Version classiqueVersion mobile

La documentation dans le numérique

 | 
Olivier Le Deuff

Chapitre 5. Des espaces numériques en évolution constante

Texte intégral

« Qu’est-il donc impossible de penser, et de quelle impossibilité s’agit-il ? » (Michel Foucault, Les mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.)

« Les impies affirment que le non-sens est la règle dans la bibliothèque et que les passages raisonnables, ou seulement de la plus humble cohérence, constituent une exception quasi miraculeuse. Ils parlent, je le sais, de « cette fiévreuse Bibliothèque dont les hasardeux volumes courent le risque incessant de se muer en d’autres et qui affirment, nient et confondent tout comme une divinité délirante. ». Ces paroles, qui non seulement dénoncent le désordre, mais encore l’illustrent, prouvent notoirement un goût détestable et une ignorance sans remède. En effet, la bibliothèque comporte toutes les structures verbales, toutes les variations que permettent les vingt-cinq symboles orthographiques, mais point un non-sens absolu. » (Jorge Luis Borges, La Bibliothèque de Babel, Paris, Gallimard, 1963.)

1La mise en exergue de Borges est là pour rappeler que malgré la complexité engendrée par le numérique, le rôle des professionnels de l’information est de tenter de conférer du sens à ce qui apparaît désordonné.

2Le numérique a rapidement posé la question de la stabilité des concepts habituels en documentation. Nous avions vu au second chapitre que le texte demeurait toujours utile dans nos analyses et que le document gardait toujours une valeur et une portée non négligeables. Évidemment, la donne s’est quelque peu complexifiée, puisqu’il faut prendre en compte une grande variété de valeurs et notamment cette logique de flux et de diffusion incessante qu’il est aisé de ressentir dans sa pratique quotidienne, mais qui peut devenir difficile à maîtriser. Les stratégies de veille, voire de curation, tentent d’apporter des réponses face à un grand nombre d’outils et des sommes croissantes d’informations. Il reste que la question documentaire confrontée au numérique oblige à plusieurs interrogations.

Web documentaire et le document face au numérique

3Jean-Michel Salaün décrit cette situation documentaire du Web et de l’ensemble de nos existences confrontées à un glissement de plus en plus numérique :

  • 1 Jean-Michel Salaün, Vu, lu, su : les architectes de l’information face à l’oligopole du Web, Paris, (...)

« Le Web est issu de l’émergence progressive de la notion de document, qu’en retour il fait évoluer. La notion est encore mal étudiée aujourd’hui. Il est, en effet, des objets ou des phénomènes qui nous sont tellement familiers, tellement omniprésents, que nous ne les voyons plus, ou plutôt que nous ne nous interrogeons pas sur leur fonction, qui semble aller de soi. Tels sont les documents. Nous avons des documents dans nos poches, nos sacs, nos portefeuilles, nos cartables, plein nos étagères, nos tiroirs, nos bureaux, nos disques durs. Nous en croisons dans la rue, nous en échangeons dans les magasins, nous en sommes submergés au travail, dans nos boîtes aux lettres, sur nos pages de réseaux, nous en consommons tous les jours dans les médias. Ils nous définissent, règlent nos actions, témoignent de nos transactions, nous engagent, nous renseignent, nous instruisent, nous distraient ou nous ennuient. Ils accompagnent chaque moment de notre vie. Ils l’accompagnent de façon si étroite que l’on pourrait dire qu’ils en sont une part même. Faisant partie de nous, il nous est superflu de trop y réfléchir. Ils sont là, utiles ou inutiles, et nous faisons avec. […] Et nous assistons à la transformation radicale des documents, en direct pourrait-on dire, par le numérique et le Web, qui nous sont devenus en quelques années aussi familiers que leur support habituel précédent, le papier. » 1

  • 2 Réseau thématique prioritaire mis en place par le CNRS pour définir avec les scientifiques les orie (...)

4Les documents ne disparaissent donc pas avec le numérique… ils se complexifient. Ces transformations ont déjà donné lieu à des débats et des analyses scientifiques. Les travaux du Rtp-doc2, qui figurent parmi les plus connus, tentent de donner des pistes de définition du document dans sa relation avec le numérique. Ce travail collectif de réflexion a été mené au sein du réseau thématique pluridisciplinaire 33 du département STIC du CNRS et dirigé par Jean-Michel Salaün. Le projet a permis plusieurs publications sous le nom d’auteur collectif Roger Pédauque.

5Trois principales dimensions ont ainsi été décrites et mises en avant : la forme, le signe et le médium.

6Ces trois dimensions ne sont pas exclusives et peuvent s’interpénétrer. Elles correspondent plutôt à des dominantes influencées par les manières de voir le document par les disciplines scientifiques, mais aussi selon les pratiques des professionnels.

  • 3 Manuel Zacklad, « Réseaux et communautés d’imaginaire documédiatisées », in Roswitha Skare, Niels L (...)

7La théorie de la redocumentarisation, développée également dans les travaux du collectif Roger Pédauque, est aussi bien connue. L’opération de redocumentarisation résulte de la plasticité (c’est-à-dire la souplesse) du numérique qui permet de « documentariser à nouveau un document ou une collection en permettant à un bénéficiaire de réarticuler les contenus sémiotiques selon son interprétation et ses usages »3. La définition retenue par Wikipédia est la suivante :

  • 4 Article « Redocumentarisation », Wikipédia. [En ligne] : < http://fr.wikipedia.org/wiki/Redocumentarisation >.

La redocumentarisation consiste à retraiter un document ou un ensemble de documents numérisés de façon à les enrichir de métadonnées nouvelles et à réarranger et relier leurs contenus4.

  • 5 Olivier Ertzscheid, « L’homme est un document comme les autres : du World Wide Web au World Life We (...)

8Cette redocumentarisation concerne d’ailleurs de plus en plus les individus et leur double numérique5, et pas seulement les documents traditionnels.

9Les mutations du document numérique sont telles qu’elles peuvent parfois entraîner une impossibilité de qualification ou de description du document. Ce dernier peut alors apparaître « monstrueux » en étant à la fois difficile à définir et à délimiter (il évolue dans le temps et peut présenter différentes versions successives), et se doit d’être vu et montré comme l’indique l’étymologie du mot. Cette monstruosité s’accompagne souvent d’effets éphémères, car le document à montrer est surtout celui qu’il faut avoir vu. L’extraordinaire, le burlesque, le ridicule ou le vulgaire sont davantage à l’honneur que ce qui donne réellement matière à réflexion.

Les différentes dimensions du document numérique

Les différentes dimensions du document numérique

Trois principales dimensions

Trois principales dimensions

10Peut-on qualifier cependant tous les documents numériques de monstres ? Évidemment, cela peut paraître une exagération, car sont surtout concernés les documents peu structurés et non indexés par des humains. Cependant, au vu de l’état actuel du Web, cela concerne la grande majorité des documents que les usagers peuvent rencontrer. Même un document indexé par un professionnel n’échappe à l’éventualité d’être transformé à son tour à d’autres fins.

