Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 ans d’histoire du livre

 | 
Dominique Varry

Partie 3. Le livre comme objet matériel

Histoire du livre et histoire de l’image : Henri-Jean Martin précurseur

Michel Melot

Texte intégral

  • 1 Henri-Jean Martin, Les métamorphoses du livre. Entretiens avec Jean-Marc Chatelain et Christian Jac (...)
  • 2 Henri-Jean Martin, Aux sources de la civilisation européenne, Paris, Albin Michel, 2007.
  • 3 Parmi les innombrables études qui situent le livre dans son histoire matérielle, on citera par exem (...)

1Dans les confidences qu’Henri-Jean Martin a faites à Christian Jacob et Jean-Marc Chatelain, nous pouvons lire : « Je comprenais ce qu’était un poinçon car mon grand-père gravait des médailles. »1 C’est ainsi que Martin comprenait ce qu’était un livre, non comme un simple support de la pensée mais comme un objet que la pensée conçoit et que la main fabrique. Henri-Jean Martin n’était pas précisément un homme d’images, il était un homme de la totalité des processus de communication et de connaissance, comme il a tenté de le montrer dans son ambitieux livre-testament2. L’image est toujours présente dans ses ouvrages comme elle l’est déjà dans un copieux chapitre de L’Apparition du livre. Cependant, lorsqu’on lit ce chapitre isolément, l’image n’y est pas traitée que pour elle-même. Elle y trouve sa place dans une approche globale du livre comme objet complexe, à la fois composite et unitaire. Le livre n’est plus seulement le véhicule de l’écriture, pour laquelle il fut inventé, comme on avait tendance à le croire en étudiant l’image pour l’opposer au texte, mais l’articulation d’un ensemble plus ou moins codé de significations où écriture et image ne sont jamais indépendantes. C’est dire qu’Henri-Jean Martin a pris du recul pour voir le phénomène du livre en surplomb, libérant ainsi une érudition qui jusqu’alors cloisonnait l’histoire du livre en histoire des idées, histoire de la littérature, histoire des techniques, histoire des métiers du livre, histoire de son commerce, histoire enfin de la lecture. L’histoire de l’illustration n’était alors qu’une branche subalterne de l’histoire de l’art et un auxiliaire de l’histoire du livre. En séparant planches et typographies dans deux techniques incompatibles, le livre tel qu’il apparaît en effet après Gutenberg, nous invitait à cette ségrégation. L’histoire du livre se trouvait prisonnière de cette catégorisation dont on a appris, depuis, l’aspect trompeur. Dans son Essai intitulé Des Livres, Montaigne ne parle pas des livres, mais des auteurs, réduisant l’histoire du livre à celle de la littérature. Dans cet esprit, l’image n’a pas sa place et seule une conception globale du livre telle que la professait Henri-Jean Martin pouvait l’y réintégrer. Si la vision du livre pouvait ainsi être mise à distance, c’est que le livre lui-même était arrivé à un carrefour qui le confrontait à d’autres médiums. Pour étudier le bocal, dit le proverbe, mieux vaut ne pas être poisson. Henri-Jean Martin a su sortir du bocal et insérer l’histoire du livre dans un contexte plus large, comme on en a pris, après lui, l’habitude et comme il l’a montré lui-même dans Histoire et pouvoirs de l’écrit3.

  • 4 Henri-Jean Martin, Histoire et pouvoirs de l’écrit, Paris, Perrin, 1988, pp. 439-440.

2Revenons cinquante ans en arrière. En 1958, le règne absolu du livre en majesté était troublé, même si les historiens du livre n’en avaient pas conscience, par l’apparition de nouveaux modes de savoir, radicalement différents. J’emprunte à Henri-Jean Martin lui-même et à son savoir encyclopédique, ce passage décisif : « En 1951 apparaît l’Univac 1, machine décimale avec bandes magnétiques et mémoire à mercure (36 exemplaires). En France, le Gamma 3 de la compagnie de machines Bell (plus de 1 000 exemplaires, commercialisé en 1953)… La deuxième génération (à partir de 1958) fut caractérisée par l’introduction du transistor… Les six premiers modèles d’ordinateurs à transistors furent livrés en 1959. L’IBM 1401, sorti en septembre, fut installé à plus de 10 000 exemplaires. »4

  • 5 Nous avons développé ce thème : Michel Melot, « Illustrer l’histoire de l’art », in Nathalie Preiss (...)
  • 6 Pascal Quignard, Petits traités, tome I, VIIe Traité, « Sur les rapports que le texte et l’image n’ (...)
  • 7 Paul Valéry, « Les Deux Vertus d’un livre », in Notes sur le livre et le manuscrit, Maestricht, St (...)
  • 8 Voir Michel Melot, « À l’ombre des images. Nouvelles approches de l’illustration », in Histoire de (...)

