Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

50 ans d’histoire du livre

 | 
Dominique Varry

Partie 2. Le livre cette marchandise

Commerce et marchés du livre, vus de Paris, à l’époque moderne

Sabine Juratic

Texte intégral

  • 1 Lucien Febvre, Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958.
  • 2 Roger Chartier, Henri-Jean Martin, Histoire de l’édition française, Paris, Promodis, 1982-1986.

1Le demi-siècle écoulé depuis la publication de L’Apparition du livre1 a été marqué par une multiplication des recherches sur l’histoire du livre et de l’édition en Europe. Progressivement synthétisées depuis les années 1980 et la première parution de l’Histoire de l’édition française2 dans des histoires nationales du livre, ces études ont porté davantage peut-être sur la conjoncture de la production et les mécanismes d’édition, sur les usages de l’imprimé et sur les pratiques de lecture que sur le volet intermédiaire, celui du commerce et de la diffusion, auquel était pourtant consacré un chapitre entier du livre de Lucien Febvre et Henri-Jean Martin. Leur ouvrage esquissait en effet un programme qui prévoyait de s’intéresser, à côté de l’identification des agents de la diffusion, aux conditions de transport et de circulation des livres, ainsi qu’aux lieux d’échanges et aux méthodes commerciales. La rareté des sources autorisant une telle étude – les archives Plantin à Anvers à partir du xvie siècle, le fonds de la société typographique de Neuchâtel ou les archives des Remondini de Bassano pour le xviiie siècle apparaissant comme des exceptions –, mais aussi l’inscription de la plupart des recherches dans un cadre national, alors que le commerce du livre se développe presque nécessairement à cette époque dans un espace européen, ont manifestement constitué des freins à une analyse plus approfondie des conditions commerciales de diffusion des livres.

  • 3 Jean-Yves Mollier, Le commerce de la librairie en France au xixe siècle, 1789-1914, Paris, IMEC édi (...)
  • 4 Patricia Sorel, Frédérique Leblanc (dir.), Histoire de la librairie française, Paris, Éditions du C (...)
  • 5 Christiane Berkvens-Stevelinck et al. (éd.), Le magasin de l’univers. The Dutch Republic as the cen (...)
  • 6 Frédéric Barbier, Sabine Juratic, Dominique Varry (éd.), L’Europe et le livre. Réseaux et pratiques (...)

2En partie réactivée par les incertitudes qui pèsent sur l’avenir professionnel des libraires à l’âge d’Internet, la question du commerce a plus récemment retenu de nouveau l’intérêt des historiens comme en témoignent le colloque sur le Commerce de la librairie en France au xixe siècle3 et la publication de l’Histoire de la librairie française4 aux xixe et xxe siècles. Dans ces deux entreprises, le terme de librairie est toutefois entendu dans son acception moderne, c’est-à-dire essentiellement la vente au détail, tandis que la notion est plus complexe sous l’Ancien régime au cours duquel les activités d’édition, d’impression et de commerce sont étroitement imbriquées. Pour cette période, le colloque organisé en 1990 à Wassenaar sur le rôle de la librairie hollandaise dans la diffusion du livre en Europe5 et celui qui s’est déroulé, à Lyon, en 1993, sur les réseaux et les pratiques du négoce de librairie en Europe6 avaient permis de dresser un premier tableau des avancées des connaissances dans le domaine du commerce de l’imprimé. Quel nouveau bilan peut-on tirer une quinzaine d’années plus tard ?

  • 7 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle, Genève, Droz, 1969.
  • 8 Ce bilan se référera aux travaux d’Henri-Jean Martin ainsi qu’aux études consacrées à la librairie (...)

3Aborder cette question à l’échelle de l’Europe entière étant hors de portée dans le cadre restreint de cette contribution, mon propos se limitera à l’éclairer à partir d’un observatoire particulier, celui auquel Henri-Jean Martin avait consacré sa grande thèse sur Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle7. Capitale du royaume de France, Paris bénéficie en effet d’une position stratégique puisque sa population, ses fonctions économiques, politiques et culturelles en font, presque sans interruption durant toute l’époque moderne, le principal centre de production, d’édition et de consommation d’imprimés en France. La ville apparaît donc comme un lieu privilégié pour analyser les évolutions du commerce dans ses diverses composantes, depuis la vente au détail jusqu’au négoce international, et pour tenter d’apprécier, à travers les trois paramètres que sont les acteurs de la diffusion, les flux de circulation et les pratiques d’échange, les traits de permanence et, a contrario, les changements intervenus entre le xvie siècle et la fin de l’Ancien régime8.

Paris et la librairie française

  • 9 Lucien Febvre, Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, op. cit.

4À la fois objet matériel et contenu intellectuel, le livre imprimé n’est pas un objet de commerce tout à fait comme les autres. Sa double nature de « marchandise » et de « ferment »9 explique que sa production et sa circulation aient été soumises dans de nombreux pays à une réglementation visant à surveiller les textes publiés, à contrôler la qualité matérielle des éditions et à encadrer les circulations commerciales. Comme l’ont éloquemment démontré les recherches d’Henri-Jean Martin, le fait se vérifie particulièrement sous l’Ancien régime en France, pays où la production et le commerce du livre imprimé sont réglementés dès le xvie siècle par des dispositions administratives fondées sur trois ressorts principaux : instauration d’une censure préalable sur les textes, exercice d’un contrôle sur les professions du livre et octroi de protections économiques sous forme de privilèges d’édition concédés aux libraires.

  • 10 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, ouvrage posthume édité par Philémo (...)
  • 11 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., pp. 690-695.
  • 12 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730). Dynamisme provinc (...)
  • 13 Dominique Varry, « La diffusion sous le manteau : la Société typographique de Neuchâtel et les Lyon (...)
  • 14 Par exemple comme l’a montré Dominique Varry pour une édition de L’Esprit des lois, in-4° publiée e (...)
  • 15 Claude Lanette-Claverie, « La librairie française en 1700 », Revue française d’histoire du livre, 1 (...)

