Version classiqueVersion mobile

La documentation dans le numérique

 | 
Olivier Le Deuff

Chapitre 4. Appréhender le web

Texte intégral

1Appréhender le Web peut s’apparenter à une évidence, tant cela semble désormais un élément incontournable. Cependant, la difficulté vient du fait que le Web d’il y a 10 ou 15 ans ne correspond pas vraiment à ce qu’il est devenu et à ce qu’il sera probablement dans une dizaine d’années. Évidemment, la forte présence du Web 2.0 dans les discours a beaucoup influencé les institutions documentaires ces dernières années.

Retour sur le Web 2.0

  • 1 Ouriel Ohayon, « Le Web 2.0, une expression à mettre au placard une fois pour toute », Techcrunch. (...)

2Le Web 2.0 est une expression aux contours flous, véritable auberge espagnole dont certains blogueurs ont autrefois annoncé la mort1 et dont les caractéristiques sont désormais totalement consubstantielles au Web.

3D’emblée, l’aspect révolutionnaire attribué parfois au Web 2.0 et qui agit de manière équivalente à l’expression de société de l’information doit être modéré. Nous rejoignons sur ce point les propos d’Yves Jeanneret :

  • 2 Yves Jeanneret, « Comment faire, que faire, pourquoi faire ? Non-synthèse », Journée d’études Muse (...)

« Il faut bien faire un sort à la formule […] l’annonce du passage d’un “Web 1.0” à un “Web 2.0”. Cette formule instante présente une parenté assez fascinante avec une annonce qui l’a précédée, celle de “la société de l’information” […] Dans un cas comme dans l’autre, on a l’impression que tout d’un coup tout bouge en même temps, les outils techniques, les productions culturelles, et les logiques sociales, la définition du politique. »2

  • 3 Voir le chapitre II, «Les permanences documentaires», p. 33.

4Le caractère révolutionnaire de l’expression Web 2.0 ne peut être effectivement retenu. Il est trop simpliste et place des ruptures fortement discutables qui négligent les permanences évoquées auparavant3.

5L’expression de Web 2.0 demeure vague, elle est parfois peu aisée à définir. Elle marque l’avènement et le développement de fonctionnalités dites sociales, car elles permettent à l’usager de personnaliser son environnement informationnel et lui offrent la possibilité de mieux interagir sur les dispositifs Web. Le Web 2.0 apparaît initialement comme une idée, peut-être même une idée recyclée (voir l'encadré ci-après).

  • 4 Tim O’Reilly , “What is Web 2.0? Design Patterns and Business Models for the Next Generation of So (...)

6Dès lors, à quelle vision se réfère le Web 2.0, si ce n’est un retour aux premiers mythes du Web ? Dans son article définitoire4, Tim O’Reilly montrait des filiations avec des projets antérieurs et notamment ceux de l’hypertexte de Ted Nelson. Des filiations et des appuis à la fois théoriques et techniques qui relativisent fortement le caractère nouveau du Web 2.0, ce que Pierre Lévy résume :

  • 5 Interview de Pierre Lévy par Denis Failly, Nextmodernity, 17 juillet 2006. [En ligne] : < http://nextmodernitylibrary.blogspirit.com/archive/2006/07/13/ieml.html >.

« Tout cela manifeste une exploration sociale des diverses formes d’intelligence collective rendues possibles par le Web et représente donc une évolution très positive. Mais, en fin de compte, il s’agit d’une exploitation par et pour le plus grand nombre de potentialités qui étaient techniquement et philosophiquement déjà présentes dès l’apparition du Web en 93-94. Je vois là une maturation culturelle et sociale du Web (qui a été conçu dès l’origine par Tim Berners-Lee pour favoriser les processus collaboratifs) plutôt qu’un saut épistémologique majeur. »5

  • 6 Bela Banathy , Systems science and science : proceedings of the twenty-fourth annual North America (...)

7Ainsi, les réseaux sociaux souvent associés au Web 2.0 et qui connaissent un succès croissant ont déjà largement popularisés par les ouvrages d’Howard Rheingold et avaient déjà été conceptualisés par des chercheurs comme Bela Banathy6. Il apparaît donc que le Web 2.0 n’est absolument pas novateur en théorie. Il ne l’est d’ailleurs pas plus techniquement.

La naissance du phénomène du Web 2.0

La formule « Web 2.0 » émerge au cours d’une simple discussion à l’été 2004 dans les locaux de l’éditeur Tim O’Reilly a. L’expression est ainsi évoquée par Dale Dougherty, durant une discussion avec Craig Cline de MediaLive. Contrairement à ce que l’on peut parfois lire, il convient de rappeler que Tim O’Reilly n’est pas le créateur de l’expression. L’éditeur de presse informatique va davantage contribuer à son succès en mettant en place la stratégie autour de l’expression et il va également quelque peu la théoriser dans l’article célèbre b où il esquisse une définition du Web 2.0, en le désignant avant tout comme une plate-forme de services par opposition à un Web de contenus.

O’Reilly, Dougherty et Craig Cline vont rapidement s’adjoindre les services du journaliste John Batelle, un des cofondateurs de Wired Magazine, pour donner une perspective plus large à l’expression. En effet, Wired Magazine est le magazine incontournable en ce qui concerne les tendances du numérique, le choix est donc opportun si on veut impulser une nouvelle mode.

La première conférence Web 2.0 se tient alors en octobre 2004c et marque la concrétisation du mouvement.

Le véritable créateur de l’expression, Dale Dougherty est fréquemment qualifié de pionnier de l’Internet. Il est en effet le premier à développer une vision commerciale du Web en créant le Global Network Navigator (GNN), premier site à inclure de la publicité en 1993 et qui fut racheté par AOL en 1995d. Le rôle de l’autre discutant, Craig Cline, est difficile à établir dans la formulation de l’expression, d’autant qu’il est décédé en septembre 2006e.

Il apparaît de manière claire et évidente que le projet initial était de susciter un regain d’intérêt, notamment financier, pour le Web suite à l’échec de la bulle spéculative de 2000. Très vite, des craintes sont apparues au sujet d’une volonté d’accaparer l’expression du nom « Web 2.0 »f. O’Reilly souhaitait en effet que les « conférences Web 2.0 » restent son domaine réservé. Tim O’Reillyg avait admis sur son blog avoir fait un « faux pas », mais s’expliquait longuement sur sa volonté de protéger les conférences Web 2.0 que son groupe avait été le premier à mettre en place.