  • 6 La tératologie désigne l’étude des monstres.

11La volonté initiale de Paul Otlet de tout classifier constitue désormais une mission impossible, voire impensable. Cette instabilité du document numérique ne doit pas nous empêcher de penser ces changements et de les catégoriser. Il s’agit de mettre en place une « tératologie »6 documentaire, une évolution de nos méthodes de classements et de classifications, ainsi qu’une mutualisation de nos réflexions, notamment en mêlant différentes professions et techniques.

Légendes et commentaires : vers quels savoirs ?

12Ce qui intéresse également les professionnels de l’information, c’est de comprendre les effets produits sur les savoirs et la connaissance. Si nous ne mesurons pas totalement les changements actuels, il convient de tenter de mettre en avant des éléments qui témoignent d’une évolution du Web, mais également des sphères de transmission. Bien souvent, le passé permet de mieux cerner le présent. En effet, beaucoup de phénomènes ne sont pas totalement nouveaux et ressemblent à d’anciennes pratiques remises au goût du jour. Les travaux de Michel Foucault sont intéressants dans ce cadre : ils nous projettent vers une analyse sur un long terme qui ne peut qu’intéresser les professionnels de l’information, puisqu’il s’agit pour eux de s’inscrire dans une évolution longue et de ne pas céder à la tentation de demeurer dans l’immédiateté.

13Deux phénomènes actuels semblent se dégager : la « légende » et l’accroissement du « commentaire ». Ces deux tendances présentent des similitudes avec des pratiques en vogue à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance.

La légende : Legenda

14L’évolution du Web documentaire vers le Web marchand se caractérise par un autre passage, celui du savoir qui tend à céder ainsi sa place au « c’est à voir ». Le document privilégié par les usagers n’est donc pas nécessairement pertinent au sens d’une adéquation à un besoin d’information dûment évalué. Il correspond davantage à d’autres objectifs qui réclament moins des stratégies de recherche d’information qu’une volonté d’amusement ou d’inscription dans un réseau amical. Dès lors, le document est majoritairement cocasse, drôle et aisé à transmettre comme par contagion.

15Par conséquent, rumeurs, trucages, bêtisiers, vidéos coquines ont tout autant d’importance si ce n’est plus que l’article scientifique ou l’information politique internationale. Le populaire prend le pas sur la construction des savoirs et laisse place à la légende (legenda) : étymologiquement ce qui doit être lu (que ce soit de la lecture de textes ou d’images). Cet espace légendaire ne recherche pas la connaissance et rejoint finalement l’esprit de ces encyclopédies du xvie siècle qui mélangeaient les faits avérés et les mythes, comme le montrait Michel Foucault dans Les mots et les choses. Foucault signalait notamment la critique de Buffon qui déplorait que les ouvrages concernant l’histoire naturelle avant l’avènement de la raison et des Lumières, n’hésitent pas à décrire des monstres insensés. Ce retour de l’insensé repose sur l’urgence de la chose à lire, mais elle ne nécessite qu’une lecture rapide et superficielle et donc une attention peu soutenue. Pour les professionnels de l’information qui ont longtemps considéré l’espace du Web comme un espace potentiel de savoirs et de transmission, il faut désormais comprendre qu’il est concurrencé par d’autres potentialités. Si bien que ce n’est pas une recherche d’informations telle qu’elle se pratique en bibliothèque et dans les bases de données qui domine sur le Web, d’autant qu’il s’agit aussi de pouvoir réagir. La logique du commentaire prend alors le relais de la légende.

Commentaires

16La figure du commentaire est fort ancienne. Elle prend différentes formes, depuis le commentaire sur un blog ou sur un réseau social comme Facebook, jusqu’à l’analyse critique d’un spécialiste sur un ouvrage. Le commentaire se rapproche de plus en plus de la recommandation, puisqu’il s’agit de manifester un avis ou une opinion. Cette expression s’observe particulièrement sur les libraires en ligne et les sites cinématographiques ainsi que sur des sites dédiés comme Babelio. Ce modèle a bien sûr été partiellement repris dans le cas des catalogues de bibliothèque.

  • 7 Sur cette évolution de l’indexation et des formes d’annotation, nous renvoyons à notre ouvrage Du T (...)

17Le commentaire devient donc une forme classique et fréquente sur le Web, mais dont la qualité et l’analyse sont fortement variables selon l’auteur, d’autant que des formes très simplifiées se sont développées ces dernières années. Elles poursuivent les expérimentations avec les étoiles qui consistaient à attribuer une forme de note ; des sites comme Youtube ou Facebook ont transformé cette possibilité de commenter en une forme de vote en « j’aime » ou « je n’aime pas » qui traduit un fort appauvrissement du commentaire et, une nouvelle fois, une stratégie de l’immédiateté7.

18Cette impulsion du commentaire rejoint la forte tendance à la redondance, notamment sur les blogs, mais également sur les réseaux sociaux où un même événement peut être relayé sur des milliers de blogs. C’est par exemple le cas lors de la sortie d'une nouvelle version de l’iPhone d’Apple, dont les fans finissent par parasiter l’information sur un réseau comme Twitter. Cette contagion de l’information existait bien avant le numérique par le bouche-à-oreille, elle est désormais plus visible. Si cela permet une diffusion rapide de l’information, parfois hors des circuits traditionnels de la presse et des médias audiovisuels, la désinformation y trouve également des possibilités accrues de transmission. Les temps de vérification de l’information s’amoindrissent et les réflexes, même chez les professionnels comme les journalistes, n’opèrent pas toujours à bon escient. La tentation est donc de produire surtout du commentaire et de l’opinion sur un événement, fût-il supposé, plutôt que de produire de l’information longue et coûteuse. Ce phénomène n’est pas propre au Web, il est même symptomatique de la télévision, voire de la radio, qui usent et abusent de cette stratégie du commentaire via les éditorialistes qui se substituent de plus en plus au journalisme de reportage. Finalement, c’est au contraire souvent sur le Web que subsistent des perspectives de travail de recherche et de journalisme plus poussé, comme en témoigne le succès de Médiapart.

19Les commentaires représentent un enjeu économique et stratégique. Les blogs perdent ainsi de plus en plus de commentaires au profit des réseaux sociaux, sur lesquels se déplacent les débats. Il est alors peu aisé de préserver et de conserver les discussions pouvant se rapporter à un billet précis, d’autant que les « raccourcisseurs » d’URL ne produisent que des raccourcis éphémères. Finalement, ce sont les logiques de recommandation qui obligent les industries à prendre en compte la pérennité des URL, car elles constituent d’excellents éléments pour la prescription d’achat.

20Les technologies du Web nous appellent sans cesse à commenter et à nous inscrire dans ce flot continu du commentaire. Le système des trackbacks (rétroliens), qui permet l’affichage sur un billet d’un blog donné de commentaires réalisés sur un autre, produit ainsi un commentaire infini. Cela nous ramène à la définition foucaldienne du commentaire :

  • 8 Michel Foucault, Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, (...)

