Version classiqueVersion mobile

La documentation dans le numérique

 | 
Olivier Le Deuff

Chapitre 1. La documentation : un héritage à développer

Texte intégral

1La documentation mérite d’être perçue comme un héritage à faire fructifier et non comme un fardeau à porter. En cela, il faut considérer les précurseurs et les pionniers comme des personnes ayant permis de lancer la « discipline ». Paul Otlet et Suzanne Briet nous encourageraient probablement à aller de l’avant en utilisant au maximum les nouvelles potentialités pour affronter les nouveaux défis. Les hommages aux disparus ne font pas avancer la documentation, si ce n’est qu’ils démontrent parfois une incapacité à penser autant le présent que l’avenir. S’appuyer sur le passé doit permettre d’aller de l’avant et de conférer aux documentalistes, bibliothécaires actuels et à venir les moyens de faire évoluer positivement leurs professions.

2Si un retour au passé peut se révéler utile, c’est pour démontrer que certains objectifs de la documentation demeurent opérationnels, notamment l’objectif initial de rendre accessibles les documents, l’information et la connaissance. Les buts n’ont pas changé, ce sont seulement les modalités pour y parvenir qui évoluent.

L’héritage théorique et idéologique : une culture de l’accès et un processus de rationalisation

  • 1 Brigitte Juanals, La culture de l’information. Du livre au numérique, Paris, Lavoisier, 2003.

3La question de l’accessibilité demeure en effet centrale. C’est la première mission de la documentation : rendre la connaissance accessible. Cet objectif n’est pas propre aux pionniers de la documentation. En effet, cette volonté d’accès s’inscrit dans la lignée des Lumières et notamment du projet encyclopédique. Brigitte Juanals1 avait montré que le projet de Diderot et d’Alembert était issu de la volonté de rassembler les savoirs et de les diffuser, constituant ainsi le terreau pour le développement d’une « culture de l’information ». Un dessein déjà documentaire, en quelque sorte.

4Le philosophe Gilbert Simondon décrivait le projet encyclopédique comme celui d’une rationalisation de savoirs, notamment techniques :

  • 2 Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1989, p. 95.

« L’encyclopédie réalise une universalité de l’initiation, et par là produit une sorte d’éclatement du sens même de l’initiation, le secret de l’universel objectivé garde de la notion de secret le sens positif (perfection de la connaissance, familiarité avec le sacré), mais annihile le caractère négatif (obscurité, moyens d’exclusion par le mystère, connaissance réservée à un petit nombre d’hommes). La technique devient mystère exotérique. »2

5La documentation s’inscrit pleinement dans cette culture de l’accès, puisqu’il s’agit parfois de révéler des savoirs réservés aux initiés ou aux corporations.

  • 3 Idem, p. 92.

6Selon Simondon, l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert n’est pas l’ouvrage le plus « révolutionnaire » au sens politique, mais son caractère essentiel est de s’inscrire dans une démarche « adulte », c’est-à-dire basée sur une connaissance rationnelle, théorique, scientifique et universelle3. Cette connaissance, d’essence technique, se trouve permise par le rassemblement d’une communauté d’hommes animés par un même esprit. Les nombreuses planches détaillées permettent de satisfaire la curiosité du lecteur en quête d’érudition, mais cherchent surtout à placer le lecteur éclairé dans la poursuite du travail de rassemblement des connaissances réalisé par d’illustres prédécesseurs :

  • 4 Ibid., pp. 92-93.

« La grandeur de l’Encylopédie, sa nouveauté, résident dans le caractère foncièrement majeur de ces planches de schémas et de modèles de machines qui sont un hommage aux métiers et à la connaissance rationnelle des opérations techniques. Or, ces planches n’ont pas un rôle de pure documentation désintéressée, pour un public désireux de satisfaire sa curiosité ; l’information y est assez complète pour constituer une documentation pratique utilisable, de manière telle que tout homme qui possède l’ouvrage soit capable de construire la machine décrite ou de faire avancer par l’invention, l’état atteint par la technique en ce domaine, et de faire commencer sa recherche au point où s’achève celle des hommes qui l’ont précédé. »4

7La documentation est évoquée par Simondon comme un objet pratique et utilitaire pour l’individu. Ses spécificités disciplinaires et techniques ne sont pas entrevues par le philosophe. Cependant, le côté transgénérationnel est clairement mis en avant ici comme condition du progrès, ce qui fondait le projet de Diderot :

  • 5 Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des a (...)

« Le but d’une encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre ; d’en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de le transmettre aux hommes qui viendront après nous ; afin que les travaux des siècles passés n’aient pas été inutiles pour les siècles qui succéderont ; que nos neveux devenant plus instruits, deviennent en même temps plus vertueux et plus heureux ; et que nous ne mourions pas sans avoir bien mérité du genre humain. »5

8Un progrès rendu possible par la transmission, elle-même rendue possible par un processus d’écriture et de rationalisation qui rend la connaissance accessible à ceux qui savent lire… et qui peuvent accéder au texte, ce qui exclut un grand nombre d’individus au xviiie siècle. Le livre en tant que document constitue un outil de transmission et d’apprentissage évident ; il reste à savoir le décoder.

  • 6 Jorge Luis Borges décrira de façon fictionnelle cette logique classificatoire dans la langue analyt (...)

