Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Calenge par Bertrand, parcours de lecture dans le Carnet d’un bibliothécaire

 | 
Jérôme Pouchol

Introduction

par Jérôme Pouchol

Texte intégral

  • 1 Voir le « Parcours 10. Bertrand Calenge, auteur édité. Parcours bibliographique », proposé par Alin (...)
  • 2 Alors directeur de l’Institut de formation des bibliothécaires (IFB), Bertrand Calenge crée la coll (...)
  • 3 Fondé en 1999 par Bertrand Calenge, le groupe Poldoc est un groupe de recherche bibliothéconomique (...)

1Le 17 juillet 2008, Bertrand Calenge décide de faire ses « premiers pas dans le monde des blogueurs » en ouvrant son Carnet de notes. Il est alors âgé de 56 ans, a occupé plusieurs fonctions de direction, a produit un nombre considérable de publications scientifiques1, a créé une collection de littérature professionnelle2, a fondé un groupe de recherche bibliothéconomique3, et l’on ne compte plus ses communications publiques ni ses interventions dans les lieux d’échange professionnels. Ce nouveau ressort de publication, dont il se saisit avec tant d’enthousiasme, pourrait donc surprendre, sinon être perçu comme la recherche d’une nouvelle forme d’audience et de notoriété au sein d’une biblioblogosphère déjà singulièrement abondante et productive. Mais le contexte de mutation accélérée des pratiques et environnements de travail ouvre grand le champ de la réflexion et du débat d’idées et un cybercarnet représente à ses yeux, entre monographie et revue, « un excellent moyen terme pour réagir à des situations, innovations, questionnements divers… », autant qu’il lui paraît « utile pour confronter un avis très personnel à des lecteurs possibles, faire réagir, bref enrichir la pensée et l’action ! ».

2Le 11 décembre 2015, alors que Bertrand Calenge publie son 149e et dernier billet, on mesure déjà combien cette ambition initiale a pu être comblée, combien la forme épistolaire et interactive que constitue le blog lui a permis de mettre en mouvement et en confrontation sa pensée professionnelle, dans la grande variété des sujets et des questionnements qu’il a voulu soumettre à ses lecteurs. Et que dire de ces « lecteurs possibles », sinon qu’ils furent tout à la fois nombreux (plus de 100 000 visiteurs), assidus (quelque 375 000 visites) et contributeurs (312 commentateurs uniques).

3De ce foisonnant et « balbutiant » corpus de réflexions « nées de près d’un demi-siècle de traversée bibliothécaire quand même pas mal agitée », chacun a pu tour à tour faire son miel, en lecture ou en écriture, à des fins de concours ou de formation continue, dans un esprit de partage ou de contradiction. Chacun a pu aussi découvrir, au hasard de quelques dévoilements, une face plus personnelle, sinon intime, de l’éminent blogueur : le Bertrand dans Calenge, oserons-nous dire.

4On s’amuse ainsi à oraliser ses « Damned ! », « Hallucinant ! », « Lâchez-vous !! » et autres « Pouf pouf ! » ; on sourit ici de ses angoisses de blogueur : « Bon, je craque ! Va falloir que j’assure ! Heureusement que c’est l’été : je vais avoir un peu de temps pour balbutier des choses… » ; et là, de ses pudiques réminiscences : « Mon père n’avait posé qu’un interdit : les bandes dessinées (sauf Tintin et Astérix, qu’il était le premier à ramener à la maison. Et ce qui explique aussi que j’aie une assez belle collection de BD à l’heure actuelle… Fin de l’épisode divan) ». On s’avise avec intérêt de ses pratiques de lecture : « Ma vie se déroule entre la veille d’information basculée sur le Web, le magazine – imprimé – lu avec attention en prenant un café, le roman dévoré au chaud sous la couette, le billet de blog lu scrupuleusement sur l’écran et taggé sur Delicious, l’article scientifique souvent électronique – mais vite imprimé pour pouvoir être décortiqué à tête reposée –, le débat radiophonique ou audiovisuel au rythme apaisant en même temps que stimulant suivi sur un canapé… » ; et, au détour d’un dialogue matutinal engagé avec son plus jeune fils, on apprend quel fut le sens de son engagement professionnel : « À la réflexion, je me rends compte qu’au fond ce n’est pas par amour des livres que j’aime mon métier. Cela a sans nul doute joué en début de ma carrière, plus d’ailleurs sous l’angle de l’amour du savoir que de celui de ses contenants. Il me semble qu’aujourd’hui j’aime ce métier parce que je m’intéresse aux gens, à leur besoin de savoir, et qu’il est passionnant d’imaginer des stratégies diverses pour satisfaire ces besoins ».