« La tâche infinie du commentaire se rassure par la promesse d’un texte effectivement écrit que l’interprétation révélera un jour dans son entier. » 8

21Ce retour au commentaire fait songer à la manière dont le savoir était envisagé au xvie siècle, comme le décrit Foucault :

  • 9 Ibid., p. 55.

« Savoir consiste donc à rapporter du langage à du langage. À restituer la grande plaine des mots et des choses. À tout faire parler. C’est-à-dire à faire naître au-dessus de toutes les marques le discours second du commentaire. Le propre du savoir n’est ni de voir, ni de démontrer, mais d’interpréter. »9

22Foucault citait alors Montaigne qui déplorait le fait qu’« on s’entreglose » au lieu de chercher à créer des connaissances. L’enjeu était plutôt de s’en remettre toujours à une origine divine du langage, à un événement appartenant au passé. L’âge d’or se trouvait dans un âge reculé, tandis que le progrès scientifique découlant des Lumières plaçait quant à lui l’âge d’or dans le futur comme l’indiquait la devise saint-simonienne. Actuellement, la libre expression permise par la blogosphère autorise un grand nombre d’expressions et d’idées. La conversation prend nettement le pas sur la conservation. Malheureusement, peu de synthèses ressortent de cette masse exprimée tandis que le nivellement des différentes expressions se poursuit, d’où les aspirations à la curation et à la veille qui soulignent cette nécessité de filtrage. Le besoin d’une médiation apparaît donc clairement.

  • 10 La sérendipité désigne le fait de trouver de l’information pertinente de manière fortuite.

23Finalement l’accroissement de la masse d’informations disponibles n’est pas synonyme d’enrichissement culturel. Les savoirs offerts et disponibles au plus grand nombre deviennent l’apanage des initiés, seuls capables de comprendre les arcanes des bibliothèques numériques et d’y trouver un sens – ou tout au moins du sens – à l’instar de la description qu’en donne Borges dans La Bibliothèque de Babel. Le parcours documentaire constitue donc un cheminement, une construction qu’il convient d’apprendre et de transmettre. Les folksonomies et notamment les systèmes de partage de signets constituent des pistes intéressantes pour montrer l’intérêt de la sérendipité10 et de la veille. Les médiateurs traditionnels, enseignants, bibliothécaires doivent donc s’emparer des nouveaux outils pour en tirer la quintessence et en montrer les avantages et les limites aux usagers. Il convient donc de sortir de la technophilie ou de son contraire, la technophobie, et de plaider pour une meilleure intégration de l’objet technique à la culture. C’est le seul moyen de construire des solutions hybrides productrices de nouvelles médiations, de normes et de classements. Les bibliothèques numériques devraient tirer parti de ces enseignements.

Qu’est-ce qu’une bibliothèque numérique, au juste ?11

  • 11 Le titre est un clin d’œil à l’article de Carl Lagoze cité p. 141.

24Il est impossible de faire l’impasse sur la bibliothèque numérique – ou plutôt les bibliothèques numériques – dont le déploiement semble devenu incontournable, mais dont il est encore difficile de définir les contours et les objectifs. Finalement, l’expression « bibliothèques numériques » renvoie à des réalités fortement différentes, ce qui est certes un atout, mais également une difficulté d’appréhension pour les professionnels. Cela peut également constituer un obstacle à la compréhension pour des usagers qu’on souhaiterait davantage actifs et acteurs dans ces nouveaux environnements.

25Le concept de bibliothèque numérique n’a cessé d’évoluer en fonction des technologies employées et des potentialités offertes. Il apparaît clairement que le concept n’est pas totalement stabilisé et qu’il continuera d’évoluer, d’autant qu’il requiert différents corps de métiers ou tout au moins une certaine variété de compétences mettant en avant la nécessité d’une convergence de compétences autant bibliothéconomiques qu’informatiques, mais également « médiatiques » (au sens de médiations et de milieux à valoriser).

  • 12 < http://www.gutenberg.org/ >.
  • 13 Hervé Le Crosnier, « Le projet Gutenberg est orphelin », Puces Savantes. Les blogs du Diplo. Billet (...)

26Sans refaire l’histoire des projets qui concernent actuellement le champ des humanités numériques avec la mise à disposition de corpus de documents rendus accessibles via une numérisation et un traitement documentaire approprié à des fins de recherche scientifique, mais également pour des amateurs, il convient de rappeler l’importance du projet Gutenberg12. Cette entreprise ambitieuse et extrêmement généreuse s’inscrit totalement dans la lignée de l’héritage documentaire en constituant une mise à disposition du plus grand nombre d’écrits, notamment des romans, sous forme numérique. Cette mise en ligne a débuté en 1971, bien avant que le Web n’existe vraiment, avec la mise en ligne par le jeune Michael Hart de la Déclaration d’indépendance des États-Unis qu’il avait recopiée. Décédé le 6 septembre 2011, ce pionnier qui avait mis en ligne le premier « livre électronique » de l’histoire ne s’arrêta pas en si bon chemin. En effet, Michael Hart effectua un véritable travail de copiste pour mettre à disposition les principales œuvres littéraires. Ce travail s’effectuait dans la forme la plus brute possible, afin que les textes puissent être accessibles sur n’importe quelle machine. Initialement commencé seul, le projet allait peu à peu s’inscrire dans une dimension collective. Cent œuvres étaient disponibles en 1994, environ mille en 1997. La première bibliothèque numérique devenait une œuvre collective dont l’ambition s’est peu à peu accrue grâce aux potentialités de numérisation. Aujourd’hui le projet dispose de 40 000 livres dans une soixantaine de langues en libre accès. Un projet exceptionnel né de la volonté d’un homme clairvoyant et généreux qui mériterait d’être plus connu dans les milieux professionnels des bibliothèques et de la documentation. En effet, outre la réussite d’une telle mise en ligne, outre cette incroyable capacité à constituer une œuvre collective non institutionnelle, le projet Gutenberg va bien au-delà de la seule mise à disposition. En effet, c’est aussi une formidable ouverture pour la réutilisation de ces documents à toutes fins possibles, y compris commerciales, notamment dans le but de pouvoir redonner vie à des œuvres via des projets éditoriaux innovants. Un excellent article d’Hervé Le Crosnier13 rend hommage à cet acteur pour le libre accès trop méconnu, notamment en France :

« Le caractère bien trempé de Michael Hart, sa puissance de travail et sa capacité à mobiliser des volontaires restera dans notre souvenir. Les journaux qui ont annoncé son décès parlent à juste titre de « créateur du premier livre électronique ». C’est cependant réducteur. Il est surtout celui qui a remis le livre au cœur du modèle de partage du réseau Internet. C’est la pleine conscience qu’il fallait protéger le domaine public de la création des nouvelles enclosures par la technique ou par les contrats commerciaux qui a animé la création du Projet Gutenberg. Michael Hart n’a cessé de défendre une vision du livre comme organisateur des échanges de savoirs et des émotions entre des individus, mobilisant pour cela des volontaires, le réseau de tous ceux qui aiment lire ou faire partager la lecture. »

27Ce projet pionnier n’est évidemment plus le seul et la variété de formes des bibliothèques numériques est encore loin d’être bien définie pour en établir une typologie exhaustive. Il nous paraît opportun d’évoquer ces projets de bibliothèque sur les univers virtuels du type Second life. Leur succès n’est pas nécessairement colossal et elles seront de toute évidence très différentes dans quelques années, mais elles permettent d’envisager de nouvelles formes de bibliothèques auxquelles il nous est demandé de réfléchir dès aujourd’hui. Il faudra en effet faire preuve d’imagination. Les espaces virtuels s’inspirent très souvent de nos espaces physiques et cherchent à reproduire nos habitudes afin de ne pas bouleverser nos pratiques. Il faudra probablement inventer davantage et produire des dispositifs encore plus différents.

