Version classiqueVersion mobile

La documentation dans le numérique

 | 
Olivier Le Deuff

Chapitre 7. Usages et Usagers

Texte intégral

1Le numérique change les usages et les usagers, et la moindre innovation ou le moindre développement d’un nouvel outil paraît modifier la situation. Les usages et les pratiques ne demeurent pas totalement stables, tandis que les compétences requises sont diverses et ne sont pas toujours partagées par tous les usagers, voire par les professionnels eux-mêmes. Dans cette configuration, il est difficile de catégoriser des usages de façon durable. La distinction entre usagers et non-usagers se révèle clairement insuffisante. De même, le concept de fracture numérique ne saurait suffire à tout expliquer, tant les usages et pratiques sont divers et complexes.

2Dans la prise en compte des usagers, la tentation théorique a toujours été de considérer l’usager comme l’élément central. Ce choix n’est pas critiquable, et les bibliothèques et les centres de documentation ont très tôt pris conscience de cette importance au moment où les administrations ont été sommées d’orienter leur stratégie vers les besoins des administrés tandis que les entreprises déplaçaient leurs stratégies du produit aux clients. Toutefois, la mise au centre du système de l’usager n’est parfois restée que théorique. En effet, cette mise au centre doit évidemment être effectuée en cohérence avec le reste des missions. Il est bien connu que les besoins des usagers peuvent parfois entrer en opposition avec les missions de conservation de certaines bibliothèques. Mais il est probable que le problème se situe en fait ailleurs, au niveau de l’accueil. Comme le remarque la bibliothécaire du blog Desperate Librarian Housewife, l’accueil est inexistant dans la plupart des bibliothèques qu’elle a pu visiter en France et à l’étranger. Cela peut témoigner d’un étrange paradoxe et faire vraiment douter de la place réellement centrale de l’usager. Toutefois, elle rappelle à dessein que le besoin de l’usager est très souvent de ne pas être accueilli par le personnel pour ne pas être dérangé :

  • 1 Billet en forme d’hommage, billet du 10 novembre 2012, Desperate Housewife Blog. [En ligne] : < http://sophiebib.blogspot.fr/2012/11/billet-en-forme-dhommage.html >.

« Mais je dirais plutôt dans la majorité des cas pas accueillie du tout et ce quel que soit le pays ! Ce qui je dois l’avouer me convient très bien, je déteste que l’on me saute dessus à peine franchi le seuil d’un lieu, j’aime pouvoir m’y promener, découvrir les lieux, ressentir l’ambiance, je dirais même m’imprégner… »1

3En conséquence, il apparaît que l’usager doit développer de lui-même son adéquation avec les lieux ou les services qu’on lui propose, sans qu’on lui impose nécessairement des manières de faire ou de voir. Cependant, l’autre risque est celui de se contenter d’une autonomie de façade de l’usager.

Le mythe de l’autonomie

4L’autonomie fonctionne souvent comme un mirage en matière éducative et elle constitue une espérance parfois vaine en bibliothèque. Elle n’a qu’un sens relatif. L’individu est autonome dans certaines situations. L’autonomie correspond à la capacité à pouvoir agir seul, sans l’aide des autres. Malheureusement, le constat de cette autonomie est discutable et diffère selon les observateurs. Trop souvent, l’illusion d’autonomie semble être privilégiée à l’autonomie réelle. Et c’est bien le problème. Les environnements numériques accroissent fortement cette illusion de capacité à travailler et à comprendre. Un individu derrière un ordinateur n’est pas nécessairement un individu qui maîtrise parfaitement l’outil et sa complexité.

5Il est vrai que les discours médiatiques et commerciaux véhiculent l’idée d’un apprentissage aisé par immersion, du seul fait d’être branché. Or, rien n’est plus faux. Pourtant, politiques et administratifs sont parfois tentés de privilégier les équipements plutôt que les médiations appropriées. Au niveau des entreprises et des organisations, la tentation est parfois la même avec la mise en place de solutions informatiques d’allure optimale, mais qui ne sont pas utilisées pleinement par des employés qui négligent des fonctionnalités ou qui rencontrent des difficultés.

6Ce n’est pas parce qu’on dispose d’un accès Internet que l’on est capable d’obtenir toute l’information désirée. L’autonomie de l’usager est donc à revoir dans bien des cas, surtout en matière informationnelle, où les solutions multimédias ont pu donner l’illusion qu’il était possible de se passer de la médiation de professionnels en toute occasion.

7Il est donc préférable de modérer l’enthousiasme pour l’autonomie et de privilégier des stratégies basées sur la personnalisation et l’individualisation des services et des parcours pour les usagers. De plus, ce n’est pas uniquement agir de façon autonome qui importe ; c’est de plus en plus la façon d’agir avec les autres, en fonction des autres, voire pour les autres. Plutôt que d’autonomie, il s’agit d’attention, à la fois comme capacité à pouvoir se concentrer durablement, mais aussi comme moyen de pouvoir échapper à ceux qui cherchent à la capter.

  • 2 Nos expériences personnelles, les retours de divers collègues et les rapports de stages d’étudiants (...)

8Rien d’étonnant à ce qu’il faille donc faire plus attention aux usagers, bien au-delà justement de l’illusion de l’autonomie ou à l’inverse face des comportements non prescrits initialement. La richesse des usagers provient de leur diversité. L’usager n’est pas unique. Il est vrai que ce public varié ne facilite pas les choses, y compris dans des entreprises où se côtoient parfois divers corps de métiers et où des incompréhensions peuvent naître entre des spécialistes de disciplines différentes. Les documentalistes doivent apprendre à comprendre le vocabulaire et les manières d’appréhender l’information des collègues avec ils travaillent. La capacité à pouvoir travailler notamment avec les informaticiens2 est devenue essentielle.

  • 3 Page Facebook, « Brèves de bibliothécaires en service public » : < https://www.facebook.com/groups/brev2bib/ >.

9Pour ceux qui travaillent dans des environnements de service public, les relations révèlent parfois des choses étonnantes. En effet, les incompréhensions sont multiples et entraînent des éléments communicationnels assez étonnants et parfois drôles. La page Facebook « Brèves de bibliothécaires en service public »3 regorge d’éléments amusants – ou consternants – sur les demandes des usagers. Le numérique ne fait qu’accentuer les risques de dialogues de sourds entre l’usager aux pratiques avancées et le magasinier qui n’est pas au fait des dernières avancées. Mais c’est bien souvent l’inverse, les usagers arrivent avec des connaissances parfois limitées et des imaginaires sans limites que le discours médiatique n’a fait qu’accroître. Entre celui qui souhaite se connecter sur le Web à la bibliothèque pour « trouver des femmes » (sic) et ceux qui cherchent en vain les livres numériques dans les rayons, la diversité des demandes auxquelles le professionnel de l’information est confronté est impressionnante.

