Version classiqueVersion mobile

La documentation dans le numérique

 | 
Olivier Le Deuff

Chapitre 3. L’information comme nouveau paradigme ?

Texte intégral

1Le numérique s’accompagne souvent des mots information et données. En quoi le fait de privilégier l’information et les données par rapport au document peut-il induire un changement de paradigme vis-à-vis de la documentation ?

2L’information se substitue-t-elle à la documentation ? La tendance s’observe actuellement avec la disparition du mot documentation dans certains diplômes au bénéfice du mot information. L’ADBS a également fait évoluer son nom, passant d’association de documentalistes et bibliothécaires spécialisés à celui d’association des professionnels de l’information et de la documentation, et mettant l’information au premier plan. Dans son premier article, la charte de l’ADBS mentionne d’ailleurs la volonté que les professionnels de l’information et de la documentation soient des acteurs importants de la société de l’information :

  • 1 Michell Skosmos, « Charte de l’ADBS », in Association des professionnels de l’information et de la (...)

« Les professionnels de l’information et de la documentation (Information-Documentation ou ID) ont l’ambition d’être des vecteurs de progrès dans ce domaine et des partenaires actifs de la nouvelle société de l’information. » 1

3Cette présence stratégique du mot information exprime le souhait de séduire un public plus large. Cependant, le mot information est tellement polysémique qu’il peut entraîner des représentations faussées.

Des problèmes définitionnels

4Il serait par exemple tentant de mettre en parallèle la culture de l’information et la société de l’information, en raison d’un usage apparemment similaire du mot information. Pour autant, il s’agit d’une apparence probablement trompeuse :

  • 2 Alexandre Serres, « La culture informationnelle », in Fabrice Papy (dir.), Problématiques émergente (...)

« Dans les expressions passe-partout, “technologies de l’information, société de l’information, recherche d’information, culture de l’information”, il ne s’agit pas de la même information et la confusion de sens est générale entre les diverses catégories de l’information. Notamment entre “l’information-machine ” (l’“info-data”) et “l’information sociale” (comprenant “info-news” et “info-knowledge”) […] Entre les deux types d’informations, qui s’imbriquent étroitement sur les réseaux, “il y a une différence essentielle de nature” »2.

5L’étymologie apporte quelques éclaircissements. Information vient de forma (le moule) ce qui implique une prise en compte des formes, sociales, culturelles, mais aussi matérielles :

  • 3 Jean Guy Meunier, « Vers un modèle générique des systèmes de traitement de l’information », in Jacq (...)

« […] le concept d’information dans son usage ordinaire, est habituellement lié à une activité de connaissance. Il rejoint en cela le concept médiéval d’informatio. En effet, dans la tradition médiévale, lorsque l’anima connaît, elle n’ingère pas les objets du monde extérieur. Mais au contraire, elle est « informée » de cet objet. […] La conséquence de ce processus est que l’âme est – in actu – « informata ». De ce fait, elle ne peut traiter qu’une représentation, c’est-à-dire une « informatio »3.

  • 4 « […] dans son sens médiéval, l’in-“formatio” est ce qui trans “forme” un objet externe en un état (...)

6Cette vision diffère de celle qui s’impose encore aujourd’hui et qui découle de la vision de Shannon basée sur la théorie du signal. La conception qui vient de la tradition médiévale, notamment depuis Thomas d’Aquin, est au contraire proche de la nécessité de transformer l’information en connaissances4. Elle laisse place à l’interprétation et à la capacité à définir et à désigner de façon adéquate, d’où les querelles nominalistes et la volonté d’un Guillaume d’Ockham d’employer le juste concept à bon escient sans en inventer de nouveau en l’absence de besoin réel. Dans le cas de l’information, la polysémie incite plutôt à procéder de façon inverse en tentant de découper le concept. En effet, il faut distinguer plusieurs sens du mot information. On peut en dénombrer quatre principaux, qui renvoient à des domaines professionnels distincts :

