Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Calenge par Bertrand, parcours de lecture dans le Carnet d’un bibliothécaire

 | 
Jérôme Pouchol

Chapitre 3. Solubilités du bibliothécaire

Dominique Lahary et Véronique Mesguich

Texte intégral

Parcours 5. Métier, métiers, proposé par Dominique Lahary

  • 1 Cet institut, créé en 1992, a depuis été absorbé par l’Enssib en 1999.
  • 2 En tant que directeur des études, de 2012 à 2015.
  • 3 Voir le « Parcours 10. Bertrand Calenge, auteur édité. Parcours bibliographique », p. 293.

1Bertrand Calenge est un formateur. Pas seulement parce qu’il a dirigé l’Institut de formation des bibliothécaires (INFB)1 et exercé à l’Enssib2. Plus profondément, parce qu’au-delà des différentes responsabilités qu’il a exercées, il n’a eu de cesse de rechercher, se documenter, documenter, produire, en particulier des ouvrages qui sont devenus autant de supports de formation et d’auto-formation3. Son blog lui-même a prolongé cette activité de formation sous une forme plus interrogative, plus réflexive, plus éclatée. Or qui dit formation dit compétences, qui dit compétences dit métier.

  • 4 Bertrand Calenge (dir.), Bibliothécaire quel métier ?, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2 (...)

2Cette question du métier ou des métiers, qu’il avait abordée explicitement en dirigeant l’ouvrage collectif Bibliothécaire quel métier ?4 publié en 2004, ne pouvait qu’être au cœur de ses réflexions. Dans l’introduction de ce volume, il esquissait déjà des thèmes qu’il aura l’occasion d’approfondir, par explorations successives, dans son blog, manifestant une cohérence en mouvement.

Les deux crises

3Bertrand Calenge a ouvert son Carnet de notes en juillet 2008, l’année de la grande crise financière. Un de ses premiers billets évoque ce contexte, qui a ses répercussions dans les moyens financiers des collectivités locales, et partant de leurs bibliothèques. Mais il évoque en parallèle, liant les deux crises, les incertitudes qui pèsent par ailleurs dans son domaine professionnel : « Ce qui me frappe essentiellement aujourd’hui au sein de notre profession, ce n’est pas tant la force de l’incertitude du lendemain que la pesanteur de l’indécision d’aujourd’hui. Et si, juste en ce moment (temps suspendu !), il n’y avait plus de feuille de route claire ? Qu’est-ce qu’on pourrait imaginer concrètement de faire nos établissements devenir, à moyens constants ? ».

4La formule du blog va lui permettre par la suite de réinterroger sans cesse tous les aspects du métier de bibliothécaire, entre remises en cause et confirmation d’une continuité sans cesse réaffirmée dans son renouvellement.

Les totems professionnels

5Un métier comme celui-là dispose d’institutions, de maisons communes, de dispositifs d’échange. Quatre billets relèvent de ce registre : ce n’est pas excessif mais reste significatif.

6En novembre 2008, Bertrand Calenge jette un pavé dans la mare en osant écrire à quel point il « en [a] marre de biblio-fr ». Lancée en 1993, cette liste de diffusion francophone concernant les bibliothèques et les sciences de l’information était 15 ans plus tard dans un état qu’il juge sévèrement : « J’ai honte de mon métier quand j’assiste à certaines joutes que je n’ose même pas qualifier d’idéologiques (ce serait leur faire trop d’honneur, compte tenu des arguments échangés), à des affirmations sans preuves, à des questions ahurissantes dont la teneur témoigne de l’ignorance du minimum minimorum du métier ».

7Texte prémonitoire puisque la liste cessera de fonctionner en juin 2009. Bertrand Calenge en appellera alors à la poursuite du débat professionnel sous d’autres formes : « Faisons surgir les suggestions d’une communication adaptée à des milliers de bibliothécaires souvent maladroits dans la manipulation des outils du Web 2.0, mais avides d’informations souvent triviales, de débats sur des questions parfois dérisoires, tellement avides !! ». Mais, désormais éclaté entre les différents blogs puis disséminé sur les réseaux sociaux, ce débat n’aura pas toujours la tenue et l’exigence professionnelle auxquelles il tenait tant.

8Quand en 2014, le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) rompt son partenariat avec l’Enssib et décide de former lui-même les conservateurs territoriaux, Bertrand Calenge s’insurge, lui qui a presque toujours travaillé dans le cadre de la lecture publique, lui qui a formé ensemble bibliothécaires territoriaux et d’État puis côtoyé à l’Enssib les élèves conservateurs des deux fonctions publiques. On ne peut qu’y voir l’expression d’une conviction : celle que la formation est le creuset du métier et que demeure indispensable à ses yeux « ce terreau commun d’une formation ensemble, et aussi – ne l’oublions pas – d’une mobilité accrue et facilitée ».

Le bibliothécaire et les autres

9C’est en s’interrogeant sur les convergences et les cousinages avec d’autres métiers que Bertrand Calenge affine sa démarche. Significative est à cet égard sa méfiance à l’égard du rattachement des bibliothécaires aux métiers du livre, si fréquent dans les formations et si constant dans les organigrammes administratifs : « les pouvoirs publics, par leur organisation ou leur action, cantonnent les bibliothèques (publiques) au livre » (dans les collectivités territoriales, on pourrait élargir le constat à la culture en général). Il en déduit « une incapacité au rapprochement effectif des bibliothécaires avec les archivistes et les documentalistes, ne serait-ce qu’au niveau des formations (cousinage pourtant effectif dans bien d’autres pays : Québec, Suisse, etc.) ».

  • 5 Et les éditeurs, comme le remarque Véronique Mesguich : « Un billet daté de 2009 compare d’une part (...)

10On voit ici le tropisme délibérément documentaire de Bertrand Calenge, nous y reviendrons. Il ajoutera à cette liste de cousins, stimulé par plusieurs billets de Silvère Mercier dans son blog Bibliobsession, les journalistes5. Quoi de commun ? Sur fond de révolution numérique, ce sont les outils partagés. Mais pour lui le partage d’outil ne fusionne pas les métiers : « ne confondons jamais techniques et contenus de métier. La création d'information est une notion évidemment réservée aux journalistes […]. À nous de prendre en charge une communauté pour lui donner des informations multiples, de la formation, de l'assistance à trouver leur manne, et même des lieux de partage et d'échange (conférences, services personnalisés, etc.). Par tous moyens ».

11Il reviendra dans de nombreux billets sur ce qu’il appelle après d’autres la « bibliothécarisation du monde », sur le fait que les bibliothécaires ont perdu la spécificité de leurs outils puisque la société de l’information repose sur des techniques documentaires partagées par tous ses acteurs.

12Mais allons plus loin. Bertrand Calenge, qui répète que « la question des techniques n’est […] qu’accessoire », explore d’autres convergences : « dans les relations aux utilisateurs. Nous passons progressivement de métiers d’imposition à des métiers de médiation »mais aussi dans « leur commun intérêt à la liberté d’informer, dans les colonnes des journaux, sur les étagères des bibliothèques, sur la liberté d’accès des archives – dans leur cadre légal –, et tutti quanti ».

13Et finalement : « convergence ne signifie pas fusion : un archiviste n’est pas un documentaliste, un bibliothécaire n’est pas un journaliste. Pas seulement pour des raisons identitaires, mais pour d’autres raisons socio-institutionnelles. Tous leurs publics ont beau rassembler les mêmes personnes, ces professionnels ne jouent pas le même rôle d’accompagnement social ».

14C’est que Bertrand Calenge ne sépare jamais le bibliothécaire de son institution. C’est ainsi qu’il résout la question pas si saugrenue de la différence entre le pirate et le bibliothécaire. Bien que les deux puissent partager des moyens techniques, « il manque quand même à ces communautés pirates trois éléments importants d’un point de vue professionnel : leur mandat ne relève que d’eux-mêmes, la communauté des personnes qu’ils servent […] reste totalement virtuelle et mouvante, la coopération qu’ils prônent n’est guidée que par le souci de la réussite des entreprises personnelles de chacun des pirates ». Et de conclure : « L’avenir des bibliothèques de statut public tient dans leur étroite imbrication avec les instances publiques qui gèrent aujourd’hui la société. Communes, universités, départements, tel est maintenant notre terrain d’action ».

Les métiers de la bibliothèque

15Or, dans leur institution justement, Bertrand Calenge procède à une séparation entre bibliothèque et bibliothécaires en défendant la nécessité, discours qui n’a pas toujours été compris ou apprécié, de faire appel à d’autres métiers : « Les temps ont évolué, et on voit apparaître dans les équipes des professionnels « autres » qui sont informaticiens, administratifs, animateurs numériques, travailleurs sociaux, webmestres, relieurs, médiateurs, etc., aux côtés des bibliothécaires. Et je parle bien de véritables professionnels, aux cursus spécifiques et aux savoir-faire s’inscrivant dans des référentiels de métier distincts de celui des professionnels des bibliothèques. »

16Ce faisant, il s’insurge contre la revendication si fréquente de polyvalence qu’il désigne comme une « tentation de la chasse gardée » : « Si […] le bibliothécaire se définit comme celui qui travaille dans une bibliothèque, il peut être tenté d'exclure de cette bibliothèque les autres professionnels ». Et d’ajouter : « Situer précisément le métier est indispensable, non pour se cantonner à des tâches listées dans des statuts, mais pour bien distinguer ce qui relève du cœur de l'activité et ce qui n'en est que la périphérie ». Il ajoute bien sûr, parce qu’il est pragmatique, que « c'est une question de taille d'établissement : plus celui-ci est petit, et plus les travaux accessoires seront prégnants ».

Un métier documentaire

17C’est arrivé à ce point que Bertrand Calenge en arrive à une définition claire et nette : « le métier de bibliothécaire, c'est de sélectionner des contenus – voire les produire parfois –, les structurer, en garantir une pérennité raisonnée, en construire la mise en contexte auprès de publics définis et en assurer la médiation auprès de ces derniers. Point ». On ne peut qu’en déduire que, si les autres activités sont considérées comme « périphériques », comme étant de nature à faciliter l’exercice de la mission centrale de la bibliothèque, c’est que celle-ci repose précisément sur les contenus. Point.

  • 6 Mis en place par l’ABF en 2013, ce forum professionnel peut être considéré comme un continuateur pa (...)

18Cette définition a fait l’objet d’un dialogue mémorable avec Bernard Majour, lui qui fit les délices de biblio-fr avant d’être un commentateur habituel des Carnets de notes puis d’autres blogs ou forums tels qu’Agorabib6. Malicieusement, il observe « qu’en changeant un seul mot. OUI, UN SEUL MOT, on obtient une définition terrifiante : […] le métier de GOOGLE, c’est de sélectionner des contenus – voire les produire parfois –, les structurer, en garantir une pérennité raisonnée, en construire la mise en contexte auprès de publics définis et en assurer la médiation auprès de ces derniers. Point. Et là, on se rend compte que la définition ne va pas… sinon plus personne ne viendrait en bibliothèque depuis l'avènement des moteurs de recherche ».

19À quoi Bertrand Calenge répond en évoquant la différence d’objectif et de contexte : « Google cherche une rentabilité publicitaire mondiale, les bibliothèques visent un service à une communauté donnée. Je soutiens mordicus que le cœur de notre métier réside dans le savoir au service d'une population, et en particulier Internet fait partie de ces services ».

Bibliothèque et bibliothécaires

20Si nous avons entre les lignes déduit la mission des bibliothèques de celle du cœur du métier de bibliothécaire tel que le conçoit Bertrand Calenge, ce dernier éprouve malgré tout le besoin de distinguer l’un de l’autre : « Je suis toujours étonné par ces professionnels des bibliothèques qui sans cesse s’effacent au profit de LA BIBLIOTHÈQUE, sans jamais affirmer leur fonction ni leurs actions ».

21C’est qu’il ne conçoit pas le bibliothécaire autrement qu’engagé personnellement dans son activité, apportant une aide concrète à des publics déterminés. Se méfiant d’une survalorisation de « la technique, vice très bibliothécaire », il y voit un « refuge professionnel », une « sidération du rassurement technique » : « Derrière tous les outils du monde, la légitimation du professionnel tient en sa capacité à établir des contacts vivants ».

22Et partant : « une bibliothèque, évidemment soumise à quelques impératifs organisationnels infrastructurels s’imposant à tout service public (ou entreprise privée) est avant tout une organisation de femmes et d’hommes d’abord convaincus et convainquants ».

24D’où une ferme position contre la censure : « je ne condamne aucun texte comme bibliothécaire. Je déplore seulement les anathèmes justement portés par des bibliothécaires. Je ne crois ni au bon ni au mauvais en matière de textes et de pensées, je crois au débat critique. Quant aux interdictions légales, je m'y plie volontiers, puisque justement je suis bibliothécaire employé par les pouvoirs publics et respectueux des règles communes ».

25On permettra à l’auteur de ces lignes de rapprocher cette exigence de celle qui suggéra à Bertrand Calenge de se désolidariser d’un soutien a priori de personnalités pour le motif qu’elles seraient en quelque sorte « des nôtres », au sens large, qu’il s’agisse du romancier Cesare Battisti ou du cinéaste Roman Polanski : c’est qu’il ne soutenait personne « comme bibliothécaire » mais ne raisonnait qu’en citoyen.

Métier, statut et profils de poste

26Si le métier est ainsi défini, qu’en est-il de la variété des postes, fonctions et statuts qu’on rencontre dans les bibliothèques du secteur public ? Bertrand Calenge avoue que « la structure des emplois, métiers, fonctions, etc. au sein des bibliothèques » est « un de [ses] dadas ». Aussi y revient-il à plusieurs reprises.

27Comme le ferait tout bon DRH, il distingue soigneusement les notions : « on construit des métiers (et des professionnels) sans compter sur les statuts pour les définir – ce n’est pas la fonction des statuts ». Il recherche pourtant une certaine adéquation entre statut et fonction quand il dénonce à la fois la « surqualification » et la « surresponsabilisation ».

28Dialoguant par blogs interposés avec Olivier Tacheau, qui sur-analyse l’inadéquation entre métiers et statuts dans le contexte des bibliothèques universitaires, il fait état d’un décalage : « Dans les bibliothèques publiques, on recrute pour un profil d'emploi, et ce sont les qualités requises pour cet emploi qui sont recherchées ; le statut est vécu comme un support secondaire. Dans les bibliothèques académiques, j'ai l'impression qu'on s'appuie sur l'exigence de la réalité statutaire, et que le profil d'emploi cède à cette exigence majeure ».

29Et finalement de définir le mot-clé qui nous occupe dans le présent texte : « un métier est un cadre collectif de définition de l'exercice d'une fonction partagée et reconnue, tant par les expertises et savoirs mis en œuvre que par l'évaluation de l'efficacité professionnelle affectée à cette même fonction partagée et reconnue. Et un métier, c'est un cadre qui, outre la reconnaissance entre pairs et le respect des autres métiers, apporte une opportunité de carrière adéquate. Bref, un métier est un besoin social incarné dans des individus rémunérés pour celui-ci, en même temps qu'il cumule des savoir-faire partagés ».

  • 8 Lors de la création de la filière culturelle territoriale par les arrêtés du 4 septembre 1991, une (...)

30Il semble qu’il n’ait jamais vraiment considéré qu’il y ait un métier de conservateur de bibliothèque. Il n’aborde le corps et cadre d’emplois de bibliothécaires que sous l’angle de la formation initiale, regrettant qu’on « n’exige pas initialement d’un bibliothécaire autre chose qu’un diplôme totalement généraliste ». Et de risquer une formule sur laquelle l’avenir lui donnera raison : « Les formations post-recrutement n’ont guère d’avenir »8.

31Mais sa réflexion bute sur le cas des agents de catégorie C. « Les bibliothèques publiques fonctionnent souvent avec les moyens du bord. Normalement, le personnel devrait être structuré, hiérarchisé, et les statuts des agents correspondre au niveau des tâches et responsabilités à accomplir. Je mets au défi quiconque de me montrer une telle bibliothèque ». Il admet la nécessité de « forces humaines spécifiquement dédiées à la manutention, à la régulation, à l’entretien matériel, à un accueil et une facilitation d’usage non marquée documentairement ». Sauf externalisation, il craint que ne se poursuive une errance « dans un no man’s land professionnel […] en espérance d’un autre concours ou emploi qui, enfin, leur donnerait accès à une sphère réellement professionnelle ».

La question de la médiation

32Revenons au documentaire. Si dans sa définition du métier de bibliothécaire de juin 2010 Bertrand Calenge lie la « sélection » et la « médiation » des contenus, ce dernier terme ne semble pas pour lui aller de soi. Sept mois plus tôt, rebondissant sur un débat se déployant sur le blog de Silvère Mercier, qui a beaucoup exploré la notion de médiation numérique, il avouait qu’il avait « jusqu’à présent préféré le terme d’accompagnement à celui de médiation ».

33Bertrand Calenge ne défend pas le métier de bibliothécaire au point d’en faire le maître des contenus qui sont pourtant au cœur du métier tel qu’il le conçoit : « la mobilisation recherchiste du bibliothécaire ne prétend aucunement maîtriser mieux que son client le champ des contenus au sein desquels il… cherche. Simplement, pour reprendre un vieil aphorisme, s’il ne connaît pas la réponse, il sait où la trouver ». Mais il ajoute « l’offre de la surprise, de la découverte » qu’il ne limite pas à la fiction : « ceux qui viennent chercher une information précise sont – en bibliothèque publique au moins – sans doute moins nombreux que ceux qui sont demandeurs de découverte ».

34Ce dont il se méfie de façon constante, c’est de la confusion entre médiation et dispositifs techniques : « il est parfois tentant de vivre heureux en restant caché derrière le dispositif ». Reproduisant la définition du mot médiation dans Wikipédia, Bertrand Calenge ne voit« nul dispositif, mais un être humain engagé personnellement. […] C'est lui qui porte la médiation, et non le dispositif ni l'institution. » Et de revendiquer la notion de « médiateurs cognitifs ».

35Constatant l’émergence des bibliothécaires de données, Bertrand Calenge admet « cette évolution complexe, ardue, et somme toute séduisante » mais tient à n’y voir qu’une facette du métier de bibliothécaire. « La dimension médiatrice du bibliothécaire immergé auprès de ses publics me semble une piste inestimable […]. À titre personnel, je reconnais suivre davantage ce chemin que celui du traitement des données ».

36Ainsi la médiation, apparue d’abord comme par effraction dans la démarche de Bertrand Calenge, finit chemin faisant, parce qu’il en tient pour les contenus et qu’il constate que ceux-ci, loin de se cantonner à des collections dûment constituées par sélection, sont définitivement éparpillés dans le grand tout numérique en réseau, par la consacrer définitivement.

  • 9 Bertrand Calenge, Les bibliothécaires et la médiation des connaissances, Paris, Éditions du Cercle (...)

37Son avant-dernier billet s’intitule très significativement « Les bibliothécaires médiateurs, justement ». Il y présente ce qui va être son dernier ouvrage, intitulé Les bibliothécaires et la médiation des connaissances9. Il en définit ainsi l’ambition : « Le terme de médiation est de plus en plus galvaudé. J'ai voulu replacer cela dans le contexte particulier des bibliothécaires, pour lesquels la transmission des savoirs est un impératif premier ». Et enfonce le clou : « non, ces techniques ne sont pas médiatrices par elles-mêmes, ce sont juste des outils possibles pour une médiation, comme le sont des rayonnages ».

38Ce passage des collections aux contenus, des contenus aux connaissances, n’empêche pas qu’à ses yeux « les bibliothèques doivent toujours s'appuyer sur la généalogie de leurs collections (indispensable à la construction de citoyens conscients de la société dans laquelle ils vivent) ». Il est manifeste cependant que Bertrand Calenge à travers les bouleversements qu’a provoqué la révolution numérique, a toujours creusé plus profond ce qui est pour lui la matière même de l’activité bibliothécaire : la connaissance, en direction de publics pour lesquels ces professionnels demeureront, d’une façon ou d’une autre, absolument utiles.

39Lui qui avait en réponse à un commentateur osé la formule suivante : « la fin ultime des bibliothécaires (ou de quelque nom qu'on les appelle) arrivera avec la fin de l'humanité » intitulera son dernier billet, qui s’est révélé être son billet d’adieu, Permanence bibliothécaire. On ne saurait mieux écrire.

Sélection thématique extraite de Carnet de notes

40La solubilité du bibliothécaire

41Mercredi 27 août 2008

42Dans un récent billet– déjà plus d’un bon mois, mais quoi, il y a eu des vacances ! –, « Silvère Bibliobsession » s’interrogeait sur la proximité du métier de journaliste (dans son évolution du IIIe millénaire) avec celui de bibliothécaire (dans un contexte itou). Il se trouve que j’ai récemment défendu des positions proches dans un récent ouvrage(que vous avez j’espère sinon déjà acheté du moins commandé !), en évoquant la proximité de certaines fonctions du bibliothécaire avec celles de l’éditeur, de l’archiviste, du documentaliste, etc. (j’avais omis le journaliste…). L’affirmation mérite d’être précisée dans son objet : je me méfie toujours des tentations d’un holisme « qui dilue chaque élément dans une globalité molle et rend incapable de penser précisément le distinct, qui réduit toute pluralité et gomme toute différence en une vision unitaire, uniforme. Qui rend l’action imprécise et conduit à l’impuissance et au totalitarisme » (Wikipédia, que je cite encore, oui !).

43La convergence des techniques

  • 10 [NDE] : Points d’actu se nomme désormais L’influx.

44Que les techniques soient homogénéisantes, c’est une évidence. Cela apparaît dans les outils utilisés : de plus en plus de bibliothécaires s’approprient le format EAD des archivistes lorsque les documents s’y prêtent (Pleade à la Bibliothèque de Lyon), comme les archivistes reprennent les formats MARC des bibliothèques pour leurs fonds de monographies. Cela prouve en passant que leurs fonds respectifs ne sont pas si étanches en termes de types de documents rassemblés… De plus, les outils disséminés sur Internet sont également utilisés par les différentes parties, pour les expositions virtuelles, pour les dossiers en ligne, etc. Comme la BM de Toulouse propose aux commentaires ses photos sur Flickr, les archives départementales proposent relecture et correction des écrits de l’Abbé Angot. La publication collaborative et hiérarchisée en ligne déjà connue des journalistes est découverte par les bibliothécaires (Points d’actu10). Mais ces fusions techniques questionnent bien au-delà de ces métiers de l’information lorsqu’apparaît Librarything qui fait de tout un chacun un bibliothécaire, ou Wikio qui propose à tout un chacun d’être journaliste, ou Picardia par lequel le Conseil régional de Picardie propose à tout un chacun de contribuer à un projet éditorial… Convergence des techniques ou dissémination sociale de celles-ci ? La bibliothécarisation du monde est en marche…

45La convergence des projets

46La question des techniques n’est donc qu’accessoire. La convergence me semble davantage se produire dans les relations aux utilisateurs. Nous passons progressivement de métiers d’imposition à des métiers de médiation. Le bibliothécaire sûr de choisir les bons livres, l’éditeur souverain, le journaliste imposant sa lecture des événements, sont passés de mode : en laissant sa place au lecteur, ils modifient profondément leur façon de travailler et même de penser. En associant les généalogistes au traitement des archives, en guettant le buzz d’Internet, en proposant de tagger les photos des bibliothèques, les professionnels de l’information adaptent leurs pratiques de façon convergente, puisque les publics des uns sont les publics des autres. Le même généalogiste fréquente les archives et les bibliothèques, s’intéresse à l’actualité journalistique, contribue sur Wikipédia : il en résulte en quelque sorte une adaptation commune des services et des pratiques des métiers divers.

47Autre point bien souligné par Éric Fottorino pour le journalisme, cité dans l’article de Bibliobsession dont je parlais : l’explosion de l’information disponible comme des canaux d’expression publique réduit le champ de la rareté de l’information que nous détenons. Bien sûr, il est des millions de livres qui ne sont pas sur Internet, bien sûr il est des archives que leur confidentialité réglementaire réserve aux institutions idoines, il est de la documentation protégée par le secret industriel ou commercial, mais tous ces métiers de l’information ne peuvent plus se cantonner à ce qui constituait leur champ d’excellence exclusif. Les pratiques comme les besoins de leurs publics – les mêmes publics rappelons-le – les conduisent à traiter également de cette masse électronique. Et dans ce cadre leurs métiers deviennent communément un art de la mise en perspective, de la construction d’une compréhension de l’information.

48Encore un autre point de convergence qu’on pourrait évoquer : leur commun intérêt à la liberté d’informer, dans les colonnes des journaux, sur les étagères des bibliothèques, sur la liberté d’accès des archives – dans leur cadre légal –, et tutti quanti. Je suis frappé par cette double nécessité de la distance critique et de la véracité due à l’utilisateur, dans tous les codes de déontologie par exemple – quelle que soit leur validité légale respective – :  bibliothécairesjournalistes,  archivistesdocumentalistes. Dire sans rien cacher, faire savoir, l’exigence est communément répandu, mais dans ces métiers cela relève de l’impératif (dé)ontologique. Sans cela, pas d’information critique, pas d’information vérifiée, mais risque de manipulation voire de propagande, bref point de métier d’information.

49Convergence donc, mais pas pour des raisons techniques, mais sociales. Et convergence ne signifie pas fusion : un archiviste n’est pas un documentaliste, un bibliothécaire n’est pas un journaliste. Pas seulement pour des raisons identitaires, mais pour d’autres raisons socio-institutionnelles. Tous leurs publics ont beau rassembler les mêmes personnes, ces professionnels ne jouent pas le même rôle d’accompagnement social. En clair, le public comme les institutions n’attendent pas d’eux la même gestion de l’information au service des mêmes populations. Une diversité créatrice en somme… Voyez-vous d’autres raisons ?

50Polyvalence du bibliothécaire : encore une ambiguïté ?

51Vendredi 11 juin 2010

52La question des métiers et statuts, que j’évoque assez (trop ?) souvent d’une façon sans doute insuffisamment orthodoxe, m’apporte des réactions extrêmement intéressantes. En l’occurrence, il s’agit de celles recueillies lors de mon intervention au dernier congrès de l’ABF sur la nécessaire diversification des métiers en bibliothèque, et de certains commentaires sur mon récent billet qui évoquait les écarts entre statuts, profils d’emploi spécifiques et profils de métiers. En particulier, je me rappelle l’étonnement d’une éminente documentaliste soulignant que les professionnels de la documentation étaient avides de stages dans des domaines relevant du marketing, de la documentation ou de l’informatique, et que ces compétences complémentaires (essentielles ?) étaient un atout précieux voire une compétence naturelle dans la recherche d’emploi et l’exercice de leurs fonctions. Ou encore, je me rappelle aussi la réticence d’un non moins éminent responsable de centre de formation de bibliothécaires, convaincu que la polyvalence du métier de bibliothécaire est une composante essentielle de ce métier. Ou enfin je renvoie à un des commentaires du billet cité où revient encore ce terme de polyvalence.

53Alors j’ai creusé un peu, intrigué par cette réitération de la polyvalence du bibliothécaire, retrouvée d’ailleurs dans la brève fiche du SIEP sur le métier de bibliothécaire où cette polyvalence est mentionnée fortement à la fois dans le descriptif de métier et dans le savoir-faire. Et je crois que j’ai encore trouvé un de ces termes flous dont nous raffolons volontiers. Je vous propose juste de creuser un peu ce drôle de concept, pour identifier clairement ce dont nous parlons quand nous parlons « polyvalence »…

54La perversité de l’employabilité maximale

55Christophe Eveaere, professeur à Lyon 3, pointe la première ambiguïté du terme en écrivant en liminaire du résumé d’un article intitulé justement « La polyvalence et ses contradictions » : « Il est souvent question de polyvalence lorsque les organisations cherchent à gagner en flexibilité et en productivité. Toutefois, le sens précis que recouvre cette notion de polyvalence n’est pas clair ». Et en effet, les enseignants du secondaire subissent bien cette propension gestionnaire à leur imposer une telle polyvalence dans leurs services d’enseignement, en dépit de leur plus ou moins grande incompétence disciplinaire dans les matières qu’on leur demande d’assurer complémentairement à leur spécialité initiale.

56Les bibliothécaires connaissent de très longue date les contraintes de devoir effectuer mille tâches diverses normalement dévolues à d’autres métiers, juste pour pouvoir assurer leur fonction de médiation et d’accompagnement documentaire et heuristique : certains s’improviseront informaticiens, d’autres se colletteront aux arcanes des finances publiques, j’en ai même vu dépanner des véhicules ou prêter la main à la peinture des murs… La faible reconnaissance de la nécessité sociale des bibliothèques en a longtemps été la cause, interdisant le recrutement d’agents en nombre suffisant et en qualifications adéquates, et l’imaginaire social ne pouvait concevoir qu’une bibliothèque soit un lieu de gestion administrative et informatique comme un lieu d’animations élaborées… mais y voyait tout simplement « l’espace des livres », bref une sorte de salon social de lecture. La crise actuelle ne risque pas de décourager de telles propensions gestionnaires.

57La polyvalence est-elle réductible à la multi-activité ? Il m’arrive de changer une ampoule (chose strictement interdite car je ne dispose pas de l’habilitation électrique !) ou de dépanner un photocopieur. Suis-je polyvalent pour autant ? Une distinction essentielle semble devoir être posée : si l’activité sociale dans une organisation peut amener naturellement à donner un coup de main ou à apporter son savoir-faire personnel face à une situation, la situation est toute autre s’il est entendu – contractuellement ou implicitement – qu’on sera un Mac Gyver  « omni compétent ». Dans le premier cas on exerce un savoir personnel pour simplement dépanner, dans le second on donne l’illusion d’une « omnicompétence » professionnelle qui, par facilité, interdit de questionner ou même de discerner la compétence essentielle.

58La tentation de la chasse gardée

59Ce qui est très étonnant, compte tenu de ces ambiguïtés au fond déprofessionnalisantes, c’est le succès que peut rencontrer cette ambition de polyvalence auprès des professionnels. On peut repérer pour cette appétence quelques arguments :

  • la continuité du service aux usagers confrontés aux savoirs conduit naturellement à vouloir tenir la chaîne d’un bout à l’autre : des systèmes informatiques à l’accueil, de l’état des lieux à la communication, de l’organisation de l’animation à la gestion administrative, tout concourt naturellement à optimiser cette médiation rationnelle ;
  • le travail parcellisé est rarement satisfaisant, et il est intéressant de pouvoir radicalement changer de fonctions dans un établissement sans pour autant quitter le métier de bibliothécaire ;
  • les logiques rationnelles de métiers différents sont souvent très étrangères aux réflexes, pratiques et modes de raisonnement des bibliothécaires. Il peut être jugé plus rapide et efficace de se passer du dialogue pédagogique et de la confrontation pour s’emparer soi-même de la question (d’autant que nous travaillons toujours dans l’urgence).

60Et puis, il faut bien l’avouer, la tentation du « entre soi » existe aussi, volontiers alimentée par les inévitables bisbilles qui peuvent survenir avec ces « autres » professionnels qui interviennent avec leurs logiques propres. Si, comme je l’ai déjà écrit, le bibliothécaire se définit comme celui qui travaille dans une bibliothèque, il peut être tenté d’exclure de cette bibliothèque les autres professionnels.

61Quelle polyvalence du métier de bibliothécaire ?

62Cela n’empêche pas d’acter le fervent attachement de nombre de bibliothécaires à cette fameuse polyvalence. Si la logique de la revendication du territoire de l’établissement n’est pas absente, si bien sûr de naturels soucis d’évolutions de carrière et de fonctions joue très fortement, on peut me semble-t-il apercevoir une cohérence dans cette revendication : le pressentiment parfois imprécis d’une cohérence globale jouant sur plusieurs tableaux.

63Les enseignants du primaire accordent également une grande importance à leur polyvalence, non tant en termes de spécialisation disciplinaire qu’en termes de globalité de leur action pédagogique. Et ils redoutent certaines tentations de spécialisation qui les guettent. Mais, soulignons-le, nul ne remet en cause l’exclusivité de ces « instituteurs » (pardon : « professeurs des écoles ») auprès de leurs classes, même si pour diverses raisons d’économies on envisage volontiers aujourd’hui de raccourcir cette « vie d’écolier » pour confier à divers financeurs le soin de s’occuper non tant des écoliers que des enfants à leur sortie du cadre strictement scolaire.

64Les bibliothèques sont dans une situation très différente : infusées dans la vie et l’administration collectives, elles sont beaucoup plus poreuses à celles-ci. Situer précisément le métier est indispensable, non pour se cantonner à des tâches listées dans des statuts, mais pour bien distinguer ce qui relève du cœur de l’activité et ce qui n’en est que la périphérie.

65Question de masse critique

66Je radote une fois de plus : le métier de bibliothécaire, c’est de sélectionner des contenus – voire les produire parfois –, les structurer, en garantir une pérennité raisonnée, en construire la mise en contexte auprès de publics définis et en assurer la médiation auprès de ces derniers. Point. Une telle ambition conduit naturellement à vouloir couvrir la chaîne entière des activités de la bibliothèque, voire – hélas – à vouloir toutes les assurer personnellement.