Que sont les usages ?

10Les usages de l’information sont à distinguer selon les interactions qui s’opèrent. Ainsi, Yves-François Le Coadic distinguait quatre champs principaux dans l’étude des usages de l’information :

  • l’étude des systèmes d’information et des usages de l’information ;

  • l’étude des usagers dans le système d’information ;

  • l’étude des besoins d’information ;

  • l’étude des interactions informationnelles.

11Il s’y ajoute des problèmes de vocabulaire que le numérique ne fait que complexifier. On distingue usage, habitude et pratique de la façon suivante : l’usage désigne un art ou une manière de faire. Selon Le Coadic :

    • 4 Yves-François Le Coadic, Usages et usagers de l’information, Paris, A. Colin, 2004.

    « L’usage est une activité sociale, l’art de faire, la manière de faire. C’est une activité que l’ancienneté ou la fréquence rend normale, courante dans une société donnée, mais elle n’a pas force de loi, à la différence des mœurs, des rites, « des us et des coutumes », habitude de vie auquel la plupart des membres d’un groupe social se conforme »4.

  • l’habitude marque une certaine fréquence et un ancrage réel. Elle renvoie également à l’habitus de Bourdieu qui désigne ainsi des marqueurs identitaires d’une certaine classe sociale. C’est une vision plus culturelle, des jugements de valeur y sont parfois associés pour distinguer ce qui relève des bonnes habitudes et des mauvaises ;

  • la pratique renvoie par exemple à la pratique d’écriture, à la pratique de lecture. Elle met en avant une activité ou une action.

12Avec le numérique, on a parfois du mal à distinguer les trois. La pratique recouvre généralement la finalité, tandis que l’usage se réfère au comment, à la manière de. Les usages concernent plutôt les outils, les pratiques se réfèrent plus à l’acte. Pour autant la dichotomie paraît trop stricte avec les objets numériques. Les pratiques deviennent ainsi difficiles à observer selon Jacques-François Marchandise, directeur du développement de la Fondation pour l’internet nouvelle génération (FING), qui plaide pour une observation des changements ordinaires afin d’éviter de demeurer dans des visions révolutionnaires positives ou négatives :

  • 5 Jacques-François Marchandise, « Observer les changements ordinaires », Internetactu.net, Article du (...)

« On parle souvent d’usages à propos des outils (le stylo, le téléphone) et de pratiques à propos de nos pratiques sociales (écrire une lettre d’amour, appeler un ami), mais les dispositifs numériques rendent de plus en plus souvent cette distinction malaisée, certaines pratiques s’identifiant dans un premier temps aux outils et aux plateformes techniques qui en sont les vecteurs (je blogue). » 5

Quand usage ne signifie pas culture

13L’usage ne renvoie pas à la même acception que la culture. Or, parfois, les discours médiatiques effectuent des raccourcis discutables, notamment en ce qui concerne les jeunes générations. Des expressions sont ainsi fréquemment employées pour désigner l’intérêt des jeunes pour les objets techniques : natifs du numérique, génération Google, génération Internet, etc. Cependant, faut-il parler de pratiques, d’usages voire de culture numérique adolescente ? Pouvons-nous parler de pratiques culturelles pour qualifier le fait que de nombreux adolescents tiennent des blogs, type skyblogs ? Il faut par ailleurs noter que l’activité de bloguer représente à la fois l’usage d’un outil et une pratique d’écriture.

  • 6 James J. Gibson , “The Theory of Affordances”, in R. E. Shaw & J. Bransford (eds.), Perceiving, Act (...)

14Par conséquent, les catégorisations faciles et les jugements trop rapides sont à éviter. De même que les usages ne sont jamais totalement induits par la technique, la neutralité de l’objet technique est un mythe qu’il faut également combattre. Tout objet technique contraint et influence des usages, il y a une logique de l’objet auquel il est parfois possible de se soustraire. Et contrairement aux discours qui arguent de la simplicité et de la liberté, ces logiques sont prépondérantes dans les dispositifs numériques. On y rencontre notamment beaucoup d’exemples d’affordances. Le concept introduit par Gibson6 qualifie le fait qu’un objet peut dicter quelques usages de par sa conception. Il existe beaucoup d’affordances dictées notamment par les écrans qui constituent souvent des limites absentes dans la page (papier) où il est toujours aisé d’annoter sur les marges. Le numérique n’est pas toujours aussi libérateur qu’il n’y paraît.

15Pour les systèmes d’information et documentaires, il est important d’examiner les usages en leur sein. Mais il faut se prémunir d’un regard fixe, tant les usages sont fluctuants. Que ce soit pour un outil, un document ou une même information, il peut y avoir une grande variété d’usagers. C’est d’ailleurs le rôle du professionnel de l’information et des documentalistes de veiller à maintenir divers usages possibles. Ce n’est donc pas qu’une question d’offre et de demande, et il convient probablement d’aller plus loin que le besoin d’information. La définition de l’information literacy la plus souvent retenue est celle de l’American Library Association (ALA) en 1989 ; elle fait de la reconnaissance du besoin d’information le point de départ de la maîtrise de l’information :

  • 7 Texte original : “To be information literate, a person must be able to recognize when information i (...)

« Être compétent dans l’usage de l’information signifie que l’on sait reconnaître quand émerge un besoin d’information et que l’on est capable de trouver l’information adéquate, ainsi que de l’évaluer et de l’exploiter. »7

16Le besoin d’information s’exprime de manière complexe et diffère selon les usages et les personnes. Il est pourtant sans cesse placé comme condition sine qua non de la recherche d’information, comme une sorte de Graal informationnel. Pourtant, d’autres besoins se télescopent avec le besoin d’information (voir schéma p. 149).

17Parfois, il y a une méconnaissance voire une ignorance totale du besoin d’information. Il faut admettre de ne pas savoir quelque chose pour exprimer un besoin d’information. Par conséquent, il faut déjà des connaissances pour identifier précisément un tel besoin. Ce n’est donc pas inné et encore moins aisé.

18Cette prise en compte de la diversité des usagers et de leurs difficultés éventuelles pose la question de l’« usabilité » d’un service ou système d’information, c’est-à-dire de la mesure des usages. Mais pour mesurer des usages, il faut se départir d’une vision figée avec des usages jugés conformes et d’autres à bannir absolument. La prise en compte des besoins d’usagers doit amener à faire évoluer les mesures, sans quoi il est impossible d’envisager un système performant s’il est par avance trop normé. Il faut donc tenter de distinguer des régularités plutôt que des lois absolues dans l’étude des usages.