9Le projet encyclopédique est poursuivi par Otlet de façon différente. Tandis que l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert cherchait à rassembler les savoirs au sein d’un même ouvrage en plusieurs volumes, Otlet poursuivra le même rêve de rassemblement des savoirs en un seul lieu avec le Mundaneum. Né en 1868, le visionnaire belge consacrera sa vie à améliorer l’accès au savoir et à la connaissance, et militera avec Henri Lafontaine au sein d’associations pour promouvoir la paix. Lafontaine recevra le Prix Nobel de la paix en 1913. Les deux amis sont également connus pour avoir établi en 1905 la fameuse Classification décimale universelle (CDU), qui est une tentative d’amélioration de la classification décimale du bibliothécaire américain Melvil Dewey. L’entreprise classificatoire est colossale mais elle n’évite pas les défauts habituels des classifications, qui sont aussi le produit d’une époque. La CDU comme la classification de Dewey reflète un point de vue très occidental6. Mais l’influence d’Otlet se mesure également dans des aspects plus pragmatiques. Ses travaux ont permis une progression dans la normalisation des pratiques, notamment en ce qui concerne les fiches bibliographiques et le standard de 125 × 75 mm qui a été mis au point dans le cadre du répertoire bibliographique universel. L’œuvre est colossale, car ce sont plus de 18 millions de fiches indexées selon la CDU qui vont être produites par Paul Otlet et Henri Lafontaine, assistés par des équipes de bibliothécaires. Ils imaginent et dessinent les meubles qui vont recevoir les fiches, perforées à leur base pour pouvoir glisser sur une tige de fer et être consultées sans devoir être extraites. Une logique de meubles-fichiers qui se rencontrera pendant de longues années en bibliothèque. Le rêve de Paul Otlet sera celui d’un lieu de rassemblement des connaissances, le Mundaneum. En 1992, après de multiples déménagements, ce lieu fut finalement installé à Mons, où il est devenu un musée dédié à l’œuvre de Paul Otlet. Son épitaphe rappelle cette vaste entreprise : « Il ne fut rien, sinon mondanéen ». Pour Otlet, l’importance réside plus dans le contenu que dans la forme. L’important est davantage le document que le support.

  • 7 Devenue la Fédération internationale d’information et de documentation en 1988, elle fut dissoute e (...)

10Paul Otlet va donner une place importante au document dans ses réalisations, et il sera le premier à développer l’idée de la documentation. Le mot documentation obtient une reconnaissance notable lors du premier congrès international de bibliographie et de documentation les 10 et 11 juillet 1908 à Bruxelles. Peu à peu, le mot documentation, absent au début du projet, finit par supplanter le mot bibliographie, au point que l’Institut international de bibliographie devient en 1931 l’Institut international de documentation7. La documentation, décrite essentiellement comme pratique et cantonnée à l’échelon individuel à l’époque de l’Encyclopédie par Simondon, prend une dimension collective chez Otlet, à plus forte raison parce que face à la masse d’ouvrages disponibles, il convient de tenter d’en dégager une cohérence :

  • 8 Toutes les références à Paul Otlet sont extraites de l’ouvrage suivant : Paul, Otlet, Traité de doc (...)

« Pour rendre accessible la quantité d’informations et d’articles donnés chaque jour dans la presse quotidienne, dans les revues, pour conserver les brochures, comptes rendus, prospectus, les documents officiels, pour retrouver les matières éparses dans les livres, pour faire un tout homogène de ces masses incohérentes, il faut des procédés nouveaux, très distincts de ceux de l’ancienne bibliothéconomie, tels qu’ils sont appliqués. »8

  • 9 Idem.

11Otlet opérait une forme de rupture avec « l’ancienne bibliothéconomie » pour inscrire la documentation dans un processus rationnel. Cette recherche de cohérence correspond à une volonté de mettre à disposition de l’information de qualité afin d’offrir un accès à la vérité. Une philosophie proche de celle du moine franciscain Guillaume de Baskerville dans Le nom de la rose, qui est une référence d’Umberto Eco à Guillaume d’Ockham. Ce dernier pratiquait un emploi rigoureux des noms et des concepts afin de ne pas utiliser un nouveau mot pour désigner une réalité déjà connue. Une position qui a donné naissance à l’expression « le rasoir d’Ockham ». Une préfiguration du travail d’indexation, en quelque sorte, dans lequel on cherche à éviter les pièges de la synonymie. Même si la vérité est parfois relative, le but de la documentation est d’en faciliter l’accès en offrant « sur tout ordre de fait et de connaissance des informations documentées »9. Paul Otlet dénombre huit qualités essentielles que les informations à rendre disponibles doivent posséder :

  1. « universelles quant à leur ordre de fait ;
  2. sûres et vraies ;
  3. complètes ;
  4. rapides ;
  5. à jour ;
  6. faciles à obtenir ;
  7. réunies d’avance et prêtes à être communiquées ;
  8. mises à la disposition du plus grand nombre ».

12Le numérique permet certes un accès facilité aux informations et des mises à jour régulières, mais la véracité n’est pas la qualité première du Web. Seul Wikipédia parvient à mettre en place des dispositifs réguliers de vérification de la qualité d’informations qui sont ajoutées et modifiées en permanence. Si on considère parfois Paul Otlet comme l'un des précurseurs du Web, il convient de modérer cette analyse. En effet, Otlet envisage une forme de préfiguration d’un web ordonné en imaginant un dispositif d’accès aux documents à distance :

  • 10 Ibid, p. 524.

« Ici, la table de travail n’est plus chargée d’aucun livre. À leur place se dresse un écran et à portée un téléphone. Là-bas, au loin, dans un édifice immense, sont tous les livres et tous les renseignements. De là, on fait apparaître sur l’écran la page à lire pour connaître la question posée par téléphone. »10

  • 11 On y reviendra également plus loin, cela ne signifie pas qu’il n’existe pas des unités « infradocum (...)

13Le premier théoricien de la documentation a clairement imaginé un passage en dehors du livre. Par conséquent, le développement de l’accès à l’information à distance démontre bien que le projet de Paul Otlet n’a jamais eu pour but de ne demeurer ancré qu’au sein de l’espace du livre. Le choix du terme de documentation n’est en cela pas vain et marque aussi une poursuite possible au-delà de la bibliologie et de la bibliothéconomie classique. L’unité de base n’est donc pas tant le livre que le document11.

Les trois dimensions du mot document

  • 12 Roger T. Pédauque, Le document à la lumière du numérique, Caen, C & F éditions, 2006.

14Le mot document est bien sûr réinterrogé avec le numérique. Un travail de recherche multidisciplinaire a d’ailleurs été consacré à cette question au sein du réseau thématique pluridisciplinaire 33 du département STIC du CNRS, plus connu sous le nom de l’auteur collectif Roger Pédauque12. Le travail pluridisciplinaire avait permis de faire émerger des tendances propres au numérique et des différences assez nettes avec les documents de type analogique. Toutefois, il est intéressant d’observer aussi les permanences documentaires. On peut ainsi isoler trois dimensions ou potentialités du mot document.