Aujourd’hui, l’expression de Web 2.0 apparaît comme datée. Cela explique sans doute pourquoi Tim O’Reilly avait tenté de relancer l’intérêt des investisseurs et des usagers en 2009, en évoquant une autre expression avec John Battelle : celle de Web au carré ou Web squaredh.

a. La compagnie O’Reilly édite notamment de nombreux ouvrages dans le domaine de l’informatique.
b. O’Reilly Tim, “What is Web 2.0?”, ibid.
c. < http://www.web2con.com/​ >.
d. L’information est reprise dans les biographies sur Dougherty et consultable sur le site d’O’Reilly : < http://www.oreillynet.com/​pub/​au/​26 >. On note un premier élément de similitude avec les premiers sites emblématiques du Web 2.0 (delicious, flickr, writely, etc.), qui furent rachetés par les leaders du Web tels Google ou Yahoo.
e. Tim O’Reilly n’en fait d’ailleurs aucune mention dans son article « pionnier », qui tente de définir un peu plus finement l’expression.
f. « À qui appartient la marque WEB 2.0 ? », Chroniques de la propriété intellectuelle. Billet du 6 juin 2006. [En ligne] : < http://breese.blogs.com/​pi/​2006/​06/​a_qui_appartien.html#more >.
g. Tim O’Reilly, “Web 2.0 Service Mark Controversy (Tim responding this aime)”, in Oreilly.radar. Billet du 30 mai 2006. [En ligne] : < http://radar.oreilly.com/​archives/​2006/​05/​web_20_service_mark_controvers.html >.
h. < http://www.oreillynet.com/​pub/​e/​1358 >.

Les usagers au service des usagers ?

8Des effets sont évidemment observables en ce qui concerne les usagers des services « Web 2.0 ». Il y a en fait une concrétisation des premières aspirations et des premières promesses du Web avec l’idée d’une communication élargie de tous à tous et non plus dispensée par quelques médias restreints. La personnalisation de l’information et la collaboration s’en trouvent facilitées. La définition la plus simple du Web 2.0 serait alors celle-ci : mettre l’usager au centre et notamment au centre de l’information. Cette place centrale de l’usager permet le développement de services gratuits qui reposent sur le crowdsourcing, c’est-à-dire l’apport de contenus par la foule. Il existe cependant un revers à la médaille.

Le travail gratuit ?

  • 7 La traduction par Internetactu.net de l’article d’Anderson, paru en octobre 2004 dans Wired, peut (...)
  • 8 “The provision of ʻfree labor,ʼ […] is a fundamental moment in the creation of value in the digita (...)

9La fameuse théorie du rédacteur en chef de Wired Chris Anderson “ The long tail ”7 ne constitue pas le seul modèle économique du Web 2.0. En effet, la gratuité affichée offre aux prestataires de services la constitution d’un contenu de valeurs en facilitant le dépôt de photos, vidéos, textes et autres recommandations par les internautes eux-mêmes. Si bien qu’il est parfois tentant d’assimiler cette production de richesses à une forme de travail gratuit8. Edward Bilodeau résume de manière détournée ce phénomène en parodiant par la même occasion l’article d’O’Reilly :

  • « Les utilisateurs fournissent les données (qui deviennent la propriété du prestataire de service) ;
  • les utilisateurs fournissent les métadonnées (qui deviennent la propriété du prestataire de service) ;
  • les utilisateurs créent la valeur ajoutée (qui devient la propriété du prestataire de service) ;
  • les utilisateurs paient le prestataire de service pour avoir le droit d’utiliser et de manipuler la valeur ajoutée qu’ils ont contribué à créer. » 9
  • 10 Il en va de même pour le marketing viral, qui parvient à faire de la publicité sans qu’elle soit po (...)

10Les activités des internautes, même les plus futiles en apparence, peuvent être ainsi considérées comme des formes de travail gratuit en augmentant les contenus disponibles en ligne sur les plate-formes, mais également en raison du temps passé en ligne, ce qui constitue un moyen de capter l’attention à des fins publicitaires10.

L’exploitation de nos données

  • 11 « La troisième dimension de l’économie du don est plus impalpable et pourtant très présente dans l (...)

11La question de la propriété des données et des contenus déposés par les internautes est alors posée11. Tim O’Reilly lui-même évoquait la question :

  • 12 Tim O’Reilly , ibid.

12This fact leads to a key question: Who owns the data?12

  • 13 Olivier Ertzscheid, « Le jour où notre disque dur aura disparu », Le Monde du 20 avril 2005.

13Olivier Ertzscheid 13 décrit parfaitement cette crainte de dépossession avec l’essor du cloud computing, ou informatique hébergée, qui fait peu à peu disparaître les données des disques durs des particuliers et des entreprises au profit des entrepôts de stockage de données, les fameux data centers. Mais les changements résident aussi dans des façons différentes d’appréhender l’information en s’intéressant davantage à ceux qui la produisent : auteurs et blogueurs.

Des modèles basés sur la popularité

14Les sphères documentaires reposent sur des mécanismes plus traditionnels et basés sur des mécanismes d’autorité, avec notamment le fait de distinguer les auteurs crédibles. Les milieux numériques sont plus complexes et privilégient la popularité.

15La popularité peut se définir comme la reconnaissance émanant du peuple. Elle n’est donc issue d’aucune institution. Sur les espaces numériques, la popularité d’un internaute émane parfois d’une communauté ou d’un réseau social potentiellement restreint, voire très spécialisé. Les mécanismes de popularité semblent démocratiques. Ils sont en fait bien plus complexes et sujets à manipulations. Pour rappel, le moteur de recherche Google fonctionne sur des mécanismes de popularité. Même si l’algorithme est fluctuant, sa base idéologique reste la même. Plus un site est cité par d’autres qui sont eux-mêmes beaucoup cités par d’autres, plus il gagne de points dans l’indice de Google : le page rank. Ce mécanisme est en fait l’application au Web des principes de la scientométrie et de la bibliométrie, qui mesurent l’impact et l’influence d’un article, d’une revue ou d’un auteur dans la communauté scientifique.

  • 14 Les dernières révélations sur l’espionnage des données des internautes par des services comme la N (...)

