Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 ans d’histoire du livre

 | 
Dominique Varry

Partie 2. Le livre cette marchandise

Pour une histoire des techniques graphiques du XX e siècle

Alan Marshall

Texte intégral

1L’histoire de l’imprimerie se trouve à la croisée de deux disciplines qui ont connu un essor important au cours de la deuxième moitié du xxe siècle : l’histoire du livre et l’histoire des techniques. Paradoxalement, l’intérêt porté par les historiens à certains aspects de l’histoire de l’imprimerie depuis quelques décennies a été inversement proportionnel au dynamisme de l’histoire du livre et des techniques dans leur ensemble. C’est le cas notamment de l’évolution des techniques graphiques au xxe siècle dont l’histoire reste encore largement à écrire.

2En transposant le titre du présent colloque sur le terrain des techniques graphiques, on peut donner deux sens au vocable « 50 ans d’histoire de l’imprimerie » : d’abord l’histoire de l’imprimerie en tant qu’activité technique et industrielle ; ensuite l’histoire de l’imprimerie en tant que discipline scientifique. Prenons d’abord le premier sens : l’histoire de l’imprimerie en tant qu’activité technique et industrielle. Les cinquante ans qui se sont écoulés depuis la publication de L’Apparition du livre, ont été marqués par des progrès extraordinaires dans le domaine de la production graphique dont les techniques et savoir-faire ont été complètement renouvelés avec la fin du plomb, l’essor de l’impression offset et de la xérographie, et la montée en puissance des techniques électroniques et informatiques comme la photocomposition, le traitement de l’image, la micro-informatique, la publication assistée par ordinateur (PAO), le PostScript et les réseaux et médias numériques. Les industries graphiques ont été profondément modifiées, non seulement par des vagues successives, et de plus en plus rapprochées, d’innovation technique, mais aussi par l’abandon des méthodes empiriques employées dans ce métier demi-millénaire en faveur d’une approche scientifique fondée sur les méthodes de l’ingénieur. La structure économique de ce secteur-clé de la production culturelle a été transformée également avec l’émergence de nouveaux usages et marchés de l’imprimé, l’intégration de l’imprimerie au sein des industries globales de l’information et de la communication, et le développement de nouveaux modes de production et de diffusion qui s’appuient de plus en plus sur le document virtuel et ses nombreuses déclinaisons. Depuis plusieurs décennies, les industries graphiques vivent une révolution technique dont les grands contours sont assez faciles à saisir, mais dont les origines ont été, jusqu’à présent, peu étudiées.

3Quant à l’histoire de l’imprimerie en tant que discipline scientifique, au cours du dernier demi-siècle, elle a pu bénéficier de l’importante évolution des méthodes de ce qui est devenue sa grande sœur – l’histoire du livre – et de la place grandissante occupée par celle-ci dans le monde universitaire. Cependant, si notre connaissance de l’histoire de l’imprimerie jusqu’à la fin du xixe siècle a continué de s’approfondir depuis les années 1960, force est de constater que le bilan est plus mitigé quand on regarde l’histoire des techniques graphiques au xxe siècle. Car les nombreuses interrogations sur l’avenir du livre et de l’écrit – un débat de société qui ne s’est pas démodé depuis un demi-siècle – se posent très souvent en l’absence de toute analyse de la période qui précède immédiatement l’irruption du numérique, et qui nous permet de comprendre ses origines et modalités exactes. Par une curieuse coïncidence, l’histoire de l’imprimerie a commencé à se « figer » en tant que discipline, il y a à peu près 50 ans, au moment même où l’histoire du livre entamait un nouvel essor. Force est de constater que les contours actuels de la discipline ont été largement dessinés par une génération d’historiens et de professionnels de la chaîne graphique (dans les années 1950 et 1960, les professionnels contribuaient encore de manière importante à l’histoire du métier) qui savait que l’innovation technique allait avoir un impact majeur sur les industries graphiques, mais qui, comme tous les commentateurs de l’époque, même les mieux informés, ne pouvaient guère imaginer la forme que cette révolution technologique allait prendre.