Une grande diversité d’usagers

  • 8 Jean-François Barbier-Bouvet, « Les nouvelles technologies du bout des doigts. Sociologie des usage (...)

19Pour appréhender toute la diversité des usagers, le premier réflexe à abandonner est celui de vouloir faire de l’usager un documentaliste ou un bibliothécaire potentiel. Il n’y a donc pas vraiment d’usager idéal. Toutefois, il est toujours plaisant de voir un usager découvrir de nouvelles ressources et de nouveaux services. L’usager n’est pas un consommateur. Il existe plusieurs typologies d’usagers. Un exemple intéressant vient d’une étude8 effectuée par la Bibliothèque publique d’information (Bpi), où il existe un public nombreux et surtout très varié. Trois grandes catégories avaient été distinguées par l’étude :

  • les conformes (usagers attendus) ;

  • les démonstrateurs (usagers peu discrets, manifestants, public adolescent) ;

  • les spectateurs (qui viennent généralement accompagner un conforme ou un démonstrateur).

20Parmi les publics les plus difficiles figurent tous ceux auxquels on ne songeait pas initialement ou qui viennent pour des motifs qui n’ont rien à voir avec les missions principales. Ils peuvent faire partie des démonstrateurs en se montrant bruyants, voire dérangeants. Certains viennent pour trouver refuge dans les locaux de la bibliothèque, voire pour se préserver du froid. L’usager trop passif peut quant à lui être jugé peu actif, notamment vis-à-vis des ressources disponibles. On se demande donc également ce qu’il fait réellement.

21L’autre problème actuel est la présence des étudiants dans tous types de bibliothèques, y compris les municipales. Ils y viennent pour travailler et pour bénéficier éventuellement du wifi, mais ne sont pas pleinement le public attendu dans les bibliothèques municipales. Dans certaines bibliothèques municipales, notamment dans les grandes villes, les espaces de travail finissent de fait par être envahis par un public étudiant qui y trouve un lieu de travail plus proche parfois de leur logement et un lieu plus pratique que leur bibliothèque universitaire. Cependant, la présence massive d’un type de public finit bien souvent par déranger les autres, voire faire fuir d’autres usagers.

22Le risque est donc, lors de changements stratégiques ou de reconfiguration des lieux, non pas de gagner de nouveaux usagers… mais d’en perdre. Le numérique doit donc être pris en compte comme un moyen d’élargir les services aux usagers, mais aussi d’en gagner de nouveaux, tout en préservant les habitués.

L’usager acteur ou l’idéal du Web 2.0

  • 9 Thomas Hapke, “Informationskompetenz 2.0 und das Verschwinden des Nutzers”, Bibliothek Forschung un (...)
  • 10 Voir le chapitre IV, « Appréhender le Web », p. 55.

23Le bibliothécaire allemand Thomas Hapke9 évoque une nouvelle étape dans la prise en compte de l’usager, étape qui tend à céder la place au participant, parfois qualifié d’« utilisacteur ». On est dans une vision clairement orientée Web 2.0 et bibliothèque 2.0 avec un usager coproducteur d’éléments, notamment sur le catalogue en ligne. Cependant, cet usager est encore rare et il ne faut pas chercher à reproduire l’erreur habituelle de voir en l’usager un bibliothécaire ou documentaliste potentiel. Par conséquent, l’usager acteur ne va pas utiliser et améliorer le catalogue de la bibliothèque à l’instar d’un professionnel, il va surtout chercher à l’utiliser pour son propre bénéfice. Cet usager idéal, c’est en fait celui de librarything10. Le service parfois présenté comme un modèle de bibliothèque 2.0 offre une grande variété de services à l’usager qui peut classer ses propres ouvrages, les annoter, les commenter, les taguer. Il peut donc rechercher des avis, faire des recherches par thématique, etc. Pour inciter l’usager à devenir acteur et à participer, un gros travail de médiation est à développer entre les ressources et les usagers, mais aussi entre les professionnels et les usagers et, au final, entre les usagers eux-mêmes.

24L’antithèse de « l’usager 2.0 » est à l’inverse ce non-usager qu’il faut tenter de séduire pour qu’il devienne utilisateur des services proposés.

Le non-usager

25L’intérêt pour les non-usagers n’est pas apparu uniquement avec le numérique. Les stratégies pour parvenir à attirer de nouveaux publics sont diverses, depuis les tentatives de « bibliothèques hors les murs » et autres animations pour casser des barrières psychologiques qui font que certaines personnes ne se sentent pas légitimes. Cette question de la légitimité ou du sentiment d’incompétence technique ou intellectuelle demeure, voire s’accroît sous différentes formes avec le numérique.

26Il est également dommageable que ce sentiment d’incompétence soit désormais présent chez des professionnels qui ne se sont pas remis en cause depuis trop longtemps, ce qui constitue une faute professionnelle. Les non-usagers sont parfois également des bibliothécaires et des documentalistes qui se trouvent incapables de répondre aux demandes et aux exigences du public qu’ils peuvent décevoir. On ne compte d’ailleurs plus les usagers qui finissent par préférer aller se connecter dans un célèbre fast-food où la connexion Web est facilitée et illimitée.

27L’acception la plus classique du non-usager désigne celui qui n’utilise aucun des services de la structure documentaire, que ce soit en présentiel ou en ligne, alors qu’il constitue initialement un public cible. Les raisons à ces non-usages sont aussi diverses, car il n’existe pas qu’une seule cause au non-usage (voir aussi chapitre précédent). L’une des explications les plus courantes est bien connue : les services documentaires tels que les bibliothèques sont perçus comme des lieux de savoir, quelque peu élitistes et proches de l’école. Dès lors, beaucoup s’en excluent automatiquement parce qu’ils se sentent totalement illégitimes. Dans le cas des publics adolescents qui désertaient parfois de manière soudaine une bibliothèque de quartier après en avoir été usager, il s’agit surtout d’une volonté de marquer une rupture à la fois avec l’école, mais aussi avec les parents qui furent parfois les premiers prescripteurs.

28Mais il y a aussi le non-usage lié à l’ignorance des services proposés. Cela implique une politique de communication plus active, plus rigoureuse et mieux ciblée. Il en va de la pérennité des services documentaires d’en prendre conscience et de développer un travail de communication de qualité. Cette communication passe par un spectre médiatique plus large prenant en compte l’évolution des pratiques, notamment celles des jeunes générations qui sont les futurs publics adultes.