  • 14 Le blog du projet : < http://sldirect.blogspot.com/ >.
  • 15 Un blog est également consacré au projet : < http://secondlifelibrary.blogspot.com/ >.

28À ce titre, la bibliothèque francophone du métavers accessible sur Second Life14 est intéressante. Elle est membre du réseau des bibliothèques de Second Life15. Elle ne constitue pas la reproduction d’une bibliothèque classique, mais apparaît plutôt comme un développement vers d’autres interactions et médiations. La bibliothèque francophone de Second Life participe au changement de la définition de la bibliothèque, puisqu’il ne s’agit pas simplement de consulter des documents, mais d’aller vers de nouveaux types d’échanges. Cette continuité entre les espaces est d’ailleurs bien décrite par le conservateur de la bibliothèque universitaire d’Angers, Daniel Bourrion, également chargé des questions numériques :

  • 16 Propos consultables : < http://www.guidedesegares.info/2010/01/08/la-bibliotheque-2-0-n%E2%80%99est-pas-arrivee-a-fougeres/#comments >.

« Tant que la réponse pour nombre de professionnels sera limitée à “une bibliothèque est un endroit où l’on trouve des livres” – donc, tant que l’on ne pensera pas la bibliothèque comme un continuum entre le lieu physique et la présence en ligne, autour de services, on continuera à faire des outils Web pourris et/ou à ne pas considérer la présence en ligne comme faisant part intégrante de la bibliothèque – et donc, par voie de conséquence, on continuera à ne pas former les professionnels nécessaires à ce que ce continuum fonctionne in real life (RL) et dans le “virtuel”16.

29La bibliothèque francophone ressemble à un hybride de musée et de bibliothèque, tout en étant un lieu de rencontres et d’échanges. Les savoirs sont autant contenus dans les documents que dans les médiations et échanges rendus possibles.

Une exposition au sein de la Bibliothèque francophone de Second Life.

Une exposition au sein de la Bibliothèque francophone de Second Life.
  • 17 Hugobiwan Zolnir, « La biblio accueille le Bulletin des bibliothèques de France, jeudi 10 juin 201 (...)

30Le projet a été monté à l'initiative de Hugues Aubin, chargé des développements numériques à la municipalité de Rennes, et c'est lui qui le pilote. En 2011, le Bulletin des bibliothèques de France a fait une présentation de sa nouvelle édition en donnant une conférence sur le sujet des collections17. Des intervenants divers viennent régulièrement animer cet espace qui ouvre nos esprits sur d’autres dimensions des bibliothèques.

31Sans doute faut-il aussi penser les bibliothèques numériques en dehors de Google. Les partenariats ne sont pas nécessairement à rejeter à condition que les institutions n’y perdent pas leur âme ou leurs possessions. Surtout, la domination des grands leaders du Web, avec notamment la « googlisation », a donné l’impression que la firme américaine était capable de résoudre tous les problèmes de numérisation et d’accès à l’information. C’est ce qu’affirmaient clairement en 2006 Carl Lagoze et ses collègues dans un article pionnier sur la définition de ce que peut être une bibliothèque numérique :

  • 18 Traduction de l’article de Carl Lagoze et ali., par Frédéric Martin, “What Is a Digital Library Any (...)

« Les réalisations de Google sont certes frappantes. Mais cette vision réductrice d’une “Fin de l’Histoire” apparaît comme le résultat d’une confusion sur “ce qu’est une bibliothèque (numérique)”. […] Il existe semble-t-il une croyance selon laquelle une bibliothèque numérique ne concerne que la recherche d’information (“est-ce que je peux la trouver ?”) et l’accès (“est-ce que je peux l’obtenir ?”). Certes, ces fonctions sont essentielles (et demeurent des défis), mais elles ne sont que la partie d’un environnement informationnel. Les bibliothèques traditionnelles sont bien plus que des entrepôts bien organisés de livres, de cartes, de périodiques, etc. Elles sont par nature des lieux où des personnes se rencontrent pour accéder à un savoir qu’ils partagent et qu’ils échangent. Les ressources que les bibliothèques sélectionnent et les services qu’elles offrent devraient refléter l’identité des communautés qu’elles servent. »18

32Il s’agit donc d’une conception bien différente d’une simple conservation des documents avec une accessibilité physique facilitée. L’objectif est clairement l’utilisation des documents et notamment les possibilités d’apprentissage qui leur sont associées :

  • 19 Idem.

« Cette fonctionnalité plus large requiert un modèle informationnel pour les bibliothèques numériques qui soit plus riche qu’une collection de simples pages Web ou de documents statiques. Wiley, entre autres, utilise la notion d’objets d’apprentissage pour indiquer une collection d’informations, qui comprend non seulement une ou plusieurs ressources primaires, mais aussi le contexte pédagogique dynamique de cette information. Ce contexte inclut des informations culturelles et sociales, les profils d’utilisation, les objectifs pédagogiques, la nature des systèmes éducatifs des apprenants, les capacités des apprenants, leurs profils individuels et leurs connaissances antérieures. Le contexte informationnel peut être vraiment complexe, reflétant la diversité des publics desservis et les différences dans la façon qu’ont ces publics d’utiliser et de manipuler l’information. »19

33La bibliothèque numérique pose donc clairement la question des compétences, notamment informationnelles, dans des espaces qui semblent de plus en plus difficiles à classer.

Quelles logiques classificatoires et quelle sémantique des données ?

  • 20 William Gibson, Neuromancien, Paris, J’ai lu, 1989, p. 64.

34Quelles sont les nouvelles logiques de classement et de sens qui se développent sur les espaces numériques ? Il est évidemment impossible de tout classer et d’espérer produire une classification exhaustive des ressources du Web. Cette mesure du Web a pris bien d’autres formes que celles des logiques classificatoires. Internet et le Web apparaissent de plus en plus démesurés par leur taille et leur ampleur grandissante. Un espace numérique dont l’étendue est difficilement concevable se construit. William Gibson, qui a forgé le terme de « cyberspace », que nous traduisons par cyberespace, le voit comme « une complexité impensable »20. Cela n’a pas empêché, malgré tout, des essais pour mesurer la taille du Web. Les tentatives de métrologie, de visualisation et de cartographie de l’Internet et du Web se poursuivent sous différentes formes. Mais les principes documentaires classiques semblent parfois inefficaces, au point qu’il est tentant de se demander si nous n’assistons pas à une fin des logiques classificatoires sur le Web. Les classifications classiques comme la Dewey ou la CDU présentent des défauts bien connus dus à leur ancienneté et à leur représentation du monde trop occidentale. Elles sont donc peu adaptées au numérique et au Web, même si on peut encore trouver des tentatives en ce sens.