67Cette ambition sera presque naturellement encouragée dans de tout petits établissements (1 à 5 agents). Au-delà, faut-il toujours faire le choix de la filière culturelle pour les autres emplois ? Il est bien des métiers parfaitement identifiés dans la médiation sociale, l’informatique, l’animation, etc., qui permettront aux bibliothécaires de mieux remplir leur fonction en les dégageant de fonctions pour eux périphériques mais centrales et professionnellement essentielles pour ces autres métiers.

68Je ne souhaite pas ôter aux bibliothécaires le souci de la chaîne sociale et cognitive dont ils se sentent à juste titre comptables, et ce jusque dans les moindres détails. Mais je leur conteste le droit d’exclure du débat les autres professionnels pouvant intervenir sur cette chaîne, au prétexte que leur action se situerait dans une bibliothèque. Surtout si leur expérience et leur compétence les rendent vraiment pertinents pour la fonction qui leur est confiée, qu’elle soit managériale, sociale, éducative ou technique.

69Bien sûr, c’est une question de taille d’établissement : plus celui-ci est petit, et plus les travaux « accessoires » seront prégnants. Et il faudra peut-être se former pour décoder quelques arcanes d’autres métiers. Mais si l’établissement est légèrement plus important, il faut, vraiment, réclamer des professionnels ad hoc. On y gagnera en qualité, et en reconnaissance sociale : la bibliothèque ne sera plus seulement le lieu d’exercice du bibliothécaire, mais celui d’un informaticien, d’un technicien, d’un animateur, etc.

70Polyvalence ? Encore un concept flou… tant qu’on ne l’a pas clairement borné !!

71Faut-il encore évoquer une autre facette de notre métier, la passion ? Un responsable des ressources humaines (non, ce n’est pas à Lyon) me faisait part il y a quelque temps de son étonnement devant la posture des bibliothécaires, qu’il qualifiait de « militante » plus que « professionnelle ». Creusant un peu, j’ai compris que mon interlocuteur était étonné de voir des bibliothécaires intervenir sur tous les fronts de l’administration et des questions sociales (et scolaires, et informatiques, et budgétaires, et etc.) avec une égale conviction, sans borner clairement le champ de leur intervention.

72Je n’ai rien contre la conviction, bien au contraire, mais je partage en bonne partie la perplexité de mon interlocuteur (pas son étonnement : j’ai l’habitude, avec le temps…). Et je constate que la « dérive » pointée par ce responsable RH concerne essentiellement les collègues qui se veulent essentiellement généralistes, donc polyvalents. Le problème de cette revendication généraliste, c’est qu’elle pointe la non-spécificité d’un métier : hors les cadres rassurants de statuts protecteurs, un bibliothécaire sera ici un passionné de lecture, là un militant social, voire là encore un administrateur manager pilotant l’établissement. Bref, ce sera potentiellement quelqu’un d’autre qu’un bibliothécaire.

73Alors, qui sommes-nous professionnellement, et en quoi développons-nous des compétences qui nous rendent indispensables et uniques ? La polyvalence revendiquée (au-delà de cette polyvalence vécue que connaissent nombre de travailleurs) ne me semble pas être une bonne carte de visite…

74Commentaires au billet Polyvalence du bibliothécaire : encore une ambiguïté ?

751/ Commentaire par Antmeyl – vendredi 25 juin 2010

76Revendiquer une polyvalence (aptitude à exécuter différentes tâches, à occuper différentes fonctions), ce n’est pas revendiquer une quelconque omniscience-ominiprésence-omnipotence.

77Les tâches que nous sommes amenés à réaliser en tant que bibliothécaires, les fonctions que nous avons vocation à exercer sont diverses. Nous devons effectivement être polyvalents. Cela ne signifie pas prétendre pouvoir tout faire dans le lieu (physique ou virtuel) bibliothèque.

78Par exemple, je ne connais pas de bibliothécaire revendiquant de réaliser les tâches liées à l’entretien des bâtiments, du nettoyage à la plomberie en passant par le réseau électrique.

79Par contre, on ne peut pas nier que « sélectionner des contenus – voire les produire parfois –, les structurer, en garantir une pérennité raisonnée, en construire la mise en contexte auprès de publics définis et en assurer la médiation auprès de ces derniers » nécessite la réalisation de nouvelles tâches liée à l’évolution des supports de l’information, de leurs modes de production, de diffusion, de conservation et de médiation. Donc, nous devons être encore plus polyvalents qu’avant.

80Les informaticiens ont leur place en bibliothèque, mais les bibliothécaires ont leur place dans le numérique. Ce n’est pas une question de spécialisation vs polyvalence mais de complémentarité.

81De la même façon, les fonctions d’encadrement nécessitent beaucoup plus d’activités, de connaissances liées à la mise en place du management comme mode de gestion du personnel avec son cortège de techniques et de procédures nouvelles. Doit-on former des bibliothécaires au management ou les remplacer par des managers spécialisés dans le management ?

82Ce débat est réel, il a été tranché ailleurs au profit des managers considérés comme aptes à manager aussi bien une boîte de télémarketing qu’un établissement culturel, les activités du manager étant les mêmes d’un lieu à l’autre. Pour vous, les bibliothécaires doivent-ils renoncer à l’encadrement du personnel ?

83Réponse de Bertrand Calenge – vendredi 25 juin 2010

84@Antmeyl :

85Très intéressante observation, qui montre bien l’ambiguïté de la spécialisation. J’y répondrai en trois points :

  • Liminaire de clarification : je ne revendiquais pas tant la multiplication des spécialistes que l’ouverture des bibliothèques à d’autres métiers nécessaires, légitimes aux côtés des bibliothécaires qui, par conséquent, doivent mieux cerner et maîtriser leur propre métier.
  • Les managers : aussi bizarre que cela paraisse dans notre société imprégnée de préconçus flous, je suis extrêmement sceptique quant à la validité du « métier » de manager. Ce qui ne signifie pas que le management soit inutile, dès qu’il s’agit de mobiliser des équipes, et de peser les contraintes et atouts des moyens au regard des objectifs définis. Le concept autonome de manager est né, me semble-t-il, avec l’emprise croissante d’un objectif majeur dans les entreprises privées : faire un profit maximal. Dans ces conditions, le bon manager devient celui qui sait assurer ce profit maximal. Quitte à entraîner des dégâts sociaux considérables. Et il existe un marché pour cette espèce d’agent (voir Jean-Marie Messier, Antoine Zacharias, etc.). Le prestige rutilant de ces individus a fait émerger l’idée que c’était un métier à part entière. Dans la sphère des services publics, le manager comme métier n’existe pas, compte tenu de la différence de contexte…
  • Le bibliothécaire peut-il encadrer ? L’entreprise de pétrissage et de médiation des contenus que représente une bibliothèque nécessite à l’évidence que son cœur d’activité soit également au cœur du système hiérarchique. Dans ces conditions, il est indispensable que des cadres bibliothécaires encadrent et fassent preuve de talents de management, pour (je me répète) mobiliser des équipes, et peser les contraintes et atouts des moyens au regard des objectifs définis. Ce qui n’empêchera pas de réclamer également des talents de management à ceux des autres professionnels appelés à piloter avec eux des objectifs stratégiques et des équipes (secrétaire général, responsable de service informatique, etc.).

86J’ai eu l’occasion de rencontrer pas mal d’excellents managers dans la sphère publique, ces personnes à la fois intuitives, à la vision englobante autant qu’attentive aux détails. Certains étaient plus charismatiques que d’autres, mais tous, absolument tous, étaient ancrés dans un métier particulier qui n’est pas le management.

87Cordialement.

882/ Commentaire par Antmeyl – vendredi 25 juin 2010

89Merci pour ces précisions.

90Sur l’ouverture à des métiers complémentaires, en BU nous devons développer notre complémentarité avec les informaticiens mais également avec les enseignants. Les activités de formation sont de plus en plus importantes. Nous sommes spécialistes de l’information et des outils afférents. Ils sont les spécialistes de la formation des étudiants. Au-delà de l’effet de mode, les « learning centres » posent bien cette question.

91Sur les managers, je suis d’accord avec vous (tout en précisant que le regard que je porte sur le management comme mode de gestion du personnel est très sévère, mais ce n’est pas cela qui est en question ici).

92Cependant, la question de placer des administrateurs plutôt que des bibliothécaires à la tête des bibliothèques est réellement posée (cf. cette annonce : http://tinyurl.com/​3xxt8dn) et le sera de plus en plus tant l’aura du management est grande actuellement.

933/ Commentaire par Hervé – lundi 5 juillet 2010

94Vous posez très bien le problème (si je vous ai bien compris) : nous sommes tous, plus ou moins (vous évoquez les petites équipes) obligés de devenir des Mac Gyver, le plus souvent par manque de moyens et manque de reconnaissance sociale. Et nous finissons par en tirer une fierté mal placée. Laquelle nous amène à nous sentir propriétaires de notre bibliothèque, dans laquelle notre investissement personnel dépasse très largement celui d’un administratif dans son bureau. Mais j’ai connu des directeurs de services sportifs ou des responsables de CCAS faire des miracles par de l’investissement personnel et de la débrouille de haute volée. Et que dire de la filière animation ! Là aussi beaucoup de militantisme. Y a-t-il des métiers « à vocation » ? Ceci dit, il existe aussi des pleurnichards qui, considérant leur manque de moyens ou de reconnaissance, décident de ne rien faire et se complaisent dans le plus parfait immobilisme et le service minimum. C’est donc aussi une question de personnes.

95L’étonnement des DRH, teinté souvent d’agacement, face à ces « touche à tout », est compréhensible car nous empiétons sur leur domaine de façon quasiment naturelle, niant ainsi implicitement par-là que leur fonction puisse être un métier. Ceci dit, c’est eux qui nous demandent de « manager »…

96Mac Gyver n’est pas autre chose qu’un petit malin qui se sort de situations impossibles avec trois bouts de ficelle. Il est dans un discours d’urgence mais n’a aucune compétence particulière pour gérer une situation sur le long terme. La vraie polyvalence s’exerce effectivement quant au sein d’une équipe, nous décidons de faire une vraie place à un spécialiste (informatique, animation…) en admettant que sa méconnaissance des arcanes bibliothéconomiques n’est pas un obstacle. La polyvalence réelle est donc plurielle ou n’est pas.

97Une anecdote : j’ai connu en stage un formateur qui, dans un temps mort, nous a déclaré que la seule façon de progresser (carrière) était de « faire DAC » (Directeur de l’action – ou des affaires – culturelle). Cris d’horreur dans le cercle des bibliothécaires militants. Depuis, j’ai rencontré un DAC. Originaire du monde culturel (théâtre) et j’ai constaté qu’il se faisait une fierté d’être polyvalent (par nécessité disait-il) en utilisant au mieux les compétences des autres « acteurs » culturels, mais aussi administratifs, associatifs, touristiques même. Cet adepte de la synergie et du brainstorming avait probablement raison.

98Mais je pense qu’il ne savait pas dépanner un copieur…

994/ Commentaire par Isabelle – mardi 6 juillet 2010

100Bonjour,

101je suis moi-même une « généraliste » de la culture et je le revendique haut et fort car ceci est pour moi synonyme d’ouverture.

102Je dirige aujourd’hui un petit centre culturel avec à l’intérieur une petite bibliothèque. Et je pense que la richesse des compétences de l’équipe (bibliothécaires, généralistes, animations) contribue grandement au dynamisme de notre établissement. Nous n’avons pas les mêmes parcours, les mêmes points forts, les mêmes visions quelques fois, mais c’est justement de cette confrontation que naissent les plus belles réalisations.

103Réponse de Bertrand Calenge – mardi 6 juillet 2010

104@ Isabelle,

105la polyvalence est une chose, à mesurer à l’aune des spécialités professionnelles : je note que vous mentionnez d’autres métiers (professions ?) dans l’équipe que vous animez : bibliothécaires, animations (animateurs ?). Mais j’ai du mal à voir ce que vous dénommez « généralistes » (vous ?).

106Une chose est de partager ou piloter un projet collectif, une autre est de revendiquer l’universalité des compétences. Sans ce recul préalable, attendez-vous à mobiliser toutes sortes de contrats temporaires, d’agents non formés, et le tout sans perspective de carrière dans leur engagement.

107Permettez-moi de souligner que je ne parlais pas de « généralistes » (drôle de concept quand on ne s’inscrit pas dans un métier spécifique, comme les médecins du même nom), mais de polyvalence, concept redoutable dès que la structure atteint une certaine ampleur : de même qu’une bibliothèque occupant 50 agents ne peut penser son activité avec les seuls bibliothécaires, un centre culturel atteignant cette masse critique ne peut se contenter d’avoir recours à ce terme indéfini de « généraliste ».

1085/ Commentaire par Loïc – vendredi 9 juillet 2010

109Tout le monde ne semble pas parler de la même chose. Si vous situez le seuil de tolérance, (vous parlez de masse critique) si l’on peut dire, de la polyvalence à partir de 50 agents, les vraies petites équipes, de moins de 10 ou 15 professionnels (professionnels ou seulement salariés au fait, mais c’est un autre débat), incluant parfois des bénévoles ou des partenariats très interdépendants avec des structures associatives, ne peuvent pas suivre votre proposition-typologie. Pour nous, car, comme Isabelle, j’en suis, quand nous nous disons polyvalents ou généralistes, cela a un sens très précis au quotidien. C’est un enrichissement et une nécessité. Entre autres domaines, cela touche aussi à la sectorisation, la hiérarchisation des tâches, cohérence du projet d’équipe, c’est toute une organisation derrière. Une organisation où le spécialiste qui souhaiterait se cantonner à son domaine est plus un handicap qu’un atout.

110On pourrait poser la question à l’envers : à partir de combien de personnes peut-on se permettre de « lâcher » la polyvalence (à services rendus, population desservie et structure égales) ? Dans une équipe de généralistes, l’interdépendance des uns vis-à-vis des autres (compétences, savoir-faire, provenance sociologique différente, etc.) est très forte.

111Un généraliste ne revendique pas « l’universalité des compétences » (qu’un spécialiste n’a pas non plus), il essaie simplement d’atteindre collectivement un niveau d’efficacité maximal, dans un domaine professionnel qui, nous le savons tous, recouvre de plus en plus de choses.

112Et pourquoi pas un diplômé en psycho pour aider une équipe à mieux appréhender cette notion « d’acteur du lien social » dont on parle tant ? Après tout…

113Réponse de Bertrand Calenge – vendredi 9 juillet 2010

114@ Loïc,

115Décidément, je n’aurais jamais dû évoquer une question de masse critique en citant des images chiffrées ! Tout réside dans le projet spécifique de la bibliothèque (et de la collectivité que le bibliothécaire aura su convaincre ou qui lui aura prescrit une priorité).

116Simplement je sais par expérience que la seule animation d’un lieu de savoir ouvert à tous très libéralement dans une petite commune mobilise les énergies d’équipes nécessairement réduites : les compétences majeures et communes seront donc celles du « cœur de métier » de cette entreprise, même si les bibliothécaires – puisqu’il s’agit d’eux – auront alors à s’inventer animateurs, informaticiens, etc.

117Mais prenons un exemple imaginaire : un maire décide, dans sa commune restreinte, de jouer la carte du numérique à la bibliothèque, alors que l’équipe ne compte que 5 bibliothécaires polyvalents par nécessité. Il est prêt à investir de l’argent et un poste de plus. Quel poste choisir ? À prendre encore un bibliothécaire, on risque de dériver vers un renforcement des actions entreprises. Même si ce bibliothécaire a une culture numérique, il risque de se couler dans des raisonnements bibliothécaires. En osant aller recruter un informaticien à l’esprit large, curieux et cultivé, on provoque un dialogue, on échange avec une culture professionnelle différente, et on peut inventer des choses intéressantes. Pourvu qu’il soit clair que l’informaticien entre dans l’intention de service portée et affirmée par le bibliothécaire chef de service.

118Et ce raisonnement peut s’appliquer à tout type de métier. La vraie question n’est pas tant dans la polyvalence posée comme préalable, mais dans la définition des missions individuelles, source d’identité et de compétences reconnues. Après, la polyvalence intervient au gré de la vie et de ses contraintes, en travail d’équipe, avec toute sa richesse d’expériences nouvelles pour ceux qui l’assument…

119Cordialement.

1206/ Commentaire de Bernard Majour – dimanche 11 juillet 2010

121« Mais prenons un exemple imaginaire : un maire décide, dans sa commune restreinte, de jouer la carte du numérique à la bibliothèque, alors que l’équipe ne compte que 5 bibliothécaires polyvalents par nécessité. Il est prêt à investir de l’argent et un poste de plus. Quel poste choisir ? »

122Animateur multimédia.

123Telle sera la réponse.

124Pour la masse critique, je pense que l’on porte à faux.

125Ce n’est pas tant le nombre que les compétences personnelles de chacun qui interviennent.

126Un bibliothécaire qui n’est pas polyvalent en informatique (ou en transmission de savoir – informatique ou autre… nul ne peut s’inventer pédagogue) ne pourra pas répondre aux besoins des usagers.

127Même si ce bibliothécaire est excellent par ailleurs, on ne peut pas lui demander l’impossible.

128Soit de maîtriser ce qu’il déteste (ou ce qu’il ne peut connaître, faute de temps à investir).

129Plus les bibliothécaires sont nombreux dans une structure, plus certains peuvent se spécialiser dans leurs domaines de prédilection (et y investir du temps).

130Et surtout plus on a de probabilités d’avoir des compétences doublées (possédées par plus d’une personne), ce qui évite la fermeture de « service » en cas de départ du bibliothécaire « polyvalent dans ce domaine », ou simplement en cas de maladie ou de congés.

131Car, que se passe-t-il dans l’exemple imaginaire ?

132On ouvre un service numérique. Et l’animateur multimédia est malade… ou part en congé.

133Si on n’a pas un bibliothécaire polyvalent, même avec moins de connaissances dans le domaine, le service est arrêté, faute de ressources humaines.

134Cette situation est vérifiée dans les grandes bibliothèques (Le conservateur n’est pas là, personne ne poursuit son service de validation des demandes).

135La polyvalence, c’est aussi de la complémentarité.

136Et la capacité d’assurer un minimum de service dans plusieurs domaines.

137(exemple : changer une ampoule ! : o) ou plus anodin rebrancher les câbles d’un ordinateur, relancer une douchette qui ne s’est pas initialisée, etc.)

138Cette complémentarité (polyvalence) est absolument nécessaire dans les petites/moyennes structures, où on ne peut pas dire longtemps : attendez le retour de mon/ma collègue… dans trois semaines !

139Je sais bien que pour un conservateur d’une grosse bibliothèque (très attaché à définir le cœur métier), le propos de la polyvalence est quelque peu irritant.

140Mais que je sache, un conservateur est sans aucun doute capable de tenir une banque de prêt ou de couvrir un livre, ou de savoir répondre aux doléances d’un usager (en retard pour de bonnes raisons), bref de couvrir tout le spectre d’activité de la bibliothèque. Hors spécialités propres à des métiers spécifiques.

141Encore que nous savons lire et chercher de l’information : ce qui ouvre à la polyvalence.

142La polyvalence pratique est peut-être plus délicate à appliquer, mais on en est capable… en attendant l’arrivée d’un spécialiste, ou au moins pour les premiers « secours ».

143D’un spécialiste. Si on peut se le payer ! Question de budget.

144Et là, en petite structure, on n’a pas le choix. Cette acquisition de « spécialiste », pour une durée temporaire, se réalise au détriment d’autre chose.

145Alors oui, je maintiens ma position de polyvalent. Non pas par ambition, mais bel et bien par obligation.

146Maintenant, si on m’envoie des spécialistes dans certains domaines, ou si je peux leur renvoyer les usagers demandeurs de ces spécialités, c’est aussitôt fait !

147Parce que je suis polyvalent et non poly-expert.

148Et je l’avoue, je ne cracherai pas sur un peu d’aide au niveau des acquisitions/conseils aux lecteurs de la part d’experts du cœur métier !

149Si on peut vraiment parler d’un cœur métier, tel que défini :

150« Je radote une fois de plus : le métier de bibliothécaire, c’est de sélectionner des contenus – voire les produire parfois –, les structurer, en garantir une pérennité raisonnée, en construire la mise en contexte auprès de publics définis et en assurer la médiation auprès de ces derniers. Point. »

151Parce qu’en changeant un seul mot. OUI, UN SEUL MOT, on obtient une définition terrifiante !

152« Je radote une fois de plus : le métier de GOOGLE, c’est de sélectionner des contenus – voire les produire parfois –, les structurer, en garantir une pérennité raisonnée, en construire la mise en contexte auprès de publics définis et en assurer la médiation auprès de ces derniers. Point. »

153Et là, on se rend compte que la définition ne va pas… sinon plus personne ne viendrait en bibliothèque depuis l’avènement des moteurs de recherche.

154Autre point qui ne va pas, baser le métier de bibliothécaire sur les contenus, et sur les seuls contenus.

155La preuve irréfutable : pourquoi créer des points d’accès à Internet en bibliothèque dans ces conditions !?

156Pour l’accès à quels contenus ???

157Ceux de la bibliothèque ???

158– « Sans rire ? »

159Sans oublier les séjourneurs, et les statistiques indiquant que les usagers ne mettent pas les contenus en première position.

160Alors, non, cette définition ne convient pas.

161Je suis désolé de le dire.

162Mais je commence à être long, et je vais cesser là pour aujourd’hui.

163Bien cordialement.

164Réponse de Bertrand Calenge – dimanche 11 juillet 2010

165@ Bernard Majour,

166Sur le premier point, vous sous-estimez la compétence et les atouts d’un espace numérique. S’il ne s’agit que de prendre des rendez-vous pour que les visiteurs occupent des postes, un bibliothécaire peut le faire. Ou devrait pouvoir, ce n’est malheureusement pas évident. S’il s’agit d’organiser ateliers de formation ou de création, je crois en avoir vu assez pour affirmer que c’est un vrai métier, et l’animateur est largement légitime. Donc, bien sûr et heureusement, l’animateur multimédia prendra des vacances (ou malheureusement tombera malade) : rien n’empêche de maintenir l’accès aux postes réservés sur rendez-vous. L’animation et la formation en souffriront, mais… Le bibliothécaire, palliant [à] l’absence de son collègue animateur, n’en acquiert pas les compétences ou du moins pas plus que l’animateur qui, rencontrant un visiteur égaré et l’orientant vers les bons rayons ou lui débrouille son chemin, n’acquiert des compétences bibliothécaires…

167Venons-en au second point, en l’occurrence votre évocation de Google. Puis-je vous suggérer de remplacer aussi dans ma citation votre Google par « la télévision » ?! Mais bien sûr qu’éditeurs, libraires, bibliothécaires et opérateurs de recherche partagent le commun intérêt de brasser des contenus ! Mais pour qui et pour quoi faire ? Google cherche une rentabilité publicitaire mondiale, les bibliothèques visent un service à une communauté donnée. Je soutiens mordicus que le cœur de notre métier réside dans le savoir au service d’une population, et en particulier Internet fait partie de ces services. J’ai trop étudié les publics de nos bibliothèques pour laisser croire que Google (moteur de recherche) ou McDonald (et ses accès wi-fi) représentent le même enjeu pour nos publics, enfin ceux que nous voudrions servir. Un utilisateur d’Internet n’accède-t-il pas à des contenus ? N’organisons-nous pas cet accès ? Ne pouvons-nous imaginer de les y accompagner ? Tiens, je reviens à ce fameux animateur numérique, membre éminent de la communauté professionnelle des bibliothèques…

168Cordialement.

1697/ Commentaire par B. Majour – lundi 12 juillet 2010

170@Bertrand

171Je sous-estime les atouts d’un espace numérique ?

172Que non pas.

173Pour avoir suivi les formations Sapiens dans ma région, je sais très bien ce que peut apporter un espace numérique.

174Je sais aussi qu’on peut en ouvrir sans aucune bibliothèque autour.

175Et si on mêle les deux, c’est pour obtenir une synergie entre deux courants d’intérêts.

176(Cependant, pour les contenus, on en est tout de même assez loin… et les bibliothécaires sont encore très orientés supports physiques. Mais c’est une autre histoire.)

177L’animateur multimédia, bien sûr que c’est un vrai métier.

178Comme celui de formateur (je peux le confirmer ;-)… oui, l’informatique mène aussi à la polyvalence pour les esprits curieux.)

179« Le bibliothécaire, palliant à l’absence de son collègue animateur, n’en acquiert pas les compétences. »

180C’était effectivement une question de la formation Sapiens :

181– Dans une petite structure, comment assurer la base de cette formation (vers les usagers) ?

182Pour certains bibliothécaires, le veto a été immédiat : ce n’est pas mon métier.

183Mais pour bien d’autres, il n’y avait pas incompatibilité.

184Bien sûr, ça oblige à se former – un peu.

185À se dépatouiller – pas mal.

186(Et à réfléchir à ce qui est produit comme contenu ! à comment le mettre en valeur, etc.)

187Ce qui nous amène assez loin de la sélection, pure et dure, de contenus.

188À moins que le bibliothécaire ne soit un contenu par lui-même.

189Second point.

190Changeons Google par télévision (pour ma part, j’ai aussi envisagé, Roi/Reine, et journaliste)

191« Je radote une fois de plus : le métier de la télévision, c’est de sélectionner des contenus – voire les produire parfois –, les structurer, en garantir une pérennité raisonnée, en construire la mise en contexte auprès de publics définis et en assurer la médiation auprès de ces derniers. Point. »

192Bien sûr, la définition fonctionne aussi, même si j’ai plutôt lu que le métier de la télévision, c’était d’obtenir du temps de cerveau libre pour la publicité.

193« Comment TF1 vend du temps de cerveau disponible »

194Comme la télévision diminue de plus en plus en qualité, comme en intérêt auprès des jeunes générations, changeons directement télévision par Internet

195« Je radote une fois de plus : le métier d’Internet, c’est de sélectionner des contenus – voire les produire parfois –, les structurer, en garantir une pérennité raisonnée, en construire la mise en contexte auprès de publics définis et en assurer la médiation auprès de ces derniers. Point. »

196Qui fonctionne aussi bien.

197Bref, une définition fourre-tout. (Qui peut servir à tout le monde, en changeant un seul mot ? sic !)

198Et qui ne prend pas en compte les spécificités du métier de bibliothécaire.

199Ni les chartes émises par la profession.

200Charte des bibliothèques : Article 3, Article 7.

201Oui, car c’est bien là ce qui nous différencie des autres professions.

202Autre point qui me semble capital, et capital oublié, dans cette définition : le public ! (public rejeté loin dans la définition.)

203Ce qui m’a incité à les réécrire aussitôt comme suit : « Je radote une fois de plus : en réponse à une demande, le métier de bibliothécaire, c’est de sélectionner des contenus – voire les produire parfois –, les structurer, en garantir une pérennité raisonnée, en construire la mise en contexte auprès de publics définis et en assurer la médiation auprès de ces derniers. Point. »

204À se demander même si le métier de bibliothécaire, ce n’est pas de répondre aux besoins (ponctuels ?) des usagers, par le biais de collections, ou par le biais d’accès, toujours dans un esprit démocratique et ouvert. Sans aucun sous-entendu manipulateur ou marchand.

205Oui, voilà ce que m’évoquent les questions posées dans votre réponse au second point.

206« Mais pour qui et pour quoi faire ? »

207Google cherche une rentabilité publicitaire mondiale, les bibliothèques visent un service à une communauté donnée.

208=> Les bibliothèques… mais quel service ? Dans quels cadres et quelles bornes ?

209Je soutiens mordicus que le cœur de notre métier réside dans le savoir au service d’une population, et en particulier Internet fait partie de ces services.

210Un utilisateur d’Internet n’accède-t-il pas à des contenus ?

211Il accède à des contenus, qui ne sont pas les nôtres. (donc, les contenus ne sont plus, ne seront plus d’ici peu de temps au cœur du métier. Nous n’en aurons plus la maîtrise, et nous ne l’avons déjà plus.)

212N’organisons-nous pas cet accès ?

213Organiser l’accès

214(je note et souligne le mot organiser)

215« Mais pour qui et pour quoi faire ? »

216Et l’accès vers quoi ?

217« Ne pouvons-nous imaginer de les y accompagner ? Tiens, je reviens à ce fameux animateur numérique, membre éminent de la communauté professionnelle des bibliothèques… »

218Tout à fait, enlevons le support physique, dépouillons-nous des collections (même numériques).

219Cela nous met-il à nu ou à mal ?

220Serions-nous incapables d’exercer notre métier ?

221Enlevons les os et cherchons vraiment le cœur :

222« Ne pouvons-nous imaginer de les y accompagner ? »

223Voilà qui me paraît plus proche du cœur métier, tel que je le ressens et le vis tous les jours.

224Bien cordialement.

225P. S. : « Tiens, je reviens à ce fameux animateur numérique, membre éminent de la communauté professionnelle des bibliothèques… »

226Plus amusant : il n’est pas formé par le monde des bibliothèques. Significatif ?

2278/ Commentaire par Loïc – mercredi 14 juillet 2010

228La polyvalence n’est pas la compétence, encore moins l’expertise, c’est la capacité à acquérir un savoir minimal permettant effectivement de ne pas laisser le guichet vide. Nous venons de recruter un animateur multimédia (de niveau 1 en informatique) pour « tenir » le secteur. Sa mission comporte une partie pédagogique consistant à nous enseigner le minimum nécessaire au fonctionnement de l’espace multimédia. En retour nous nous appliquons à lui apprendre à choisir et cataloguer les documents de type DVD et CDROM, et bientôt à les acquérir. Mais nous avons fait un choix, car il n’était pas question d’embaucher « en plus » un animateur multimédia, mais suite au départ d’un « généraliste », de choisir un poste plus spécialisé. Bernard Majour fait sans doute semblant de s’illusionner, pour les besoins de la démonstration, sur la générosité des décideurs. Si à chaque service nouveau un tant soit peu spécialisé, devait correspondre une embauche nouvelle, ça se saurait…

229Mais justement, que sommes-nous en train de fabriquer de nouveau avec ce recrutement ? Rien. Rien d’autre que de perpétuer cette situation de polyvalence, nécessaire. Que sera devenu notre animateur multimédia dans quelques années ? Un polyvalent, ou un généraliste, comme vous voulez. Et le reste de l’équipe en saura un tout petit peu plus en informatique. C’est tout.

230La limite d’expertise des petites structures est fixée très justement par B. Majour : développer une complémentarité minimale (et « les premiers secours ») pour ne pas arriver à dire « attendez le retour de mon/ma collègue… dans trois semaines ». Assurer à tout prix la pérennité du service. Et là il s’agit davantage d’accueil que de niveau d’expertise.

231À ce jeu-là, nous nous rapprochons dangereusement de ces grosses structures qui, pour faire face à des hausses, parfois inconsidérées, des heures d’ouverture, n’hésitent pas à recruter des vacataires, contractuels, voire bénévoles, pour « tenir la permanence » : Quid du service rendu ?

232Cet intéressant débat où les concepts d’expertise, de complémentarité, de polyvalence, de généraliste, se mêlent allègrement au fil du discours, me laisse un goût un peu amer dans la bouche : Tout comme on peut remplacer bibliothécaire par Google (ou télévision, c’est vrai), j’ai parfois l’impression que l’on n’ose pas prononcer le mot : amateur, dilettante. Au fond, si l’on nous enlève nos faux-savoirs (Dewey, Rameau, Unimarc), notre jargon, nos incompétences managériales et nos faiblesses administratives et budgétaires (je ne parle même pas du prestige, il y a longtemps qu’il a fait ses valises), que reste-t-il de nous, pauvres généralistes, pauvres contorsionnistes, noyés dans un quotidien de tripoteurs de l’urgence ?

233En insistant sur des notions comme la qualité de l’accueil, le lien social, la médiation, notre capacité à nous glisser dans tous les rôles, nous déplaçons insidieusement le « cœur de métier » vers des concepts finalement très généralistes. À notre portée.

234Comment s’étonner alors que nous y mettions notre fierté ?

235Statut, métier, et profil de poste

236Vendredi 2 octobre 2009

237Olivier Tacheau, revenant  sur son billet à l’occasion du mien et des commentaires associés, continue de s’interroger sur la question de la position des magasiniers et adjoints du patrimoine – et plus généralement des agents de catégorie C – en relevant que les réponses doivent passer par l’action concrète, distincte et contextuelle et non dans le souhait de changements structurels généraux/reux qui ne viendront pas (passer tous les C en B, modifier les grilles d’avancement, augmenter les salaires, etc.)

238Je passe sur les autres considérations, et voudrais poursuivre ici sur ce point particulier – c’est rigolo, ces dialogues par blogs interposés, qui donnent du corps aux itérations de l’hypertexte… et le tournis aux lecteurs !/–.