4En 1959, Otto M. Lilien écrivit dans son travail précurseur sur l’histoire de l’héliogravure industrielle : « Chaque jour, un flot sans fin de produits imprimés menace de noyer le monde. Les détails du développement technique qui a rendu ceci possible sont en très grande partie inconnus parce que le développement des techniques graphiques modernes a été largement négligé par les historiens des techniques. Il existe un grand nombre d’histoires de l’imprimerie dans de nombreuses langues. Cependant, elles s’intéressent surtout aux produits imprimés. Elles traitent du livre, de la page, de l’illustration, des caractères d’imprimerie ou de la mise en page. Mais rares sont les études historiques du développement des procédés d’impression, des presses mécaniques ou de la réalisation des formes imprimantes.

  • 1 Otto M. Lilien, History of industrial gravure printing up to 1920, London, Lund Humphries, 1972, p. (...)

5Parfois, on trouve un manuel technique contenant quelques courts chapitres sur l’histoire de la préparation des formes imprimantes dans les vieux ateliers où se pratiquaient des techniques artisanales. Les noms des premiers imprimeurs et les méthodes qu’ils employaient sont bien connus. Il existe une littérature abondante sur les techniques anciennes comme la gravure sur bois, la gravure à l’eau-forte, la taille-douce. Dans de nombreux musées, on peut trouver des informations sur les documents produits grâce à ces techniques et sur les imprimeurs des anciens temps et leurs méthodes. Mais dès qu’il s’agit d’aborder la fin du xixe siècle et la Révolution industrielle, quand le travail manuel de l’artisan commence à céder la place à la production de masse, les témoignages concernant le développement des techniques graphiques se raréfient et deviennent moins fiables. La description des développements techniques devient de plus en plus sommaire et les références aux sources primaires manquent fréquemment. Très souvent, les informations concernant les personnes supposées avoir inventé telle ou telle technique, ou y avoir porté des améliorations, sont contradictoires. »1

6La situation décrite par Lilien ne s’est guère arrangée depuis : des pans entiers de l’histoire des techniques graphiques modernes ont été laissés en jachère par les nouvelles générations d'historiens du livre, de l’imprimerie, et des techniques. Les progrès considérables enregistrés par l’histoire du livre depuis la publication de l’édition allemande des études de Lilien en 1959 et 1963 – aussi bien sur le plan méthodologique que sur le plan historiographique – n’ont rien apporté à la somme de notre connaissance concernant le développement de la rotogravure, pourtant l’un des facteurs clés du succès de la presse illustrée au cours du xxe siècle.

7Et on peut en dire autant de la quasi-totalité des techniques industrielles qui ont sous-tendu le développement de la production graphique depuis la fin du xixe siècle. C'est comme si les historiens, ayant focalisé leur attention d’abord, sur l'invention de l’imprimerie et les moyens de production, puis sur la diffusion des produits imprimés (surtout le livre et la presse écrite), enfin, sur la réception de ces mêmes produits – c’est-à-dire en suivant la structure même de la chaîne graphique – avaient tout simplement oublié de porter leur regard sur les techniques graphiques au xxe siècle !

8L’historiographie des techniques et des industries graphiques modernes reste, en effet, à l’heure actuelle, fragmentaire : une situation qui est aggravée, paradoxalement, par le succès même de l’histoire du livre en tant que discipline scientifique. Car l’une des conséquences de l’enracinement institutionnel de l’histoire du livre dans le monde universitaire a été de renforcer la présence de chercheurs en sciences humaines, aux dépens des professionnels de la chaîne graphique qui, depuis des générations, et malgré parfois leurs insuffisances méthodologiques, ont contribué de manière importante à la prise en compte des arcanes techniques, économiques et organisationnelles dans les analyses de la production graphique par des historiens. Ainsi, en contraste avec les progrès qui ont été enregistrés dans l’étude de la période artisanale de l’imprimerie et du xixe siècle, la période contemporaine semble avoir suscité très peu d'intérêt de la part des historiens du livre et de la chose imprimée.