  • 4 Bertrand Calenge est alors responsable de la communication interne et de l’évaluation à la Biblioth (...)

5Ces multiples incises de narration, qui animent en même temps qu’elles incarnent le propos de l’auteur, confirment bien son ambition initiale à « trouver lejuste équilibreentre le journal intime para-professionnel et la fusion communautaire ». Elles traduisent également l’aspiration du fonctionnaire d’État à jouir d’une grande liberté de ton et de jugement, à bonne distance de ses fonctions officielles4 : « Commençons par préciser que mon interrogation est totalement personnelle et n'est, comme tout ce blog, liée en rien à ma position professionnelle ».

6Dans cette fabrique de l’extime, la dimension conversationnelle occupe une place essentielle, tant sur la forme que sur le fond. Bertrand y contribue lui-même avec beaucoup d’obligeance (à 703 reprises) et un plaisir non feint, tout en laissant aux commentateurs le loisir de dialoguer entre eux, de compléter ses propres analyses, d’élargir son questionnement, de contester ses avis, de porter parfois la controverse. Loin donc de vouloir diriger la circulation des idées comme de cultiver un quelconque entre soi professionnel, Bertrand Calenge nous offre à lire un Carnet de notes à la fois exigeant et bienveillant, instructif et dialogique, un média qui lui permet de partager ouvertement sa réflexion en stimulant la pensée et la sociabilité professionnelles.

  • 5 Bertrand Calenge est décédé le 3 janvier 2016.

7Quelques mois après son décès5, la question s’est alors immanquablement posée à ses plus proches collègues : comment empêcher qu’un tel capital de savoirs et d’intelligence collective ne se noie définitivement dans les profondeurs du Web ? Comment préserver l’accès à une littérature professionnelle aussi précieuse et continuer de la rendre encore visible et agissante ? Quelle forme d’éditorialisation produire pour répondre à ces enjeux ?

8C’est là le dessein de ce présent ouvrage, composé d’un collectif réunissant sept bibliothécaires, lecteurs et lectrices de Carnet de notes, compagnons et compagnes de route de Bertrand Calenge. Le propos se veut facilitateur pour le lecteur, à travers un parcours de lecture thématique et transversal, visant à recontextualiser les textes selon les principaux sujets ou thématiques traités par l’auteur (collections, médiation, évaluation, métier, etc.). L’étude du corpus ne prétend pas à l’exhaustivité, mais son exploration a été complète et le filtre analytique opère sur un double registre, mêlant expertise scientifique et subjectivité du regard. Les commentaires n’échappant pas à ce copieux dépouillement, la focale s’est portée sur quatre grands commentateurs du blog, au moyen d’un entretien audio, qui s’intègre au parcours de lecture. C’est là une autre façon, par le jeu des conversations et des timbres de voix, de rapporter ce qui était si présent dans le blog de Bertrand, et si précieux à ses yeux : la tonalité humaine.

9Entre mise en perspective et hommage, on aime à penser que ce nouvel ebook de La Numérique permettra aux lecteurs de découvrir Carnet de notes sous ses multiples angles et différents regards, comme il saura restituer le rythme d’une pensée circulante, engageante et toujours aussi féconde, celle de Bertrand Calenge.

Notes

1 Voir le « Parcours 10. Bertrand Calenge, auteur édité. Parcours bibliographique », proposé par Aline Goussard, p. 293.

2 Alors directeur de l’Institut de formation des bibliothécaires (IFB), Bertrand Calenge crée la collection la « Boîte à outils », qu’il dirigera jusqu’en 2002. Il éditera 14 titres.

3 Fondé en 1999 par Bertrand Calenge, le groupe Poldoc est un groupe de recherche bibliothéconomique appliquée aux outils des politiques documentaires. Son site web est soutenu et hébergé par l’Enssib.

4 Bertrand Calenge est alors responsable de la communication interne et de l’évaluation à la Bibliothèque municipale de Lyon.

5 Bertrand Calenge est décédé le 3 janvier 2016.

Lire

Open access