5Cette politique d’encadrement fait du commerce du livre un monopole réservé à des professionnels regroupés en communautés de métier, les libraires. Leurs activités consistent, selon le Dictionnaire universel de commerce de Savary des Bruslons, à faire le commerce de livres qu’ils ont imprimés ou qu’ils ont fait imprimer et qu’ils peuvent débiter « soit en gros, soit en détail »10. Une même qualité de libraire est donc susceptible de recouvrir un large spectre d’occupations et une gamme d’affaires commerciales d’ampleur et de volume variés, depuis la simple vente au détail jusqu’à l’édition des textes – et même leur impression lorsque le libraire exerce aussi la typographie. À la faveur de la mise en œuvre d’une politique de limitation du nombre des ateliers typographiques introduite dans le royaume à la fin du xviie siècle et au début du siècle suivant, s’opère cependant une hiérarchisation entre les différentes catégories de professionnels du livre, selon la nature des tâches qu’ils assument en parallèle : imprimeurs et libraires, libraires de fonds, marchand de livres au détail. À Paris, les maîtres imprimeurs, depuis que leur nombre est officiellement fixé à trente-six en 1686, voient ainsi leur position renforcée au sein de leur corps de métier face à celle des libraires, qu’ils soient éditeurs ou simples marchands. La fixation du nombre des ateliers n’est cependant que l’un des aspects de la politique de contrôle des professions du livre et des textes mis en circulation et Henri-Jean Martin a mis en évidence comment, au cours de la seconde moitié du xviie siècle, par le biais de l’attribution préférentielle des privilèges d’édition aux libraires parisiens, la monarchie a favorisé la concentration des activités du livre à Paris, au détriment de centres provinciaux jusqu’alors très actifs comme Lyon et Rouen11. Les recherches de Jean-Dominique Mellot sur Rouen12 et celles de Dominique Varry sur Lyon13 ont toutefois conduit ces deux auteurs à nuancer ces conclusions puisqu’ils ont établi que les deux villes conservent encore, malgré une réglementation défavorable, un réel dynamisme, contraint toutefois de s’exprimer surtout, à partir de la seconde moitié du xviie siècle, dans le registre de l’illicite et l’économie de fraude. Tandis que Rouen approvisionne la capitale en impressions illicites et en ouvrages provenant de Hollande, les libraires lyonnais se révèlent non seulement des intermédiaires actifs de l’importation des impressions produites à Genève, Neuchâtel et autres villes helvétiques, mais aussi des commanditaires dans leur propre ville, de la réalisation de nombreuses contrefaçons et d’éditions pirates publiées sous fausse adresse étrangère14. Si le constat d’une « anémie provinciale » de l’activité d’édition dressé dans l’Histoire de l’édition française doit donc être révisé à la lumière de ces recherches, le rôle toujours plus grand accordé à Paris par les autorités monarchiques a néanmoins favorisé le renforcement significatif de la position de la ville dans la géographie économique de l’édition française, comme en témoigne l’évolution des infrastructures productives retracée à partir des enquêtes sur l’état de la librairie du royaume diligentées au xviiie siècle15.

  • 16 Thierry Rigogne, Between state and market: printing and bookselling in eighteenth-century France, O (...)

6Dans une thèse publiée en 2007, Thierry Rigogne a eu de nouveau recours à cette documentation d’origine administrative, mais dans une optique différente, puisqu’il s’agissait pour lui d’apprécier l’évolution des conditions de diffusion du livre à partir de celle de l’implantation de librairies dans le royaume en 1701, 1764 et 178116. L’analyse qu’il conduit à partir de ces sources apporte d’abord la confirmation des limites du contrôle exercé par le biais des communautés professionnelles en province : hors des grandes villes en effet, l’activité des vendeurs de livres ne dépend le plus souvent que du bon vouloir des autorités locales et n’est même, parfois, soumise à aucun contrôle. Un autre apport de l’étude réside dans la revalorisation de la place que tiennent Toulouse et Limoges dans la géographie commerciale de la librairie française puisque le rayonnement de ces deux villes excède la seule échelle locale et leur fait prendre rang aux côtés de Lyon et de Rouen comme véritables places de commerce du livre. Enfin, l’analyse du rythme d’évolution de l’armature commerciale en France met en évidence deux phases successives : à une longue période de stabilité courant de la fin du xviie siècle aux années 1760, puisque le nombre de villes pourvues d’une librairie signalées par les intendants en 1764 a augmenté seulement d’un quart environ par rapport à celui de 1701, succéderait une période de dissémination beaucoup plus rapide, avec une croissance d’un tiers du nombre de localités dotées d’une librairie entre 1764 et 1781. Si une telle évolution est probablement en partie le reflet de l’intensification de la circulation et de la diffusion commerciale des livres dans la seconde moitié du siècle, elle traduit aussi un changement de logique intervenu dans la manière dont sont définis les acteurs du monde du livre : désormais des individus qui n’étaient jusqu’alors pas intégrés aux corporations urbaines sont en effet reconnus comme des professionnels à part entière.

  • 17 Jean Quéniart, L’imprimerie et la librairie à Rouen au xviiie siècle, Paris, 1969 ; Jean-Dominique (...)
  • 18 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, Paris, Albin Michel, 1993 ; « Les vendeurs de (...)
  • 19 Anne Sauvy, « Noël Gille, dit La Pistole, marchand forain libraire roulant par la France », Bulleti (...)

7Les recherches prosopographiques menées en province sur les professionnels du livre au xviiie siècle, aussi bien en Normandie que dans le Nord de la France ou en Franche-Comté17 ont mis en évidence le rôle majeur de ces acteurs exerçant le commerce du livre sans aucun statut officiel et souvent hors des localités retenues par les enquêtes des intendants. Parmi eux figurent des relieurs, des marchands d’images et des marchands merciers sédentaires, mais aussi un certain nombre de colporteurs et de vendeurs itinérants. Ceux-ci proposent souvent des livres mêlés à d’autres marchandises de mercerie ou de quincaillerie. Une fraction d’entre eux appartient à des réseaux de grand colportage, analogues à celui des marchands briançonnais implantés dans le sud de l’Europe identifié par Laurence Fontaine18, mais l’aire de recrutement des réseaux du nord est surtout localisée dans le Cotentin, et, plus précisément, dans une région comprise entre Avranches et Coutances. C’est de là qu’est originaire le marchand itinérant Noël Gille, personnage connu comme « marchand forain roulant la campagne » et que l’Almanach de la librairie, recense, par exemple, en 1781 dans deux cités distantes de plusieurs centaines de kilomètres, Aire-sur-la-Lys dans le nord de la France et Montargis dans le centre19. Le libraire Nicolas Bonaventure Duchesne, reçu maître à Paris par dérogation et contre l’avis de la communauté professionnelle en 1751 après son mariage avec la fille du libraire Cailleau était issu de la même région. La vente de brevets royaux de libraires en 1767 à plusieurs autres marchands exerçant déjà sans qualité est l’occasion pour les autorités administratives de rendre plus systématique une politique d’ouverture favorisant l’admission dans les corporations urbaines de plusieurs de ces marginaux.