La dimension juridique : le document est une preuve

15La première dimension est d’essence juridique. On constate en effet l’emploi du mot document dans la revue Titres et documents en 1690. Le mot « documentation » est d’ailleurs très nettement postérieur, puisqu’il ne se développe vraiment qu’avec l’influence d’Otlet.

16Pendant longtemps, ce rapport à la preuve a aussi présenté une valeur historique. En effet, il s’agissait d’apporter la preuve de possessions, mais aussi de tenter de démontrer l’appartenance à une lignée généalogique prestigieuse. Cette dimension intéresse fortement les archivistes depuis longtemps et son intérêt ne décroît nullement avec le numérique en raison de l’importance grandissante des systèmes d’archivage numérique. Aujourd’hui, la phase de dématérialisation accroît les difficultés de traitement des documents et requiert une expertise, aussi bien pour la conservation des documents que pour leur traitement, leur analyse et leur circulation.

17Cette dimension basée sur l’examen des documents plutôt que sur les discours mythifiés d’un passé nostalgique est parfaitement décrite par Nietzsche dans la généalogie de la morale :

  • 13 Friedrich Nietzsche, Généalogie de la morale. [En ligne] < http://fr.wikisource.org/wiki/La_G%C3%A9n%C3%A9alogie_de_la_morale/Avant-propos >.

« Il est clair que pour le généalogiste de la morale il y a une couleur cent fois préférable à l’azur : je veux dire le gris, j’entends par là tout ce qui repose sur des documents, ce que l’on peut vraiment établir, ce qui a réellement existé, bref, tout le long texte hiéroglyphique, laborieux à déchiffrer, du passé de la morale humaine ! »13

La dimension historique

  • 14 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, pp. 14-15.

18Le document prend tout son sens par la lecture et l’analyse de l’historien, si bien que tout document possède des potentialités historiques qui ne seront parfois révélées que fort longtemps après. De même, le sens et la portée du document sont rarement conscients chez son créateur original. Les fameux livres de comptes utilisés par les artisans et commerçants, qui décrivaient au Moyen Âge et à la Renaissance des activités quotidiennes et qui ont servi dans un premier temps d'aide-mémoire, vont devenir au fil des époques des instruments précieux pour écrire l’histoire. Le changement de lecteur entraîne de nouvelles perspectives documentaires, si bien que Michel Foucault décrit avec justesse que « l’histoire, c’est ce qui transforme les documents en monuments » dans L’archéologie du savoir14. Cela pose aussi évidemment la question de la conservation, tant il est difficile de savoir à l’avance ce qui pourra éventuellement intéresser les historiens des temps futurs. La tentation de tout vouloir conserver peut alors être forte, mais elle ne facilitera pas la tâche pour les générations à venir. Malgré tout, l’archivage des tweets par une institution publique comme la Bibliothèque du Congrès paraît une solution pertinente.

19Si le document peut être transformé, il peut aussi transformer son lecteur. C’est ainsi que le document a pleinement la possibilité d’exercer sa troisième dimension, celle de la transmission.

La dimension pédagogique

  • 15 Félix Gaffiot, Dictionnaire illustré latin-français, Paris, Hachette, 1934, p. 552.

20Étymologiquement, le mot document renvoie à la notion d’enseignement, puisqu’il vient de docere qui signifie « enseigner » en latin. Le mot documentatio existe en latin, mais désigne plutôt un avertissement ou un rappel. Le mot documentum possédait trois sens selon le dictionnaire Gaffiot15 :

  • celui d’exemple et d’avertissement ;
  • celui d’enseignement, de leçon, d’avis ;
  • celui de preuve, d’indice, d’indication.

21Dans les trois cas de figure, le documentum se veut riche en enseignements de toutes sortes. La portée du mot document va donc bien au-delà d’un simple support papier. Dès lors, le passage au numérique ne constitue nullement une disparition du document, mais au contraire un retour à l’ensemble de ses dimensions. Le document a donc clairement vocation à faire apprendre, depuis les leçons de la vie jusqu’aux documents d’études les plus complexes.

22Paul Otlet soulignait également cette importance et le caractère pour ainsi dire circulaire entre document et enseignement :

« Dans une mesure considérable, les livres et les documents constituent un enseignement. Les livres dès lors jouent un grand rôle dans l’enseignement et réciproquement les cours enseignés donnent naissance à un grand nombre de livres. »

23La dimension d’enseignement est en fait déjà présente dans le mot documentaliste.

Les trois dimensions du document

Les trois dimensions du document

La documentation et la naissance d’une culture de l’information

  • 16 Sylvie Fayet-Scribe, Histoire des outils de médiation du savoir, naissance d’une culture de l’infor (...)
  • 17 Journée d’étude du 18 novembre 1997 : « Culture informationnelle : définition, effets, enjeux, appr (...)
  • 18 Sur ces aspects, nous renvoyons à nos travaux sur le sujet, notamment à notre thèse : Olivier Le De (...)
  • 19 Claude Baltz, « Quand la documentation s’éveillera », Documentaliste - Science de l’information, 20 (...)

24La culture de l’information présente des proximités historiques avec la documentation. Les origines sont déjà anciennes, comme le démontrent les travaux de Sylvie Fayet-Scribe16. La prise de conscience de la nécessité d’une formation aux environnements informationnels provient nettement des acteurs de la documentation et notamment de l’initiative de professionnels et de chercheurs liés à l’Association des professionnels de l’information et de la documentation (ADBS). Claude Baltz fut l’un des premiers promoteurs du concept dans un texte support de son intervention lors de la rencontre ADBS sur la culture de l’information du 18 novembre 199717. Il distinguait cinq cultures proches : la culture de l’information au sens de l’ADBS, plutôt d’essence professionnelle, la culture de l’info-business, la culture des médias, la culture « info-com » et la culture informatique. La culture de l’information constitue le volet citoyen du projet de la documentation18. Il s’agit de transmettre aux individus des compétences autrefois réservées aux professionnels, afin qu’ils soient plus à même de rechercher l’information et de l’analyser, plus particulièrement dans des espaces où la sélection par des professionnels ne peut s’effectuer. Claude Baltz évoquait une forme d’éveil de la documentation comme une extension de ses prérogatives19.