  • l’info de type news (actualités). C’est finalement l’acception la plus répandue et une requête avec le mot « information » sur le moteur de recherche Google confirme cette tendance. Tous les premiers résultats sont axés sur les médias qui proposent justement les dernières informations d’actualité ;
  • l’information type données (infodata) qui correspond à l’information au sens informatique. « Le 1er novembre 2013 à 18 h, il fait 12 degrés à Bordeaux » constitue une série de données ;
  • l’information de type connaissances qui considère l’information comme un élément qui permet une intégration voire une réaction de l’esprit.
  • Le blogueur québécois François Guité, enseignant et spécialiste des technologies numériques en éducation, considère qu’il en existe un quatrième type : l’information sociale issue notamment de la pratique des réseaux sociaux. Il s’agit des méthodes et des stratégies pour se constituer un environnement de références afin d’obtenir de l’information filtrée, conseillée, voire décryptée par les personnes de son réseau de connaissances.

Les quatre différents types d’information

Les quatre différents types d’information

7Parmi ces différentes définitions, il est encore possible de les regrouper en deux acceptions principales. L’une sociale et subjective, l’autre mathématique et objective qui peuvent parfois s’opposer :

  • 5 Yves Jeanneret, Y a-t-il vraiment des technologies de l’information, ibid., p. 63.

« Elles sont même exactement le contraire l’une de l’autre, car l’information, au sens social du terme, a pour condition l’interprétation, que l’information mathématique a pour bénéfice d’éliminer. » 5

8L’information sociale est liée à une interprétation humaine, tandis que la conception mathématique considère l’information comme un élément qui peut être interprété aussi et surtout par une machine.

  • 6 « […] on regrettera que le vocabulaire employé pour décrire les processus intellectuels soit marqué (...)

9Les deux positions sont donc parfois antinomiques et il est regrettable que la position mathématique tende, dans le vocabulaire employé, à faire disparaître l’analyse documentaire6.

10Dès lors, deux lignées sont à distinguer entre une information basée sur l’usage de la raison – et donc de l’interprétation humaine – et une autre plutôt basée sur les machines.

Le cas de la société de l’information

  • 7 Daniel Bell, Vers la société post-industrielle, Paris, R. Laffont, 1976.

11L’expression de « société de l’information » est peu remise en question et souvent présentée comme une évidence. Ses formes peuvent varier légèrement avec des expressions comme « âge de l’information » (age of information) ou « ère de l’information » (information era). Cette manière de voir l’information comme une matière première est qualifiée d’informationalisme. Daniel Bell7 en est souvent considéré comme l’inspirateur. Il se revendique lui-même comme le créateur de l’expression « société de l’information ».

  • 8 Sarah Labelle, La ville inscrite dans « la société de l’information » : formes d’investissement d’u (...)
  • 9 Armand Mattelart, Histoire de la société de l’information, 3e éd., Paris, Éditions La Découverte, 2 (...)

12Un examen critique a déjà été effectué par des chercheurs en information-communication, notamment au travers d’un glossaire critique et plus récemment dans la thèse de Sarah Labelle8. L’enjeu de ces travaux est de sortir de l’évidence qui semble s’être imposée « sans que les citoyens aient pu exercer leur droit à un débat » comme le dit justement Armand Mattelart9.

13Il convient d’abord de faire remonter son origine au-delà du xxe siècle :

  • 10 Armand Mattelart, ibid., p. 5.

« L’idée de société régie par l’information est pour ainsi dire inscrite dans le code génétique du projet de société inspiré par la mystique du nombre. Elle date donc de bien avant l’entrée de la notion d’information dans la langue et la culture de la modernité. Ce projet qui prend forme au cours du xviie et du xviiie siècle intronise la mathématique comme modèle du raisonnement et de l’action utile. La pensée du chiffrable et du mesurable devient le prototype de tout discours vrai en même temps qu’elle instaure l’horizon de la quête de la perfectibilité des sociétés humaines. »10

  • 11 Ernst Cassirer, La philosophie des Lumières, Paris, Fayard, 1990.
  • 12 Sur ces aspects, voir le texte de Jacques Messier, « Un bibliothécaire parmi les humanistes : Gottf (...)