16Une légitimité populaire subit aléas et revirements incessants de l’opinion, notamment au gré des performances et des rumeurs. Les blogueurs, tout comme les sites de type Web 2.0, ne sont donc jamais à l’abri d’une désaffection subite, voire d’un manque d’investissement personnel. Toutefois, certains acteurs sont parvenus à s’imposer de manière notable sur les espaces numériques et ont construit une légitimité durable. Ils sont tellement incontournables qu’ils peuvent être considérés comme de nouvelles formes d’autorité. Google en constitue un exemple. Le moteur de recherche a poursuivi son expansion au point de rendre actuellement un grand nombre de services sur le Web. Les performances du moteur de recherche sont telles et son utilisation est devenue tellement courante que sa disparition se révélerait problématique. De même, le degré de confiance attaché à l’entreprise américaine est tout de même considérable et il semble que les internautes fassent plus confiance à Google qu’aux autorités étatiques en ce qui concerne leurs données sur le Web14. Un reportage humoristique allemand démontrait ce taux d’acceptation de l’intrusion dans nos vies quotidiennes en imaginant une application qui serait nommée “Google home view” et qui consisterait à photographier l’intégralité d’un appartement ou d’une maison pour mettre les images en ligne. Les humoristes sont ainsi parvenus à démontrer que beaucoup de citoyens allemands sont prêts à accepter une grande intrusion dans leur vie privée de la part de Google, dans un pays où, pourtant, on se méfie et on craint de laisser des traces, notamment avec une carte bleue. Le pouvoir qu’exerce Google sur les internautes et sur les Webmasters qui souhaitent réaliser un référencement optimal est évident. Google a d’ailleurs assuré son « autorité » via son page rank et ses systèmes de rémunération publicitaire : c’est devenu un passage obligé ou tout au moins évident. Ne pas exister sur Google pour un professionnel ou une entreprise est devenu impensable ou synonyme de lourd handicap.

17Une autre nouvelle autorité suscite parfois plus de rejet que Google. C’est l’encyclopédie collaborative en ligne Wikipédia, dont le succès n’est plus à démentir. Elle est devenue une ressource clé pour les étudiants, mais aussi pour bon nombre d’enseignants et d’usagers. Le réflexe Wikipédia parfois corrélé à celui de Google est de plus en plus avéré. Wikipédia repose sur un modèle beaucoup plus ouvert que celui de Google, tout en mettant en place des filtres hiérarchiques qui sont des formes de reproduction des mécanismes d’autorité traditionnelle. L’encyclopédie possède une qualité intrinsèque supérieure à la qualité moyenne que l’on peut rencontrer sur le Web. En dépit de ses imperfections, elle constitue bien souvent un rempart contre la désinformation ou la mauvaise information. Les professionnels de l’information et des bibliothèques ont commencé à mieux intégrer Wikipédia dans leurs pratiques et dans leurs cadres idéologiques. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que Rémi Mathis, le responsable français de Wikimédia, l’association qui gère le projet Wikipédia, soit un conservateur de bibliothèques. Wikipédia est donc amenée à évoluer et à s’améliorer avec le soutien des bibliothécaires. L’entreprise encyclopédique n’est donc pas à rejeter, mais au contraire à défendre. Il convient simplement de mieux former les usagers à son utilisation et de rappeler que Wikipédia n’a pas vocation à être la réponse à toutes les questions, mais qu’il s’agit souvent d’un marchepied pour rebondir vers d’autres sources.

La confusion entre autorité et popularité

  • 15 < www.technorati.com >.

18La légitimité de Google et Wikipédia est souvent la conséquence de la confusion entre le nom d’une marque et sa fonction. Ainsi le moteur de recherche équivaut à Google (qui est pourtant bien plus que ça), l’encyclopédie en ligne devient Wikipédia, etc. Tout cela démontre que la popularité n’a de cesse d’accroître la confusion entre les notions, les fonctions, le nom des outils et ceux des marques et des personnes. Cette confusion est entretenue par les entreprises du Web qui mélange sciemment ou non les notions de popularité et d’autorité. Le moteur de blog Technorati15 confère un indice d’autorité (authority) à des blogs qui reçoivent beaucoup de liens. Or il s’agit davantage d’autorité que de popularité. Le page rank de Google entretient aussi une forme de confusion, puisque les sites obtenant le meilleur Page Rank ont acquis des positions quasi autoritaires en étant bien placés dans les requêtes des internautes. Chaque changement de l’algorithme de Google met en péril certaines entreprises. En 2011, le libraire en ligne Bernard Strainchamps a dû fermer Bibliosurf en raison d’une chute brutale des visites venant initialement du moteur de recherche Google.

19Le réseau social Facebook impose parfois de façon « autoritaire » à ses usagers, à chaque changement de ses conditions générales d’utilisation ou de stratégie d’évolution en matière de design, des conditions juridiques et ergonomiques qui sont peu discutées et qui ne respectent que rarement le droit européen. Clairement, cela signifie que ce sont bien plus que de simples outils et qu’ils influencent notre quotidien, et pas nécessairement de façon positive.

Popularité et influence

  • 16 < www.klout.com >.
  • 17 Nolwenn Henaff, Parole authentique versus parole instrumentalisée : le pouvoir communicationnel de (...)

20La popularité concerne un nombre croissant de personnes, notamment de blogueurs. Les plus populaires étant plébiscités par leurs lecteurs et très courtisés par les publicitaires, ils deviennent les nouveaux « hérauts » qu’il faut lire et écouter. Mais cette popularité s’étend aussi aux réseaux sociaux, en particulier à Twitter, où certains usagers cherchent à obtenir le plus de milliers de personnes qui les suivent : les followers. Le concept d’influence est évidemment à l’honneur, à tel point que de nouvelles stratégies publicitaires et commerciales (buzz marketing) se mettent en place. Elles visent à courtiser les blogueurs qui reçoivent le plus d’audience afin qu’ils donnent leur avis, voire recommandent certains produits. Mais il est encore difficile de savoir quel crédit peut être accordé à certains blogueurs par les lecteurs, d’autant que la reconnaissance du blogueur n’est pas transcendantale mais est sans cesse remise en cause. De la même manière, les algorithmes de mesure de popularité tels que Klout16 ne font qu’accroître cette recherche de reconnaissance et entretiennent l’illusion d’une influence mesurable de manière objective, voire scientifique. Or ces algorithmes ne sont nullement scientifiques et tentent de calculer un indice à partir d’interactions sur les réseaux sociaux. Toutefois, ces phénomènes démontrent bien que les individualités prennent un grand essor et qu’il convient de tenter de mieux comprendre ce qui se produit. En effet, les personnalités émergentes au sein de la blogosphère n’émanent d’aucune institution a priori ou tout au moins ne s’expriment pas en tant que tel. Il reste que les expressions de blogosphère ou de twittosphère sont des expressions pratiques, mais qui rendent mal compte de la diversité des projets17. La légitimité individuelle est sans cesse remise en cause, elle n’est nullement instituée et n’est donc attribuée que pour une durée fortement limitée qui va dépendre de l’implication, de la régularité et de la qualité des interventions sur les blogs ou les réseaux sociaux. Très souvent l’expression de « passeurs » est employée pour décrire ces médiations et relais d’informations. Il apparaît clairement qu’il convient autant de prêter attention à la pertinence et à la qualité des informations et des documents sur le Web qu’aux individus qui publient ou relaient de l’information. Un phénomène qu’avaient déjà bien mis en avant les folksonomies et notamment les plates-formes de signets sociaux.

