Version classiqueVersion mobile

La documentation dans le numérique

 | 
Olivier Le Deuff

Chapitre 2. Les permanences documentaires

Texte intégral

1Pour mieux comprendre quelles sont les permanences documentaires, c’est-à-dire les concepts et les processus documentaires qui demeurent dans nos environnements actuels, il faut d’abord examiner ce qui apparaît comme des évidences. Pour cela, il convient vraisemblablement de faire un sort à la somme d’expressions qui entourent le numérique et le développement de l’Internet et du Web. En premier lieu, la fameuse « société de l’information », mais également la tendance au tout 2.0. Nous rejoignons sur ce point Yves Jeanneret :

  • 1 Yves Jeanneret, « Comment faire, que faire, pourquoi faire ? Non-synthèse », Journée d’études Muset (...)

« L’annonce du passage d’un “Web 1.0” à un “Web 2.0”. Cette formule […] présente une parenté assez fascinante avec une annonce qui l’a précédée, celle de “la société de l’information”. »1

2Ces discours sont porteurs de représentations erronées qui induisent des décisions politiques, commerciales, éducatives et individuelles. La société de l’information est porteuse d’évolutions souvent décrites comme inéluctables, voire obligatoires. L’expression varie quelque peu selon les discours et au fil du temps, la tendance actuelle n’étant plus celle du web 2.0, mais désormais celle du discours autour des données. L’idéal est qu’elles doivent circuler et se transformer pour garantir de nouveaux fonctionnements démocratiques. De réelles potentialités existent. Cependant, leur concrétisation suppose des choix et des réflexions auxquels les citoyens ne sont pas clairement invités à participer en dépit des discours qui prétendent le contraire.

  • 2 L’obsession pour la donnée est telle qu’elle est souvent considérée comme un élément quasi « nature (...)

3Le fait de poser l’information2 comme élément central conforte la tendance du rejet documentaire et plus particulièrement le rejet du texte, mis à mal dans les discours au profit d’environnements visuels, voire sensoriels. Les processus tendent d’ailleurs à nous faire croire que les choix techniques qui s’opèrent sont évidents car ils seraient naturels. La naturalisation des processus empêche bien souvent toute réaction critique.

  • 3 Steve Jobs se montrait d’ailleurs souvent ironique sur les projets de livres numériques d’Amazon en (...)

4Dès lors, les discours anti-textes rejoignent les discours qui annoncent une disparition progressive de la lecture. Certains considéraient même que les livres, y compris les livres électroniques, n’avaient pas de sens3. Or, la lecture ne disparaît pas pour autant ; au contraire, son champ ne fait que s’accroître sous de multiples formes.

La permanence du texte

5Le sentiment d’une disparition du texte provient vraisemblablement d’une confusion autour de sa définition. Le mot texte est souvent mal interprété, ce que met de nouveau bien en évidence Yves Jeanneret :

  • 4 Yves Jeanneret, « Le procès de numérisation de la culture. Un défi pour la pensée du texte. », Prot (...)

« Dans les réflexions sur l’informatique, la notion de texte n’est pas une ressource, mais un repoussoir. Le « tout numérique » nous dit : choisis ton camp, culture du texte ou société de l’information. Ce discours est fécond en antithèses : le révolutionnaire s’y oppose au désuet, l’ouvert au clos, l’immatériel au matériel, l’accessible à l’éloigné. Le texte est du côté de l’ancien, du fermé, du pesant, du médiat. » 4

6En effet, la première erreur consiste à assimiler systématiquement le texte au livre, voire à le réduire à sa dimension alphabétique. C’est une erreur et un jugement trop réducteur, d’ailleurs clairement basé sur une vision occidentale, car cela revient à négliger les systèmes d’écriture basés sur des idéogrammes qui sont autant des signes que des images. La confusion provient du développement et du succès des nouveaux médias, des jeux vidéo aux dispositifs de réalité augmentée. Pourtant, ces environnements requièrent clairement des formes de lecture, si bien qu’il est possible de considérer une image, une vidéo, une interaction comme une forme de texte. En effet, Yves Jeanneret rappelait que le texte est justement ce qui nécessite une lecture :

  • 5 Yves Jeanneret, Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?, Villeneuve d’Ascq, Presses (...)

« Nous pouvons considérer comme des textes une affiche et le jeu qu’elle établit entre images et mots écrits, l’organisation de l’écran d’accueil de notre ordinateur […], le découpage reconnaissable d’un journal télévisé. Parler de texte, c’est simplement indiquer qu’une forme générale doit organiser un espace d’expression pour qu’il soit lisible, que les messages ne nous parviennent que sous une forme matérielle, concrète, organisée. À cet égard, on peut dire que le texte est toujours un objet technique, mais d’une nature particulière : un objet techno-sémiotique » 5.

7Dans le numérique, les objets techno-sémiotiques sont fort nombreux et réclament différentes capacités de lecture. Étymologiquement, ce qui nécessite une lecture est une légende. Cette injonction à lire concerne donc tous les types de format.

8Il convient donc de dépasser cette opposition simpliste entre éléments textuels et nouveaux environnements multimédias. Nous avons bien sûr toujours besoin du concept de texte, d’autant que les nécessités de lecture ne cessent de se diversifier et de se complexifier. Le fait de basculer sur une impression que tout est sensation ou image est fortement réducteur. L’impression que tout devient numérique paraît plus crédible. Même cet ouvrage, disponible sous forme papier, est d’abord né de manière numérique. Un élément qu’on a trop tendance à négliger. Le livre papier est clairement aujourd’hui d’essence numérique, depuis son écriture sur ordinateur jusqu’à sa mise en page et sa transmission pour la mise en impression.