  • 20 BHVP : mss. N. A. 490.
  • 21 Jean-Dominique Mellot, « Les forains normands du livre », art. cité.
  • 22 Frédéric Barbier, Lumières du Nord, op. cit., notice 203, p. 379.
  • 23 Françoise Weil, « Une secte de colporteurs venus du Dévoluy (1764-1780) », Australian Joumal of Fre (...)

8Les archives comptables en partie conservées de la librairie Desaint20, une maison d’édition fondée à Paris dans les années 1720 par un ancien professeur au Collège de Beauvais, proche des milieux jansénistes, Jean Desaint, et dirigée à partir de 1765 par son neveu Nicolas Desaint, révèlent, pour une période tardive, l’importance tenue par ces marchands ambulants dans la clientèle d’un établissement réputé, connu alors pour des éditions assez traditionnelles de théologie, d’histoire, de droit et de belles-lettres, mais aussi pour des titres prestigieux tels les Fables de la Fontaine illustrées par Oudry, la Description des Arts et métiers de l’Académie des Sciences ou de l’Astronomie de Jérôme de Lalande. Le grand livre et les journaux de province de l’entreprise enregistrent en effet parmi les destinataires réguliers des envois au cours des années 1765-1787, à côté des libraires exerçant dans les principales villes, des correspondants originaires de toutes petites localités, telles Muneville-le-Bingard, Montsurvent ou Gefosse en Normandie, Le Quesnoy et Maubeuge sur les frontières du Nord, Roanne et Saint-Étienne dans le Centre. Dans le Cotentin, quelques-uns de ces clients, par exemple Jean Le Planquay, Pierre Hébert, Samson Le Rosey, Gilles Henry et Nicolas Aumont à Muneville, ont l’habitude, dans les mêmes années, de s’approvisionner chez la veuve Machuel à Rouen21. Toussaint Mallet, correspondant des Desaint au Quesnoy, est lui aussi originaire de Muneville, mais il fréquente la foire de Cambrai et les villes avoisinantes tout en disposant d’un magasin de livres à Maubeuge22. Enfin, Boisserand, qui est originaire des Alpes, exerce une activité similaire de marchand forain dans le centre de la France23.

  • 24 Voir Roger Chartier, Henri-Jean Martin, Histoire de l’édition française, op. cit.

9L’immobilisme qui semble affecter l’armature commerciale des librairies en France à partir du milieu du xviie siècle est donc trompeur. La volonté de limiter le nombre des professionnels et la centralisation croissante des activités d’édition à Paris s’accompagnent, certes, d’une distribution assez stable des librairies provinciales, au moins jusqu’aux années 1760. Mais cette apparente fixité masque la présence active d’agents de diffusion moins bien contrôlés, dont la meilleure prise en compte par les autorités à la fin du xviiie siècle se traduit par une augmentation du nombre des villes de librairie. L’apparition au grand jour de points de vente dans des localités jusqu’alors réputées dépourvues de ressources coïncide en outre avec un moment – la décennie 1760 – où les ateliers typographiques, créés pour un certain nombre d’entre eux à l’initiative de gens de lettres ou de savants, tels Pierre Rousseau à Bouillon, Frédéric-Samuel Ostervald à Neuchâtel, Jean-Jacques de Felice à Yverdon, ou plus tard Beaumarchais à Kehl, commencent à proliférer aux frontières du royaume24. Ces nouvelles implantations entérinent l’entrée en lice dans le monde du livre d’une nouvelle catégorie d’acteurs, celle des auteurs ou journalistes éditeurs. Portés par le mouvement de revendication des droits des écrivains sur la propriété littéraire, leurs établissements, de même que les autres presses installées à la périphérie, entrent en concurrence directe avec les libraires français et contribuent de ce fait à perturber et réorienter les flux et les relations d’échanges que ces derniers avaient noués à l’intérieur et hors du royaume pour écouler leurs éditions et pour s’approvisionner.

Les marchés intérieurs

  • 25 Jean-Yves Mollier, Les mutations du livre et de l’édition, Paris, L’Harmattan, 2000.
  • 26 Otto Lankhorst, « “Le miracle hollandais” : le rôle des libraires hollandais aux xviie et xviiie si (...)

10Dans l’Europe de l’époque moderne, la circulation des livres s’organise d’abord en fonction de conditions générales de l’économie et de la culture de chaque pays. Celles-ci dépendent notamment du niveau culturel variable des populations, des langues usuelles de communication imprimée, mais aussi du degré d’urbanisation, des infrastructures de transport et de l’état des réseaux de communication, ainsi que de la sécurité et de la rapidité des transmissions. La dynamique des flux est fonction aussi de la conjoncture géopolitique ainsi que de l’organisation des États et de leur degré de centralisation : les modèles français et anglais très centralisés s’opposent à cet égard aussi bien à la fragmentation politique régnant en Italie, en Suisse ou dans les pays germaniques25, qu’au polycentrisme de règle dans la République des Provinces Unies26. Enfin, le caractère plus ou moins sévère du régime de contrôle imposé aux publications dans certains pays intervient pour différencier des types de circulation licites ou illicites.

  • 27 Les recherches de bibliographies matérielles, notamment celles de Dominique Varry et Françoise Weil (...)

11Ainsi, l’instauration en France de dispositifs rigoureux de surveillance des textes et la mainmise des libraires parisiens sur l’édition autorisée ont favorisé au xviie siècle le développement d’activités illégales d’impression en province, et l’importation de publications provenant des pays étrangers bénéficiant de régime plus libéraux, comme la République des Provinces-Unies. Paris se trouve placée de ce fait, au moins depuis le milieu du xviie siècle, au centre d’une double circulation : point de départ de la distribution des éditions produites par ses libraires, elle est aussi un point de convergence pour des circuits d’approvisionnement en livres clandestins, circuits qui mobilisent des réseaux en partie distincts de ceux du commerce légal, mais dans lesquels pouvaient parfois se trouver impliqués les mêmes acteurs. Les recherches récentes ont en effet contribué à montrer que les frontières du licite et de l’illicite sont poreuses et que même les représentants de la librairie la plus officielle, soucieux de répondre aux attentes de leur clientèle, pouvaient être partie prenante, à un moment ou un autre, à l’importation, la commercialisation, et parfois même la fabrication de publications non autorisées ou prohibées27.