3L’insatiable curiosité d’Henri-Jean Martin, son ouverture d’esprit lui firent pressentir que le monde des écrans allait s’ajouter à celui du livre et que, si le monde du livre avait été celui de l’écriture, le monde des écrans serait celui des images, y compris lorsqu’il s’agit d’écriture, considérée comme un graphisme. Le livre sous forme de codex, conçu pour l’écrit, avait accueilli l’image comme un corps étranger. À cet égard, le livre de Gutenberg était bien un objet nouveau, imposant des règles différentes de celles du manuscrit et même du livre xylographique où écriture et image sont d’une même nature technique et partagent le même espace. Dans le livre tel qu’il est apparu alors, l’image est à contre-courant. Elle bloque le processus linéaire du texte et de sa lecture chronologique et irréversible. Elle contrarie leur déroulement qui épouse, qu’on le veuille ou non, la forme du discours, même sous sa forme tabulaire. L’image dans le livre, mise hors-texte, sort de l’histoire. Elle reste en suspens, comme le disait Bergson qui opposait le temps mesurable des horloges, qui est celui de la ligne et de la page, au temps vécu qui est celui des images, du cadre, qui ne prescrit aucune durée5. Il faut relire ce beau passage du 7ePetit Traité de Pascal Quignard, intitulé Des rapports que le texte et l’image n’entretiennent pas : « Il n’y a pas de lien entre le texte et l’image, sinon l’image du texte même. »6 Paul Valéry l’avait déjà noté en opposant deux façons de lire un livre : verbale ou visuelle7. Ces idées, devenues paradoxales, sont désormais des lieux-communs8. Il aura fallu une génération, celle d’Henri-Jean Martin, pour qu’elles passent de la provocation à la banalité. Nous savons que nous voyons trop de livres pour pouvoir les lire et que nos yeux englobent spontanément textes et image. La subordination de l’illustration au texte fait place à une mixité de l’espace où l’écriture est déjà une image, notamment par les variations typographiques et la grande liberté des mises en page, et l’image, objet de savoir dont on découvre qu’il est souvent aussi codé qu’un langage, une autre écriture. À tel point que le mot « illustration » est devenu péjoratif. Pour l’artiste, illustrateur est une forme de mépris, pour l’écrivain, presqu’une injure puisque, comme l’écrit Quignard, reprenant l’anathème de Flaubert contre les illustrations, « le propre des signes écrits est de ne pas montrer ce qu’ils désignent ». L’illustrateur est un « auteur secondaire » selon la bibliothéconomie, et à la Bibliothèque nationale les bandes dessinées ont été longtemps cataloguées au nom du scénariste, rejetant celui du dessinateur, de même que l’auteur d’un film fut d’abord l’écrivain, sur le modèle du théâtre, et non le réalisateur.

  • 9 Marshall McLuhan, The Gutenberg Galaxy, Toronto, University of Toronto Press, 1962. Trad. fr. La ga (...)
  • 10 Jack Goody, The Domestication of Savage Mind, Cambridge, Cambridge University Press, 1977. Trad. fr (...)