9Cette permanence du texte et a fortiori de la lecture permet aussi de s’affranchir une nouvelle fois de la domination de la forme codex et du livre. Cette démarche est déjà largement observable sur les espaces numériques, y compris au niveau de la littérature qui marque un retour au texte. C’est d’ailleurs ce dont se réclament plusieurs auteurs contemporains :

  • 6 Christopher Selac, Extrait de son blog, De l’autre côté du livre. Billet du lundi 6 février 2012. [ (...)

« Ai-je jamais, un jour, écrit un livre ? Non. Je n’écris pas de livre, je n’en écrirai jamais. Et pour cause : j’écris des textes. DES TEXTES ! Ce n’est pas du papier qui sort de mon stylo, ce ne sont pas des suites de 0 et de 1 qui sortent de mon clavier. »6

10Ce retour aux fondamentaux du texte permet aussi de se rappeler des phénomènes présents de manière bien antérieure aux développements de l’informatique. Trop souvent, la tendance est de ne comprendre le numérique que par l’usage, en oubliant les évolutions techniques préalables et les notions préexistantes. Tel est le cas du fameux hypertexte.

11La relation hypertextuelle est bien plus ancienne dans sa relation avec le lecteur qu’on ne le croit. Le texte est vraisemblablement déjà hypertextuel y compris dans sa matérialité comme nous le rappelle justement Roland Barthes :

  • 7 Roland Barthes, Le plaisir du texte, précédé de Variations sur l’écriture, Paris, Seuil, 2000, p. 1 (...)

« Texte veut dire Tissu ; mais alors que jusqu’ici on a toujours pris ce tissu pour un produit, un voile tout fait, derrière lequel se tient, plus ou moins caché, le sens (la vérité), nous accentuons maintenant, dans le tissu, l’idée générative que le texte se fait, se travaille à travers un entrelacs perpétuel ; perdu dans ce tissu – cette texture – le sujet s’y défait, telle une araignée qui se dissoudrait elle-même dans les sécrétions constructives de sa toile. Si nous aimions les néologismes, nous pourrions définir la théorie du texte comme une hyphologie (hyphos, c’est le tissu et la toile d’araignée). »7

12La description de Barthes met en avant les qualités intrinsèques du texte dans ses diverses dimensions, que ce soit son contenu, son support ou sa relation de médiation. L’hypertexte correspond pleinement à cet entrelacs qu’évoque Barthes en constituant une qualité déjà présente dans le texte. L’opposition simpliste entre l’hypertexte (qui relèverait de l’informatique) et le texte (qui viendrait de l’imprimé) apparaît d’emblée comme une mauvaise interprétation, voire une caricature avec un texte considéré comme fermé et un hypertexte ouvert du fait des supports numériques. Pour cela, il faut revenir sur la longue histoire de l’hypertexte, notamment en rappelant ses liens avec la documentation.

L’hypertexte et ses liens avec la documentation

  • 8 Alexandre Serres a été d’abord documentaliste, puis professeur-documentaliste, avant d’être maître (...)

13L’hypertexte est en effet associé très étroitement au Web. Pourtant, son histoire est plus longue et bien plus complexe. Alexandre Serres8 nous éclaire sur cette histoire de l’hypertexte. Il tente de distinguer « cinq lignes de force » principales :

  • «  l’informatique : pour l’histoire courte depuis 1960, l’évolution des modes de structuration des données et des interfaces, en bref tout ce qui constitue la réalité de l’hypertexte d’aujourd’hui ;
  • la documentation : pour l’histoire des méthodes d’accès à l’information et des outils documentaires, et comme l’une des sources d’inspiration de l’idée d’hypertexte ;
  • l’imprimerie : pour les fondements anciens des procédés de lecture hypertextuelle ;
  • l’histoire des utopies du savoir universel : longue histoire traversant à la fois celle des bibliothèques, des encyclopédies et des rêves sans cesse réactualisés d’un savoir accessible à tous, et à laquelle s’est rattachée très tôt l’idée d’hypertexte ;
  • la “ mémoire sociale en expansion ”, selon la formule de Leroi-Gourhan : cette cinquième lignée, que l’hypertexte partage avec tous les autres dispositifs d’objectivation de la mémoire, se situerait du côté d’une anthropologie historique des technologies intellectuelles. »9
  • 10 Bush Vannevar, “As We May Think”, The Atlantic Monthly, juillet 1945. [En ligne] : < http://www.theatlantic.com/magazine/archive/1945/07/as-we-may-think/303881/ >.

14Ces lignes de force sont intéressantes, car l’histoire officielle de l’hypertexte est trop réductrice. Elle fait apparaître classiquement l’idée avec le fameux texte du savant américain Vannevar Bush de 1945, “As we may think”10 puis sa concrétisation dans les travaux ultérieurs de Douglas Englebart et surtout Ted Nelson qui crée le terme hypertext en 1965. S’ensuivent divers projets, différents programmes comme hypercard jusqu’au Web de Tim Berner’s Lee. Mais l’hypertexte n’apparaît pas comme par magie dans l’esprit de Vannevar Bush. Son histoire est plus profonde et les influences sur le savant américain sont nombreuses. D’autre part, il importe également de sortir d’une vision simpliste, mais surtout très nettement anglo-saxonne pour ne pas dire états-unienne.

15Plusieurs travaux méritent de figurer dans cette histoire. Très souvent, ils sont rattachés à la technique du microfilm. Il convient de citer la station de travail de l’architecte urbaniste Georges Sébille, par ailleurs très concerné par le travail sur les documents patrimoniaux et la question archivistique. Cette dernière, développée en 1932, pouvait « stocker jusqu’à 300 000 pages sur 12 rouleaux de film » et offrait une projection sur écran de pages individuelles.