12Si l’on s’en tient cependant au seul marché de l’édition légale, la distribution des principaux espaces de diffusion des éditions produites à Paris témoigne, entre le xvie et le xviiie siècle, de traits de stabilité et de certaines évolutions. Les archives de la librairie Desaint donnent un repère pour la fin de l’Ancien régime, puisque deux des registres conservés – le journal des ventes à Paris et le grand livre des comptes des clients provinciaux et étrangers – offrent la possibilité de reconstituer le détail des envois de livres de l’année 1774, la seule pour laquelle on dispose à la fois des renseignements relatifs à Paris, à la province et à l’étranger. Cette année-là, pour un chiffre d’affaires d’environ 300 000 livres tournois, un peu plus d’un sixième des ventes enregistrées concernait des clients parisiens, essentiellement des professionnels auxquels s’ajoutaient quelques particuliers en compte avec le libraire, un cinquième était destiné à l’étranger tandis que les envois vers les provinces françaises représentaient près des deux tiers de la valeur totale des transactions. L’importance de ces débouchés provinciaux et celle du marché de la capitale qu’illustrent ces archives, apparaissent comme des caractères structurels et anciens de la librairie parisienne qui contrastent avec la faiblesse relative des exportations, mais les conditions dans lesquelles s’exerce le commerce à ces différents niveaux ne sont pas identiques, ni immuables.

  • 28 Daniel Roche, Le peuple de Paris, Paris, 1981, pp. 209-212.
  • 29 Cité par Frédéric Barbier, « De la République des auteurs à la République des libraires : statut de (...)

13Dès les premiers temps de l’imprimerie, Paris bénéficie de facteurs favorables pour écouler les productions de ses ateliers typographiques. Son statut de capitale politique, sa population nombreuse, la présence de l’université et des établissements religieux, et, à certains moments, celle de la cour garantissent en effet une forte demande de livres. Au cours du xviie siècle, la dynamique est entretenue par l’élargissement des publics grâce à l’amélioration du niveau global de scolarisation de la population d’une ville où l’on compte, vers 1700, plus de deux cents « petites écoles » pour garçons et filles et où près de 60 % des salariés parisiens qui ont recours à un notaire sont capables dès cette époque de signer l’inventaire après décès de leur épouse28. À la fin du xviiie siècle le libraire Philipp Erasmus Reich, qui tente alors d’instaurer de nouvelles règles pour améliorer le commerce du livre en Allemagne et lutter contre les effets de la dispersion du marché germanique, souligne la persistance de cet avantage : « À Paris et à Londres, le libraire est dans une position plus facile, il débite son fonds rapidement et au comptant sur la place même et l’édition d’un livre à succès tiré à quelques milliers est écoulée rapidement. »29

  • 30 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit. ; Michel Marion, Recherches sur les bibliot (...)
  • 31 Jean-Dominique Mellot, « La capitale et l’imprimé », art. cité.

14Le segment proprement parisien du marché demeure pourtant difficile à cerner, car les achats des particuliers laissent peu de traces dans les sources notariales, les archives judiciaires ou les registres de comptabilité, seuls apparaissant parmi les clients les mauvais payeurs ou ceux qui occupent une position suffisamment importante pour disposer d’un compte ouvert chez leur libraire. Le recours aux inventaires de bibliothèques a permis de contourner en partie cet écueil et d’analyser des collections de livres constituées, mais sans qu’il soit possible pour autant de saisir précisément la nature des relations établies entre les libraires et leur clientèle privée et les pratiques d’achat30. Sous l’effet des contraintes réglementaires, l’organisation du commerce de détail dans la capitale reste placée sous le signe de la stabilité, car le rattachement des métiers du livre à l’université s’accompagne pour les libraires d’une obligation d’implantation à son entour, sur la rive gauche de la Seine et dans la Cité, au Palais et près de Notre-Dame. Cette contrainte, jointe à la volonté de limiter les effectifs de maîtres en vigueur à partir des années 1660, a pour effet, malgré la croissance de la demande d’imprimés, l’augmentation de la population et l’expansion spatiale que connaît Paris au cours de l’époque moderne, de limiter le nombre et la localisation des points de vente du livre dans la ville. Alors qu’on pouvait dénombrer vers 1600, 166 imprimeurs, libraires et libraires relieurs dans la capitale31, le nombre des maîtres, libraires ou imprimeurs, est inférieur à 250 personnes à la veille de la Révolution et les boutiques de libraires restent encore cantonnées à cette époque pour l’essentiel à l’intérieur de l’étroit périmètre qui leur était imparti par les règlements, laissant le champ libre, sur la rive droite où le territoire urbain connaît son plus fort développement, à des colporteurs et marchands exerçant le commerce sans autorisation officielle et particulièrement investis dans la diffusion des nouveautés et des publications illicites.

15Dans ce cadre un peu figé et assez peu propice aux innovations commerciales, les libraires traditionnels ont mis l’accent sur une diversification croissante de l’offre de livres et sur l’accélération des délais de mise en vente plus que sur une évolution des techniques commerciales proprement dites. Dans un marché devenu de plus en plus fluctuant, la rapidité de la fourniture des livres, condition essentielle de leur débit, avait tendance à prendre le pas sur d’autres critères et l’apparition, au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, des premiers cabinets de lecture, la publication d’annonces et de catalogues de ventes au rabais représentèrent de nouvelles formes de réponse à cette exigence de rentabilisation plus immédiate des éditions. Parallèlement, le développement de la bibliophilie conduisit à la spécialisation de plus en plus exclusive dans le commerce du livre rare d’un petit groupe de professionnels, presque tous établis sur le quai des Augustins, à l’instar des libraires Debure ou de Gogué et Née de la Rochelle, tandis que les nouveaux marchands de livres diffuseurs de nouveautés peuplaient le Palais-Royal et ses alentours.

  • 32 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., t. 1, pp. 326-330.
  • 33 AN T 11532 (44), « État des sommes dues à la succession de Monsieur Delaguette, imprimeur libraire, (...)
  • 34 AN, MC : LXIV/388, 9 juillet 1765.