25L’expression de culture de l’information apparaît parfois comme l’explication miracle à tous les problèmes :

  • 20 Michel Menou, article « Culture de l’information », in Serge Cacaly et Yves-François Le Coadic (dir (...)

« Cette notion semble fournir une explication commode aux succès autant qu’aux échecs des processus, systèmes et produits d’information. Quand toutes les causes bassement techniques et matérielles se sont avérées incapables de fournir quelque lumière, la culture de l’information arrive en renfort ; puis elle disparaît de nouveau, aussi subitement qu’elle était apparue. »20

26Brigitte Juanals décrit les trois phases qui mènent à l’avènement d’une réelle culture de l’information en montrant les liens avec les compétences documentaires, mais aussi leur nécessaire dépassement :

  • « la maîtrise de l’accès à l’information qui suppose une formation à l’information documentaire sur les plans technique et méthodologique, accès technique, évaluation, tri, utilisation efficace et critique de l’information ;
  • la culture de l’accès à l’information, qui, au-delà des compétences techniques et documentaires, suppose une utilisation autonome critique et créative de l’information, allant jusqu’à la production de savoirs ;
  • la culture de l’information (ou culture informationnelle), ce troisième degré de compétence paraissant supposer un niveau de culture générale (prise dans le sens d’instruction, de savoir), une connaissance des médias, une prise en compte des dimensions éthiques et une intégration sociale dépassant largement une compétence documentaire et informatique. »21

27Il convient de faire encore évoluer cette définition en liant les besoins individuels et collectifs. Au final, l'une des définitions les plus séduisantes est peut-être celle donnée par Michel Menou :

  • 22 Cité dans Olivier Le Deuff, La culture de l’information en reformation, ibid, annexe 2.1.

« Un système de valeurs, d’attitudes et de comportements, de connaissances et d’aptitudes qui conduisent non seulement à un usage intelligent et approprié de l’information externe, mais surtout à contribuer à la diffusion et à la bonne utilisation de l’information tant externe qu’interne (ou produite / reconfigurée par soi-même). Donc une culture de partage et d’enrichissement collectif. »22

  • 23 Sylvie Fayet-Scribe, ibid.
  • 24 Sur ces aspects, il faut consulter l’excellent travail de Sylvie Fayet-Scribe, « Chronologie des su (...)

28Ces aptitudes et valeurs ne naissent pas avec le numérique mais sont souvent beaucoup plus anciennes. Elles se retrouvent chez les pionniers de la documentation mais aussi chez de nombreux penseurs. Selon Sylvie Fayet-Scribe23, une culture de l’information émerge au xxe siècle, notamment dans les années 1930. Il s’agit d’une forme de « normalisation » des méthodes et des pratiques initiées par les documentalistes, bibliothécaires et spécialistes de l’information scientifique et technique. Toutefois, culture de l’information d’une part, et documentation d’autre part, s’inscrivent dans une ligne plus longue, celle des outils de gestion et de repérage de l’information24.

L’héritage technique : la documentation dans l’histoire des outils de traitement de l’information

29Ces techniques intellectuelles mériteraient une meilleure prise en compte dans une perspective patrimoniale :

  • 25 Ibid.

« Rendre visible ces techniques intellectuelles est important dans la mesure où justement elles ne semblent pas avoir d’histoire, ou si peu. Relèvent-elles alors de la mémoire et seraient-elles sans cesse réactivées par nos pratiques ? Ou encore sont-elles un éternel présent ? Car incorporées à nos pratiques, nous n’aurions pas conscience de leur existence ? Prendre en compte leur histoire serait alors prendre des distances, et les rendre pleinement visibles. Les prendre pour objet, ce serait bel et bien selon la définition philosophique, les voir “indépendamment de l’esprit du sujet”. Ne s’agit-il pas aussi de mettre en lumière un “patrimoine culturel immatériel” ? Si les œuvres, les lieux ayant une valeur esthétique ou d’identité nationale ou locale sont bien identifiés comme appartenant au patrimoine, il est plus difficile de considérer des techniques intellectuelles comme des traces culturelles durables de notre patrimoine appartenant à la culture de l’information écrite. Or, que leur utilité fonctionnelle ait disparu ou non, nous considérons qu’elles relèvent d’un bien dont nous avons hérité des générations passées. Elles relèvent de la culture de l’information que notre société actuelle a tout intérêt à bien identifier. »25

30Parmi ces techniques intellectuelles, la maîtrise de la lecture et de l’écriture est bien évidemment fondamentale.

  • 26 Bernard Stiegler, La technique et le temps, 1, La faute d’Épiméthée, Paris, Galilée  – Cité des sci (...)
  • 27 Dans Phèdre, le roi à qui le scribe vient d’annoncer fièrement l’invention de l’écriture qui va per (...)

31La documentation repose sur des techniques, ce qui peut sans doute expliquer son statut parfois subalterne. La technique est demeurée déconsidérée, jugée comme secondaire et non noble. Ce rejet est fort ancien. Une origine que le philosophe Bernard Stiegler fait remonter symboliquement à la faute d’Épiméthée26, coupable d’avoir oublié l’homme dans ses attributions. Une erreur réparée par l’acte démesuré du titan Prométhée qui donne le feu à l’homme, en compensation. Un oubli à la base de la philosophie depuis le Phèdre de Platon, rejetant la technique et l’écriture avec le fameux mythe de Theut27.

Une documentation encore d’actualité

32La documentation demeure par conséquent digne d’intérêt au travers des trois dimensions du document esquissées précédemment. Une importance réaffirmée par Yves Jeanneret :

  • 28 Yves Jeanneret, Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?, Villeneuve d’Ascq, Presses (...)

« Il y a une idée fort répandue que je voudrais combattre. C’est celle qui prétend que la documentation est aujourd’hui dépassée, en tant que discipline, et qu’il faudrait passer d’une ère de la « documentation » à une ère de l’information. » 28

  • 29 “The social economy: unlocking value and productivity through social technologies”, in McKinsey Glo (...)