239Résumé des épisodes précédents : dans un environnement qui professionnalise de plus en plus les acteurs, il reste une catégorie générique (C) dont le statut est tellement flou (reportez-vous aux billets d’Olivier et de moi-même) qu’aucun métier n’arrive à en définir des objectifs et des compétences, et à en organiser la reconnaissance. Je constate que les réalités concrètes des établissements feront fonctionnellement obstacle à une définition de métiers des adjoints du patrimoine (ou des magasiniers…), et Olivier encourage à conduire la réflexion au sein des établissements eux-mêmes sans attendre ou redouter une évolution des statuts. Fin du résumé.

240J’ai un peu l’impression que la différence entre SCD et BM (pour parler vite, en fait c’est peut-être une différence entre établissements d’enseignement supérieur et collectivités territoriales) tient surtout à la place du statut dans la définition du métier.

241Dans les SCD, le statut est roi. Cela n’empêche pas que l’application effective et concrète de celui-ci (dans le contexte d’un établissement donné) puisse connaître des biais importants : j’ai encore en mémoire la façon méprisante de traiter les bibliothécaires d’État lors de leur émergence dans nombre d’établissements au cours des années 1990, alors que leur statut les garantissait comme cadres : ici considérés comme BAS surqualifiés, là qualifiés de A- (oui : « A-moins », vous avez bien lu !!). J’ai cru comprendre que leurs compétences en matière de gestion de projet et de management d’équipes au public avaient fini par les faire reconnaître : c’est vrai ? Dites-moi que tout roule aujourd’hui, s’il vous plaît !!!

242Dans les bibliothèques territoriales se déroule un autre processus pas inintéressant. Certes, le statut est là, et sert de fondement aux fonctions sur lesquelles la hiérarchie est susceptible de réclamer compétences et efficacité. Mais s’introduit progressivement l’idée – au moins dans les plus importantes collectivités – que le statut n’est qu’un cadre générique, ou pour parler FPT une filière. Cadre certes prescriptif, mais non définition de métier.

243Et certaines collectivités se hasardent à aller plus loin que le statut (général) et le profil de poste (adéquat à un poste particulier dans une fonction particulière), le second devant évidemment être compatible avec le premier. Et on s’oriente parfois vers ce que je n’hésiterai pas à appeler un « profil de métier » (même s’il porte rarement ce nom). Quid est ?

244Un profil de métier définit un ensemble de missions et de compétences dans un environnement donné, précisant un statut et – autant que possible – prévoyant une possibilité d’évolution de carrière au sein du même métier et de la même filière.

245Ça vous paraît fumeux ? Alors un exemple avec une filière de plus en plus présente en BM sans être la filière culturelle : la filière animation. À quoi servent les adjoints d’animation (catégorie C) et les animateurs (catégorie B) dans une BM ? Trois axes (au moins) peuvent être dégagés :

  • les animateurs purs et durs : spécialisés dans les expositions, les événements culturels, etc., tant dans leur réalisation que dans leur montage matériel ;
  • les animateurs numériques ou multimédias : chargés de gérer la pédagogie du numérique auprès des publics ou les ateliers de création à l’aide de cet outil ;
  • les médiateurs socio-culturels : chargés de gérer les conflits, de nouer des contacts avec les acteurs sociaux et culturels du territoire, d’explorer le « hors les murs ».

246Dans les trois axes, on parle toujours de la filière animation, et pour la plupart de la catégorie C. Mais en construisant des profils de métier, réclamant des compétences distinctes, on définit des fonctions, on articule leur action avec les autres agents de façon positive et complémentaire, on élabore un référentiel de compétences, on peut construire des programmes de formation ad hoc. Ce qui n’empêche pas par ailleurs de définir des profils de poste insistant davantage sur tel ou tel aspect du métier identifié, dès lors qu’il s’agit de recruter, mais toujours en respect de ce profil de métier.

247Cela se fait bien sûr à condition de disposer d’un nombre d’agents suffisants, et bien sûr en conformité avec le cadre fixé par les statuts (et on ne va pas inventer de nouveaux statuts pour autant !). Mais on construit des métiers (et des professionnels) sans compter sur les statuts pour les définir – ce n’est pas la fonction des statuts – ni sur la seule bonne volonté des établissements dans leur cuisine interne, pour les voir reconnus au niveau d’une ville (voire de plusieurs, on peut rêver !).

248Alors ma question reste pendante : quid du ou des métiers des adjoints du patrimoine, ou des magasiniers ?/

249Commentaires au billet Statut, métier, et profil de poste

2501/ Commentaire par Dominique Lahary – jeudi 8 octobre 2009

251Ma réponse est constante : les métiers ne sont pas dans les statuts, ou très mal.

252Un métier est une notion de gestionnaire de ressources humaines : ensemble de postes entre lesquels on peut passer sans avoir à refaire une formation lourde. Il définit à la fois l’aire de mobilité d’un individu et le bassin de recrutement pour une offre d’emploi.

253Le statut définit des conditions d’accès et une carrière. C’est un cadre rigide mais donnant des garanties au personnel, avec lequel il faut composer pour recruter, promouvoir, affecter. Et qui est par exemple strictement incompatible avec le fameux principe « à travail égal salaire égal ». Le statut est selon moi à la gestion des ressources humaines ce qu’est le rire selon Bergson : du mécanique plaqué sur du vivant.

254Les « démarches métiers » que conduisent les collectivités territoriales permettent de rassembler un ensemble de profils de poste. Il est conseillé de ne pas les coller aux statuts.

255On m‘a demandé de coordonner un dossier sur la catégorie C dans le numéro d’octobre de la revue BIBLIOthèque(s), qui doit être sous presse. Pas un instant je n’ai songé qu’il [f]allait définir, dans ce numéro, un métier d’adjoint du patrimoine, au demeurant commun à toute la filière culturelle territoriale.

256Réponse de Bertrand Calenge – jeudi 8 octobre 2009

257Dominique,

258Je vois que nous sommes d’accord, notamment lorsque j’évoque dans ce billet la (possibilité ? non !) nécessité du profil de métier. Et tu as lu mes exemples sur la filière animation.

259Il n’empêche que pour un adjoint du patrimoine, un profil de métier (ou plusieurs métiers ?) reste à élaborer. Or cette élaboration suppose des points de repère ancrés dans la réalité des tâches et responsabilités, des identifications de compétences spécifiques. Pour ce faire, il faut que l’appareil bibliothèque laisse quelque place à ces identifications… Et c’est ça qui est dur, surtout compte tenu des modalités de recrutement actuelles !!

260D’autant que, tu as beau dire, les profils de métiers, s’ils ne doivent pas coller aux statuts (et je suis mille fois d’accord !!!), doivent en respecter le niveau de compétence et de responsabilité (sauf à élaborer un subtil profil de métier de bibliothécaire polyvalent payé au SMIC !)

261Amicalement

2622/ Commentaire par Antmeyl – vendredi 9 octobre 2009

263@bcalenge : on parle de « A-moins » ou de « petite A » en référence à la grille de rémunération des bibliothécaires qui est inférieure au A-type. D’où la revendication constante des syndicats d’une grille A-type pour les bibliothécaires.Quant à savoir si « leurs compétences en matière de gestion de projet et de management d’équipes au public » seraient désormais reconnues, je ne connais pas de statistiques à ce sujet. Les profils de postes des collègues de ma promotion étaient très variés et allaient de technicien à personnel d’encadrement.

264@Dominique Lahary : je ne comprends pas en quoi le statut est incompatible avec le principe « à travail égal, salaire égal ». Il me semble que c’est plutôt l’écart entre le profil de poste et l’emploi statutaire qui lui sert de support qui fait éclater ce principe. Les exemples d’employeurs publics qui recrutent des collègues surqualifiés en catégorie C sur des profils de poste de B ou de A sont légion.

265Rien n’empêche l’adéquation statut/métier si ce n’est le manque de volonté politique pour une refonte des statuts et l’intérêt que trouvent certains employeurs publics à fustiger leur « rigidité » pour justifier l’interprétation abusive qu’ils en font, au détriment des agents au nom d’une souplesse/flexibilité/adaptabilité qui se résume à payer moins le travail fait (un travail technique comme un travail d’exécution, un travail scientifique ou d’encadrement comme un travail technique).

266Cordialement.

267Réponse de Bertrand Calenge – vendredi 9 octobre 2009

268@ Antmeyl,

269Je n’ignore pas la différence d’échelle de rémunération qui existe entre les bibliothécaires et par exemple les conservateurs (d’autant que je me suis battu depuis 1992 pour que les bibliothécaires aient une carrière analogue à celle des attachés, avec un grade terminal de bibliothécaire principal). Mais je n’ai jamais entendu parler des attachés comme de « A moins » de la part des administrateurs, et je vous assure que cette qualification entendue dans la bouche de plusieurs conservateurs (notamment élèves fonctionnaires) n’avait pas grand-chose à voir avec l’échelle de rémunération, hélas ! Cela dit, si c’est du passé, tant mieux…

2703/ Commentaire par Antmeyl – vendredi 9 octobre 2009

271@BCalenge : merci pour cette précision. Pour ce qui est de l’emploi de ce qualificatif pris dans ce sens-là dans la bouche de certains collègues, je n’ai jamais eu (heureusement) à l’expérimenter. Par contre, il est vrai que notre passage à l’Enssib comme élèves bibliothécaires a laissé un goût amer à plusieurs d’entre nous au sein de ma promotion (FIBE p). Nous avons clairement ressenti (subjectivement) mais également constaté (objectivement) une différence de traitement vis-à-vis de nos collègues élèves conservateurs, non pas de leur fait (ils étaient plutôt sympas pour ceux que j’ai pu côtoyer), mais de l’institution Enssib. Je ne sais pas si depuis cela a changé.

272Transmettre…

273Samedi 31 octobre 2009

274Un coup de gueule de Michel Piquet, en commentaire d’un billet du Bibliobsédé, pose quelques vraies questions : le terme de médiation n’est-il pas galvaudé (ce dernier supposant l’indépendance d’un intermédiaire commis au sein d’un conflit), et surtout le talent de transmission réclamé du bibliothécaire impose-t-il que ce dernier soit plus expert que son interlocuteur-client dans les contenus qu’il transmet ? Bon, d’accord, je schématise, mais si je comprends bien, la question posée par Michel Piquet interpelle à la fois le flou conceptuel de termes largement utilisés (jusqu’à parler de médiation 2.0…) et la nature même du statut d’intermédiaire qu’a le bibliothécaire.

275L’imprécation étymologique envers l’usage « dévoyé » d’un terme particulier ne m’émeut guère. Je n’éprouve par exemple aucun remords à transformer le sens social et vécu du « bibliothécaire » pour en donner une autre définition que « le préposé à la garde de l’armoire aux livres ». Encore faut-il, et là je suis d’accord avec M. P., que la définition nouvelle soit rigoureusement étayée et repose sur un concept solide. Or je reconnais que l’invocation de la « médiation » est tout sauf rigoureuse. Non pour les raisons étymologiques invoquées, mais parce que le terme évoque un vague entre-deux et surtout suppose, dans l’acception commune, un « médiateur » qui sait et un « médié » qui – le malheureux ! – ignore… Pourtant j’ai rarement entendu un bibliothécaire en université parler de ce type de médiation dans ses relations avec les enseignants-chercheurs ! Serait-ce réservé à la lecture publique ? Cela signifierait que les bibliothécaires-médiateurs y sont plus savants que leurs publics… ou du moins d’une bonne partie d’entre eux. Et vis-à-vis des usagers qui en savent plus que le bibliothécaire en face de lui (et ils sont légion !), de quel type de relation parle-t-on ?

276Pour ma part, j’ai jusqu’à présent préféré le terme d’accompagnement à celui de médiation, justement pour reconnaître la compétence – et non la soumission – de « mon » usager interlocuteur : aider à trouver l’information idoine, ce n’est pas « savoir plus », surtout si par exemple l’information requise concerne l’anatomie des poissons ou la chromatographie en phase gazeuse (j’évoque ici quelques-unes de mes profondes limites cognitives…).

277La neutralité du terme « accompagner » est parfaite dans un monde stable, aux références établies et surtout partagées. J’aime bien l’idée de compagnonnage que ce terme sous-entend… Mais il est vrai que substituer ce terme d’accompagnement à celui de médiation ne règle rien, sinon évoquer une ambition qui se veut plus modeste et respectueuse de la diversité des publics.

278Le problème, c’est que la pluralité des espaces de l’information et surtout la diversité des besoins, compétences et pratiques des personnes (bibliothécaires comme usagers) rend hasardeux le terme d’accompagnement, dans la mesure où il en rend indistinctes les différentes facettes.

279L’expertise documentaire au service du public

280La première de ces facettes, celle qui a provoqué le plus grand nombre d’écrits, concerne l’art de chercher face à une question documentaire. C’est là une compétence professionnelle à acquérir, maintenir et développer pour toutes celles ou ceux qui ont à affronter des questions d’ordre scolaire, pratique, professionnel ou scientifique. Certes, cet art de chercher ne peut se passer d’une réelle empathie avec le questionneur, mais il exige non seulement des apprentissages, mais également la confrontation réitérée à la diversité des questions. C’est un métier au sens le plus « dur » du terme…

281C’est en même temps un accompagnement, car la mobilisation « recherchiste » du bibliothécaire ne prétend aucunement maîtriser mieux que son client le champ des contenus au sein desquels il… cherche. Simplement, pour reprendre un vieil aphorisme, s’il ne « pas la réponse, il sait où la trouver ».

282Au service de la découverte

283La dimension professionnelle de cet « art de chercher » m’a beaucoup fasciné, je le reconnais. Mais le commentaire de Michel Piquet met le doigt sur une autre facette essentielle de la bibliothèque – au moins de lecture publique – : l’offre de la surprise, de la découverte. Le désir de surprise ne se limite pas à la découverte de romans ou de films, mais parcourt tous les types de documents. Et comme dans le cas précédent, c’est la position de l’usager, son intention, qui mobilise bien d’autres compétences, et au premier chef l’art de séduire, d’attirer l’attention, d’exciter les papilles…

284Il me semble que là, avant toute compétence strictement professionnelle, c’est effectivement – comme le souligne avec alacrité notre commentateur – une passion communicante qui est à l’œuvre : il faut convoquer ses propres intérêts, discuter avec le lecteur, laisser parler ses passions… La culture mobilisée n’est pas tant professionnelle que personnelle. Et, plus encore, le talent requis pour emporter l’intérêt tient de la connivence plutôt que de la connaissance.

285Il est tout à fait juste de souligner, avec Michel Piquet (que décidément nous aurons suivi tout au long de ce billet), que la totalité des agents de la bibliothèque, quel que soit leur grade ou leur statut, peut intervenir dans ce dialogue humain de découverte et d’échange avec nos publics. Si par ailleurs je suis plus que sceptique sur la capacité de tout un chacun à « savoir chercher » – justement dans les domaines qui ne relèvent pas de la culture ou de l’intérêt personnels -, je devine qu’il est intéressant de creuser la nature des compétences à l’œuvre dans cette proposition de découverte.

286Transmettre ?

287En effet on ne choisit pas ses publics – enfin le croit-on… –, et ceux qui viennent chercher une information précise sont – en bibliothèque publique au moins – sans doute moins nombreux que ceux qui sont demandeurs de découverte (du moins selon l’enquête du Credoc). Cette ambivalence oblige à questionner la fonction de la bibliothèque lorsqu’elle veut surprendre, faire découvrir. Et une idée me vient, somme toute très ancienne : et si nous ne faisions que transmettre ? Payés pour accumuler certes (une vieille fonction bien malmenée), mais surtout payés pour être curieux, attentifs aux textes, images et musiques. Et pour les faire partager à la communauté. Bref transmettre le savoir accumulé – en nos murs ou ailleurs -, le transmettre là où il est demandé et comme il est demandé.

288Le stock nous échappe de plus en plus, Google en fait la démonstration quotidiennement. Mais la curiosité, l’écoute de la collectivité, le désir de transmettre et de partager nous demeurent sans concurrence publique. Et c’est cela au fond qui motive encore l’intérêt envers nos établissements. Pour répondre à cet appétit de découverte, il est indispensable de mobiliser l’ensemble de tous les agents, de toutes les curiosités, en dépit de tout statut (pourquoi d’ailleurs ne pas en outre convier la "société civile" ?). Selon quels processus, quels talents, quelles compétences ? Le débat est ouvert…

289Mais sans nul doute, parallèlement, en juste retour du statut spécifique des bibliothécaires et assimilés – au sens professionnel –, il est alors nécessaire de leur demander d’exercer complémentairement et expertement cet « art de chercher » devenu si sophistiqué.

290Non ?

291Commentaires au billet Transmettre

2921/ Commentaire par Bibliobsession – mardi 3 novembre 2009

293Nous serons d’accord sur l’ambiguïté du mot et sur la difficulté d’en trouver un nouveau. Mon billet d’aujourd’hui t’intéressera de ce point de vue.

2942/ Commentaire par Sören – dimanche 22 novembre 2009

295Si nous ne faisons « que » transmettre, cela me suffit déjà !

296De fait il me semble que la transmission est une opération longue, verticale et à travers les générations. Est-ce que c’est le bibliothécaire qui transmet, ou est-ce l’institution bibliothèque ? Si c’est une question de personnes alors on ne peut nier qu’au moment précis du contact, dans ce qu’il a de plus physique et pratique, entre le bibliothécaire et son public, on est forcément non pas dans un passage d’information qui relève de la transmission, mais de la communication. Le bibliothécaire est alors au point d’articulation entre la transmission de l’institution à la personne (et du passé au présent), et la communication de la personne à la personne (dans le présent le plus instantané).

297Je ne sais pas si ça relève de la médiation, mais la transmission y joue un rôle certain.

2983/ Commentaire par Michel Piquet – mercredi 7 juillet 2010

299Bonjour,

300Sans vouloir réouvrir la « boîte à gifles » - si touchante à sa manière, et pas seulement « à bout touchant » –, et tout en maintenant la réalité d’une exploitation arriviste de la médiation, je souhaite revenir sur le sujet pour tenter une définition sans coup de gueule.

301(Sans illusion non plus, toutefois. On ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment. Je ne suis pas venu dans les bibliothèques pour me faire des amis, et/ou pour vendre les petits de mon chat sur Biblio-fr).

302Mais revenons à nos moutons.

303Le médiateur, au fond, c’est l’École. L’École dont le Jacotot de J. Rancière a fourni la démonstration expérimentale (Le Maître ignorant)… c’est la démonstration par le fait que l’École ne touche pas au contenu (pas vraiment, seulement par accident). Le propre de l’École, c’est la sélection par le savoir, ce n’est pas la production d’un savoir. Jacotot fut efficace dans la mesure même où il enseigna une langue qu’il ne connaissait pas, dont il se fichait même éperdument : en tant que médiateur, il fut lui-même « sa » méthode (un certain usage du livre) On pourrait d’ailleurs parfaitement imaginer qu’il ait contrôlé l’observance de cette méthode par les « élèves » (ce qui aurait impliqué « sélection » → médiation). Bref, il a été l’enseignant par excellence. Le médiateur par excellence.

304La médiation, c’est aussi le facteur, le préposé qui apporte le courrier sans l’ouvrir… Ce qu’il y a de plus médiateur dans un travail de médiation, c’est ce qu’il y a de moins chargé en contenu (du genre : « bonjour ; comment allez-vous ? », etc.).

305L’intellectuel, c’est autre chose – et peu importe ici que la confusion se soit solidement instaurée entre intellectuel et enseignant. L’intellectuel baigne, au contraire, dans le contenu, dont il n’est pas nécessairement le médiateur (et cette contingence est essentielle). Il y a évidemment des pédagogues qui sont des intellectuels ! Comme il y a des préposés-facteurs qui écrivent des lettres. Mais c’est en dehors de leur temps de travail. Car tendanciellement, la règle générale est bel et bien que le travail de médiation-enseignement consiste en une autre tâche que le travail de production d’un contenu, et que la capacité d’accomplir l’un n’est pas nécessairement liée au talent que requiert la réalisation de l’autre.

306La médiologie s’intéresse à l’impact sur une culture des vecteurs matériels et techniques de sa transmission (et c’est superbe). S’il est vrai que les bibliothèques (le codex, le mobilier, la mise en plage, les accessoires etc.) ont joué un rôle dans la transmission (comme toute l’ergonomie), cela ne touchait pas au contenu. C’est le non contenu : le retour à la « leçon de choses » de l’École. La « médiologie » fait comme si c’était le préposé-facteur qui écrivait (tout ou presque tout) le courrier qu’il transporte. (Cela s’est vu, mais c’était chez les fous).

307Dans tout cela, les bibliothécaires sont du côté des contenus, de l’intellectuel, de l’« intelligentsia » (même s’ils n’en sont que le bas-clergé). Ou plutôt ils en ont la vocation. Ils ne sont pas plus du côté de la transmission ou de la médiation que Leibniz à la Wolfenbüttel – tout irénique qu’il était –, ou Lucien Herr rue d’Ulm qui savait ce qu’il faisait en achetant et cataloguant le premier les œuvres de Marx. Car la « transmission » de la connaissance n’est pas « nécessairement critique » : le facteur ne transmet-il pas tout : même les lettres du « corbeau » ? Les bibliothécaires, par la diffusion du savoir qu’ils possèdent ou devraient posséder, par sa propagation « gratuite », « sabotent » le projet nécessairement sélectif de l’école. Ce « sabotage » jouant un rôle acculturant de premier ordre. Car l’efficacité culturelle d’un enseignant tient à la proximité d’une bonne bibliothèque, d’un musée, d’un théâtre, d’une salle de cinéma, etc. : lieu commun. Mais toutes ces choses ne sont pas seulement « ressources documentaires » – relais pour ses élèves. Ce sont des relais culturels parce qu’ils sont détachés de toute logique de médiation/sélection. Parce qu’ils sont saturés de contenu avec accès non sélectif (grandeur de l’accès libre), démocratiques. Le maître Jacotot (de Rancière) ne peut pas enseigner sans le livre (de Fénelon).

308Ils remontent la pente que l’école tend sans cesse à descendre. C’est une compétence de contenu qu’on attend d’eux. Ils ne sauraient donc se présenter comme médiateurs.

309Au reste, désormais, le bibliothécaire ne peut s’en tenir que de plus en plus difficilement à son vénérable parti pris de « neutralité » intellectuelle dans l’aide aux usagers.

310Ce repli devient chaque jour moins tenable dans la situation qui est la nôtre d’une prolifération des contenus et des usagers internautes s’y « investissant ».

311La médiation numérique c’est d’ailleurs, à certains égards, une sorte d’aveu que, depuis belle lurette, on faisait « du contenu » dans les bibliothèques mais sans le dire. En s’abritant frileusement, qui derrière sa « charte documentaire », qui derrière son « thésaurus » de vedettes-matières : supposés garde-fou contre les excès de « subjectivité » dans le choix ou le catalogage.

312Au lieu de reconnaître que notre métier et la déontologie qui suit de sa définition l’imposent de très longue date, on semble résigné à une sorte de compromis mal taillé. On peut bien, en haut lieu, réserver aux bibliothécaires improvisés bureaucrates les bonnes places des concours et les joies de l’avancement en grade. Cela ne doit pas laisser croire que l’abstention intellectuelle contribuera à remédier au déficit de gestion proprement administrative auquel certains bureaux attribuent toutes les tribulations des institutions culturelles publiques. Le culte mystificateur de la médiation ne se pratique pas au profit de l’apparition d’un corps de managers des bibliothèques. Il joue, à l’inverse, en faveur de la consécration d’un statu quo vermoulu : le bibliothécaire ignorant.

313Cette abstinence intellectuelle a un impact très concret.

314Par exemple, au quotidien, elle tend à aggraver les effets du principal défaut d’un Google : son « panurgisme ». Prendre la médiation à la lettre, c’est inciter le bibliothécaire de base à une activité de « constatateur » de la sélection statistique « googléenne », sans pouvoir d’objecter sur le contenu.

315Sélection statistique évidemment plus décisive que jamais pour la diffusion et l’audience d’un document – au point qu’elle peut être modifiée contre argent comptant, comme nul ne l’ignore.

316M. B. Racine (Google et le nouveau monde), nous n’accusons pas le logiciel du moteur de recherche de substituer la mise en valeur statistique à un classement scientifique des connaissances connu seulement d’une élite, car celui-ci est en effet un mythe.

317En revanche, la bibliothéconomie la plus rudimentaire lui reproche de produire de fait un classement encore plus arbitraire, puisque statistique. Au détriment non des érudits, mais des opinions minoritaires, autres, nouvelles, classées comme déviantes, voire « hérétiques ». Et au profit du conformisme épais du « plus consulté ». De la chape de plomb de la censure par la crédulité : peut-être la pire, car la moins consciente d’elle-même. Celle-là même des libraires médiocres, avec leur rayon « nos meilleures ventes », incapables qu’ils sont de conseiller individuellement leurs clients. Celle qu’un bibliothécaire se doit de connaître et de faire repérer à son public afin que celui-ci puisse s’en détacher.

318Les contenus : seul antidote à la dérive googléenne : c’est le fameux avertissement affiché ces temps-ci dans plusieurs bibliothèques américaines : « Attention ! Tout n’est pas dans Internet ».

319POST SCRIPTUM

320À la mémoire de Jules Vallès

321Sur l’utopie de l’enseignant-chercheur :

322« Le professeur fait respecter une loi clairement établie mais injuste, arbitraire et mutilante. Défense de collaborer, défense de bouger, défense de créer. Et là, l’École est toute puissante. Tous les adultes approuvent la loi de l’École et la considèrent comme excellente. Contre cette unanimité, rien à faire : on est impuissant.

323Et puis, au-delà des professeurs, il y a l’Administration, qui « fait passer » ou redoubler, qui renvoie, et derrière qui, bien souvent, tel ou tel professeur s’abrite : les « professeurs-forts-et-justes » s’emploient en réalité à imposer une toute-puissance injuste, celle de l’Administration.

324Que le professeur reprend bien à son compte : il enseigne la raison, l’esprit critique, la méthode expérimentale, mais sa parole à lui est vraie de droit divin et il y faut croire.

325Devenu adolescent, l’élève peut faire d’autres observations : le professeur est un adulte qui a choisi de régner sur un peuple objectivement faible, et, soutenu par la mère Administration, il est sûr de gagner dans tout conflit avec ses sujets ; il règne à bon compte !

326C’est un adulte qui travaille seul, il n’a jamais à se confronter à ses pairs, il échappe aux rivalités, aux luttes où l’on risque d’être vaincu. Fonctionnaire, inamovible, il est assuré jusqu’à la fin de ses jours, et la progression de son niveau de vie est fixée et prévisible à quelques mois et quelques euros près.

327Bref, si c’est un père, c’est un père faible et pusillanime ! Alors, d’un côté, incarnation des valeurs et de l’autre timoré et se garantissant contre tout imprévu ?

328La contradiction n‘est qu’apparente. L’imprévu, l’imprévisible, qu’il soit catastrophe ou « heureux événement », c’est bien l’arbitraire et la toute-puissance de la mère, de l’imago maternelle. La surabondance de précautions que prend le professeur pour se garantir de l’imprévu et du risque a le même sens que son surinvestissement des valeurs paternelles. Mais, du coup, il se coupe des sources de l’inspiration, de son Moi idéal. Et c’est pourquoi le professeur parle de l’Art et parle de la Science mais ne crée pas lui-même et ne tolère pas que l’on crée sous lui ! Il n’est pas une mère qui nourrit ses enfants de sa propre substance : il est un distributeur de biberons préfabriqués… et stérilisés ! L’élève créateur, si l’École ne le stérilise pas, devra créer hors de l’école. » (P. R.)

329Réponse de Bertrand Calenge – mercredi 7 juillet 2010

330@ Michel Piquet,

331Ne le prenez pas mal, Michel Piquet, mais j’adore vos coups de gueule, comme je l’avais montré en écrivant un billet à partir de l’un d’entre eux.

332Mais là, j’ai du mal à vous suivre. Vous critiquez justement le panurgisme intellectuel, mais en même temps vous dissertez sur le « médiateur-facteur » qui ne se préoccupe pas du texte transmis. De deux choses l’une, ou nous revendiquons d’offrir une perspective critique sur le monde, ou nous nous soumettons à la fonction de facteur (par ailleurs parfaitement honorable).

333Le terme de médiation est, je vous le concède et l’ai souvent affirmé, extrêmement ambigu. Mais la médiologie, justement, montre à la suite de McLuhan que le message tient – en partie – dans le médium. Et si une partie du message tenait dans la façon dont il est proposé ? La question n’est pas tant de critiquer ce que vous appelez un panurgisme que de prendre conscience que les modalités matérielles, procédurales et humaines qui président à la transmission jouent un rôle majeur dans l’appréhension du contenu transmis. Et c’est une réalité que ne peuvent ignorer les bibliothécaires.

334Et puis vraiment, la référence au « facteur-médiateur » est une plaisanterie, j’espère : la plus grande des bibliothèques ne dispose pas de plus de 5 % du savoir documenté, et sa collection résulte de multiples canaux de sélection (volontaires ou fruit des hasards historiques). Le facteur sélectionnerait-il le courrier qu’il a mission d’acheminer ?

335Cordialement et brièvement.

3364/ Commentaire par Michel Piquet – jeudi 8 juillet 2010

337C’était après Mâcon, faubourg de Villeurbanne.

338La guimbarde d’un élève-bibliothécaire croisait plein nord. Avec quelque chose de déterminé. Voire de définitif. Un observateur vigilant de cette scène poignante – mais pourquoi y en aurait-il eu ? – en aurait trouvé quelque confirmation en voyant insolite des feuilles multicolores qui s’échappaient du coffre défaillant de cet automobiliste un peu douteux. Car ce qui se dispersait ainsi sans compter sur la Bourgogne, aimable terroir, ce n’était pas moins de vingt kilos de polycopiés. Et qui recélaient le commentaire juxtalinéaire, obligatoire et annoté de « Pour comprendre les médias ». Le malheureux, accroché à son volant comme à une bouée, le pied au plancher, n’osait se retourner. C’est qu’il s’évadait là de quelque chose comme un sale rêve ou un mauvais coup. Celui d’une empoignade avec un maître-collègue d’élite assez frénétiquement « moderne » – (quoique bien mûr) pour lui soutenir que la Déclaration des droits de l’homme n’avait pas même contenu, même « sens » sur le mur de la mairie et sur l’écran du computeur (sic)

33930 ans après…

340Le malheureux est toujours là, la nuque encore plus raide, face aux macluhâneries. Tant la vieillesse est un naufrage.

341Car chapeau bas ! Vous m’avez démasqué, M. Calenge ! Eh bien oui ! J’appartiens au clan   discret mais prometteur   des adversaires congénitaux du rusé fumeux de Toronto. Oui, résolument, nous ne croyons pas, nous, un mot de l’association naturelle éternelle et intangible du médium et du message, de la forme et du sens. Et plus que jamais peut-être avec le numérique : comme l’écrit Arsène, membre éminent de notre confrérie, avec le numérique, « justement, plus ça va, et plus le contenu est capable de prendre la forme que l’utilisateur souhaitera lui donner. On perd immédiatement ce qui fondait la logique même de Mac Luhan ».

342Il y aurait beaucoup à dire aussi sur la filiation Mac Luhan –> médiologie Régis Debray : restons-en là…

343Au reste, Mac Luhan devrait être protégé des macluhaniens de bibliothèque, qui ont fait de sa « doctrine » psalmodiée ad nauseam un verrou idéologique qui a bloqué des années durant la réflexion bibliothéconomique dans des clichés d’une pesante niaiserie. Et dans un auto dénigrement désespérant (mais gardez-le pour vous : je suis menacé).

344D’ailleurs le grand maître n’a pas écrit que des fadaises ; j’ouvre au hasard : « le chemin de fer a créé de nouvelles formes de villes… indépendamment des marchandises qu’il transportait… »

345Vous savez qu’il commence à me plaire votre… Mac qui ? Au fait Mac quoi ?

346S’agissant du facteur, il y a maldonne !

347Bien sûr qu’il ne sélectionne pas, puisqu’il est médiateur.

348Et bien sûr que le bibliothécaire en sa bibliothèque sélectionne, puisqu’il n’est pas médiateur.

349Je ne vois pas ce que je peux ajouter.

350Sinon qu’en traitant de médiateur un postier comme je le fais d’un professeur, d’un diplomate, ou d’un cheminot, je ne porte aucune atteinte à la dignité du premier… ou des autres

351Nota : en tout temps, quand Anastasie cherche un censeur, elle ne demande pas à tous ces gens-là : elle choisit toujours le bibliothécaire… pour « s’occuper » du contenu.

352Encore une fois, j’ai été long, (un peu « piqué » sans doute, au dire d’un de nos plus onéreux et ingénieux thérapeutes).

353Mais c’est votre faute, aussi !

354Votre site – le seul auquel je participe désormais –, pose des questions graves quoique courtes…

355Avec ma respectueuse gratitude.