4En 1962, « quatre ans après Martin », parut à Toronto La Galaxie Gutenberg de Marshall McLuhan9. Le monde du livre est donc observé avec curiosité comme un objet d’astronomie. La métaphore était bien choisie. L’étude des signes considérés comme des phénomènes célestes dotés de leur mouvement propre et savamment structurés de manière inexplicable donna lieu à une production de traités de sémiologie qui étaient à l’étude du signe – comme le disait Panofsky à propos de l’iconographie – ce que l’astrologie était à l’astronomie. À vrai dire, ces discours souvent verbeux ne disaient rien d’autre que ce qu’avaient déjà dit les Pères de l’Église ou, mieux encore, la Logique de Port-Royal sur laquelle Henri-Jean Martin avait bien raison d’insister. Les recherches les plus productives se sont alors ancrées dans des disciplines de l’observation bibliothécaire plus que dans la spéculation structuraliste : c’est l’histoire, la sociologie, l’anthropologie qui renouvelèrent la connaissance du livre et, à ce titre, les idées que fit émerger Lucien Febvre et que Henri-Jean Martin mit en œuvre sont de véritables ouvertures. En ce qui concerne le glissement de l’écriture vers l’image et de l’image vers l’écriture, le livre de Jack Goody, La raison graphique, fut un autre jalon essentiel10. En montrant que l’écriture n’était pas nécessairement linéaire mais, plus souvent peut-être tabulaire, ce qui rompt la continuité de la lecture et s’apparente au tableau, il ouvrait une brèche dans la conception saussurienne de l’écriture comme accessoire de la parole ou prolongement de la langue. L’écriture tabulaire se rapproche de la figuration et s’éloigne d’autant de l’oralité. Mais nous sommes là en 1977, ou l’an 19 après Febvre et Martin, car il y a bien, dans l’historiographie du livre un « avant Febvre et Martin » et un « après Febvre et Martin ».

  • 11 Accessible en ligne sur le site du ministère de la Culture.

5Dès lors que le livre est étudié dans sa totalité matérielle et intellectuelle, technique et commerciale, il n’est plus possible de faire une histoire de l’illustration comme une suite de tableaux insérés dans des textes, comme il y en a eu tant, souvent ouvrages d’iconographes, d’historiens de l’art ou de collectionneurs qui n’hésitent pas à détacher les images du livre pour les mettre dans des cartons. À mesure que l’on renonce à voir les images pour elles-mêmes, on apprend à les lire comme des textes, ce qu’ont fait avec succès Emile Mâle et après lui Gombrich et Panofsky lui-même. On apprit peu à peu à voir le texte comme une image, disposé dans sa page, encadré par ses marges, orné par ses caractères. Ce mouvement amènera Henri-Jean Martin à La naissance du livre moderne, sous-titré Mise en page et mise en texte du livre français. L’expression de mise en texte est nouvelle et guère plus exacte que LApparition du livre, il faudrait dire mise en écriture du texte, car l’écriture, distincte du texte (qui peut aussi bien être oral) devient, au sein des « arts graphiques » une catégorie mal cernée de l’image. Ainsi le titre dont on a souvent relevé l’inexactitude de L’Apparition du livre, n’est pas une coquille mais le signe d’une époque où la matérialité du livre se focalise non pas sur la forme du livre lui-même mais sur le texte imprimé en caractères mobiles, dont on ne sait pas encore qu’il n’est pas constitutif du livre et qu’il va pouvoir le quitter, migrer sur des écrans, prendre son envol sans pour autant vider de son sens la forme et la force du livre, indépendamment de son contenu. Le rapport de Bruno Patino, commandé par le ministère de la Culture, sur le livre numérique, établit que le texte ni l’image ne sont affaire de support11. Ce qui entraîne que les supports, livre, journal, affiche ou écran, ont leur propre rôle à jouer, leur propre signification, comme Henri-Jean Martin l’a bien pressenti.

  • 12 Stendhal, Vie de Heny Brulard, édition conforme au manuscrit… par Victor del Litto, Grenoble, Gléna (...)
  • 13 Notamment : « Sur quelques problèmes de sémiotique de l’art visuel : champ et véhicule dans les sig (...)
  • 14 Dario Gamboni, La plume et le pinceau, Odilon Redon et la littérature, Paris, Éditions de Minuit, 1 (...)
  • 15 Philippe Kaenel, Le métier d’illustrateur 1830-1880. Rodolphe Töpffer, J.-J. Grandville, Gustave Do (...)
  • 16 Ségolène Le Men a beaucoup contribué au rapprochement de l’histoire de l’illustration avec l’histoi (...)
  • 17 Anna Sigridur Arnar, The Book as Instrument. Stéphane Mallarmé, the Artist's Book, and the Transfor (...)

