaises, 4 tomes, sous la dir. d’André Vernet, Claude Jolly, Dominique Varry et Martine Poulain, Paris, Promodis-Éditions du Cercle de la Librairie, 1989-1992.

8 Ainsi, ont été menés récemment à l’enssib ou sont en cours des mémoires sur Jean Hassenforder comme passeur du modèle anglo-saxon de bibliothèque, sur le rapport Vandevoorde, sur le rapport Miquel, sur les manuels professionnels, sur les sources de l’histoire de la BM de Versailles, etc.

9 « La mémoire collective », in Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997, p. 326.

10 Pierre Nora, « Entre mémoire et histoire », op. cit., p. 25.

11 Dominique Poulot, Une histoire des musées de France, Paris, La Découverte, 2005.

12 Pascal Ory, L’histoire culturelle, op. cit., p. 10.

13 A fortiori, ces éléments seraient apportés aussi par l’histoire budgétaire des bibliothèques universitaires (la question est posée, à défaut d’être résolue, par le « rapport Miquel », Les bibliothèques universitaires, Paris, La Documentation française, 1989).

14 Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis dans la seconde moitié du xixe siècle (1850-1914), Paris, Cercle de la Librairie, 1967.

15 « Pour une géopolitique des bibliothèques », in Anne-Marie Bertrand, Anne Kupiec, Ouvrages et volumes : architecture et bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1997 (Bibliothèques).

16 Marcel Lajeunesse, Lecture publique et culture au Québec, xixe et xxe siècles, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2004, p. 218.

17 Robert Damien, Le conseiller du Prince de Machiavel à nos jours : genèse d’une matrice démocratique, Paris, PUF, 2003, p. 182.

18 Evelyne Ritaine, Les stratèges de la culture, Paris, Presses de Science Po, 1983.

19 Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des Français : enquête 1997, Paris, La Documentation française, 1998.

20 Gérard Mauger, Claude F. Poliak, Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Paris, Nathan, 1999.

21 Bernard Lahire, La culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004.

22 Olivier Donnat, Les Français face à la culture : de l’exclusion à l’éclectisme, Paris, La Découverte, 1994.

23 Promoteur de la Public Library Inquiry (1948), Robert Leigh définit l’objet de son enquête comme « l’institution publique soutenue par l’impôt, avec ses colonnes grecques ».

24 Cité par Christian Baudelot, « Lire à la BN, lire au plus haut niveau : les bases sociales d’une polémique culturelle », in Bernadette Seibel (dir.), Lire, faire lire, Paris, Le Monde Éditions, 1995.

25 Entretien avec Pierre Lelièvre (06-05-1993).

26 Roger Chartier, préface à Anne-Marie Chaintreau et Renée Lemaître, Drôles de bibliothèques, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1990.

27 Roger Chartier, Au bord de la falaise, Paris, Albin Michel, 1998.

28 Pascal Ory, L’histoire culturelle, Paris, PUF, 2004, p. 7.

29 « L’histoire culturelle de la France contemporaine : question et questionnement », Vingtième siècle, n° 16, 1987, p. 81.

30 Claude Lévi-Strauss, « « Histoire et ethnologie », Anthropologie structurale, Plon, 1974, p. 18. Ici, une longue discussion serait nécessaire. Une seule remarque : d’autres approches sont possibles, en particulier la fiction : « Nous lisons des romans pour nous documenter sur des zones de vie que nous ne connaissons pas – le Nigéria, l’Afrique du sud, l’armée américaine, un village minier, les coteries de Chelsea, etc. Nous lisons pour découvrir ce qui se passe. » (Doris Lessing, Le carnet d’or, Paris, Livre de poche, 1984, p. 76. C’est elle qui souligne).

31 Roger Chartier, Le jeu de la règle, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2001, p. 14.

32 Philippe Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil, 2004, p. 390.

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540