Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Calenge par Bertrand, parcours de lecture dans le Carnet d’un bibliothécaire

 | 
Jérôme Pouchol

Chapitre 2. Le service, le lieu, le flux… et le comptage

Alain Caraco et Joëlle Muller

Texte intégral

Parcours 3. Comment dire le faire ? Ou l’évaluation face à l’action, proposé par Alain Caraco

Ma rencontre avec Bertrand Calenge et avec l'évaluation en bibliothèque

  • 1 L'ENSB, l’École nationale supérieure des bibliothécaires créée en 1963, deviendra l'Enssib, École n (...)
  • 2 Ancien nom des bibliothèques départementales de prêt (BDP) avant la loi 92-651 du 13 juillet 1992.
  • 3 L'ADBCP prendra naturellement le nom d'Association des directeurs de bibliothèques départementales (...)

1J'ai rencontré pour la première fois Bertrand Calenge en octobre 1987 à Bourg-en-Bresse. Sorti de l'ENSB1 quelques semaines plus tôt, j'étais le jeune directeur de la Bibliothèque centrale de prêt (BCP)2 de la Moselle. Bertrand dirigeait celle de la Saône-et-Loire, qu'il avait eu pour mission de créer cinq ans plus tôt. Diplômé de l'ENSB en 1975, il avait auparavant été directeur adjoint de la BCP du Cantal, puis directeur de celle de la Martinique. Avec quelques collègues, il avait pris l'initiative de réunir tous les directeurs de BCP pour leur proposer de fonder une association d'échange et d'entraide, l'Association des directeurs de bibliothèques centrales de prêt (ADBCP)3.

  • 4 Les quelques BCP qui pratiquaient le prêt direct au public, essentiellement en bibliobus et parfois (...)

2Sous l'impulsion de Bertrand, l'évaluation a été un de nos premiers chantiers à l'ADBCP. L'enquête statistique annuelle de la Direction du Livre et de la Lecture (DLL) du ministère de la culture et de la Communication (MCC) offrait un cadre dans lequel chaque BCP parvenait à peu près à dénombrer ses collections, ses acquisitions, le nombre de points de dépôt composant son réseau et le nombre de documents déposés chaque année4. Et après ? Que devenaient les documents déposés dans les bibliothèques relais et autres lieux de dépôt, souvent limités à un placard à la mairie ou à l'école ? Mystère…

  • 5 L'autre était celle de la Drôme, dirigée par Jacques Perret.

3Seules deux BCP avaient travaillé cette question et fournissaient aux dépositaires, comme on les appelait à l'époque, une méthode et des formulaires pour recueillir a minima le nombre d'emprunteurs et le nombre de prêts effectués dans l'année. La BCP de Saône-et-Loire faisait partie de ces deux-là, qui avaient compris que c'est l'impact de l'ensemble du réseau départemental de lecture publique sur son territoire qu'il fallait évaluer, et non le seul service rendu par la BCP à son réseau5.

4Nous eûmes de nombreux échanges sur ces questions, par courrier postal et par téléphone, à une époque pas si lointaine où l'Internet était encore inconnu des bibliothèques françaises. La BCP de la Moselle devint la troisième à commencer à connaître de façon statistique l'activité de son réseau. En 1990, l'ADBCP finança un mémoire de DESS6, organisa une journée d'étude sur le sujet7 et publia le premier Guide des BCP8, sorte d'annuaire statistique enrichi destiné tant à faire connaître les BCP et leurs réseaux qu'à favoriser l'émulation.

5Appelé à la DLL en 1991 comme chef du département des bibliothèques et de la lecture, Bertrand Calenge eut parmi ses missions le pilotage de la refonte de l'enquête statistique sur les bibliothèques publiques. Il m'invita à participer au groupe de travail qu'il réunit plusieurs fois à cet effet. Là encore, nous eûmes de nombreux échanges sur les questions de statistiques et d'évaluation.

6C'est probablement pour toutes ces raisons qu'on m'a demandé de contribuer au présent ouvrage et que j'ai accepté.

De la technique au sens

7Le blog de Bertrand Calenge traite des quatre grands thèmes qui ont traversé sa réflexion professionnelle : l'évaluation, les publics, la politique documentaire et le métier. Un même billet peut concerner plusieurs de ces thèmes. Ceux qu'on trouve tagués « Évaluation et statistiques » sont au nombre de onze. Quatre billets tagués uniquement « Publics » traitent également d’évaluation et de statistiques. Deux billets sont en outre tagués à la fois « Évaluation et statistiques » et « Publics ». Enfin, un billet tagué « Miscellanées » traite également, sur un ton amusé, de statistiques. Aucun billet, tagué ou non, ne parle d'évaluation ou de statistiques après mars 2010.

Savoir et savoir-faire vs interrogations

8Malgré sa grande culture, sa longue expérience et ses savoir-faire maîtrisés, Bertrand Calenge en appelle très souvent, à la fin du billet, à l'avis, la confirmation ou la contradiction du lecteur. Onze billets s'achèvent par un point d'interrogation :

« Il est temps de relativiser cet indicateur du taux d’inscrits pour le prêt, non ? ».

« Auriez-vous vous-mêmes des éléments d’analyse pour compléter ce tableau ? " .

« Ce ne sont que quelques notes. Vous en dites quoi… après avoir lu les rapports, bien sûr !? ».

« Bref le « dehors », comment l’évaluez-vous ? ».

« Hors l’enquête directe (coûteuse) auprès de la population servie pour mesurer l’impact diffus et parcellisé de la bibliothèque, que voyez-vous ? ».

« Qu’en pensez-vous ? ».

« Alors, satisfaction des seuls usagers ou satisfaction de tous les éléments du même ensemble bibliothèque ? Et satisfaction de quoi ? ».

« En matière de patrimoine, le compte n’est pas bon. Non ? ».

« En connaissez-vous d’autres ? [...] Et sinon, chers collègues membres des clubs d’utilisateurs de SIGB, qu’attendez-vous pour imposer (proposer instamment ?) à vos fournisseurs l’ajout d’une telle procédure, ergonomique, indispensable à la gestion et à la maîtrise des données de vos établissements ? ».

9Bertrand savait beaucoup de choses, mais n'était pas pétri de certitudes. Il savait aussi ce qu'il ne savait pas.

Les statistiques au service de la gestion des collections

  • 9 Voir le « Parcours 11. Corpus des billets », p. 303.

10Bien qu'aucun billet ne soit tagué à la fois « Évaluation et statistiques » et « Collections », plusieurs billets sont consacrés aux statistiques au service de la gestion des collections9.

11Ainsi, un billet est consacré au taux de rotation des collections. Après avoir mis en lumière quelles erreurs méthodologiques fréquentes, Bertrand aborde l'épineux problème de leur interprétation. Il met en garde le lecteur sur un mauvais usage :

« Mais jamais, au grand jamais, le taux de rotation ne peut servir d’indicateur comparatif entre bibliothèques de villes différentes, parce que les conditions ne sont jamais les mêmes… et parce que le bonheur n’est peut-être pas dans le prêt ! ».

12Un autre billet, très technique, est consacré au mode de calcul des taux d’accroissement et taux de renouvellement d'une collection. Dans la même veine, un billet traite du taux de fonds actif, du taux de disponibilité utile et de l'analyse des réservations.

13Toujours de façon très pratique et technique, un billet développe une méthode pour contourner les insuffisances des systèmes intégrés de gestion de bibliothèque (SIGB) en termes de statistiques utiles à la politique documentaire. La solution passe par l'export d'une partie de la base de données vers un tableur :

« Alors, si le lecteur est volontiers braconneur, le bibliothécaire peut aussi contourner les problèmes par des chemins de traverse… [...]

Eh bien, ce fameux catalogue malléable est tout simplement un fichier Excel dont chaque ligne correspond à un exemplaire, les différentes colonnes proposant titre, auteur, éditeur, année d’édition, numéro de notice bibliographique, numéro de code-barres, statut au moment T de l’extraction [...] ».

14Malicieusement, il adresse une auto-justification à ses lecteurs partisans des logiciels libres :

« Le temps me manque pour explorer les arcanes de multiples outils alternatifs… et puis zut, je reconnais mes limitations technologiques !! ».

Les statistiques pour appréhender les publics

15Plusieurs billets parlant de statistiques sont tagués « Publics ».

16Dans un des premiers billets de son blog, Bertrand interroge la notion d'inscrit en bibliothèque. Donnée statistique de base s'il en est, sa définition est en fait complexe. Celui qu'on appelle l'inscrit est en fait bien souvent celui qui s'est inscrit pour pouvoir emprunter. Cette notion, importante lors du développement des bibliothèques à partir des années 1960, est à relativiser face à la diversification des services proposés par les bibliothèques, souvent accessibles sans inscription.

17Dans le même ordre d'idée, la signification des flux comptés (entrées, emprunts, sessions web) fait l'objet d'une analyse. S'ils sont nécessaires, ils sont loin d'être suffisants :

« Il faut donc disposer de données discrètes même pour des actions peu réductibles à de tels dénombrements et surtout non comparables entre elles par ces moyens élémentaires ».

18Bertrand estime que les enquêtes de satisfaction, qu'il qualifie d'« enquêtes de frustration », sont indispensables pour les éclairer. Dans un billet, il en expose la technique et les pièges et les élargit aux parties prenantes de la bibliothèque :

« Pour peu que l’on s’intéresse à l’opinion des usagers – en termes de satisfaction ou d’insatisfaction – et qu’on choisit de réaliser des entretiens, oublions les statistiques [...]

Les agents en front office sont les meilleurs porteurs des sentiments des publics : il faut les questionner, les écouter [...]

J’ai parfois l’impression que les enquêtes de satisfaction auprès du public dans des structures plus imposantes sont parfois un substitut au mal-être des agents [...]

Alors, satisfaction des seuls usagers ou satisfaction de tous les éléments du même ensemble bibliothèque ? ».

19Bien que non tagués « Évaluation et statistiques », deux billets rendent hommage à l'usager inconnu, celui, qui fréquentant la bibliothèque pour des raisons diverses, mais sans être inscrit, échappe à toute statistique :

« Je ne veux pas ici me livrer à une bataille de chiffres, mais m’interroger sur le statut des visiteurs qui ne sont pas directement consommateurs des collections ».

20Sur un ton plus léger, un des premiers billets traite de l'influence du temps qu'il fait sur la fréquentation des animations pour enfants et conclut, amusé :

« C’est beau, les stats !! ».

Quand la réalité ne rentre plus dans les cases

21Une intéressante suite de trois billets, parus en mars et avril 2009, évoque les difficultés et joies récurrentes auxquelles est confronté le bibliothécaire chargé de répondre à l'enquête statistique annuelle de la DLL. Ces billets datent de la période où Bertrand était responsable de l'évaluation à la BML.

22Ainsi, au sujet de la difficulté de compter les documents patrimoniaux :

« Pourrait-on alors en conclure hâtivement que le patrimoine, c’est tout ce qui s’accumule dans les magasins (du moins dans les magasins non réservés à une circulation de prêts) ? C’est là une définition perverse confondant patrimoine et résidu en instance de traitement : les stocks résiduels datant du XXe siècle sont ô combien abondants sans projet intellectuel dans les magasins… ! [...]

Non, tout ce qui est stocké n’est pas patrimonial, seul l’est ce qui est explicitement désigné comme tel. [...]

Il est des moments où le comptage devient surréaliste, et par là même inutile. Même si j’adore le moment final où je clos mon calcul de données en identifiant à l’unité près le chiffre impressionnant des collections patrimoniales (ouf !), j’en connais la vanité. [...]

Pourquoi diable faut-il toujours dénombrer ? [...]

En matière de patrimoine, la question du décompte est singulièrement accessoire ».

23Il en est de même avec le casse-tête de l'action culturelle :

« Comme il n’existe pas de typologie fiable des événements donnant lieu à décompte (une telle typologie permettant alors une analyse comparative), l’évaluation reste approximative et relativement dénuée de sens. [...]

Les données quantitatives sont donc bien ambiguës ».