33Cette « ère de l’information » relèguerait donc les techniques de la documentation au passé en raison d’une instantanéité de la circulation des informations, qui empêcherait tout traitement documentaire classique. Ce discours est sans arrêt source de remise en cause et de crainte d’une disparition progressive des métiers de l’information-documentation. De même, l’illusion d’une circulation optimale de l’information, trop aisément associée à un transfert de connaissances, incite à des restrictions budgétaires, notamment dans les bibliothèques publiques, mais aussi dans les services de documentation des entreprises. Pourtant, le temps passé à rechercher l’information et à la traiter ne cesse de s’accroître, selon une étude du McKinsey Global Institute29 publiée en juillet 2012 pour les entreprises américaines. Le temps de travail se répartirait de la manière suivante : 28 % (387 heures/an) est consacré à la messagerie électronique, 19 % (263 heures/an) est dédié à la recherche de l’information, 14 % (194 heures/an) est utilisé pour collaborer et communiquer avec ses collègues. Finalement, seulement 39 % du temps (539 heures/an) serait consacré à la tâche principale. Vraisemblablement, il y a des pertes de temps en raison de dysfonctionnements organisationnels et documentaires. L’accès aux réseaux ne signifie pas obligatoirement une facilité d’accès à l’information. Un point clé à méditer pour mieux comprendre la place de la documentation dans les nouveaux environnements.

La relation à l’informatique et au numérique

34La documentation entretient des rapports parfois contradictoires avec les technologies informatiques et numériques. Chaque évolution, notamment celles des technologies du Web, fait craindre une disparition des prérogatives documentaires des professionnels. Mais y a-t-il vraiment une menace ?

Y a-t-il une menace numérique pour la documentation ?

35Les processus documentaires et la culture de l’information sont-ils menacés par l’instabilité actuelle que génèrent les nouveaux médias, depuis la question du document numérique jusqu’aux processus de diffusion de l’information ? En clair, existe-t-il des bouleversements, au niveau de la production et de la circulation des savoirs, qui pourraient constituer une forme de menace sur la documentation ?

  • 30 Brigitte Juanals, La circulation médiatique des savoirs dans les sociétés contemporaines, Habilitat (...)

36Il est tentant de répondre rapidement par l’affirmative. D’indéniables évolutions sont présentes, mais elles ne sont pas uniquement l’apanage du numérique. En effet, des mouvements sont déjà apparus auparavant. Le numérique ne fait parfois qu’accélérer ces changements. Parmi eux, ce processus de dé-légitimation de la connaissance, notamment au travers de « son émiettement sur le plan de sa forme, de ses supports et instances productrices »30 qui s’opère depuis la fin du xixe siècle, comme le montre Brigitte Juanals :

  • 31 Ibid., p. 105

« Les germes de cette délégitimation se trouvaient dans les principes mêmes de légitimation du discours du savoir ; ils ont été renforcés et accélérés par le développement du capitalisme et des sciences, l’industrialisation de la culture et la communication numérique en réseau. » 31

37En effet, la démocratisation des savoirs implique un partage des instances de production des savoirs et de l’information : les principaux représentants traditionnels des espaces de la connaissance doivent libérer un peu de leurs pouvoirs. C’est bien sûr le cas des enseignants mais aussi des institutions que sont les écoles, les universités et les bibliothèques, qui ne sont pas les lieux uniques du savoir. Ces nouvelles formes de concurrence ne signifient pas la disparition des professionnels, mais une modification de leurs prérogatives et un élargissement constant de leurs compétences. De plus, force est de constater que l’accès facilité aux documents et aux données ne s’accompagne pas assez d’une transmission des compétences pour les analyser et les traiter. Quel intérêt d’avoir des milliers de documents à portée de main, si on est incapable de les comprendre ?

38L’informatique et les environnements numériques paraissent plus performants, mais les usagers négligent souvent une certaine rigueur documentaire en espérant que les moteurs de recherche parviendront à chaque fois à trouver, voire à retrouver l’information désirée. En ce qui concerne l’indexation, l’indexation automatisée paraît parfois plus efficace, car le traitement porte sur l’ensemble des mots des documents. Cependant, au fur et à mesure des progrès dans le domaine du traitement automatisé du langage, l’intérêt pour les travaux réalisés en indexation documentaire, notamment en ce qui concerne les thésaurus, s’est accru, si bien que les systèmes d’indexation informatique travaillent de plus en plus de pair avec de l’indexation de type documentaire. Les techniques documentaires sont en effet souvent réinvesties dans les techniques informatiques, ce qui induit aussi de nouvelles évolutions professionnelles se traduisant par des métiers qui mêlent les deux aspects. La réintroduction de pratiques documentaires dans les organisations et dans les systèmes va continuer à s’opérer, afin d’optimiser les moyens de rechercher et de traiter l’information.

39Plutôt que d’une menace du numérique sur la documentation, il s’agit en fait de la poursuite d’une collaboration entamée depuis des dizaines d’années avec le développement de l’informatique documentaire.

Une culture numérique à adopter

  • 32 On pourrait évoquer dans ce cadre le DUT « Documentation d’entreprise », actuel InfoNum (informatio (...)

40La présence d’une culture informatique et numérique fait depuis longtemps partie de la formation des bibliothécaires et des documentalistes. Les compétences sont cependant inégalement réparties et partagées. Les formations documentaires furent parfois en avance dans les domaines informatiques en étant les premières à s’équiper et à former les futurs professionnels32.

41Pour la documentation, les environnements informatiques ne constituent pas une simple adaptation, mais de fait une réelle adoption. Il convient de distinguer clairement les deux notions. L’adaptation constitue toujours une étape quelque peu négative, contraignante, portant en elle des discours tels qu’« il le faut bien », « on n’a pas le choix ». Les professionnels et l’organisation s’adaptent alors à des évolutions qu’ils n’ont ni voulues ni choisies. L’adoption est d’une autre nature, elle ne s’exerce pas par contrainte, mais par choix et construction :

  • 33 Article « Adoption », in Glossaire d’ars industrialis. < http://arsindustrialis.org/adoption >.