6C’est grâce à cette nouvelle histoire du livre que l’histoire de l’illustration s’est renouvelée, et non par l’histoire de la littérature ou une histoire de l’art qui a tendance à isoler les images comme des tableaux d’une galerie. Inversement, l’histoire de la littérature isolait le texte de façon immatérielle, ce qui aboutissait à des hérésies comme celle qui consista à éditer La vie d’Henry Brulard sans les croquis dont Stendhal a truffé son texte et qui lui sont intégrés de façon indissociable comme celles de Nadja ou du Paysan de Paris12. La première édition qui rend justice aux dessins insérés dans son texte par Stendhal lui-même date de 1988. Depuis 1958, l’histoire de l’illustration n’a plus été un rameau de l’histoire de l’art ni un art décoratif parmi d’autres mais un ferment pour une histoire de l’art et une histoire de la littérature indissociables l’une de l’autre. Aux États-Unis, les travaux de Meyer Shapiro dans son recueil Word and Pictures sont significatifs de ce rapprochement. Toute une branche de l’histoire de l’art prit alors racine dans l’étude des relations matérielle du texte et de l’image13. En témoignent les études de Dario Gamboni sur le rapport non plus anecdotique entre le peintre et l’écrivain mais structurel, comme il le dit à propos d’Odilon Redon14, ou la thèse de Philippe Kaenel sur le métier d’illustrateur, où il démontre à partir des concepts de Pierre Bourdieu comment les champs de l’écrivain, du peintre, de l’imprimeur et de l’éditeur se sont circonscrits au xixe siècle15. Tout ce qui rapproche la littérature des arts plastiques a été « revisité », Victor Hugo en tête, par Ségolène Le Men ou Pierre Georgel entre autres16, donnant naissance à une nouvelle histoire dont Mallarmé, revu par Anna S. Arnar, est le héros17. Il ne s’agit pas d’en trouver la source dans L’Apparition du livre, mais de souligner combien ce livre fait partie de signes avant-coureurs.

  • 18 Henri-Jean Martin, « L’imprimerie. Origines et conséquences d’une découverte », in Centre internati (...)
  • 19 Marcel Cohen, La grande invention de l’écriture et son évolution, Paris, Imprimerie nationale et Kl (...)
  • 20 James G. Février, Histoire de l’écriture, Paris, Payot, 1984 (rééd. en fac-simile en livre de poche (...)
  • 21 On suivra les recherches dirigées par Anne-Marie Christin à travers plusieurs actes de colloques to (...)
  • 22 Voir les Actes du Forum international d’inscriptions, de calligraphies et d’écritures dans le monde (...)
  • 23 Béatrice Fraenkel, La signature, genèse d’un signe, Paris, Gallimard, 1992.
  • 24 Armando Petrucci, La scrittura. Ideologia e rappresentazione, Turin, Einaudi, 1980. Trad. fr. Jeux (...)

7En reprenant L’Apparition du livre, je suis moins frappé par le chapitre sur l’illustration, qui reste assez traditionnel, que par l’ouverture marquée vers les écritures non latines et non alphabétiques. Resituée dans un contexte large et mondial, selon la méthode caractéristique des historiens des Annales, l’invention de l’imprimerie et son succès posent la question du sort du caractère mobile dans d’autres cultures que la nôtre et notamment dans les pays d’Orient, Chine ou Corée, qui pourtant l’ont inventé. Je voudrais élargir encore le diaphragme en rappelant que 1958, date de L’Apparition du livre, est aussi celle de l’accession au pouvoir du Général de Gaulle, non pour en tirer des conclusions politiques mais pour signaler que la décolonisation fut un pas décisif pour l’anthropologie française, en partie rapatriée dans l’Hexagone où elle acclimata ses méthodes. Les sciences humaines furent amenées à relativiser à l’échelle mondiale des points de vue considérés jusqu’alors comme des données de base. Ce fut le cas de l’histoire de l’écriture, détachée du système alphabétique et du livre, détachée de la forme du codex. Ce changement d’optique mit d’abord en évidence que notre histoire de l’écriture était fondée sur un certain nombre de mythes, qui ressemblaient à un cabinet de curiosités. Un tel virage fut annoncé par la publication en 1963 de L’écriture et la psychologie des peuples, publié par le Centre de synthèse en 1963 mais issu d’un colloque qui s’était tenu en 1960 organisé par Marcel Cohen, directeur d’étude à l’École pratique des hautes études, professeur à l’école des langues orientales, colloque auquel participa Henri-Jean Martin avec une intervention intitulée : L’imprimerie. Origines et conséquences d’une découverte18. Or, ce colloque de 1960 suivait la publication du livre magistral de Marcel Cohen La grande invention de l’écriture et son évolution, publié précisément en 1958, la même année – ce n’est pas un hasard – que L’Apparition du livre19. Une nouvelle édition, « entièrement refondue » en raison des découvertes scientifiques, de l’Histoire de l’écriture de James G. Février (dont la 1re datait de 1948), fut publiée l’année suivante en 195920. On peut suivre ce mouvement à travers les travaux d’Anne-Marie Christin et des colloques qu’elle a dirigés21. Selon sa formule, « l’écriture n’est pas la transcription de la langue, elle la donne à voir ». L’intérêt de ce long travail a été de rassembler des spécialistes des écritures les plus diverses, une histoire de l’écriture « mondialisée », fondée d’abord sur le système graphique, qui semble avoir trouvé son domicile à la nouvelle bibliothèque d’Alexandrie22. Les études de Béatrice Fraenkel, partie de sa thèse sur La Signature23, où celles d’Armando Petrucci, sur les écritures publiques24 sont d’autres points de rencontre entre le texte et l’image qui ont trouvé dans la numérisation leur lieu de fusion.