24Malgré toutes ces imperfections, l'épreuve du rapport d'activité s'achève par un sentiment de satisfaction :

« Ça y est, j’ai enfin achevé depuis quelques semaines la fastidieuse collecte des données statistiques requises par nos différentes tutelles. Fastidieuse par sa réitération, mais parfois passionnante par les analyses qu’elles permettent de conduire, surtout quand un collègue intrigué par une donnée vous interroge sur sa signification ».

La conscience des limites de l'évaluation

25Bertrand Calenge avait autant de familiarité que de distanciation avec les statistiques. Il savait qu'il fallait recueillir des données quantitatives sur son activité, faute de quoi on marchait en aveugle. Mais il savait aussi qu'il ne fallait pas se laisser aveugler par les indicateurs, si sophistiqués soient-ils. Il exprime cette distanciation à plusieurs reprises :

« Plus je m’occupe d’évaluation, plus je me méfie des statistiques ».

« L’évaluation commande-t-elle le service, ou ne devrait-ce pas être l’inverse ? [...] C’est à l’évaluation de s’adapter, de trouver d’autres modalités d’approche de la vie foisonnante, et non aux services à se plier aux canons de l’évaluation telle qu’elle semble si facile à manipuler. Le résultat sera moins « propre », moins univoque, moins simple dans son interprétation. Alors, il faudra travailler les évaluations, les rendre audibles et lisibles. Mais ce n’est pas une question à faire peser en regard des services rendus ».

« Entre autres, j’y vois l’énorme difficulté que peuvent avoir les organisations productrices ou dispensatrices de savoir à définir précisément leur objectif précis. Une société privée a son chiffre d’affaires et sa courbe de vente sous les yeux : là est son objectif. Mais pour le « savoir », lorsqu’il est dispensé par des organismes publics, quelle courbe de référence, quel objectif final. [...] Plus je fais de l’évaluation, plus j’en perçois la vanité fondamentale, du moins dès qu’elle veut dépasser le strict cadre du « dedans » : mes entrées, mes prêts, les usages mesurés de mes produits, tant de personnes ont regardé « ma » vidéo sur ‘mon’ site, je compte mes usages directs et j’en tire des conclusions (évidemment fausses : les gens partagent !) ».

  • 10 Alain Supiot, La gouvernance par les nombres. Cours au Collège de France (2012-2014), Nantes, Insti (...)

26Il croyait aux statistiques sans en être esclave. Comme on dit de l'argent qu'il est un mauvais maître et un bon serviteur, il savait que les statistiques sont une aide à la décision mais que ce ne sont pas elles qui doivent décider. Il connaissait le risque de tomber dans le piège de « la gouvernance par les nombres »10.

27La conscience, ou lucidité, était d'ailleurs une caractéristique saillante de Bertrand. Dans son billet du 11 décembre 2015, il a conscience non seulement qu'il s'agit de la fin de son blog, mais aussi de sa carrière professionnelle et, même s'il ne l'exprime pas explicitement, de sa vie, qui s'est achevée prématurément le 3 janvier 2016.

Sélection thématique extraite de Carnet de notes

28Évaluation et statistiques : les inscrits

29Vendredi 25 juillet 2008

30« T’as combien d’inscrits ? », « les inscriptions baissent ! », « la fréquentation remonte, regarde : les inscrits sont en hausse ! », « la fréquentation est une chose, mais les inscriptions c’est ce qui compte », etc.

31Les inscrits (plus que les inscriptions d’ailleurs) sont une des données que les bibliothécaires examinent avec la plus grande attention. On en tire un indicateur majeur : le taux d’inscrits rapporté à la population communale ou intercommunale. Pour des raisons comptables parfois : elle vaut rentrée d’argent. Pour des raisons politiques souvent : elle légitime l’établissement. Pour des raisons plus confusément bibliothécaires : elle confirme l’objectif ultime de la bibliothèque – 100 % d’inscrits .

32Passons outre ces diverses motivations (pour les bibliothèques publiques au moins : les BU évoluent vers d’autres critères d’impact). Et décortiquons un peu ces « inscrits ».

33À quoi est-on inscrit ?

34La cause est entendue, la seule inscription valide institutionnellement est celle qui donne accès à l’emprunt de documents (et non au prêt, terme très biblio-centré). Et pourtant, on peut s’inscrire pour de multiples autres raisons : une lettre électronique, un service en ligne, une animation à public restreint, une connexion wifi – sauf à Paris, ah ah !! –, la diffusion du bulletin d’information, les séances d’atelier à l’espace numérique, etc. Les usagers ne s’y trompent pas qui ne savent jamais très bien s’ils sont inscrits ou non… sauf bien sûr s’ils se présentent au comptoir de prêt pour emprunter un document !

35Qu’est-ce qu’un inscrit au sens statistique ?

36Bon, admettons, on parle d’une personne ayant effectué les formalités nécessaires pour emprunter des documents (bonjour la BPI ! ouah, la minable ! pas un seul prêt et encore moins d’inscrit !). Mais un inscrit comptable, qu’est-ce que c’est ? C’est quelqu’un qui s’est inscrit au cours des 12 mois précédents : hier ou il y a 364 jours ! L’ancien déménagé d’il y a 10 mois et le nouveau visiteur d’hier valent une unité chacun, pourvu que l’intervalle de temps considéré – l’année civile – recouvre les deux événements. C’est ça l’égalité statistique ! On ne compte pas les inscrits, abus de langage, on compte les cartes qui sont valides ! Or un décompte vrai des inscriptions réelles (i.e. les opérations conduisant à la confection d’une carte) sur une année montre qu’elles représentent environ 60 % des « inscrits » statistiques sur une année civile. Pourquoi ? Tout simplement parce que les inscrits officiels d’une année civile recouvrent en fait un ensemble de gens qui se sont inscrits sur presque deux ans : du 2 janvier de l’année X-1 (valides encore le 1er janvier de l’année X) à ceux inscrits le 31 décembre de l’année X (évidemment actifs cette même année, même pour quelques heures…). Et en plus la formalité de réinscription est variable et infidèle : voir plus bas…

37Quelle est la validité des données saisies à l’inscription, ou à la réinscription ?

38Une fois décodées les arcanes de l’inscrit et de l’inscription, attaquons-nous à ces fichus lecteurs… inscrits !!! Victoire, on les connaît, de près et dans le moindre détail, grâce aux données transcrites lors de leur inscription ! Oh, on se calme ! Tout le monde sait que la CNIL interdit la collecte de beaucoup d’informations (qui font baver les sociologues en vadrouille). Mais plus prosaïquement, examinons la qualité des fichiers d’inscrits d’une bibliothèque lambda : orthographe des noms en général correcte, mais libellé des adresses parfois approximatif (pauvre Thierry Giappiconi et son – notre ! – rêve de SIG appliqué au lectorat des bibliothèques !), PCS (ex-CSP) erratique (surtout pour les réinscriptions : un collégien fidèle restera peut-être « scolaire » au fil des années pour la bibliothèque, même une fois devenu chef d’entreprise !), base des inscrits peu ou mal nettoyée, générant des erreurs sur les adresses mails quand elles ont été saisies, « fleur » faite à un lecteur sympa pour l’inscrire dans une catégorie moins coûteuse que celle où il paierait plein pot, etc.

39Quelles personnes recouvre une inscription ?

40Bon, on essaye de régler tout ça, et on se fait une base d’inscrits à peu près propre. OK ? Eh ben c’est pas réglé !!! De quoi on parle ? Une personne clairement identifiée = un inscrit (il faut que la lecture soit personnelle, c’est plus sûr…). Ça roule !!! Damned, ces fichus inscrits ne jouent pas le jeu ! Cette précieuse carte d’inscrit, ils la galvaudent, comme les cartes de fidélité distribuées par les magasins de vêtements ! D’abord ils empruntent sous leur nom – et leur carte – des documents pour leurs enfants, conjoint(e)s, concubin(e)s, ami(e)s… ! Ce n’est pas négligeable, comme le soulignait l’enquête 2005 du CREDOC (et à Lyon, selon une enquête de fréquentation, 10 % des visiteurs déclarent emprunter pour d’autres), et je suis toujours émerveillé de décompter des papys et mamies emprunter (statistiquement !) des albums que je racontais à mes propres bambins ! Même, ce que j’ai pu constater de mes propres yeux, beaucoup empruntent des documents avec la carte d’un voisin, ami, parent… : dans nos enquêtes lyonnaises, un bon nombre de personnes affirment ne pas être inscrites… et emprunter des documents. À mon avis, la carte de bibliothèque (sans photo, of course) repose sur le meuble de l’entrée à côté des clés de la maison ou de la voiture, de la carte de piscine, etc., à la disposition de tous les membres de la famille. Moi, ça ne me gêne pas, au contraire, mais…

41Inscription et fréquentation

42L’horreur, pour un bibliothécaire, c’est qu’on abandonne la bibliothèque. Bon, c’est dur pour tout le monde, l’abandon, et surtout à titre perso ; mais faudrait pas pousser la conscience professionnelle jusqu’à faire une dépression… C’est quoi, abandonner la bibliothèque ? Pour moi, abandonner, c’est partir pour ne plus jamais revenir. C’est dans cette perspective dramatique que j’ai accueilli avec intérêt un groupe d’étudiants de l’Enssib qui, en 2004, voulaient étudier les raisons de l’abandon de la bibliothèque auprès des – anciens et surtout futurs déçus – lecteurs d’icelle. Las, j’ai vite découvert que leur enquête consistait en fait à déceler les raisons de la non-fidélité aux rites de réinscription annuelle. Bref, un « non réinscrit » = un déserteur ! Même dialogue surréaliste au ministère de la Culture en 2005, dans le comité de pilotage de la fameuse enquête du CREDOC sur la fréquentation et l’image des bibliothèques municipales : « on constate une baisse des inscrits : analysons cette baisse de la fréquentation ». Pouf pouf ! Ce qu’on nomme un inscrit, c’est – avec toutes les précautions ci-avant énoncées – une personne inscrite pour pouvoir emprunter (et jusqu’en 2004 devant avoir validé cette inscription par un achat emprunt au moins). Que ce soit pour elle, pour quelqu’un d’autre, ou par usage détourné de la carte de fidélité d’inscription (familial, amical ou autre)… Deux enquêtes lyonnaises de population (BBF) ont montré que 45 % de la population adulte était entrée dans une bibliothèque de la ville dans les 6 mois précédents… alors que 15 % seulement étaient régulièrement inscrits : deux fois plus de non-inscrits que d’inscrits ! Alors, on fait quoi de tous ceux qui fréquentent les ateliers numériques, qui feuillettent les magazines, qui travaillent dans nos salles, qui discutent dans nos ateliers ou conférences, qui utilisent nos services de questions/réponses en ligne… sans être inscrits pour l’emprunt ? Ils ne comptent pas ?!

43Il lettore e mobile !

44Revenons un instant sur la notion de fidélisation. En recherchant 100 % d’inscrits, on cherche en fait une population qui, chaque année exactement, reviendrait valider une carte (dont elle se servirait, bien sûr !). Or il n’est pas rare que chaque année près du tiers des personnes inscrites l’année d’avant ne renouvellent pas leur inscription : ont-elles abandonné la bibliothèque ? Pas nécessairement, bien au contraire : elles utilisent d’autres services que l’emprunt, comme on l’a dit. En outre, l’inscription est une formalité épisodique : un oubli (réparé) de nettoyage des fichiers d’inscrits m’avait permis de constater que 14 % des inscrits d’une année X ne l’étaient pas l’année X-1… mais l’étaient l’année X-2, X-3 ou X-4 (je les appelle des « revenants »). Les inscriptions sont mouvantes dans le temps de la vie de chacun : changement d’activité, naissance d’un enfant, déprime, etc. Lisez les belles phrases de JL Gautier-Gentès, qui relativise merveilleusement la pseudo centralité de notre activité (BBF ). Quelle sorte de fidélité cherchons-nous ? et pour quels services ?

45Que veut-on décompter ?