« Adoption est un terme qui dérive d’« ad-optare » qui signifie opter ou choisir, greffer ou acquérir. Toute individuation humaine est un processus d’adoption, et la santé d’une individuation se mesure à sa possibilité d’adoption – d’un mode de vie, d’une technique, d’une idée, d’un étranger, etc. Le « faire sien » qu’est l’adoption suppose une participation de ce qui adopte à ce qui est adopté. Adapter/adopter. L’adoption est le processus d’une individuation, c’est-à-dire d’un enrichissement, tandis que l’adaptation est une désindividuation : une restriction des possibilités de l’individu. »33

42La documentation a logiquement trouvé un moyen d’expansion dans la logique informatique des bases de données. D’ailleurs, la question des champs de la notice de catalogue papier ne constituait qu’une étape préalable à une dimension accrue via les systèmes informatiques. D’une certaine façon, le système de métadonnées qui existait déjà sur les tablettes mésopotamiennes, puis sur le papier (volumen puis codex), s’exprime davantage dans des dispositifs relationnels tels que les bases de données informatiques.

L’exemple des métadonnées et de leur évolution comme symbole de l’évolution actuelle au sein du numérique

43L’accroissement du nombre des métadonnées est la conséquence d’une production de plus en plus décentralisée, c’est-à-dire réalisée par les usagers d’une manière moins contrôlée a posteriori. Or ce « pouvoir » sur les métadonnées est déjà fort ancien :

  • 34 Bernard Stiegler, « Entretien avec Bernard Stiegler », réalisé par Alexandre Serres et Ivana Ballar (...)

« Les métadonnées existent depuis la Mésopotamie, où l’on a trouvé des tablettes d’argiles qui décrivaient des stocks de tablettes et qui constituaient en cela des catalogues. Les métadonnées existent depuis 4 000 ans. Il n’y a jamais eu de métadonnées qui n’aient pas été produites par des démarches de contrôle top-down, c’est-à-dire hiérarchiques, descendantes et centralisées : contrôle impérial en Mésopotamie, puis royal, puis républicain, et finalement managérial, mais dans tous les cas, exercé par des pouvoirs de synchronisation. »34

44Cette évolution des métadonnées s’est vue au travers de divers passages, en premier lieu celui de la liste à la table, cette dernière constituant une forme mieux structurée de la liste. La forme codex est alors plus propice à l’utilisation de tables et d’index pour retrouver l’information avec des paginations, des chapitres, des rubriques, des passages classés et découpés numériquement et alphabétiquement. Dès lors, le passage des tables linéaires sous forme de listes à des tables plus relationnelles ne pouvait que connaître un développement fulgurant avec l’informatique des bases de données. Les fichiers et catalogues de nos bibliothèques ne constituaient en quelque sorte qu’une étape intermédiaire, une solution quelque peu bâtarde qui n’attendait qu’une concrétisation informatique.

45Le mouvement actuel se poursuit dans de nouvelles directions, dans la mesure où les métadonnées sont produites hors d’un contrôle documentaire classique. Tel est notamment le cas des folksonomies, ces systèmes de mots-clés librement réalisés par les internautes. Mais la production des métadonnées va bien au-delà. Chaque action des usagers sur le Web produit des traces, des données qui constituent au final une forme d’indexation des actions des internautes. Le contrôle documentaire se voit remplacé par un contrôle exercé a posteriori et à des fins commerciales. On verra plus loin que ce mouvement s’inscrit pleinement dans celui d’un Web de moins en moins documentaire et de plus en plus orienté vers des échanges de type phatique et des stratégies publicitaires. La collecte de données personnelles tendant à primer sur la logique de la collection.

Quelles collections à l’heure du numérique ?

46L’impression de désordre numérique pousse à s’interroger sur les moyens de conserver une cohérence dans les collections. D’ailleurs, la notion de collection prisée en bibliothèque peut-elle encore conserver une forme de légitimité ? Une nouvelle fois, l’étymologie est éclairante.

47Collection vient de colligere, qui signifie rassembler, réunir. Il est important de noter que colligere vient aussi de cum-legere, legere signifiant cueillir ou lire, cum-legere signifiant aussi récolter, mais surtout relier et rassembler. Lire, rassembler, relier pour conserver, voire pour mettre à disposition et donc faire lire, tels sont les objectifs d’une collection.

  • 35 Philipp Blom, Une histoire intime des collectionneurs, Paris, Payot, 2010.
  • 36 Sur ces questions, l’ouvrage de Foucault est essentiel : Michel Foucault, Les mots et les choses : (...)

48Les collections ne sont pas l’apanage des bibliothèques et font l’objet de passions parfois cumulatives, voire peu rationnelles35. Le travail de rationalisation viendra des classifications des sciences, notamment avec les naturalistes comme Buffon36. Ce travail de cohérence, de mise en valeur et de conservation, n’est pas pleinement assuré sur les espaces numériques. En premier lieu, force est de constater que le Web est peu organisé et peu classé ; rares sont donc les classifications du Web. De même, les pertes numériques sont également difficiles à évaluer, car nous ne faisons guère mieux, si ce n’est pire, qu’avec la conservation du papier. Les archives du web sont relativement récentes. L’initiative d’Internet archive n’est pas exhaustive, tandis que le travail d’archivage, au titre de dépôt légal du web, réalisé conjointement par l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et la Bibliothèque nationale de France (BnF) reste relativement récent.

49De plus, le travail de classement des bibliothécaires et des documentalistes répond à des objectifs et des méthodes fort différents de ceux des archivistes, voire complètement opposés. Le respect de la provenance du fonds et de son intégrité initiale dont font preuve les archivistes contraste avec les volontés classificatoires des documentalistes. Le numérique oblige la prise en considération simultanée des deux paradigmes.

50La collection en bibliothèque repose sur la sélection de documents possédant une cohérence et une homogénéité, parfois facilement visibles lorsqu’il s’agit de caractéristiques matérielles similaires.

51Le numérique oblige à envisager et à constituer de nouvelles formes de collections dont on n’aperçoit que les prémisses actuellement. La notion de collection ne disparaît pas pour autant, mais c’est bien l’aspect de « réunir des documents en un même lieu » qui évolue. Il est connu que le numérique permet toute forme de déterritorialisation. En premier lieu, celle du document numérique qui devient accessible pour plusieurs personnes en même temps. Dans un second temps, celle des services, dans la lignée du Web 2.0, qui permet à plusieurs personnes d’accéder simultanément à des documents, mais aussi à de nouvelles interfaces.