  • 25 Philippe Kaenel et Rolf Reichardt (dir.), Gravure et communication interculturelle en Europe aux 18(...)
  • 26 Sophie Raux, Nicolas Surlapierre, Dominique Tonneau-Ryckelynck (dir.), L’estampe, un art multiple à (...)
  • 27 Voir le site de Word and Images : < www.iawis.org >.
  • 28 Michela Bussotti et Jean-Pierre Drège (dir.), « Chine-Europe, Histoire de livres », Histoire et civ (...)
  • 29 Hélène Védrine (dir.), Le livre illustré européen au tournant des xixe et xxe siècles, Paris, Éditi (...)
  • 30 Evanghélia Stead et Hélène Védrine (dir.), L’Europe des revues (1880-1920) Estampes, photographies, (...)
  • 31 Evanghélia Stead, La chair du livre. Matérialité, imaginaire et poétique, Paris, Presses Université (...)
  • 32 Alain Milon et Marc Perelman (dir.), Le livre et ses espaces, Paris, Presses universitaires de Pari (...)

8Du côté des historiens de l’art, l’estampe, objet intermédiaire entre la peinture et l’imprimé, a largement bénéficié de cette ouverture, comme le montrent les travaux de Ségolène Le Men sur l’imagerie romantique, et ceux de ses élèves. Henri-Jean Martin n’en est évidemment pas le père exclusif et l’on note le même intérêt pour cette approche multimédia du livre, élargi aujourd’hui à la bande dessinée. Deux récents colloques ont bien rassemblé tout ce qui peut se faire de neuf dans l’histoire de l’estampe, le premier à Ascona25, l’autre au Palais des beaux-arts de Lille26, renouvelant l’histoire de l’illustration en considérant tout ce qu’il y a de figuré dans l’écriture imprimée, ou dans la mise en page et tout ce qu’il y a de codifié dans l’image. Les barrières là aussi ont sauté. Une association internationale pour l’étude des rapports entre le texte et l’image, Word and Image, fondée en 1987, y consacre entièrement sa revue et ses colloques dont celui de 2008 a été tenu à Paris27. Le dernier numéro de la revue française Histoire et civilisation du livre a été consacré aux rapports du livre et de l’imprimerie avec la Chine28. On constate le même intérêt pour ces croisements chez les historiens de la littérature, et notamment ceux qui font de la littérature comparée, qui ne conçoivent plus les textes littéraires indépendamment de leur présentation graphique et de leurs illustrations. Deux colloques récents en sont l’exemple, à Mulhouse29 et à l’Institut d’histoire de l’art30, organisés par deux spécialistes de la littérature de la fin du xixe siècle où le livre et le périodique servent de ciment à une approche tant visuelle qu’intellectuelle. Evanghélia Stead a depuis publié son grand ouvrage, La chair du livre, fruit de ses recherches croisées sur l'édition, la littérature et l'image31. Plus récemment, ont été organisés à l’université de Nanterre une série de colloques sur le livre comme objet de connaissance dans un esprit interdisciplinaire qui aurait sans doute ravi Henri-Jean Martin32. Le prochain, en 2010, devrait s’intituler « Le livre au corps ».

  • 33 Anne Moeglin-Delcroix, Livres d’artistes, Paris, BPI/Centre Pompidou / Herscher, 1985 et Esthétique (...)
  • 34 Pascal Fulacher, Esthétique du livre de création au xxe siècle, thèse de doctorat sous la direction (...)