46Pour une mesure bancale, c’est une mesure bancale ! Mais après tout, il serait illusoire d’espérer une mesure décisive de la part des statistiques. Tout dépend de ce qu’on cherche à savoir (plus qu’à prouver. Encore que…). À Lyon, on peut faire de multiples décomptes :

  • les inscrits pour l’emprunt. Je n’y reviendrai pas. Encore faut-il souligner l’importance de cette mesure en termes logistiques (charges de prêts, contraintes de rangement ; etc.) ;
  • les visiteurs lambda, amateurs de calme, de travail, visiteurs des départements, des expositions ou fans des conférences, dragueurs (eh oui !), emprunteur quand même… Les décompter (entrées, durées de séjour, etc..) signale leur importance ;
  • les visiteurs en ligne, souvent non-inscrits pour l’emprunt (seuls 15 % des utilisateurs du Guichet du Savoir sont inscrits). Parfois doublonnant avec les catégories précédentes – mais comment le savoir ? – ;
  • les personnes ou institutions rencontrées hors les murs : personnes âgées bénéficiant d’un dépôt d’ouvrages dans leur maison de retraite, familles rencontrées au pied d’un immeuble, enfants servis par des animateurs de BCD formés par la bibliothèque, etc.

47Bref, faute de savoir comment compter, on se cantonne aux inscrits, voire aux emprunteurs.

48Un indicateur international ?

49Ceci dit, une fois connues ces limitations, on peut utiliser la mesure du nombre d’inscrits en interne, pour étudier parcellairement des pratiques, des flux, de la masse de travail qui en découle… Mais voilà, non seulement cette mesure est toujours mise en avant, mais encore on s’en sert pour établir des tableaux statistiques nationaux voire internationaux, au moins pour les inscriptions nécessaires pour emprunter. Elle est à l’honneur dans les normes ISO. On m’a toujours appris à me méfier de mesures portant apparemment sur le même objet mais dont les protocoles d’établissement étaient distincts. Or c’est le cas ici, par la non-similitude des modalités et formalités d’inscription. Je ne reviendrai pas sur la question souvent débattue des coûts d’inscription discriminant les populations susceptibles de s’inscrire. Mais je voudrais attirer l’attention sur le fait que l’inscription pour le prêt est parfois requise pour celui-ci seulement (mais souvent très différencié selon les supports), mais parfois aussi couplée impérativement avec d’autres services : consultation d’Internet par exemple, voire l’entrée dans la bibliothèque dans certains cas (une médiathèque de SAN dans la région parisienne a connu cela il n’y a pas si longtemps). En outre, les errements de l’intercommunalité en matière de bibliothèque conduisent à des mutations de référence (population multipliée par la décision d’intercommunalité) sans qu’il y ait aucun changement de service (même bibliothèque pour tous, accessible aux mêmes conditions qu’avant), le tout étant provoqué par de savants calculs politico-budgétaires étrangers à la population desservie. Comment en tirer quelque chose de cohérent au niveau national, d’autant que les politiques municipales évoluent au fil des années (je me rappelle le cas de la ville d’Autun dans les années 1980, qui avait perdu 30 % de ses abonnés d’une année sur l’autre en abandonnant la gratuité) ?

50Bref, on voit que cet indicateur reste plutôt médiocre, au point qu’on peut s’interroger sur la raison du succès qu’il a rencontré depuis des décennies dans les bibliothèques publiques. Je subodore qu’il y a là la force d’une politique volontariste de démocratisation culturelle dans les années (19)60, marquées par l’ouverture de salles en libre accès et la libéralisation du prêt : les rapports et autres écrits de l’inspection générale à cette époque le laissent clairement entrevoir. Les bibliothèques ont changé, les services autres que ceux liés au prêt se sont multipliés (avec dans certains cas une inscription spécifique), l’environnement a évolué… Il est temps de relativiser cet indicateur du taux d’inscrits pour le prêt, non ?

51Commentaires au billet Évaluation et statistiques : les inscrits

521/ Commentaire par Hubert Guillaud– jeudi 21 août 2008

53En même temps, Bertrand, vous savez bien que les chiffres sont précieux, même s’ils sont faux. Or ils sont utiles à tout discours. Ce qui signifie que pour minimiser ce chiffre du nombre d’inscrits, il faut en trouver d’autres et valoriser les autres : nombre de connexions, nombre d’entrées en bibliothèque (compteur de porte…), nombre de prêts dans l’année, etc.

54J’y vois tout de même un avantage à ce chiffre des inscrits que regardent avec attention vos donneurs d’ordre, celui de pouvoir rappeler les limites de cette notion d’inscription justement et de pouvoir tirer par ce biais des questions importantes comme la gratuité de l’accès, etc.

552/ Commentaire par Ronsin-Menerat Laurent– lundi 12 octobre 2009

56Bonjour,

57L’enquête miraculeuse du Credoc, qui fait doubler en un clic la fréquentation des bibliothèques, me laisse pantois : dans toutes les bibliothèques et pas seulement celles des zones très urbanisées, il y aurait la moitié des usagers qui ne serait pas inscrite à la bibliothèque ?

58Vous imaginez qu’un responsable de bibliothèque rurale, compteur en main, se dise : tiens, celui-là, qui rentre à la bibliothèque, je le connais pas ! encore un que je vais inscrire comme non-inscrit…

59Oui, il y a une frange de population qui fréquente les équipements sans être inscrit, et fort heureusement (accès libre et gratuit).

60Mais de là à le chiffrer nationalement à la moitié… ça arrange bon nombre de personnes.

61Réponse de Bertrand Calenge – lundi 12 octobre 2009

62@ Laurent,

63Ni le CREDOC ni moi-même n’avons affirmé que la moitié de ceux qui fréquentent les bibliothèques ne sont pas inscrits (selon les enquêtes de fréquentation, les non-inscrits apparaissent comme 14 % à 20 % des fréquentants à un instant T, proportion qui tend d’ailleurs à augmenter), mais que presque 50 % des habitants d’une ville a fréquenté la bibliothèque dans les mois précédents, alors que 15 % seulement des habitants de cette ville disposent d’une carte d’inscription (et encore : enquête conduite auprès des seuls adultes de 15 ans et plus), d’où deux fois plus d’habitants qui ont fréquenté sans être inscrits que d’habitants qui ont fréquenté en étant inscrits.

64Ce constat ne préjuge en rien des intensités de fréquentation desdits habitants, donc du paysage humain offert par le public d’une bibliothèque à un instant T.

65Le dedans, le dehors…

66Vendredi 3 octobre 2008

67Le hasard fait bien les choses. Le même jour, je lis presque à la suite :

  • la réponse de Jérôme sur mon précédent billet, soulignant (à juste titre !) la nécessité de mesurer les services rendus pour évaluer l’impact sur la population ;
  • un article débattu de Jean-Michel Salaün sur les risques pour une université de confier à des outils dits sociaux mais privés le soin de diffuser ce qu’on ne risque de ne pas pouvoir faire sans plantage (je résume grossièrement) ;
  • un ancien débat de la BPI sur l’étude du CREDOC et en particulier la réponse que fit Thierry Giappiconi, qui estimait – en gros – que comptage n’est pas indicateur de service (il a raison !).

68Quel rapport entre les trois ?

69Entre autres, j’y vois l’énorme difficulté que peuvent avoir les organisations productrices ou dispensatrices de savoir à définir précisément leur objectif précis. Une société privée a son chiffre d’affaires et sa courbe de vente sous les yeux : là est son objectif. Mais pour le « savoir », lorsqu’il est dispensé par des organismes publics, quelle courbe de référence, quel objectif final ?

70Dans les trois cas, l’objectif – bibliothécaire ou universitaire – vise autant l’action de l’institution (prêter, enseigner, proposer une conférence, diffuser le savoir enfin) que l’action de l’utilisateur vis-à-vis de celle-ci (emprunter, lire tel type de document, effectuer telle activité, réussir l’examen, etc., bref entrer sur le site – réel ou virtuel – et dans les codes de l’institution, dans un but répondant aux objectifs de celle-ci). On me rétorquera que c’est la même chose pour un commerce : le vendeur se fiche bien de savoir qui portera le vêtement ! Oui, mais pour nous autres transmetteurs de savoir ? Du moment où notre objectif n’est fondamentalement pas l’acte d’(acheter) emprunter, mais celui de diffuser sur une population ?

71Quand on parle du « savoir », de quoi parle-t-on ? Des objets détenus par l’institution et maîtrisés par elle ? Ou des flux qu’elle peut provoquer au sein d’une communauté, par des échanges de lecture, par des débats ouverts même ailleurs que dans l’institution, par la diffusion impalpable – eh oui ! – de sa production de savoirs ou de services ? Et pour cela, quelles mesures ?

72Plus je fais de l’évaluation, plus j’en perçois la vanité fondamentale, du moins dès qu’elle veut dépasser le strict cadre du « dedans » : mes entrées, mes prêts, les usages mesurés de mes produits, tant de personnes ont regardé « ma » vidéo sur « mon » site, je compte mes usages directs et j’en tire des conclusions (évidemment fausses : les gens partagent !).

73Certes, il faut justifier notre existence, rendre des comptes, provoquer l’afflux de crédits et l’intérêt des décideurs. C’est évidemment essentiel. Cette démarche est légitime, mais elle me paraît outrepasser ses limites dès qu’elle prétend évaluer l’impact réel du service sur la population.

74Alors le cœur des gens, au-delà des argumentaires institutionnels, comment le sondez-vous ? Comment mesurez-vous l’impact de vos services et collections sur la population hors ces mesures internes (ou comment l’estimez-vous, soyons modestes !) ?

75Bref le « dehors », comment l’évaluez-vous ?

76Commentaires au billet Le dedans, le dehors

771/ Commentaire par Nicomo – vendredi 3 octobre 2008

78« Une société privée a son chiffre d’affaires et sa courbe de vente sous les yeux : là est son objectif ». Ben pas vraiment : le chiffre d’affaires et la courbe des ventes, tout le monde s’en fout, à la fin, seul le bénéfice compte.

79Plus sérieusement : l’évaluation n’a de sens que par rapport aux objectifs fixés. Et à chaque objectif son mode d’évaluation. Car le cœur des gens, ça aussi, ça se sonde. Au sens propre. Musil pensait qu’on était dans l’ère de la moyenne, de la statistique : je ne peux pas, pour ce qui me concerne, lui donner tort. Et les conclusions ne sont pas « évidemment fausses », même si elles peuvent être parfois erronées ou incomplètes.

80Le problème du dehors n’est pas qu’il n’est pas mesurable, c’est plutôt qu’on n’a jamais fait l’investissement qu’il faudrait pour le mesurer.

81Réponse de Bertrand Calenge – vendredi 3 octobre 2008

82@ Nicomo :

83D’accord pour le bénéfice, je bats ma coulpe…

84Maintenant, « Le problème du dehors n’est pas qu’il n’est pas mesurable, c’est plutôt qu’on n’a jamais fait l’investissement qu’il faudrait pour le mesurer » ?

85L’affirmation est intéressante, mais je doute de sa validité fondamentale, car mesurer cela, c’est mesurer l’homme dans sa complexité. Un rêve ou un cauchemar ?

86Mon billet n’est pas une exhortation à inventer des systèmes d’évaluation hallucinants, mais plutôt un appel à la raison : n’interprétons pas les évaluations au-delà du champ où elles s’exercent, et ne les sur-interprétons pas…

87Quant aux objectifs fixés, je suis évidemment d’accord. S’il faut assurer un certain nombre d’actions en relation avec l’institution (le nombre de prêts, le nombre de visites…), d’accord ! Mais si l’objectif prétend être la « contribution à la formation », le « développement de la lecture », tous objets étrangers au « dedans » mais intimement liés au « dehors » ?

882/ Commentaire par Martin Lessard– samedi 4 octobre 2008

89Le nœud du problème, d’une certaine façon, sans trop vouloir simplifier, réside dans une certaine volonté de « mesurer quelque chose » (et vous donnez l’exemple d’une société privée qui mesure ses bénéfices ou la bibliothèque qui mesure des objets extérieurs qui « contribuent à la formation »).

90Si on arrive à conclure que le « problème du dehors » est soit non mesurable, soit l’investissement dans sa mesure n’a pas été fait, et les deux réponses s’opposent mutuellement, serait-ce que cette volonté de « mesurer quelque chose » serait en défaut? Car mesurer n’est-il pas un geste d’évaluer quelque chose « à l’aide d’un étalon » ?