16Alexandre Serres rappelle d’autres travaux, mais c’est surtout la position de Paul Otlet qui nous intéresse ici. Et plus particulièrement ces travaux avant-gardistes énoncés dans le traité de documentation. Il convient de signaler son invention du bibliophoto en 1910 avec l’ingénieur Robert Goldschmidt, « sorte de bibliothèque portable de microfiches » selon Serres.

17Alexandre Serres a bien démontré cette forte association technique avec la documentation dans les écrits de Paul Otlet, la machine constituant bien souvent une prolongation de l’homme pour « augmenter » ses capacités cognitives :

  • 11 Otlet, ibid.

« Sous nos yeux est en voie de se constituer une immense machinerie pour le travail intellectuel. Elle se constitue par la combinaison des diverses machines particulières existantes dont, malgré l’individualisme et le particularisme des inventeurs, les liaisons nécessaires s’entrevoient. »11

18Le plus étonnant provient de la prédiction suivante – qui n’est pas du délire appartenant à de la mauvaise science-fiction, comme nous le confirment les concrétisations numériques actuelles. Elle démontre la réelle capacité d’Otlet à prévoir l’évolution de la documentation dans les temps futurs :

  • 12 Otlet, ibid.

« Nous devons avoir un complexe de machines associées qui réalise simultanément ou à la suite les opérations suivantes : 1° transformation du son en écriture ; 2° multiplication de cette écriture telle nombre de fois qu’il est utile ; 3° établissement des documents de manière que chaque donnée ait son individualité propre et dans ses relations avec celles de tout l’ensemble, qu’elle y soit rappelée là où il est nécessaire ; 4° index de classement attaché à chaque donnée ; perforation du document en corrélation avec ces indices ; 5° classement automatique de ces documents et mise en place dans les classeurs ; 6° récupération automatique des documents à consulter et présentation, soit sous les yeux ou sous la partie d’une machine ayant à y faire des inscriptions additionnelles ; 7° manipulation mécanique à volonté de toutes les données enregistrées pour obtenir de nouvelles combinaisons de faits, de nouveaux rapports d’idées, de nouvelles opérations à l’aide des chiffres. La machinerie qui réaliserait ces sept desiderata serait un véritable cerveau mécanique et collectif. »12

19Au fur et à mesure des années, cette description paraît plus précise et efficace, si ce n’est que « le mécanique » est devenu numérique. La description d’Otlet correspond clairement à ce qui s’opère actuellement ou tout au moins ce qu’on souhaiterait qu’il s’opère parmi nos corpus de données « en excroissance ». On reste bien évidemment sous les influences tayloristes ainsi qu’avec une forme de linéarité des processus, la description correspond d’ailleurs à un traitement du document quasi industrialisé. Otlet avait bien conscience que cette profusion documentaire ne pouvait que réclamer une réponse adéquate et un traitement approprié.

20Ces aspects visionnaires se retrouvent à plusieurs endroits du traité de documentation. Alexandre Serres a toutefois raison de nous mettre en garde contre la tentation d’observer le passé avec nos connaissances actuelles, qui risqueraient de déformer les pensées initiales du « père de la documentation » :

  • 13 Alexandre Serres, ibid.

« Il serait tentant de céder au travers de l’“histoire officielle” de l’hypertexte dénoncé par Buckland, consistant à valider rétrospectivement les fortes intuitions du visionnaire Otlet, en voyant par exemple derrière ses descriptions futuristes le multimédia, le multifenêtrage des interfaces graphiques et différentes possibilités de nos NTI. »13

21En effet, le risque est majeur. Toutefois, il convient de concéder que Paul Otlet considérait que les dispositifs devaient évoluer et être améliorés. Ses aspirations démontrent une vision de la documentation en évolution, non figée. Et il faut bien avouer qu’il est parfois difficile de résister à la tentation de faire du pionnier de la documentation un visionnaire de l’Internet et du Web.

22Il faut retenir de cette histoire de l’hypertexte et des préfigurations de Paul Otlet que la documentation est loin d’être étrangère aux territoires du numérique.

  • 14 Agostino Ramelli, Le diverse et artificiose machine [...], Parigi, in casa del autore, 1588.

23Il apparaît opportun de signaler également une vieille machine intéressante à plus d’un titre. En effet, en 1588, l’ingénieur italien Agostino Ramelli (1531-1600) publiait en France Le diverse et artificiose machine del Capitano Agostina Ramelli14 décrivant 195 machines diverses et variées. L’une des plus célèbres est sa roue à livres :

  • 15 Traduction du vieux français : « C’este cy est une belle & artificieuse machine, laquelle est fort (...)

« Voici une machine belle et ingénieuse qui rendra service à tous ceux qui s’adonnent aux études, surtout à ceux qui souffrent des pieds ou de la goutte. Car avec cette sorte de machine, on peut lire et tourner en même temps une grande quantité de livres sans se lever ni se déplacer. »15

24Outre cet aspect pratique pour ceux qui n’aiment guère se déplacer, la roue permet un travail d’études fort intéressant qui repose sur une pratique hypertextuelle, laquelle connaît une concrétisation technique par la pratique de la consultation de renvois à des ouvrages qui se font mutuellement référence.

25D’ailleurs, la pratique de la référence est déjà une forme hypertextuelle. Il faut probablement comprendre que le texte ne peut être pensé sans hypertexte.

  • 16 Source : Mémoire de maîtrise d’Alexandre, Serres. Hypertexte : ancien principe pour nouvelles tech (...)