35Les classifications à facettes semblaient plus adaptées au numérique, puisqu’elles étaient libérées de la contrainte du support physique. Leur philosophie se retrouve davantage dans les systèmes de métadonnées type Dublin Core, voire dans les réalisations du Web de données. À l’évidence, la colon classification du bibliothécaire indien S. R. Ranganathan comportait un nombre de champs insuffisants.

Les différents champs des métadonnées Dublin Core

Les différents champs des métadonnées Dublin Core

36Les logiques classificatoires ne sont plus réellement dédiées à des fins d’accès à la connaissance, mais plutôt pour définir des logiques de condition d’accès, voire de censure. Plusieurs projets de filtrage sont régulièrement étudiés, notamment pour éviter aux enfants et aux adolescents d’accéder à des contenus inappropriés. Mais il s’agit aussi de formes de segmentation du Web selon les extensions. L’extension .xxx a d’ailleurs pour but de mieux distinguer les contenus pornographiques, mais aussi de faciliter leur filtrage.

37Finalement, les logiques initiales d’un Web documentaire représentées notamment par les annuaires du Web sont en passe de disparaître. Le dernier annuaire d’ampleur, Dmoz.org (Open Directory Project), ne semble pas assuré d’une très grande longévité, malgré le soutien d’Aol qui a conservé l’annuaire racheté en 1998 par Netscape. Malheureusement, la décision de Google de ne plus apporter de financements, car la firme n’avait plus besoin d’utiliser ses données pour son moteur de recherche, pose beaucoup de questions sur l’avenir du projet et sur sa raison d’être. L’époque n’est plus aux annuaires du Web.

38Cette moindre importance d’un Web documentaire s’illustre parfaitement par l’évolution de Yahoo. Ce leader du Web a peu à peu évolué dans une logique de portail de services délaissant totalement la logique initiale d’une catégorisation du Web. Yahoo n’a désormais plus grand-chose à voir avec le projet initial créé par David Filo et Jerry Yang en 1995.

Yahoo en 1996 : un simple annuaire

Yahoo en 1996 : un simple annuaire

Yahoo.com en 2004 et le triomphe de la logique publicitaire

Yahoo.com en 2004 et le triomphe de la logique publicitaire

39En bibliothèque, cette logique de classification des meilleurs sites Web connaît un succès mitigé. La plupart des bibliothèques universitaires ont délaissé cette pratique. Il reste toutefois quelques tentatives de mutualisation, et les signets de la BnF présentent encore un intérêt même si leur réelle utilisation est difficile à mesurer.

  • 21 < http://docsdocs.free.fr/spip.php?rubrique8 >.

40Il convient de citer à cet effet le remarquable travail opéré par le portillon21, portail de ressources ordonnées selon la classification Dewey et réalisé par des professeurs-documentalistes à destination des enseignants. Rares sont les domaines où les décimales sont utilisées, mais certaines thématiques sont particulièrement bien renseignées, le but étant de répertorier les ressources éducatives ou présentant un intérêt pour les enseignants.

Le portillon réalisé par des professeurs-documentalistes

Le portillon réalisé par des professeurs-documentalistes
  • 22 < www.pinterest.com >.

41Il existe d’autres phénomènes de catégorisation, mais plutôt basés sur des mécanismes de popularité. Ainsi le site de collections d’images Pinterest22 propose une catégorisation d’entrée assez intéressante pour cerner les différents centres d’intérêt de ses usagers. Mais la logique est plus une orientation sur les goûts des usagers qu’une logique de classification de connaissances. Il est vrai que Pinterest, qui permet d’agréger toutes sortes d’images trouvées sur le Web, s’apparente à une déclinaison virtuelle du mur recouvert de posters d’un adolescent.

Un exemple de catégorisation d’intérêts avec Pinterest

Un exemple de catégorisation d’intérêts avec Pinterest
  • 23 < http://m.pinterest.com/numeriklivres/incipit/ >.

42Toutefois, il est possible d’y créer des collections sur des thématiques bien précises. Les structures documentaires commencent à s’emparer du réseau social pour mettre en avant des collections d’images ou de photos, notamment. Il est possible aussi de réaliser des expositions virtuelles de cette façon. Les éditions Numériklivres ont ainsi créé un mur d’incipit23.

Un mur d’incipits par Numeriklivres sur Pinterest

Un mur d’incipits par Numeriklivres sur Pinterest

43Des centres de documentation transforment la page Pinterest en portail d’information et suscitent le désir de lire en s’appuyant sur une approche esthétique. Cela démontre aussi qu’il faut savoir user de son imagination et ruser avec les applications.

  • 24 < https://www.pinterest.com/collegejmoulin >.

La page Pinterest d’un CDI de collège24

La page Pinterest d’un CDI de collège24
  • 25 Sur les réseaux sociaux de loisirs créatifs, voir notre article : Olivier Le Deuff, « Réseaux de lo (...)

44D’autres réseaux adoptent des arborescences thématiques, notamment le réseau social de loisirs créatifs Ravelry, qui permet d’effectuer des recherches de patrons pour différents types de modèles. Le réseau social permet également des recherches avancées par un système de facettes pour les modèles, ce qui permet d’affiner sa recherche selon une dizaine d’éléments (type de modèle, laines, longueur, catégories d’âge, etc.)25.

45Le réseau incite donc à ce que tout soit clairement documenté par les usagers afin de faciliter les recherches qui sont souvent très précises selon les besoins. On est dans une logique quasi sémantique et qui s’appuie sur une communauté. À l’inverse des réseaux sociaux, comme Facebook ou Twitter, où la recherche d’information est peu performante car l’essentiel des interactions est souvent basé sur l’immédiateté, Ravelry démontre qu’il est possible d’introduire des logiques documentaires sophistiquées dans des environnements du Web social. On retrouve cette logique de l’information « utile et qui sera utilisée » qui est à la base de la documentation. Nul doute qu’à l’avenir, ce genre de modèle va tendre à se poursuivre et à se décliner avec une sémantique associée de plus en plus élaborée.

Le navigateur de recherche de Ravelry. Une logique proche des facettes

Le navigateur de recherche de Ravelry. Une logique proche des facettes

46Il semble que l’impossibilité de tout classer et la difficulté de maintenir de tels répertoires à jour démontrent que l’intérêt ne se situe pas dans une logique de classements de site, mais davantage dans une démarche de veille pour repérer des ressources. L’évolution des sites Web et leur passage sous des structures dynamiques ont facilité des mises à jour beaucoup plus fréquentes, si bien que ce n’est pas seulement l’entité site Web ou blog dans son ensemble qu’il convient de distinguer, mais plutôt l’article de blog ou une ressource particulière du site. Le niveau de granularité devient plus précis. Et cette précision devrait s’accroître progressivement avec un filtrage des données, à condition qu’elles soient structurées.