  • 2 Richard Southall, Printer's type in the twentieth century. Manufacturing and design methods, London (...)
  • 3 Notamment, Lawrence W. Wallis, A concise chronology of typesetting developments 1886-1986, London, (...)
  • 4 Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les socié (...)
  • 5 Christopher Burke, Active literature: Jan Tschichold and New Typography, London, Hyphen Press, 2007 (...)
  • 6 150 years of Heidelberger Druckmaschinen Aktiengesellschaft, Heidelberg, Heidelberg Gmbh, [2000].
  • 7 Boris Fuchs et Christian Onnasch, Dr.-Ing. Rudolph Hell, Heidelberg, Edition Braus, 2005.

9Certes, on peut citer un certain nombre de travaux importants récents. En 2005, Richard Southall a publié une étude novatrice sur la fabrication des caractères d’imprimerie qui, pour la première fois, suit avec beaucoup d’attention l’évolution des techniques et méthodes de travail à travers les trois grandes périodes de la production graphique : artisanale, industrielle et électronique2. De même, Lawrence Wallis a largement contribué à établir les premières bases d’une historiographie fiable des techniques de composition typographique depuis la fin du xixe siècle3. Dans un tout autre domaine, on peut citer l’excellente étude de Delphine Gardey sur l’essor et les modalités de la production de documents administratifs et commerciaux pendant la période industrielle4. Ou encore, on peut noter le travail de Christopher Burke qui, dans une étude remarquable de l’une des figures majeures de la Nouvelle typographie, Jan Tschichold, intègre pleinement dans son analyse l’ensemble des facteurs – économiques, politiques, techniques – qui influent sur l’évolution des formes typographiques5. Mais, en général, les études des techniques graphiques modernes prennent la forme d’éclairages ou d’analyses d’inventeurs ou d’inventions spécifiques, de secteurs de production limités ou d’épisodes particuliers dans la vie des entreprises. Ainsi, on peut citer quelques histoires d'entreprises récentes : celle de la société Heidelberg6, par exemple, ou du fabricant de scanners électroniques Rudolph Hell7. (Il est à remarquer que nous devons, en général, ce dernier type d’étude, non pas aux historiens professionnels, mais aux quelques professionnels de la chaîne graphique qui s’intéressent encore à l’histoire de leur métier.)

  • 8 Voir, par exemple, Paul Jobling et David Crowley, Graphic design reproduction and representation si (...)
  • 9 Michel Wlassikoff, Histoire du graphisme en France, Paris, Les Arts décoratifs, 2005.

10Dans ce contexte plutôt morose, l’histoire du design graphique au xxe siècle s’en sort plutôt bien8, mais force est de constater que la plupart des auteurs deviennent assez circonspects dès qu’il s’agit de placer les grands mouvements graphiques du xxe siècle dans leur contexte technico-économique. L’engouement récent pour l’histoire du design graphique doit également être nuancé, parce qu’il se limite très souvent au canon consacré, qu’il s’agisse du xixe siècle ou du xxe. Ainsi, le design graphique français a suscité peu d’enthousiasme chez les historiens (français ou autre), jusqu’à la publication de l’ouvrage de Michel Wlassikoff9 qui a, en quelque sorte, pris le relais de Francis Thibaudeau, dont les publications datent des années 1920 !

  • 10 Frank E. Comparato, Books for the millions: a history of the men whose methods and machine packaged (...)
  • 11 Louis Walton Shipley, A half century of color, New York, Macmillan, 1951.