Tableau chronologique : les dates clés de l'hypertexte16

1910 : Bibliothèque portable de microformes de Paul Otlet et Goldschmidt, le Bibliophoto, l'une des premières applications documentaires de la microfiche

1927 : Premier projet de Sélecteur photo-électrique de microfilms réalisé par Emmanuel Goldberg, baptisé "machine statistique".

1932 : Projet de station de travail développé par un bibliothécaire, Georges Sébille, capable de stocker 300 000 pages sur 12 rouleaux de films. Début des premiers travaux de Vannevar Bush, alors vice-président du M.I.T., sur le projet de Memex.

1933 : Publication de l'essai de Vannevar Bush, The Inscrutable Past, première référence au Memex

1934 : Traité de Documentation de Paul Otlet avec de nombreuses anticipations autour d’un réseau d’échanges et de formes hypertextuelles.

1945 : Publication de l'article de Vannevar Bush dans la revue Atlantic Monthly, sous le titre “As We May Think” en juillet.a

1960 : Première idée d'un système hypertexte d'édition de documents, par Ted Nelson.

1963 : Parution de l’essai de Douglas Engelbart, A Conceptual Framework for the Augmentation of Man's Intellect ; Création du terme d'Hypertext par Ted Nelsonb

1965 : Début du projet Xanadu de Ted Nelson, qui publie pour la première fois le nouveau terme d'Hypertext

1967 : Création à l'Université de Brown du premier véritable système hypertexte, Hypertext Editing System, par Ted Nelson et Andries Van Dam, qui prend la direction du projet.

1972-1981 : Commercialisation du système Zog sous le nomde Knowledge Management System (KMS), système hypertexte pour station de travail permettant la gestion d'énormes bases de données. Le projet avait débuté en 1972 à l’Université Carnegie Mellon.

1985 : Développement de l'hypertexte Intermedia par une équipe de l'Université de Brown, outil orienté enseignement et recherche.

1987 : Apple sort le logiciel Hypercard, distribué gratuitement sur tous les Macintosh; En novembre, Hypertext'87, première conférence sur l'hypertexte, à l'Université de Caroline du Nord, organisée par l'Association for Computing Machinery (ACM). Présence de plus de 500 chercheurs autour de ce nouveau champ.

1989 : Parution du premier journal scientifique consacré à l'hypertexte, Hypermedia à Londres. Travail de Tim Berners-Lee autour du projet du Web qui s’appuie sur une logique hypertextuelle. Travail de Tim Berners-Lee autour du projet du Web qui s’appuie sur une logique hypertextuelle.

a. Une première version avait été proposée en 1939 sous le titre « Mechanization and the Record » à la revue Fortune.
b. Il fait ce choix en écartant les autres concepts potentiels, notamment Linktext (texte lié), Jumptext (saut dans le texte) ou encore Zapwrite (écriture zappée).

La roue à livres d’Agostino Ramelli, un hypertexte mécanique ?

La roue à livres d’Agostino Ramelli, un hypertexte mécanique ?

Le maintien de compétences documentaires classiques

26Le numérique ne fait pas disparaître toutes les compétences documentaires, bien au contraire. Notre pratique personnelle et les observations menées auprès d’élèves, d'étudiants ou d'usagers démontrent que l’usage inné est très insuffisant pour répondre aux difficultés posées par l’environnement numérique, notamment quand il s’agit de comprendre des documents. En cela, le numérique ne change pas la donne. La permanence du texte implique une variété de lecture, qui concerne les différents formats et formes de documents qui cohabitent.

27Au final, c’est clairement cette bonne vieille analyse documentaire qui se révèle encore très utile. Opération intellectuelle, elle consiste à traiter le document pour le rendre plus accessible à des lecteurs potentiels ou pour les aider à faire leur choix par rapport à leur recherche et à leur besoin d’information. Elle est définie comme étant une :

  • 17 Article « Analyse documentaire », in Glossaire ADBS. [En ligne] : < http://www.adbs.fr/analyse-documentaire-16102.htm?RH=OUTILS_VOC >.

« Opération intellectuelle visant à identifier les informations contenues dans un document ou un ensemble de documents et à les exprimer sans interprétation ni critique, sous une forme concise et précise telle qu’un résultat d’indexation, un résumé, un extrait. Le but en est de permettre la mémorisation, le repérage, la diffusion ultérieure des informations ou du document source. »17

28Cette mission bien connue des documentalistes et des bibliothécaires est devenue de plus en plus importante en raison de la massification des publications, ce que soulignait déjà Suzanne Briet en 1951 :

  • 18 Suzanne Briet, Qu’est-ce que la documentation ?, ibid., pp. 11-12.

« L’analyse documentaire […] est apparue comme l’un des moyens les plus rapides et les plus sûrs d’annonce et de communication de la pensée. C’est le rôle des bibliothèques spécialisées, des centres de documentation, des revues techniques d’apporter au spécialiste, sur sa table de travail un résumé analytique et parfois critique des nouveautés qui l’intéressent, et qui lui permettent de repérer les sources qu’il pourra s’il le désire exploiter par voie de lecture directe ou de reproduction […] » 18

29L’analyse documentaire recouvre deux champs principaux : l’indexation et la production de condensation, c’est-à-dire de résumés. Ces deux missions n’ont pas disparu. Elles sont toujours nécessaires pour caractériser les documents numériques. Mais cette opération s’est quelque peu démocratisée, notamment avec les signets sociaux qui permettent à un usager d’enregistrer une notice sur une ressource ou un site Web qu’il aura jugé intéressant. Il peut lui adjoindre une forme d’indexation avec un mot-clé et rédiger un résumé ou tout au moins une prise de note.