91Dans le comptage Youtube, de livres empruntés, de chemises vendues, « l’étalon existe » par une translation dans la science économique. Vouloir mesurer l « impact réel » de vos services sur la population implique un étalon qui m’apparaît une chimère.

92Pas que je ne souhaite pas un jour entrevoir la possibilité de trouver une réponse, mais il y a lieu de se demander jusqu’à quel point l’université (avec un petit u), institution cherchant à rentabiliser ses ressources et équilibrer ses revenus (domaine des sciences économique), parasite la question.

93Si on voit l’Université (avec un grand U) comme un lieu de recherche et de transmission du savoir, la mesure serait alors « binaire » : oui ou non le fait-elle ?

943/ Commentaire par Cécile – lundi 6 octobre 2008

95Bonjour,

96Votre débat me rappelle un article lu récemment sur le lien entre la fréquentation des bibliothèques et les bons résultats aux tests de lecture pour des enfants de 4th grade. L’idée étant, pour bien mesurer l’impact, ne faut-il pas s’éloigner de l’objet à mesurer ?

97The Link Between Public Libraries and Early Reading Success : Is there a positive relationship between public library services and early reading success?.

984/ Commentaire par Véronique– lundi 6 octobre 2008

99L’évaluation d’un service comme celui des bibliothèques et particulièrement les médiathèques municipales me semble aussi essentielle. Il y a l’évaluation quantitative « du dedans » (incontournable tout le monde en convient) et l’évaluation qualitative « du dehors » (le cœur des gens) : y a-t-il corrélation entre les 2 ? Quels outils de base pour mesurer la qualité ? Cette perspective a bien dû être déjà abordée. Pourquoi ne pas l’appliquer (ou tenter de l’adapter) en bibliothèque ? Pour mesurer l’impact : ce qui devrait se faire après avoir mesuré la qualité du service, il me semble (?) ne faudrait-il pas aussi lancer des campagnes de « pub » et ensuite en mesurer le dit « impact »… Car les sociétés commerciales se soucient de leur part de marché et de leur impact… mais elles font des campagnes publicitaires pour cela…

100Sinon pour la qualité et/ou l’impact : enquêtes de satisfaction… cahier des suggestions des lecteurs… variété et nombre de questions demandant « une plus-value documentaire » etc.

  • 11 [NDE] : ce lien n’est plus accessible.

101Il y a bien longtemps j’avais eu une formation au marketing des bibliothèques par Réjean Savard, et j’avais retenu 2 choses : l’importance du « bouche-à-oreille » comme vecteur de communication pour les produits culturels (le système de la « recommandation » du Web 2.0 en quelque sorte pour le « réel ») et donc la qualité de la relation établie entre l’institution (et son représentant, donc le bibliothécaire) et les publics (qui conditionne donc le futur « bouche-à-oreille ») et par voie de conséquence l’importance d’une bonne dynamique d’équipe pour que les agents face au public soient dans de bonnes dispositions pour « bien » communiquer… donc l’évaluation de la « qualité » va bien au-delà du simple comptage… On y avait parlé de « marketing des services culturels » et il me semble que cette voie serait à explorer davantage… (je livre cette approche qui me semble intéressante) http://www.lesechos.fr/​formations/​marketing/​articles/​article_10_10.htm11.

102À l’heure du Web 2.0, pour un meilleur impact, ne faudrait-il pas ajouter la visibilité de la bibliothèque sur le Web ? Et sur le Web 2.0 ??

103Réponse de Bertrand Calenge – lundi 6 octobre 2008

104@ Véronique

105Loin de moi l’idée de nier les approches dont vous parlez, et je connais bien les approches marketing que Réjean Savard a contribué à faire connaître en France. Je pense qu’effectivement la batterie d’outils et indicateurs que vous évoquez peuvent parfaitement aider à positionner l’institution et ses services vis-à-vis d’une population : être reconnu, « sur terre et sur le Web », de façon positive est effectivement essentiel et je m’en voudrais de le négliger (comme je le dis, c’est indispensable pour l’institution)

106Mais…

107L’objet de mon billet ne visait pas à déplorer l’absence de tels outils (même s’ils sont encore trop peu utilisés), mais s’interrogeait sur l’objectif ultime de la bibliothèque : du savoir approprié par une population donnée (de la connaissance), ou un impact institutionnel ? Même si les deux peuvent paraître liés d’un point de vue bibliothécaire, ils ne peuvent être confondus. Or si nous nous préoccupons beaucoup – à juste titre – de la qualité et de l’impact de l’institution, nous sommes dépourvus quant à l’évaluation de « l’accroissement de connaissance » dans les populations servies – au moins pour les bibliothèques publiques –.

108Ma réflexion est peut-être oiseuse, mais je pense que le travail des bibliothèques est de plus en plus imbriqué dans un tissu mouvant d’actions diverses de médiation, de production et transmission de savoirs qui les dépassent largement… et que nombre des évaluations conduites servent essentiellement à expliquer (voire justifier) l’action de l’institution, plus qu’à vérifier les « progrès de connaissance » dans la population par toutes voies, y compris celles qui ne sont pas du fait de la bibliothèque elle-même. Le débat que je citais sur l’enquête du CREDOC en est un exemple flagrant : la fréquentation est-elle un objectif en soi, et pourquoi ?

109En d’autres termes, quel est l’objectif global, l’horizon de référence à partir duquel nous pourrions construire notre benchmarking ?

110Lagardère et la bibliothèque

111Jeudi 25 septembre 2008

112Tiens, parlons d’une banalité tant ressassée : la bibliothèque publique doit servir tout le monde, et prêter la plus grande attention à celles et ceux qui sont en situation d’exclusion.

113On connaît le discours : il faut sortir de la bibliothèque pour « faire venir les gens à la bibliothèque ». Sans qu’ils aient nécessairement une réelle connivence avec ces concitoyens (ils lisent peu, ont des préoccupations matérielles majeures qui les mobilisent, sans parler de situations familiales difficiles à vivre au quotidien – monoparentalité, temps partiel subi, etc.), on décide qu’ils sont un public à servir / conquérir. Louable intention, écho généreux à l’ambition de Malraux : mettre la culture à portée de tous. On tisse des partenariats, on sort de la bibliothèque (eh oui ! nombre d’actions dites « hors les murs » se multiplient, et c’est tant mieux !), et… on rame !

114Sauf que…

115Qu’est-ce qu’on veut vraiment ? Conquérir des inscrits – ou mieux des emprunteurs ? Augmenter les visites ? Intégrer les populations concernées dans le si merveilleux univers de la bibliothèque comme site car le lieu et ses services seraient l’alpha et l’oméga de la communauté ? Certes, l’institution bibliothèque a besoin de données statistiques (donc quantitatives) simples et massives pour s’affirmer. Mais on parle de quoi ? De l’institution ou des publics concernés ?

116On sait qu’il est des publics « absents » (au sens trop souvent de non-inscrits, hélas !), des voisins presque, qu’il faut séduire pour le lieu et ses attraits, en particulier ceux qui conservent l’image de la bibliothèque livresque et studieuse sans avoir eu l’occasion d’essayer la nouvelle bibliothèque espace culturel, espace libre de rencontres, occasion d’ateliers pratiques, appareil de conseils, etc. (Encore faut-il avancer dans cette mutation). Et pour lesquels cette image traditionnelle ne répond pas à leurs besoins sans qu’ils aient imaginé ces nouvelles facettes…

117On sait aussi qu’il est nombre de personnes actives, étudiants ou adolescents, pour lesquels la consommation informative ou culturelle tend à devenir domiciliaire (comme le signalait cette synthèse sur la culture adolescente), et de nombreuses bibliothèques sont imaginatives pour proposer des services qui s’insèrent dans ce nouveau contexte, essentiellement tissé de relations électroniques. D’ailleurs, l’immense majorité des biblioblogs se penche sur ce vecteur d’usages et de moyens. Pour ceux-ci le champ d’action est Internet, plus que le lieu bibliothèque.

118Mais là encore de quels publics parle-t-on ? Comme je l’ai déjà souligné (ici), une immense majorité des services en ligne se déploie à partir d’un site bibliothèque très identifié et global (un lieu en fait ?), même lorsqu’il se présente ambitieusement comme un « portail », sans autre présence active dans l’univers protéiforme d’Internet. Y compris les présences incompréhensibles – pour moi – de certaines sur des espaces sociaux de type Myspace, qui à ma connaissance conservent cette identité « bibliothèque institution » (avec des astuces marketing de présentation) : ce n’est en fait qu’un déplacement du lieu, ou plutôt des services d’un lieu parfaitement connoté, au moins en France.

119Alors on s’échine à repérer les visiteurs, les sessions, et ou les pages vues sur ces services, substitut certes utile de nos compteurs d’entrées et données d’inscription ou de prêt des lieux physiques. Mais bon, on parle en fin de compte toujours d’un usage statistique d’un lieu : réel pour les bâtiments, électroniques et parfois disséminé pour les – souvent LE – site(s) web et les services qu’il propose. Bref, on cherche toujours à « faire venir à la bibliothèque ». Ce n’est pas un objectif de service aberrant, bien au contraire ! Mais…

120Venons-en à notre première question : comment faire avec ceux qui, « cloisonnés » socialement, pressurés par leurs contraintes économiques et/ou familiales, inexperts dans le maniement des informations tant dans les lieux que sur le net (cette fameuse litteracy), représentent une part importante de la population… que nous avons à desservir ?

121Faire venir à la bibliothèque, dans le lieu même ou via Internet, est-ce toujours le bon service ? La bibliothèque comme institution agissante ne peut-elle imaginer des programmes d’action qui travaillent directement sur la population – quelle qu’elle soit d’ailleurs – sans passer par le lieu ? L’objectif des partenariats multiples et bienvenus se mesure-t-il à l’attraction du lieu ? Notre cœur d’action n’est-il pas là immergé, même s’il faut bien sûr quantifier les investissements, justifier les actions, actionner plusieurs cordes à la fois, etc. ?

122Plus je m’occupe d’évaluation, plus je me méfie des statistiques. Je ne sais pas mesurer réellement cette forme de service réellement bibliothécaire (et d’ailleurs en recherche d’appellation officielle) qu’est-ce qu’une collègue avait joliment appelé le « service Lagardère » : si tu ne viens pas à la bibliothèque, la bibliothèque viendra à toi.

123Et tant pis (!!!!!!!!!) si tu ne viens pas à la bibliothèque ?

124Trouver les moyens de défendre cette position n’est pas évident (les services sociaux le savent, dès qu’ils vont au-delà des impératifs réglementaires), mais la bibliothèque bénéficie d’une forte assise sociale, son lieu, ses services comptabilisables, ses résultats quantifiables. Elle peut faire le pari de consacrer légitimement une part de son activité en direction d’une action sociale et culturelle maigrement quantifiable (et en tout cas pas vis-à-vis du lieu ou des espaces web), levier d’une intégration culturelle collective… bénéfique à tous. Et même une part qui doit aujourd’hui déborder la portion congrue du « supplément d’âme » !!

125À condition pour ces acteurs de ne pas mesurer leur action à l’aune des entrées, des inscriptions ou des prêts !!!!

126À condition de se penser dans une population, une communauté, et non nécessairement dans une institution stable et pérenne…

127Qu’en pensez-vous ?

128Commentaires au billet Lagardère et la bibliothèque

1291/ Commentaire par Alain Pierrot– vendredi 26 septembre 2008

130Une conception d’un service, qu’il soit public ou « privé », fourni à une communauté : cette problématique croisée avec un horizon géographique vaut aussi bien pour les librairies que pour les « services de proximité ».

131Malgré le retour périodique de remarques sur l’aspect « glocal » du Web, il semble qu’on piétine sans dégager clairement des expériences probantes.

132Ou bien faut-il regarder du côté de sites sur le modèle d’Alloresto ?

1332/ Commentaire par Thomas– samedi 27 septembre 2008

134Si je comprends bien, il s’agirait pour l’institution-bibliothèque de disséminer son offre de services au sein d’autres institutions afin, non plus seulement de conquérir de nouveaux lecteurs et donc de nouveaux usagers mais plutôt de répondre directement à des besoins, bref, de rendre le lieu ou la « marque » bibliothèque comme superflue ? Se fondre dans la population et non se revendiquer comme institution. Le fait est néanmoins que ce titre institutionnel lui confère également une légitimité qui est sûrement recherchée par une partie des usagers justement et que c’est probablement grâce à lui qu’elle peut prévaloir son assise sociale, non ? Je suppose alors que la réponse est double et que ce mode de dissémination des services ne peut venir qu’en complément d’une offre plus traditionnelle et reconnue.