11Sur le plan technique, nous ne disposons donc d’aucune synthèse, ou presque, dans des domaines clés comme les procédés photomécaniques, la sérigraphie, l’informatisation des techniques graphiques (notamment le traitement électronique de l’image), ou encore le prépresse électronique et le numérique. De même, pour d’autres techniques tout aussi importantes, nous devons aujourd’hui nous contenter d’études datant d’il y a trente ou quarante années. Nous avons déjà évoqué les travaux d’Otto M. Lilien (1959 et 1963) sur le développement de l’héliogravure industrielle qui sont encore la principale référence dans ce domaine. Citons aussi le travail de Frank Comparato qui, dans un ouvrage à vocation plus générale publié en 1971, nous a livré quelques chapitres qui ouvrent la voie à une histoire des techniques de façonnage, depuis toujours parent pauvre de l’histoire de l’imprimerie10. Ou encore l’étude de l’historien de la photographie L. W. Shipley sur le premier demi-siècle de l’application des techniques photomécaniques à l’impression en couleurs, publié en 1951 et, pour l’instant sans successeur11. Cinquante ans après la publication de L’Apparition du livre, à l’aube du xxe siècle avec, derrière nous, un demi-siècle de techniques électroniques et de révolution technique, la nature plus que fragmentaire de l’historiographie des techniques graphiques modernes commence à poser sérieusement problème.

12Prenons un exemple concret du type de problème qui peut se poser par l’absence d’une historiographie fiable des techniques graphiques du xxe siècle. Il s’agit de la définition même du champ d’étude : l’imprimerie. Car c’est au cours du xxe siècle que la production de la chose imprimée cesse d’être le domaine exclusif des imprimeurs : un phénomène qui est plus ou moins bien pris en compte dans les analyses de l’évolution de la production graphique depuis l’avènement de la PAO et du numérique, mais dont les origines à la fin du xixe siècle, et l’essor au cours de la première moitié du xxe, sont encore mal reconnus.

13Généralement, on divise l’histoire de l’imprimerie en trois périodes distinctes : une première, artisanale, qui va de l’invention de l’imprimerie typographique par Gutenberg jusqu’à la fin du xviiie siècle ; une deuxième période, industrielle, qui débute avec la mécanisation au début du xixe siècle et qui se termine quelque part au lendemain de la Seconde Guerre mondiale ; et une troisième période, numérique, qui commence avec l’avènement de la micro-informatique dans les années 1970 voire, pour certains, avec la commercialisation du Macintosh en 1985. Cependant, dans cette périodisation classique, les modalités du passage de la période industrielle à la révolution numérique sont plutôt difficiles à saisir. On a tendance à passer sous silence toute la première moitié du xxe siècle qui est considérée comme une période de perfectionnement des moyens de production fondés sur des techniques essentiellement mécanistes dont la mise au point a été achevée dès la fin du xixe siècle. C’est comme si, sur le plan technique, rien ne s’était passé entre les premières années du xxe siècle (marquées par l’introduction de la composition mécanique, de l’impression offset et de la rotogravure) et l’irruption de la micro-informatique dans les années 1970. Pourtant, c’est au cours de la première moitié du xxe siècle – fortement marquée par l’essor de la production et de la consommation de masse qui a provoqué de profondes transformations dans les formes et usages de l’imprimé – qu’ont été mises en place les conditions nécessaires à l’irruption du numérique dans le monde de l’écrit et de l’image, et à la reconfiguration des frontières de la production graphique.

14Autrement dit, la révolution numérique n’est pas tombée du ciel ! Elle s’inscrit dans une trajectoire technologique qui a été amorcée dès la fin du xixe siècle : une trajectoire placée sous le signe de la dématérialisation, d’abord des techniques graphiques elles-mêmes, ensuite d’un certain nombre de produits graphiques qui étaient à l’origine des produits papier. Avec la dématérialisation progressive de leurs techniques, les industries graphiques amorcent une réorganisation profonde de leurs moyens de production. Certaines innovations ont profondément marqué les techniques graphiques dès la fin du xixe siècle. D’autres sont restées marginales sur le plan industriel, dans un premier temps, servant plutôt à préparer le terrain pour des mutations importantes qui suivront.