52De plus en plus, les collections vont se trouver « dans le cloud ». Si leur diffusion va pouvoir continuer à s’étendre, leurs localisations, c’est-à-dire le lieu où elles seront rassemblées, seront principalement des serveurs. Quid dès lors de ces collections in the cloud ?

53En effet, le premier risque est celui de la dépossession totale pour la structure documentaire. Peut-on envisager sérieusement que la bibliothèque ne soit que le lieu intermédiaire entre le lecteur et le silo de documents numériques ? Dans ce cas, l’organisation et la cohérence de la collection risqueraient de lui échapper complètement. Ce risque de désappropriation des collections au profit d’éditeurs privés est fortement présent actuellement.

54Deux conséquences sont à craindre :

  • la première est celle du court-circuit. En effet, la bibliothèque peut se voir privée de sa médiation en raison d’une éditorialité qui se réalise directement avec le lecteur et ce même si les budgets sont publics. En effet, les systèmes de subventions directes et indirectes nuisent à la clarté dans le domaine. Actuellement, ce sont plutôt les sphères scolaires qui sont menacées par ce type de réalisation, sous forme de décisions quasiment imposées et qui ne laissent que peu de choix aux professeurs-documentalistes. Au niveau de la bibliothèque, on peut imaginer un système de silos qui passent par des abonnements universitaires sans passer par la structure documentaire. Même chose en ce qui concerne les organismes privés qui peuvent faire le choix de l’abonnement direct en supprimant les structures documentaires en place ;
  • le second point concerne justement les aspects propres aux fonctions documentaires. Si les ressources ne sont plus présentes dans la bibliothèque ou le centre de documentation, que ce soit de manière physique au sens classique, mais également au sens numérique sur des serveurs propres à la structure, la désappropriation va au-delà de la seule possession. Elle concerne également le risque de perte de prérogatives quant à la gestion de ces documents. La collection est alors menacée à double titre. D’une part en ce qui concerne le travail de sélection et de constitution qui s’effectue sur le long terme. Le laisser aux seuls « éditeurs privés » empêche une telle réalisation à long terme, notamment en raison des interruptions des abonnements. La ressource risque d’être simplement en location. D’autre part, c’est aussi toute la question de la conservation des collections qui est posée. À terme, c’est évidemment une question archivistique de grande ampleur.

55L’exercice d’un droit de copie et les possibilités de conserver les données et documents numériques deviennent des éléments clés pour préserver les collections et la possibilité pour les bibliothécaires de maintenir cette mission.

56Bertrand Calenge traduit bien cette nécessité autour des « livres numériques » dans un excellent billet :

  • 37 « Livres numériques et collection : lever l’ambiguïté », in Bertrand Calenge : carnet de notes. Bil (...)

« Dans la conjoncture nouvelle qui s’offre à lui, le bibliothécaire ne peut pas seulement raisonner uniquement en termes d’intérêt immédiat (pour son public) du document qu’il se propose d’“acheter”. Un impératif nouveau intervient dès la décision d’achat, celui de la pérennité souhaitée. Trivialement, les exigences préventives de la conservation s’imposent au bibliothécaire dès l’étape de l’acquisition […] et ce pour tous les types de documents. »37

57Cette prise de conscience oblige évidemment à une évolution des compétences qui s’inscrit bien souvent au sein de diverses traditions. À l’évidence, les lignées bibliothéconomiques et archivistiques doivent converger. C’est aussi clairement une redéfinition des institutions documentaires, tout au moins la redécouverte d’un modèle qui a toujours été au commencement, mais que les usages et les représentations ont trop souvent placé en bout de ligne :

  • 38 Jean-Michel Salaün, Vu, lu, su  : les architectes de l’information face à l’oligopole du Web, Paris (...)

« Le modèle de la bibliothèque est souvent mal compris. Elle est généralement présentée comme le dernier maillon de la chaîne de production-diffusion du livre, celui qui permet enfin sa rencontre avec le lecteur, au même titre que la librairie dont elle ne serait qu’une version non marchande. Cette présentation se retrouve régulièrement dans les manuels sur les métiers du livre et pourtant c’est une erreur de perspective qui nous fait voir l’histoire du livre par le petit bout de la lorgnette de celle de l’édition. La figure de l’éditeur est beaucoup plus récente, moins de deux cents ans, que celle du bibliothécaire, parallèle à l’histoire du livre et vieille de plus de deux millénaires. » 38

58Dès lors, l’héritage documentaire n’est pas un fardeau, mais bel et bien un aspect qu’il faut défendre et continuer de faire fructifier. Rien n’est acquis. La menace devient réelle avec le numérique si les professionnels se contentent de subir et choisissent de devenir observateurs d’évolutions portées par des acteurs aux velléités commerciales. On ne s’adapte pas au numérique, on fait le choix de l’adopter et d’y participer.

Notes

1 Brigitte Juanals, La culture de l’information. Du livre au numérique, Paris, Lavoisier, 2003.

2 Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 1989, p. 95.

3 Idem, p. 92.

4 Ibid., pp. 92-93.

5 Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, article « Encyclopédie ».

6 Jorge Luis Borges décrira de façon fictionnelle cette logique classificatoire dans la langue analytique de Wilkins : « L’institut bibliographique de Bruxelles pratique lui aussi le chaos : il a morcelé l’univers en mille subdivisions, le nº 262 correspondant au pape ; le 282, à l’Église catholique romaine ; le 263, au jour du Seigneur ; le 268, aux écoles du dimanche ; le 298 au mormonisme, et le 294 au brahmanisme, au bouddhisme, au shintoïsme et au taoïsme. Il ne répugne pas aux subdivisions hétéroclites ; par exemple, le nº 179 : “cruauté avec les animaux. Protection des animaux. Le duel et le suicide du point de vue de la morale. Vices et défauts variés. Vertus et qualités variées.” », in Jorge Luis Borges, Enquêtes, Paris, Gallimard, 1986 (Folio-Essai nº 198).