Le cas des folksonomies

  • 18 Mathes Adam, “Folksonomies – Cooperative Classification and Communication Through Shared Metadata” (...)

« Une folksonomie représente en même temps ce qu’il y a de meilleur et de pire dans l’organisation de l’information. » Adam Mathes18

21Véritable phénomène en 2005 concomitant à celui du Web 2.0, les folksonomies, mot formé de la contraction de folk (peuple) et de taxonomy (taxonomie) par l’architecte de l’information Thomas Vander Wal, ont connu un fort succès qui doit désormais être analysé de manière plus lucide. Elles offrent à l’usager la possibilité d’indexer des documents afin qu’il puisse les organiser et les retrouver plus aisément grâce à un système de mots-clés qui relève parfois plus d’un système Post-it que d’une véritable indexation. Le système diffère donc nettement des classifications traditionnelles comme la Dewey ou bien encore des thésaurus. Il n’y a justement pas de descripteurs préétablis ni de tentative de classement universel. La logique se construit donc au fur et à mesure de l’usage et se trouve très dépendante de la cohésion et de la cohérence des usagers.

  • 19 Les réflexions et les expériences menées tendent à privilégier des formes hybrides mêlant indexati (...)
  • 20 Shirky Clay, “Ontology is Overrated : Categories, Links and Tags”, Clay Shirky’s Writings About th (...)

22Après l’enthousiasme et les exagérations du début, il apparaît clairement désormais que les folksonomies ne sont pas concurrentes des classifications traditionnelles, mais différentes voire complémentaires19. Il ne s’agit donc plus d’arguer qu’elles sont la solution miracle ni de considérer qu’elles entraînent la disparition des systèmes de classement des professionnels comme certains pro-folksonomies20 ont pu l’affirmer. Les folksonomies ne s’inscrivent pas initialement dans une volonté de construction de connaissance, mais sont plutôt liées aux systèmes d’information personnalisés, voire collaboratifs. Originellement, il s’agissait surtout de créer des taxonomies sociales lorsqu’il n’y avait pas de professionnel chargé de cette question dans l’entreprise ou l’organisation.

23Mais c’est bien l’extension des folksonomies au Web qui a permis son succès et notamment son application aux plates-formes de contenus générés par les utilisateurs.

24La philosophie est clairement différente de l’indexation professionnelle, puisque l’objectif n’est pas de contraindre le choix des mots-clés de l’usager, mais au contraire de lui conférer une liberté totale, notamment parce qu’il s’agit aussi de permettre une forme d’indexation à des contenus qui ne peuvent être analysés par des professionnels. Tout peut être potentiellement « tagué » par l’usager (photos, vidéos, billets de blog, etc.). Cette action de taguer n’est donc pas totalement similaire à celle exercée lors d’une indexation professionnelle. Le principe consiste à attribuer un mot-clé librement choisi qui porte le nom de tag. Le terme est défini par Guy Marieke et Emma Tonkin :

  • 21 Guy Marieke , Emma Tonkin , “Folksonomies. Tidying up Tags?”, Dlib Magazine, Vol. 12, nº 1, 2004. [ (...)

« Que sont vraiment les tags ? Une définition simple serait de dire que les tags sont des mots-clés, des catégories de noms, ou des métadonnées. Essentiellement, un tag est simplement un jeu de mots-clés librement choisi. Cependant du fait que les tags ne sont pas créés par des spécialistes de l’information, ils ne suivent aucune indication formelle. Cela signifie que ces items peuvent être catégorisés avec n’importe quel mot définissant une relation entre la ressource en ligne et un concept issu de l’esprit de l’usager. Un nombre infini de mots peut être choisi, dont quelques-uns sont issus de représentations évidentes tandis que d’autres ont peu de signification en dehors du contexte de l’auteur du tag. » 21

25Évidemment, tous les écueils bien connus des professionnels de l’indexation se retrouvent dans les folksonomies. Certes, elles permettent parfois de donner des formes de signalement et un début de catégorisation de ressources que des professionnels n’ont pas le temps d’indexer, mais elles participent également à l’infopollution du fait d’usagers peu scrupuleux qui tentent d’attirer des visiteurs sur un site par l’emploi de mots-clés détournés.

26L’idée d’un tag literacy, c’est-à-dire l’acquisition de compétences pour utiliser à bon escient les tags, a été évoquée afin de pallier les erreurs commises, mais également dans le but d’envisager des systèmes plus collaboratifs.

27Selon nous, ces systèmes permettent surtout de distinguer des personnes ressources qui repèrent des documents qu’ils jugent pertinents. Dès lors, les folksonomies s’inscrivent plutôt dans une démarche de veille et peuvent ainsi demeurer plutôt dans l’héritage documentaire, même si les velléités des folksonomistes ne sont pas toutes louables.

28La question est donc celle de la médiation et notamment des passeurs dignes de confiance.

  • 22 Suzan Kovacs, « Penser, classer, et la culture de l’imprimé : l’index du livre imprimé au xvie siè (...)

29Parmi les éléments les plus remarquables des folksonomies, il faut évidemment évoquer la puissance des signets sociaux comme Diigo ou Delicious, qui constituent des outils précieux des travailleurs du savoir, qui peuvent ainsi collecter, décrire et taguer les ressources qu’ils jugent intéressantes. Ils ne sont pas sans rappeler la pratique des lieux communs22 qui consistait pour l’étudiant à relever des idées et des citations d’auteurs pour qu’il puisse lui-même se constituer un recueil. La figure du passeur, en tant que folksonomiste reconnu voire influent, prend de l’ampleur, car il est celui qui va repérer et diffuser l’information qu’il juge pertinente. Les utilisateurs de systèmes comme Delicious ou Diigo témoignent de l’intérêt de l’outil dans une optique de gestion personnelle de ses signets ou favoris, mais aussi dans une démarche plus collective, voire collaborative, car les travaux de signalement de l’un peuvent servir l’autre et vice-versa.