15La révolution numérique s’inscrit aussi dans un processus global caractérisé par le rapprochement de trois domaines d’activité technique et économique autrefois distincts : l’imprimerie, le bureau, et le traitement de l’information. Un processus de rapprochement qui, au cours du long xxe siècle, a profondément modifié les modes de production, de diffusion et de réception de la chose imprimée.

16Dans un premier temps, à partir des années 1880 et jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, la dématérialisation des techniques graphiques s’appuie sur la mise au point de procédés photomécaniques : d’abord la photolithographie, la phototypie et l’héliogravure (dès le milieu du xixe siècle) ; ensuite la photogravure industrielle (qui est adoptée dès les années 1880 et sera le procédé prédominant jusqu’aux années 1970). Se développent ensuite des procédés d’impression industriels compatibles avec la photographie : la rotogravure, l’impression offset et la sérigraphie, qui contribuent à leur tour au processus de dématérialisation en diminuant progressivement le rôle du plomb dans l’imprimerie.

  • 12 Sur ce point, voir Gérard Martin, L’imprimerie aujourd’hui, Paris, Éditions du Cercle de la Librair (...)

17Deuxième volet de ce processus de dématérialisation : la substitution du traitement de l’information au traitement de la matière. L’application des techniques photographiques avait déjà introduit, ou du moins renforcé, la notion de conservation de l’information, c’est-à-dire, l’utilisation des mêmes informations à plusieurs étapes successives du processus de production12.

18Dans le domaine du texte, ce mouvement ira beaucoup plus loin avec l’adoption de techniques de codage, de bandes perforées et de travail en réseau qui ont tous été employés dans l’imprimerie dès la fin du xxe siècle. Le codage analogique est au cœur du fonctionnement de la Linotype (1886) avec ses matrices crantées qui permettent de supprimer le travail de distribution et de réduire encore les quantités de plomb utilisé. La bande perforée est employée, dès les années 1890, pour piloter la machine à composer Monotype, introduisant ainsi la notion de codage et la fonction de mémoire. La bande perforée, combinée avec le télégraphe, introduit la notion de travail en réseau avec la mise au point de la composition à distance qui est expérimentée au début du xxe siècle, et qui trouvera sa place dans les ateliers de la presse quotidienne nord-américaine dans les années 1930. De même, toujours dans le domaine du texte, la composition photographique est expérimentée dès la fin du xixe siècle et trouvera une place dans les ateliers dès les années 1930.

19Dans le domaine de l’image, la substitution du traitement de l’information au traitement de la matière est passée par le bélinographe (début du xxe siècle), la gravure électronique de clichés typographiques pour l’impression typographique et de cylindres pour la rotogravure, la xérographie, le scanner électronique (dès 1949), et le fax, bien avant d’arriver à l’Apple Macintosh, au PostScript et aux réseaux et médias numériques.

20Enfin, il est utile de rappeler que les industries graphiques étaient parmi les tout premiers domaines d’application civile de l’informatique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

21Et, bien sûr, on peut citer bien d’autres techniques encore qui y ont joué un rôle important au cours du long xxe siècle, aussi bien dans l’imprimerie que dans le monde administratif et dans le traitement de l’information, tels l’omniprésent clavier alphanumérique et, plus généralement, la mécanographie, le duplicateur de bureau, la machine à écrire à espacement proportionnel, l’informatique lourde et l’exploitation des premières bases de données comme gisement de « documents virtuels » (cette dernière déjà dès les années 1960).

22Cette énumération, sans doute un peu fastidieuse, de techniques utilisées dans le domaine graphique depuis la fin du xixe siècle, n’a pour but que d’indiquer à quel point des innovations majeures de la fin du xixe et de la première moitié du xxe siècle ont été au cœur des transformations profondes qui touchaient déjà, bien avant la révolution numérique, les industries graphiques en redéfinissant les frontières de la production, de la reproduction et de la diffusion de documents imprimés. C’est-à-dire, à travers le long processus de rapprochement de l’imprimerie, de la production de documents administratifs et commerciaux, et du traitement de données : processus de rapprochement qui est à l’œuvre dès la fin du xixe siècle et dont les effets peuvent être décelés dès les premières décennies du xxe.