135Quant à la présence des bibliothèques sur des réseaux sociaux de type MySpace ou Facebook je pense également qu’elle répond à une double nécessité : une première de dissémination justement de l’institution des bibliothèques dans les outils et les lieux largement fréquentés par les usagers, et là encore, l’identification de la bibliothèque comme telle est importante pour qu’elle puisse être reconnue et identifiée (et d’autant plus outre-Atlantique où ces institutions ne fonctionnent pas uniquement sur fonds publics) ; une seconde de réponse au besoin exprimé par ses usagers en termes de socialisation tant il est indéniable aujourd’hui que l’ordinateur joue un rôle de plus en plus marqué, voire majeur, en tant qu’outil de socialisation. Si en plus, l’institution peut en profiter pour enseigner ou du moins donner des clefs pour gérer son identité numérique, ce serait merveilleux.

136Réponse de Bertrand Calenge – samedi 27 septembre 2008

137@ Thomas,

138Ce n’est pas tout à fait ce que je voulais dire. Effectivement, le lieu bibliothèque est important, et les services qu’il contient (j’insiste sur ce « contient », à l’intérieur donc) sont indispensables ; certes, ce lieu doit aussi être capable de se présenter autrement que dans ses murs, donc comme un lieu sur Internet.

139Mais ce sur quoi j’insistais, c’est sur le fait que la bibliothèque doit être capable de s’externaliser avec d’autres objectifs que de faire venir dans ses murs. Pour donner une comparaison – mauvaise –, l’assistante sociale représente toujours l’institution sociale lorsqu’elle est chez les familles, et elle essaye de les aider là où ils sont. Un bibliothécaire, surtout à l’heure des flux, ne peut-il être l’institution bibliothèque hors ses murs, pour le chercheur qui dispose de sa bibliothèque personnelle comme des abonnements électroniques de son université auxquels il a accès depuis chez lui, comme pour les personnes isolées ou exclues qui ont d’énormes besoins d’information immédiate ?

140La bibliothèque est-elle tout entière contenue dans ses murs et sa façade, et ses services et acteurs avec elle ?

141Hommage à l’usager inconnu

142Dimanche 11 janvier 2009

143Pendant la semaine qui sépare Noël du Jour de l’an, la bibliothèque était bondée. Étonnant, non ? En fait, la fermeture hivernale de nombreuses bibliothèques universitaires, à quelques semaines des partiels, expliquait en grande partie cette affluence. Une collègue m’a glissé : « Bon, ils ne s’intéressent pas du tout à nos collections, mais ça fait du monde, et puis ils sont calmes et discrets… ». Au mieux des améliorateurs de statistiques, mais pas des usagers ? Et si on revenait sur ces utilisateurs discrets et méconnus qui ne dérangent pas les étagères, ne font pas la queue au prêt, ne demandent ni photocopie ni prêt entre bibliothèques, ne griffonnent pas les documents voire ne les volent pas, bref ne se préoccupent que modérément ou pas du tout des collections ?

144Premier constat : ils sont nombreux, très nombreux, et ce nombre va croissant. On y trouve en vrac :

  • déjà ces élèves ou étudiants qui viennent trouver siège, table, calme, ambiance studieuse, pour réviser leurs fiches de cours, rédiger leurs travaux, seuls ou parfois en petits groupes ;
  • les consulteurs d’Internet, surfeurs plus ou moins passagers, plus ou moins discrets, qui parcourent les jeux, gloussent devant les pages people, font des recherches approfondies, consultent leur messagerie, osent un regard plus ou moins furtif sur une page porno… ;
  • le badaud qui, entre deux courses, vient se réchauffer au café installé en rez-de-chaussée de la bibliothèque (j’y ai même rencontré deux collègues d’une autre ville, déjeunant là rapidement en attendant leur train) ;
  • le passionné d’événements culturels ou le visiteur de passage qui, par curiosité, flâne devant une exposition ou examine scrupuleusement chaque cartel l’un après l’autre ;
  • les bandes d’amis, ou les amoureux, qui trouvent à la bibliothèque un cadre agréable, discret et gratuit à leur rendez-vous ;
  • le clochard qui a décidé de venir dormir en se réchauffant un peu ;
  • ceux qui – un comble – ont amené leur propre livre pour venir le lire tranquillement dans une chauffeuse.

145Tous ceux-là coexistent avec les utilisateurs directs des collections (consulteurs, emprunteurs) et les internautes qui ont pris rendez-vous à l’espace numérique pour un atelier ou une autoformation (lesquels ne négligent d’ailleurs pas toutes les pratiques énumérées…).

146Mais nous ne les connaissons pas ou peu, ils sont trop fugitifs… Une étude avait tenté de les cerner (« Les bibliothèques municipales et leurs publics : Pratiques ordinaires de la culture », BPI, 2001) : ces « UNIB » (Usagers non-inscrits des bibliothèques) étaient d’anciens inscrits, des visiteurs refusant l’inscription, des passagers, parfois des fidèles… Claude Poissenot soulignait que le nombre de leurs visites était moindre, en masse, que celle des inscrits, mais il relevait également que la durée de leur séjour était en moyenne plus long. Toujours est-il qu’à l’échelle d’une population entière, une enquête de la BM de Lyon montrait en 2003, puis en 2006, que le nombre de personnes (15 ans et plus) entrées au cours des six derniers mois au moins une fois dans une bibliothèque de la ville sans y être inscrites, était deux fois supérieur au nombre des personnes décomptées comme inscrites…

147Je ne veux pas ici me livrer à une bataille de chiffres, mais m’interroger sur le statut des visiteurs qui ne sont pas directement consommateurs des collections. Quelle « légitimité » accorder à leur présence ?

  • Les spectateurs (parfois acteurs) des animations ne sont pas ignorés : on les compte, on sollicite leur opinion. D’aucuns (dont moi-même) pensent d’ailleurs que leur « consommation culturelle » est une forme d’appropriation des savoirs proposés par la bibliothèque…
  • Les internautes sont eux aussi décomptés (sessions, réservations, etc.), et leur consommation de ressources électroniques, même sur le Web généraliste, est de plus en plus considérée comme une forme d’appropriation de l’information ; et si cela se fait à la bibliothèque, tant mieux ! Les bibliothèques américaines s’enorgueillissent de voir des communautés entières envahir leurs espaces pour y consulter Internet…
  • Les espaces numériques sont de plus en plus construits comme des lieux – et des services – où il est proposé une facilitation de la population à l’usage des outils numériques d’appropriation de l’information. Ce faisant, on évalue précisément leur usage, et l’activité qu’ils développent apparaît de plus en plus comme la version contemporaine de la « formation des usagers » maintenant essentiellement tournée vers la maîtrise de cet univers…

148Tous ceux-là, on peut les compter !! De plus à chaque fois – évolution intéressante dans les pratiques de notre métier –, on ne se cantonne plus à l’usage des collections matérielles, mais on vérifie le rapport des usagers à l’information, au savoir.

149Restent les autres : les occupants du lieu sans autre objectif que le lieu, son confort, la présence discrète ou non des autres, l’ombre des collections. Ne pas lire un titre des collections, ne pas avoir recours à un agent de la bibliothèque, ne pas admirer l’animation proposée…, bref ne vaquer qu’à ses propres affaires, solitaire ou avec d’autres, est-ce un dommage collatéral dans ce lieu public qu’est la bibliothèque ?

150Ou bien n’est-ce pas la manifestation de la familiarité de cette dernière avec leurs points de repères rassurants ? La certitude du calme, de la place laissée à chacun, sans sollicitation importune, sans règle autre que celle de la tolérance et de l’absence de gêne réciproque (sans oublier l’ambiance studieuse laissant libre cours à ses propres travaux) ?

151Bref, cette présence presque incongrue n’est-elle pas à bénir, comme signe de la réussite d’une institution à réaliser l’accomplissement – certes localisé et toujours fragile – du lien social, son objectif majeur ?

152Qu’en pensez-vous ?

153Commentaires au billet Hommage à l’usager inconnu

1541/ Commentaire par B. Majour – lundi 12 janvier 2009

155Bonjour ou Bonsoir,

156« Légitimité »

157Comme si emprunter, ou s’inscrire, représentait une légitimité (obligatoire ?) pour être considéré par les bibliothécaires.

158Voyons voir donc ce qui pourrait se cacher derrière la « légitimité » afin d’expliquer la présence en bibliothèque de ces usagers « illégitimes » (?).

159> * déjà ces élèves ou étudiants qui viennent trouver siège, table, calme, ambiance studieuse, pour réviser leurs fiches de cours, rédiger leurs travaux, seuls ou parfois en petits groupes ;

160Calme, table large, siège confortable… possibilité de se réunir à plusieurs.

161Sans avoir à consommer.

162Ouvert lorsque les écoles sont fermées ???

163Existe-t-il un autre endroit en ville qui permet ce genre d’activité ?

164En entreprise, peut-être, en salle de réunion. Mais pour le reste de la population ?

165Et surtout pour les jeunes.

166Soit ! il y a les bistrots, bruyants, avec des tables ridicules.

167Une bibliothèque, c’est quand même mieux pour se concentrer.

168> * les consulteurs d’Internet, surfeurs plus ou moins passagers, plus ou moins discrets, qui parcourent les jeux, gloussent devant les pages people, font des recherches approfondies, consultent leur messagerie, osent un regard plus ou moins furtif sur une page porno… ;

169Je ne considère pas les consulteurs d’Internet comme des non-lecteurs.

170Autre médium, mais utilisation identique de l’information que celle du livre. Même si elle revêt un tour plus personnel dans les messageries.

171Et qui est amusant, c’est qu’effectivement, en bibliothèque on peut glousser devant un livre ou un ordinateur… sans avoir besoin de se cacher.

172> * le badaud qui, entre deux courses, vient se réchauffer au café installé en rez-de-chaussée de la bibliothèque (j’y ai même rencontré deux collègues d’une autre ville, déjeunant là rapidement en attendant leur train) ; Ces deux collègues pourraient dire la même chose : il est venu se réchauffer au café. Et là, avec ce café, on peut concevoir que l’extension de l’activité bibliothèque à un café-restaurant (avec livres ? Journaux ?) apporte un afflux supplémentaire d’usagers visiteurs.

173On notera quand même deux points intéressants (surtout en cette saison)

174Se réchauffer le corps, comme l’estomac… avant de se nourrir l’esprit ?

175> * le passionné d’événements culturels ou le visiteur de passage qui, par curiosité, flâne devant une exposition ou examine scrupuleusement chaque cartel l’un après l’autre ;

176Là aussi, on utilise le service bibliothèque dans ce qu’elle offre.

177Une exposition fait partie, à l’égal d’Internet, des collections de la bibliothèque.

178Son format ne permet pas l’emprunt, ou alors cette fonctionnalité n’a pas été étudiée.

179Si la bibliothèque offre aussi des concerts/films/débats en auditorium, ça tient du même principe.

180> * les bandes d’amis, ou les amoureux, qui trouvent à la bibliothèque un cadre agréable, discret et gratuit à leur rendez-vous ;

181Cadre agréable, discret, gratuit

182> * le clochard qui a décidé de venir dormir en se réchauffant un peu ;

183Peut-être parce qu’il ne sera pas chassé par un « uniforme ».

184Peut-être aussi, parce que ne disposant pas d’adresse fixe, il ne peut pas emprunter.

185Mais quand on dort dans un lieu, c’est que ce lieu inspire confiance.

186Et j’en ai vu des dormeurs en bibliothèque… Moi-même, parfois, je n’ai pas échappé à une petite pause « digestive » en bibliothèque sur le coup de deux-trois heures de l’après-midi, surtout en été.

187> * ceux qui – un comble – ont amené leur propre livre pour venir le lire tranquillement dans une chauffeuse ;

188Je ne vois pas en quoi il s’agirait d’un comble. Quoi de plus normal que de lire un livre dans une bibliothèque ?