356Réponse de Bertrand Calenge – jeudi 8 juillet 2010

357@ Michel Piquet,

358Trois petits points en rebond à votre commentaire :

  • oui, il y a une vraie réflexion à conduire sur les propositions de Mc Luhan dans notre drôle de monde, mais mon incise n’avait pas prétendu aborder ce point autrement que, justement, incidemment ;
  • je n’ai au grand jamais voulu dénigrer le facteur, et le hasard de mon expérience m’a montré combien, dans certaines zones rurales reculées, ce facteur pouvait justement être ce lien que nous ne savons souvent proposer que dans nos murs ;
  • j’avoue surtout n’avoir pas compris votre premier paragraphe. J’en saisis bien quelques allusions biographiques (la vôtre ? la mienne ?), mais je ne saisis pas le sens de votre référence à la Déclaration des droits de l’homme. En ce qui me concerne, je n’ai jamais prétendu – je pense – invalider la force symbolique d’un texte fondateur, mais je soutiens (sans être « médiologue ») que les bibliothécaires ont fonction de transmettre et accompagner, et que l’appareil de transmission (support inclus, mais aussi dialogue, disposition, etc.) joue un rôle essentiel dans la perception et l’appropriation par les destinataires. Bref, si les bibliothécaires n’agissent pas – heureusement – sur la matière textuelle, sa force et sa richesse, ils peuvent avoir un rôle éminent dans la construction du contexte de son appropriation. Un bien long débat…

359Cordialement.

3605/ Commentaire par Michel Piquet – vendredi 9 juillet 2010

361Bonjour,

362- Vos remarques m’ont beaucoup intéressé.

363- J’avais bien vu que, au contraire, vous preniez la défense du facteur.

364- L’affirmation d’un(e)néo « macluhanien(ne) » sur la Déclaration, moi non plus, je n’y ai rien compris en ce temps-là (d’autant qu’elle nous fut assénée sans susciter la plus petite objection… c’était effarant !).

365- Je ne me serais jamais permis une allusion biographique qui n’aurait pas été autobiographique ! En outre, comme nos chemins ne se sont jamais croisés, il était exclu que cette triviale saynète ait pu faire allusion à votre personne.

366Et maintenant, je me tais.

367« Les vaincus doivent se taire, comme les graines » (Saint Ex)

368Fidèlement, votre lecteur.

3696/ Commentaire par Michel Piquet – lundi 25 octobre 2010

370Une remarque en passant :

371En tâchant de cerner ce qu’est la médiation et ce qu’elle n’est pas, il ne s’agit pas pour moi, en effet, d’en rappeler l’étymologie.

372Il s’agit plutôt d’interroger après description, ce qui, sous ce nom, est reçu et surtout pratiqué à une époque déterminée : la nôtre. D’interroger la cohérence de cet usage – histoire de s’entendre.

373User du Larousse, pas du Trésor de la langue française.

374Si je rappelle à un collègue que son « bureau » n’est pas fait pour qu’il y pose les pieds, je ne lui reproche pas d’enfreindre par ce comportement l’étymologie du mot « bureau ». Il y a détournement parce que le « bureau » du bibliothécaire français n’est pas le « bureau » du shérif américain dans un western de J. Ford.

375Voilà qui ne contrevient guère à l’arbitraire du signe et ne dépasse pas les frontières du synchronique.

376Par le terme « médiation », on pourra bien désigner un jour ou l’autre n’importe quoi : il faudra toujours se mettre d’accord.

377La médiation : concept-clé ou mot-valise ?

378Mardi 3 janvier 2012

379Mes premiers pas à l’Enssib à la direction des Études me donnent, vous l’imaginez, l’occasion de mille découvertes et rencontres. Dans le bouillonnement de cette prise de fonctions, je garde un œil sur ce Carnet de notes, avec lequel je rejoins mon établissement via son activité d’édition.

380Une nouvelle « Boîte à outils » consacrée par l’Enssib à la médiation documentaire numérique va bientôt voir le jour. Comme j’ai l’honneur d’y contribuer sous la houlette de Xavier Galaup, j’ai eu l’occasion de récapituler récemment le sommaire de cet opus. Le travail est de qualité, mais je me suis interrogé sur le qualificatif de médiation qui réunit les diverses contributions.

381Ce terme de médiation, employé en bibliothèque, a connu et connaît encore des fortunes diverses. Un moment associé à l’émergence de nouveaux métiers, il apparaît régulièrement comme une évidence professionnelle, se transforme en avatar singulier avec la médiation numérique, enfin tend à devenir aujourd’hui une injonction catégorique. Cette réitération plastique (1 300 000 résultats dans Google à la requête « médiation en bibliothèque » !) nécessite quelques éclaircissements…

382Par curiosité, je suis allé relire (avant ma prise de poste ! depuis deux jours je ne touche plus terre !) quelques dizaines d’articles, billets ou diaporamas posant en argument central cette médiation : quoi de commun entre une journée d’étude sur la médiation du patrimoine, un appel à placer la médiation numérique au coeur du projet d’établissement et une analyse des modalités de médiation/formation des publics en autoformation ? J’en viens à partager la perplexité d’Olivier Chourrot interrogeant « Le bibliothécaire est-il un médiateur ? ».

383Olivier Chourrot avance que le terme de médiateur n’a guère de portée opératoire, et lui préfère le terme d’accompagnateur. La médiation est-elle un accompagnement ? Si j’aime beaucoup ce dernier terme pour son éloquente modestie, ma perplexité demeure ; en échangeant le terme de médiation pour celui d’accompagnement, je n’éclaircis en rien le paysage : l’accompagnement du patrimoine, l’accompagnement numérique au cœur du projet d’établissement, l’accompagnement des publics en autoformation…

384Orienté public ?

385À la (re)lecture de ces multiples contributions, je n’y vois qu’un point commun : le souci d’une prise en compte des besoins et pratiques des usagers dans les différentes modalités de leur rencontre avec une offre cognitive de la bibliothèque (documents, habiletés, savoir-faire, etc.). Ce souci est on ne peut plus louable, mais peut cacher deux conceptions de ce public.

386La première – la plus ouverte – peut vouloir se mettre ‘dans la peau’ de l’usager. C’est un des gros atouts des dispositifs de médiation numérique proposés par Silvère Mercier et d’autres : on ne préjuge pas des intentions des publics rencontrés, on entre dans leurs habitudes de navigation et d’inscription dans les réseaux sociaux. L’objectif est ici de rendre naturelle, connivente, voire banale la rencontre avec un service de la bibliothèque.

387La seconde – plus ambiguë – se pose en « modeleur de public ». Le résumé du mémoire sur la formation/médiation en autoformation est éclairant sur ce point : « La question de la médiation est donc centrale dans l’objectif de rendre les usagers plus autonomes et leur permettre de s’approprier leur apprentissage ». On retrouve cette approche chez le consultant Philippe Cazeneuve, qui donne la définition suivante : « La médiation numérique consiste à accompagner des publics variés vers l’autonomie, dans les usages quotidiens des technologies, services et médias numériques ». Peut-on confondre la médiation avec un processus prescriptif ? Cela me pose problème, comme à Silvère Mercier : je me méfie de la revendication d’autonomisation de l’usager, comme je l’ai déjà écrit. S’il est vrai que l’activité de formation est une composante possible du service aux publics (lorsque ces derniers en expriment le besoin ou que l’environnement institutionnel en donne l’injonction), qualifier cette dernière du nom de médiation ne fait qu’en rendre plus floue la définition opératoire.

388Une mise en scène ?

389En gardant pour acquise la posture orientée publics, notre voyage dans la médiation réserve une autre perplexité : comment s’exerce cette posture ? Reprenons-la définition de la médiation numérique que donne Silvère : « La médiation numérique est une démarche visant à mettre en œuvre des dispositifs de nature techniques, éditoriaux ou interactifs pour favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation ou la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire ». L’accent y est mis sur les « dispositifs » (même si la définition pose en préalable la démarche), ce qui me déclenche immédiatement une sonnette d’alarme.

390Les bibliothécaires adorent les dispositifs : c’est du sans doute à leur souci ancien de mise en ordre. Mais un dispositif peut-il constituer une médiation ? Voilà une des ambiguïtés qui me titillent lorsqu’on parle d’outils de médiation : la hache ne suffit pas à définir le bûcheron, et je n’aime pas voir déclarer qu’un outil ou un dispositif – fût-il numérique – est naturellement et essentiellement un outil de médiation. Après tout, les inventeurs de l’organisation en libre accès peuvent parfaitement s’inscrire dans cette définition d’un dispositif de médiation. Et un soupçon horrible me vient à l’esprit : et si les talentueux organisateurs numériques d’aujourd’hui, avec leurs tags, leurs boutons « j’aime » et autres dispositifs techniques, étaient tout simplement les inventeurs d’un libre accès numérique ?

391Sauf qu’on connaît les dérives de tels dispositifs, dont le fonctionnement s’auto-alimente au gré des évolutions technologiques et finit par s’institutionnaliser… Et il est parfois tentant de vivre heureux en restant caché derrière le dispositif. Même l’ambition contemporaine d’établir un espace (numérique souvent) de dialogue et d’échanges entre visiteurs, pour intéressante qu’elle soit, ne saurait remplacer l’implication personnelle des bibliothécaires.

392Et le bibliothécaire médiateur ?

393Pas d’ambiguïté : je n’ai absolument rien contre de tels dispositifs, et toute organisation pratique orientée publics est une bonne chose. Ce qui me pose problème, c’est la démarche englobante associant toutes sortes d’outils et de procédures orientés publics dans un ensemble flou appelé médiation. Or un terme trop flou n’est guère opératoire… Je reprends la définition donnée par Wikipédia à la médiation(au 16/12/2011) : « La médiation est une pratique ou une discipline qui vise à définir l’intervention d’un tiers pour faciliter la circulation d’information. Le tiers est appelé médiateur. La définition de cette activité varie selon les contextes d’application. Néanmoins, des constantes existent à chaque fois qu’un tiers intervient pour faciliter une relation ou la compréhension d’une situation et des éléments de pédagogie et de qualité relationnelle se retrouvent dans les pratiques de la médiation ». Dans cette définition, je ne vois nul dispositif, mais un être humain engagé personnellement.

394Certes, l’être humain en question n’est pas désincarné et ne parle pas depuis Sirius. Dans le cas des bibliothèques, il s’inscrit dans une institution, et son action est cadrée par des dispositifs organisationnels voire techniques. Mais c’est lui qui porte la médiation, et non le dispositif ni l’institution. Je dirais même qu’est dispositif de médiation toute organisation ou technologie qui vise à permettre à des bibliothécairebien réels de favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation ou la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire (pour reprendre in extenso la fin de la définition de Silvère).

395Dans ces conditions, c’est l’implication professionnelle personnelle qui entre au cœur de la médiation. On peut alors essayer de jouer à un petit jeu des erreurs :

  • positionner des bibliothécaires dans la salle et non derrière un bureau pour apporter leur aide = de la médiation ;
  • proposer aux usagers de laisser leurs commentaires sur les notices du catalogue = pas de la médiation ;
  • ouvrir un service de questions-réponses = de la médiation ;
  • réinventer un plan de classement = pas de la médiation ;
  • faire s’exprimer les bibliothécaires sur les titres qu’ils aiment ou détestent = de la médiation ;
  • ajouter des espaces de commentaires sur le site de la bibliothèque = pas de la médiation ;
  • etc.

396Cette approche nécessite d’aller un peu plus loin : un métier de médiation s’exerce dans un cadre professionnel défini. Il existe des médiateurs juridiques comme des médiateurs sociaux, ce que ne sont pas les bibliothécaires. Lionel Dujol parle quelque part de « médiateurs informationnels », je préférerais presque « médiateurs cognitifs ». Dans tous les cas, on voit bien ce qui est en jeu : la mobilisation des bibliothécaires pour accompagner des publics dans leur quête de connaissance, de savoir, voire de « litteracy » à l’anglo-saxonne…

397De la difficulté d’une médiation réussie

398Dans cette approche restrictive de la médiation, la difficulté tient malgré tout aux dispositifs mis en œuvre pour provoquer ou faciliter l’acte de médiation dans une exigence d’attention aux publics réels (comme quoi on retrouve quand même des dispositifs !…). Un engagement rédactionnel de bibliothécaires, par exemple, est un acte de production de contenu qui peut être génial s’il est conçu en fonction des intérêts de publics possibles, mais qui peut aussi tourner à la délectation de soi-même. C’est pourquoi je pense indispensable de désigner un coordinateur des dispositifs de médiation, qui constamment évalue le succès réel des initiatives, provoque la remise en cause de la tendance routinière, encourage le perfectionnement communicationnel, etc.

399L’autre écueil tient dans les limitations des compétences bibliothécaires. La constante attention portée aux publics doit toujours s’accompagner d’une curiosité renouvelée, d’un engagement actif dans les pratiques d’information actuelles : je suis toujours inquiet quand j’entends un bibliothécaire se vanter de ne pas regarder la télévision ou de dédaigner l’univers d’Internet (et je vous jure que j’en ai rencontrés !).

400Malgré – ou « grâce à » ? – ces contraintes, je conçois plutôt la médiation comme une implication personnelle du professionnel attentif à ses usagers, donc naturellement à une remise en cause critique constante des dispositifs techniques et organisationnels mis en œuvre afin de rendre cette implication la plus efficace possible. Peu importe que l’objectif soit « formatif » ou « accompagnateur ».

401La définition est plus limitative sans doute, mais elle permet de mieux cibler ce que recouvre ce terme. Est-ce trop limitatif ? À vous de dire.

402Reste à décliner en pratique, procédures, postures, etc. cette activité professionnelle autant que personnelle de médiation…

403P. S. : au moment où j’achève de rédiger ces lignes, je tombe sur le dernier billet de Silvère intitulé Médiation numérique et culture de l’information : repositionner les bibliothécaires. Je constate que ses réflexions le conduisent également à mettre en avant une fonction active des professionnels dans l’activité de médiation. Et j’ajoute que dans cette perspective il propose là quelques pistes éclairantes, qui peuvent poursuivre efficacement mon propos…

404P. P. S : que ces réflexions généralistes ne vous empêchent pas de courir acheter cette Boîte à outilsdès sa parution à la fin de l’hiver ! Elle est pleine d’enseignements très riches !!

405Commentaires au billet La médiation : concept-clé ou mot-valise ?

4061/ Commentaire par Gihjo – mardi 3 janvier 2012

407Du mal à voir la différence entre deux exemples de non-médiation :

  • proposer aux usagers de laisser leurs commentaires sur les notices du catalogue = pas de la médiation ;
  • ajouter des espaces de commentaires dans le catalogue = pas de la médiation (mais d’accord avec le fait que ce n’est pas de la médiation).

408Réponse de Bertrand Calenge – mercredi 4 janvier 2012

409@Gihjo, tout à fait d’accord avec votre critique : mon clavier a fourché. J’ai rectifié…

4102/ Commentaire par Silvae – mercredi 4 janvier 2012

411Merci de tes citations Bertrand, et merci de chercher à débroussailler un champ qui a besoin de l’être ! Tu as tout à fait raison d’écrire à la fin de ton billet : « je conçois plutôt la médiation comme une implication personnelle du professionnel attentif à ses usagers, donc naturellement à une remise en cause critique constante des dispositifs techniques et organisationnels mis en œuvre afin de rendre cette implication la plus efficace possible. Peu importe que l’objectif soit “formatif” ou “accompagnateur”. »

412C’est tout à fait ça, tu l’as noté c’est la démarche pour moi qui est importante, j’ai envie que les bibliothécaires soient des bâtisseurs de dispositifs ! Si j’insiste sur la démarche, c’est pour faire comprendre comme tu l’as noté que la neutralité n’est pas de mise. Pour autant, certains dispositifs sont techniques même s’ils sont insérés dans une démarche de médiation globale. Par exemple installer des QR code, ça n’est pas une implication intellectuelle du bibliothécaire (à la différence d’une réponse à une question du guichet), mais c’est un des moments d’une démarche de méditation qui montre qu’il a compris que l’enjeu est la circulation des données… Lesquelles ? Pourquoi ? Comment ? Dès qu’on pose ces questions on entre dans le projet dans la démarche. Il y a donc bien plusieurs types de dispositifs et une démarche globale. Pourquoi j’insiste souvent sur ce terme de dispositif ? Parce qu’un dispositif ce n’est pas seulement un outil c’est un équilibre entre des données, un besoin perçu, une volonté de les faire circuler ou de les mettre en forme avec un outil susceptible de faire naître des usages. C’est le propre du numérique je crois de casser la belle distinction entre outil et idée avec ce déséquilibre profond qui place toujours l’outil après. L’outil façonne toujours comme tu le soulignes aussi. La remise en cause critique que tu évoques est fondamentale, elle introduit la notion d’expérimentation. Faire de la médiation numérique, c’est ajuster ses dispositifs et les coordonner.

413Enfin, c’est important, je ne cherche pas pour ma part à redéfinir un champ propre aux bibliothécaires (comme la poldoc). Les fondateurs de Facebook ont créé un dispositif de médiation à grande échelle, à nous de l’orienter et de nous l’approprier selon nos objectifs liés à la culture de l’information. J’ai essayé de proposer une définition suffisamment ouverte pour éclaircir le flou d’un mot-valise et légitimer l’impulsion de projets numériques orientés vers cette notion, c’est en cela que la médiation numérique me semble opératoire.

4143/ Commentaire par Delaroche – mercredi 4 janvier 2012

415Et pourrait-on faire évoluer le concept de médiation en médication du « professionnel attentif à ses usagers » ? Que « l’objectif soit “formatif” ou “accompagnateur” » est complexe également, surtout s’il faut observer d’un œil vigilant les dispositifs techniques et organisationnels de l’accompagnement. En tout cas cela fait réfléchir. Merci.

4164/ Commentaire par Piquet – mercredi 4 janvier 2012

417Bonjour,

418M. Calenge

419La médiation est un grand sujet que je vous remercie d’évoquer.

420Ceci dit, franchement, je m’abstiendrai de commenter. La dernière fois que je l’ai fait sur un blog de bibliothécaire, on m’a « objecté » que je dissertais (sic) et, plus subtil encore, que « Piquet il est piqué », un(e) courageu(se) anonyme m’a même menacé de me frapper. Je laisserai donc ces grands esprits à leurs tabous sur le sujet.

421Votre texte est pourtant bien intéressant, mais la médiation sous toutes ses formes touche aujourd’hui, dans les bibliothèques, à trop d’intérêts carriéristes pour qu’on puisse en traiter sans voir intervenir des individus qui se servent de leurs blogs pour se réserver le dernier mot – si minable soit-il.

422Qu’importe cette lie. Un seul souhait pour 2012 : Monsieur Calenge, CONTINUEZ !

423Réponse de Bertrand Calenge – mercredi 4 janvier 2012

424Merci, Silvère, pour ton très riche commentaire. Et je suis d’accord avec toi pour souligner que la médiation numérique a du sens quand il s’agit d’articuler un désir de médiation avec les opportunités d’outils et plus encore de réseaux. Deux observations toutefois :

  • si les dispositifs ne sont rien sans adéquation à un processus de médiation humaine, je sais hélas que le risque toujours prégnant est de voir le dispositif technique entrer dans une routine impérative. Pour prendre l’exemple des QR codes, certains imagineront de « QR coder » toutes leurs notices… sans s’interroger sur la pertinence d’un tel signalement, sans proposer de services d’accompagnement, sans modifier leurs contraintes d’accès aux documents, etc. (en attendant qui sait d’en faire un élément de norme NFZ-xxx…) ;
  • en revanche, l’exigence de remise en cause permanente que tu évoques doit être constamment répétée. Je pense qu’une démarche de médiation se construit, plutôt que comme une expérimentation, comme une gestion de projet (éventuellement initiée par l’opportunité d’outils intéressants). Cette conception aiderait mieux à situer les objectifs, le contexte humain, organisationnel et technique, et surtout – ce qui est trop rare – l’exigence d’une évaluation précise du dispositif technico-humain ainsi mobilisé.

4255/ Commentaire par Lysistratia – vendredi 6 janvier 2012

426Un billet et des commentaires bien intéressants. Il n’empêche que je rebondis sur le terme de gestion de projet : pourquoi pas, mais il sous-entend souvent ce qu’on nomme il me semble un « livrable ». Ce pourrait être une étude de la mise en place d’un ou de dispositifs plus ou moins expérimentaux. J’écris plus ou moins car quand une institution a fait un premier pas avec la mise en place d’un compte Facebook par exemple, si celui est vivant (de par les professionnels qui l’animent et les usagers), on peut parier qu’il va perdurer.

427J’ai l’impression que pour une bonne décennie encore au moins, nous sommes encore à des stades d’expérimentation. Technique et commerciale pour les fabricants de matériel informatique. Et les supports (du téléphone portable, tablette à l’ordinateur sans oublier le papier) modèlent et transforment les usages et là c’est intéressant. Je pense que c’est en observant un tant soit peu les usages (ce peut être en comptant le nombre d’ordinateurs portables dans une salle de lecture versus en comparant les usages qui y sont faits dans d’autres lieux publics) que l’on peut avancer, proposer des expérimentations parfois et surtout interagir toujours avec les publics au pluriel car chaque personne, usage, demande est différent.

428Enfin, cela me semble intéressant de faire un bilan de projet (même si le projet a échoué, ce n’est pas toujours la faute de ceux qui l’ont initié, cela peut dépendre de multiples paramètres) : cela peut permettre de mettre un petit point final pour en tenter un autre peut-être après. (Attention un bilan n’est pas forcément une évaluation) Et de garder trace. J’ai lu hier que la Bibliothèque du Congrès aurait reçu le dépôt des archives de Twitter.

429Enfin, il me semble que le bon bibliothécaire est un accompagnant c’est certain : son but est d’aider l’usager à aller vers l’information a priori recherchée. Mais maintenant, on peut aussi interagir via les dispositifs… donc créer un peu quand même !

430Réponse de Bertrand Calenge – vendredi 6 janvier 2012

431@Lysistratia,

432Si la gestion de projet aboutit la plupart du temps à un livrable, la démarche et les méthodes me semblent fonctionner pour des dispositifs/démarches de médiation, pour deux raisons :

  • un tel dispositif mobilise de nombreux acteurs et facteurs, et la mise en place d’un compte Facebook par exemple doit bien aboutir à un « livrable » de médiation active dont les rouages et l’évaluation doivent être cadrés ;
  • la démarche de projet impose de ne jamais considérer un service comme achevé, et oblige à considérer le dispositif comme quelque chose qui doit être repensé périodiquement, évoluer (surtout au gré des technologies et des appétences des publics), voire être supprimé. Cela me semble essentiel dans un dispositif – pour reprendre encore le terme – au sein duquel c’est la mobilisation humaine qui est première et motrice, et non le dispositif technique.

4336/ Commentaire par Xavier Galaup – lundi 9 janvier 2012

434Je rejoins vos préoccupations… C’est pourquoi j’insiste en formation et dans mes textes sur le fait de définir un projet de médiation documentaire numérique avant de choisir des outils ou des dispositifs. Pour éviter de se faire piéger pour l’outil, il faut sans cesse l’envisager comme un dialogue permanent avec l’usager ou l’internaute… Je conclus ainsi la réflexion sur le concept dans la BAO à paraître : « La médiation documentaire numérique apparaît dès lors comme une démarche hybride entre outil de mise en valeur des contenus, outil de communication et outil de relation à l’usager. » À suivre dans le livre et sa version numérique.

4357/ Commentaire par Clotilde Charreton – lundi 9 janvier 2012

436Un grain de sable… Assez d’accord avec tous ces commentaires ; cela m’évoque les débats sur la médiation culturelle en milieu muséal au tournant des années 2000 ; mêmes interrogations sur le flou, la confusion médiation/communication et médiation/moyens, outils, l’instrumentation de la médiation (dans des finalités autres), etc. qui perdurent aussi aujourd’hui. Et les doutes du concepteur : situation ou non de médiation ?

437Concernant la « médiation numérique », j’avoue que l’expression est elle-même porteuse d’interrogations : si la médiation est une « mise en relation » le fameux « entre », ou une « interprétation » (son équivalent employé en culture anglo-saxonne), quel sens prend la « médiation numérique » : médiation au, du ou par le numérique ?

438Ou plus simplement n’est-elle pas une des modalités de médiation culturelle (en bibliothèque, en musée ou autre…) et alors ce qui importe, c’est bien que la personne « en médiation » puisse se saisir de « l’objet » (œuvre, contenu etc.) proposé, l’enrichir de sa propre perception et partager ce nouveau « regard construit » avec d’autres… « Cherchez l’humain derrière les choses »…

439Clotilde Charreton (miss poldoc médiathèque du Rhône et membre de l’Association médiation culturelle)

4408/ Commentaire par Moretti – jeudi 2 février 2012

441Bonjour,

442Bibliothécaire ayant suivi un cursus de médiation culturelle, je peux apporter l’éclairage suivant.

443La médiation vient de l’anglo-saxon facilitator : en diplomatie, dans le social. Aussi pourrait-on y rattacher l’ombusman scandinave, devenu médiateur en France (Dominique Baudis, défenseur des droits, Nicole Notat pour la SNCF, d’autres à Radio France et même au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESR) puisque j’y fis appel lors de l’annulation soudaine d’un concours de bibliothèque sans remboursement de réservation d’hôtel et de train, etc.). Face à l’échec relatif de la démocratisation culturelle en France est apparu mi 90’s le médiateur culturel depuis le ministère de la Culture. La référence fut Élisabeth Caillet, À l’approche du musée, la médiation culturelle. La revue de référence a migré de Bourgogne à Avignon : Publics et musées devenue Culture et Musées (Hana Gottesdiener, Jean Davallon).

444Le fond philosophique de notre cursus à Marseille était Nietzsche, Lacan (le schéma Z de la Lettre volée), Marx, Hegel saupoudré de sociologie (J. Zay, Peuple et culture ; J. Dumazedier, J. Caune ; des publics, des pratiques culturelles avec le DEP, etc.). Il s’agissait de mettre en lien les publics et les œuvres face au constat de l’échec malrucien de la révélation du contact immédiat notamment en art contemporain.

445En bibliothèques ? Un rôle politique : lutter contre les fractures (numériques, de méconnaissances liées au capital culturel comme l’illettrisme et analphabétisme avec ATD Quart-monde et les bibliothèques hors les murs, contre l’échec en Licence avec la massification, etc.). Il s’agit surtout d’être une boussole dans un océan d’informations avec l’économie afférente. C’est peut-être de l’ordre de la croyance. Mais la médiation me paraît nécessaire puisqu’Internet a supprimé toutes les médiations. Au total, ce n’est pas un accompagnement. C’est la transmission d’une grille de lecture héritée de l’esprit critique des Lumières. Mais il est vrai que le mot est trop à la mode désormais pour être honnête. Nous étions vus comme des zombies à l’époque. « Tout change parce que rien ne change » (T. Di Lampedusa, Le Guépard).

446À propos de l’autonomie de l’usager

447Jeudi 22 janvier 2009

448Ayant eu l’occasion de présenter la bibliothèque de Lyon à un groupe d’étudiants en bibliothéconomie-Sciences de l’Information, j’ai inévitablement évoqué le Guichet du savoir, précisant que ce service apportait une réponse complète et précise à toute question. Et inévitablement est venue la sempiternelle question : « Mais est-ce que cela ne va pas à l’encontre de l’autonomie de l’usager ? »…

449Parmi les mythes inamovibles du bibliothécaire de lecture publique, on trouve, à côté de la coopération, de la démocratisation, du refus de toute censure et tutti quanti, l’autonomie de l’usager. Parlons-en cinq minutes…

450Il existe mille acceptions du terme « autonomie » : si philosophiquement c’est la capacité d’agir par soi-même en étant son propre régulateur, le terme est davantage utilisé aujourd’hui dans d’autres contextes :

  • dans le domaine des relations internationales, l’autonomie est un statut qui autorise une certaine latitude d’action législative et exécutive dans un cadre précis défini en relation avec celui qui confère l’autonomie (il est lui souverain, on le notera…) ;
  • dans le domaine médico-social, on parlera d’un malade autonome lorsqu’il sera capable d’exercer lui-même certaines fonctions essentielles (se préparer un repas, se déplacer dans un espace social, se tenir propre, etc.). Dans ce cadre, la dimension de l’autonomie varie selon les situations des soignants (aliéniste, soignant des maladies séniles, chirurgien, etc.), donc le regard de celui qui décrétera une personne autonome ou non en fonction de ses propres critères ;
  • pour le milieu éducatif, l’autonomie est une course à l’échalote constamment renouvelée : l’enseignant cherche une capacité de l’élève à assurer ses propres règles et procédures dans un milieu contraint, donc en fait à rendre siennes les règles et savoirs édictés par l’institution ;
  • le milieu familial connaît également la question : les parents encouragent l’autonomie de l’adolescent, donc sa capacité de réflexion, de décision et de comportement personnels… en conformité avec le cadre jugé acceptable par les parents !

451Bref, pour reprendre une phrase de Paul Lafargue en 1881, « Il y a autant d’autonomies que d’omelettes et de morales : omelette aux confitures, morale religieuse ; omelette aux fines herbes, morale aristocratique ; omelette au lard, morale commerciale ; omelette soufflée, morale radicale ou indépendante, etc. L’Autonomie, pas plus que la Liberté, la Justice, n’est un principe éternel, toujours identique à lui-même ; mais un phénomène historique variable suivant les milieux où il se manifeste ».

452Et l’autonomie prônée en bibliothèque, qu’est-ce que c’est ? À la lumière des exemples ci-dessus, on devine que le vœu (honorable) d’une totale maîtrise par chaque individu de lui-même, de son environnement et de ses besoins et moyens d’information – ce qui pourrait être nommé souveraineté – n’est pas la préoccupation unique des bibliothécaires, qui persistent à utiliser le terme autonomie à tort et à travers. De quoi s’agit-il alors ? Décortiquons le discours…

453La maîtrise du lieu institutionnel

454Peut être déclaré autonome celui qui a intégré les codes et règles posées par l’institution : on ne crie pas, on ne gêne pas les autres, on respecte les dates de retour, et même on a une vague idée des parcours possibles entre les salles, avec leurs différentes autorisations d’accès. Bref, on possède le code social du lieu.

455Rien de choquant là-dedans. Tout espace social génère ses codes, et tout nouvel arrivant dans n’importe quel espace social (un théâtre, un ministère, une école, la sécurité sociale, un magasin de quartier, ou la bibliothèque !) « sent » en général cette nécessité d’usage collectif. Mais cette autonomie-là n’est pas un objectif bibliothécaire : elle relève de l’éducation familiale, scolaire, sociale de tout individu. À la bibliothèque la charge de rendre lisibles ces codes sans intervention humaine autre qu’exceptionnelle.

456La maîtrise des outils de l’institution

457Dans un domaine plus proche de l’activité bibliothécaire, on recherchera l'« autonomie » de l’usager à travers sa maîtrise du catalogue, des bases de données, du système de classification (etc.) posés a priori par les bibliothécaires pour faciliter l’accès des usagers aux documents et à leur contenu.

458Pour avoir (très) longuement pratiqué ces outils bibliothécaires dans leurs interfaces et signalements offerts aux utilisateurs, je crois pouvoir affirmer que l’absence d’autonomie de ces derniers dans leur usage, éventuellement déplorée, révèle non une incapacité des utilisateurs, mais une déficience ergonomique, communicationnelle, voire conceptuelle des outils. Pitié, ne parlons plus formation des utilisateurs aux outils produits par les bibliothécaires ! Sauf cas très spécifiques – recherche avancée – la manipulation de « nos » outils devrait être aussi évidente que le décryptage des signaux routiers, le repérage dans une librairie, ou la fenêtre de requête d’un moteur de recherche !

459La maîtrise des itinéraires de recherche documentaire

460Nous en arrivons à la question qui tue : « Pourquoi apporter la réponse détaillée à un usager ? Il faut lui apprendre à chercher par lui-même ! ». L’objection n’est pas stupide en elle-même, encore faut-il la contextualiser :

461Si l’utilisateur a nécessité de maîtriser une compétence (dans un cursus scolaire ou universitaire : savoir chercher, discriminer, construire sa bibliographie ou recueillir les documents pertinents pour son TPE…) ou dans un contexte social plus ordinaire (communiquer avec ses petits-enfants éloignés, rechercher un emploi, etc.), il est sans aucun doute nécessaire de se soucier de l’autonomie de l’utilisateur : la répétition de ses recherches ou son statut d'« apprenant » imposent à la bibliothèque la fourniture des moyens de lui permettre cette liberté de se mouvoir dans les contenus ou outils qui lui sont nécessaires quotidiennement. À souligner : l’individu emprisonné dans un cursus cherchera par tous moyens à contourner ses impératifs d’autonomie (« vous pouvez m’écrire mon devoir ? »), l’individu avide de poursuivre son objectif personnel recherchera une assistance fondamentale aux compétences nécessaires (« vous pouvez m’apprendre à communiquer par mail ? »). La réponse institutionnelle de la bibliothèque ne peut évidemment être identique : au premier le détournement vers des techniques génériques adéquates à lui faire apprendre « son métier », au second la formation au savoir-faire dont il a un besoin urgent (et non l’écriture du mail à sa place). Dans les deux cas on forme, mais pas dans le même contexte et c’est important !