Le cas des jeunes générations et des publics adolescents

Les jeunes générations et la technique

29La forte attirance des jeunes publics pour les moyens de communication récents que sont les blogs et la messagerie instantanée sur Web, le portable, les baladeurs mp3, etc. est évidente. Cependant attrait ne signifie pas pour autant maîtrise. Et nous songeons ici non seulement à la maîtrise technique en tant que computer literacy, mais également au traitement de l’information en tant qu’information literacy.

30Les adolescents surestiment fréquemment leur maîtrise de l’Internet, notamment parce que l’intermédiaire du moteur de recherche leur garantit des résultats, même s’ils ne sont pas pertinents. Il n’y a pas de compréhension du fonctionnement des réseaux ainsi que des outils de recherche.

  • 11 Jacques Perriault, La logique de l’usage : essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion, (...)
  • 12 Le terme de sandbag désigne le dérangement volontairement causé à une personne, par exemple un ense (...)

31Les usages des jeunes générations évoluent, ce qui s'illustre entre autres par les détournements de la technique pour des utilisations non prévues initialement11. C’est notamment le cas avec le wifi qui permet à des étudiants équipés de portables de surfer durant le cours au lieu d’être attentifs aux propos de l’enseignant. Plus rare est la pratique parfois nommée sandbag12, qui consiste à corriger l’enseignant, et donc à contester son autorité au travers de sa légitimité, en vérifiant au fur et à mesure sur Internet ses affirmations. Les jeunes générations utilisent les objets numériques de manière ludique ou pour des communications de type phatique.

Besoin d’affirmation et sociabilité juvénile

  • 13 Céline Metton, « Les usages de l’Internet par les collégiens : explorer les mondes sociaux depuis l (...)
  • 14 François de Singly, Les uns avec les autres : quand l’individualisme crée du lien, Paris, A. Colin, (...)

32Les jeunes générations ne conçoivent pas les objets techniques dans une perspective pédagogique ou d’acquisition d’informations et de connaissances. Ce n’est en aucun cas l’objectif premier de l’usage des blogs, des réseaux sociaux, des messageries instantanées ou du portable. Il s’agit avant tout de la nécessité de s’intégrer et de montrer à la fois sa présence et son apport individuel au sein d’un groupe. Pour autant, il ne s’agit pas d’intelligence collective ou collaborative, mais davantage de sociabilité juvénile. Les adolescents cherchent à se distinguer également de la culture parentale ainsi que de la culture scolaire, dans une démarche essentielle à la construction du jeune adulte. Pour autant, nous ne pouvons adhérer à une vision qui fait du jeune adolescent un individu auto-formé par l’intermédiaire des objets techniques. Il ne faut donc pas confondre les différents besoins des jeunes générations (voir le schéma ci-après sur les différents besoins). Les études sociologiques relèvent donc principalement le besoin d’affirmation qui repose notamment sur l’exhibition de son capital relationnel13, et de son affiliation au groupe14, partie intégrante de la réalisation de soi de l’adolescente.

33La recherche d’informations s’effectue d’ailleurs le plus souvent de manière irréfléchie, sans véritable volonté de s’ancrer dans une démarche de construction de connaissances. La recherche semble spontanée en s’inscrivant dans la logique de bouton-poussoir du moteur de recherche qui renvoie toujours une réponse, quelle que soit la question. La requête sans réponse devient une exception troublante. Dès lors, l’usager ne comprend pas qu’une base de données ordonnée puisse parfois lui renvoyer une absence de résultats à la suite d’une requête mal formulée. Généralement, il va considérer la base comme incomplète ou le système de recherche comme inefficace plutôt que de remettre en cause sa propre méthode.

Les besoins qui entourent le fameux besoin d’information

Les besoins qui entourent le fameux besoin d’information
  • 15 Wim Ween, Ben Vrakking, Homo Zappiens: growing up in a digital age, London, Network Continuum Educa (...)

34Le besoin d’information n’est pas toujours conscient chez les jeunes générations. Deux universitaires néerlandais15 constatent d’ailleurs que la surinformation ne préoccupe pas les jeunes générations. L’intérêt de séparer le bon grain de l’ivraie n’est pas perçu, tandis que la capacité à repérer l’information pertinente se révèle souvent difficile, car elle suppose fréquemment des connaissances au préalable. Finalement, ce n’est pas tant le besoin d’information qui devient préoccupant, mais l’absence de ce besoin. La conscience d’un besoin d’information n’est pas automatique et nécessite une prise de conscience.

35Pour autant, cette distinction entre besoin d’information et besoin d’affirmation est rarement effectuée. L’opposition entre pratiques adolescentes et pratiques scolaires aboutit fréquemment à une remise en cause de l’institution, jugée comme désuète. Pourtant, les usages sont parfois éphémères et vouloir adapter à tout prix la formation à ces derniers ne s’inscrit pas dans une démarche de culture de l’information de façon durable.

Les négligences ou les mauvais usages

  • 16 Yves-François Le Coadic, Usages et usagers de l’information, Paris, A. Colin, 2004.

36Les mésusages ou « abusages », comme les qualifie Yves-François Le Coadic16, sont nombreux et divers. Les jeunes générations commettent fréquemment des négligences. Le terme de négligence doit être pris ici dans un sens plus large que son sens commun.

  • 17 Régis Debray, Vie et mort de l’image : une histoire du regard en Occident, Paris, Gallimard, 1995 ( (...)

37Derrière le concept de négligences, on peut trouver une série de mauvais usages. Ces mésusages ont été particulièrement observés auprès de différents usagers, notamment des publics adolescents et plus particulièrement des élèves de collèges et de lycées. Le concept de négligences permet de regrouper sous une même étiquette des échecs communicationnels et informationnels entre l’usager et le document. L’étymologie latine du mot négligence nous permet d’élargir le concept. Negligentia vient de negligere, qui se décompose en neg-legere et qui signifie « ne pas lire ». Cette origine est clairement soulignée par Régis Debray17. Par extension, les négligences renvoient donc à toutes ces actions de non-lecture, refus de lecture ou de « mauvaise » lecture. Les définitions classiques du mot rappellent qu’il s’agit aussi d’un état caractérisé par un manque de soin et d’attention :

  • A. 1. Attitude de celui qui fait les choses avec moins de soin, d’attention ou d’intérêt qu’il n’est nécessaire ou qu’il n’est souhaitable. Synon. laisser-aller, inattention ; anton. rigueur, application, soin. Ton, air de négligence ; négligence coupable. A.2. Attitude de celui qui cherche à faire les choses avec moins de soin, d’attention ou d’intérêt qu’il ne paraît nécessaire, dans un souci d’élégance.
  • B. 1. Acte qui témoigne que son auteur a manqué du soin, de l’attention, de l’intérêt normalement attendus. Synon. étourderie, inattention, relâchement. Négligences de style ; reprocher ses négligences à qqn.18
  • 19 Notamment dans le cas de non-lecture de consignes ou d'information.