30Les tags représentent également des marques de parcours de lecture. L’étude des folksonomies doit donc être élargie à d’autres domaines. Les folksonomies possèdent trois dimensions qu’il est possible de distinguer :

  • la dimension d’indexation. C’est la dimension basique et souvent la seule considérée dans les études sur le sujet. Ce sont surtout ces possibilités qui ont intéressé aussi les professionnels. Le tag devenant simplement un mot-clé libre ;
  • la dimension mnémotechnique montre l’importance des enjeux de mémoire dans les dispositifs utilisant les folksonomies. En effet, les folksonomies facilitent les consultations ultérieures des données collectées et conservées en cas de besoin. Cette dimension se révèle très présente chez les usagers des signets sociaux ;
  • la dimension d’annotation opère en relation avec les deux précédentes. Le tag peut également être perçu comme une forme d’annotation, d’autant qu’il s’accompagne parfois de notes ou de commentaires, voire de résumés, notamment dans le cas des signets sociaux. La définition de l’annotation la plus appropriée dans ce cadre est celle de Manuel Zacklad23 :

« Toute forme d’ajout visant enrichir une inscription ou un enregistrement pour attirer l’attention du récepteur sur un passage ou pour compléter le contenu sémiotique par la mise en relation avec d’autres contenus sémiotiques préexistants ou par une contribution originale. Cette extension donnée au sens du terme d’annotation est pour partie la conséquence des usages terminologiques associés à la gestion collective des documents sur le Web où le terme d’annotation peut désigner aussi bien le fait de surligner un passage, le rajout d’une balise sémantique permettant le classement du document (“taguer”), ou la rédaction d’un commentaire associé à un texte en ligne. »

Les trois dimensions des folksonomies

Les trois dimensions des folksonomies

31Les folksonomies réalisent une réconciliation entre l’indexation et l’annotation. Le numérique permet d’ailleurs d’envisager des index – ou tout au moins des catégorisations – de ses propres annotations et de pouvoir plus aisément les retrouver et les partager.

32Les folksonomies ne constituent pas de réelles alternatives à l’indexation professionnelle. Elles sont davantage un complément, voire un palliatif en cas d’absence de traitement documentaire. Elles peuvent aussi constituer des moyens d’envisager de futurs thésaurus ou tout au moins de nouvelles taxonomies. En effet, les tags utilisés permettent d’éclairer certains usages pour la réalisation de langages structurés prenant davantage en compte les pratiques des usagers. Les folksonomies ne sont donc pas dans une logique d’opposition avec les systèmes professionnels d’organisation des connaissances. Leur présence courante dans les catalogues de centres de documentation et de bibliothèques témoigne bien de cette complémentarité. Il reste néanmoins que les folksonomies n’ont pas répondu pleinement à toutes les aspirations premières, en grande partie car la solution de facilité pour les implémenter ne s’accompagne pas de la nécessité d’une animation, voire d’une formation à ces potentialités. Pourtant, les folksonomies peuvent constituer un moyen d’offrir aux usagers une porte d’entrée dans la logique de la bibliothèque 2.0.

Le cas de la bibliothèque 2.024

  • 24 Cette sous-partie reprend un travail décrit dans un article scientifique pour Les cahiers du numér (...)

33Parmi les concepts influencés par le Web 2.0, celui de bibliothèque 2.0 est l’un des plus intéressants à étudier. D’abord, il est l’un des premiers à avoir émergé rapidement après le début de popularisation du Web 2.0. Ensuite, il mêle deux concepts d’essence antinomique, ce qui fait que le concept peut paraître d’emblée comme une forme d’oxymore.

34La bibliothèque est issue d’un modèle traditionnel des savoirs avec des circuits de vérification et la volonté de mettre à disposition une information de qualité classée de manière normée. Le Web 2.0 repose sur d’autres aspects, dont celui de libre expression et de facilitation des échanges. La légitimité diffère donc, elle est d’essence autoritaire ou descendante dans la bibliothèque, tandis qu’elle repose sur la popularité et une logique ascendante dans les outils du Web 2.0. Cependant, il faut bien se garder de ne voir que l’institution bibliothèque en oubliant ses usagers et surtout les professionnels qui y travaillent. D’ailleurs, ce sont plus les professionnels et les usagers qui ont le plus évolué dans leurs pratiques que la bibliothèque elle-même.

35Cette évolution professionnelle s’est accompagnée de la déclinaison du concept avec l’expression de « bibliothécaire 2.0 ». La « blogosphère » de l’information-documentation a été la première à l’employer et à la faire connaître sur les listes de diffusion. Cet intérêt subit pour le Web 2.0 des sphères bibliothéconomiques n’est ni étonnant ni nouveau. Beaucoup de professionnels s’étaient déjà interrogés sur l’évolution apportée par le Web au domaine des connaissances et sur ses conséquences sur l’institution des bibliothèques.

  • 25 Michael Casey , “Working Towards a Definition of Library 2.0”, Librarycrunch. Billet du 21 octobre (...)
  • 26 Stephen Abram, “Web 2.0, Library 2.0, and Librarian 2.0: Preparing for the 2.0 World”, Sirsi Dynix (...)

36Le terme de bibliothèque 2.0 fut employé la première fois par Michael Casey en septembre 2005 sur son blog Librarycrunch25, concrétisant plusieurs réflexions émises durant l’année au sujet des outils du Web 2.0 susceptibles de s’intégrer en bibliothèque. Très vite, l’expression va se décliner à la fois au catalogue, mais principalement au bibliothécaire lui-même avec le billet de Stephen Abram26 qui déplace la problématique sur l’évolution du métier : il cherche à démontrer que la bibliothèque 2.0 avait le plus de chance de devenir une réalité en faisant d’abord évoluer les professionnels des sciences de l’information et des bibliothèques.

  • 27 “Is library 2.0 a trivial pursuit?” Diskus Centre, London, Wednesday 21st November, 2007. [En lign (...)
  • 28 Il existe toutefois un projet autour du cahier des charges de la bibliothèque idéale.
  • 29 M. Stephens & M. Collins , “Web 2.0, Library 2.0, and the Hyperlinked Library”, Serials Review, 200 (...)
  • 30 P. Danowski, L. Heller, “Bibliothek 2.0 - Die Zukunft der Bibliothek”, Bibliotheksdienst, 11/2006 S (...)
  • 31 K. Coyle, “The Library Catalog in a 2.0 World”, The Journal of Academic Librarianship, 2007, 33(2), (...)