462Enfin, l’utilisateur peut souhaiter une information ponctuelle, pour diverses raisons toujours circonstanciées et hors de ces injonctions pérennes (professionnelle : « chirurgien devant opérer demain, j’ai besoin des derniers articles sur la chirurgie du fémur en cas de traumatisme affectant les tendons » ; personnelle : « doctorant en physique, je cherche l’origine du prénom de ma copine » ; angoissée : « mon poisson rouge présente des taches blanches ; est-ce que c’est une maladie ? » ; consumériste : « mon tailleur en laine et lycra a été taché par des débris de pizza : comment le détacher ? » ; etc.). Il est évident que les demandeurs n’attendent pas une méthode ou une hypothétique autonomie, mais une réponse, et de préférence vite. Va-t-on conseiller au chirurgien de se plonger dans les annales des revues de condyloplastie ? au doctorant d’explorer les arcanes de l’onomastique ? à l’adolescente de découvrir les travaux vétérinaires ou biologiques ? à la passante de découvrir les arcanes de la teinturerie ? Et pourquoi pas à la fidèle lectrice qui désire un roman « dans le genre de XXX » d’entamer un cursus de littérature comparée ?!

463Entre autonomie de l’usager et confort du bibliothécaire

464L’argument de l’autonomie de l’usager me semble souvent être un faux nez « facile » qui excuserait l’absence du bibliothécaire de la scène où se meut le public. Les bibliothécaires universitaires savent pour la plupart que leur service accompagne le travail éducatif bien au-delà de l’offre documentaire, via des formations et des ateliers en ligne ou en présentiel (encore parfois certains incriminent l’absence d’autonomie des étudiants sans mesurer leur propre déficit d’investissement dans cette politique pro-active…).

465Les bibliothécaires de lecture publique, quant à eux, doivent faire face à un contexte beaucoup plus diversifié :

  • nombre de leurs utilisateurs sont des élèves ou étudiants dont ils attendent une capacité de recherche inégalement acquise ;
  • mais beaucoup de leurs utilisateurs sont certes savants (ou en voie de l’être) dans un domaine spécifique, tout en se tournant vers la bibliothèque lorsqu’ils s’aventurent hors de leur champ de compétence ;
  • le « grand public » avance en ordre dispersé, tantôt demandeur d’autonomie (!!), tantôt en recherche d’assistance personnelle…

466L’argument de l’autonomie ne saurait revêtir un caractère universel dans cette diversité.

467Comment s’y retrouver ?

468Restons dans les bibliothèques publiques. Et restons dans l’autonomie.

469Qu’est-ce qu’un usager autonome ? C’est sans aucun doute :

  • une personne qui a accepté les codes sociaux en vigueur dans le lieu…
  • qui se débrouille dans son champ de « compétence » avec les outils dont elle dispose (fournis ou non par la bibliothèque) ;
  • et… c’est tout !

470Autonomie voulue, autonomie subie

471Dans les bibliothèques publiques, le seul argument d’autonomie impérative porté à l’encontre des utilisateurs peut être celui lié aux situations éducatives (et encore faut-il accompagner l’injonction des mesures pédagogiques ad hoc). Au-delà, les alternatives sont simples :

  • ou l’utilisateur est expert dans le domaine qui l’intéresse, et il sera vite expert dans la maîtrise des itinéraires utiles (souvent bien plus d’ailleurs que le bibliothécaire) ;
  • ou l’utilisateur est en demande explicite de formation à des outils ou processus de recherche ;
  • ou il faut bien accepter d’aider, encore et encore, d’apporter la réponse, encore et encore…

472Et qu’on ne vienne pas me dire qu’il faut toujours expliquer l’itinéraire de recherche dans les réponses patiemment élaborées ! Quand j’amène ma voiture en panne chez le garagiste, je me fiche de savoir si c’est le delco qui a bousillé le furnibule, je veux qu’elle marche !

473Ou alors les bibliothécaires ont tous le rêve secret de disparaître pour laisser la place à des publics devenus bibliothécaires ? Si c’est le cas, nous surestimons notre métier – qui devrait être nécessaire à chacun et non un palliatif temporaire d'« inconnaissance passagère » !! – autant que nous le sous-estimons : notre métier est de servir, non de transformer chacun en serviteur de lui-même…

474Qu’en pensez-vous ? (la suite plus tard…)

475Commentaires au billet À propos de l’autonomie de l’usager

4761/ Commentaire par Manue – vendredi 23 janvier 2009

477« La manipulation de “nos” outils devrait être aussi évidente que le décryptage des signaux routiers » : complètement d’accord, mais au fait, combien de jours de formation faut-il pour maîtriser le code de la route ??? Les besoins de l’usager qui veut apprendre à conduire ne sont pas les mêmes que ceux de celui qui veut juste traverser la route (cette dernière « autonomie » étant accessible à un enfant de 8 ans…). À mon avis, nous avons le même problème avec nos outils, catalogues ou autres : le problème n’est pas tant de les rendre ergonomiquement évidents, que de permettre à différents types d’usagers de s’y retrouver sans être parasités par une complexité qui ne les concerne pas, ou bloqués par une simplification excessive, qui n’est pas à l’image de la richesse des contenus ou des données. Généralement, la recherche d’un compromis entre les deux est une catastrophe qui ne satisfait personne…

4782/ Commentaire par B. Majour – vendredi 23 janvier 2009

479Bonjour,

480« Le Guichet du savoir, précisant que ce service apportait une réponse complète et précise à toute question. (*) »

481(*) Sauf celles portant sur le « fonctionnement » de la bibliothèque. Je viens de m’y casser les dents.

482« Et inévitablement est venue la sempiternelle question : “Mais est-ce que cela ne va pas à l’encontre de l’autonomie de l’usager ?”…smileys Forum »

483J’aime bien ce genre de question.

484Alors qu’en réalité, ne s’agit-il pas de l’autonomie du bibliothécaire ?

485A-t-on vraiment pris en compte la formation de plusieurs milliers de personnes ?

486Rien qu’utiliser une souris, ça prend une demi-journée, pour savoir la manipuler correctement. Et une souris, c’est basique à utiliser, aucune réflexion intellectuelle nécessaire : gauche, droite, haut bas, clic et double clic, tout est là. Une demi-journée d’usage.

487Expliquer la cote… Malgré plusieurs répétitions, et plusieurs années de passages à la bibliothèque, j’ai une professeure des écoles qui m’a posé la question : mais comment est-ce rangé ? (c’est vrai, à sa décharge, elle a trouvé des albums avec deux lettres mélangées, D et E ensemble, dans le même bac… Malheureusement, oui, mes albums en D débordent à présent sur les E. Sans compter le passage des scolaires et autres enfants qui reclassent « droit devant eux » tout document consulté mais non emprunté. Les adultes de même lorsqu’il s’agit de se baisser vers le rayonnage le plus bas.)

488L’autonomie, c’est bien… mais encore faut-il savoir lire, ou comprendre le système.

489Reconnaître le choix de classement des bibliothécaires (et avaler la couleuvre, qui est si simple qu’il faut des cours approfondis pour bibliothécaires, et un livre en deux volumes bien épais, tellement elle est « simple » !!! (smileys Forum)… Sans parler des codes à rallonge que personne ne regarde au-delà des quatre premiers chiffres, sauf les bibliothécaires… pour le rangement.)

490Comprendre ce qu’est la signalétique (autorité matière, autorité auteur… et tout le jargon bibliothécaire, qui déteint même sur l’OPAC).

491Google, c’est « un » seul endroit où taper sa question.

492Donc, on peut donner l’illusion à l’utilisateur qu’il va être autonome. (C’est vrai que plusieurs millions de réponses, ça rend très autonome).

493Ceci n’est que le premier pas d’apprentissage de la bibliothèque.

494Il en reste d’autres, dont celui de la connaissance du bâtiment (vous avez caché où le manga XXX… ah bon, il est chez les jeunes ? Et celui-là chez les adultes… il faut vraiment que je me déplace aux deux endroits ?).

495Bref, combien de temps faut-il à un usager pour être capable de trouver, seul, un livre dans la bibliothèque ?

496Une heure, deux heures, trois heures ? (Questions pour un Champion de bibliothèque ?).

497Alors, n’est-il pas plus facile pour le bibliothécaire, durant la première visite, de dire : n’hésitez pas à venir me poser des questions si vous ne trouvez pas ? (parce qu’il faut bien servir les autres usagers… et aussi parce que ça prend du temps de rendre « indépendant » l’usager, dans les rayonnages en libre consultation).

498Tout simplement, parce que former (rien qu’un bénévole), ça prend un bon mois facile pour qu’il/elle sache « bien » ranger le gros des livres.

499S’approprier le lieu, s’approprier ses signes, et s’approprier le personnel, ça n’a rien d’immédiat. Ça prend du temps, beaucoup, et le temps c’est de l’argent.

500Quelle BU a prévu la formation de plusieurs milliers d’étudiants, dès le début de l’année, sur la première semaine (ou durant les vacances) ?

501Quelle BM, un peu importante, a prévu une demi-journée de visite et d’apprentissage de la bibliothèque… par semaine ? (oui, par semaine, pour accueillir le flot régulier mais incessant des nouveaux usagers).

502N’est-ce pas déjà significatif en soi.

503Un flot de nouveaux venus qui menaceraient sérieusement l’autonomie des bibliothécaires, s’il fallait, à tous, enseigner l’usage (complet ? utile ?) de la bibliothèque.

504Si c’est bien ce que les usagers recherchent. (Complet ? utile ? mais pour qui ?).

505En effet, si je viens chercher un poisson, je n’ai pas forcément envie de savoir pêcher.

506Et, pour en revenir au « Guichet du Savoir », ça tient du même principe.

507Poser la question a quelqu’un qui sait, c’est la démarche la plus intelligente que je connaisse.

508Là, il existe alors deux types de réponses :

  • on donne la solution ;
  • on donne sa démarche, avec la solution au début ou au bout.

509Par souci de rapidité (et pas que du côté usager), on comprend bien que le premier type de réponse va être privilégié.

510Bertrand C. précise : « Et qu’on ne vienne pas me dire qu’il faut toujours expliquer l’itinéraire de recherche dans les réponses patiemment élaborées ! Quand j’amène ma voiture en panne chez le garagiste, je me fiche de savoir si c’est le delco qui a bousillé le furnibule, je veux qu’elle marche ! »

511Oui, mais en même temps, si on peut éviter le retour de la panne – par son action – la démarche devient intéressante. Surtout quand la facture passe à trois chiffres au-dessus de la virgule.

512Dans le cas du bibliothécaire – gratuit –, le problème se pose lorsque ce dernier n’est pas là.

513Comment fait-on alors ?

514Et il devient plus qu’intéressant de savoir qu’en grattant le delco, on peut espérer être à l’heure au théâtre, sans se faire traiter de tous les noms par madame.

515La démarche peut être modulée et adaptée, sur du long terme. La réponse directe, non.

516Donc, parce que redistribution d’un savoir, la démarche se révèle plus riche au bout du compte.

517Même si on n’a pas toujours le temps (ni l’envie) de la fournir.

518Dans le cas du garagiste, la démarche est son gagne-pain. La donner, c’est permettre au propriétaire de la voiture de se passer de lui. Ce qui est contre-productif pour lui.

519Le bibliothécaire étant gratuit, n’est-ce pas là une solution, pour lui, de diminuer son temps de réponse à des questions identiques ? Afin d’entreprendre d’autres démarches, plus pointues ou plus biblio-techniques ?

520À défaut de disparaître de la scène :-), lorsque les usagers seront tous autonomes. (Tous ?).

521Et quand bien même, il y aura encore les coulisses.

522Mais alors ça voudra dire que nous sommes devenus parfaitement « clairs » pour tous les usagers. Que nous nous sommes mis à la place, que nous sommes « re »devenus des usagers.

523Fin de la bibliothèque Babel et opaque ?

524Bien cordialement.

5253/ Commentaire par Frédéric – vendredi 23 janvier 2009

526Ravi de vous voir relativiser ce fameux mythe de l’autonomie de l’usager. Plus les années passent et plus me semble ridicule cette volonté des bibliothécaires de créer une cohorte de petits apprentis qui comme eux maîtriseraient la Dewey et RAMEAU. Les outils de classement et d’indexation sont à mon sens faits par et pour les bibliothécaires, l’important étant de trouver comme vous le dites le moyen de les rendre facilement lisibles par les usagers. Le manque de clarté et de lisibilité de notre façon d’organiser le savoir est à mon sens un des principaux problèmes des bibliothèques, dont les outils de classement courent désespérément après un champ de la connaissance sans cesse mouvant. Autant il me semble important de pouvoir transmettre aux usagers des bases et des méthodes de recherche de l’information et des outils pour ne pas se perdre dans l’océan informationnel contemporain, autant il me semble vain d’attendre de nos lecteurs (internautes, auditeurs, etc.) d’adopter nos usages professionnels. Toujours cette fâcheuse tendance à vouloir conformer nos publics à nos valeurs…

527Bien à vous.

5284/ Commentaire par Christelle DP – vendredi 23 janvier 2009

529Bonsoir à tous,

530Le Guichet du Savoir n’aime pas la mauvaise foi, d’ailleurs moi non plus…

531Pour éclairer la raison qui a fait « se casser le nez » à M. Majour, il est utile de préciser que sa question ne portait nullement sur le fonctionnement « bibliothéconomique » du « système bibliothèque », mais sur des données internes au fonctionnement de nos services, à savoir des éléments d’évaluation statistique (dont l’essentiel se trouve d’ailleurs sur le site institutionnel de la Bm de Lyon). Le Guichet du Savoir, qui, je le rappelle, est un service destiné au public, et non aux professionnels dont l’une des compétences est, en théorie, d’identifier le bon canal d’information, répond aux questions d’ordre strictement documentaire, ainsi que nous l’avons rappelé (gentiment et par e-mail) à M. Majour, en lui demandant de nous contacter par voie professionnelle. Notre page d’accueil explique d’ailleurs très clairement notre positionnement en termes de public et de contenu.

532Je profite du billet de Bertrand pour signaler à quel point je suis excédée, non par l’absence d’autonomie de nos pauvres usagers perdus dans les abysses de l’information, mais par l’inconscience de nos collègues qui se permettent d’utiliser un service destiné au public, et de nous mettre à contribution. Leurs questions relèvent, au pire, soit de l’incompétence professionnelle, soit d’une très grande confusion, bien à la mode il faut l’admettre, entre sphères d’activité professionnelle, relations inter-professionnelles et relations inter-personnelles. Je suis par là même plus que dubitative sur la question de l’affirmation de l’autonomie de l’usager, postulat qui ne sert souvent que d’alibi au bibliothécaire davantage concerné par la gestion de ses collections. Le Guichet du Savoir, comme les autres services de questions-réponses, n’est pas un service de sous-traitance documentaire qui se substituerait au nécessaire savoir-faire de tout professionnel de l’information.

533Bien cordialement.

5345/ Commentaire par Anonyme – samedi 24 janvier 2009

535« Notre métier est de servir ». Personnellement, je ne me considère pas comme un larbin.

536Réponse de Bertrand Calenge – samedi 24 janvier 2009

537Cher « anonyme »,

538Servir les autres est l’apanage de nombre de métiers, qui je pense s’en enorgueillissent plus qu’ils ne le déplorent, que ce soit à Lyon, à Eaubonne ou à Herblay. Dans les bibliothèques, ou dans les centres Leclerc, des milliers de personnes sont « au service de ».

5396/ Commentaire par Matthieu – dimanche 25 janvier 2009

540Bonjour,

541L’autonomie de l’usager est effectivement une question complexe. Elle porte de nombreux visages à l’intérieur même des usages des différentes bibliothèques, qu’elles soient publiques, universitaires, techniques et autres…

542Étant utilisateur de BU et de BM depuis quelques années déjà à Lyon, Clermont, et d’autres… Il m’arrive encore régulièrement de demander de l’aide aux bibliothécaires. Quoi de plus normal. Je suis autonome sur certains usages. Mais lorsqu’il s’agit de repérer la section géographie, ce n’est pas en connaissant le classement Dewey (intellectuel) que je sais où cette section se trouve dans la bibliothèque (physique)…

543Ce qui fait de l’autonomie quelque chose d’extrêmement relatif et parfois changeant, selon la bibliothèque que l’on fouille.

544@ B. Majour

545Il existe des BU qui « forment » les nouveaux étudiants à la classification à la BU de Gergovia, à Clermont-Ferrand. Mais c’est anecdotique :). Je l’ai suivie la première année, mais contraint, à vrai dire et sans grande attention de ma part. C’est à partir d’une démarche volontariste (question aux bibliothécaires, recherches pendant des dizaines de minutes…) que j’ai pu réellement connaître les ressources de cette bibliothèque. Et cela ne m’empêche pas, certaines fois, d’y être complètement perdu à nouveau.

546Ceci pour illustrer cela. À part les professionnels des bibliothèques, les seuls à être réellement autonomes au sein d’une bibliothèque, un usager doit toujours avancer par pallier. Une question apporte une réponse et un degré d’autonomie supplémentaire, jusqu’à ce qu’une nouvelle question naisse et que la bibliothécaire soit à nouveau demandée pour de l’aide ; et ainsi de suite, ad aeternam.

547@ Bertrand Calenge

548Ce qui fait que le métier de bibliothécaire est nécessaire. Ne serait-ce que parce qu’il est impossible de se passer de lui. Que l’usager n’a jamais le temps de s’adapter complètement aux évolutions de la bibliothèque (même en tant que professionnel le changement est parfois difficile à suivre). Pour imager un peu mon point de vue : la bibliothèque est un visage : la collection est ce qu’elle présente à l’usager, et les professionnels des bibliothèques sont là pour en décrire les expressions.

549Et puis, c’est un service public, un service au public !

550@ Anonyme. Et pas n’importe quel service… C’est une valeur en soi, d’être présent pour ceux qui ont besoin de ces services. En tant que moniteur de bibliothèque, j’ai été très fier de partager avec d’autres ce que la bibliothèque qui m’employait recelait comme trésors…

551Cordialement.

5527/ Commentaire par Raphaële – lundi 26 janvier 2009

553Entièrement avec vous, M. Calenge. Je ne saurais dire mieux ma façon de penser concernant la formation des usagers (nos outils sont anti-ergonomiques, et tout le monde n’a pas besoin d’acquérir les compétences d’un bibliothécaire) et le renseignement au lecteur, dont la plupart des collègues se passeraient bien, il faut l’avouer. Brandir l’étendard de l’autonomie revêt pour moi un caractère d’hypocrisie : on préfère penser que l’usager doit se former pour n’avoir pas à s’en occuper, voilà tout. D’ailleurs, l’autonomie, cela ne se décrète pas, cela se prend.

5548/ Commentaire par Aimable – mardi 27 janvier 2009

555@Bertrand Calenge : Le parallèle que vous faites, au sujet du « service », entre bibliothèques et supermarchés est une déclinaison de ce nouvel esprit que la propagande managériale tend à imposer aux personnels des bibliothèques. J’ai travaillé longtemps dans un supermarché et je peux témoigner qu’en dehors des chefferies, personne ne s’est jamais « enorgueilli » d’être « au service de ». Plutôt que d’apprécier la grandeur de la servitude volontaire, on se souciait de préserver notre dignité et notre autonomie mises à mal par l’arrogance et la toute-puissance de cette racaille que constitue le type social du « client ».

556Si les échanges qui se nouent dans bibliothèques devaient régresser au niveau de ceux que la logique libérale impose là où elle règne en maître, on assisterait à l’universalisation du « type anthropologique » de l’esclave.

557Puisqu’il est ici question du rapport entre autonomie et service, je préfère quant à moi aborder la question à partir des remarques d’un Kropotkine qui, pour démontrer l’évidence du communisme (dans sa version libertaire), prend entre autres pour exemple le métier de bibliothécaire. Je n’en dis pas plus, ça va vous ennuyer.

558Je conclus : si l’on s’efforçait de penser les bibliothèques dans la perspective de l’utopie au lieu de chercher à les intégrer toujours plus dans la logique et les structures de la modernité libérale et capitaliste, on aurait des chances de sortir des apories que vous pointez dans votre intervention et d’avancer dans la création d’un « service » qui ne soit pas la reproduction d’un « libre-service ».

559P. S. « […] que ce soit à Lyon, à Eaubonne ou à Herblay […] » : on vit décidément dans un monde orwellien.

5609/ Commentaire par B. Majour – samedi 31 janvier 2009

561@Christelle DP

562Bonjour,

563Je retrouve enfin Internet pour vous lire.

564Oui, je me suis « cassé le nez », pour n’avoir pas tout lu et avoir subi une impulsion subite.

565Donc je reconnais ma faute sans aucune ambiguïté.

566Pour expliciter ma démarche (et rester dans le questionnement de ce post) :

567– Sans y réfléchir plus avant, j’ai pensé que le Guichet du savoir répondait à toutes les questions, vraiment toutes.

568– J’ai donc recherché « guichet du savoir » sur un moteur de recherche « connu ».

569– Puis cliqué sur le lien (qui arrive en premier)

570– Là, le gros bouton rouge m’a aussitôt attiré… il est inscrit « Cliquez ici pour poser votre question ».

571– J’ai cliqué.

572– Puis j’ai rempli les champs nécessaires à l’obtention d’un code et d’un mot de passe.

573– Avant de poser ma question.

574Le lendemain, donc bien avant les 72 heures, j’ai reçu la réponse, que vous mentionnez.

575Avec gentillesse et délicatesse, c’est tout à fait exact, et je vous en remercie.

576Ça ne m’a pas empêché de me dire : « Ah, M…, qu’est-ce que j’ai raté ? »

577J’ai repris la page d’accueil et j’ai enfin regardé le reste de la page.

578J’ai alors lu les différents points que vous évoquez et vu qu’il s’agissait d’un service destiné au grand public.

579Première erreur de ma part.

580L’impulsion subite en était une deuxième.

581Vous déranger plus avant pour une question ponctuelle, et mobiliser votre temps, sans intérêt pour vous, en serait une troisième.

582Surtout, comme vous le dites, que l’essentiel est trouvable sur votre site.

5831, 2, 3, Mea culpa.

584Aussi, quand Bertrand indique que le Guichet du Savoir répond à toutes les questions, je précise aux autres professionnels qui lisent ce blog : ce n’est pas le cas.

585Les demandes professionnelles doivent passer par un autre tuyau.

586À juste titre !

587Le Guichet du Savoir est pour grand public.

588« Mauvaise foi » ?

589Je ne suis pas de « mauvaise foi », j’ai suivi une démarche erronée. (par manque de réflexion, ce qui vaut sans aucun doute un manque de compétence :-), dans un domaine ou dans plusieurs.)

590Je vais donc corriger cette démarche erronée, pour acquérir une meilleure autonomie.

591Enfin, peut-être, puisqu’il m’arrive très souvent de procéder par test erreur (tâtonnements en bon français : on essaie, on rate… on recommence. L’autonomie, c’est aussi de l’expérience et de l’usage.)

592« Casser le nez » pour moi était juste une information résumant mon test erreur, et je n’y ai mis aucune tournure négative… mais peut-être y en a-t-il dans le ressenti.

593Si c’est le cas, je m’en excuse.

594Bien cordialement.

59510/ Commentaire par MxSz – mercredi 4 février 2009

596Bonjour,

597Le ton du commentaire de Christelle di Pietro concernant l’utilisation jugée abusive des Guichets, et la réponse heureusement aimable de B. Majour, me semble bien représentatifs :

5981. du succès des Guichets.

5992. donc de l’augmentation de la charge de travail pour Ch. di Pietro et l’équipe des Guichets

6003. du leurre qui consiste à vouloir interdire, si ce n’est en accablant les « mauvais collègues » qui font exprès de taquiner les bibs lyonnais. C’est un peu comme vouloir lutter contre les DRM : laissez tomber, c’est peine perdue.

6014. de la logique du chacun pour soi qui règne concernant les services de référence à distance.

602Je m’explique. Que les Guichets soient un succès, et bien… on ne peut que s’en féliciter. Après je vous pose la question : un lecteur pose une colle à un bibliothécaire, en service public, ailleurs en France qu’à Lyon. Celui-ci ne sait pas répondre. Ledit bibliothécaire renvoie ledit lecteur vers les Guichets du savoir. C’est bien ? C’est pas bien ? Quelle différence, ici, entre poser la question soi-même ou renvoyer le lecteur vers un service de référence d’une autre collectivité, comme les guichets ?

603Ensuite, le truc que j’ai dû mal à comprendre, c’est la multiplication de ces services (le récent Ubib, le guichet, Sindbab, Rue des facs, Enssib, etc.). Ok ils procèdent tous – pour les SCD en tout cas – d’une logique de coopération. Et je conçois parfaitement qu’il soit difficile de mettre en place un immense service de questions/réponses à l’échelle de la France, de l’Europe ou de la Galaxie.

604Mais quand même, ne pourriez-vous pas envisager, toutes et tous, de créer un espace de mutualisation au moins de l’immense stock de réponses déjà apportées ? Ça, on n’en parle même pas, et je trouve cela bien dommage. Même si avec des si, etc.

605Au lieu de quoi, je sens sourdre une petite pointe taquine, du genre « nanananère », dans cette phrase présentant l’un de services de références à distance : « Avec 45 heures hebdomadaires de permanence en ligne et l’engagement de répondre sous 48 heures, xxxx est à ce jour le service d’information le plus ouvert et le plus rapide en France ».

606Bref, je ne crois pas que l’avenir des services de questions/réponses à distance soit dans le cloisonnement (entre institutions, entre types de publics : les bibs/les non bibs) et la concurrence.

Parcours 6. Zoom sur la thématique de l’accompagnement, proposé par Joëlle Muller

  • 11 Voir le « Parcours 11. Corpus des billets », p. 303.

607Sur la cent cinquantaine de billets publiés par Bertrand Calenge entre 2008 et 2015 sur son blog, une dizaine peut être rattachée à une thématique plus générale de l’accompagnement du public11, terme qu’il privilégie parce qu’il donne une idée juste du chemin à deux accompli par le bibliothécaire et l’usager. Cette dimension élargie prend tout son sens dans le contexte d’ouverture de ces vingt dernières années. En effet, l’arrivée d’Internet et de Google a complètement transformé les relations des personnes envers l’information, l’actualité et exacerbé le besoin de réponses rapides. Les publics se sont diversifiés, se côtoient mais ne se mélangent pas. Les bibliothèques s’ouvrent aux autres métiers, cherchent à toucher des publics peu présents. Tous les éléments de ce contexte amènent une évolution de la notion d’accompagnement et ont fait évoluer les services offerts. Dans son dernier billet daté de décembre 2015, Bertrand énonce 4 théorèmes concernant les bibliothèques. Le quatrième représente bien les idées émises dans cette dizaine de billet abordant la thématique de l’accompagnement.

« Arrêtons de parler de la bibliothèque : la réalité de l’institution réside dans les capacités actives de médiation des bibliothécaires ! Cette dynamique-là ne se construit pas ex nihilo, par le seul miracle de ressources accumulées et proposées à une population. Elle exige une mobilisation des acteurs. C’est sans doute, à mon sens, la principale émergence de ce dernier demi-siècle : bien plus que l’informatique ou le numérique, c’est l’urgence de la médiation humaine des connaissances qui est réclamée pour construire du sens. Les bibliothécaires (et les autres acteurs professionnels œuvrant dans les bibliothèques et autour d’elles) peuvent entrer en scène ; mieux, ils le doivent. À eux de mobiliser les échanges, de dynamiser les partages, d’inventer la surprise, bref de donner du sens au Léviathan informationnel toujours plus énorme. C’est un magnifique défi pour les nouvelles générations de professionnels ! Il faut le réussir ! ».

Transmettre… 31 octobre 2009a

Ce billet est très dense, sur presque 6 pages et autant de commentaires (de Silvère Mercier et de Michel Piquet), Bertrand Calenge rebondit sur un commentaire de Michel Piquet sur le blog Bibliossession. Michel Piquet s’insurge sur l’inadéquation du terme médiation pour traduire l’action du bibliothécaire avec les usagers. Quant à lui, Bertrand Calenge préfère utiliser le mot transmission qui rend mieux compte de l’échange qu’il y a entre le personnel et le poseur de question. La neutralité du terme « accompagner » rend bien cette situation d’échange entre deux personnes. L’une a des compétences : elle sait chercher. L’autre a un besoin mais également des compétences sur le sujet dont elle parle ou sur d’autres sujets connexes. L’échange peut alors se dérouler. Il va aussi permettre à chacune des personnes de découvrir, de faire évoluer ses compétences. L’échange se termine par la transmission. Chacun repart avec quelque chose en plus. Transmettre le savoir accumulé pour le faire partager.
A propos de l’autonomie de l’usager 22 et 30 janvier 2009b Ces billets sont les plus longs du cycle sur l’accompagnement et ont généré un nombre important de commentaires. Cinq pages de billets et dix pages de commentaires. C’est très long pour un blog. Bertrand Calenge s’attaque au « mythe inamovible du bibliothécaire de lecture publique : l’autonomie de l’usager. » Mais de quelle autonomie parle-t-on ? Bertrand Calenge en repère trois :la maîtrise du lieu institutionnel. C’est-à-dire la capacité de l’usager à comprendre les règles de fonctionnement, à posséder le code social du lieu.- La maîtrise des outils d’information. C’est-à-dire sa capacité à utiliser le catalogue, à se repérer dans le système de classification. Bertrand Calenge remarque fort justement que le manque d’autonomie de l’usager envers ces outils est le plus souvent dû à leur mauvaise ergonomie.- La maîtrise des itinéraires de recherche documentaire. C’est l’idée récurrente du bibliothécaire : ne pas apporter la réponse toute faite mais apprendre à l’usager à chercher la méthode adéquate. Lui apprendre à chercher par lui-même. Selon l’auteur de ce blog, il y a deux manières de voir les choses. Effectivement s’il s’agit d’un usager qui aura ensuite besoin de faire de nombreuses requêtes dans le cadre de ses études ou de sa vie professionnelle. Oui il est intéressant de lui apprendre la méthodologie. Mais si l’usager cherche une réponse rapide et ponctuelle à une question qui n’est pas dans son domaine de connaissance, pour quelle raison l’obliger à connaître toute la démarche ?Pour résumer, pour l’auteur, l’autonomie en bibliothèques de lecture publique pourrait se cantonner à :- « une personne qui a accepté les codes sociaux en vigueur dans le lieu ;- qui se débrouille dans son champ de compétence avec les outils dont elle dispose (fournis ou non par la bibliothèque) ».La référence à l’autonomie est bien souvent liée au confort du bibliothécaire d’être absent de la scène. Je vous laisse imaginer le nombre de commentaires favorables ou défavorables aux idées exprimées. C’est ce que l’on appelle une idée prêtant à controverse. Dans les commentaires, j’ai relevé cette phrase que je trouve très judicieuse : « Poser la question à quelqu’un qui sait, c’est la démarche la plus intelligente que je connaisse. »

Empruntez un bibliothécaire ! 10 février 2009

Encore un billet qui a suscité beaucoup de commentaires et dont la thématique découle des précédents sur l’autonomie. C’est une forme d’accompagnement peu pratiqué en France et qui nous vient du Canadac. Il s’agit, pour l’usager, de pouvoir faire appel à un membre du personnel compétent pour collaborer sur un travail à faire. Ce service n’est généralement pas proposé en bibliothèque de lecture publique par manque de temps. Il existe ponctuellement en bibliothèques spécialisées pour les enseignants-chercheurs. Cela exige un suivi personnel par un bibliothécaire au fait de leur problématique et attentif à leurs pistes de recherche. Je l’ai vu fonctionner avec beaucoup de bonheur à la bibliothèque de Sciences Po. Cela permet d’instaurer une meilleure reconnaissance de nos compétences auprès des usagers.
a. Lire le billet dans cet ouvrage, p. XX.
b. Lire le billet dans cet ouvrage, p. XX.
c. Des services personnalisés apparaissent à partir de 2003 aux États-Unis sous la forme Ask a librarian.

Parcours 7. Stratégies et perplexités face au numérique, proposé par Véronique Mesguich

608Bertrand Calenge ne faisait pas partie de la génération dite des « natifs de l’ère numérique ». Il a été témoin, comme nombre de professionnels, du passage du « monde clos » des catalogues de bibliothèques à l’« univers infini » du monde numérique. La période d’activité du blog, de 2008 à 2015, est en effet traversée par de grandes questions relatives aux nouveaux services et usages numériques : partenariats concernant la numérisation, usages des réseaux sociaux, enjeux du Web de données, etc. Ni technophile béat ni technophobe grincheux, Bertrand prend la mesure des innovations avec la rigueur qui le caractérise. « Oui aux outils, non à la sidération » : cette formule résume à elle seule son attitude mêlée de curiosité et de lucidité. Il suit de nombreux flux et échange régulièrement avec plusieurs blogueurs dans le domaine du numérique : mais il occupe une position unique et atypique parmi des personnes « écartelées entre une révolte contre les conditions juridiques et économiques dont le savoir est l'otage, et une fascination parallèle envers les opportunités extraordinaires de technologies toujours innovantes ». Dans une blogosphère où l’anathème et la posture idéologique sont monnaies courantes, Bertrand sait prendre et assumer ses positions, en laissant toujours une place pour le débat et la discussion constructive. Les titres de ses billets sont autant de questions ouvertes : « Un portail pour chaque bibliothèque ? », « Autour du livre numérique : quels discours ? », « Écrire moderne ? » – ou d’invitations à l’action : « Numérisations par Google : au boulot maintenant » ; le débat reste souvent ouvert en fin de billet : « Alors, on fait comment ? ».