38Les synonymes sont également révélateurs et rassemblent une grande partie des comportements observables chez les élèves19. Ils sont majoritairement la conséquence d’une non-lecture ou d’une lecture peu soutenue, ce qui rend opérationnel le concept de négligences pour les définir.

Le syndrome Gaspard Hauser : l’usager mineur face à l’information

  • 20 Poème de Paul Verlaine, Gaspard Hauser chante : « Suis-je né trop tôt ou trop tard ? Qu’est-ce que (...)

39Les négligences peuvent conduire à un état de minorité autant intellectuelle que technique. Un état qu’on peut qualifier de « syndrome de Gaspard Hauser ». En effet, celui qu’on appelait l’orphelin de l’Europe est demeuré l’exemple d’un mineur manipulé et aisément manipulable, sans qu’il soit possible d’établir son ascendance. Gaspard n’est pas du tout autonome et il ne peut s’exprimer. Il est exhibé, cible de toutes les « mauvaises » attentions. Il n’a reçu aucune formation et ne peut donc se situer ni par rapport à ses parents inconnus, ni historiquement20.

  • 21 Hélas, les plus anciens ne semblent pas toujours mieux lotis dans le domaine.

40Le syndrome s’applique aux plus jeunes en raison de leurs lacunes en histoire parfois étonnantes21. Il est par conséquent difficile d’effectuer une recherche d’information optimale quand on manque de connaissances de base pour analyser un problème posé. Il est donc difficile de savoir où se diriger.

  • 22 Chanson de Reinhard May, Kaspar Hauser «Sein Haar in Strähnen und wirre, sein Gang war gebeugt. „Ke (...)
  • 23 « Il est donc difficile pour chaque individu séparément de sortir de la minorité qui est presque de (...)

41Une chanson allemande évoque Gaspard22 et son attitude, « sein Gang war gebeugt », qu’il est possible de traduire par « sa marche était boiteuse » aussi bien que par « sa démarche était hésitante ». Gaspard est incapable de penser et donc d’agir par lui-même, il a besoin de techniques faisant le travail à sa place (par paresse dirait Kant) ou de personnes qui lui serviraient de directeur de conscience23.

  • 24 Dan Sperber, La contagion des idées, Paris, O. Jacob, 1996.

42Le choix d’accoler au nom de Gaspard Hauser le terme de syndrome emprunté au lexique médical permet d’effectuer un parallèle entre le domaine médical et celui de la gestion de l’information. Déjà Dan Sperber évoquait le concept de contagion des idées24. Le syndrome ici peut être défini comme un ensemble de caractéristiques (symptômes en médecine), qui permettent de définir un comportement ou un agissement communicationnel basé sur des négligences informationnelles (pathologies en médecine). Il est possible de dresser la liste de toute une série de symptômes fortement liés aux négligences, dont voici quelques exemples :

  • méconnaissance d’un sujet (inconscience d’un besoin d’information) ;

  • confiance accordée au dernier qui s’est exprimé ou dernier document consulté sur un sujet ;

  • propagation de rumeurs sans vérification préalable ;

  • croyance en des théories « miracles » qui veulent tout expliquer ;

  • nivellement de toutes les sources d’information ;

  • méfiance vis-à-vis des autorités classiques et institutionnelles.

  • 25 L’analogie avec les personnes qualifiées de « patates de salon » (couch potatoes), qui mangent à lo (...)

43La difficulté est alors grande pour les professionnels de l’information qui procèdent par hiérarchisation des sources. Or, cette hiérarchie est inexistante sur les espaces numériques pour un usager qui passera toujours par la même médiation : celle du moteur. Quand ce n’est pas la médiation du moteur, ce sera un autre média unique, type réseau social, qui n’offrira qu’une information limitée et nullement pluraliste, si bien que l’usager est autant déformé qu’informé, tout comme Gaspard fût autant déformé physiquement qu’intellectuellement25.

  • 26 CLEMI, Mediappro. Appropriation des nouveaux médias par les jeunes : une enquête européenne en éduc (...)

44Gaspard est d’ailleurs un « monstre », c’est-à-dire une chose à montrer, un phénomène de foire. Les doubles numériques suivent quelque peu la même voie en devenant également des objets à voir et à montrer. Bien souvent, il s’agit aussi de se conformer en utilisant des pratiques mimétiques et phatiques qui ne sont pas véritablement informationnelles26.

45En raison de ces usages divers, de besoins différents de celui du besoin d’information, il est possible de répertorier plusieurs conséquences de ces négligences. Le schéma suivant reprend les différents aléas de la relation entre l’usager et le document.

Les conséquences des négligences

Les conséquences des négligences
    • 27 Olivier Le Deuff, « Des bons mots au bon document. Comment éduquer à l’usage des mots-clés efficace (...)

    Le document est ignoré : le document pertinent, qui correspond pourtant pleinement au besoin de l’usager, n’est pas trouvé bien qu’il soit présent dans le centre de documentation. Le phénomène se produit fréquemment dans le cas de l’usager qui souhaite opter pour une navigation hasardeuse sur Internet plutôt que de consulter les documents de son service documentaire. Au niveau des élèves, les enseignants et notamment les professeurs-documentalistes tentent d’imposer des temps de réflexion ou un temps d’arrêt dans l’analyse et l’étude du sujet des recherches. Ces temps sont parfois mal perçus par les élèves qui espèrent retrouver leurs habitudes domestiques, notamment en matière de zapping. Le choix des mots-clés27 se révèle fortement décisif quant aux résultats obtenus. D’autres obstacles liés à des temps d’affichage jugés trop longs (un pdf par exemple) peuvent conduire un usager à ne pas consulter un document qui pourrait se révéler pertinent ;

    • 28 Nicole Boubée, « Le rôle des copiés-collés dans l’activité de recherche d’information des élèves du (...)