14Armand Mattelart fait remonter l’origine de la société de l’information à l’époque des Lumières, période où se développe un culte de la raison11. Il désigne Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) comme père de cette idéologie, le philosophe et mathématicien allemand qui envisageait une automatisation de la raison. On oublie souvent que la principale profession de Leibniz fut bibliothécaire. Une carrière professionnelle qu’il mènera d’ailleurs pendant 40 ans. C’est sa lecture de Gabriel Naudé, bibliothécaire de Mazarin et auteur de l’ouvrage Advis pour dresser une bibliothèque, rédigé en 1627, qui l’incite à constituer une bibliothèque universelle destinée à couvrir tous les savoirs. Il développe alors un catalogue par ordre alphabétique d’auteurs et de sujets. Leibniz porta un intérêt marqué aux travaux de classification et d’indexation, et il déplorait justement le manque de mots-clés dans les descriptions bibliographiques12.

15Leibniz est une origine commune aux deux manières de concevoir l’information : celle qui provient du calcul et celle qui requiert une interprétation à l’aide de la raison. Il y a donc des similitudes dans les projets, notamment au niveau de l’universel, de l’accès à la connaissance, du classement et de la rigueur scientifique.

16Voilà qui explique sans doute les proximités entre la société de l’information et la culture de l’information au niveau des origines. Il est également intéressant de faire remonter les origines à l’époque des Lumières.

L’information sous les deux faisceaux des Lumières

17Contrairement aux apparences, le concept qui relie « culture de l’information » et « société de l’information » n’est justement pas l’information, mais la raison. Cependant, ce sont deux façons légèrement dissemblables de percevoir la raison et notamment la place de l’humain face à la technique. Deux lignées différentes peuvent être tracées :

  • la lignée du culte de la raison, c'est-à-dire celui du ratio et donc du calcul qui conduit à Shannon et à la théorie mathématique de l’information. C’est celle qui mène aux discours autour de la société de l’information ;
  • la lignée d’une raison « raisonnable » pourrait être celle de Paul Otlet. C’est celle qui mène au développement d’une culture de l’information.

18Les différences entre les deux lignées sont parfois minimes en apparence, dans la mesure où les idées de progrès social et scientifique se retrouvent dans les deux formes de discours avec de part et d’autre des objectifs universels. La société de l’information cherche à s’inscrire dans la lignée du progrès, mais contraint cette évolution par des normes et des manières de voir qui sont nettement orientées autour des techniques disponibles. L’information y est donc essentiellement utile et orientée information de type marchand. La matière première n’est pas la connaissance, mais bien l’information. Au final, actuellement, le terme adéquat serait d’ailleurs plutôt celui de données que celui d’information.

19L’autre lignée privilégie l’accès à la connaissance de manière à ce que le citoyen soit à même de « raisonner » selon son entendement. Certes, la lignée de Paul Otlet n’échappe pas non plus à une volonté de normalisation. Les classifications ne sont d’ailleurs pas exemptes de critiques puisqu’elles développent un point de vue particulier quant à la représentation du monde et de la connaissance. Un reproche qui se retrouvait dans les travaux de Ranghanatan et la mise en place des classifications à facettes, désirant ainsi sortir des visions monohiérarchiques et des points de vue trop occidentaux. Malgré leurs différences, les systèmes classificatoires cherchent à opérer une organisation des savoirs. C’est justement cette société des savoirs qui est critiquée par les tenants de la société de l’information, qui remettent notamment en cause les éléments institutionnels et les instances de légitimation.

L’influence de la théorie de l’information de Shannon et Weaver

  • 13 Jérôme Segal, Le zéro et le un : histoire de la notion scientifique d’information au 20e siècle, Pa (...)

20Cette célèbre théorie a connu des évolutions et diverses interprétations qui ont d’ailleurs fortement intéressé l’épistémologue Jérôme Segal13, qui a tenté de retracer l’histoire de la notion scientifique d’information. Il fait état à ce propos de formidables réussites scientifiques au niveau des techniques et des applications pratiques, mais constate un succès mitigé, voire un échec, quant à la réussite scientifique de la notion d’information. La théorie de Shannon et de Weaver est initialement celle de mathématiciens et d’ingénieurs souhaitant améliorer la transmission de l’information sur les lignes téléphoniques. Le modèle est donc essentiellement linéaire et cherche à combattre les dégradations du signal. Le but étant d’atteindre la néguentropie, l’absence de bruit. Les parasites sont parfois utiles dans les processus communicationnels, mais l’objectif des ingénieurs américains était justement de réduire cette entropie à un stade proche du zéro. Au final, le schéma semble s’inspirer de ces moyens de communication enfantins réalisés avec des boîtes de conserve. Le but est simple et vise l’efficacité dans la transmission de l’information d’un bout à l’autre de la chaîne.