16Si la pression de la demande, l’émancipation progressive des cadres corporatifs et la spécialisation croissante des libraires entretiennent le dynamisme du commerce parisien au dernier siècle de l’Ancien régime, la part prépondérante tenue par le marché intérieur provincial dans la clientèle n’est pas remise en cause et apparaît comme un caractère de longue durée de la librairie française. Henri-Jean Martin observait déjà que, dans la première moitié du xviie siècle, l’aire d’influence des libraires parisiens s’étendait à toute la France du nord, jusqu’à Poitiers, mais que Lyon contrôlait encore une partie du commerce dans le sud du royaume32. Les sources du xviiie siècle témoignent d’un élargissement de cette diffusion provinciale et ce, pour des genres de textes très différents, puisqu’aussi bien les débiteurs de l’imprimeur de l’Académie de chirurgie, Delaguette33, en 1756, que ceux d’un éditeur de nouveautés littéraires ou philosophiques comme Nicolas Bonaventure Duchesne en 1765, sont en grande majorité des provinciaux34. Comme dans les registres de Desaint, dans les comptes de Delaguette et de Duchesne le marché intérieur provincial apparaît bien comme le premier débouché pour les éditions parisiennes et, à cette époque, le commerce instauré entre Paris et les provinces demeure très déséquilibré au profit de la capitale.

  • 35 Jean-Dominique Mellot, « Rouen et les libraires forains à la fin du xviiie siècle », art. cité.
  • 36 Jean-Dominique Mellot, « Libraires en campagne », art. cité [p. 169].
  • 37 Jean-Dominique Mellot, « Libraires en campagne », art. cité [p. 165].

17Les relations s’organisent d’abord avec les libraires locaux ayant pignon sur rue, ceux que recensent les enquêtes des intendants, mais mobilisent souvent d’autres intermédiaires, particulièrement les marchands forains de livres évoqués précédemment. Une fois encore les registres de la librairie Desaint apportent un éclairage assez précis sur la situation des années 1770. Ainsi, la maison parisienne comptait des clients dans de nombreuses villes de France, avec une implantation privilégiée à l’ouest du pays, et disposait souvent, dans les plus grands centres urbains, de plusieurs correspondants, tous libraires dûment connus et enregistrés : huit à Rouen, sept à Bordeaux, six à Caen et cinq à Lyon par exemple. Si cette situation n’est pas faite pour surprendre, le volume des envois adressés dans de toutes petites localités aux marchands ambulants, nombreux à passer commande auprès de la librairie Desaint, l’est davantage et témoigne de l’ampleur des affaires de ces vendeurs itinérants, ampleur que laissait déjà entrevoir la correspondance de la veuve Machuel35. Mallet, avec plus de 6 000 livres tournois de commande à la librairie parisienne en 1774, fait ainsi partie des dix meilleurs clients de la maison parisienne cette année-là, tandis que Boisserand, à Roanne, se signale aussi par la fréquence et le montant élevé de ses achats. À la lumière des comptes des Desaint, « le rôle irremplaçable de diffusion du livre »36 tenu par ces marchands forains de livres qui circulent de ville en village et sont connus comme diffuseurs de livres de large circulation, d’ouvrages de dévotion, de manuels pratiques, et de nouveautés philosophiques ou pornographiques37 se voit confirmé dans toute son extension puisqu’ils apparaissent aussi comme d’importants distributeurs en province de la production parisienne la plus classique.

18Les archives Desaint apportent en outre quelques informations sur les modalités de règlement des envois faits aux correspondants provinciaux. Elles confirment la place de plus en plus marginale du commerce d’échange, conséquence directe de l’affaiblissement des activités d’édition des villes de province, au profit des paiements au comptant ou de la librairie de commission. Ainsi, alors qu’en 1765 il arrive encore qu’un petit nombre de provinciaux troquent des éditions par échange feuille à feuille avec la librairie parisienne, en 1774, il n’y a plus guère que Bruyset-Ponthus de Lyon qui apparaisse dans une relation de réciprocité équilibrée avec elle. À la même époque, cette technique d’échange, d’usage courant dans le négoce de librairie, régit pourtant encore les relations commerciales de la firme parisienne avec ses correspondants étrangers.

La librairie internationale

  • 38 Annie Parent-Charon, Les métiers du livre à Paris au xvie siècle, op. cit.
  • 39 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., p. 328.
  • 40 AN, MC : LXIV/388, 9 juillet 1765.
  • 41 BHVP : mss. N. A. 490.

19Les exportations de livres hors du royaume ne comptent que pour une part minoritaire de l’activité des libraires parisiens et cette caractéristique semble, elle aussi, s’inscrire dans la longue durée. Au milieu du xvie siècle déjà, entre 1535 et 1560, la diffusion de leurs éditions est essentiellement intérieure et seuls quelques grands libraires comme Michel de Vascosan, en relation avec Venise, l’Écosse, l’Espagne et Anvers, ou les Dupuys et les Estienne, bien implantés surtout dans les pays germaniques et les villes helvétiques, ont développé des relations de commerce étendues avec l’étranger38. Au début du xviie siècle, malgré la présence de plusieurs libraires parisiens sur la scène internationale et leur participation régulière aux foires de Francfort jusqu’aux années 1630, Henri-Jean Martin a pu conclure que Paris « ne fait pas figure de centre exportateur extrêmement actif »39. Au siècle suivant, ce trait reste valide et les bilans de faillite ou les relevés de débiteurs des gens du livre de la capitale indiquent que le nombre de leurs correspondants étrangers dépasse rarement 20 % du nombre total de leurs clients. Le volume des affaires traitées avec certains de ces marchands étrangers conduit toutefois à nuancer ce premier constat et à réévaluer le poids de la diffusion hors du royaume : en 1765, par exemple, les sommes dues à Duchesne par deux libraires d’Amsterdam, Changuion et Van Harrevelt, représentent le dixième de toutes les dettes actives du libraire40, tandis que, la même année, plus du tiers du montant des commandes envoyées par Nicolas Desaint hors de Paris concerne des envois à l’étranger, la proportion étant encore de près du quart pour les expéditions faites par sa veuve en 177441.

  • 42 Voir Christiane Berkvens-Stevelinck et al., (éd.), Le magasin de l’univers, op. cit.
  • 43 O. Lankhort, « “Le miracle hollandais” », art. cité.
  • 44 BHVP : ms. N.A. 490 (1).
  • 45 James Raven, “London and the central sites of the English book trade”, in Michael F. Suarez, Michae (...)