L’analyse documentaire via un outil comme Diigo

L’analyse documentaire via un outil comme Diigo

30Ces systèmes requièrent par conséquent que les usagers aient un minimum de compétences de type documentaire. Ces compétences ne sont donc plus du seul domaine réservé des documentalistes et des bibliothécaires, mais doivent se développer dans d’autres cadres, ce qui suppose une formation qui ne soit pas cantonnée aux seuls professionnels de l’information. Cette extension des compétences documentaires aux usagers est clairement l’une des conséquences du développement d’une culture numérique qui ne repose pas sur les seuls usages, mais qui soit au contraire la résultante d’une véritable formation, seule garante du développement d’une culture de l’information digne de ce nom.

31Par conséquent, il faut se méfier d’un regard trop rapide sur les méthodes et les techniques du passé. En cela, nous ne pouvons être pleinement d’accord avec l’avis de l’ancien inspecteur général de l’Éducation nationale, chargé notamment de la question de la documentation et qui décrivait la nécessaire évolution professionnelle des missions des professeurs-documentalistes en CDI :

  • 19 Jean-Louis Durpaire, « L’Éducation aux médias : enjeux et réaffirmation des principes généraux », T (...)

« […] Cette initiation et formation aux techniques documentaires a beaucoup évolué. Les compétences techniques des années 90 ont disparu. »19

32Ce ne sont pas les compétences techniques qui ont disparu, mais les outils et les contextes qui se sont transformés. D’ailleurs, les compétences techniques ne datent nullement des années 1990, elles sont nettement antérieures, comme nous avons pu le voir précédemment. C’est aussi un grand risque que de ne pas rappeler l’importance de ces stabilités au niveau des compétences techniques. Tout ne disparaît pas, mais on observe plutôt des transformations, des réinvestissements et évidemment l’apparition de nouvelles compétences, notamment informatiques et informationnelles, au sein d’environnements qui évoluent.

33Cette extension, à d’autres formats et à de nouveaux usagers, de l’analyse documentaire implique une évolution de cette dernière, notamment en ce qui concerne les formes qu’elle peut prendre. Plusieurs types de résumé sont reconnus dans l’analyse documentaire. Il serait opportun de rajouter au résumé indicatif qui vise à aider le lecteur en lui indiquant le contenu du document en vue ou non d’une lecture ultérieure, au résumé informatif qui évite une lecture exhaustive ainsi qu’au résumé mixte, qui indique le contenu principal mais en détaillant une partie selon les besoins exprimés par l’usager, un nouveau type de résumé ou synthèse : le résumé ou la synthèse de type cartographique.

34Ces techniques d’analyse et de traitement de l’information sont pleinement essentielles aujourd’hui. Les méthodes cartographiques mériteraient d’être considérées comme des analyses à part entière. Les techniques du mind mapping connaissent un succès grandissant et une reconnaissance lente dans les systèmes éducatifs français alors qu’elles constituent une méthode plébiscitée notamment par les Finlandais. Les analyses documentaires via des méthodes cartographiques peuvent constituer autant des alternatives que des éléments supports pour réaliser des résumés rédigés. Plusieurs outils sont disponibles en dehors du traditionnel papier-crayon. Beaucoup d’outils logiciels sont d’ailleurs gratuits, comme Freemind ou Cmaptools. Il convient toutefois de mentionner la différence entre les outils de cartographie conceptuelle, type Cmaptools, et les outils de mind mapping. Les outils de mind mapping sont idéaux pour réaliser des opérations de brainstorming et sont très utilisés pour étudier le besoin d’information afin de l’exprimer sous forme de mots-clés. Les outils de cartographie conceptuelle sont plus ambitieux, plus dédiés à des formes rationnelles ou scientifiques. En effet, les liaisons entre les concepts doivent être catégorisées, ce qui demande un travail de réflexion et d’analyse plus complexe. C’est une opération excellente pour effectuer un travail d’analyse documentaire précis, soit en livrant une carte à la place d’un résumé rédigé, soit comme support guidant la rédaction d’un résumé informatif. En tant qu’enseignant, nous avons souvent guidé les étudiants de cette façon en élaborant des formes collaboratives de cartes conceptuelles avec Cmaptools. Mais l’utilité des cartes se rencontre au-delà des questions d’enseignement.

Un exemple de travail de résumé via cmaptools

Un exemple de travail de résumé via cmaptools

35Les cartes mentales sont ainsi de plus en plus fréquemment utilisées pour décrire des processus liés à la veille.

Traitement de l’information, veille et curation

36Le travail de veille ne doit pas constituer qu’un simple signalement : il apparaît aussi comme une étape propice à la réflexion et à l’apprentissage de savoirs ainsi qu’à la prise de décision en connaissance de cause.

37Désormais, les techniques d’analyse documentaire se déclinent et peuvent connaître diverses formes avec le numérique. Les outils de « curation » présentent donc des intérêts à condition de ne pas demeurer de simples gadgets, mais d’être bel et bien inscrits dans une stratégie d’analyse poussée.

38Une pratique un peu désuète comme le résumé prend tout son sens dans un travail de veille. Il est ainsi possible de mieux détailler sur les sites de signets sociaux comme Diigo les résumés des ressources repérées, notamment quand il s’agit de mettre à disposition ce travail de manière collaborative, par exemple pour le bouillon des bibliobsédés, qui regroupe une vingtaine de veilleurs sur les questions info-documentaires à l’initiative du bibliothécaire Silvère Mercier.