  • 14 Claude E. Shannon, Warren Weaver, The mathematical theory of communication, Urbana, University of I (...)

Le fameux schéma de Shannon14

Le fameux schéma de Shannon14

21La documentation n’est pas non plus exempte de linéarité. La chaîne documentaire s’inscrit aussi dans un registre similaire en privilégiant des étapes successives pas si éloignées des nouvelles méthodes de travail inspirées du fordisme. Même Suzanne Briet a été influencée :

  • 15 Suzanne Briet, idem.

« Le fonctionnement d’un centre de documentation comporte pour une grande part des méthodes de gestion qui apparentent cette activité à celle de l’organisation du travail. Sans organisation personnelle et collective, pas de bon fonctionnement. Financement, équipement, outillage, publications, diffusion, propagande, effectifs, choix du personnel, relations extérieures, sont les soucis principaux du documentaliste en chef. »15

22Ce n’est pas seulement l’organisation du travail documentaire qui est placée sous ce modèle, mais tout le système documentaire. En effet, ce n’est plus le message qui circule d’un bout à l’autre de la chaîne, mais le document. On pourrait même adapter le schéma à la chaîne documentaire. Certains modes de fonctionnement sont assez proches du système des ingénieurs américains. L’analyse du besoin d’information, qui fait pourtant état d’aspects psychologiques, n’a parfois fait qu’accentuer cet effet en cherchant justement à diminuer les déperditions entre le besoin exprimé et le besoin réel. On retrouve donc une trace de cet objectif néguentropique.

L’influence du schéma de Shannon sur le système documentaire

L’influence du schéma de Shannon sur le système documentaire

23L’objectif est que le document parvienne de façon optimale à l’usager demandeur d’information. La prise en compte progressive de l’usager a permis des schémas plus circulaires prenant justement en compte la dimension de rétroaction (ou feedback) introduite par Norbert Wiener et sa cybernétique. Toutefois, le mode de raisonnement linéaire demeure chez certains professionnels, d’autant que les missions paraissent suivre une suite logique.

  • 16 « On s’aperçoit que bien souvent, ce sont des métaphores et des analogies qui sont à la base des ap (...)

24L’influence de la théorie du signal s’est étendue à de nombreuses disciplines et professions. Malheureusement, cette influence a abouti à des excès, notamment dans l’usage de métaphores et d’analogies douteuses16.

  • 17 Nous notons également qu’en sixième, dans le programme de français, c’est bien la théorie du signal (...)

25Il est déplorable que ce statut mal défini de l’information continue de poser des difficultés encore aujourd’hui, à tel point d’ailleurs que la notion se retrouve dans le système scolaire français avec un programme quasi inexistant, si ce n’est par intermittence17, malgré les efforts des professeurs-documentalistes dans le domaine.

26On ne peut que constater un discours assez pauvre autour de l’information, sorte de sous-culture informationnelle :

  • 18 Jérôme Segal, « Statut implicite de la notion d’information dans quelques théories biologiques et p (...)

« […] la théorie de l’information nous met davantage en face de nouveaux discours informationnels […] c’est en somme une nouvelle culture informationnelle qui voit le jour, culture que l’on voit trop souvent réduite à l’utilisation de quelques néologismes et nouvelles expressions comme cyberspace (en une sorte d’hommage discret et inconscient à la cybernétique) ou encore “autoroute” ou “société de l’information”. »18

27Mais ces discours ne sont pas neutres. Jérôme Segal démontre bien que la théorie de l’information a abouti à des concrétisations techniques :

  • 19 Jérôme Segal, ibid., p. 778.

« Le “discours informationnel” qui caractérise l’émergence des premiers réseaux informatiques automatisés […] montre par exemple qu’avec les mots du discours, ce sont aussi les “choses” et les pratiques qui sont impliquées. »19

28Derrière les logiques du discours s’opèrent des concrétisations et des solutions techniques qui ne sont pas débattues.