609La lecture de ses nombreux billets consacrés aux différentes facettes du numérique révèle un souci de relier son sujet à des problématiques « métier » : sa réflexion ne se limite pas à la technologie pour elle-même, elle s’articule autour de la production des contenus numériques, des usages que l’on observe auprès des utilisateurs, et des services que l’on peut développer pour ces derniers. Bertrand s’appuie pour cela sur de nombreux exemples concrets, pris dans des bibliothèques de toute taille et de toute nature. « Dans la balance des enthousiasmes et des inquiétudes », il sait peser chaque argument et faire la part des choses, tout en veillant à ne jamais être juge et partie.

610La rédaction des billets est rarement liée à l’apparition d’un nouvel outil ou service numérique. La publication est souvent motivée par une réflexion « sur les stratégies ou les perplexités à l’œuvre dans les bibliothèques », ou encore en réaction à des billets d’autres blogueurs. Dans les premières années du blog, en 2008-2010, il est souvent question de numérisation des fonds patrimoniaux et d’usages du livre numérique. Mais aussi, dès 2008, de l’usage des réseaux sociaux pour la médiation documentaire. D’autres sujets, comme l’intégration du numérique dans la politique documentaire, sont abordés vers les années 2013-2014, mais son thème récurrent (et le fil conducteur de mon texte) sera le rôle des bibliothécaires pour qui maîtriser la déferlante des contenus et des outils numériques est moins une fin en soi qu’un moyen de servir ses différents publics.

Problématiques « métier »

611En 2009, Bertrand réagit sur « l’identité numérique des bibliothèques » : il souligne la distinction entre l’expression individuelle des bibliothécaires et l’expression institutionnelle de la bibliothèque. Il ne considère que deux modalités complémentaires d’intervention des bibliothèques sur Internet : « la modalité présentielle : poursuivre voire anticiper et faciliter via le Web l’usage des services rendus dans les lieux – a priori pour les utilisateurs de ce dernier -, tout en valorisant la dimension médiatique de l’institution ; la modalité servuctive : construire, avec les ressources documentaires et surtout humaines (compétences internes ou partenariales) des espaces spécifiques de service d’information essentiellement accessibles en ligne, qu’il s’agisse d’un service questions-réponses généraliste ou d’un espace thématique ». Il pose la question de la production des savoirs à l’heure du numérique, rêvant d’une « création collective de savoir et de mémoire » qui réclamera sans doute précautions et procédures. Dans un billet de 2012 intitulé « De quels savoirs la bibliothèque se fera-t-elle médiation ? », Bertrand revient sur la spécificité du rôle du bibliothécaire face à la profusion des publications numériques : « On devine également qu’abolir des millénaires de transmission assis d’abord sur la capacité bibliothécaire de mémoire maîtrisée, pour se noyer dans un flux régulé par de multiples médiations incontrôlées, pose la question sociale et politique d’un savoir partagé, car nous ne sommes pas les seuls, loin de là, à revendiquer cette « curation » et le fait que des réseaux se déclarent sociaux ne les rend aucunement porteurs de l’intérêt collectif, ni d’ailleurs réellement sociaux… ».

Numérisation des collections : inventivité créatrice et inquiétude

612De grands débats agitent le monde des bibliothèques, depuis le milieu des années 2000, autour du rôle de Google dans les projets de numérisation de fonds patrimoniaux. Pour Bertrand, « Il y a matière à débats, sans nul doute. Mais les débats sont souvent faussés par l'idéologie ». Dans ce billet, l’un des tout premiers, il adopte un ton pragmatique :« dans l'univers de la Toile, il faut trouver les moyens non tant de numériser nous-mêmes avec nos propres forces que d'offrir à nos publics la bibliothèque locale qui satisfera leurs besoins d'information ». Il se livre en 2009 à une joute verbale avec Lionel Maurel (Calimaq) toujours autour de la notion de numérisation du patrimoine. Bertrand reprend l’un après l’autre les arguments de son contradicteur, à savoir : la propriété des collections publiques numérisées, la perte de bénéfice pour les collectivités de l’exploitation des collections numérisées, ainsi que le risque de mainmise d’un acteur commercial unique sur l’accès à ce patrimoine. S’appuyant sur des témoignages de bibliothèques européennes « ayant cédé aux offres de l’ogre » (Google bien sûr !), Bertrand défend une conception du patrimoine « qui pose au premier plan non le capital économique des collections, mais la fonction première des bibliothèques : diffuser leurs contenus auprès des publics qu'elles doivent servir ». En fin 2009, il se fait un malin plaisir, en présentant la bibliothèque numérique Hathi Trust, de noter que la plupart des textes numérisés l’ont été par Google… et de rappeler avec une pointe d’ironie : « Le débat autour de la numérisation par Google des livres des bibliothèques fait couler beaucoup d’encre, de fantasmes et de beaux discours, du moins en France… où à l’heure où j’écris aucun livre d’une bibliothèque française n’est encore numérisé par l’entreprise californienne ». Trois ans plus tard, en 2012, Bertrand évoque à nouveau le Hathi Trust, en y trouvant des similarités avec la nouvelle bibliothèque numérique Numelyo lancée par la Bibliothèque municipale de Lyon (numérisation réalisée en partie grâce à un partenariat avec Google, et en partie par les soins de la bibliothèque). Bertrand s’insurge contre des accusations de « copyfraud » (appropriation illégitime du domaine public par un acteur public) portées contre la bibliothèque. Et de conclure : « Oui, je soutiens les initiatives en faveur des biens communs, et oui simultanément je soutiens les entreprises publiques qui veillent à ne poser aucune contrainte commerciale au libre accès des citoyens à leur patrimoine commun. En revanche, je m'insurge contre l'argutie juridique qui conduirait à une aporie confortable ». Sur ce même sujet, il s’invite dans le débat pour les élections présidentielles 2012 en formulant quelquespropositions concrètes : « encourager l’adoption nationale puis européenne d’une mise à disposition libre et gratuite dans les bibliothèques, des œuvres numérisées soit orphelines (dont on ne retrouve pas les ayants droit) soit indisponibles » ; « proposer une réduction uniforme des droits d’exploitation d’une œuvre de création, quelle que soit sa nature ou son support, à 50 ans après la mort de l’auteur » ; « garantir la liberté et la gratuité d’accès des collections numériques dont une bibliothèque possède les éléments ou dont elle a acquis l’accès, sur l’ensemble des ordinateurs, liseuses ou tablettes qu’elle met à disposition dans ses locaux ». Une participation à un colloque sur le livre numérique à Séville lui donne en 2012 l’occasion de porter la parole des bibliothécaires « face à une armada d'éditeurs, distributeurs, libraires et pouvoirs publics préoccupés par leur(s) seul(s) modèles économiques ». Selon lui, « Internet permet l’invention de moult services originaux qui peuvent très bien s’exercer à partir d’une matière première inchangée, celle des livres imprimés et autres documents matériels. Mais quand les contenus de ces livres et documents prennent une forme elle aussi numérique, nous n’observons pas un simple changement de support, nous sommes confrontés à une véritable reconfiguration qui, je le répète, mêle l’inventivité créatrice à l’inquiétude. ».

Le Web social : une utopie mobilisatrice ?

  • 12 Il nous fit l’honneur, à Muriel Amar et moi-même, de rédiger la conclusion de l’ouvrage collectif L (...)

613La période d’activité du blog est indissociable de l’évolution du Web 2.0. Là encore, souvent à contre-courant de la doxa, Bertrand s’est longuement penché sur les usages du Web 2.0 dans les bibliothèques12. L’un des premiers billets, en fin 2008, pose la question de la compatibilité des usages collaboratifs et du projet politique d’une bibliothèque. Bertrand voit le « 2.0 » comme « outil de travail au sein d’une structure d’offre – la bibliothèque institutionnelle – qui ne peut jamais avoir l’ambition de renverser les limites structurelles imposées par les règles administratives et institutionnelles ! ». Fort de ce constat, il distingue deux attitudes possibles et éventuellement simultanées pour les bibliothèques : « la dimension participative peut être appréhendée comme un atout marketing pour les services de la bibliothèque » ; l’institution publique intègre les nouveaux usages, sans modifier ses modalités de fonctionnement. L’autre attitude est plus radicale :« la même dimension participative s’introduit comme élément moteur d’un nouveau mode de fonctionnement d’une institution publique ». Dans tous les cas, Bertrand recommande de ne pas oublier que« nos bibliothèques sont des instruments d’action publique, et qu’à ce titre elles relèvent d’un projet politique précis et localisé. »

614De nombreux billets du blog évoquent non seulement l’appropriation par les bibliothèques des usages sociaux, mais aussi les échanges professionnels via plusieurs réseaux sociaux. Il estime notamment en 2010 que « les catalogues ne peuvent pas être 2.0 ». En effet, selon lui, un catalogue est « un outil permettant identification et surtout localisation d’un document ou d’un ensemble de documents au sein d’une collection », et cela ne semble guère compatible avec des échanges et interactions propres au Web social. En revanche, il suggère aux bibliothèques d’autres moyens plus efficaces pour être présents dans cette nouvelle vague du Web : produire du vrai contenu (en dehors du seul catalogue), tenir des blogs, disséminer les données du catalogue vers des sites internes et externes… Il va jusqu’à imaginer de « supprimer le catalogue en tant qu’entité autonome pour l’imaginer bouquet de ressources bibliographiques documentant une base de supports précisément localisés, assistance à un repérage de documents si soigneusement classés qu’ils peuvent en être inaccessibles ». Un échange contradictoire passionnant s’ensuivra avec Hubert Guillaud, sur son propre blog La Feuille.

615Un certain scepticisme affleure au sujet du caractère véritablement contributif de plusieurs réseaux sociaux : « LinkedIn ressemble à une ANPE sophistiquée, Facebook me semble relever de l'exhibitionnisme, etc. Il me reste ce qui me facilite la vie quotidienne et mon travail : les fils rss, l'agrégateur Netvibes et ses widgets bien utiles, les annuaires de signets en ligne de type Delicious, et les autres essais s'élaguent d'eux-mêmes. Et s'il faut dialoguer pour résoudre une question, ces bons vieux forums sont encore un des meilleurs « outils sociaux » qui soient ». Quant à Twitter, Bertrand lui consacre un billet relativement long en 2009. Là encore, il se base sur une expérience personnelle peu concluante (faut-il y voir une difficulté à manier la forme courte… ?), mais reconnaît que le réseau à l’oiseau bleu peut constituer un « bon outil d’alerte pour des bibliothèques ».

616Sur le Web 2.0 en général, Bertrand se méfie de discours positivistes et enflammés : il préfère « la réalité mouvante » à la « fiction techno-utopique ». L’un de ses billets les plus visionnaires, et qui résume plus que tout autre sa pensée, est sans doute cette publication de 2012 intitulée « Il faut des vrais mythes pour avancer ». Sans avoir de solution précise, Bertrand sait qu’il faudra opérer la jonction « entre le positivisme technologique dont nous sommes friands, et les dramatiques choix sociaux, économiques et politiques auxquels nous sommes confrontés ». Et les bibliothécaires ont un rôle à jouer dans la construction des imaginaires collectifs qui permettront d’avancer : « Les utopies mobilisatrices et créatives ne se construisent pas sur des technologies – même si ces dernières peuvent en favoriser l'émergence –, mais sur des imaginaires du vivre ensemble. Être connectés soit, mais pour créer quelle société ? Avoir accès à tout le savoir du monde, soit, mais pour construire quel nouvel horizon de connaissance partagée ? Un bibliothécaire, même immergé dans le numérique et ses outils, ne peut ni ne doit s'y perdre : sa place est auprès de la population qu'il sert et accompagne. »

De Hadopi au Bien commun

617L’année 2009 est marquée par une série de publications concernant l’impact de la loi Hadopi sur les bibliothèques. Rappelons le contexte : en juin 2009 est votée la loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet, dite « Hadopi 1 », et créant entre autres l’organisme du même nom. L’objectif de cette loi est de lutter contre le téléchargement illégal sur Internet d’œuvres soumises à droits d’auteur. De nombreux débats agitent la blogosphère, notamment à propos du caractère répressif de certains éléments du projet de loi. Dès février 2009, Bertrand s’insurge contre des propos de la ministre de la Culture Christine Albanel. Celle-ci suggère en effet : « pour éviter que les accès Wi-Fi ne puissent être utilisés pour pirater des œuvres sur Internet,les accès publics pourraient être configurés comme des portails blancs autorisant la navigation uniquement sur des sites préalablement vérifiés ». Selon Bertrand, cette proposition (finalement écartée par la suite) va à l’encontre des missions des bibliothèques : « Qu’on limite l’accès à l’information en des lieux publics (et faits pour l’information, dans le cas des bibliothèques) au prétexte du risque éventuel de contravention, c’est me semble-t-il quasiment inconstitutionnel, non ? ». En avril 2009, un billet intitulé « Droit de prêt et Hadopi : quelle parenté ? » s’appuie sur une publication du blogueur Philippe Axel. Ce dernier prône contre les dispositions de la loi Hadopi le principe de la licence globale, c’est-à-dire l’autorisation donnée aux internautes d’échanger entre eux des contenus culturels, à des fins non commerciales, en contrepartie d’une rémunération versée aux artistes. Bertrand y voit un parallèle avec la situation du début des années 2000, alors que les bibliothèques étaient accusées de « concurrence déloyale » envers les auteurs et éditeurs, en prêtant gratuitement des livres. En mai 2009, lors des dernières discussions autour de la loi, Bertrand salue l’action de l’association interprofessionnelle IABD qui a permis d’introduire dans le texte la possibilité pour les bibliothèques de pouvoir communiquer au public, sans autorisation préalable, les copies des documents numérisés par leurs soins. Cette communication doit s’effectuer sur place et sur des terminaux dédiés. Ce dernier point soulève cette analyse  de la part de Bertrand : « Même si cette annonce réduit singulièrement le champ de diffusion de l’information par les bibliothèques hors leurs murs, elle reconnaît en bonne partie la dimension publique de l’information détenue par ces établissements. Mais on constatera que comme toujours la capacité informative des bibliothèques se juge toujours à l’aune du stock qu’elles détiennent, et non de leur fonction publique de diffusion de l’information par tous moyens appropriés ».

618La loi Hadopi a été complétée par de nouveaux éléments votés en décembre 2009, suite à une décision en juin du Conseil constitutionnel déclarant certains éléments de la première loi partiellement non conformes à la constitution. Bertrand se réjouit de ce retocage, mais manifeste son inquiétude car au même moment apparaît l’avant-projet de la loi LOPPSI. Cette loi prévoit l’obligation pour les fournisseurs d’accès d’interdire l’accès à une liste (non publique) d’adresses URL arrêtée par le ministère de l’Intérieur. Bertrand est conscient des enjeux de la lutte contre la cybercriminalité, mais pas à n’importe quel prix : « Ma réaction est d’abord celle d’un citoyen. Mais c’est aussi celle d’un bibliothécaire : toutes ces questions tournent finalement autour d’une même problématique, celle de la liberté d’expression. C’est cette liberté d’expression qui fonde la légitimité des bibliothèques dans les pays démocratiques : comme le souligne maître Eolas : la décision du Conseil constitutionnel dit clairement que “la liberté d’expression ne s’efface pas pour protéger des intérêts économiques catégoriels aussi nobles soient-ils” ». Le début des années 2010 voit le démarrage de plusieurs initiatives destinées à mettre le bien commun à l’honneur, dans la lignée des travaux de l’économiste prix Nobel Elinor Ostrom. En début 2012, dans un billet intitulé « À quand des journées nationales du bien commun ? », Bertrand invite les bibliothécaires, concernés au premier chef par cette question, à « se faire les moteurs d'une manifestation nationale à inventer : les Journées nationales du Bien commun ! ». Selon lui, les journées du Patrimoine « ne sont pas celles du bien commun ». Son argumentation s’appuie sur une analyse de la notion très française de « patrimoine », notion dans laquelle n’est que très peu abordée la dimension de la propriété de ce patrimoine, et de la régulation de l’accès. Il souligne la situation paradoxale des bibliothécaires, disposant de ressources « patrimoniales » exceptionnelles, mais dont l’usage est souvent bridé. Toujours en 2012, Bertrand se penche sur la question du domaine public. Sans rentrer dans des considérations d’ordre purement juridique, il constate l’extension de la protection patrimoniale accordée au droit d’auteur, passée en France dans les années 1990, de 50 ans à 70 après la mort de l’auteur, pour les livres. Il note également aux États-Unis une tendance à exclure du domaine public des œuvres qui y étaient déjà rentrées. Pour Bertrand, « Cette course folle à l'exploitation ad nauseam des œuvres de l'esprit a quelque chose de révoltant pour ceux que leurs moyens financiers n'autorisent pas à participer à la connaissance ». En matière d’information publique, on voit ainsi que la philosophie de Bertrand s’oriente généralement autour de la nécessité, pour les bibliothèques, d’inventer de nouveaux espaces ouverts. Il est bien sûr respectueux de la loi, mais redoute « l’aporie provoquée par le scrupule juridique », selon le titre d’un billet de 2010. Il y critique l’attitude de certains bibliothécaires qui ont tendance à se perdre dans des impasses juridiques stériles. « Alors il faut oser avancer, quitte à parfois devoir battre en retraite ou emprunter un chemin de traverse. Quand la règle est encore en recherche de définition solide et confirmée, préférons l'adage “tout ce qui n'est pas interdit est autorisé” plutôt que de se soumettre craintivement à “tout ce qui n'est pas expressément autorisé est interdit”. »

Sélection thématique extraite de Carnet de notes

619Livre imprimé et livre numérique

620Mardi 14 octobre 2008

621En ce moment, tout le monde s’extasie sur le “e-reader” de Sony. On imagine volontiers qu’il pourrait supplanter le livre imprimé dans les prochaines (lointaines ?) années. Roberta Burkle signalait déjà en l’an 2000 : « À en croire une publicité récente de Microsoft, d’ici dix ans la vente des livres électroniques aura supplanté celle des livres sur papier dans de nombreux domaines » (à l’époque déjà Microsoft avait nommé son lecteur… Reader !). On en profite volontiers pour faire un amalgame technophile avec les atouts de l’encre électronique. Bref, l’utopie continue !!!

622Loin de moi l’idée de jouer les rabat-joie. Mais je voudrais poser quelques questions :

623La première est de mauvaise foi : les « e-books » ont déjà connu des expériences désastreuses (cf. le Bulletin des bibliothèques de France d’où est tirée la citation de Roberta Burk, il y a… presque dix ans). On me répondra que les usages comme la technologie ont beaucoup évolué…

624La deuxième est d’ordre économique : la question des DRM est loin d’être résolue et apparaît même, en cette première phase de notre nouvel épisode du feuilleton de la modernité, être un cheval de bataille des éditeurs qui s’emparent de ce nouvel outil. Bibliobsession s’en indigne à juste titre, et on pourrait observer que, comme pour la musique enregistrée, il faudra bien, si le succès est au rendez-vous (voire pour qu’il soit au rendez-vous) relâcher les vannes et trouver un nouvel équilibre de ressources…La question économique touche aussi la rentabilité de l’investissement pour le consommateur. Hubert Guillaud rappelle qu’un prix de vente même faiblement inférieur à celui d’un livre imprimé, « à 15 – 25 € le prix moyen d’un livre, vous gagnez 2 € environ. Avec un lecteur coûtant 300 €, il vous faudra acheter 150 bouquins avant de rentabiliser votre achat. C’est beaucoup. C’est sans-doute le reproche principal que je ferais à cette offre. »

625La troisième question est plus complexe. Dans tous ces débats, on parle ici de l’imprimé, là de l’électronique, comme s’il s’agissait des deux versants technologiques d’un même discours, d’un même contenu, bref d’un même objet. Ce faisant, on oublie les leçons pourtant intéressantes de la médiologie qui veut comprendre « comment une rupture dans nos méthodes de transmission et de transport suscite une mutation dans les mentalités et les comportements et, à l’inverse, comment une tradition culturelle suscite, assimile ou modifie une innovation technique », et au-delà la vieille maxime de Mc Luhan : « le médium est le message ». On se focalise sur la technologie, sur les enjeux économiques des « puissances » établies à court terme, et on ne prend guère en compte les réalités des usages sociaux.

626Mais keskidi, comme écrirait Queneau ?

627Les livres, disques, lectures, etc., comme les lecteurs, auditeurs, spectateurs, etc., je les regarde tous jour après jour. Et je constate.

628En vrac je constate (en bibliothécaire) que, Internet ou pas (e-reader ou pas ?) :

  • les enfants lisent de plus en plus, avides de découvrir le monde, et pour eux le livre imprimé est source d’émerveillement au même titre que les consoles DS (ah ! les « DS light » !) ou la visite au zoo ;
  • les prêts de disques ne progressent plus voire stagnent et concernent de moins en moins les « moins mûrs » (bon, y a pas photo : les amateurs savent depuis longtemps télécharger leurs musiques, légalement et à bas prix, ou « autrement ») ;
  • les prêts de DVD marchent bien… mais les téléchargements sauvages (on dit « pirates » ?) se multiplient ;
  • les prêts de tout ce qui est informatif (les documentaires) sont en chute accélérée, hors ce qui relève du « pratique » au sens le plus terre à terre ;
  • mais les prêts des romans et des bandes dessinées se tiennent bien, voire augmentent légèrement…

629Alors ? Rapportons cela aux livres électroniques. Leur intérêt, dès l’origine (au XXe siècle donc), a tenu en leur capacité à stocker sous une forme aisément manipulable des données impossibles à transporter par voie imprimée voire matériellement inaccessibles à bas coût par voie « internetienne » (en gros et pour schématiser les manuels techniques des mécaniciens, VIP, vétérinaires, et autres opérateurs techniques opérant sur le territoire). Ça a failli marcher, et ça aurait dû. Mais ça n’a pas marché pour le grand public.

630L’introduction des e-readers vise le grand public. Soit. Sérions les intérêts et usages :

  • les enfants s’empareront de cet outil (coûteux) avec la même jubilation qu’ils s’emparent d’un livre (moins cher et plus personnel) ou d’une DS-Light… ;
  • les amateurs de documentaires pratiques (jardinage, cuisine, identification des plantes…) emporteront-ils leur précieux outil là où ils en ont besoin (le potager, le plan de travail de la cuisine, la forêt, etc.) ? Un bon vieux codex les rassurera ;
  • les étudiants et lycéens ne se livreront aux joies de l’e-book que s’il est inclus dans leur cartable électronique ou dans des « packs étudiants » mûrement négociés avec des intermédiaires institutionnels… Sans cela, ils viseront le moindre coût (le téléchargement pirate, si si !… ou des stratégies de recherche sur le Web… ou ce bon vieux livre) ;
  • les étudiants avancés ont besoin de beaucoup de textes pour des usages ponctuels. Charger tous les titres (s’ils sont disponibles, et à quel coût !) ne les intéressera guère… Ce sont les utilisateurs rêvés de Gallica ou de Google Book Search ;
  • les spécialistes scientifiques ont leurs réseaux construits sur les évolutions complexes de la diffusion de l’information scientifique ; ils me semblent peu concernés – du moins dans leurs pratiques de recherche –… ;
  • les amateurs d’information vulgarisée se tournent de plus en plus vers des présentations ergonomiquement valorisées : je suis étonné de constater que les magazines connaissent un succès qui ne se dément pas et même grandit. La mise en page aérée, l’exposition des processus sur double page se développe (voyez « Ça m’intéresse » ou les diaporamas de « Géo »), et les emprunts se multiplient (à Lyon du moins).

631Bon, qui reste-t-il ?

632Les bons vieux amateurs de livres, comme vous et moi. On peut disserter à l’infini sur l’infinie variété des livres. Mais j’ai le sentiment, au vu des données que je collecte, qu’aux côtés des livres pour enfants, les romans imprimés (pourtant cœur de cible des promoteurs de l’« e-book ») ne sont pas près de lâcher prise sous leur forme papier. Témoignage estival : j’ai dévoré cet été Millenium(remarquable !). Le poids du volume et l’inconsciente sensation, au vu de l’épaisseur des pages restant à lire, du texte font partie du plaisir que j’éprouve rétrospectivement.

633Dans un autre domaine (que j’aime bien aussi), le découpage des planches des bandes dessinées sur la double page qui accueille leur récit est incommensurablement efficace, à la fois par leur disposition narrative que par l’effet inconscient du regard qui, avant d’attaquer « la première case en haut à gauche », a balayé la double page offerte.

634L’e-book arrivera peut-être. Mais pas « à la place de » dans nombre de cas, en plus… Il lui faudra trouver ses propres modes… d’émotion.

635Commentaires au billet Livre imprimé et livre numérique

6361/ Commentaire par Hubert Guillaud – jeudi 16 octobre 2008

637Oui oui Bertrand. Les livres aux formats électroniques n’arriveront pas à la place des livres papiers, car, comme nous le répétons depuis quelque temps sur nos blogs, les usages (les modes de lecture) ne sont pas les mêmes et tous les modes de lecture ne sont pas tous fissibles (?) dans l’électronique. Attention néanmoins à ne pas faire l’amalgame entre les supports (ereader) et les livres au format électronique : pas sûr que le désir de mobilité que promet l’ereader soit le premier moteur des gens dans leur désir d’accéder à des formes électroniques de livres. Pour ma part, il me semble que là aussi, les usages n’ont pas forcément grand-chose à voir. Sur la liste que vous dressez rapidement, on peut ergoter et discuter bien sûr. Lire une BD sur une DS, ça peut avoir de la gueule ;-). De même, il y a plusieurs façons de lire un documentaire pratique (on ne lit pas un livre de cuisine uniquement en faisant la cuisine, on peut aussi vouloir chercher des recettes dans une base de livres de cuisine). Pour beaucoup de personnes, lire un roman de plusieurs centaines de pages sur un ordi ou une liseuse a peu d’intérêt a priori (mais en mode text to speach sur un mobile, ça pourrait devenir plus sexy peut-être ?). Bien sûr, certains domaines semblent mieux se prêter à la numérisation (et à la recherche plein texte que cela permet), notamment les essais. Mais encore une fois, il y a une grande variété de pratiques, d’usages et de façons de lire. Accéder à des formes électroniques de romans pour y classer des citations, des notes de lecture, pour ma part, m’intéresse par exemple (plutôt que de devoir retaper à la main les passages dont je veux garder trace…).

638Autre effet de bord, bien sûr, le produit papier va certainement devoir retrouver des qualités qu’il a perdues avec l’industrialisation de la production : la mise en page, le travail typographique et iconographique, à mon avis, devrait bénéficier de la « fausse » concurrence de l’électronique et amener les éditeurs à proposer des livres plus beaux, plus travaillés, même les romans. À mon avis, ça sera certainement là un des contre l’effet de l’électronisation des livres…

6392/ Commentaire par Bruno Rives – samedi 18 octobre 2008

640Tout à fait d’accord avec vous et Hubert. Les électroniciens se trompent. Bon sens et réalisme : un reader à 400 dollars qui fait des livres moins bien que sur papier classique ou sur ultramobile, à quoi cela peut-il servir ? Voici un extrait de commentaire que j’ai laissé sur le blog de Livres Hebdo et Tiers Livre :

641« […] L’alchimie du livre n’est pas encore là, les readers se trouvent au rayon des dispositifs électroniques, voire des gadgets ; la qualité des contenus et de certains contenants laisse à désirer. Nous sommes, disons, en 1480, quand, à la recherche du profit, on a produit un peu n’importe comment. Ainsi le Duc d’Urbino, possédant l’une des plus belles bibliothèques d’Europe, avait-il prôné le retour aux copistes. En attendant le livre moderne d’Aldo Manuzio, éditeur et professeur avant d’être imprimeur… »

642Les livres modernes électroniques, entre (ou compléments) iPhone, Nintendo DSi, XO et MacBook Air, demandent un peu de travail et de créativité. Certains s’en préoccupent.

6433/ Commentaire par Bruno Rives – samedi 18 octobre 2008

644L’approche Kindle, que nous expérimentons avec SFR, est intéressante, mais là encore des commentaires s’imposent :

645http://www.teleread.org/​blog/​2008/​10/​17/​using-amazon-dtp-and-kindle-to-reach-new-audiences-neil-simpson-at-the-guest-corner-amazon-kindle-books-amazon-news-blog/​

6464/ Commentaire par Mercure – dimanche 19 octobre 2008

647Difficile de refuser a priori sa chance à l’ebook en bibliothèque : à ce train-là, on n’aurait jamais fait entrer le CD, le DVD, ou encore les lecteurs MP3 préchargés, n’est-ce pas ?

648La complémentarité dans les collections, les découvertes (qui n’en méritent peut-être pas d’équiper un autre exemplaire papier), les demandes un peu pointues, les publics qui veulent lire différemment (gros caractères), les classiques qui sont planqués au fond des réserves (et gratuits ebooks, bénis soient-ils) : voilà ce qu’une tablette pourrait, par exemple, apporter dans une bibliothèque. Expérimentons.

6495/ Commentaire par DBourrion – lundi 20 octobre 2008

6501. pas à la place de, c’est certain, parce qu’il y a de la place encore…

6512. en plus

6523. et en plus pour des usages que nous n’imaginons pas encore (qui a vu jadis que les GSM feraient tout ce qu’ils font ?)

6534. et en plus pour diffuser des formes littéraires ou artistiques que nous n’imaginons pas encore (le GSM a permis l’apparition du roman SMS… que permettra l’e-reader ?)

6545. et en plus sur des readers que nous n’imaginons pas encore (le cybook, le sony sont des dinosaures et ce depuis le jour de leur lancement) et qui seront peut-être des objets qui auront convergé avec les pc portables et les netbooks

6556. en plus…

6567. avec cette question de fond : comment allons-nous suivre ces plus, nous qui allons trop souvent d’un train de sénateur ?

6576/ Commentaire par Laurence – mardi 21 octobre 2008

658Le roman SMS ? Un plus ? Merci à ce commentateur pour ce petit coup de maillochon immotivé.

6597/ Commentaire par DBourrion – mardi 21 octobre 2008

660@Laurence : je confirme, le roman SMS, une forme littéraire de plus, un plus.

6618/ Commentaire par Laurence – mardi 21 octobre 2008

662Confirmer ne suffit pas, il faut argumenter votre jugement.

6639/ Commentaire par Dbourrion – mardi 21 octobre 2008

664Eh bien, disons que la technique permet l’apparition de certaines formes d’expression qui n’étaient pas possibles avant que la technique ne le permette (exemple : le cinéma n’existait pas comme art avant que la technique ne permette le cinéma)…

665Le GSM a vu naître une forme littéraire (le roman SMS) qui n’existait pas auparavant. Certes, l’on (Balzac ?) aurait pu écrire des romans SMS avant le GSM, mais la forme contrainte du SMS, liée aux contraintes du GSM, a « impulsé » le roman SMS. Une nouvelle forme littéraire, donc. Un plus.

666On peut ne pas apprécier le roman SMS, considérer que c’est une forme mineure, voire minable. Certes. Je ne suis pas dans le domaine du jugement esthétique, je remarque simplement qu’une nouvelle forme est née. Et je pense que le reader ou ses descendants permettront qu’apparaissent de nouvelles formes artistiques. Mais ça n’engage que moi.

667P. S. : en tant que bibliothécaire, je m’interdis de porter un jugement sur une forme, d’ailleurs. J’ai des goûts comme individu, pas comme bibliothécaire. Pour moi, aucune forme n’est mineure. Mais c’est un autre débat.

66810/ Commentaire par Laurence – mardi 21 octobre 2008

669Pour vous, aucune forme ne serait mineure ? Un chien en pâte à modeler fait par mon fils vaudrait un portrait de Picasso ? Je suis absolument contre cette éthique : le bibliothécaire doit prescrire car son travail est de légitimer des œuvres, non des bricolages d’adolescents.

67011/ Commentaire par DBourrion – mardi 21 octobre 2008

671C’est un autre débat, comme je le disais. Le débat entre nous ici, c’était : est-ce que les évolutions techniques font naître ou favorisent de nouvelles formes d’expression artistique. Je pense que oui. Et je pense que les readers feront eux aussi (comme les GSM via le SMS) naître de nouvelles formes d’expression artistique. Voilà.