Web sémantique et Web de données : quel rôle pour la documentation ?

  • 26 On distingue bien ici la logique classificatoire de la logique du plan de classement qui reste util (...)
  • 27 Parmi ses créateurs, on peut notamment citer Robert Cailliau, trop souvent oublié.

47Le travail de catégorisation s’effectue de moins en moins de manière classificatoire26 sur les espaces numériques, d’autant que les logiques du numérique offrent d’autres perspectives. La plus porteuse est celle du Web sémantique qu’on appelle désormais « Web de données ». Le projet initial du Web sémantique, déjà ancien, est lié à une idée originale portée par Tim Berners-Lee, l’un des créateurs du Web27. Lors d’une conférence au W3C en 1994, il avait montré que le Web était insuffisamment structuré et que son avenir passait par une meilleure interopérabilité et un meilleur dialogue entre les données. Le projet initial est parfois qualifié de mythe, car il est basé sur une vision documentaire d’un Web de qualité et majoritairement bien structuré. En 2001, le projet devient plus compréhensible grâce à un article de Tim Berners-Lee, James Hendler et Ora Lassila qui démontre l’intérêt d’un Web plus structuré pour répondre à une grande variété de problèmes très concrets posés par la vie quotidienne :

  • 28 Traduction française de l’article de Tim Berners-Lee, James Hendler, Ora Lassile par Élisabeth Laco (...)

« Le Web sémantique va utiliser la structure pour donner du sens au contenu des pages Web, en créant un environnement où les agents logiciels en parcourant les pages pourront réaliser rapidement des tâches compliquées pour les utilisateurs. Par exemple, un agent arrivant sur la page d’accueil de la clinique saura non seulement que la page a des mots-clés comme “traitement, médecine, physique, thérapie” (de la façon dont cela peut être codé aujourd’hui), mais aussi que le Dr Hartman travaille dans sa clinique les lundi, mercredi et vendredi. Le script fait un classement par date en format aaaa-mm-jj et renvoie des heures de rendez-vous. »28

48Cette structuration nécessite évidemment des règles et des normes à respecter. Il y a donc un enjeu d’importance pour les professionnels de l’information. Plusieurs langages existent, notamment les fameuses ontologies qui tentent de décrire le maximum de relations dans un champ spécifique. Il y a intérêt d’ailleurs à ce que le territoire du Web de données ne soit pas le seul terrain des informaticiens, mais qu’il soit au contraire ouvert à d’autres professions.

49Le principe de base est de séparer le contenu de l’organisation du contenu, afin de pouvoir ré-exploiter les métadonnées plus aisément. Plusieurs chantiers sont ainsi développés, dont les principaux sont décrits dans la figure ci-après.

Les principales actions autour du Web de données

Les principales actions autour du Web de données
  • 29 On peut consulter les aspects techniques du projet ici : < http://data.bnf.fr/semanticweb >.

50La philosophie n’est pas éloignée de celle des langages documentaires, mais elle est encore plus ambitieuse avec les potentialités relationnelles offertes par le traitement informatique des données. Au niveau des compétences à acquérir, les professionnels des bibliothèques et de la documentation vont voir le socle informatique de leurs compétences s’élargir en allant au-delà des usages basiques. L’inscription des techniques documentaires dans les perspectives du Web de données n’est pas à négliger. Ainsi les thésaurus, mais également tous les fichiers normalisés et réalisés notamment par le monde des bibliothèques, présentent des intérêts renouvelés. Tel est le cas par exemple des données éditées par la BnF pour le projet Data Bnf29.

51Outre la mise à disposition, c’est bien la structuration des données et leur valorisation via des métadonnées adaptées qui permettent la valeur ajoutée. Des langages spécifiques sont donc nécessaires. Parmi ces langages indispensables figurent les ontologies.

Les ontologies

  • 30 Thomas R. Gruber ., “Towards Principles for the Design of Ontologies Used for Knowledge Sharing”, i (...)

52Les ontologies sont fondamentales dans les projets de Web sémantique. Elles sont conçues pour décrire un domaine précis dans le but d’interpréter les ressources et les relations qui s’opèrent dans le domaine. En 1993, Thomas Gruber définissait l’ontologie de la manière suivante : « une ontologie est une spécification explicite d’une conceptualisation »30. La définition a le mérite d’être succincte, mais elle n’est pas compréhensible au regard des évolutions du Web de données.

53La définition de Bruno Bachimont paraît de ce fait beaucoup plus explicite :

  • 31 Bruno Bachimont, « Engagement sémantique et engagement ontologique : conception et réalisation d’on (...)

« Définir une ontologie pour la représentation des connaissances, c’est définir, pour un domaine et un problème donnés, la signature fonctionnelle et relationnelle d’un langage formel de représentation et la sémantique associée. »31

54Le langage OWL (Web ontology language) est utilisé pour créer des ontologies. Il s’agit d’une extension du Resource Description Framework (RDF) et du RDF Schema (RDFS). RDF est basé sur le fameux triplet sujet – prédicat – objet :

  • le sujet représente la ressource à décrire ;

  • le prédicat représente un type de propriété applicable à cette ressource ;

    • 32 Article « triplet RDF », Wikipédia. [En ligne] : < http://fr.wikipedia.org/wiki/Triplet_RDF >.

    l’objet représente une donnée ou une autre ressource : c’est la valeur de la propriété32.

55Gautier Poupeau, spécialiste de ces questions, explique le fonctionnement et la logique du triplet :

.33
  • 34 « Littéralement identifiant uniforme de ressource, [l’URI] est une courte chaîne de caractères iden (...)

56L’objectif à terme est de pouvoir relier chaque élément du triplet à une URI34 qui devient le fondement pour identifier toute ressource ou tout élément dans le Web de données de façon à éviter toute ambiguïté.

  • 35 Les puristes noteront que la pérennité est plutôt assurée par l’URI qui renvoie à l’élément auteur (...)

57Ainsi la phrase de Gautier Poupeau, l’auteur du billet de blog « Les technologies du Web sémantique », peut se traduire dans le tableau suivant par des URI35.

La traduction en triplet de la phrase « Gautier Poupeau est l’auteur de Les technologies du Web sémantique. »

La traduction en triplet de la phrase « Gautier Poupeau est l’auteur de Les technologies du Web sémantique. »

58On utilise des représentations graphiques, les graphes, pour visualiser les triplets et les nouveaux triplets associés. L’objectif initial était d’envisager à terme un Web inter-relié, un « graphe global géant » du Web selon la vision initiale de Tim Berners-Lee.

  • 36 Sur ces aspects, voir le chapitre 4 de notre ouvrage, Du tag au like. La pratique des folksonomies (...)