29C’est pourtant le rôle des professionnels de l’information de demeurer conscients des enjeux et des choix qui doivent s’opérer. L’enjeu est aussi de ne pas rester en marge des décisions stratégiques, techniques, politiques et organisationnelles qui excluent trop souvent les documentalistes. Cette exclusion s’explique par une vassalisation de la documentation, trop souvent placée en bout de chaîne de décision, si bien que des erreurs ont pu être commises au sein des entreprises en raison de la non-consultation ou, au mieux, consultation tardive des documentalistes. Trop de rendez-vous manqués aussi, parfois, alors que les besoins, à la fois techniques et organisationnels, se faisaient sentir et que de nouvelles solutions techniques émergeaient. C’est ce que dénonce à raison Didier Frochot :

  • 20 Didier Frochot, « Les rendez-vous manqués de la profession (2) », in Les infostratèges, 16 mars 200 (...)

« Si l’on admet que les premiers grands logiciels documentaires aient pu et dû être développés par des informaticiens, force est de constater que jamais depuis, aucun documentaliste n’a été associé au développement de ces produits professionnels. Les grands logiciels bureautiques, notamment les traitements de texte, ont au moins été conçus au départ avec des secrétaires. Pour les logiciels documentaires, il n’en fut pas ainsi. Il paraît tellement évident que l’informatique est l’affaire des informaticiens que personne, semble-t-il, ne s’est jamais avisé de cette monumentale absence. »20

30D’autres enjeux se profilent, et le danger serait de vouloir suivre les modes technologiques et de vouloir rattraper un retard. Désormais, l’objectif est plutôt d’être proactif puisqu’il s’agit autant de gérer des documents que de l’information, mais aussi de promouvoir des savoirs et de développer des connaissances.

31L’Unesco privilégie le terme de société des savoirs face à une vision uniforme de société de l’information. Une expression qui marque aussi une volonté de conservation et de préservation des différentes cultures. La documentation s’inscrit davantage dans ce champ en tenant compte d’une variété de plus en plus grande des dispositifs qui gèrent de l’information. D’ailleurs, le fait d’accoler les deux mots est devenu extrêmement courant même si la prééminence est portée par l’information.

32L’information-documentation devient un nouveau concept pour des sphères professionnelles cherchant à démontrer la légitimité de leurs compétences dans des processus où l’information sous ses différentes formes est traitée par des techniques et des opérations issues de la documentation. Les diplômes incluant les deux mots se multiplient. Si le mot documentation précise la nature de l’information et surtout la manière dont elle est traitée, la disparition du mot documentation peut intriguer. L’impression d’une adhésion à un paradigme informationnel paraît être une solution de facilité. À moins qu’il ne faille plutôt considérer l’information-documentation comme l’expression d’une tension entre deux lignées, un équilibre nécessaire afin que l’information n’appartienne pas totalement aux sphères du management ou à celles du journalisme d’actualité.

33Il reste néanmoins que le paradigme informationnel n’est pas le seul à examiner pour la documentation. Il lui reste encore à travailler sur d’autres aspects : les savoirs et la connaissance. On reviendra également sur l’importance croissante des données. Le concept mérite autant d’attention pour la documentation que le concept d’information.

34Information et données semblent portées par une infobésité croissante sur un Web qu’il est nécessaire d’appréhender.

Notes

1 Michell Skosmos, « Charte de l’ADBS », in Association des professionnels de l’information et de la documentation, 29 novembre 2007. [En ligne] : < http://www.ADBS.fr/charte-de-l-ADBS-1972.htm?RH=ADBS_INSTIT >.

2 Alexandre Serres, « La culture informationnelle », in Fabrice Papy (dir.), Problématiques émergentes dans les sciences de l’information, Paris, Hermès-Lavoisier, 2008. Chapitre 5, pp. 137-160.

3 Jean Guy Meunier, « Vers un modèle générique des systèmes de traitement de l’information », in Jacques Maniez et Widad Mustafa El Hadi (dir.), Organisation des connaissances en vue de leur intégration dans les systèmes de représentation et de recherche d’information, Villeneuve d’Ascq, Université Charles-d e-Gaulle – Lille 3, 1999 (Collection UL3. Travaux et recherches).