23Quelles conclusions peut-on tirer de ce rapide survol d’un territoire – celui des techniques graphiques du xxe siècle – qui, vu de près, prend les allures de l’Antarctique sur nos vieilles cartes de classe au collège, avec ses grands vides blancs ? D’abord, qu’il est risqué de faire l’analyse de la « révolution numérique » en faisant abstraction de l’évolution des techniques graphiques et de traitement de l’information de la première moitié du xxe siècle. Ensuite, qu’il est nécessaire d’approfondir notre analyse de la trajectoire technologique dans laquelle la révolution numérique s’inscrit, ou du moins prend ses racines : celle de la dématérialisation, qui va bien au-delà de son dernier avatar, le numérique. De même, pour bien comprendre l’évolution des formes et usages, et les modes de production et de consommation de « l’écrit multiplié » – qu’il s’agisse des supports matériels traditionnels ou des supports, moins matériels comme les médias numériques – nous devons tenir compte du phénomène de longue haleine que révèlent le rapprochement et la redéfinition des frontières des différents modes de production de documents représentés par l’imprimerie, le monde administratif et le traitement de l’information. Enfin, il est important de ne pas sous-estimer l’importance de former des historiens du livre prêts et outillés pour aller sur de nouveaux terrains où l’analyse et la mise en perspective des phénomènes d’ordre technique – dans le sens le plus large de ce terme – peuvent encore jouer un rôle majeur.

24Pour terminer sur une note plutôt réjouissante et enthousiasmante (aussi bien pour les historiens du livre que pour les historiens de l’imprimerie), il est clair que beaucoup reste à faire pour bien comprendre le xxe siècle, un siècle qui semble si proche de nous mais qui est, du point de vue technique, bien moins connu à bien des égards que les siècles plus lointains.

Notes

1 Otto M. Lilien, History of industrial gravure printing up to 1920, London, Lund Humphries, 1972, p. 9. (Édition anglaise de deux études publiées en allemand en 1959 et 1963.)

2 Richard Southall, Printer's type in the twentieth century. Manufacturing and design methods, London, The British Library, 2005.

3 Notamment, Lawrence W. Wallis, A concise chronology of typesetting developments 1886-1986, London, Lund Humphries, 1985, ainsi que de très nombreux articles publiés dans la presse professionnelle.

4 Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), Paris, La Découverte, 2008.

5 Christopher Burke, Active literature: Jan Tschichold and New Typography, London, Hyphen Press, 2007.

6 150 years of Heidelberger Druckmaschinen Aktiengesellschaft, Heidelberg, Heidelberg Gmbh, [2000].

7 Boris Fuchs et Christian Onnasch, Dr.-Ing. Rudolph Hell, Heidelberg, Edition Braus, 2005.

8 Voir, par exemple, Paul Jobling et David Crowley, Graphic design reproduction and representation since 1800, Manchester, Manchester University Press, 1996 ; Roxane Jubert, Graphisme, typographie, histoire, Paris, Flammarion, 2005 ; Stephen J. Eskilson, Graphic design. A new history, London, Laurence King Publishing, 2007.

9 Michel Wlassikoff, Histoire du graphisme en France, Paris, Les Arts décoratifs, 2005.

10 Frank E. Comparato, Books for the millions: a history of the men whose methods and machine packaged the printed word, Harrisburg, Stackpole Co., [1971].

11 Louis Walton Shipley, A half century of color, New York, Macmillan, 1951.

12 Sur ce point, voir Gérard Martin, L’imprimerie aujourd’hui, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1992.

Auteur

Directeur, Musée de l’imprimerie, Lyon

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540