9On peut aussi rappeler qu’à l’époque où Henri-Jean Martin et Lucien Febvre ouvraient les fenêtres de l’histoire du livre, pressentant qu’elle ne pouvait plus se refermer sur elle-même, un mouvement artistique important et durable s’emparait du livre. La notion de « livre objet » apparut en effet au début des années 1960, plus précisément en 1961 si l’on suit l’avis de son historienne, Anne Moeglin-Delcroix33. Le livre-objet est autant une œuvre plastique qu’un livre. Il se distingue, toujours selon Anne Moeglin-Delcroix, du livre d’artiste qui respecte la forme du codex pour devenir le support de l’art conceptuel. Le livre, dans les deux cas, devient sa propre image. On peut bien sûr faire remonter cette vision du livre absolu à Mallarmé, et même aux antiphonaires et à tous les livres liturgiques, mais ce qui est notre propos aujourd’hui, à l’occasion du cinquantenaire de sa parution, c’est que L’Apparition du livre, au sens épiphanique que prit ce livre en 1958, marque le signal d’un interminable débat, souvent stérile, entre les « beaux livres » les « livres d’art », les livres illustrés, les livres de peintre, ou, plus généralement encore, les livres que Pascal Fulacher appelle « livres de création »34. En assimilant ainsi l’histoire du livre à l’histoire d’un objet, Henri-Jean Martin se doutait qu’il ouvrait une boîte de Pandore. Aujourd’hui les textes sont saisis comme des images et les livres numérisés ne sont plus que des images de livres. L’osmose entre texte et image est devenue au niveau de la reproduction, une totale digestion du texte par l’image. Ceci nous rappelle que la pensée qui sous-tend L’Apparition du livre et tous les chemins que cette pensée a frayés, ne fait que suivre le rythme des évolutions orientées par l’histoire économique et sociale, selon la devise des Annales : « Économie. Société. Civilisations. »

  • 35 Voir notamment de Régis Debray, Vie et mort de l’image, une histoire du regard en Occident, Paris, (...)
  • 36 Annie Charon, Isabelle Diu et Élisabeth Parinet (dir.), Textes imprimés et images (xvie-xxe siècle) (...)
  • 37 Notamment Michel Pastoureau, « L’illustration du livre : comprendre ou rêver », in Histoire de l’éd (...)

10Pour rassembler les morceaux d’une discipline, l’histoire du livre, qui, en cinquante ans, a connu une véritable diaspora mentale, le mot de « médiologie » n’est peut-être pas inutile35. Je renverrai aux écrits de Régis Debray et aux Cahiers de médiologie pour en juger mais une des formules par laquelle Régis Debray aime définir la médiologie : « ce que les techniques font à l’âme » n’auraient certainement pas déplu à Henri-Jean Martin. Il aurait peut-être aussi traité Debray de « zozo » ou pire encore selon le riche vocabulaire qu’il utilisait pour qualifier les ennemis qu’il aimait bien. Je voudrais donc, pour terminer, revenir à sa descendance directe, incontestable, dans le domaine que je connais, celui de l’histoire de l’image. On la trouvera d’abord dans les ouvrages et les thèses qu’il a lui-même dirigés ou dans ce recueil d’articles publié par la Bibliothèque de l’École des chartes qui a pour sujet les rapports que texte et image entretiennent dans le livre et l’estampe36. Derrière un sommaire hétéroclite, on trouve un échantillonnage exemplaire des questions qu’il a ouvertes, par des auteurs qui ont été souvent ses élèves : les emblèmes bien sûr, toute l’imagerie codifiée des iconologies, la cartographie, les médailles, et toutes les images qui, à l’instar du texte, s’organisent en histoires, les ornements typographiques, la lettre qui devient image, l’image qui devient lettre. On trouvera aussi la marque fidèle de l’esprit d’Henri-Jean Martin dans la place importante que prend l’image dans les articles de ses disciples publiés dans l’Histoire de l’édition, qu’il dirigea avec Roger Chartier37. Ces travaux ne cessent de répéter la leçon de L’Apparition du livre et de nous rappeler qu’Henri-Jean Martin, était le petit-fils d’un graveur de médailles qui lui avait appris qu’une lettre imprimée, c’était d’abord un poinçon.

Notes

1 Henri-Jean Martin, Les métamorphoses du livre. Entretiens avec Jean-Marc Chatelain et Christian Jacob, Paris, Albin Michel, 2004, p. 56.