  • 20 Rubrique à lire ailleurs d’Internetactu. [En ligne] : < http://www.internetactu.net/category/natures-de-document/a-lire-ailleurs/ >.
  • 21 Hubert Guillaud, La feuille. [En ligne] : < http://lafeuille.blog.lemonde.fr/ >.

39Le bibliothécaire Lionel Dujol effectue un effort du même type en résumant également sa veille de manière indicative. Il fait le choix de limiter le nombre de ressources signalées, mais de veiller à une bonne qualité de l’information qui se trouve déjà préanalysée. Ce travail de plus grande qualité est venu du constat que face à la somme des ressources disponibles, il devenait nécessaire non seulement de repérer l’information, mais de la classer et de la commenter avant de la rediffuser à l’aveugle. Intéressant est également le travail d’Hubert Guillaud sur Internetactu. Outre le fait que chacun de ses billets, tout comme ceux de ses collaborateurs Rémi Sussan et Xavier de la Porte, constitue souvent des notes de synthèse commentées de diverses lectures, le travail de synthèse des éléments intéressants à lire chaque semaine20 (la rubrique « À lire ailleurs » est riche de par la sélection opérée et les éléments indicatifs qui permettent de guider le lecteur afin qu’il puisse éventuellement poursuivre sa lecture en cliquant sur le lien hypertexte. La lecture régulière d’Internetactu fait d’ailleurs partie des réflexes pour tout professionnel de l’information qui s’intéresse aux évolutions et potentialités du numérique. À noter qu’il est également possible de retrouver Hubert Guillaud sur son blog21 au sujet de l’édition numérique (La feuille), un blog toujours excellemment documenté.

40Plus les ressources disponibles s’accroissent, plus il est impossible de tout lire et de tout repérer dans son travail quotidien. Dès lors, le besoin d’opérer de nouvelles formes intermédiaires, des synthèses sous forme numérique, devient primordial.

La curation : des techniques et méthodes clairement documentaires

  • 22 Frédéric Martinet, La curation, c’est de la merde. Billet du 8 avril 2011 sur Actulligence.com [En (...)
  • 23 Les notes et les dossiers peuvent être consultées entre autres à partir de cette adresse :  http:// (...)
  • 24 Guillaume Boute, « La curation ou l’effet jogging : retour en 1895 », Zeboute’blog. Billet du 29 se (...)

41La fameuse « curation », critiquée très élégamment par Frédéric Martinet22, apparaît en fait simplement comme la redécouverte d’une sélection de l’information organisée, thématisée avec des résumés de type indicatifs. C’est aussi la possibilité d’offrir des synthèses, voire des notes de synthèse un peu à l’instar des excellentes productions réalisées par le service veille et analyses de l’Institut français de l’éducation23. Bref, à nouveau de la documentation « pur jus ». On a beau dire, on y revient toujours, même si on a parfois l’impression de traiter des flux de données. Le blogueur et professionnel de l’information Guillaume Boute évoque même un effet jogging, pour reprendre l’expression de Régis Debray caractérisant le retour à des pratiques plus manuelles et qu’on croyait dépassées24.

42Repérer l’information est utile, mais il se produit actuellement un paradoxe dans les démarches de veille. On a des outils relativement performants et de nouvelles applications qui apparaissent régulièrement. Mais il apparaît nettement que signaler l’information ne se substitue pas à la nécessité de lire, si bien qu’il semble que l’intérêt soit à la production de résumés critiques et informatifs qui permettent de prendre en compte une bonne partie des documents sans avoir besoin de les lire de manière exhaustive.

43Les habiletés documentaires apparaissent alors primordiales. L’outil ne garantit pas un bon travail de sélection et de traitement de l’information, notamment à long terme. Les outils sont d’ailleurs sous-utilisés pour des raisons tout autant sociologiques que techniques. Il faut aussi se départir du mythe actuel qu’un outil peut répondre à un problème rencontré. Cette surenchère qui consiste à rechercher un outil comme remède se révèle très souvent un leurre. En général, cette accumulation d’outils qui foisonnent dans nos systèmes d’information ne fait que dissimuler des dysfonctionnements organisationnels et humains plus profonds et auxquels on préfère éviter de faire face. Le remède finit par devenir un poison comme dans un processus de surmédication. Il faudrait commencer par réexaminer les outils déjà utilisés et les processus dans lesquels ils s’inscrivent. En cela, l’objectif pour les professionnels de l’information est bien plus de s’inscrire dans une réflexion en ce qui concerne les dispositifs organisationnels et communicationnels que de simplement utiliser des outils numériques.

44Il faut donc concevoir la curation comme un processus, plus que comme une stratégie logicielle. La curation est clairement d’essence documentaire, elle a l’intérêt de nous rappeler que son contraire est vraisemblablement l’incurie :

  • 25 Définition du site ars industrialis, [En ligne] : < http://arsindustrialis.org/incurie >.

« L’incurie est l’absence totale de soin. Tout soin requiert des instruments, mais lorsque ces instruments ne sont plus entre nos mains, alors l’incurie guette. L’incurie désigne ainsi la délégation de sa responsabilité à des techniques de soin que l’on ignore ».25

  • 26 Le terme ménager est préférable à celui de manager dont le sens anglo-saxon a fini par décrire exac (...)
  • 27 Christophe Deschamps, Le nouveau management de l’information : la gestion des connaissances au cœur (...)