20Le volume des affaires traitées est d’ailleurs un critère de différenciation géographique des relations établies à l’intérieur des réseaux professionnels. Parmi les correspondants des libraires de Paris, les plus présents et les plus actifs sont ceux des Pays-Bas du nord et du sud, pour d’évidentes raisons de proximité géographique et linguistique, renforcées par l’arrivée dans les Provinces-Unies de réfugiés huguenots ayant fui la France à la suite de la Révocation de l’Édit de Nantes, mais aussi du fait du rôle de premier plan joué par la librairie hollandaise dans les réseaux d’échange des livres en Europe42. Le phénomène est durable, car, dans les années 1770 et en dépit de l’affaiblissement du commerce des marchands des Pays-Bas43, les expéditions de la librairie Desaint vers les Provinces-Unies ou vers les Pays-Bas autrichiens représentent encore le tiers en valeur de tous leurs envois à l’étranger. La comptabilité révèle toutefois aussi qu’à cette époque le montant atteint par les commandes de certains correspondants d’autres pays les place désormais au premier rang de la clientèle. Avec plus de 10 000 livres tournois d'achats de livres effectués au cours de l'année 1765 auprès de la firme parisienne44, les libraires John Nourse à Londres et Johann Thomas von Trattner à Vienne rejoignent ainsi leurs confrères néerlandais dans le groupe de tête des clients de Desaint, et apparaissent comme des interlocuteurs privilégiés de leur confrère parisien. Ces deux grands professionnels, tous deux protégés des pouvoirs politiques et connus comme importateurs45, se chargeaient vraisemblablement de la redistribution dans leurs pays respectifs des éditions qu’ils se procuraient à Paris. Certains autres clients des Desaint semblent jouer un rôle analogue, mais à une échelle plus réduite, dans le sud de l’Europe, tels les frères Reycends à Turin ou les libraires Bertrand père et fils à Lisbonne. Les relations du libraire avec les pays germaniques et les villes de Suisse apparaissent en revanche plus dispersées et épisodiques et le volume des affaires très inférieur. Une hiérarchisation des échanges internationaux semble donc à l’œuvre qui repose sur des relais de redistribution et s’accompagne d’une différenciation des pratiques et des lieux de commerce.

  • 46 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., vol. I, pp. 328-330.
  • 47 Frédéric Barbier, „Der französische Buchhandel und Leipzig zwischen 1700 und ca. 1830”, in Michel E (...)
  • 48 Frédéric Barbier, ibid.. et Anne Saada, „Das französische Buch in den Messkatalogen”, in Hartmut Zw (...)
  • 49 Arrêt du Conseil d’État du Roi portant établissement de deux ventes publiques de Librairie. Du 30 (...)

21Comme l’avait déjà mis en évidence Henri-Jean Martin, la guerre de Trente ans interrompt au début du xviie siècle le négoce international organisé autour de la foire de Francfort, à laquelle participent régulièrement plusieurs libraires parisiens46, et les échanges internationaux empruntent dès lors de nouvelles voies et d’autres modes de fonctionnement. Ceux-ci se concrétisent notamment pour les Parisiens par l’instauration de liens étroits avec les libraires des Pays-Bas, avec lesquels ils pratiquent souvent un commerce de troc. Après avoir déserté Francfort au xviie siècle, les professionnels français ne fréquentent pas davantage, au siècle suivant, la foire de Leipzig et n’entretiennent que peu de relations avec les libraires de cette ville47. Pourtant, à cette époque, les catalogues de foire mentionnent de nombreux livres français édités à Paris, parmi lesquels plusieurs titres publiés par Desaint. Ceci provient probablement du fait que les Français étaient représentés à la foire par des libraires hollandais, particulièrement par la maison Arkstée et Merkus d’Amsterdam, qui disposait depuis 1736 d’une succursale à Leipzig48, et avec laquelle les Desaint étaient en relations régulières. En 1765 par exemple, ils lui font parvenir à Amsterdam une dizaine d’envois volumineux et en 1774, quatre, sans que l’on puisse déterminer de façon certaine si ces livres étaient ensuite acheminés à Leipzig. En tout état de cause, il est clair qu’à cette époque la concentration des activités d’édition et la position de domination du marché intérieur de Paris réduit l’attractivité d’une foire internationale pour les professionnels d’une ville qui est elle-même un lieu d’échange et de contacts permanents. Et, en France même, la tentative d’instaurer chaque année, à date fixe, deux foires de livres destinées à rééquilibrer les échanges entre la capitale, les autres villes du royaume et les libraires étrangers, quoiqu’inscrite dans l’un des arrêts du Conseil introduisant une nouvelle réglementation en 177749 est, selon toute apparence, restée sans application.

22Au total, le commerce de librairie de la capitale française semble donc se structurer à l’époque moderne autour de deux types de circulation. À l’intérieur des frontières, il est, entre le xviie et le xviiie siècle, de plus en plus voué à une distribution en province des livres produits à Paris, avec peu de retour apparent. Hors du royaume, passé le temps de la foire de Francfort, les relations nouées entre Paris et les pays étrangers sont moins univoques qu’avec la province et reposent plus souvent sur un commerce de change mené avec de grands libraires. Dans l’un et l’autre cas, les activités commerciales impliquent la tenue d’une correspondance régulière, la multiplication des instruments bibliographiques et le recours à diverses pratiques de publicité pour faire connaître la production, notamment la diffusion de catalogues, les comptes rendus ou les annonces insérées dans les journaux, périodiques dont le contrôle devient au xviiie siècle un élément clé de la stratégie de grands éditeurs comme Briasson, Lacombe ou Panckoucke, et un véritable enjeu pour tous les libraires.

23Les recherches menées au cours des dernières décennies sur le commerce du livre parisien à l’époque moderne ont donc permis de préciser et d’affiner dans plusieurs directions les travaux pionniers d’Henri-Jean Martin et le vaste chantier de l’Histoire de l’édition française. Elles ont notamment conduit à reconsidérer l’incidence des contraintes réglementaires sur l’organisation du commerce, à l’échelle du royaume comme à celle de l’Europe. En France, sans remettre en cause le caractère fondamentalement déséquilibré de la relation entre Paris et les provinces, la réévaluation de l’activité provinciale rendue possible par les enquêtes prosopographiques, par l’amélioration de l’accès aux catalogues des fonds patrimoniaux des grandes bibliothèques, par les études de bibliographie matérielle et par l’analyse de la diffusion des pratiques clandestines, incite à réviser le schéma trop simple d’une position dominante de Paris dans la géographie française et à élaborer une configuration plus complexe prenant mieux en compte la coexistence de formes de commerce licites et illicites et les multiples connexions nouées entre elles. Hors du royaume, sur fond de rééquilibrages géopolitiques récurrents, émergent quelques tendances durables. Le maintien de liens commerciaux étroits avec les libraires des Pays-Bas s’opposerait ainsi à une faiblesse structurelle des relations avec les pays germaniques. Divers modèles d’échanges coexistent donc qui répondent à différents modes d’organisation économique de la production et aboutissent à une hiérarchisation des réseaux de la librairie internationale.