    le document est plagié : la situation est connue et maintes fois dénoncée. Le document est parfois à peine lu. Les plagiats se rencontrent à tous niveaux depuis l’école jusqu’à l’université, chercheurs compris. Les plagiats sont également présents dans des documents professionnels. L’usager ne cite pas la source, et tente de faire passer le plagiat pour sa propre production. Deux cas de figure se rencontrent, on peut trouver des plagiats maladroits par méconnaissance des règles de citation et d’autres totalement malhonnêtes qui mêlent un patchwork de copier-coller empruntés de-ci, de-là. Il faut toutefois distinguer le plagiat du copier-coller qui peut se révéler utile dans la collecte et la recherche d’information, ce que Nicole Boubée28 considère comme une méthode de prise de notes. La véritable négligence vient de celui qui effectue des copier-coller sans aucune lecture préalable. Il faut évidemment rappeler que plagiat est antérieur au développement du numérique. Le plagiat s’opérait déjà avec le fait de recopier des parties d’un document. Le comble, désormais, est qu’il est possible de réaliser facilement un document qui apparaisse authentique et qui puisse aisément duper. Or, dans certains cas, quasiment aucune ligne n’aura été vraiment écrite par le plagiaire, qui aura parfois à peine lu ce qu’il aura copié… ;

  • le document n’est pas pertinent : le document est certes utilisé, mais à contre-emploi. Le document utilisé répond peu ou mal – voire pas du tout – au besoin d’information. Il peut apparaître inadéquat pour diverses raisons. Il peut ne pas correspondre à la recherche initiale en raison d’une méthode de recherche peu efficace et d’une stratégie de recherche erronée. Le document peut comporter également des informations fausses, si ce n’est périmées, voire des interprétations douteuses ;

  • le document est mal compris ou mal interprété : une lecture trop rapide ou incomplète est souvent à l’origine d’erreurs et de contresens fâcheux. Même si le document est pertinent à l’origine, son interprétation laisse à désirer. Le « traducteur » devient traître. Ces erreurs existent depuis les moines copistes. Ce genre de cas est la conséquence d’un problème de lecture, soit en raison d’un survol bâclé, soit en raison de la difficulté du texte qui ne peut être pensé de manière isolée. Le rôle du lecteur est ici essentiel ;

  • le document est incompréhensible : le langage employé est trop complexe ou le document est rédigé dans une langue étrangère. L’usager ne parvient pas à le comprendre. Certes, les traducteurs automatiques permettent parfois de contourner le problème, mais ils accroissent le risque d’une mauvaise interprétation. Le problème de la différence de niveau de langage et de connaissances demeure difficile à résoudre, notamment en ce qui concerne des documents issus du Web où les sources de différents niveaux se côtoient ;

  • le document est inaccessible : le document intéressant est payant ou bien demande un code d’accès. Il peut avoir disparu, ou le serveur du site est momentanément indisponible. C’est également le cas des documents du Web invisible, cette zone du Web que les moteurs ne parviennent pas à indexer ou qu’ils n’indexent plus.

  • 29 Olivier Ertzscheid, Gabriel Gallezot, « Chercher faux et trouver juste : sérendipité et recherche d (...)

46Les échecs relatés témoignent souvent d'une mauvaise méthode et de capacités insuffisantes pour évaluer l’information. Pour autant, il est possible de trouver de l’information pertinente sans être en situation de recherche absolue. Même en faisant fausse route, il est possible de trouver juste29 avec la théorie de la sérendipité, qui illustre la découverte d'un document intéressant de manière fortuite. Le terme de sérendipité provient de l’ouvrage d’Horace Walpole et son île de Serendip, contrée merveilleuse qui recèle de multiples atouts.

47Il serait trop facile de ne s’en remettre qu’au seul hasard. Il ne suffit pas. La capacité à distinguer la bonne trouvaille de la mauvaise requiert de l’attention, et notamment la capacité à réagir sur une information, un événement, un lien qui puisse répondre à un besoin. Elle implique une vigilance pour évaluer l’information et la conscience d’un besoin d’information. Tous les usagers ne sont donc pas des Christophe Colomb du numérique. La sérendipité reste subjective : un document peut paraître stimulant pour l’un et totalement insignifiant pour un autre.

  • 30 William Boyd, Armadillo: A Novel, New York, Vintage books, 2000.
  • 31 Une dévalorisation aisément constatable avec la diffusion de photos prises lors de soirées festives (...)

48Mais la sérendipité a son contraire, la zemblanité, qui qualifie le fait de faire des découvertes malencontreuses. Le concept est une référence à l’île de New Zemble, située aux antipodes de Serendip par William Boyd dans son roman Armadillo30. Elle est peut-être plus fréquente que la sérendipité avec des conséquences parfois dramatiques. Les négligences informationnelles deviennent de plus en plus communicationnelles, notamment par la production d’éléments irréfléchis ou dévalorisants sur les réseaux sociaux31. Il s’agit donc d’un manque d’attention à la fois par mégarde, mais aussi à l’égard des autres, car il n’est pas rare que les éléments dévalorisants soient publiés à l’insu d’un camarade ou d’un collègue. Les conséquences des négligences sortent de plus en plus du domaine scolaire pour devenir observables sur l’espace public. Cela signifie que l’individu doit se préoccuper de plus en plus de la documentation qui le concerne.

La documentation de soi comme première culture documentaire ?

49La documentation devient une activité clairement personnelle, et c’est même son premier niveau, comme le montre le chercheur en sciences de l’information Olivier Ertzscheid :

  • 32 Olivier Ertzscheid, Qu’est-ce que l’identité numérique. Enjeux, outils, méthodologies, IUT de La Ro (...)

« Cette documentation particulière et permanente est à la fois très frappante et très prégnante du fait de l’essor et de l’engouement auprès des publics jeunes des sites de réseaux sociaux. Ce qui permet d’indiquer que pour la première fois, à l’échelle de la culture informationnelle, le premier terrain documentaire est celui de ma propre subjectivité. C’est “moi” »32.

  • 33 Marie D. Martel, «L’hyperdocumentation et la mémoire qui fabrique le futur », Revue Argus, nº 40, 1 (...)

50En effet, la production de données personnelles, voire la production d’une quantification de soi, aboutissent au développement de ce que la bibliothécaire et blogueuse québécoise Marie Martel qualifie d’hyperdocumentation33. De nombreux outils permettent d’enregistrer un maximum de données personnelles. C’est le cas par exemple du projet Total recall de Gordon Bell qui vise à enregistrer toutes les traces de notre existence grâce à différents appareils branchés sur l’individu comme la sensecam pour capter des images et des données. Ce développement d’une documentation de soi par accumulation de données produit une forme d’hyperdocumentation, basée sur la quantification de soi, où les moindres faits et gestes sont consignés et peuvent être interprétés par des applications dédiées.