189Même le sien.

190Car ce n’est pas la même chose que de lire dans un endroit tranquille ou dans un train bondé, dans l’espace limité de son appartement ou dans la complicité de dizaines de lecteurs qui partagent la même activité.

191Ce n’est plus une activité solitaire, mais une complicité collective.

192Et s’il existe un autre lieu qui offre toutes ces potentialités, il porte un nom : bibliothèque.

193Dans tous les cas, je pense qu’il ne faut pas confondre usager et consommateur (client payant/inscrit ?).

194La bibliothèque offre autre chose que des collections (froides), des expositions (froides) ou des animations (plus chaudes) : elle offre un lieu où l’on est bien.

195Elle offre un lieu où l’on est respecté ! Où il fait propre et où l’accueil est positif.

196En toute quiétude.

197Avec deux tiers d’usagers non-inscrits, je peux supputer que l’accueil à Lyon est très bon… à moins que le café-restaurant de la bibliothèque ne soit excellent et qu’il ne mérite une ou deux étoiles dans les guides gastronomiques.

198Est-ce inquiétant pour les collections, expositions, etc. ?

199Pour leur qualité qui n’arrive pas à attirer plus avant deux tiers d’usagers ?

200Je ne pense pas.

201D’abord, il y a les étudiants, et leur temps de lecture est compté. Il y a ceux qui apportent leur propre livre, et tous ceux qui viennent pour le cadre…

202Sans compter qu’ils sont « fugitifs » et que leur consultation sur place ne doit pas pouvoir être quantifiée.

203Pour avoir lu le règlement et les tarifs appliqués à la BML, je dirais que ça

204[b]« Attention ! Indemnité de retard : 0,15 € par document et par jour de retard. » [/b], ça me rendrait riche !

205Mais je perdrais au moins un tiers de mes lecteurs inscrits.

20610 documents en retard de huit jours (ouvrés ?) =12 euros. Le prix de l’abonnement « Lire ».

207Déjà, quand je réclamais 1 euro pour compenser la lettre de « retard », je perdais le lecteur à la deuxième fois, alors j’imagine qu’à 12 euros, beaucoup doivent hésiter à s’inscrire (surtout lorsque leurs finances sont limitées, comme peuvent l’être celles des étudiants)… doublé d’un effet « coupable » devant les autres usagers, très infantilisant.

208Depuis, je pars du principe qu’un bon livre est un livre lu.

209Tant pis pour le retard. Si personne d’autre ne souhaite lire ce livre je ne vais pas m’offusquer d’un livre en prêt.

210Et au bout d’un mois et trois semaines (de prêt normal), je propose de prolonger les documents… parce que le lecteur perd une partie de son abonnement. Ou qu’il a oublié.

211À chaque lecteur son temps de lecture.

212Ainsi, je suis pleinement à l’accueil, sans gestion de conflit à un euro.

213Bien cordialement.

214B. Majour

2152/ Commentaire par Antmeyl – lundi 12 janvier 2009

216Quelle « légitimité » accorder à la présence des visiteurs qui ne sont pas directement des lecteurs (« consommateurs des collections », c’est long et c’est moche) ?

217À mon sens, leur présence est « légitime » en fonction des usages qu’ils font de la bibliothèque. Les usages légitimes étant ceux qui correspondent aux missions de la bibliothèque.

218J’aurais tendance à ajouter tous les usages qui ne nuisent en rien à ses missions, l’exemple le plus simple étant celui du « clochard qui a décidé de venir dormir en se réchauffant un peu ».

219Réponses de Bertrand Calenge – lundi 12 janvier 2009

220@Bernard Majour,

221Visiblement, j’aurais dû employer plus de smileys : j’avais pensé que les seuls guillemets à « légitimité » montraient ma distance par rapport à ce terme et mon affection pour tous ces usagers qui ne sont anonymes que parce qu’ils n’entrent pas dans les canons des références bibliothécaires (et/ou parce qu’ils ne génèrent qu’un moindre investissement en service ?).

222@Antmeyl,

223Associer les termes légitimité et missions me paraît hardi, non sur le principe mais par ce que cette association recouvre : que sont les missions des bibliothèques ?

224– Permettre à chacun de s’approprier l’information la plus large possible, si j’en crois L’Unesco. La question est de savoir par quels biais passe l’« appropriation de l’information » (je préfère « développement de la connaissance ») ; la bibliothèque, naturellement égocentrée, pense à l’usage de ses collections et à ses produits (programmes culturels, ateliers de formation, services de questions-réponses en ligne, voire mise à disposition de postes Internet, etc.), mais ne faudrait-il pas se placer aussi du point de vue du visiteur ? Travailler sur ses examens, c’est aussi progresser en connaissance, même si les seules ressources utilisées sont la table, la chaise, le chauffage… et l’ambiance ;

225– On peut également supposer que la bibliothèque, dans sa dimension territorialisée, doit assurer un lien social harmonieux. Dans ce cas, la présence simultanée de l’emprunteur rapide, de l’étudiant plongé dans ses devoirs et du clochard somnolant (et non chacun d’entre eux pris isolément) me paraît être un gage de « légitimité ».

226Il faut se méfier du terme de légitimité, et lui préférer l’analyse de l’illégitimité. Or un usage illégitime est au sens propre inadmissible. Le reste ne correspond peut-être pas aux objectifs majeurs de l’institution, mais n’en demeure pas moins largement acceptable.

227Quels sont les usages illégitimes ? Voilà un joli débat !!

2283/ Commentaire par V– mardi 13 janvier 2009

229Oui, je souscris [à] la médiathèque : lieu de liens multiples entre des savoirs construits en train de se construire, lien entre le lien social et le lien culturel : mélange des deux et association de tous et de chacun dans sa propre expression et liberté : symbole d’une « vraie » démocratie.

230Quand le SDF (qui n’a sa place nulle part) viendra dans les médiathèques, alors là oui il y aura réelle réussite à recréer du lien social et culturel où celui-ci se dérobe…

2314/ Commentaire par Antmeyl – mardi 13 janvier 2009

232@BCalenge :

233Le questionnement sur les périmètres respectifs des usages légitimes, des usages illégitimes et sur la zone mouvante des usages acceptables qui les sépare ne peut s’exonérer d’une réflexion sur les missions. Ce sont elles qui fondent la légitimité d’un usage. C’est une réflexion hardie. C’est également une réflexion nécessaire qui doit continuer.

234On peut effectivement aborder cette question à partir des usages illégitimes, au premier rang desquels les usages illégaux. Reste à définir ceux que nous jugeons illégitimes sans qu’ils soient pour autant illégaux. On ne se retrouve pas beaucoup plus avancés qu’en commençant par les usages légitimes puisque le questionnement porte sur les usages acceptables.

235En outre, on se retrouve au final avec ce que l’on refuse d’un côté et ce que l’on accepte de l’autre, sans pour autant distinguer clairement ce qui correspond « aux objectifs majeurs de l’institution », que l’on doit promouvoir, de ce qui « ne correspond peut-être pas aux objectifs majeurs de l’institution, mais n’en demeure pas moins largement acceptable » et qu’on laisse simplement faire. Il me semble plus utile d’aborder la question franchement : quels sont les usages que nous promouvons (quelles sont nos missions) ? Quels sont ceux que nous refusons absolument.

236Entre les deux nous devons nous interroger en permanence sur les usages acceptables parce que ce sont nos usagers qui sont à leur initiative, parce qu’ils sont le produit de leurs désirs ou de leurs besoins, et qu’à ce titre, ils peuvent devenir des usages que nous promouvons.

237Je l’ai écrit plus haut : pour moi, sont acceptables les usages qui n’entravent pas les usages légitimes. L’utilisation de la bibliothèque municipale comme salle de travail par les étudiants en est un bon exemple. L’utilisation de la BU par les étudiants comme un lieu culturel (et pas seulement d’étude et de recherche) en est en autre.

238Ces questions tournent souvent autour de l’usage de la bibliothèque en tant que lieu : j’ai lu quelque part que c’est le thème du prochain congrès de l’ABF. Ça serait bien.

2395/ Commentaire par Joëlle – mardi 13 janvier 2009

240Je pense que tous ces usages sont bienvenus, sauf si les « passants » se gênent, sauf si les missions de la bibliothèque sont pénalisées – trop de monde peut décourager le chercheur, le lecteur ou le consultant multimédia, ceux qui utilisent le lieu pour ce qu’il offre de bien indentifiable (collections classées, médiation, etc.).

241Que la bibliothèque soit un lieu social, c’est une nouvelle de santé, qu’elle devienne hall de gare serait assez inquiétant ; mais le livre a si longtemps fait peur, si longtemps été un mythe… que voir cette appropriation du lieu des livres par ceux qui découvrent que d’autres supports existent là, que des gens bienveillants peuvent conseiller mais sans être intrusifs et qu’on peut y cohabiter sans être obligé de lire… alors là, moi j’appelle cela une réussite. À observer, pour qu’il n’y ait pas dérive, certes, mais une réussite !

242Lieu social qui crée du lien social, où les codes de comportement sont posés et respectueux… c’est pas mal, comme programme…

243La culture, ce n’est pas que le « cultivé », on le sait bien. La culture, c’est le vivre-ensemble (pour parler comme du temps des plus de quarante ans!). C’est la structure, ce qui fait des individus une communauté. (Bon, c’est une prolongation du débat, je m’arrête avant de faire lourd).

2446/ Commentaire par Aimable – mardi 13 janvier 2009

245@Joëlle.

246« La culture, ce n’est pas que le “cultivé”, on le sait bien. »

247Vous confondez deux approches de la culture : la dimension anthropologique (les manières d’être, de penser, les pratiques de sociabilité etc.) et la dimension intellectuelle (les « produits » de l’imagination créatrice).

248Ce qu' « on sait bien », en bibliothèque, ce sont la visée et le résultat de cette confusion : « l’éclipse du savoir » (titre d’un excellent petit ouvrage), l’amalgame navrant entre exigence et élitisme, voire la criminalisation de la « culture légitime » (en fait, de la pensée). (Il [est] drôle et édifiant le succès de cette expression de Bourdieu, employée comme une arme fatale par des gens qui ne l’ont jamais lu.)

249Il y a une centaine d’années, ceux qui ambitionnaient de refonder le lien social sur la base des valeurs et des pratiques de la sociabilité ouvrière n’en prônaient pas moins la « culture de soi-même ». Un bel exemple de discernement entre culture 1 et culture 2 par des gens qui ne sacrifiaient pas l’une à l’autre.

2507/ Commentaire par Cécile – mardi 13 janvier 2009

251Oui, les bibliothèques ne sont pas que des collections… sur « Les bibliothèques américaines s’enorgueillissent de voir des communautés entières envahir leurs espaces pour y consulter Internet… », lire l’article “Libraries connect communities” paru dans American Libraries de sept 08 où l’on apprend la demande continue et soutenue des usagers pour une aide à l’utilisation des ordinateurs et de l’internet

252http://site.ebrary.com/​lib/​ala/​document/​display.jsp?docID=10241497&page=1. Ce qui coïncide avec les résultats du récent rapport que vous citez indirectement “Libraries Connect Communities: Public Library Funding & Technology Access Study 2006-2007” qui en premier résultat rappelle que 73 % des bib. sont les seuls lieux d’accès gratuit à Internet pour le public qu’elles desservent « Almost 73 percent of libraries report they are the only source of free access to computers and the Internet in their communities » et recommande d’obtenir des financements pérennes pour la formation et le recrutement de professionnels qui pourront accueillir, guider et orienter ce public (qui souvent n’utilise pas les collections).

2538/ Commentaire par B. Majour – mercredi 14 janvier 2009

254Bonjour,

255Oui, j’ai bien lu le sourire sous « légitimité », et les exemples montrent l’affection. 

256Reste que ça me pose une vraie question.

257La « légitimité » est à double sens. L’usager non utilisateur est-il « légitime » ou « légitimé », mais aussi le bibliothécaire est-il « légitime » ou même « légitimé » par ce public non demandeur ?