37Il reste cependant des difficultés de définition du concept, tant les définitions de la bibliothèque 2.0 apparaissent rapidement multiformes, quelque peu insaisissables, d’où l’interrogation sur ses divers composants. Un workshop à Londres en 2007 posait même la question dans son titre : « La bibliothèque 2.0 est-elle un trivial pursuit ? »27. Il ne peut y avoir de définition figée de la bibliothèque 2.0 et encore moins de normalisation, voire de cahier des charges strict28. Il s’agit plutôt dès lors d’un « état d’esprit » pour reprendre l’expression de Tim O’Reilly concernant le Web 2.0. Si bien qu’il peut être tentant de se demander si le Web 2.0 et les déclinaisons en 2.0 sont réellement assimilables à des concepts, compte tenu du flou définitionnel qui les entoure. Actuellement, l’expression apparaît complètement datée. D’autres expressions ont également émergé pour qualifier l’évolution des bibliothèques avec le Web 2.0. Nous avons notamment rencontré celles de bibliothèque hybride, bibliothèque hyperliée ou hypermédia (hyperlink library, chez Stephens et Collins)29 voire bibliothèque sociale (Sozial Bibliothek)30. Par extension, le catalogue31 ou OPAC de la bibliothèque connaît lui aussi une évolution qui se constate avec les expressions de catalogage social, notamment.

  • 32 Yves-François Le Coadic, Usages et usagers de l’information, Paris, A. Colin, 2004.
  • 33 Jack M. Maness , “The best conception of Library 2.0 at this point in time would be a social networ (...)

38Précisons que l’usager de la bibliothèque se voit transformé à son tour, on lui confie un rôle plus important que précédemment même si, en théorie, l’usager était déjà placé au centre du système documentaire (Le Coadic)32. Il devient participant, ou tout au moins redessine selon ses besoins la bibliothèque dans une stratégie de personnalisation33.

  • 34 Idem.

39Néanmoins, il ne s’agit pas de demeurer sur une logique d’opposition, mais plus sur une logique de complémentarité, car le modèle classique n’a pas disparu et s’est simplement ouvert davantage au second. En cela, l’expression de bibliothèques hybrides correspond mieux à la réalité. Maness34 considère que la bibliothèque 2.0 est justement un mixage de différentes applications et possibilités, bref une mashup :

  • 35 Citation originale : “Library 2.0 is a mashup. It is a hybrid of blogs, wikis, streaming media, co (...)

« La bibliothèque 2.0 est une mashup. C’est un hybride de blogs, de wikis, de médias en streaming, d’agrégateurs de contenus, des messageries instantanées et des réseaux sociaux. » 35

40Ces diverses fonctionnalités se retrouvent dans le tableau ci-après et constituent non pas un remplacement du modèle traditionnel, mais plutôt une extension.

  • 36 M. Stephens & M. Collins, (2007), “Web 2.0, Library 2.0, and the Hyperlinked Library”, Serials Revi (...)
  • 37 Olivier Le Deuff, « La bibliothèque 2.0 », Les cahiers du numérique, numéro spécial « Du Web 2.0 au (...)

Les quatre tendances de la philosophie de la bibliothèque 2.0 (d’après Collins et Stephens, 2007)36. Version parue initialement dans Les cahiers du numérique37

Les quatre tendances de la philosophie de la bibliothèque 2.0 (d’après Collins et Stephens, 2007)36. Version parue initialement dans Les cahiers du numérique37


41Les tags sont de bons moyens pour permettre à l’usager de participer et de s’approprier la bibliothèque, et d’y introduire des éléments de personnalisation. En cela, la bibliothèque 2.0 rejoint la caractéristique du Web 2.0 en ce qui concerne la personnalisation de l’information permise notamment par les agrégateurs de flux RSS, les « pages d’accueil personnalisées » ou bien encore les sites de signets en ligne.

  • 38 . Il était possible d’ajouter des précisions à sa réponse. Beaucoup ne voyaient pas d’incompatibil (...)

42Cependant, le modèle du Web 2.0 diffère nettement des modèles classiques des savoirs et ne privilégie d’ailleurs pas la production de connaissances, mais plutôt l’échange, et la communication. Ce n’est pas sans risque pour les domaines éducatifs et de la formation, car les objectifs diffèrent. Le Web 2.0 privilégie l’éphémère et non la durée ou une remise en cause fréquente (la bêta perpétuelle). Pour la bibliothèque, l’inclusion de services Web 2.0 ne doit pas remettre en cause l’ensemble de la structure institutionnelle, notamment le fait de travailler avec des objectifs à moyen ou long terme. En effet, le risque serait de vouloir sans cesse s’adapter aux nouvelles technologies (par crainte d’être en retard sur d’autres services ou d’autres pays) et d’entrer dans une logique à court terme qui ne privilégie que l’adjonction de nouvelles technologies. Il s’agit donc chez Stephens et Collins d’une nouvelle philosophie qui va au-delà de l’utilisation d’outils Web au sein de la bibliothèque. Toutefois, les résultats d’une enquête que nous avions menée en 2009 montrent que cette opposition n’est pas irrémédiable, certaines personnes n’y voyant même aucune incompatibilité38.

  • 39 Olivier Le Deuff, ibid.

La compatibilité des concepts de bibliothèque et de Web 2.0 (version parue dans Les cahiers du numérique)39

La compatibilité des concepts de bibliothèque et de Web 2.0 (version parue dans Les cahiers du numérique)39

Outils ou modélisations ?

  • 40 C. Xu, F. Ouyang, H. Chu, “The Academic Library Meets Web 2.0: Applications and Implications”, The (...)
  • 41 L’étude américaine ne permettait pas plusieurs réponses. La messagerie instantanée était la plus c (...)

43L’injonction à utiliser le Web 2.0 en bibliothèque conduit surtout à une vision parfois « orientée outils ». D’ailleurs, ce sont fréquemment des outils qui sont présentés dans les discours et les formations autour de la bibliothèque 2.0. Une étude sur les bibliothèques universitaires américaines40 montre une hétérogénéité dans les pratiques quant à l’utilisation du Web 2.0 au sein des bibliothèques, au point qu’il est encore difficile de dépasser les seules utilisations encore marginales des outils venus du Web 2.0. Les outils les plus utilisés sont nettement la messagerie instantanée et le blog41. Notre enquête confirmait cette tendance, en plaçant toutefois le blog largement devant le développement de nouvelles manières d’interagir avec le bibliothécaire, notamment via les messageries.

  • 42 Plusieurs réponses étaient possibles.

Les outils du Web les plus utilisés en bibliothèque42.

Les outils du Web les plus utilisés en bibliothèque42.
  • 43 David Bigwood, Catalogablog. Library cataloging, classification, metadata, subject access and relat (...)
  • 44 Ces résultats sont confirmés par le travail de recherche de Xu et notre enquête.