  • 50 Roger Chartier, « La librairie d’Ancien Régime », in Frédéric Barbier et al., L’Europe et le livre, (...)
  • 51 Plusieurs recherches récentes exploitant les archives de la Société typographique de Neuchâtel dan (...)

24En dépit de ces avancées, des zones d’ombre subsistent et les recherches seraient à poursuivre, particulièrement sur les villes et les régions de contact géographiques, sur les interactions entre circulation légale et illicite, sur les relations entre pratiques négociantes et commerce de détail. Dans cette optique, deux questions demeurent qui exigeraient un examen plus approfondi : le prix du livre, le rôle des intermédiaires. Sur le premier point, malgré l’abondance des observations disponibles pour différents sites, on ne dispose en effet pas encore d’une analyse systématique de l’évolution des prix et de leurs modes de fixation sur le long terme dans une géographie européenne, étude que Roger Chartier avait déjà appelée de ses vœux en 199350 et qui serait indispensable pour mieux évaluer le poids de ce facteur dans la différenciation et la redistribution au cours du temps des espaces de production et des flux de circulation dominants. L’exploration des espaces frontières et celle des modes d’articulation des différentes formes de pratiques commerciales entre elles, constitueraient un second champ d’investigation. Pour la fin du xviiie siècle, les archives Desaint, comme celles de la Société typographique de Neuchâtel51, parce qu’elles permettent de reconstituer la chaîne des intermédiaires impliqués dans le parcours commercial des livres, autorisent une approche de ce type qu’il serait nécessaire de pouvoir étendre à d’autres lieux et à d’autres temps.

Notes

1 Lucien Febvre, Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1958.

2 Roger Chartier, Henri-Jean Martin, Histoire de l’édition française, Paris, Promodis, 1982-1986.

3 Jean-Yves Mollier, Le commerce de la librairie en France au xixe siècle, 1789-1914, Paris, IMEC éditions / Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 1997.

4 Patricia Sorel, Frédérique Leblanc (dir.), Histoire de la librairie française, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2008.

5 Christiane Berkvens-Stevelinck et al. (éd.), Le magasin de l’univers. The Dutch Republic as the centre of the European book trade, Leiden, E. J. Brill, 1992.

6 Frédéric Barbier, Sabine Juratic, Dominique Varry (éd.), L’Europe et le livre. Réseaux et pratiques du négoce de librairie (xvie-xixe siècles), Paris, Klincksieck, 1996.

7 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle, Genève, Droz, 1969.

8 Ce bilan se référera aux travaux d’Henri-Jean Martin ainsi qu’aux études consacrées à la librairie parisienne aux autres siècles de l’Ancien régime et notamment : pour le xvie siècle, Annie Parent-Charon, Les métiers du livre à Paris au xvie siècle : 1535-1560, Genève, Droz 1974 ; pour le xviie siècle, Jean-Dominique Mellot, « La capitale et l’imprimé à l’apogée de l’absolutisme, 1618-1723 », Histoire et civilisation du livre. Revue internationale, vol. 5, 2009, pp. 17-44 ; pour le xviiie siècle, Sabine Juratic, « Le monde du livre entre Absolutisme et Lumières : recherches sur l’économie de l’imprimé et sur ses acteurs à Paris (1680-1789) », Thèse de doctorat d’Histoire, Paris, École pratique des hautes études, 2003 et Frédéric Barbier, Sabine Juratic, Annick Mellerio et al., Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre à Paris, 1701-1789, Genève, Droz, 2007. Elle se fondera aussi pour partie sur les recherches, encore inachevées, que j’ai engagées sur les archives de la librairie Desaint, à partir des registres comptables de cette maison d’édition conservés à la Bibliothèque historique de la ville de Paris (BHVP), mss. N. A. 490, 1765-1787.

9 Lucien Febvre, Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, op. cit.

10 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, ouvrage posthume édité par Philémon Louis Savary, nouvelle édition, Paris, Veuve Estienne, 1741, articles « Libraire » et « Livre ».

11 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., pp. 690-695.

12 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730). Dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris, École des chartes, 1998.

13 Dominique Varry, « La diffusion sous le manteau : la Société typographique de Neuchâtel et les Lyonnais », in Frédéric Barbier, Sabine Juratic et Dominique Varry (éd.), L’Europe et le livre, op. cit., pp. 309-332.

14 Par exemple comme l’a montré Dominique Varry pour une édition de L’Esprit des lois, in-4° publiée en 1749 à l’adresse « A Leyde, Chez les Libraires associés », édition imprimée en réalité à Lyon chez Aimé Delaroche pour le compte de Pierre et Benoît Duplain. Voir Dominique Varry, « Les imprimeurs-libraires lyonnais et Montesquieu », in Michel Porret et Catherine Volpilhac-Auger (éd.), Le temps de Montesquieu, Actes du colloque international de Genève (28-31 octobre 1998), Genève, Droz, 2002, pp. 43-63.

15 Claude Lanette-Claverie, « La librairie française en 1700 », Revue française d’histoire du livre, 1972, n° 3, pp. 3-43 ; Roger Chartier, « L’imprimerie en France à la fin de l’Ancien régime : l’état général des imprimeurs de 1777 », Revue française d’histoire du livre, 1973, n° 6, pp. 253- 279 ; Frédéric Barbier, « L’imprimerie française au xviiie siècle », in Trois cents ans de librairie et d’imprimerie : Berger-Levrault, 1676-1830, Genève, Droz, 1979, pp. 35-51 ; Sabine Juratic, « Entre tradition et innovation : les ateliers typographiques parisiens au xviiie siècle », Revue française d’histoire du livre, n° 106-109, 2000, pp. 133-153 ; Jean-Dominique Mellot, Anne Boyer, « Dans les archives de la police du livre : une enquête inédite sur l'imprimerie parisienne en 1744 », Histoire et civilisation du livre. Revue internationale, vol. 7, 2011, pp. 33-84.

16 Thierry Rigogne, Between state and market: printing and bookselling in eighteenth-century France, Oxford, Voltaire Foundation, 2007 (Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 2007:05).

17 Jean Quéniart, L’imprimerie et la librairie à Rouen au xviiie siècle, Paris, 1969 ; Jean-Dominique Mellot, « Rouen et les libraires forains à la fin du xviiie siècle, la veuve Machuel et ses correspondants, (1768-1773) », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 147, 1989, pp. 503-538 et « Libraires en campagne. Les forains normands du livre à la fin du xviiie siècle », in Dominique Bougé-Grandon (éd.), Le livre voyageur, Paris, Klincksieck, 2000, pp. 153-176. Frédéric Barbier, Lumières du Nord, op. cit. ; Michel Vernus, « La diffusion du livre en Franche-Comté sous l’Ancien Régime », in L’Europe et le livre, op. cit., pp. 173-190.