258« Légitimé » pour le bibliothécaire (sa tutelle ?) parce que la présence de l’usager est quantifiable dans des approches « légitimes », ou parce que ces approches peuvent être évaluées ?

259Cela devient « légitime » lorsqu’on fait du chiffre ! Mais pas en dehors ?

260Voilà qui m’interpelle.

261Nous, bibliothécaires, ne pouvons pas compter, alors l’utilisation du lieu relève de l’illégitime.

262Les gens ne consomment pas, alors leur présence (hors chiffre de fréquentation) devient « illégitime ».

263Pourtant, il y a une chose qu’un lieu ne peut pas apporter, une chose que l’on ne peut pas facilement quantifier et même que l’on ne peut pas quantifier de manière « rentable » : c’est l’accueil.

264Cet accueil qui ne rentre dans aucune statistique, mais qui se retrouve partout.

265Accueil humain, accueil du lieu (que ce soit dans sa façade, dans son aménagement, ou dans sa propreté – et que les équipes d’entretien soient ici remerciées pour cette inestimable contribution à l’accueil), accueil des guides du lecteur, des tarifs, des programmes d’animation… et des sites.

266Accueil dont la « légitimité » résonne à travers la ville et au-delà. Même si les gens (et nos tutelles) ne viennent pas assister ou même fréquenter nos structures, ils écoutent cet accueil que nous donnons à la population.

267Rien que le mot « bibliothèque » contient un accueil et une « légitimité » qui dépasse la notion de collection, de simple consommation de la culture.

268À la bibliothèque, je peux être là pour ne rien faire (même dormir) sans qu’on me demande quoi que ce soit, sans qu’on interprète ma venue comme une « demande » pour quelque chose et sans que l’on me classe dans une petite case ou dans une autre (ici, je pense à l’église, à la mosquée, ou à tout autre lieu de culte… où règne le calme ! Un calme parfois/souvent bienvenu d’après ce que j’ai entendu dans certaines bibliothèques de grandes villes.)

269Rien que ce calme, ce calme tranquille, pourrait légitimer un lieu comme la bibliothèque.

270Or ce n’est pas quantifiable, parce que nos enquêtes de bibliothécaires se focalisent sur autre chose : les collections, les facilités d’accès, la signalétique, etc.

271Sans chercher à creuser le « pourquoi » les gens viennent à la bibliothèque pour avoir d’autres pratiques que celles « légitimes » que « nous » avons décrétées.

272Et là, j’ai un peu peur que l’invasion de l’Internet en bibliothèque vienne casser ce qui fait le lien social de la bibliothèque… ce rare endroit en ville, où il est possible de se réunir autour d’une grande table, en face-à-face… sans obstacle entre les gens.

273Ce qui m’interpelle aussi dans la « légitimité », c’est celle du bibliothécaire.

274Car qui permet ces différents usages « légitimes », si ce n’est le bibliothécaire.

275On pourrait fort bien préciser au clochard que dormir n’est pas permis en bibliothèque, que se bécoter ne l’est pas plus (même dans les endroits discrets), que lire son propre livre est toléré, que… le bibliothécaire définit le « légitime » et « l’illégitime » dans sa bibliothèque. Même si ce n’est pas écrit dans le règlement intérieur.

276Et peut-être qu’en définissant ou en ne définissant pas ces variables, il est dans le cadre de sa mission d’accueil pour l’accès à la culture. Comme il peut trouver légitime une dégustation de produits basques, à l’intérieur de la bibliothèque, dans le cadre d’une découverte culturelle alors qu’il étiquettera les dégustations sauvages comme « illégitimes ».

277Est-il totalement libre de sa « légitimité », n’y a-t-il pas un accord tacite de la population dans ce qui est légitime ou illégitime en bibliothèque ?

278Là non plus, ce n’est pas quantifiable facilement… et ce peut être différent suivant les lieux et les régions, suivant les saisons : en bord de mer, en été, les tenues vestimentaires peuvent être plus aérées que dans une bibliothèque de grande ville. Comme le fait d’éclater de rire devant une BD, ou de la lire couchée sur la moquette.

279Chaque bibliothécaire définit son « légitime » et son « illégitime » en fonction des circonstances, de ce qu’il croit être bon ou pas pour sa structure, et de l’intérêt du public (présent dans le lieu à un moment T ?).

280Autant de points inquantifiables, mais qui contribuent à l’accueil du public, à la bonne disposition du pas de tir « culture ».

281Pour ceux qui le souhaitent… un jour ou l’autre, quand la fenêtre d’ouverture est positive.

282Ce samedi, je viens d’inscrire un « visiteur » vieux de deux ans d’âge, qui passait seulement pour retrouver ses ami(e)s, les embrasser et monter au cours de Solfège à l’étage.

283Usage « illégitime » débouchant sur un usage « légitime ».

284Doit-on compter le « légitime » sur une année administrative, ou sur la vie totale de ces usagers visiteurs ?

285Voilà tout ce que me raconte le mot « légitimité ».

286Bien cordialement

287B. Majour

288Réponses de Bertrand Calenge – mercredi 14 janvier 2009

289@Bernard Majour,

290À défaut de réponse de l’usager inconnu, nous avons Dieu merci le bibliothécaire nomade qui égrène patiemment ses messages au gré des blogs et listes de diffusion… Merci Bernard, pour votre commentaire. Vous dites d’une autre façon – ô combien plus évocatrice ! – ce que j’exprime par l’évocation du lien ou de la fonction social(e)de la bibliothèque.

291La vanité du comptage des actions de proximité, je l’avais déjà évoqué dans un précédent billet. Mais cette limite de l’évaluation traditionnelle, on peut aussi la rapporter à toutes les évaluations en bibliothèque, qui restent utilitaristes : est-ce que le service fonctionne ? Est-ce que le lieu reste accueillant ? Etc. Il arrive un moment où toute évaluation relève de l’introspection, intime ou plus difficilement sur une équipe (de préférence petite et soudée)…

292Détail : si les clochards posent des problèmes non par leur tenue mais par leur « périmètre odorant » ou par leur déni des intimités des autres usagers, ce n’est pas vrai pour les amoureux : ils étaient trop mignons les amoureux qui, juste après le Nouvel An, se bécotaient en oubliant le prétexte de leur travail estudiantin ! Nul n’en a pris ombrage, heureusement, au contraire… pourvu qu’ils ne se livrent pas à une orgie effrénée !

293C’est justement cette dernière réserve qui est au cœur de ma question : les bibliothèques publiques, si préoccupées soient-elles de leur mission culturelle, ont-elles pris la mesure de la fonction de lieu social qu’elles remplissent naturellement ? On a le droit de partager, de discuter, d’embrasser dans une bibliothèque… sans lire ni emprunter (!), pourvu qu’on n’envahisse pas l’univers d’autrui. Et c’est là que la question se pose : où commence l’univers d’autrui ?

294Les autres services publics ont des fonctions « simples » : enregistrer l’état-civil, calculer les impôts (c’est de saison), percevoir une taxe, recevoir les enfants dans le cadre d’une obligation scolaire réglementée, maintenir le calme social dans la cité… Restent les autres services, notamment culturels, dont la légitimité tient aujourd’hui plus à leur représentation et usage au sein de la société qu’à leur nécessité institutionnelle.

295Or les bibliothèques ne sont pas nécessaires, il faut bien s’en convaincre. Elles doivent être culturellement utiles, socialement indispensables !

296@Antmeyl,

297Évidemment d’accord avec vous !! La vraie question se pose avec l’inacceptable : la plupart des BU ouvertes au grand public ont fini par renoncer à cette « duplicité », comme les BM s’échinent à limiter les étudiants dans leurs espaces et services…

298Le problème ne se pose peut-être pas dans les usages « déviés » que nous savons plus ou moins contrôler, que dans les projets poursuivis. Qui veut-on servir ? Quels services met-on en œuvre pour cela ? Et par rapport à ce projet quels usages sont nuisibles (et pas « non-conformes »!!!!!) ?

299Et hors ces contraintes négatives, le « plus » apporté par les visiteurs eux-mêmes serait permis ?

300La « légitimité » des usages serait-elle autre que celle des objectifs (plus ou moins) affirmés par l’équipe bibliothécaire, dans le contexte prégnant d’une société dont les bibliothécaires font partie ?

301Juste une pierre pour relancer le débat…

3029/ Commentaire par B. Majour – vendredi 16 janvier 2009

303Alors, pour relancer le débat :

304« Or les bibliothèques ne sont pas nécessaires, il faut bien s’en convaincre. Elles doivent être culturellement utiles, socialement indispensables ! »

305Je ne suis pas d’accord, bien sûr, avec « nécessaires »… et le « devoir être culturellement utile ».

306Si on part de ce principe, un stade de foot, une équipe de sport (peu importe le ou les sports) ne l’est pas plus… et pourtant les budgets me semblent conséquents dans ce domaine.

307Et quelle ville, quel village n’a pas son stade de foot, et si c’était possible « sa piscine » (dont le coût d’entretien est énorme), ses terrains de tennis, son gymnase chauffé, etc.

308Le sport n’est pas plus utile à la vie que la culture, et pourtant les communautés n’hésitent pas à investir des sommes folles dans ce domaine. Pour avoir le nom de la ville ou du village dans le journal !

309Ce qui n’est pas « nécessaire » sur le principe.

310Peut-être suffisant, mais pas « nécessaire ».

311Quand un jour, j’ai dit qu’il manquait à la bibliothèque des olympiades culturelles, ça partait de ce constat : avoir son nom dans le journal permet d’attirer l’attention des tutelles et d’obtenir des subventions… même si les résultats se font attendre des dizaines d’années. L’espoir fait vivre.

312Mais sans doute que la culture fait plus peur que les sportifs, et qu’il n’est pas nécessaire de s’attirer des ennuis avec des gens qui réfléchissent.

313Je réfute aussi le culturellement utile, parce que je connais certains lieux de « culture », dont les tarifs prohibitifs (ou même l’intérêt sans explications) ne sont culturellement utiles qu’à un pourcentage négligeable de la population. Donc culturellement utile pour qui ?

314Ça n’empêche pas qu’ils sont construits et financés par toute la population… et qu’il y a aussitôt une levée de boucliers si on parle de leur fermeture.

315À moins de définir, avec précision, ce qu’est le culturellement utile, il ne faut pas oublier le côté psychologique des lieux de prestige dans la cité.

316La bibliothèque en est-il un ou pas ?

317Est-il porteur ou pas d’une image de marque, propre à sa fonction ?

318Les habitants peuvent-ils s’enorgueillir de l’existence d’un tel lieu, même sans y mettre jamais les pieds (même en applaudissant à deux mains l’abondance des programmes d’animation, sans pour autant y venir, même en brandissant des chiffres – encore faut-il leur en donner – comme des armes pour briller devant leurs amis lointains).

319Il ne faut pas oublier la vanité humaine, qui pense à se comparer d’abord à son voisin (à celui qui a la plus grosse… bibliothèque, la meilleure équipe de sport, le plus grand nombre de musées (preuves de vie culturelle)). Tout cela au lieu de vivre sa vie.

320Mais peut-être que la vanité fait partie de la vie… et que nous n’en tirons pas assez profit.
Ni ne flattons dans le bon sens du poil.

321Et si, au lieu du culturellement utile, nous parlions du financièrement utile ?
En ces temps de crise, il me semble que c’est plutôt bienvenu.

322Comme l’an dernier, je me suis livré à un petit calcul simple.

323Environ 14 500 prêts pour 1 100 lecteurs actifs.

324J’ai calculé le coût moyen d’un de mes documents, soit 8,27 euros le document en moyenne.

325Donc, j’obtiens 14 500 * 8,27/1 100 = 109 euros économisés par lecteur actif.

326Soit 436 euros d’économie pour une famille normale de 4 personnes.

327J’aimerais qu’on me cite un seul autre service dans la commune qui permet à une famille d’économiser 436 euros par an.

328À défaut d’être culturellement nécessaire (ce qui implique, à mon goût, un certain élitisme dans le choix des collections), j’estime qu’une bibliothèque est financièrement nécessaire dans le paysage d’une communauté.

329Et à ce niveau-là, elle devient – à fort juste titre – socialement indispensable.

330De même : culturellement utile !