44Il faut également signaler que le catalogue de la bibliothèque connaît lui aussi cette évolution, à tel point que les expressions d’OPAC 2.0, de Social Opac (Sopac), mais aussi de cataloblog et de catalogablog (popularisé par David Bigwood sur son blog éponyme)43 se rencontrent. Parmi les fonctionnalités les plus utilisées au sein des catalogues, les flux RSS et l’ajout de résumés sont les plus fréquentes44. Il reste évidemment à nuancer ces résultats, surtout parce que les catalogues ne permettent pas toujours de mesurer l’ensemble des possibilités du Web 2.0. Il est vrai que ce sont parfois des applications ou des services commerciaux qui offrent des préfigurations de l’avenir des catalogues de bibliothèque. Si Amazon a pu être montré comme exemple, c’est sans aucun doute le site et réseau social Librarything qui suscite le plus d’intérêt.

L’exemple de Librarything comme modèle d’une bibliothèque 2.0

45Librarything est une plate-forme désormais célèbre qui peut être considérée comme un laboratoire d’expériences à surveiller et à tester pour les professionnels des bibliothèques. Librarything est une application Web de catalogage social, destinée à enregistrer et à partager des bibliothèques personnelles et des listes de livres. Librarything a été ouvert le 29 août 2005 et développé par Tim Spalding. Depuis, le service a poursuivi son développement. Au 14 novembre 2012, la plate-forme contient notamment plus de 1,6 million de membres, plus de 76 millions d’ouvrages catalogués et plus de 91 millions de tags ! Librarything est traduit en plusieurs langues, ce qui explique son envergure mondiale.

46Librarything permet le catalogage automatique de livres via l’importation des données de librairies en ligne (Amazon notamment) et de catalogues de bibliothèques. Il est possible de récupérer les notices en tapant simplement un ISBN. L’usager peut ensuite modifier ses notices et ajouter tags, commentaires. Librarything offre une série de fonctionnalités, dont les suivantes :

  • recherche d’ouvrages et de notices, des avis et commentaires associés ;
  • réalisation d’une bibliothèque personnelle ou associative ;
  • constitution d’un profil de type réseau social ;
  • production d’avis et de commentaires sur les ouvrages.

47Librarything est souvent présenté comme un modèle de bibliothèque 2.0, car il constitue en fait un véritable réseau social culturel des lectures avec des possibilités assez puissantes d’interactions et de gestion de ses activités personnelles. La plate-forme avait été prévue initialement pour permettre à chacun d’organiser sa propre bibliothèque personnelle et de pouvoir pallier les besoins de bibliothèques associatives n’ayant ni les moyens ni le temps de mettre en place un système informatisé de gestion de bibliothèque.

48Librarything offre un véritable tableau de bord statistique qui peut intéresser des éditeurs, des bibliothécaires ou des libraires pour connaître les tendances. Le service permet aussi aux auteurs de créer un profil dédié, d’attacher ses ouvrages à son compte et donc de pouvoir échanger plus facilement avec ses lecteurs.

  • 45 < www.babelio.com/ >.

49Dans le même genre, le site Babelio45 constitue une communauté francophone de lecture. Babelio propose le service Babelthèque pour enrichir les catalogues des bibliothèques des commentaires des usagers de la plate-forme. Ce service est d’ailleurs utilisé par la bibliothèque municipale de Toulouse. La liaison avec les outils professionnels est donc pleinement opérationnelle.

50Appréhender le Web ne signifie pas s’y jeter sans réflexion en cherchant à tout prix à ne rater aucune évolution potentielle. Il s’agit plutôt d’opérer une veille régulière sur les applications et les nouveaux services tout en exerçant son esprit critique, en n’hésitant pas à tester avant de faire le choix d’une réelle adoption. Une bonne compréhension du Web et surtout une pratique sérieuse permettent d’avoir un regard lucide et critique sur les enjeux du numérique.

Notes

1 Ouriel Ohayon, « Le Web 2.0, une expression à mettre au placard une fois pour toute », Techcrunch.fr, billet du 10 octobre 2008. [En ligne] : < http://fr.techcrunch.com/2008/10/10/fr-le-web20-une-expression-a-mettre-au-placard-une-fois-pour-toute/ >.

2 Yves Jeanneret, « Comment faire, que faire, pourquoi faire ? Non-synthèse », Journée d’études Musettes Sites Internet : quelles ressources pour les visiteurs ?, OCIM, novembre 2007, p. 2.

3 Voir le chapitre II, «Les permanences documentaires», p. 33.

4 Tim O’Reilly , “What is Web 2.0? Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Software”, in Oreilly. 30 septembre 2005. [En ligne] : < http://www.oreillynet.com/pub/a/oreilly/tim/news/2005/09/30/what-is-web-20.html >.

5 Interview de Pierre Lévy par Denis Failly, Nextmodernity, 17 juillet 2006. [En ligne] : < http://nextmodernitylibrary.blogspirit.com/archive/2006/07/13/ieml.html >.

6 Bela Banathy , Systems science and science : proceedings of the twenty-fourth annual North American meeting of the Society for General Systems Research with the AmericanAssociation for the Advancement of Science, Bela H. Banathy, San Francisco, 7-10 janvier 1980.

7 La traduction par Internetactu.net de l’article d’Anderson, paru en octobre 2004 dans Wired, peut être consultée : < http://www.internetactu.net/?p=5911 >. Cette théorie met en avant le fait que l’économie via Internet permet à tout type de produits de rencontrer des consommateurs grâce à un marché plus vaste et à des coûts de stockage plus faibles. Ce modèle parfois également appelé « théorie de la bibliothèque » est en fait pleinement celui du site Amazon, dont l’essentiel des recettes provient de la somme de produits qui sont vendus en petit nombre.

8 “The provision of ʻfree labor,ʼ […] is a fundamental moment in the creation of value in the digital economies”, Terranova Tizia, “Free Labor: Producing Culture for the Digital Economy”, Electronic Book review, 20 juin 2003. [En ligne] : < http://www.electronicbookreview.com/thread/technocapitalism/voluntary >.

9 Edward Bilodeau, “Web 2.0: It’s all about people”, Edward Bilodeau. Billet du 21 octobre 2005. [En ligne] : < http://www.coolweblog.com/bilodeau/archives/001641.html >. Nous reprenons ici la traduction d’Internetactu qui a fait un point sur la question. http://www.internetactu.net/?p=6447 >.

10 Il en va de même pour le marketing viral, qui parvient à faire de la publicité sans qu’elle soit pour autant perçue comme telle, en s’appuyant sur la force de diffusion de la somme des internautes. Les entreprises qui souhaitent faire connaître leurs produits vont chercher les moyens de faire parler de leurs produits de manière plus efficace.