2 Henri-Jean Martin, Aux sources de la civilisation européenne, Paris, Albin Michel, 2007.

3 Parmi les innombrables études qui situent le livre dans son histoire matérielle, on citera par exemple Les 3 révolutions du livre, catalogue d’une mémorable exposition du musée des Arts et métiers dirigée par Alain Mercier, ou le cycle de trois expositions de la Bibliothèque nationale de France sur L’aventure des écritures, qui ont laissé chacune une remarquable publication : Naissances, 1997, Matières et formes, 1998 et La Page, 1999.

4 Henri-Jean Martin, Histoire et pouvoirs de l’écrit, Paris, Perrin, 1988, pp. 439-440.

5 Nous avons développé ce thème : Michel Melot, « Illustrer l’histoire de l’art », in Nathalie Preiss et Joëlle Raineau (dir.), L’image à la lettre, Paris-Musées / éd. des Cendres, 2005, pp. 201-226.

6 Pascal Quignard, Petits traités, tome I, VIIe Traité, « Sur les rapports que le texte et l’image n’entretiennent pas », Montrouge, Maeght, 1990.

7 Paul Valéry, « Les Deux Vertus d’un livre », in Notes sur le livre et le manuscrit, Maestricht, Stols, 1926, repris dans Œuvres, Tome II, Gallimard (coll. « Bibliothèque de la Pléiade »), 1960, p. 1246 sqq.

8 Voir Michel Melot, « À l’ombre des images. Nouvelles approches de l’illustration », in Histoire de l’art, n° 45, décembre 1999, pp. 3- 12.

9 Marshall McLuhan, The Gutenberg Galaxy, Toronto, University of Toronto Press, 1962. Trad. fr. La galaxie Gutenberg face à l’ère électronique, Paris, Mame, 1967.

10 Jack Goody, The Domestication of Savage Mind, Cambridge, Cambridge University Press, 1977. Trad. fr. La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

11 Accessible en ligne sur le site du ministère de la Culture.

12 Stendhal, Vie de Heny Brulard, édition conforme au manuscrit… par Victor del Litto, Grenoble, Glénat, 1988.

13 Notamment : « Sur quelques problèmes de sémiotique de l’art visuel : champ et véhicule dans les signes iconiques » article traduit en français et publié dans Meyer Shapiro, Styles, artiste et société, Paris, Gallimard, 1982, et Word and Pictures on the literal and the symbolic in the illustration of a text, Paris, La Haye, Mouton, 1973. Les études comparées entre textes et images abondent. Les ouvrages fondateurs restent celui de Mario Praz, Mnemosyne. The Parallel Between Literature and the Visual Arts, Princeton, Princeton University Press, 1970, et le recueil d’articles de Robert Klein publié par André Chastel sous le titre La forme et l’intelligible, Paris, Gallimard, 1970, et beaucoup d’autres, par exemple le recueil d’études de Norman Bryson, Word and Image. French painting of the Ancien Régime, Cambridge, Cambridge University Press, 1981. Plus récemment, Naomi Morgan, Le texte et son image. La relation entre l’illustration et quelques textes français du dix-neuvième siècle, Bloemfontein, université de l’État libre d’Orange, 1993 ; Marc Fumaroli, L’école du silence, le sentiment des images au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1994.

14 Dario Gamboni, La plume et le pinceau, Odilon Redon et la littérature, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

15 Philippe Kaenel, Le métier d’illustrateur 1830-1880. Rodolphe Töpffer, J.-J. Grandville, Gustave Doré, Paris, Éditions Messene, 1996.

16 Ségolène Le Men a beaucoup contribué au rapprochement de l’histoire de l’illustration avec l’histoire du livre. On trouvera quelques-uns de ses nombreux travaux dans La cathédrale illustrée de Hugo à Monet. Regard romantique et modernité, Paris, CNRS éditions, 1998.

17 Anna Sigridur Arnar, The Book as Instrument. Stéphane Mallarmé, the Artist's Book, and the Transformation of Print Culture, Chicago, University of Chicago, 2011.

18 Henri-Jean Martin, « L’imprimerie. Origines et conséquences d’une découverte », in Centre international de synthèse, L’écriture et la psychologie des peuples, Paris, Armand Colin, 1963, pp. 279-299.