Documentations et indexations personnelles

51Cette hyperdocumentation produit deux types d’indexation dérivée :

  • le premier type repose sur le fait de collecter de l’information, de la classer et de la taguer pour son propre bénéfice. Cette opération volontaire peut néanmoins être influencée par des pratiques mimétiques, voire quelque peu contrainte en raison des outils utilisés. Il s’agit d’une extension des supports de mémoire personnels à des fins de conservation et d’introspection ;

  • le second type provient du déplacement progressif qui s’opère entre le fait d’indexer soi-même des documents et le produit indirect de ces actions de taguage, d’annotation ou de simple signalement, qui finissent surtout par réaliser une indexation de l’usager lui-même en rendant alors visible ses goûts, passions, intérêts et opinions. Dès lors, on observe une redocumentarisation des traces de l’usager transformé en document consultable :

    • 34 Olivier Ertzscheid, « L’homme est un document comme les autres : du World Wide Web au World Life We (...)

    « L’Homme est devenu un document comme les autres, disposant d’une identité dont il n’est plus “propriétaire”, dont il ne contrôle que peu la visibilité (ouverture des profils à l’indexation par les moteurs de recherche), et dont il sous-estime la finalité marchande. »34

  • 35 Sur ce sujet, voir également notre ouvrage Du tag au like. La pratique des folksonomies pour amélio (...)
  • 36 Il est fréquent d’opposer ainsi l’identité active à une identité passive et non maîtrisée. Voir à c (...)

52Même des éléments anodins en apparence comme les like de Facebook ou les + du réseau social Google+ deviennent des manifestations impulsives qui renseignent sur l’individu lui-même35. Les traces laissées sur ces réseaux semblent essentiellement volontaires et participent de manière active36 à l’identité numérique. Si on prend l’exemple des plates-formes de signets sociaux comme Diigo, les ressources, tags, annotations participent de la construction de l’identité de l’usager. La portée de ces actions est plus complexe qu’il n’y paraît. En effet, les actions répétées consistant à taguer et sélectionner des ressources produisent au final une description de l’usager lui-même, de manière indirecte.

53Ainsi, la somme des ressources qu’il aura sélectionnées, les tags utilisés, les personnes dont il suit les ressources, ainsi que les nuages de tags constituent d’excellents descripteurs de l’usager lui-même.

54
Le nuage de tags devient une carte de visite des thématiques qui intéressent le plus l’usager. Ce genre de renseignements facilite d’ailleurs le fait de décider de suivre ou non tel ou tel membre du réseau.

55On perçoit ici l’imbrication très nette entre la constitution d’une documentation pour soi et une documentation sur soi-même. Ce n’est toutefois pas totalement nouveau : déjà les livres de comptes utilisés par les artisans et commerçants leur permettaient certes de se constituer une documentation pratique et une mémoire de travail, mais ils se sont révélés d’excellents documents pour comprendre la personnalité de leur auteur et le contexte sociohistorique associé.

56Par conséquent, la documentation pour soi correspond souvent à de la documentation sur soi, ce qui finit par produire une documentation de soi. La distinction n’est jamais très évidente. Elle pose en tout cas la question de l’appartenance des données personnelles, ainsi que la question de leur conservation et de leur gestion.

De la documentation pour soi à la documentation de soi

De la documentation pour soi à la documentation de soi

57Marie Martel incitait les professionnels de la documentation et des bibliothèques à envisager un élargissement de leurs missions à ce niveau :

  • 37 Marie D. Martel, ibid.

« Collecter, organiser, indexer, stocker, sauvegarder représentent un labeur prodigieux : comment le faire pour nos données, archives, photos, textes, statuts, nos récits, notre livre à soi ? Il se pourrait que, dépourvus de cette science de la mémoire, nous nous trouvions quelque peu égarés et pourrions bien avoir besoin de ce bibliothécaire de soi pour réussir (le document de) notre vie. Et alors, comme nous aurons participé à la production des contenus, nous devrions participer à ce processus de gestion et d’archivage de nos productions tout en prenant la décision d’entrer vivants dans les collections de notre bibliothèque publique ou du centre d’archives. Et, avant de mourir, nous prendrons bientôt des dispositions, comme avec nos organes, afin de donner aux institutions scientifiques ou publiques l’autorisation d’utiliser nos données. »37

58S’il est souhaitable d’imaginer que les institutions documentaires puissent apporter une aide à la bonne gestion des données personnelles, voire à des stratégies de conservation de façon ponctuelle, comme le fait de temps en temps l’INA en incitant les usagers à faire des dépôts de leurs propres archives audiovisuelles, il est impossible d’apporter des aides constantes à l’ensemble des usagers. La question des compétences documentaires ne peut par conséquent rester du seul domaine des professionnels de l’information. L’acquisition d’une culture de l’information apparaît comme une réponse souhaitable.

Notes

1 Billet en forme d’hommage, billet du 10 novembre 2012, Desperate Housewife Blog. [En ligne] : < http://sophiebib.blogspot.fr/2012/11/billet-en-forme-dhommage.html >.

2 Nos expériences personnelles, les retours de divers collègues et les rapports de stages d’étudiants font régulièrement état de la nécessité absolue d’une bonne relation et d’une bonne compréhension avec les collègues informaticiens.

3 Page Facebook, « Brèves de bibliothécaires en service public » : < https://www.facebook.com/groups/brev2bib/ >.

4 Yves-François Le Coadic, Usages et usagers de l’information, Paris, A. Colin, 2004.

5 Jacques-François Marchandise, « Observer les changements ordinaires », Internetactu.net, Article du 27 octobre 2007. [En ligne] : < http://www.internetactu.net/2007/10/01/observer-les-changements-ordinaires/ >.

6 James J. Gibson , “The Theory of Affordances”, in R. E. Shaw & J. Bransford (eds.), Perceiving, Acting, and Knowing, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum Associates, 1977.

7 Texte original : “To be information literate, a person must be able to recognize when information is needed and have the ability to locate, evaluate, and use effectively the needed information”, American Library Association, Presidential Commission on Information Literacy: Final report. Chicago, ALA, 1989, p 1. Traduction par Paulette Bernhard, « Apprendre à maîtriser l’information : Des habiletés indispensables dans une “société du savoir” », Éducation et Francophonie, 1998. XXVI(1). [En ligne] : < http://www.acelf.ca/c/revue/revuehtml/26-1/09-bernhard.tml >.

8 Jean-François Barbier-Bouvet, « Les nouvelles technologies du bout des doigts. Sociologie des usages en espace public », Réseaux, 1987, 5(25), 7-20, <doi:10.3406/reso.1987.1259>.