11 « La troisième dimension de l’économie du don est plus impalpable et pourtant très présente dans le Web 2.0, il s’agit du don fortuit. Les internautes mettent en ligne nombre de leurs productions, par commodité pour eux, pour ne pas les perdre, y accéder de lieux différents ou encore les partager avec leur famille ou des intimes, mais leur motivation première n’est pas toujours, loin s’en faut, de publier leurs œuvres ou de partager leur patrimoine et ils ont parfois une conscience très approximative des conséquences potentielles de l’accessibilité large donnée à leurs textes, photos, musiques ou vidéos », in Jean-Michel Salaün, L’économie du don. [En ligne] : < http://blogues.ebsi.umontreal.ca/jms/index.php/post/2006/08/14/56-economie-du-don >.

12 Tim O’Reilly , ibid.

13 Olivier Ertzscheid, « Le jour où notre disque dur aura disparu », Le Monde du 20 avril 2005.

14 Les dernières révélations sur l’espionnage des données des internautes par des services comme la NSA laissent songer que la confiance va se raréfier, d’autant que les entreprises privées ne garantissent nullement une sécurité et une confidentialité absolues.

15 < www.technorati.com >.

16 < www.klout.com >.

17 Nolwenn Henaff, Parole authentique versus parole instrumentalisée : le pouvoir communicationnel des blogs, Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, sous la direction d’Yves Chevalier : Rennes, université Rennes 2, septembre 2008.

18 Mathes Adam, “Folksonomies – Cooperative Classification and Communication Through Shared Metadata”, Adam Mathes.com, décembre 2004. [En ligne] : < http://www.adammathes.com/academic/computer-mediated-communication/folksonomies.html >.

19 Les réflexions et les expériences menées tendent à privilégier des formes hybrides mêlant indexation professionnelle et « taguage » des usagers.

20 Shirky Clay, “Ontology is Overrated : Categories, Links and Tags”, Clay Shirky’s Writings About the Internet, 2005. [En ligne] : < http://www.shirky.com/writings/ontology_overrated.html >.

21 Guy Marieke , Emma Tonkin , “Folksonomies. Tidying up Tags?”, Dlib Magazine, Vol. 12, nº 1, 2004. [En ligne] : < http://www.dlib.org/dlib/january06/guy/01guy.htm >.

22 Suzan Kovacs, « Penser, classer, et la culture de l’imprimé : l’index du livre imprimé au xvie siècle », in L’organisation des connaissances : approches conceptuelles, Actes du 4e Congrès ISKO France, Grenoble, 3 et 4 juillet 2003.

23 Manuel Zacklad, « Annotation : attention, association, contribution », in Pascal Salembier et Manuel Zacklad (éd.), Annotations dans les documents pour l’action, Paris, Lavoisier, 2007 (Collection Management des savoirs), pp. 29-46.

24 Cette sous-partie reprend un travail décrit dans un article scientifique pour Les cahiers du numérique.

25 Michael Casey , “Working Towards a Definition of Library 2.0”, Librarycrunch. Billet du 21 octobre 2005. [En ligne] : < http://www.librarycrunch.com/2005/10/working_towards_a_definition_o.html >.

26 Stephen Abram, “Web 2.0, Library 2.0, and Librarian 2.0: Preparing for the 2.0 World”, Sirsi Dynix one source. [En ligne] : < http://www.imakenews.com/sirsi/e_article000505688.cfm?x=b6yRqLJ,b2rpQhRM >.

27 “Is library 2.0 a trivial pursuit?” Diskus Centre, London, Wednesday 21st November, 2007. [En ligne] : < http://www.jibs.ac.uk/events/workshops/web2.0/intro.html#booking >.

28 Il existe toutefois un projet autour du cahier des charges de la bibliothèque idéale.

29 M. Stephens & M. Collins , “Web 2.0, Library 2.0, and the Hyperlinked Library”, Serials Review, 2007, 33(4), pp. 253-256.

30 P. Danowski, L. Heller, “Bibliothek 2.0 - Die Zukunft der Bibliothek”, Bibliotheksdienst, 11/2006 S. pp. 1259-1271.

31 K. Coyle, “The Library Catalog in a 2.0 World”, The Journal of Academic Librarianship, 2007, 33(2), pp. 289-291.

32 Yves-François Le Coadic, Usages et usagers de l’information, Paris, A. Colin, 2004.

33 Jack M. Maness , “The best conception of Library 2.0 at this point in time would be a social network interface that the user designs”, dans “Library 2.0 Theory: Web 2.0 and Its Implications for Libraries”, Webology 3, nº 2 (juin 2006). < http://www.webology.ir/2006/v3n2/a25.html > .

34 Idem.

35 Citation originale : “Library 2.0 is a mashup. It is a hybrid of blogs, wikis, streaming media, content aggregators, instant messaging, and social networks”, idem.

36 M. Stephens & M. Collins, (2007), “Web 2.0, Library 2.0, and the Hyperlinked Library”, Serials Review, 2007, 33(4), pp. 253-256.

37 Olivier Le Deuff, « La bibliothèque 2.0 », Les cahiers du numérique, numéro spécial « Du Web 2.0 au concept 2.0 », 2010, pp. 97-118.

38 . Il était possible d’ajouter des précisions à sa réponse. Beaucoup ne voyaient pas d’incompatibilités entre les deux concepts.

39 Olivier Le Deuff, ibid.

40 C. Xu, F. Ouyang, H. Chu, “The Academic Library Meets Web 2.0: Applications and Implications”, The Journal of Academic Librarianship, 2009, 35(4), pp. 324-331.

41 L’étude américaine ne permettait pas plusieurs réponses. La messagerie instantanée était la plus citée à 34 % devant le blog (20 %). (C. Xu, F. Ouyang, H. Chu, The Academic Library Meets Web 2.0: Applications and Implications. The Journal of Academic Librarianship, 2009, 35(4), pp. 324-331).

42 Plusieurs réponses étaient possibles.

43 David Bigwood, Catalogablog. Library cataloging, classification, metadata, subject access and related topics. < http://catalogablog.blogspot.com/ >.

44 Ces résultats sont confirmés par le travail de recherche de Xu et notre enquête.

45 < www.babelio.com/ >.

Table des illustrations

Titre Les trois dimensions des folksonomies
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Les quatre tendances de la philosophie de la bibliothèque 2.0 (d’après Collins et Stephens, 2007)36. Version parue initialement dans Les cahiers du numérique37
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2615/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre La compatibilité des concepts de bibliothèque et de Web 2.0 (version parue dans Les cahiers du numérique)39
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2615/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Les outils du Web les plus utilisés en bibliothèque42.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2615/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search