7 Devenue la Fédération internationale d’information et de documentation en 1988, elle fut dissoute en 2002.

8 Toutes les références à Paul Otlet sont extraites de l’ouvrage suivant : Paul, Otlet, Traité de documentation. Le livre sur le livre, théorie et pratique, Bruxelles, Palais mondial, 1934, p. 6. [En ligne] < http://lib.ugent.be/fulltxt/handle/1854/5612/Traite_de_documentation_ocr.pdf >.

9 Idem.

10 Ibid, p. 524.

11 On y reviendra également plus loin, cela ne signifie pas qu’il n’existe pas des unités « infradocumentaires ».

12 Roger T. Pédauque, Le document à la lumière du numérique, Caen, C & F éditions, 2006.

13 Friedrich Nietzsche, Généalogie de la morale. [En ligne] < http://fr.wikisource.org/wiki/La_G%C3%A9n%C3%A9alogie_de_la_morale/Avant-propos >.

14 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, pp. 14-15.

15 Félix Gaffiot, Dictionnaire illustré latin-français, Paris, Hachette, 1934, p. 552.

16 Sylvie Fayet-Scribe, Histoire des outils de médiation du savoir, naissance d’une culture de l’information 1895-1937, Thèse d’habilitation à diriger des recherches, Paris, université Paris 1, 1999.

17 Journée d’étude du 18 novembre 1997 : « Culture informationnelle : définition, effets, enjeux, appropriation. » [En ligne] < http://www.ADBS.fr/culture-informationnelle-definition-effets-enjeux-appropriation-11343.htm?RH=AGENDA_JETUDE >.

18 Sur ces aspects, nous renvoyons à nos travaux sur le sujet, notamment à notre thèse : Olivier Le Deuff, La culture de l’information en reformation, Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, sous la direction d’Yves Chevalier, Rennes, université Rennes 2, septembre 2009. [En ligne] < http://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00421928/fr >. Voir aussi notre article : Olivier Le Deuff, « La culture de l’information et la dimension citoyenne », Les cahiers du numérique, « La culture informationnelle », Paris, Hermès-Lavoisier, 2009, vol. 5, nº3, pp. 39-49.

19 Claude Baltz, « Quand la documentation s’éveillera », Documentaliste - Science de l’information, 2003, vol. 40, nº 2, pp. 148-153.

20 Michel Menou, article « Culture de l’information », in Serge Cacaly et Yves-François Le Coadic (dir.), Dictionnaire encyclopédique de l’information et de la documentation, Paris, Nathan, 1997, pp. 167-169.

21 Brigitte Juanals, op. cit., pp. 23-24.

22 Cité dans Olivier Le Deuff, La culture de l’information en reformation, ibid, annexe 2.1.

23 Sylvie Fayet-Scribe, ibid.

24 Sur ces aspects, il faut consulter l’excellent travail de Sylvie Fayet-Scribe, « Chronologie des supports, des dispositifs spatiaux, des outils de repérage de l’information », Solaris nº 4, décembre 1997. [En ligne] < http://gabriel.gallezot.free.fr/Solaris/d04/4fayet_0intro.html >.

25 Ibid.

26 Bernard Stiegler, La technique et le temps, 1, La faute d’Épiméthée, Paris, Galilée  – Cité des sciences et de l’industrie, 1994.

27 Dans Phèdre, le roi à qui le scribe vient d’annoncer fièrement l’invention de l’écriture qui va permettre d’éviter l’oubli par l’extériorisation répond ainsi à propos de cette invention : « Elle ne peut produire dans les âmes, en effet, que l’oubli de ce qu’elles savent en leur faisant négliger la mémoire. Parce qu’ils auront foi dans l’écriture, c’est par le dehors, par des empreintes étrangères, et non plus du dedans et du fond d’eux-mêmes, que les hommes chercheront à se ressouvenir. Tu as trouvé le remède non point pour enrichir la mémoire, mais pour conserver les souvenirs qu’elle a. Tu donnes à tes disciples la présomption qu’ils ont la science, non la science elle-même. Quand ils auront, en effet, beaucoup appris sans maître, ils s’imagineront devenus très savants, et ils ne seront pour la plupart que des ignorants de commerce incommode, des savants imaginaires) au lieu de vrais savants. »

28 Yves Jeanneret, Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007, p. 95.

29 “The social economy: unlocking value and productivity through social technologies”, in McKinsey Global Institute, juillet 2012. [En ligne] < http://www.mckinsey.com/insights/mgi/research/technology_and_innovation/the_social_economy >.

30 Brigitte Juanals, La circulation médiatique des savoirs dans les sociétés contemporaines, Habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, Paris, université Paris 7 Diderot, 2008, p. 105.

31 Ibid., p. 105

32 On pourrait évoquer dans ce cadre le DUT « Documentation d’entreprise », actuel InfoNum (information numérique dans les organisations) de Bordeaux 3, qui fut l’un des premiers à bénéficier d’outils adaptés. On peut également citer le développement du DESS en ingénierie documentaire à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (enssib) qui forma pendant longtemps des profils hybrides recherchés.

33 Article « Adoption », in Glossaire d’ars industrialis. < http://arsindustrialis.org/adoption >.

34 Bernard Stiegler, « Entretien avec Bernard Stiegler », réalisé par Alexandre Serres et Ivana Ballarini-Santonocito, Médiadoc, nº 2/2009, FADBEN. [En ligne] < http://www.fadben.asso.fr/spip.php?article78 >.

35 Philipp Blom, Une histoire intime des collectionneurs, Paris, Payot, 2010.

36 Sur ces questions, l’ouvrage de Foucault est essentiel : Michel Foucault, Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966.

37 « Livres numériques et collection : lever l’ambiguïté », in Bertrand Calenge : carnet de notes. Billet du 15 mars 2012. [En ligne] < http://bccn.wordpress.com/2012/03/15/livres-numeriques-et-collection-lever-lambiguite/ >.

38 Jean-Michel Salaün, Vu, lu, su  : les architectes de l’information face à l’oligopole du Web, Paris, Éditions La Découverte, 2012, p. 16.

Table des illustrations

Titre Les trois dimensions du document
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Presses de l’enssib, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search