672PS : peut-être que votre fils est le Picasso du XXIsiècle. Ne jetez pas ses chiens en pâte à modeler… Et dois-je vous rappeler les débats qui agitent l’art (depuis bien avant Picasso) sur ce qu’est une œuvre d’art ? Considérer donc a priori qu’un roman SMS est bon à jeter parce que c’est une forme à laquelle nous ne sommes pas habitués ; et qui ne ressemble pas à disons Proust, ça me semble aller un peu vite en besogne. Mais chacun son éthique de bibliothécaire.

673Bon, pour ma part, je cesse là, je ne veux pas squatter le blog qui nous accueille pour l’heure.

67411/ Commentaire par Laurence – mercredi 22 octobre 2008

675Mais vous voyez bien que c’est là justement le cœur du débat. On ne peut pas réduire les créations humaines à leur technique. La technique permet seulement des modes d’expression. Il faut donc interroger leur « dire ». Alors oui, nous pouvons constater des formes d’émergence. Mais ne soyons pas béats : n’oublions jamais de les critiquer.

676(Merci, oui, à la patience de monsieur Calenge. Une idée de billet ?…)

677Réponses de Bertrand Calenge — mercredi 22 octobre 2008

678@DBourrion et Laurence,

679Merci d’avoir su conserver votre courtoisie au cours de ce vif échange. Puis-je me permettre de vous signaler que mon billet ne visait pas à préjuger de la qualité des œuvres. Bien sûr, tout ne se vaut pas : mais dans les livres aussi il y a de tout. Je ne sous-estime pas la capacité des créateurs à tirer parti de toute innovation technique pour créer des œuvres nouvelles, et il n’est effectivement pas impossible que des créations merveilleuses et encore inédites apparaissent demain. Mais je mettais en doute la capacité des e-books à remplacer le codex dans certaines formes de création qui lui sont particulièrement adaptées. Sans doute les fabricants, soucieux de vendre leurs petites machines, n’ont-ils pas le choix : il faut bien qu’ils utilisent ce vivier imprimé pour essayer de démontrer la supériorité de leur outil. Ma conviction est qu’ils se trompent (au moins pour les romans), et que c’est la création adaptée à cet outil qui n’est pas encore née…

680@Hubert : quant à la BD sur DS, permettez-moi d’être également sceptique, du moins si l’on se contente de transférer les BD imprimées (même découpées) sur ce tout petit écran : fervent amateur de BD, je sais combien la mise en page (et même en double page) est importante au récit et à sa lecture !! Là encore, il y aura peut-être des formes de narration graphique qui naîtront en tenant compte du contexte de la DS, mais ne faisons pas croire qu’il pourrait y avoir dans ce domaine simple transfert du support imprimé à un autre numérique !

68112/ Commentaire par Hubert Guillaud – mercredi 22 octobre 2008

682@Bertrand. Bien sûr… Il ne peut qu’y avoir des nécessaires adaptations, au moins par la scénarisation de l’apparition des images entre les écrans (essayez). Un transfert exact d’une forme à l’autre n’a pas grand intérêt. D’où la critique d’ailleurs sur ces pdf qui proposent en ligne la copie du livre papier, sans se poser la question de ce que le numérique nécessite comme adaptation.

683Réponse de Bertrand Calenge — mercredi 22 octobre 2008

684@Hubert Guillaud

685Bon, je ne vais pas entamer un débat sur la BD (je serais intarissable et, qui sait, de mauvaise foi). Je connais bien la DS, mon petit garçon en ayant une. Mais une bonne BD (imprimée !!!) se lit à plusieurs niveaux simultanés :

  • la double page visuellement mise en scène, comme (vieille référence) les pages de Loan Sloane par Druillet pour la version graphique, ou même certains gags d’Achille Talon par Greg pour la version comique
  • les fréquents et volontaires débordements de la bonne vieille case de base pour susciter le mouvement, l’intérêt, le gag, quand le scénario n’impose pas la lecture simultanée de multiples cases « échangistes »
  • la fameuse chute de bas de page (voir Gotlib ou Charlier) qui, dans les histoires longues se produit immanquablement en bas de la double page de droite (voire pour les experts en bas à droite de la page de gauche…) pour que l’œil du lecteur reprenne son souffle (ouahh, c’est chouette cette expression !) avant d’attaquer la page opposée.

686Bref, totalement d’accord avec vous sur les pdf. Mais le travail technique sur une BD originellement conçue pour l’impression laissera toujours insatisfait sur une DS. Voyez la télévision : il a fallu du temps avant qu’elle comprenne que sa fonction créatrice (ou susceptible de création) ne devait pas passer par la diffusion de films conçus pour le grand écran, mais par ce genre nouveau, les séries. D’ailleurs, la majorité des films grand écran tirés de séries à succès (« Chapeau melon et bottes de cuir » au hasard) sont des plantages sur grand écran.

687Pour reprendre les principes de la médiologie, que pour une fois je fais miens, les supports, et leurs usages sont indissociables des contenus. Sans aller jusqu’à « le médium c’est le message », je dirais qu’il reste à tous ces supports à trouver les créateurs qui leur donneront un contenu culturel original et spécifique, et non seulement des commerciaux qui essayeront de recycler des vraies créations pour promouvoir leur innovation technique en récupérant d’autres œuvres conçues explicitement et (in)consciemment dans un autre contexte.

68813/ Commentaire par Bibblogtest – jeudi 23 octobre 2008

689Question : avez-vous testé la lecture sur un livre électronique ?

69014/ Commentaire par Pierre Schweitzer – vendredi 24 octobre 2008

691Dans sa chronique pour Masse critique, Françoise Benhamou tentait une analogie avec les supports enregistrés pour la musique (les DRMs, le prix). C’est l’émission du 11 octobre, disponible sur le site de France Culture et reprise sur Rue 89 :

692http://www.rue89.com/​en-pleine-culture/​2008/​10/​15/​livre-numerique-ne-pas-repeter-les-erreurs-de-la-musique-en-ligne

693La comparaison avec la musique est tentante du point de vue des contenus. Mais les écarts d’usage sont tellement énormes qu’ils invalident cette analogie. La musique numérisée a permis des gains de fonctionnalités considérables : accès séquentiel aux plages, portabilité des baladeurs, personnalisation des programmes, etc. Le livre, lui, est un dispositif parfaitement portable et la littérature grand public est en général sur un type d’accès « lecture en long ».

694Depuis belle lurette, je me demande vraiment si le « livre » est la bonne cible pour ce genre de dispositif, au point d’avoir toujours refusé de parler d’eBook ou de « livre électronique » pour désigner un projet que je porte (@folio).

695La lecture numérique dépasse de loin, de très loin même, la seule question du livre et les supports de lecture feraient mieux de s’intéresser aux textes qui n’ont pas de support, plutôt qu’à vouloir capter les textes qui vivent très bien sur le papier.

69615/ Commentaire par Bibblogtest – samedi 25 octobre 2008

697Je crois que ce type de billet ne fait pas du tout avancer le débat.

698L’encre électronique est un nouveau support étonnant qui va révolutionner le papier.

699Le reste est à écrire et se fera par ceux qui expérimenteront.

700Ce billet me fait penser aux messages diffusés sur biblio-fr il y a quelques années sur les flux rss et l’agrégation.

701Des papiers d’un très haut niveau… mais sans intérêt ni à court terme ni à long terme.

70216/ Commentaire par DBourrion – samedi 25 octobre 2008

703@Laurence : je précise ma position chez moi. Merci du débat.

70417/ Commentaire par Mélanie – mercredi 25 mars 2009

705Je n’ai que 17 ans et je suis tout à fait d’accord avec certains d’entre vous.

706J’ai l’intention de travailler dans l’édition plus tard et pour l’instant je ne suis pas réellement enjouée à l’idée de l’électrisation du livre.

707Même si beaucoup de jeunes aujourd’hui sont attirés par la technologie, je pense cependant qu’il est essentiel de garder une forme papier :

  • la première raison étant tout simplement le charme que cela apporte à la lecture (peut-être suis-je naïve par mon jeune âge mais j’adore tout simplement l’odeur des livres, de son papier.) ;
  • ensuite pour une raison pratique : lire 500 pages sur un écran est tout simplement impossible (comment ne pas s’abîmer les yeux?) ;
  • et pour finir bien que je ne connaisse pas grand-chose aux stratégies de marketing ou autres, je pense que si tout le monde est à même de télécharger illégalement de la musique ou des films, il en sera alors de même pour les livres, les auteurs, déjà peu payés (à moins qu’ils soient auteurs de best-seller) risqueraient de souffrir de ce moyen d’édition. On parle souvent d’une crise dans le milieu du disque à cause justement du piratage, je pense alors qu’il en sera de même pour le milieu du livre.

708Après peut-être n’ai-je pas tous les outils en mains, peut-être ne suis-je pas assez informée sur cette électrisation du livre, et peut-être serai-je même convaincue de l’utilité de cette forme pour certains genres d’écrits, mais ma première impression reste quand même sceptique.

70918/ Commentaire par Plongée Crouesty – mardi 26 octobre 2010

710Perso je suis pour le livre numérique car on détruit moins de forêt !!

711Éditeurs (et bibliothécaires) face au numérique

712Vendredi 9 janvier 2009

713Même si d’augustes haruspices prédisent ici la fin du livre, là l’éclosion de nouvelles formes de lecture (y compris des lectures de textes sur écran), enfin la ré-émergence du livre à travers des tablettes, je ne me sens pas d’humeur à la futurologie. Trois points m’intéressent, ce qui est produit, les usages qu’on a pu constater auprès de la population, et le service qu’on peut construire avec tout cela. Sur la production, il y a peu à dire. Longtemps, les éditeurs ont été les têtes chercheuses de l’innovation dans les contenus, même si un Proust a dû batailler pour se voir publier. Ils ont été références autant que filtres, et cela a plutôt été bénéfique pendant des décennies voire des siècles. On a l’impression aujourd’hui que la question des contenus les intéresse beaucoup moins, en les voyant investir le marché numérique dans un esprit soit très protectionniste (DRM, formats dédiés, déni de négociation avec d’autres acteurs adeptes de modèles économiques fondés sur l’accès à des corpus plutôt que sur la vente de supports), soit innovants à tous crins ou plutôt enfourchant toute opportunité de monnayer leurs contenus à travers des alimenteurs de liseuses ou iPods. Dieu merci, il reste des éditeurs dignes de ce nom mais, même si nombre de producteurs ont plusieurs cordes à leur arc, peut-on décemment conserver la même appellation pour ces différentes postures ? Produire de l’information publiée, c’est tout autant mettre en ligne un texte libre de droits que tenir un carnet intime sur Internet ou qu’emballer en PDF un roman conçu par son auteur pour être un livre imprimé et feuilletable… Novovision prédit volontiers la fin des journalistes, anciens porteurs de la réalité cachée, mais il pourrait tout autant prédire la fin des éditeurs, ces autres « dénicheurs-filtres-metteurs en forme » !

714Dans ce contexte, la production de livres imprimés (je n’ose dire l’édition) est folle, essayant de se mettre au diapason de l’abondance d’information offerte au citoyen connecté : un collègue me disait que l’office sélectif de la rentrée 2009 (sur moins d’un mois) pour le seul secteur des sciences humaines comportait plus de 1 000 titres ! Bonjour les forêts. Bonjour notre capacité de sélection !

715En ce qui concerne les usages, demain, en plus des livres (qui survivront largement, si, si, notamment avec toutes les œuvres de création adaptées à celui-ci !), nous allons avoir affaire à des péta-octets de données numérisées pour lesquelles l’accès se fera majoritairement à travers des moteurs de recherche de plus en plus perfectionnés. Seulement – vous avez remarqué ? – ces moteurs fonctionnent selon des algorithmes certes sophistiqués mais qui se contentent de renvoyer une succession de résultats indépendants, même si certains tentent des associations (comme Kartoo, que j’aime bien pour son concept… mais dont évidemment je ne me sers jamais dans une recherche non ludique…). Le seul itinéraire possible est guidé par les liens hypertexte présents dans les pages de résultats… Ce n’est pas mince, mais l’errance est ralentie à proportion de la masse de ces résultats… et de l’algorithme de pertinence adopté par le moteur.

716Passons aux bibliothécaires. La façon dont les éditeurs abordent ce nouvel univers montre leur réticence à abandonner leur modèle économique : leur domaine est toujours celui de l’imprimé. Ce n’est pas nécessairement aberrant, mais le problème des bibliothèques n’est pas seulement le même. Je refuse et j’ai toujours refusé l’idée largement répandue selon laquelle bibliothèques et éditeurs seraient unis par un lien fusionnel dans une mythique chaîne du livre. Les évolutions contemporaines me confortent dans ce jugement : non, Kindle ne m’intéressera pas parce qu’un jour Gallimard décidera de vendre ses livres via ce support. Ce qui m’intéresse, c’est ce qui peut informer, émouvoir, former, passionner, interloquer la population dont « j' » ai la charge. Pour cela, je puise dans les réservoirs d’information afin de les transformer en opportunités de connaissance. En 2009, je dispose des éditeurs – sans aucun doute –, et ils restent inestimables pour les livres, mais je dispose aussi du flux d’Internet : et face à ce dernier, ne sommes-nous pas, nous aussi, dans une position d’éditeur, donc en définitive de sélectionneur, de filtre, de promoteur ?

717(Parenthèse : dans ce contexte le rattachement aux « métiers du livre » des formations aux métiers des bibliothèques me paraît nuisible ; on devrait former aux métiers de l’information, ou plutôt aux métiers de la transmission de la connaissance, comme en Suisse ou au Québec qui associent documentalistes, archivistes, bibliothécaires… J’y reviendrai).

718Dernier point que je livre à votre réflexion : certes, l’éditeur ne se contente pas de filtrer et de promouvoir, il met en forme, corrige, inscrit l’œuvre dans un contexte éditorial donné. Mais le bibliothécaire peut-il se contenter de « donner accès à Internet » ? Ce flux indistinct et passionnant disponible sur le Web, il va bien falloir lui donner du sens, lui construire des « corpus de connaissances » là où les moteurs se contentent de fournir des apparentements statistiques. Et là nous allons inventer une nouvelle face de notre métier : mettre en forme des données électroniques ou numérisées, associer des partenaires à leur enrichissement, inventer – en même temps qu’avec les imprimés dont nous disposons -… de nouvelles politiques documentaires en même temps qu’on proposera peut-être de nouvelles collections… virtuelles.

719Un travail de bibliothécaire-éditeur ?

720Commentaires au billet Éditeurs (et bibliothécaires) face au numérique

7211/ Commentaire par Bibliobsession – samedi 10 janvier 2009

722Envie de réagir sur la parenthèse que tu fais qui me semble tout à fait juste. Issu moi-même d’une formation dans un « Pôle métiers du Livre », j’ai compris après coup combien le lien est mince entre le couple éditeurs/libraires et bibliothécaires. D’ailleurs pour avoir gardé de nombreux contacts très très rares ceux qui travaillent finalement dans l’édition ou dans une librairie, pas mal ont galéré longtemps voire ont changé de voie. En revanche les bibliothécaires se sont tous intégrés dans la fonction publique. Tout cela me fait penser (certains trouveront ça cynique, peut-être) que les formations de libraires et d’éditeurs seraient mieux armées pour s’intégrer dans la vie active avec respectivement des diplômes reconnus en vente et en commerce que le sésame peu efficace dédié aux métiers du livre… Je me pose plein de questions et je te rejoins sur une solidarité autre que symbolique de la « chaîne du livre ».

7232/ Commentaire par Élisabeth Noël – samedi 10 janvier 2009

724Hello Bertrand,

725Sur cette question, j’ai tendance à penser d’ailleurs que les bibliothèques deviennent de plus en plus des éditeurs.

726Sur ce sujet, à lire bientôt, j’espère, après sa soutenance, le mémoire d’étude de Marie-Hélène Petitfour (élève conservateur) : Quand la bibliothèque se livre. Bibliothèques et édition : fausses amies ou vraies alliées ?

7273/ Commentaire par Véronique – mardi 13 janvier 2009

728Avant la fonction d' « édition », il y a bien – me semble-t-il – la fonction de médiation dans « donner accès à Internet » : proposer des sites pour aider la recherche… non pour la limiter ou la faire à la place du lecteur, mais lui offrir des pistes dans la jungle de l’information… des chemins balisés, des sites déjà visités et revisités, utiles et intéressants… faire partager la lecture d’un site comme on fait partager une lecture… Il y a là matière à connaissance des sites comme le bibliothécaire connaît ses fonds et guide… on a fait la guerre aux créations de « sitothèques » peu indispensables, car déjà créées… alors pourquoi ne pas mettre en commun ces bonnes adresses ? Le métier de bibliothécaires qui sélectionne l’information et créée des collections pertinentes ne garde-t-il pas tout son sens sur Internet ? D’autant que les sitothèques sont complètement complémentaires des fonds de livres… dans le concept même de bibliothèque ne devrait-on pas intégrer les ressources numériques comme partie intégrante des collections (même les « gratuites » ??)

729Dans « donner accès à Internet » il y a aussi offrir une porte d’entrée via un portail de bibliothèques… ancré dans une réalité locale… faire vivre aussi la bibliothèque réelle sur Internet… proposer des services Web 2.0,… ce qui demande aux personnels de bibliothèques de se former au Web 2.0 et de savoir convaincre les élus… (à suivre…)

7304/ Commentaire par Ysengrimus – dimanche 15 août 2010

731Moi aussi, la grande futurologie technologique

732http://ysengrimus.wordpress.com/​2010/​08/​15/​le-lourd-passe-de-nos-futurologies/​

733Je reste désormais hautement sceptique…

734Paul Laurendeau.

735Contre l’aporie provoquée par le scrupule juridique

736Vendredi 25 juin 2010

737Les bibliothécaires sont respectueux de la loi, et c’est tout à leur honneur (encore que je connaisse quelques pratiques peu orthodoxes lorsque la gestion des données ou fichiers en est facilitée…). Longtemps, au moins dans les bibliothèques publiques, ce respect s’est inscrit dans un cadre générique peu au fait des subtilités infinies des lois et règlements, reprenant en gros les principes de la Constitution et quelques lois phares (protection de la jeunesse, confidentialité des données personnelles, etc.).

738L’analyse s’est affinée depuis, en bonne part grâce à quelques collègues versés dans la chose juridique (Yves Alix, Lionel Maurel, etc.) et à quelques juristes intéressés par ce pan si particulier du droit de l’information (Didier Frochot, Emmanuel Pierrat, etc.). Et surtout divers débats sociétaux ont envahi nos écrans et nos médias : Hadopi, le contrat Google, la burqa, et que sais-je encore. Non contents d’occuper les colonnes, ces débats ont insidieusement envahi le terrain de notre vie quotidienne (« défendez vos droits ! ») pour aller jusqu’aux procès réitérés (cette fameuse judiciarisation de l’espace public bien connue des Américains (parmi les derniers avatars français les arrêts Perruche puis anti-Perruche).

739Quand le droit devient barrière pour l’action

740Et voilà que le prurit saisit les bibliothécaires dans leur activité professionnelle. Si je veux reconstituer une généalogie hâtive de la chose, je dirai que le scrupule juridique de notre métier, jusque-là borné par quelques cadres sinon limpides du moins peu nombreux, rencontre des difficultés juridiques réelles qui – sans être au fond nouvelles – multiplient les obstacles à notre service public de l’information : droits liés à l’image, contestations de tarifs différenciés, plaintes ou rumeurs médiatiques sur la présence de certains titres, etc. C’est déplorable en termes de capacité sociale au débat public, auquel est visiblement préférée la défense des intérêts personnels, mais là n’est pas mon propos.

741En effet, parallèlement, je constate que nombreux sont les bibliothécaires qui s’ingénient à inventer des impasses juridiques en des occasions multiples et parfois ahurissantes : impossible d’accorder une carte d’emprunt à un SDF au motif que justement il ne peut prouver sa résidence, obligation faite aux utilisateurs d’Internet de décliner leur identité – preuves à l’appui – avant de pouvoir taper leur requête dans un moteur de requête, interdiction faite aux chercheurs qui veulent prendre tranquillement une photo numérique d’un document ancien qu’ils consultent, etc. Certains vont même – non, pas à Lyon, Dieu merci ! – jusqu’à arguer de la propriété des données qu’ils ont construites pour en restreindre drastiquement l’accès… L’argument de la question juridique ou réglementaire, en général mal compris mais volontiers fantasmé, finit par primer.

742Les débats autour des numérisations des collections publiques brassent bon nombre de débats de ce type, qui anticipent volontiers l’hypothèse de la possibilité de l’éventualité d’un imbroglio juridique : « oui, mais si ? Et si ? Et si ?… ». Bref on passe de l’action à la procrastination, et de là à l‘aporie.

743L’accès public à Internet apporte également son lot d’angoisses. J’en veux pour preuve les derniers commentaires sur mon billet décrivant les usages des accès à Internet : ce qui était pointé était non tel ou tel usage étonnant, mais l’« irrégulière » libéralité d’accès accordée aux internautes, libres de se connecter sans identification approfondie…

744Une autre bibliothèque hésitera à confier la numérisation de son fonds à un prestataire qui, en lui garantissant la remise gracieuse et en pleine disponibilité d’une copie de son travail, demanderait en échange une exclusivité bornée pour l’exploitation commerciale – et pas pour l’usage culturel, social et intellectuel qui est le lot des bibliothèques – : même si on sait avec certitude que sans cet accord le fonds ne sera pas numérisé avant d’hypothétiques décennies, faut-il courir ce « risque » insensé ?! Risque encore une fois nourri de subtiles perplexités juridiques…

745On se calme !!…

746Pour éviter de passer du respect de la loi à l’angoisse juridique, j’aime à me rappeler une séance d’une commission de l’ABF à l’époque où je lui avais soumis ce qui est devenu « la politique d’acquisition en 12 points » : un expert juridique avait été convié pour débattre de l’hypothèse d’une loi sur les bibliothèques (encore !) et surtout sur les bornes qui pouvaient être posées aux transgresseurs d’une volonté large d’informer. Son étonnement (dois-je dire son ébahissement ?) m’est resté en mémoire ; en gros il avait expliqué que la loi n’était qu’un moment dans la pensée sociale, en même temps qu’une étape dans un long tissé de décrets, de circulaires, de jurisprudences contradictoires, de recours, etc. Et il concluait : inventez les nouvelles jurisprudences, provoquez les situations qui poseront à la face de la société des problématiques méconnues. Lancez-vous, vous verrez bien !…

747Alors bien sûr, il est des textes fondateurs, et des textes dûment confirmés par des jurisprudences réitérées, bref des ancrages qu’il faut ne pas transgresser. Comme il est des prescriptions explicites (et non implicites !) de nos tutelles en matière réglementaire. Comme il n’est jamais inutile de mesurer la dimension juridique de toute action. Mais pitié, n’émasculons pas nos capacités d’innovation en crainte de, qui sait, peut-être, devoir être réprimés. Au-delà des fondamentaux et après vérification soigneuse, il est de notre devoir d’inventer les nouveaux espaces ouverts d’une information publique : alors il faut oser avancer, quitte à parfois devoir battre en retraite ou emprunter un chemin de traverse. Quand la règle est encore en recherche de définition solide et confirmée, préférons l’adage« tout ce qui n’est pas interdit est autorisé » plutôt que de se soumettre craintivement à « tout ce qui n’est pas expressément autorisé est interdit »…

748D’augustes experts vont dire que je suis irresponsable. Non ?

749Commentaires au billet Contre l’aporie provoquée par le scrupule juridique

7501/ Commentaire par PV – samedi 26 juin 2010

751Tout ça me fait penser à Reich et par suite à Deleuze et tant d’autres… le bibliothécaire, le fonctionnaire, tous au final, éprouveraient une certaine jouissance à se soumettre à ces systèmes contraignants et déshumanisants que constituent la procédure, le droit, l’administration, la bureaucratie, le totalitarisme, la force (chez certains penseurs cela tend même à une interprétation très intéressante du masochisme allant même, chez Borgès par exemple, jusqu’au motif fantasmé de la « démembration » qu’on retrouve chez Deleuze).

752Quel rapport avec la choucroute ? Que nous croisons tous (enfin pas tous puisqu’il y en a parmi nous qui jouissent précisément de cela) ces individus qui arguent de réglementations, de formalismes, de procédures, d’interdits implicites ou explicites, bref, de tout ce qui peut entraver une démarche simple, rapide, peut-être efficace, peut-être innovante, au motif qu’il faut RESPECTER la règle, l’us, la coutume, le « code » !

753D’autres qui semblent mesurer leur efficacité à la puissance de leur « système » formalisé et de la règle qu’il induit et des contraintes qu’il impose… et de la paralysie qu’il entraîne enfin.

754L’argument démocratique ne me semble malheureusement plus tellement en vigueur : « tout ce qui n’est pas interdit est autorisé » était peut-être bon avant mais la judiciarisation tend à le transformer en : « ce qui n’est pas interdit n’est pas forcément autorisé » – de là les craintes, les pusillanimités, la peur de se tromper, de commettre une erreur (même géniale, il y en a parfois), de se mettre en jeu dans le débat contradictoire…

755Faut-il donc entendre autrement Lampedusa : que rien ne change pour que rien ne change ?

7562/ Commentaire par Calimaq – samedi 26 juin 2010

757Bonjour,

758Merci beaucoup pour ces réflexions sur la place du droit dans le métier de bibliothécaire. Je partage l’essentiel de votre point de vue, mais – vous devez vous en douter – pas tous les éléments.

759En vous lisant, je me suis souvenu d’une présentation que j’avais faite alors que j’étais élève-conservateur à l’Enssib, qui portait sur les questions de droit en matière de numérisation. Une des diapos incitait mes camarades à faire leur ce slogan : « Si tu n’as pas le droit, prends le gauche ».

760Je n’ai pas changé d’avis depuis que j’ai creusé les questions juridiques qui se posent dans le cadre de notre mission de service public. Le droit n’est qu’un paramètre. Ce qui importe c’est de connaître aussi clairement que possible les limites posées par les règles, mais ensuite, tout est affaire de choix et parfois, la prise de risque est nécessaire, voire salutaire.

761Que l’on songe par exemple qu’il n’existe aucun fondement légal, depuis des décennies, au fait que les bibliothèques prêtent des CD ! Sur ce point, le droit est absolument sans ambiguïté : ce n’est pas permis. Mais heureusement, les bibliothèques ont prêté des CD – contra legem – et en l’absence de réaction des titulaires de droits, l’usage a tenu lieu de règle. Peut-être un jour cet usage sera-t-il remis en cause, mais au moins, les bibliothèques auront rempli un rôle important dans la diffusion culturelle.

762Avec le numérique, le problème qui se pose est celui de l’apparition de « zones grises » de plus en plus larges, pour lesquelles on ne peut plus savoir ce qui est légal ou non. Mais là encore, attendre une clarification certaine du droit pour agir serait très dommageable. C’est le cas par exemple en matière de prêt de tablettes de lecture ou de jeux vidéo en bibliothèques. Les bibliothèques qui se lancent dans ces expériences s’aventurent souvent hors des terrains juridiquement balisés, mais heureusement qu’elles le font.

763Un autre exemple m’a posé un cas de conscience : celui des bibliothèques qui numérisent leurs fonds de CD à des fins d’écoute sur place. Manifestement, aucun élément du droit français (notamment l’exception conservation) ne leur permet de faire cela légalement. Et je dois avouer que le juriste que je suis éprouve toujours un sentiment partagé lorsque les règles sont enfreintes. Mais après tout, quel moyen avons-nous d’occuper l’espace numérique en matière de musique, quand on voit combien l’offre légale à destination des bibliothèques est pauvre et inadaptée ? En l’absence d’issue légale, il faut bien avancer.

764D’accord avec vous sur l’essentiel, je désapprouve profondément ce que vous dites à propos de la numérisation des fonds de bibliothèques en partenariat avec le privé. La manière dont vous présentez les choses est subtilement tronquée, car le problème ne se situe pas du tout au même niveau que le reste. Il ne s’agit pas de « risque juridique », mais d’atteintes directes et réelles à l’intégrité du domaine public. Vous évoquez la question de l’exclusivité commerciale imposée par Google (commençons par appeler un chat un chat…) à ses partenaires. Mais nous savons bien que cette forme d’exclusivité (déjà critiquable par sa durée excessive) n’est pas la seule. Le contrat qui lie la bibliothèque de Lyon avec Google a été rendu public. Lorsqu’on l’analyse de près, on se rend compte qu’il impose des restrictions à l’usage et à l’accès (voir ici : http://scinfolex.wordpress.com/​2009/​12/​13/​contrat-googlebibliotheque-de-lyon-lombre-dun-doute/​). Et ces restrictions sont perpétuelles.

765Une autre forme d’exclusivité, beaucoup plus pernicieuse, existe dans ces contrats : l’exclusivité d’indexation qui impose aux partenaires de bloquer l’accès aux robots des moteurs de recherche concurrents, conférant à Google un monopole d’exploitation des données. Elle ne figure pas explicitement dans le contrat lyonnais (ce qui est une très bonne chose, même s’il faudra attendre la mise en place de la solution technique pour en avoir le cœur net), mais on se rend compte qu’elle a une nouvelle fois été acceptée par la Bibliothèque nationale d’Autriche (voir ici : http://scinfolex.wordpress.com/​2010/​06/​16/​accord-googlebibliotheque-nationale-dautriche-lart-de-la-transparence-opaque/​).

766De là, l’importance de rester vigilant, d’analyser au plus près la signification juridique des contrats et de peser les conséquences de clauses piégées qui feront que jamais le patrimoine ne pourra accéder pleinement au domaine public. L’accès est une chose ; la préservation du domaine public comme chose commune en est une autre. Je ne pense pas que l’on doive sacrifier l’une à l’autre.

767Je précise que cette analyse est aussi celle du rapport Tessier sur la numérisation du patrimoine écrit, qui juge sévèrement les exclusivités des contrats Google, comme « incompatibles avec les missions fondamentales des bibliothèques » (http://www.culture.gouv.fr/​mcc/​Actualites/​A-la-une/​Mission-sur-la-numerisation-du-patrimoine-ecrit/​Rapport-Tessier).

768Et le même rejet des exclusivités se retrouve dans la déclaration de l’IABD du 7 septembre 2009, qui a été approuvée par 12 associations professionnelles (http://www.iabd.fr/​spip.php?rubrique26).

769Donc oui à l’audace ; oui à l’expérimentation ; oui à l’inventivité en matière juridique.

770Mais au-delà des règles de droit, il y a des principes essentiels dont nous devons rester les gardiens.

771Réponse de Bertrand Calenge – samedi 26 juin 2010

772@ Calimaq,

773Je me doutais bien que vous alliez réagir…

774Merci de le faire avec autant de pondération, et de signaler des exemples éloquents qui montrent l’intérêt d’avancer – même avec prudence – : effectivement, je me rappelle une discussion avec un représentant de la Sacem (dans les années 1970 !) qui évacuait avec une gêne presque désinvolte la question des sections des « discothèques de prêt », et laissait entendre que pour lui le grain à moudre poussait ailleurs. Époque pas si révolue, puisqu’aujourd’hui je n’ai guère entendu à propos des prêts de disques en bibliothèque les mêmes débats sanglants qu’on a connus pour ceux des livres ! Comme quoi se cachent derrière bien des batailles de principe des positions totalement conjoncturelles…

775Je reste toujours perplexe quant à votre avertissement concernant les contrats de numérisation, soulignant que la question va au-delà de la question juridique pour toucher au domaine public (encore qu’à mon avis l’intégrité du domaine public soit bien chose juridique). J’avoue que je ne comprends pas très bien : pour chaque opération de numérisation existe un contrat, donc un objet de droit. À ce que je connais des extraits des différents contrats de numérisation (parfois peu fiables parce que seulement relayés par des médias), il y a des différences considérables entre eux. Pas tant quant à la durée évolutive d’exclusivité commerciale – sur la contestation de laquelle je reste perplexe, tant la capacité des collectivités à se mobiliser comme éditeurs offensifs a toujours été faible –, mais quant à la libre disponibilité des fichiers unitaires pour les organismes commanditaires. Ces différences contractuelles sont essentielles, et fondent notre droit au risque d’innover. Si on a le droit (et le pouvoir) de construire une bibliothèque numérique, si on a le droit de fournir aux demandeurs ces fichiers unitaires, si on peut s’associer à d’autres acteurs culturels ou scientifiques pour contribuer à des portails (voir Hathi Trust), si on peut fournir librement la matière à des recherches et expérimentations sur les textes, etc., alors on peut faire le travail de bibliothécaire qui est le nôtre.

776Et c’est peut-être pour cela que je pressens une subtile différence entre nous : lorsque c’est votre épiderme de juriste qui frémit, c’est ma peau de bibliothécaire qui se hérisse.

777Cordialement.

7783/ Commentaire par Discobloguons – mardi 29 juin 2010

779Bonjour,

780« obligation faite aux utilisateurs d’Internet de décliner leur identité - preuves à l’appui – avant de pouvoir taper leur requête dans un moteur de requête »

781–> relève dans 95 % des cas d’une décision en ce sens du Conseil municipal. Lequel, convenons-en, s’intéresse autant à l’avis des bibliothécaires sur le sujet qu’à la vie sentimentale de la Petite Souris.