45L’outil agit trop souvent comme un masque. Les facilités d’usage deviennent alors une déperdition de savoirs et de savoir-faire, symptômes d’une incurie tout autant informationnelle qu’organisationnelle. L’idéal suppose que la meilleure curation possible ne vienne pas d’un système imposé de manière hiérarchique, mais de la formation des salariés et des employés afin qu’ils se montrent capables d’investir et d’adopter de nouveaux outils. C’est alors que l’organisation pourra en tirer des bénéfices en ménageant26 au mieux les compétences dont elle dispose27. Il faut pour cela dépasser la seule logique de l’outil miracle. Une organisation peut investir de l’argent ou du temps dans des technologies, à condition de recruter ou de faire appel à un maître d’armes numériques.

  • 28 < www.evernote.com >.
  • 29 < www.ifttt.com >.

46Tout comme on n’a jamais jugé un chevalier seulement à la qualité de son armure et de son épée, mais bien plus à son aptitude à pratiquer son art et à manier l’épée, il en va actuellement de même avec le numérique. Les outils d’apparats ne sont que des instruments de flatterie qui ne témoignent d’aucune efficacité concrète. Si on prend un outil performant comme Evernote28, qui permet certes de gérer des notes, de réaliser des opérations de veille en le couplant avec d’autres outils, notamment en utilisant un outil de circulation de l’information entre applications comme IFTTT29, les potentialités apparaissent intéressantes. Mais ce sont en fait les capacités individuelles à pouvoir tirer la quintessence d’un tel outil qui font surtout la différence.

47Il devient nécessaire pour le professionnel d’être capable de réellement maîtriser la personnalisation et l’évolution des outils qu’il utilise au quotidien. La curation présente parfois des risques pour ceux qui accèdent à de l’information par ce type d’outils. En effet, les outils de curation type Scoop.it deviennent par moment de véritables poisons ou des intermédiaires néfastes qui ne font qu’accroître la distance entre l’information et l’usager, puisqu’il faut parfois cliquer à plusieurs reprises pour accéder au texte originel qui contient l’information. En effet, il n’est pas rare que l’outil Scoop.it renvoie à un autre site qui lui-même relaie l’information contenue sur un troisième site. Au final, l’usager a l’impression de passer des écluses et de perdre son temps. Ces phénomènes s’expliquent par la nécessité de monétiser les services en essayant de maximiser les visites. Un excès de curation finit par devenir empoisonnant. Il faut donc bien souvent savoir dépasser les contraintes de l’outil voire être capable d’en changer.

Le portail type Netvibes : un outil documentaire à faire évoluer

48Le portail de sélection de flux, popularisé notamment par Netvibes et ses univers, constitue une nouvelle forme documentaire, dans la lignée de la bibliographie et de la sitographie, mais avec une démarche de mise à jour automatisée. Il n’est pas surprenant que cet outil ait beaucoup intéressé les bibliothécaires et les documentalistes, et plus particulièrement les professeurs documentalistes qui ont pu trouver dans ce nouveau média un moyen d’offrir une sélection de ressources de manière plus attrayante. Des alternatives existent, mais il peut être opportun d’envisager un développement d’un outil propre comme la solution open source Posh de Portanéo. L’outil peut ainsi être développé et maintenu en interne.

49Le problème le plus fréquent en ce qui concerne les portails est justement la faiblesse de la valeur ajoutée. Beaucoup se ressemblent aussi bien graphiquement que par les contenus. Or le but n’est pas seulement de sélectionner des flux, mais aussi d’expliquer et de guider les usagers potentiels. C’est dans cette perspective que nous avions lancé le projet « le portail des actus », univers de ressources commentées et dédiées à l’actualité. Réalisé initialement pour servir de support à la manifestation « la semaine de la presse », organisée par le Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (CLEMI) et prisée notamment par les professeurs-documentalistes, le portail sert de support à plusieurs séances pédagogiques en collège et en lycée.

Le portail des actualités dans sa version univers Netvibes

Le portail des actualités dans sa version univers Netvibes

50Le travail de sélection d’information prend toute sa valeur grâce à son association avec un travail d’explication, de catégorisation et d’organisation, pour ne pas délivrer une forme de bibliographie de flux pas nécessairement plus utile aux usagers. Le portail des actus contient ainsi des microcours et un quiz associé pour vérifier les connaissances. Le portail permet en effet d’inclure des éléments textuels, mais également multimédias. Avec un peu de réflexion et quelques connaissances de base en langage Web, il est possible d’étendre les potentialités d’interaction d’un tel outil. De plus en plus, il s’agit de manier des documents et des interactions de type audiovisuel.

Traitement de l’image, de la vidéo : des besoins documentaires

51Les documents multimédias nécessitent des compétences particulières au niveau du traitement des documents audiovisuels. Évidemment, les compétences documentaires classiques se révèlent insuffisantes, puisqu’il s’agit de développer une bonne maîtrise des supports, ce qui implique une bonne connaissance de leur production. Quelques licences professionnelles tentent ainsi de former un futur professionnel qui se doit d’être autant expert en matière d’aspects documentaires que sur les aspects de réalisation. Il ne s’agit donc pas de vassalisation de la documentation, mais bien plus d’hybridation, ce qui conduit de plus en plus à prendre en compte les savoirs documentaires dès la conception des systèmes d’information et d’organisation. S’il y a bien une révolution, elle se situe dans ce cadre.

52Évidemment, face à la masse de données audiovisuelles à traiter, les traitements documentaires basiques doivent être complétés par d’autres moyens. Mais il ne faudrait pas déplacer le mythe documentaire de l’indexation totale par les professionnels au fantasme de l’indexation automatique. Il s’agit plutôt de considérer que les deux modes d’indexation doivent cohabiter davantage et qu’elles sont désormais toutes les deux nécessaires.