59Les langages libres comme les folksonomies sont parfois rapprochés des projets de type ontologie afin d’améliorer la qualité des tags utilisés36. Cela permet d’envisager la réalisation d’une forme de Web socio-sémantique : un moyen terme entre le projet initial du Web sémantique de Tim Berners-Lee et les réussites du Web 2.0 pour offrir des services améliorés.

60De plus en plus, d’ailleurs, ces données de qualité sont en « open data », c’est-à-dire qu’elles peuvent être réutilisées dans d’autres applications et donc également en dehors de la sphère classique des bibliothèques et des centres de documentation. Par ailleurs, il devient inconcevable d’imaginer une progression du Web de données sans s’interroger sur les données publiques qui mériteraient d’être mises en accès libre. Le mouvement est relativement récent et est lié aux projets de gouvernance davantage participative. Ainsi, en 2007, le groupe de travail “Open Governement Data”, expliquait le type de données qui méritent une exploitation et une « libération ».

Huit principes pour des données libres (Open data government principles)Traduction disponible sur le site d’Internetactu < http://www.internetactu.net/2007/12/20/principes-pour-des-donnees-publiques-ouvertes/ >. La version originale est consultable en ligne : < http://public.resource.org/​8_principles.html >.

Les données publiques seront considérées comme « ouvertes » si elles sont rendues publiques d’une manière qui respecte les principes suivants :

1. Complètes. Toutes les données sont mises à disposition. Les données publiques sont des données qui ne sont pas sujettes à des limitations valables concernant la vie privée, la sécurité ou des privilèges d’accès.
2. Primaires.Les données sont telles que collectées à la source, avec la plus grande granularité possible, et ne se présentent pas sous des formes agrégées ou modifiées.
3. Opportunes.Elles sont mises à disposition aussi rapidement que nécessaire pour préserver leur valeur.
4. Accessibles. Les données sont accessibles au plus grand éventail d’utilisateurs possible et pour des usages aussi divers que possible.
5. Lisibles par des machines. Les données sont structurées pour permettre le traitement automatisé.
6. Non discriminatoires.Les données sont accessibles à n’importe qui, sans aucune obligation préalable ni inscription.
7. Non propriétaires. Les données sont accessibles dans un format sur lequel aucune entité ne dispose d’un contrôle exclusif.
8. Sans permis (libres de droits). Elles ne sont pas soumises au droit d’auteur, à brevet, au droit des marques ou au secret commercial. Des règles raisonnables de confidentialité, de sécurité et de priorité d’accès peuvent être admises.

a. Traduction disponible sur le site d’Internetactu < http://www.internetactu.net/2007/12/20/principes-pour-des-donnees-publiques-ouvertes/ >. La version originale est consultable en ligne : < http://public.resource.org/​8_principles.html >.

61Ces données sont considérées comme des biens communs, c’est-à-dire rendues publiques, car leur constitution a été permise par des financements publics.

62L’objectif est donc pour les structures publiques de réfléchir sur les données qu’elles pourraient rendre accessibles. Et en cela les bibliothèques sont extrêmement bien placées pour valoriser un grand nombre d’éléments. Il existe des applications qui permettent de localiser des bibliothèques à partir d’une requête. Bookzee est l’une des premières applications en open data sur smartphone. Elle est disponible aux États-Unis.

  • 37 « Opendata - Liste des ouvrages des bibliothèques ». < http://opendata.paris.fr/opendata/jsp/site/Portal.jsp?document_id=102&portlet_id=102 >.

63Mais des données sont accessibles également en France. La ville de Paris met en accès libre certains fichiers statistiques de prêts. Ils sont bien entendu anonymisés37. Ce souci des données va donc devenir une nouvelle préoccupation, notamment en veillant à plus d’interopérabilité et à une utilisation optimale. L’enjeu est de permettre des développements aussi bien publics que privés.

64Pour les structures privées, l’enjeu est aussi important. Il est parfois inutile de vouloir conserver des éléments d’information alors qu’ils pourraient constituer des moyens de valorisation des productions. Cela implique de nouvelles capacités à mieux cerner les systèmes d’information et les flux qui circulent pour tenter de déterminer dès leur production les données qui pourraient être mises en ligne et rendues disponibles, celles qui devraient au contraire être conservées et celles dont la durée de vie les rend rapidement caduques.

65Ces enjeux sont parfaitement décrits par le bibliothécaire Silvère Mercier, qui s’intéresse beaucoup à ces perspectives :

  • 38 Silvère Mercier, « Bibliothèques publiques et open data : quels enjeux ? », Bibliobsession, billet (...)

« La démarche mérite bien sûr d’être amplifiée et l’on peut rêver de voir appliquer une licence plus élaborée pour les données bibliographiques… Cela est pourtant loin d’être suffisant en matière d’Open data pour les bibliothèques. D’abord parce qu’il faut relativiser l’importance des données bibliographiques aujourd’hui alors même que l’enjeu stratégique (et donc la valeur économique) s’est déplacé vers des données enrichies voire des données collaboratives. Pour les commentaires de lecteurs et/ou de bibliothécaires, nous avions souligné les dangers d’une appropriation par le privé de données proposées et financées par le public. Ce qu’on oublie souvent c’est de mentionner que ces données entrent dans des modèles économiques le plus souvent orientés business to business que vendus directement auprès des consommateurs. À ce titre-là, les bibliothèques risquent bien souvent d’être des clients publics d’entreprises qui revendent des données publiques… Voilà qui pose la question des contreparties. »38

66Autant d’enjeux qui méritent une capacité à sortir des sentiers battus pour que le professionnel, bibliothécaire ou documentaliste, s’intéresse davantage à des secteurs innovants et à des territoires qui mêlent différents types d’acteurs : entrepreneurs, start-up, dirigeants, responsables politiques et administratifs, chargés de mission sur les questions du numérique, etc. L’enjeu n’est d’ailleurs pas tant au niveau des grands stocks de données, les fameux “big data” :

  • 39 Citation d’Alan Mitchell, fondateur de la société britannique “control shift”, traduite par Daniel (...)

« […] Le principal déficit que rencontre notre société ne réside pas dans la capacité de traiter un grand nombre de données, bien au contraire. Le défi est celui de la logistique de l’information : comment transmettre exactement la bonne information à, et depuis, les bonnes personnes, au bon format, au bon moment. Une affaire de “Toutes Petites Données” (Very Small Data). »39

67À une époque où la question de la bibliothèque hors les murs est fréquemment évoquée, il faut se rappeler que la condition du succès de ces projets était non seulement d’amener des ouvrages au plus près des publics, mais il s’agissait aussi de rapprocher la médiation auprès de personnes peu enclines à se déplacer dans les locaux ou tout simplement empêchées. Cette capacité de « sortie » du professionnel de l’information est une garantie de sa capacité à proposer de nouveaux services.

Notes

1 Jean-Michel Salaün, Vu, lu, su : les architectes de l’information face à l’oligopole du Web, Paris, Éditions La Découverte, 2012, p. 10.

2 Réseau thématique prioritaire mis en place par le CNRS pour définir avec les scientifiques les orientations de la recherche sur le document numérique.