19 Marcel Cohen, La grande invention de l’écriture et son évolution, Paris, Imprimerie nationale et Klincksieck, 1958, 3 vol.

20 James G. Février, Histoire de l’écriture, Paris, Payot, 1984 (rééd. en fac-simile en livre de poche de l’éd. de 1959).

21 On suivra les recherches dirigées par Anne-Marie Christin à travers plusieurs actes de colloques tous importants : L’espace et la lettre, Paris, UGE (coll. « 10x18 »), 1977 ; Écritures, système idéographiques et pratiques expressives, Paris, Le Sycomore, 1982 ; Écritures II, Paris, Le Sycomore, 1985 ; Écritures III ; Espaces de la lecture, Paris, Retz, 1988, et L’écriture du nom propre, Paris, L’Harmattan, 1998, et plus récemment, le colloque organisé avec Atsushi Miura, « La lettre et l’image. Nouvelles approches », publié dans Textuel, n° 54, 2007. Ses principaux articles ont été réunis dans Anne-Marie Christin, L’image écrite ou la déraison graphique, Paris, Flammarion, 1995 et l’on retrouvera cet esprit d’ouverture dans la nouvelle Histoire de l’écriture. De l’idéogramme au multimédia, qu’elle a dirigée chez Flammarion, 2001.

22 Voir les Actes du Forum international d’inscriptions, de calligraphies et d’écritures dans le monde à travers les âges, 24-27 avril 2003, Alexandrie, Bibliotheca Alexandrina, 2007.

23 Béatrice Fraenkel, La signature, genèse d’un signe, Paris, Gallimard, 1992.

24 Armando Petrucci, La scrittura. Ideologia e rappresentazione, Turin, Einaudi, 1980. Trad. fr. Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, 11e-20e siècles, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993.

25 Philippe Kaenel et Rolf Reichardt (dir.), Gravure et communication interculturelle en Europe aux 18e et 19e siècles, Hildesheim, Olms, 2007.

26 Sophie Raux, Nicolas Surlapierre, Dominique Tonneau-Ryckelynck (dir.), L’estampe, un art multiple à la portée de tous, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2008. Sur l’estampe, plus récemment : Isabelle Michel-Evrard et Pierre Wachenheim, La gravure : quelles problématiques pour les temps modernes, Bordeaux, William Blake & C°, 2009.

27 Voir le site de Word and Images : < www.iawis.org >.

28 Michela Bussotti et Jean-Pierre Drège (dir.), « Chine-Europe, Histoire de livres », Histoire et civilisation du livre. Revue internationale, vol. 3, 2007. Voir aussi le volume 4 de 2008 consacré aux Langues imprimées, sous la direction de Frédéric Barbier.

29 Hélène Védrine (dir.), Le livre illustré européen au tournant des xixe et xxe siècles, Paris, Éditions Kimé, 2005.

30 Evanghélia Stead et Hélène Védrine (dir.), L’Europe des revues (1880-1920) Estampes, photographies, illustrations, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2008.

31 Evanghélia Stead, La chair du livre. Matérialité, imaginaire et poétique, Paris, Presses Université Paris-Sorbonne, 2011.

32 Alain Milon et Marc Perelman (dir.), Le livre et ses espaces, Paris, Presses universitaires de Paris 10, 2007. L'esthétique du livre, 2010 et Le livre au corps, 2012.

33 Anne Moeglin-Delcroix, Livres d’artistes, Paris, BPI/Centre Pompidou / Herscher, 1985 et Esthétique du livre d’artiste, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1997.

34 Pascal Fulacher, Esthétique du livre de création au xxe siècle, thèse de doctorat sous la direction de Michel Sicard, université de Paris I, 2004.

35 Voir notamment de Régis Debray, Vie et mort de l’image, une histoire du regard en Occident, Paris, Gallimard, 1992.

36 Annie Charon, Isabelle Diu et Élisabeth Parinet (dir.), Textes imprimés et images (xvie-xxe siècle), numéro spécial de Bibliothèque de l’École des chartes, janvier-juin 2000 ; 158, 1, Paris, Genève, Droz, 2000. Des mêmes : « La mise en page du livre religieux, xiiie-xxe siècle », Études et rencontres de l’École des chartes, n°13, 2004.

37 Notamment Michel Pastoureau, « L’illustration du livre : comprendre ou rêver », in Histoire de l’édition française, t. 1, Paris, Promodis, 1982, pp. 501-530.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540