53L’image et la vidéo sont riches en informations de différents types. Entre les métadonnées intégrées automatiquement dès leur conception, s’ajoutent différents traitements qui peuvent être automatisés, notamment pour reconnaitre des spectres de couleurs différentes. Mais il est impossible de tout indexer dans une vidéo. Il est même difficile de savoir à l’avance ce qui pourrait intéresser un usager lambda. Par exemple, dans une vidéo de tennis, cela peut être autant les joueurs que le public, voire l’arbitre, qui intéressera celui qui va rechercher l’information. On comprend alors les difficultés rencontrées notamment par les documentalistes d’Ina.fr, qui doivent en plus songer aux stratégies de référencement et aux requêtes des usagers sur les moteurs de recherche.

54Aux permanences documentaires évoquées se mêlent de nouvelles compétences liées au multimédia. Mais on est plutôt dans des évolutions que dans une révolution, et bien loin d’une rupture totale telle que les médias ou les industriels aiment à nous le présenter en évoquant notamment l’ère ou la société de l’information.

Notes

1 Yves Jeanneret, « Comment faire, que faire, pourquoi faire ? Non-synthèse », Journée d’études Musettes, Sites Internet : quelles ressources pour les visiteurs ?, OCIM, novembre 2007.

2 L’obsession pour la donnée est telle qu’elle est souvent considérée comme un élément quasi « naturel ».

3 Steve Jobs se montrait d’ailleurs souvent ironique sur les projets de livres numériques d’Amazon en arguant notamment que la lecture était en déclin.

4 Yves Jeanneret, « Le procès de numérisation de la culture. Un défi pour la pensée du texte. », Protée, 2004, vol. 32, nº 2, pp. 9-18.

5 Yves Jeanneret, Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007, p. 106.

6 Christopher Selac, Extrait de son blog, De l’autre côté du livre. Billet du lundi 6 février 2012. [En ligne] : < http://christopherselac.livreaucentre.fr/2012/02/06/reconcilions-les-livres/ >.

7 Roland Barthes, Le plaisir du texte, précédé de Variations sur l’écriture, Paris, Seuil, 2000, p. 126.

8 Alexandre Serres a été d’abord documentaliste, puis professeur-documentaliste, avant d’être maître de conférences. Son travail démontre cet attrait « hypertextuel » qui est bien présent dans le domaine de la documentation.

9 Alexandre Serres, « Hypertexte : une histoire à revisiter », Documentaliste - Sciences de l’information, 1995, vol. 32, nº 2, pp. 71-83.

10 Bush Vannevar, “As We May Think”, The Atlantic Monthly, juillet 1945. [En ligne] : < http://www.theatlantic.com/magazine/archive/1945/07/as-we-may-think/303881/ >.

11 Otlet, ibid.

12 Otlet, ibid.

13 Alexandre Serres, ibid.

14 Agostino Ramelli, Le diverse et artificiose machine [...], Parigi, in casa del autore, 1588.

15 Traduction du vieux français : « C’este cy est une belle & artificieuse machine, laquelle est fort utile & commode à toute personne qui se delecte à l’étude, principalement à ceux qui sont mal dispos & subjects aux gouttes ; car avec ceste sorte de machine un homme peut voir & lire une grande quantité de livres, sans se mouvoir d’un lieu […] »

16 Source : Mémoire de maîtrise d’Alexandre, Serres. Hypertexte : ancien principe pour nouvelles technologies. Université Rennes 2. Septembre 1993 La mémoire présente des chronologies davantage exhaustives.

17 Article « Analyse documentaire », in Glossaire ADBS. [En ligne] : < http://www.adbs.fr/analyse-documentaire-16102.htm?RH=OUTILS_VOC >.

18 Suzanne Briet, Qu’est-ce que la documentation ?, ibid., pp. 11-12.

19 Jean-Louis Durpaire, « L’Éducation aux médias : enjeux et réaffirmation des principes généraux », Table ronde : disciplines, enseignements et partenariats. [En ligne] : < http://www.clemi.org/fichier/plug_download/29384/download_fichier_fr_jldurpaire.pdf >.

20 Rubrique à lire ailleurs d’Internetactu. [En ligne] : < http://www.internetactu.net/category/natures-de-document/a-lire-ailleurs/ >.

21 Hubert Guillaud, La feuille. [En ligne] : < http://lafeuille.blog.lemonde.fr/ >.

22 Frédéric Martinet, La curation, c’est de la merde. Billet du 8 avril 2011 sur Actulligence.com [En ligne] : < http://www.actulligence.com/2011/04/08/curation-egal-merde/ >.

23 Les notes et les dossiers peuvent être consultées entre autres à partir de cette adresse : < http://ife.ens-lyon.fr/vst/ >. Les notes sont également diffusées par courrier électronique.

24 Guillaume Boute, « La curation ou l’effet jogging : retour en 1895 », Zeboute’blog. Billet du 29 septembre 2012. [En ligne] : < http://zeboute.wordpress.com/2012/09/29/curation-effet-jogging-bibliotheque/ >.

25 Définition du site ars industrialis, [En ligne] : < http://arsindustrialis.org/incurie >.

26 Le terme ménager est préférable à celui de manager dont le sens anglo-saxon a fini par décrire exactement l’inverse de qu’il signifiait initialement.

27 Christophe Deschamps, Le nouveau management de l’information : la gestion des connaissances au cœur de l’entreprise 2.0, Limoges, Fyp éditions, 2009.

28 < www.evernote.com >.

29 < www.ifttt.com >.

Table des illustrations

Titre La roue à livres d’Agostino Ramelli, un hypertexte mécanique ?
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre L’analyse documentaire via un outil comme Diigo
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Un exemple de travail de résumé via cmaptools
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Le portail des actualités dans sa version univers Netvibes
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 447k

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search