3 Manuel Zacklad, « Réseaux et communautés d’imaginaire documédiatisées », in Roswitha Skare, Niels Lund Windfeld, Andreas Varheim, A Document (Re)turn, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2007, pp. 279-297.

4 Article « Redocumentarisation », Wikipédia. [En ligne] : < http://fr.wikipedia.org/wiki/Redocumentarisation >.

5 Olivier Ertzscheid, « L’homme est un document comme les autres : du World Wide Web au World Life Web », Hermès, 2009, nº 53, pp. 33-40.

6 La tératologie désigne l’étude des monstres.

7 Sur cette évolution de l’indexation et des formes d’annotation, nous renvoyons à notre ouvrage Du Tag au Like, Limoges, Fyp éditions, 2012.

8 Michel Foucault, Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966.

9 Ibid., p. 55.

10 La sérendipité désigne le fait de trouver de l’information pertinente de manière fortuite.

11 Le titre est un clin d’œil à l’article de Carl Lagoze cité p. 141.

12 < http://www.gutenberg.org/ >.

13 Hervé Le Crosnier, « Le projet Gutenberg est orphelin », Puces Savantes. Les blogs du Diplo. Billet du 11 septembre 2011. [En ligne] : < http://blog.mondediplo.net/2011-09-11-Le-projet-Gutenberg-est-orphelin >.

14 Le blog du projet : < http://sldirect.blogspot.com/ >.

15 Un blog est également consacré au projet : < http://secondlifelibrary.blogspot.com/ >.

16 Propos consultables : < http://www.guidedesegares.info/2010/01/08/la-bibliotheque-2-0-n%E2%80%99est-pas-arrivee-a-fougeres/#comments >.

17 Hugobiwan Zolnir, « La biblio accueille le Bulletin des bibliothèques de France, jeudi 10 juin 2010 », in Bibliothèque francophone du métavers. [En ligne] : < http://www.bibliotheque-francophone.org/2010/06/la-biblio-accueille-le-bulletin-des.html >.

18 Traduction de l’article de Carl Lagoze et ali., par Frédéric Martin, “What Is a Digital Library Anymore, Anyway? Beyond Search and Access in the NSDL”, D-Lib Magazine, 11(11), 2005. <doi:10.1045/november2005-lagoze>. Traduction disponible sur : < http://ticri.inpl-nancy.fr/wicri.fr/index.php/Qu’est-ce_qu’une_biblioth%C3%A8que_num%C3%A9rique,_au_juste_%3F >.

19 Idem.

20 William Gibson, Neuromancien, Paris, J’ai lu, 1989, p. 64.

21 < http://docsdocs.free.fr/spip.php?rubrique8 >.

22 < www.pinterest.com >.

23 < http://m.pinterest.com/numeriklivres/incipit/ >.

24 < https://www.pinterest.com/collegejmoulin >.

25 Sur les réseaux sociaux de loisirs créatifs, voir notre article : Olivier Le Deuff, « Réseaux de loisirs créatifs et nouveaux modes d’apprentissage », Distances et savoirs, vol. 8, nº 4, 2010, pp. 601-621

26 On distingue bien ici la logique classificatoire de la logique du plan de classement qui reste utile, y compris dans des espaces numériques, notamment pour des organisations qui accumulent des données et des documents et travaillent en workflow.

27 Parmi ses créateurs, on peut notamment citer Robert Cailliau, trop souvent oublié.

28 Traduction française de l’article de Tim Berners-Lee, James Hendler, Ora Lassile par Élisabeth Lacombe et Jo Link-Pezet. [En ligne] : < http://www.urfist.cict.fr/archive/lettres/lettre28/lettre28-22.html >.

29 On peut consulter les aspects techniques du projet ici : < http://data.bnf.fr/semanticweb >.

30 Thomas R. Gruber ., “Towards Principles for the Design of Ontologies Used for Knowledge Sharing”, in Formal Ontology in Conceptual Analysis and Knowledge Representation, Kluwer Academic Publishers, 1993.

31 Bruno Bachimont, « Engagement sémantique et engagement ontologique : conception et réalisation d’ontologies en Ingénierie des connaissances », in Jean Charlet, Manuel Zacklad, Gilles Kassel et Didier Bourigault (éd.), Ingénierie des connaissances, évolutions récentes et nouveaux défis, Paris, Eyrolles, 2000.

32 Article « triplet RDF », Wikipédia. [En ligne] : < http://fr.wikipedia.org/wiki/Triplet_RDF >.

33 Gautier Poupeau, « Les technologies du Web sémantique », Les petites cases, Billet du 11 août 2011 [En ligne] : < http://www.lespetitescases.net/les-technologies-du-web-semantique >.

34 « Littéralement identifiant uniforme de ressource, [l’URI] est une courte chaîne de caractères identifiant une ressource sur un réseau (par exemple une ressource Web) physique ou abstraite, et dont la syntaxe respecte une norme d’Internet mise en place pour le World Wide Web. » Définition de Wikipédia. [En ligne] : < http://fr.wikipedia.org/wiki/Uniform_Resource_Identifier >.

35 Les puristes noteront que la pérennité est plutôt assurée par l’URI qui renvoie à l’élément auteur du format Dublin Core. Le tableau est inspiré du billet de Gautier Poupeau cité précédemment.

36 Sur ces aspects, voir le chapitre 4 de notre ouvrage, Du tag au like. La pratique des folksonomies pour améliorer ses méthodes d’organisation de l’information, Limoges, Fyp éditions, 2012.

37 « Opendata - Liste des ouvrages des bibliothèques ». < http://opendata.paris.fr/opendata/jsp/site/Portal.jsp?document_id=102&portlet_id=102 >.

38 Silvère Mercier, « Bibliothèques publiques et open data : quels enjeux ? », Bibliobsession, billet du 7 juin 2011. [En ligne] : < http://www.bibliobsession.net/2011/06/07/bibliotheques-publiques-et-donnees-ouvertes/ >.

39 Citation d’Alan Mitchell, fondateur de la société britannique “control shift”, traduite par Daniel Kaplan « Big Data, grande illusion ? », Internetactu. [En ligne] : < http://internetactu.blog.lemonde.fr/2012/05/16/big-data-grande-illusion/ >.

Table des illustrations

Titre Les différentes dimensions du document numérique
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Trois principales dimensions
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Une exposition au sein de la Bibliothèque francophone de Second Life.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Les différents champs des métadonnées Dublin Core
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Yahoo en 1996 : un simple annuaire
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Yahoo.com en 2004 et le triomphe de la logique publicitaire
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Le portillon réalisé par des professeurs-documentalistes
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Un exemple de catégorisation d’intérêts avec Pinterest
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Un mur d’incipits par Numeriklivres sur Pinterest
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre La page Pinterest d’un CDI de collège24
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Le navigateur de recherche de Ravelry. Une logique proche des facettes
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Les principales actions autour du Web de données
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre La traduction en triplet de la phrase « Gautier Poupeau est l’auteur de Les technologies du Web sémantique. »
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2658/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search