782Réponse de Bertrand Calenge – mardi 29 juin 2010

783@ Discobloguons,

784Si le règlement intérieur dépend bien d’une délibération du Conseil municipal, êtes-vous si sûr, cher Discobloguons, que les bibliothécaires qui ont préparé la délibération se montrent toujours d’une grande libéralité ?

785Cordialement.

7864/ Commentaire par Smanyach – jeudi 1er juillet 2010

787Je partage dans tous les sens du terme. Que ne soyez entendu (je suis juriste, mais pas bibliothécaire).

7885/ Commentaire par Sonolis – jeudi 8 juillet 2010

789@ Calimaq

790L’amendement figurant dans le texte de loi « Création et Internet » adopté par le Sénat le 13 mai 2009, autorise [les] bibliothèques à numériser leurs fonds de CD à des fins d’écoute sur place sur des terminaux dédiés à cet effet :

791« […] les bibliothèques, les services d’archives et les musées ouverts au public pourront désormais diffuser à des particuliers les œuvres reproduites sous couvert de l’exception « conservation » pour des travaux de recherche ou d’études privées et sur des terminaux dédiés à cet effet au sein de leurs établissements. »

792http://www.adbs.fr/​la-loi-creation-et-internet-adoptee-avec-son-amendement-bibliotheques–66554.htm

7936/ Commentaire par Hervé – vendredi 9 juillet 2010

794Il y a des bibliothèques qui ont purement et simplement interdit l’accès internet aux moins de 18 ans. Argument avancé : les autorisations parentales + règlement intérieur + charte d’utilisateurs + systèmes de conservation de données de connexion, n’ont, en cas de plainte, AUCUNE VALEUR JURIDIQUE !

7957/ Commentaire par Henri – jeudi 19 mai 2011

796@ Hervé,

797J’aimerais savoir quelles sont exactement les craintes juridiques des municipalités et de leurs bibliothèques qui interdisent l’accès Internet aux mineurs.

798Le vrai risque, si les ordinateurs ne sont pas bridés et sans accès au disque dur, c’est la prise de contrôle de l’ordinateur (« zombie ») et son utilisation ultérieure pour attaquer un réseau ou un site web ou stocker des data subtilisées ailleurs. Là, le risque juridique est réel (faute pour n’avoir pas sécurisé un ordi) bien que très virtuel (le nombre de décisions de justice est très, très proche de zéro). Et ça prouve qu’ils n’ont pas le niveau en informatique.

799Hors ce cas, qui sera le seul auteur d’une éventuelle faute ? Le lecteur mineur.

800Qui sera responsable pour lui ? Ses parents. Pas la Ville.

801La fourniture d’un accès Internet constitue-t-elle une complicité ? Non, car elle n’est pas faite dans le but de violer la loi. Dans cette logique, d’ailleurs, les fournisseurs d’accès Internet (FAI ou « providers ») seraient complices, non ?

802Il faut des vrais mythes pour avancer

803Dimanche 6 mai 2012

804Les technologies sont si prégnantes, et surtout si perpétuellement innovantes, qu’elles ne laissent plus guère de place à l’imagination. Quand j’étais adolescent, je lisais (évidemment) les Rubrique-à-brac de Gotlib, et je me rappelle sa caricature des « gens sérieux » (mi-Giscard, mi-Juppé) décrétant « fichaises que tout cela ! c’est de la science-fiction mon cher ! » à toutes innovations ou suggestions intelligentes visant à introduire un peu de rêve dans les lendemains.

805Si les rêveries sociales rencontrent volontiers le même scepticisme amusé de la part des mêmes « gens sérieux » (au nom du réalisme bien sûr), elles connaissent inversement une vraie ferveur dès qu’il s’agit d’innovation technologique. Abonné à quelques dizaines de flux rss, j’en réduis progressivement le nombre au vu de la frénésie qui en saisit les auteurs dès qu’une firme propose encore un procédé nouveau, dès qu’une communauté présente quelque originalité, voire dès que des investissements ou rachats font jaser la blogosphère. Bref, à force de ne me parler que de nouveauté, ces flux me donnent une impression de ressassement.

806Nouveauté ? Innovation ? Rêve ? Il en faut pour aller de l’avant, bien entendu. Mais de quoi parlons-nous ? Du jour où notre téléphone nous permettra vraiment d’entrer visuellement en contact avec notre interlocuteur à l’autre bout du monde ? Du jour où nous pourrons contrôler nos adolescents où qu’ils soient ? Du monde terrifiant qu’on nous annonce comme « réalité virtuelle », si complaisamment distinct de notre réalité humaine ?

807Qu’espérons-nous, dans notre société perfusée à l’innovation technologique et à la résignation socio-économique ? Les personnes dont je suis les réflexions me semblent pour beaucoup écartelées entre une révolte contre les conditions juridiques et économiques dont le savoir est l’otage, et une fascination parallèle envers les opportunités extraordinaires de technologies toujours innovantes.

808Je ne détiens pas la réponse unificatrice. Mais je devine qu’il faudra un jour opérer la jonction entre le positivisme technologique dont nous sommes friands, et les dramatiques choix sociaux, économiques et politiques auxquels nous sommes confrontés. Ceci n’abolira pas cela. Il nous faut trouver des inventeurs de vrais mythes collectifs, ces anciens mythes qui justifiaient, expliquaient, prédisaient, espéraient le lendemain. Comme ils le construisaient en en affrontant les contradictions.

809En tout cas, je suis absolument persuadé d’une chose (est-ce le bibliothécaire qui parle ?) : les utopies mobilisatrices et créatives ne se construisent pas sur des technologies – même si ces dernières peuvent en favoriser l’émergence –, mais sur des imaginaires du vivre ensemble. Être connectés soit, mais pour créer quelle société ? Avoir accès à tout le savoir du monde, soit, mais pour construire quel nouvel horizon de connaissance partagée ? Un bibliothécaire, même immergé dans le numérique et ses outils, ne peut ni ne doit s’y perdre : sa place est auprès de la population qu’il sert et accompagne.

810Commentaires au billet Il faut des vrais mythes pour avancer

8111/ Commentaire par Silvère Mercier – mercredi 9 mai 2012

812Une réponse : les biens communs de la connaissance comme utopie programmatique ! Voir : http://www.bibliobsession.net/​2012/​05/​09/​identifier-les-enclosures-informationnelles-pour-favoriser-les-apprentissages-en-reseau/​

813Réponse de Bertrand Calenge – mercredi 9 mai 2012

814@Silvère : tout à fait d’accord avec toi pour proposer notamment l’horizon des biens communs (et en particulier pour un véritable champ de l’information publique appartenant de droit à la communauté) comme perspective socialement mobilisatrice. Il me semble que ce vœu, ce combat, ne peuvent se cantonner au seul domaine des objets que nous traitons, les documents.

815Le périmètre de ce bien commun ne pourra à mon avis émerger que s’il est étudié, analysé et surtout revendiqué dans une vision extensive d’un vivre ensemble qui associe les citoyens actuels, mais aussi le lien avec leur histoire et la préoccupation envers la communauté de demain. Sans verser dans revendications catégoriques des Verts, je reconnais qu’il est dans leur intention une telle préoccupation des biens communs…

816Les moyens du savoir sont évidemment au cœur d’un modèle encore en construction, ils ne me semblent pas pouvoir suffire à créer seuls un mythe socialement mobilisateur. Mais tu as raison : travaillons là où nous savons disposer d’armes et de convictions !!

8172/ Commentaire par O. Serlic – vendredi 11 mai 2012

818Un classique à lire (ou relire) : « Le principe responsabilité », de Hans Jonas… C’est plus long qu’un article de blog, mais au moins on comprend le titre.

819(Parce que, pardon, mais à « enclosure informationnelle », j’ai décroché. C’est sans doute très bien à Paris, mais c’est très loin de la réalité ; j’imagine que ce n’est qu’une étape sur le chemin du mandarinat en bibliothèque).

8203/ Commentaire par Maccione – mardi 29 mai 2012

821« Il nous faut trouver des inventeurs de vrais mythes collectifs, ces anciens mythes qui justifiaient, expliquaient, prédisaient, espéraient le lendemain. Comme ils le construisaient en en affrontant les contradictions. »

822Ma parole, c’est du Sorel ! Qui l’eût cru !

823Aldo Maccione

824Réponse de Bertrand Calenge — mardi 29 mai 2012

825@ Maccione !

826Sans doute vouliez-vous parler de Georges,

827… à moins qu’en tant qu’Aldo Maccione vous ne pensiez plutôt à Agnès.

828De quels savoirs la bibliothèque se fera-t-elle médiation ?

829Mardi 17 juillet 2012

830Un très récent billet de Thierry Crouzet, « Du bon usage de l’autoédition », m’a provoqué un rapide commentaire sur son blog, puis quelques réflexions complémentaires personnelles. Qu’on s’entende bien : ledit billet était particulièrement posé et tout à fait pensé, et j’en remercie son auteur, car il témoigne d’une réelle perspicacité sur la question qu’il aborde sans invectives (c’est rare !!).

831« Auto-édition » (ou plutôt auto-publication) et inondation ?

832Évidemment, mes cogitations ont pris un tour bibliothécaire… Thierry Crouzet évoque les modalités de diffusion des œuvres personnelles qui n’ont pas rencontré l’intérêt d’un éditeur ; il mentionne notamment le distributeur/diffuseur immateriel.net, que j’aime beaucoup par ailleurs tant son ouverture ouvre des perspectives. Un cauchemar s’est profilé : quand on sait les milliers de manuscrits reçus par les éditeurs les plus professionnels en contrepoint de la poignée de titres qui connaissent finalement l’honneur de l’édition imprimée par ceux-ci, je me demande à quoi pourrait ressembler une « librairie/distributrice » de livres sur Internet d’ici quelques années sans ce filtre préalable, au gré de l’« auto-édition ». Allez, je donne ma réponse : un gigantesque fourre-tout !!! Les stratégies de promotion de l’auto-édition par Amazon vont dans ce sens, même si leur modèle économique est peu clément pour les auteurs (mais après tout peu importe : l’essentiel est d’inonder le marché !!). Jean-Michel Salaün soulignait la mutation du circuit de communication linéaire de « l’information », celui-ci passant d’un modèle linéaire (auteur –> éditeur/générateur de support achevé –> diffuseur – biblis comprises —> lecteur) à un modèle liquide (il emploie la métaphore du « lac » dans lequel auteurs et éditeurs balancent des tonnes d’informations au sein desquels doivent pêcher presque au hasard lecteurs… et bibliothécaires ! – j’ose un raccourci abusif sur un raisonnement beaucoup plus fin…).

833Or ce grand lac, à force d’être alimenté au point de devenir un océan submergeant, brille singulièrement par son insignifiance. En effet, la multiplication infinie des opinions, avis, créations, vomissements, délires, obsessions, etc. accroît infiniment la fameuse meule de paille au sein de laquelle il faudrait trouver l’aiguille . Et là on a deux options :

  • soit on se tourne vers ces moteurs de recherche dont le fonctionnement consiste à nous sélectionner ce que préfère la meule, car le temps de cerveau utile craque devant la multiplicité des sollicitations ;
  • soit on s’accroche à quelques valeurs-phares abolissant justement la meule ou la négligeant presque. On m’objectera que des sites critiques existent, c’est vrai, mais ils sont si éphémères, de ligne éditoriale si ductile, et surtout si nombreux et proliférants, qu’on n’arrive guère à vraiment guetter : les quelques bibliothécaires qui osent encore « veiller » sur le Web suivent en fait au mieux une vingtaine de sites auxquels ils se raccrochent pour ne pas être noyés par la marée…

834La définitive victoire de la demande ?

835Alors, sans cautionner les attendus obstinés de quelques éditeurs assis sur un modèle qu’ils ne savent pas faire évoluer, je voudrais ici souligner que le système bibliothécaire ne permet pas aujourd’hui d’opérer une véritable action médiatrice en dehors de ce système de validation préalable que représente l’édition. Je pourrais même oser l’hypothèse que si le bibliothécaire d’il y a 30 ans pouvait se hasarder à balayer timidement les sentiers non labellisés par un éditeur, il est aujourd’hui paralysé par la prolifération du Web dès qu’il se hasarde à vouloir proposer une offre cohérente et réfléchie à ses publics…

836On me répondra à juste titre que la fonction du bibliothécaire évolue – et je suis le premier à le proclamer – : autrefois il devait opérer une sélection dans la production précédemment filtrée par l’entreprise éditoriale, aujourd’hui il doit devenir médiateur d’un public égaré devant la profusion numérique. Le combat est passé de la collection aux publics, mais comment malgré tout proposer une offre cohérente dans ce magma : car nos publics nous réclament la nécessité d’une médiation active vers une offre, si, si !

837Pour cela, il doit faire face à une double injonction :

  • incorporer à la diversité des savoirs qu’il transmet la masse inconnaissable d’une profusion documentaire incontrôlée (et incontrôlable). Je comprends mieux pourquoi sont rares les bibliothèques (en fait, je n’en connais aucune !) qui ont osé intégrer à leur offre documentaire des interfaces médiatrices encourageant l’accès à des œuvres numérisées extérieures à leurs collections – les ressources en ligne promues passant par le canal rassurant d’un abonnement – coûteux – de l’institution, qui s’illusionne ainsi sur sa maîtrise des contenus alors qu’elle est impuissante devant la nature du bouquet négocié… La solution imaginée consiste à accompagner l’utilisateur dans sa demande, ce qui est une bonne chose, mais s’entend comme une offre de services et non comme la constitution d’une offre stimulante ;
  • se doter d’outils modernes de veille sur les questions dont il a à traiter, donc constamment guetter de nouvelles sources hypothétiques, de vagues balises auto-déterminées qui lui permettront de se retrouver dans leur sélection. Car, il faut le répéter, on ne peut assurer la médiation que de ce dont on a maîtrisé le contenu. J’ai déjà évoqué la parabole du restaurant : un maître d’hôtel ne peut valablement conseiller son client que s’il connaît parfaitement le plat qui peut lui être servi.

838La contemporaine révérence marquée et réitérée à la noblesse de l’expression personnelle, jugée nécessairement diffusable parce que justement personnelle, me semble trouver des limites dans l’exercice professionnel du métier de bibliothécaire. Face à l’explosion continue des outils et contenus numériques, la réponse bibliothécaire ne peut pas être seulement la médiation à l’usage des outils et la réponse circonstanciée (et experte !) aux questions singulières. Il lui faut aussi construire une offre sélective – dût sa forme être celle d’une interface –, qui ne soit pas seulement guidée par les appétences des bibliothécaires. Contrairement à la vulgate des « geeks » (pour lesquels abondance et profusion sont synonymes de valeur ajoutée parce qu’évidemment transgressive), le citoyen lambda aime bien se voir proposer une offre singulière et réfléchie. Ou du moins il attend de « sa » bibliothèque – payée avec « ses » impôts – une réponse qui soit raisonnée à l’aune de la collectivité sinon de ses seuls désirs personnels.

839La BnF, après avoir réfléchi à sa mission incommensurable de dépôt légal du Web (un cadeau empoisonné ?), a délibérément opté pour des captures sélectives appuyées sur une politique documentaire. Sans méconnaître les douloureux débats qui ont pu conduire à cette solution qui évitait l’aporie, je souligne que sa tâche restait plus facile que celle des bibliothécaires lambda : les choix opérés n’ont pas décidé de qualités de contenus, mais de décisions relatives aux tuyaux, bref de sélectionner l’utilité prioritaire de certains contenus avant d’en engager la difficile collecte – avec le soutien d’un réseau coopératif. Mais la bibliothèque lambda, comment se situe-t-elle face à cette profusion exponentielle ?

840On devine que se cantonner au seul modèle validé de l’édition traditionnelle – fut-elle numérique – va devenir intenable, sauf si les éditeurs abordent enfin les questions numériques sans s’accrocher à leur rocher : la récente loi sur le prix du livre numériquene va guère encourager les nécessaires évolutions, tant le livre numérique y est vu comme un double homothétique de la version imprimée…

841On devine également qu’abolir des millénaires de transmission assis d’abord sur la capacité bibliothécaire de mémoire maîtrisée, pour se noyer dans un flux régulé par de multiples médiations incontrôlées, pose la question sociale et politique d’un savoir partagé, car nous ne sommes pas les seuls, loin de là, à revendiquer cette « curation », et le fait que des réseaux se déclarent « sociaux » ne les rend aucunement porteurs de l’intérêt collectif, ni d’ailleurs réellement sociaux…

842Alors, on fait comment ?

843Commentaires au billet De quels savoirs la bibliothèque se fera-t-elle médiation ?

8441/ Commentaire par Colas – mardi 17 juillet 2012

845Bonsoir,

846Je me suis souvent posé les questions que vous soulevez… notamment la dernière. Je ne peux me départir d’un certain pessimisme (et encore est-ce là un simple corporatisme de ma part) et je ne vois honnêtement pas d’avenir autre que maintenu en survie artificielle par l’État et certaines collectivités si le basculement dans le numérique se concrétise : nous ne serons sans doute jamais aussi efficaces et toujours trop coûteux pour trop peu d’intérêt, je le crains. Vous parlez des services de la BNF ? Mais quel coût pour combien d’utilisateurs ? En substance, je n’arrive pas à me persuader que les bibliothèques publiques seront plus efficaces que le privé pour ce travail de tri, de veille et de médiation… et je ne crois plus du tout à la sacro-sainte éthique de la mission des agents publics face aux hordes démoniaques et privées…

847Mais sans doute est-ce un passage à vide (qui dure quand même depuis quelques longues années) !

8482/ Commentaire par Vincent – mercredi 18 juillet 2012

849« Incorporer à la diversité des savoirs qu’il transmet la masse inconnaissable d’une profusion documentaire incontrôlée (et incontrôlable). Je comprends mieux pourquoi sont rares les bibliothèques (en fait, je n’en connais aucune !) qui ont osé intégrer à leur offre documentaire des interfaces médiatrices encourageant l’accès à des œuvres numérisées extérieures à leurs collections – les ressources en ligne promues passant par le canal rassurant d’un abonnement – coûteux – de l’institution, qui s’illusionne ainsi sur sa maitrise des contenus alors qu’elle est impuissante devant la nature du bouquet négocié… » une tentative d’échapper à cet état de fait, mais sur une ligne éditoriale très particulière (la musique en libre diffusion) :

850http://ziklibrenbib.fr/​

8513/ Commentaire par B. Majour – mercredi 18 juillet 2012

852Bonjour Bertrand,

853Plusieurs petits points.

854« Un cauchemar s’est profilé : quand on sait les milliers de manuscrits reçus par les éditeurs les plus professionnels en contrepoint de la poignée de titres qui connaissent finalement l’honneur de l’édition imprimée par ceux-ci, je me demande à quoi pourrait ressembler une “librairie/distributrice” de livres sur Internet d’ici quelques années sans ce filtre préalable, au gré de l’“auto-édition”. Allez, je donne ma réponse : un gigantesque fourre-tout !!! »

855Non, ça s’appelle le Web !

856« Les stratégies de promotion de l’auto-édition par Amazon vont dans ce sens, même si leur modèle économique est peu clément pour les auteurs (mais après tout peu importe : l’essentiel est d’inonder le marché !!). »

857D’occuper le marché… avec plusieurs sens possibles.

858Il faut quand même se souvenir qu’occuper les rayons d’une librairie (même avec de la daube), ce fut une stratégie éditoriale d’élimination des petits éditeurs pendant de nombreuses années. (pas vu = pas pris)

859Empêcher l’accès des petits, par le biais d’une grosse masse ou par des systèmes propriétaires, ça reste une stratégie d’élimination connue.

860« je voudrais ici souligner que le système bibliothécaire ne permet pas aujourd’hui d’opérer une véritable action médiatrice en dehors de ce système de validation préalable que représente l’édition. »

861Comme ne le permet pas, ne le permet toujours pas le temps dédié à l’exploration des petits éditeurs. (Le temps, le temps et l’argent).

862Où est la différence avec le passé ?

863On est toujours limité par sa propre recherche et sa propre validation.

864Avec, en équations, la confiance que l’on accorde aux éditeurs…

865Aux éditeurs, aux blogueurs, aux journaux, etc. que l’on consulte. Beaucoup est lié à cette confiance. À cette recommandation.

866« Je pourrais même oser l’hypothèse que si le bibliothécaire d’il y a 30 ans pouvait se hasarder à balayer timidement les sentiers non labellisés par un éditeur, il est aujourd’hui paralysé par la prolifération du Web dès qu’il se hasarde à vouloir proposer une offre cohérente et réfléchie à ses publics… »

867Dans un pur esprit de contradiction, je pourrais te répondre :

868« Je pourrais même oser l’hypothèse que si le restaurateur d’il y a 30 ans pouvait se hasarder à balayer timidement les sentiers non labellisés par le marché agricole il est aujourd’hui paralysé par la prolifération de l’offre alimentaire dès qu’il se hasarde à vouloir proposer une offre cohérente et réfléchie à ses publics… »

869Je comprends le propos, et je pourrais le partager… sauf que mes parents n’ont pas connu une telle offre alimentaire. Sont-ils pour autant paralysés par la prolifération de nouveaux produits alimentaires ? Es-tu, suis-je pour autant paralysé par cette prolifération ?

870La réponse est non.

871On est paralysé par la multiplicité des choix, par la multiplicité des découvertes… quand on se donne pour tâche de tout vouloir goûter, de tout vouloir tester.

872Comme par l’idée de vouloir lire tous les livres de sa bibliothèque, ou tous les livres qui sortent… ou par l’idée de vouloir suivre tout le Web !

873Un moteur de recherche pondère les réponses qu’il offre. Et limite son offre. (Google, c’est moins de mille, lorsqu’il annonce plusieurs millions d’occurrences !)

874À quel moment un OPAC de bibliothèque pondère-t-il ses réponses ?

875Le restaurateur, comme le pêcheur, ont beaucoup à nous apprendre.

876Eux savent pondérer leurs choix, et leur offre en découle.

877Le vrai pêcheur ne pêche que quelques espèces (qu’il apprécie ou qu’il sait pêcher), parce qu’il sait à qui il va les vendre.

878Le restaurateur ne cherche pas à offrir tous les plats de l’univers, mais ceux de son menu. Parce qu’il sait en préparer les ingrédients et en exprimer le meilleur.

879« Car, il faut le répéter, on ne peut assurer la médiation que de ce dont on a maîtrisé le contenu. J’ai déjà évoqué la parabole du restaurant : un maître d’hôtel ne peut valablement conseiller son client que s’il connaît parfaitement le plat qui peut lui être servi. »

880Autant ça peut être vrai du restaurateur, autant ce n’est pas vrai pour le maître d’hôtel.

881Car tu oublies un point essentiel du maître d’hôtel, il écoute ce qui se passe en salle.

882Si le client lui dit : hum, excellent ! (sur un plat que lui, maître d’hôtel, déteste ou n’a pas goûté, pas eu le temps de goûter), il peut le recommander aux autres clients.

883Il n’est pas nécessaire de consommer pour conseiller !

884Ce serait comme de me dire : même avec un club de lecteurs, plutôt de lectrices, le bibliothécaire est obligé de goûter avant de conseiller.

885Je m’inscris en faux contre cette idée.

886Et je me sers d’ailleurs de son opposé. Trois lecteurs me disent qu’un bouquin est nul, je pilonne le bouquin. Trois lecteurs me disent qu’un livre est bien, voire même une lectrice spécialisée dans le terroir me dit qu’un livre est bien, je le conseille sans l’avoir lu.

887Je ne suis pas le vaillant Zorro de la littérature, seul contre tous, je suis en médiation avec mes lecteurs. Non pas en médiation avec la collection, mais en médiation multiple collection ET lecteurs.

888Certains lecteurs sont des valeurs sûres !

889Je leur fais confiance.

890Ne pas les écouter, c’est se scier un bras.

891Et c’est voir la pléthore du Web comme un cauchemar, un tsunami impitoyable.

892Mais quand on commence à regarder un peu les goûts et les couleurs des usagers, on peut savoir si le poisson qui vient sera intéressant ou non pour eux. S’il faut le pêcher ou non.

893S’ils ont, eux, envie de le pêcher ou pas.

894Quand on sait, on peut sélectionner.

895Quand on ne sait pas, on est obligé de tenter l’exhaustivité pour plaire à tout le monde.

896Or, plaire à tout le monde, ce n’est plaire à personne.

897Certes, ça permet de se retrancher derrière la neutralité du fonctionnaire. Sauf que cette neutralité du « faire plaisir à tous » est le pire des pièges envisageables.

898Rien n’est saillant, rien n’est mis en valeur. C’est tout neutre, c’est tout fade, c’est tout aseptisé.

899Dans un monde de concurrence, c’est juste devenir invisible et inodore.

900Pas de cachet, rien, juste des pilules blanches dans une assiette.

901« Alors, on fait comment ? »

902On travaille ses forces et uniquement ses forces.

903C’est-à-dire : on continue à établir des collections, on continue à sélectionner des documents à destination d’un public, on continue à aiguiser l’appétit dudit public… sans chercher à l’exhaustivité.

904Et tant mieux si on penche de plus en plus sur le libre et le domaine public, au moins on évitera tous les problèmes de droits d’éditeurs… oups ! D’auteurs.

905Enfin, d’éditeurs plutôt, nombre d’auteurs sont prêts à offrir leurs textes pour être lus. L’autoédition découle, en partie, de ce principe. L’auteur demande surtout à être lu. (lu, écouté, entendu et vu).

906Bien cordialement.

907Réponse de Bertrand Calenge – mercredi 18 juillet 2012

908@ Bernard,

909Je retiens juste deux phrases de ce commentaire :

910– « Certains lecteurs sont des valeurs sûres » : je souscris pleinement à cette affirmation, mais voilà, dans 90 % des cas ledit lecteur parle de la collection de bibliothèque qui lui est proposée. la question que je pose est celle du bibliothécaire devant constituer une collection en étant inondé de propositions, en l’absence d’un appareil critique construit sur cette foultitude de textes diffusés. Bien sûr qu’il finira par opérer quelques choix, qui resteront guidés par les matadors de l’édition « classique », mais il me paraît difficile de fonder notre avenir sur la pérennité de ces dinosaures…

911– « Quand on sait, on peut sélectionner » : c’est justement ma perplexité. Coutumier des questions de politique documentaire, je milite pour un bibliothécaire attentif à la tension entre une population et une offre « éditoriale ». La population ne m’« inquiète » pas trop, mais l’offre éditoriale tend progressivement à devenir inconcevable – au sens étymologique – : les stratégies de diffusion-distribution des acteurs entrés dans le numérique (j’ai du mal à qualifier Amazon du titre d’éditeur) visent à générer une marée incoercible qui facilite la mise en œuvre d’une stratégie purement marketing de captation de l’attention. Ce n’est pas nouveau, j’en conviens, mais une bonne majorité de nos interlocuteurs (plus que partenaires !!) éditeurs veillait à mettre sur le marché une certaine diversité de textes qui, tous, étaient passés par le filtre d’une stratégie. Place était laissée à notre veille pour à notre tour jouer la stratégie de l’attention. Quand le buzz remplacera la promotion, la question du désherbage ne se posera plus : à peine acheté, direction le pilon !! ET la veille… sur quoi et comment ?

912Ma perplexité vient du fait que nous n’avons pas encore construit les appareils de filtre (ce ne seront peut-être plus les éditeurs officiels ni les critiques patentés) qui nous permettraient de penser nos procédures de sélection dans les livres numériques qui se précipitent. À moins évidemment d’adopter la réalité que connaissent les bibliothèques universitaires : je passe un marché avec un agrégateur d’éditeurs (auto ou non) et je suis condamné à son catalogue. Certes, cela réglera la question de la charge du temps de travail et de cerveau consacré à la sélection des entrants (et les angoisses associées au désherbage), mais ne réglera pas la question des modalités de la médiation du bibliothécaire face à cette surabondance. Les bibliothèques universitaires, qui bénéficient il faut le dire de la complicité scientifique de leur communauté, tentent de réfléchir à une médiation de ces gisements coûteux en lien avec les priorités de leur communauté d’enseignants et de chercheurs. Mais les bibliothèques publiques, en général dépourvues de ces relais dans « leur » population (sauf si le politique s’en mêle, hélas !), de quoi disposent-elles ?

913Cordialement.

9144/ Commentaire par Juillet internet – mercredi 25 juillet 2012

915Contrairement à la vulgate des « geeks » (pour lesquels abondance et profusion sont synonymes de valeur ajoutée parce qu’évidemment transgressive).

916Tiens, mais d’où vient cette idée ? C’est la première fois que je lis quelque chose comme ça.

917>le citoyen lambda aime bien se voir proposer une offre singulière et réfléchie.

918Le citoyen lambda s’en fiche. Il serait peut-être bon de rappeler qu’on touche moins du quart de la population. Et rien n’indique que le quart que l’on touche correspond au lambda. Qui sait, il est peut-être l’alpha et l’omega ?

9195/ Commentaire par Ju – lundi 3 septembre 2012

920Bonjour,

921Vos petites icônes animées perturbent la lecture de vos articles en ligne, passionnants au demeurant. Ça alimente la surcharge cognitive décrite par Nicholas Carr et soulignée par Alain Giffard dans cet article.

922Cordialement.

Notes

1 Cet institut, créé en 1992, a depuis été absorbé par l’Enssib en 1999.

2 En tant que directeur des études, de 2012 à 2015.

3 Voir le « Parcours 10. Bertrand Calenge, auteur édité. Parcours bibliographique », p. 293.

4 Bertrand Calenge (dir.), Bibliothécaire quel métier ?, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2004 (coll. Bibliothèques).

5 Et les éditeurs, comme le remarque Véronique Mesguich : « Un billet daté de 2009 compare d’une part les éditeurs classiques qui s’adaptent à la nouvelle donne, avec une attitude soit conservatrice soit innovante, et d’autre part les bibliothécaires, qui peuvent saisir l’opportunité de devenir eux-mêmes “éditeurs”, en tant que filtre et promoteur de contenus numériques ». « En 2009, je dispose des éditeurs – sans aucun doute –, et ils restent inestimables pour les livres, mais je dispose aussi du flux d’Internet : et face à ce dernier, ne sommes-nous pas, nous aussi, dans une position d’éditeur, donc en définitif de sélectionneur, de filtre, de promoteur ? ». Il revient en 2012 à cette idée des « bibliothécaires éditeurs » : « Évidemment, cette fonction éditoriale des bibliothécaires ne sera possible que s’il demeure un espace public du savoir et de la connaissance, et donc si la collectivité juge intéressante la poursuite du financement de bibliothèques publiques. »

6 Mis en place par l’ABF en 2013, ce forum professionnel peut être considéré comme un continuateur partiel de Biblio-fr. Voir aussi le « Parcours 8. De Biblio-fr à l’info-blogosphère : chaîne unique et multicanaux », p. 289.

7 Voir aussi « Parcours 1. La collection en questions », proposé par Jérôme Pouchol, p. 14.

8 Lors de la création de la filière culturelle territoriale par les arrêtés du 4 septembre 1991, une formation post-recrutement d’un an (par alternances) a été instituée pour les bibliothécaires territoriaux. Elle est aujourd’hui réduite à 10 jours.

9 Bertrand Calenge, Les bibliothécaires et la médiation des connaissances, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2015 (coll. Bibliothèques).

10 [NDE] : Points d’actu se nomme désormais L’influx.

11 Voir le « Parcours 11. Corpus des billets », p. 303.

12 Il nous fit l’honneur, à Muriel Amar et moi-même, de rédiger la conclusion de l’ouvrage collectif Le Web 2.0 en bibliothèques : quels services ? Quels usages ? que nous avions co-dirigé en 2009 aux Éditions du Cercle de la Librairie.

Auteurs

Dominique Lahary a été directeur de la bibliothèque municipale de Vanves de 1977 à 1992. Il a ensuite exercé à la bibliothèque départementale du Val d’Oise comme directeur-adjoint et directeur. Il a été vice-président de l’Association des bibliothécaires de France et de l’Association des directeurs de bibliothèques départementales de prêt et président de l’interassociation archives bibliothèques documentation. Il est l’auteur de nombreux travaux professionnels répertoriés sur son site www.lahary.fr/pro et du blog lahary.wordpress.com.

Véronique Mesguich est consultante et formatrice spécialisée dans les domaines de la veille stratégique, de la maîtrise de l’information, et des bibliothèques 2.0. Elle a dirigé l’Infothèque du Pôle universitaire Léonard de Vinci de 2006 à 2012. Elle a été de 2012 à 2015 co-présidente de l’Association des professionnels de l’information (ADBS). Elle est auteure de plusieurs ouvrages consacrés à l’information numérique, à la veille et à la recherche d’informations. Dernières parutions : Bibliothèques, le Web est à vous, Éd. du Cercle de la Librairie, 2017 ; Rechercher l’information stratégique sur le Web : sourcing, veille et analyse à l’heure de la révolution numérique, DeBoeck, 2018.

Lire

Open access