4 « […] dans son sens médiéval, l’in-“formatio” est ce qui trans “forme” un objet externe en un état interne pour la connaissance. En termes contemporains, une “informatio” serait alors ce qui crée dans un agent cognitif un état épistémique c’est-à-dire un état de connaissance. », in Jean Guy Meunier, ibid., p. 23.

5 Yves Jeanneret, Y a-t-il vraiment des technologies de l’information, ibid., p. 63.

6 « […] on regrettera que le vocabulaire employé pour décrire les processus intellectuels soit marqué par une cybernétique naïve ou un cognitivisme simplifié. On “synthétise les données pour en faire des informations”, on “récupère les données”, on “reconnaît les champs pertinents” pour “mettre en relation les champs de la notice et son projet de recherche”. Toute l’expression rend analogue le travail intellectuel avec des opérations informatiques élémentaires : le codage, le repérage d’un champ formel, la reconnaissance de caractères, leur comparaison. […] Tout l’investissement personnel, la décision de penser, la distance, la capacité interprétative disparaissent. » Odile Riondet, « Validation et pertinence des contenus. », in La maîtrise de l’information par les adultes : enjeux et méthodes, Strasbourg, IUT Robert Schuman, 16 mars 2007, p. 3. [En ligne] : < http://infocom.u-strasbg.fr/~thematic/images/thematic_07/documents/thematic_07_riondet0_txt.pdf >.

7 Daniel Bell, Vers la société post-industrielle, Paris, R. Laffont, 1976.

8 Sarah Labelle, La ville inscrite dans « la société de l’information » : formes d’investissement d’un objet symbolique, Thèse de doctorat en information-communication, sous la direction d’Yves Jeanneret : Paris, Université Paris 4, 2007.

9 Armand Mattelart, Histoire de la société de l’information, 3e éd., Paris, Éditions La Découverte, 2006.

10 Armand Mattelart, ibid., p. 5.

11 Ernst Cassirer, La philosophie des Lumières, Paris, Fayard, 1990.

12 Sur ces aspects, voir le texte de Jacques Messier, « Un bibliothécaire parmi les humanistes : Gottfried Wilhelm Leibniz (1646 – 1716). ». [En ligne] : < http://hdl.handle.net/1866/1417 >.

13 Jérôme Segal, Le zéro et le un : histoire de la notion scientifique d’information au 20e siècle, Paris, Éditions Syllepse, 2003 (Collection Matériologiques).

14 Claude E. Shannon, Warren Weaver, The mathematical theory of communication, Urbana, University of Illinois Press, 1949.

15 Suzanne Briet, idem.

16 « On s’aperçoit que bien souvent, ce sont des métaphores et des analogies qui sont à la base des applications de la théorie de l’information et l’on peut dire, schématiquement, que selon la validité que l’on accorde à celles-ci, les statuts épistémologiques sont plus ou moins solides. Parmi les utilisations contestables du raisonnement analogiques, certains sont plus dangereux que d’autres, lorsque de grossières analogies sont utilisées pour servir des idéologies que l’on peut regrouper dans la rubrique « spiritualistes », qu’il s’agisse d’eugénisme (l’idée selon laquelle les traits génétiques de l’espèce humaine doivent être améliorés) ou de créationnisme (souvent présenté sous la forme d’un anti-darwinisme). », in Jérôme Segal, op. cit., p. 5.

17 Nous notons également qu’en sixième, dans le programme de français, c’est bien la théorie du signal de Shannon qui est enseignée.

18 Jérôme Segal, « Statut implicite de la notion d’information dans quelques théories biologiques et philosophiques, conséquences épistémologiques », in Séminaires de recherche en épistémologie de la communication, de l’information et de la cognition de la Télé-Université de l’Université du Québec, Montréal, le 28 janvier 2005. [En ligne] : < http://jerome-segal.de/Publis/Alliage.htm >.

19 Jérôme Segal, ibid., p. 778.

20 Didier Frochot, « Les rendez-vous manqués de la profession (2) », in Les infostratèges, 16 mars 2005. [En ligne] : < http://www.les-infostrateges.com/article/050389/les-rendez-vous-manques-de-la-profession-2 >.

Table des illustrations

Titre Les quatre différents types d’information
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Le fameux schéma de Shannon14
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre L’influence du schéma de Shannon sur le système documentaire
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2459/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search