9 Thomas Hapke, “Informationskompetenz 2.0 und das Verschwinden des Nutzers”, Bibliothek Forschung und Praxis, 2007, vol. 31, nº 2, pp. 137-149.

10 Voir le chapitre IV, « Appréhender le Web », p. 55.

11 Jacques Perriault, La logique de l’usage : essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion, 1989.

12 Le terme de sandbag désigne le dérangement volontairement causé à une personne, par exemple un enseignant, mais il possède également la signification que l’on trouve au poker et dans les jeux vidéo et qui indique une stratégie destinée à cacher son jeu.

13 Céline Metton, « Les usages de l’Internet par les collégiens : explorer les mondes sociaux depuis le domicile », Réseaux, 2004, vol. 22, nº 123.

14 François de Singly, Les uns avec les autres : quand l’individualisme crée du lien, Paris, A. Colin, 2003.

15 Wim Ween, Ben Vrakking, Homo Zappiens: growing up in a digital age, London, Network Continuum Education, 2006.

16 Yves-François Le Coadic, Usages et usagers de l’information, Paris, A. Colin, 2004.

17 Régis Debray, Vie et mort de l’image : une histoire du regard en Occident, Paris, Gallimard, 1995 (Folio Essais nº 261).

18 Article « Négligence », in Trésor de la langue française informatisé. [En ligne] : < http://www.cnrtl.fr/definition/n%C3%A9gligence >.

19 Notamment dans le cas de non-lecture de consignes ou d'information.

20 Poème de Paul Verlaine, Gaspard Hauser chante : « Suis-je né trop tôt ou trop tard ? Qu’est-ce que je fais en ce monde ? Ô vous tous, ma peine est profonde : Priez pour le pauvre Gaspard. » Extrait du recueil Sagesse. [En ligne] : < http://fr.wikisource.org/wiki/%C2%AB_Gaspard_Hauser_chante_%C2%BB >.

21 Hélas, les plus anciens ne semblent pas toujours mieux lotis dans le domaine.

22 Chanson de Reinhard May, Kaspar Hauser «Sein Haar in Strähnen und wirre, sein Gang war gebeugt. „Kein Zweifel, dieser Irre ward vom Teufel gezeugt. (Ses cheveux en mèches incontrôlées et désordonnées, sa marche était boiteuse. Aucun doute, cette erreur était guidée par le diable).

23 « Il est donc difficile pour chaque individu séparément de sortir de la minorité qui est presque devenue pour lui, nature. Il s’y est si bien complu, et il est pour le moment réellement incapable de se servir de son propre entendement, parce qu’on ne l’a jamais laissé en faire l’essai. Institutions (préceptes) et formules, ces instruments mécaniques de l’usage de la parole ou plutôt d’un mauvais usage des dons naturels, (d’un mauvais usage raisonnable) voilà les grelots que l’on a attachés au pied d’une minorité qui persiste. Quiconque même les rejetterait, ne pourrait faire qu’un saut mal assuré par-dessus les fossés les plus étroits, parce qu’il n’est pas habitué à remuer ses jambes en liberté. Aussi sont-ils peu nombreux, ceux qui sont arrivés par leur propre travail de leur esprit à s’arracher à la minorité et à pouvoir marcher d’un pas assuré. », Kant Emmanuel, « Beantwortung der Frage: Was ist Aufklärung? », Berlinische Monaesschrift, 4, 1784, pp. 481-494 (traduction de Jules Barni : Réponse à la question : « Qu’est-ce que les Lumières ? »). [En ligne] : < http://fr.wikisource.org/wiki/Qu%E2%80%99est-ce_que_les_Lumi%C3%A8res_%3F >.

24 Dan Sperber, La contagion des idées, Paris, O. Jacob, 1996.

25 L’analogie avec les personnes qualifiées de « patates de salon » (couch potatoes), qui mangent à longueur de journée devant la télévision, est tentante.

26 CLEMI, Mediappro. Appropriation des nouveaux médias par les jeunes : une enquête européenne en éducation aux médias, Paris, CLEMI, 2006. [En ligne] : < http://www.clemi.org/international/mediappro/Mediappro_b.pdf >.

27 Olivier Le Deuff, « Des bons mots au bon document. Comment éduquer à l’usage des mots-clés efficaces pour accéder à la pertinence documentaire », Colloque international : discours et document. Schedae, 2006, prépublication nº 16, fascicule nº 1, pp. 129-134. [En ligne] : < http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00098076/en/ >

28 Nicole Boubée, « Le rôle des copiés-collés dans l’activité de recherche d’information des élèves du secondaire », Colloque ERTé 2008, L’éducation à la culture informationnelle, Villeneuve d’Ascq, université Charles-de-Gaulle – Lille 3 [En ligne] : < http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00344161/fr/ .

29 Olivier Ertzscheid, Gabriel Gallezot, « Chercher faux et trouver juste : sérendipité et recherche d’information. », 1ère conférence internationale francophone en sciences de l’information et de la communication. 10e colloque bilatéral franco-roumain, Bucarest, Juillet 2003 [En ligne] : < http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/documents/archives0/00/00/06/89/sic_00000689_02/sic_00000689.html >.

30 William Boyd, Armadillo: A Novel, New York, Vintage books, 2000.

31 Une dévalorisation aisément constatable avec la diffusion de photos prises lors de soirées festives ainsi que les statuts en rapport avec la consommation de boissons alcoolisées.

32 Olivier Ertzscheid, Qu’est-ce que l’identité numérique. Enjeux, outils, méthodologies, IUT de La Roche-sur-Yon, octobre 2011.

33 Marie D. Martel, «L’hyperdocumentation et la mémoire qui fabrique le futur », Revue Argus, nº 40, 1, 2011. [En ligne] : < http://revueargus.org/index.php/2011/09/02/hyperdocumentation/ >.

34 Olivier Ertzscheid, « L’homme est un document comme les autres : du World Wide Web au World Life Web », Hermès, 2009, nº 53, pp. 33-40.

35 Sur ce sujet, voir également notre ouvrage Du tag au like. La pratique des folksonomies pour améliorer ses méthodes d’organisation de l’information, Limoges, Fyp éditions, 2012.

36 Il est fréquent d’opposer ainsi l’identité active à une identité passive et non maîtrisée. Voir à ce propos Roger Clarke, “The digital persona and its application to data surveillance”, Information Society, 1994, 10, 2, p. 77.

37 Marie D. Martel, ibid.

Table des illustrations

Titre Les besoins qui entourent le fameux besoin d’information
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Les conséquences des négligences
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2610/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre De la documentation pour soi à la documentation de soi
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2610/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search