18 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, Paris, Albin Michel, 1993 ; « Les vendeurs de livre : réseaux de libraires et colporteurs dans l’Europe du Sud (xviie-xixe siècles) », in Produzione e commercio della carta e del libro, sec. XIII-XVIII, a cura di S. Cavaciocchi, Prato, Istituto internazionale di storia economica F. Datini, Serie II, 23, Firenze, Le Monnier, 1992, pp. 631-676 et « Les colporteurs briançonnais. Forces et fragilités des réseaux de libraires et colporteurs au xviiie siècle », in L’Europe et le livre, op. cit, pp. 191-207.

19 Anne Sauvy, « Noël Gille, dit La Pistole, marchand forain libraire roulant par la France », Bulletin des bibliothèques de France, t. XII, 1967, pp. 177-190 ; Frédéric Barbier, Lumières du Nord. Imprimeurs, libraires et gens du livre dans le Nord au xviiie siècle (1701-1789). Dictionnaire prosopographique, Genève, Droz, 2002, pp. 299-300.

20 BHVP : mss. N. A. 490.

21 Jean-Dominique Mellot, « Les forains normands du livre », art. cité.

22 Frédéric Barbier, Lumières du Nord, op. cit., notice 203, p. 379.

23 Françoise Weil, « Une secte de colporteurs venus du Dévoluy (1764-1780) », Australian Joumal of French Studies, 37, n° 2, May-August 2000, pp. 165-202.

24 Voir Roger Chartier, Henri-Jean Martin, Histoire de l’édition française, op. cit.

25 Jean-Yves Mollier, Les mutations du livre et de l’édition, Paris, L’Harmattan, 2000.

26 Otto Lankhorst, « “Le miracle hollandais” : le rôle des libraires hollandais aux xviie et xviiie siècles », Histoire et civilisation du livre. Revue internationale, vol. 3, 2007, pp. 251-268.

27 Les recherches de bibliographies matérielles, notamment celles de Dominique Varry et Françoise Weil, ont ainsi permis d’attribuer à des presses lyonnaises ou parisiennes la responsabilité de fabrication d’un certain nombre de titres prohibés.

28 Daniel Roche, Le peuple de Paris, Paris, 1981, pp. 209-212.

29 Cité par Frédéric Barbier, « De la République des auteurs à la République des libraires : statut de l’auteur, fonctions et pratiques de la librairie en Allemagne au xviiie siècle, in L’Europe et le livre, op. cit., p. 444.

30 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit. ; Michel Marion, Recherches sur les bibliothèques privées de Paris au milieu du xviiie siècle : 1750-1759, Paris, Bibliothèque nationale, 1978.

31 Jean-Dominique Mellot, « La capitale et l’imprimé », art. cité.

32 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., t. 1, pp. 326-330.

33 AN T 11532 (44), « État des sommes dues à la succession de Monsieur Delaguette, imprimeur libraire, conformément aux relevez qui ont été faits sur les registres de Paris et celui des Provinces ».

34 AN, MC : LXIV/388, 9 juillet 1765.

35 Jean-Dominique Mellot, « Rouen et les libraires forains à la fin du xviiie siècle », art. cité.

36 Jean-Dominique Mellot, « Libraires en campagne », art. cité [p. 169].

37 Jean-Dominique Mellot, « Libraires en campagne », art. cité [p. 165].

38 Annie Parent-Charon, Les métiers du livre à Paris au xvie siècle, op. cit.

39 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., p. 328.

40 AN, MC : LXIV/388, 9 juillet 1765.

41 BHVP : mss. N. A. 490.

42 Voir Christiane Berkvens-Stevelinck et al., (éd.), Le magasin de l’univers, op. cit.

43 O. Lankhort, « “Le miracle hollandais” », art. cité.

44 BHVP : ms. N.A. 490 (1).

45 James Raven, “London and the central sites of the English book trade”, in Michael F. Suarez, Michael L. Turner (ed.), The Cambridge History of the Book in Britain, vol. V, 1695-1830, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, pp. 293-308 [307] ; Peter R. Frank, Johannes Frimmel, Buchwesen in Wien 1750-1850. Kommentiertes Verzeichnis der Buchdrucker, Buchhändler und Verleger, Wiesbaden, Harrassowitz, 2008, notice « Trattner ».

46 Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société, op. cit., vol. I, pp. 328-330.

47 Frédéric Barbier, „Der französische Buchhandel und Leipzig zwischen 1700 und ca. 1830”, in Michel Espagne, Matthias Middell (Hrsg.), Von der Elbe bis an die Seine. Kulturtransfer zwischen Sachsen und Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1993, pp. 257-275.

48 Frédéric Barbier, ibid.. et Anne Saada, „Das französische Buch in den Messkatalogen”, in Hartmut Zwahr, Thomas Topstedt, Günter Bentele (Hrsg.), Leipzigs Messen, 1497-1997, vol. I., pp. 271-285.

49 Arrêt du Conseil d’État du Roi portant établissement de deux ventes publiques de Librairie. Du 30 août 1777. L’arrêt prévoit d’organiser deux fois par an du 25 au 30 novembre et du 15 au 31 mai des ventes publiques, de livres ou de fonds de librairie, ouvertes aux provinciaux et aux étrangers.

50 Roger Chartier, « La librairie d’Ancien Régime », in Frédéric Barbier et al., L’Europe et le livre, op. cit., pp. 587-609.

51 Plusieurs recherches récentes exploitant les archives de la Société typographique de Neuchâtel dans la perspective spécifique d’une analyse de la géographie de la diffusion doivent être signalées : la base de données publiée à l’université de Leeds sous la direction de Simon Burrows et Mark Curran, “The French Book Trade in Enlightenment Europe, 1769-1794 Database” , [en ligne] < http://chop.leeds.ac.uk/stn/ > ; la thèse de Frédéric Inderwildi, Acteurs et réseaux commerciaux dans la librairie d'Ancien Régime : la Société typographique de Neuchâtel (1769-1789), Université de Neuchâtel, 2010 et l’étude très suggestive de Jeffrey Freedman, Books Without Borders in Enlightenment Europe: French Cosmopolitism and German Literary Markets, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2012.

Auteur

Chargée de recherche au CNRS – Institut d’histoire moderne et contemporaine (CNRS-ENS), Paris

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540