331Ceci, rien que pour le prêt, à défaut de tout autre service fourni par la bibliothèque.

332Je trouve que nous ne communiquons pas assez sur cette « utilité ».

333Et j’ai récemment répondu la même chose à une collègue qui s’est trouvée désarçonnée sur « l’utilité d’une bibliothèque » lors d’un conseil municipal : avez-vous calculé l’économie par lecteur ?

334Et c’est tout à fait le même principe chahuté de l’utilité que je lis dans :

335« Or les bibliothèques ne sont pas nécessaires, il faut bien s’en convaincre. »

336Non, je ne suis pas d’accord. Parce qu’il y a omission du calcul annuel de l’économie.

337Car « les bibliothèques ne sont pas nécessaires »… à ceux qui ont les moyens financiers de s’en passer !!!

338Là, d’accord.

339Et si la bibliothèque, lieu, vient à fermer… où iront tous ces visiteurs, non consommateurs de culture ?

340Vers quel lieu payant ? Avec quel accueil neutre et désintéressé ?

341Maintenant, je serais curieux de connaître l’économie par lecteur dans diverses bibliothèques. (pour l’année 2008)

342Soyons un peu curieux de cette réalité financière.

343Bien cordialement.

344Bernard Majour

34510/ Commentaire par Aimable – vendredi 16 janvier 2009

346« J’aimerais qu’on me cite un seul autre service dans la commune qui permet à une famille d’économiser 436 euros par an. » = CCAS, écoles de musique (celles pratiquant le quotient familial), clubs sportifs municipaux, transports scolaires…

34711/ Commentaire par B. Majour – vendredi 16 janvier 2009

348Bonjour,

349J’aurais dû préciser « et ouvert à tous ».

350Même si je suis d’accord avec le transport en commun.

351Pour les clubs sportifs, et les écoles de musique, je sais que les tarifs en font reculer plus d’un… puisqu’il faut financer des profs. Sans oublier le coût de l’équipement ou de l’instrument.

352Donc, à part gratuité des professeurs et fourniture du matériel, ça s’inscrit plutôt au budget dépenses dans une famille (comme la cotisation de la bibliothèque)

353CCAS : économie ou survie ?

354En tout cas, merci pour votre réponse qui vient de rajouter à ma LAF : établir un récapitulatif des différentes activités (culturelles/sportives) sur la commune, avec leur coût… pour savoir où se situe la bibliothèque.

355(LAF : Liste « A Faire »)

356Bien cordialement

357B. Majour

35812/ Commentaire par Antmeyl – samedi 17 janvier 2009

359@BCalenge

360Dans l’absolu, tout « plus » apporté par les visiteurs eux-mêmes doit non seulement être permis mais encouragé.

361La « légitimité » des usages serait-elle autre que celle des objectifs (plus ou moins) affirmés par l’équipe bibliothécaire, dans le contexte prégnant d’une société dont les bibliothécaires font partie ?

362Un usage n’est pas légitime/illégitime en soi mais en fonction des missions de la bibliothèque et légal/illégal en fonction de la loi (des usages illégaux peuvent être légitimes au regard de certaines missions : photocopillage, téléchargements illégaux, etc. relèvent d’un accès libre et gratuit à l’information, au savoir, à la culture).

363Un usage n’est pas légitime en fonction de sa seule popularité. Par contre un usage jugé illégitime mais populaire peut devenir légitime. Se pose alors la question des moyens à mettre en ŒUVRE pour le permettre et/ou le promouvoir.

364Pour prendre des exemples que je connais, évoquons le bruit en BU. Le bruit est jugé nuisible au travail personnel. Mais le « travail à voix haute » est devenu à la fois un usage courant, parfois nécessaire (travail de groupe) pour les étudiants. Comment concilier deux usages antagonistes ? En y mettant les moyens (salles de travail de groupe) et/ou en changeant notre perspective : les salles de travail bruyantes deviennent la règle, les salles de travail silencieuses l’exception. Un usage illégitime devient un usage majoritaire et légitime de la bibliothèque.

365On pourrait prendre l’exemple des boissons et de la nourriture dans les salles de travail/de lecture. Boire ou manger dans une bibliothèque est majoritairement considéré en France comme un usage illégitime du lieu. C’est pourtant un confort supplémentaire pour l’usager (à mon sens) mais qui engendrerait un coût supplémentaire (nettoyage, dégradation des documents, du matériel informatique). Ce n’est pas une question de tradition ou de dogme à respecter (« on ne mange pas dans une bibliothèque ») mais de service à offrir ou pas si on estime qu’il apporte un plus sans nuire aux missions de la bibliothèque.

366Doit-on poser des limites au principe de « tout ce qui ne nuit pas est acceptable » ? Je pense que oui. L’utilisation du matériel informatique et des connexions internet à des fins de loisirs coquins (consultation de sites érotiques ou pornographiques légaux) pose question par exemple. Il peut être très populaire, il peut même éventuellement ne pas gêner les usages légitimes de la bibliothèque, est-il pour autant acceptable ? Et parce qu’il est populaire, doit-on le promouvoir pour augmenter la fréquentation de nos bibliothèques ?

36713/ Commentaire par Frédéric Lazuech (adressé par courriel à B. Calenge)

368La bibliothèque Lafayette (BCIU Clermont-Ferrand – Lettres et Sciences humaines) connaît très précisément la situation décrite par « L’hommage à l’usager inconnu ».

369Quelques différences contextuelles permettront cependant de pressentir qu’il existe un versant plus obscur que celui célébré par son auteur :

  • la bibliothèque Lafayette est une des sections universitaires de la BCIU (bibliothèque communautaire et inter-universitaire) ; elle appartient au dispositif communautaire de Lettres, Langues et Sciences humaines (LLSH) et consacre prioritairement son activité à la satisfaction des besoins documentaires de niveau master et doctorat ;
  • l’unité documentaire est placée au centre-ville associée physiquement à la bibliothèque patrimoniale (les usagers circulent de l’une à l’autre comme ils le feraient d’une salle à une autre d’un même bâtiment). Elle est assez proche de la bibliothèque de lecture publique (médiathèque), du centre de documentation du cinéma et du court-métrage, de la section universitaire Gergovia (LLSH niveau Licence), de la bibliothèque des sciences de l’homme (LLSH niveau recherche) et de la section universitaire de droit et sciences économiques ;
  • les collections sont presque exclusivement en magasin ; elles sont invisibles aux usagers ;
  • la salle de lecture principale est une grande salle d’étude de type traditionnel par sa conception et son mobilier (grandes tables, circulations difficiles) ; les autres espaces publics (salles des périodiques et des catalogues) ne disposent pas de mobilier confortable.

370L’analyse des comportements des usagers dans les salles de lectures révèle l’existence de 3 populations atypiques au regard de l’offre documentaire :

  • celles décrites, internautes érotomanes, dormeurs/ronfleurs, vagabonds […], inscrits ou non dans le réseau ;
  • une population étudiante très majoritairement inscrite dans les cursus de médecine (préparation du concours) et de droit qui travaillent leurs cours avec, parfois, des livres achetés ou empruntés ailleurs ;
  • une population saisonnière : les groupes de lycéens, préparant le bac (mai-juin) et fortement composés d’UNIB.

371Pour la grande majorité des agents qui ont promu la mixité propre à la BCIU et qui la défendent encore aujourd’hui au sein d’un équipement organisé exclusivement pour l’étude, la situation pose différents problèmes :

  • comment se révèle l’identité documentaire de la bibliothèque : usagers, collections ou usages ?
  • concurrence des usagers : les étudiants utilisent la bibliothèque contraints par les horaires d’enseignement ; ils se sentent exclus doublement par des usagers qui utilisent de façon permanente l’espace (9 h 00 – 17 h 00). Plus de place pour travailler ; plus de miroir, les étudiants ne se reconnaissent plus dans la population de “leur” bibliothèque (ce n’est plus la leur) ;
  • concurrence des utilisations : les étudiants ne disposent plus de place pour consulter les documents exclus du prêt à domicile ; il en va de même pour les usuels de très grands formats (Corpus d’inscriptions latines et grecques) et les ressources numériques ;
  • concurrence des services : les usagers qui utilisent les salles de lecture ne sont pas ceux qui empruntent la documentation. Cette dichotomie organise deux circulations distinctes dans les espaces publics et la bibliothèque propose des services distincts à chacune des populations sans que l’un et l’autre des services s’articulent difficilement autour d’un objectif commun ou d’une mission commune. Les populations ne se mélangent plus ; elles s’excluent.

372Le phénomène est en cours de normalisation. Pendant plusieurs années, il s’est affirmé progressivement dans un contexte paradoxal : la BCIU était engagée dans un processus d’achèvement de la convention de 1902 unissant les différentes lectures, collections et publics par la construction d’un site unique pour la médiathèque du centre-ville, la bibliothèque patrimoniale (BMC) et les sections universitaires (LLSH) ; le phénomène s’est consolidé alors que la conduite du projet générait un conflit entre les personnels et le maître d’ouvrage puis entre les 2 tutelles ; on peut prendre aujourd’hui la mesure de la situation alors que le projet de bibliothèque unique est abandonné, la convention invalidée, la direction scindée et le catalogue en voie d’être divisé.

373Le constat de cette situation, par les personnels témoins directs des changements et des conflits qui en découlent, justifie aujourd’hui la réorganisation du dispositif documentaire LLSH dans les 3 espaces qui articulaient auparavant une partition par niveau d’étude invalidée par les usages.

374On pourrait s’orienter vers une nouvelle logique qui organiserait la circulation des documents entre les 3 unités documentaires ouvertes à tous :

  • la bibliothèque de niveau licence, à proximité des salles de cours, deviendrait le libre accès de l’ensemble du dispositif LLSH pour répondre aux besoins documentaires de tous les étudiants sans distinction de niveau et assurer les missions de valorisation des collections et de promotion de la lecture étudiante ;
  • les axes de recherches se verraient consolidés du point de vue documentaire dans la bibliothèque de la Maison des sciences de l’homme où seraient déposés temporairement des segments de collection de Lafayette ;
  • enfin la bibliothèque Lafayette pourrait devenir une bibliothèque de services où les stocks (magasins) seraient perçus comme un réservoir documentaire (la collection comme service) ; la salle des périodiques disposant de quelques postes informatiques comme un espace d’actualité générale et disciplinaire bénéficiant d’un environnement confortable ; la salle des catalogues comme un service de références où les bibliothécaires assureraient la promotion du travail bibliographique et des supports numériques et dont l’accès serait réservé pour assurer quelques places disponibles pour la consultation dédiée (imprimés et ressources en ligne). Cette limitation apparente au sein d’un ensemble permettrait d’articuler le libre accès de toutes les populations à la salle de lecture auquel nous sommes viscéralement attachés par notre culture et notre histoire tout en conditionnant l’accès d’un espace à une utilisation spécifique et non pas à une partie des usagers.

375Cette réorganisation permettrait, en renforçant l’identité documentaire de chaque section, de ne pas essayer vainement de résoudre besoins et problèmes dans un seul espace totalisant. C’est une forme de compensation. La face obscure de cette situation se donne à lire entre les lignes :

  • c’est celle de l’échec du projet clermontois : l’incapacité d’imaginer, de dire, de défendre puis de mettre en œuvre un projet généreux à l’intention de toutes les populations livrées à une cohabitation positive ;
  • c’est celle d’une politique d’augmentation des heures d’ouverture des bibliothèques universitaires qui a introduit une désynchronisation des rythmes dans les bibliothèques universitaires : celui de l’activité des personnels et celui des usagers dans les espaces publics. Sans avoir renforcé les effectifs dans une période de profondes transformations (informatisation, rétroconversion des catalogues, introduction de la bibliothèque numérique, restructuration en libre accès, élaboration de stratégies documentaires, formation des utilisateurs), les personnels et leurs syndicats avaient facilement prévu les difficultés et les échecs de la modernisation de l’activité. La vocation à conjuguer la gestion des espaces avec l’utilisation des collections, les collections elles-mêmes avec les services qui leur sont associés est rompue ; en outre, la nouvelle gestion (fiches de poste, missions transversales, centralisation du traitement des documents) a segmenté l’activité sans se soucier ni des interstices ni des marges qui assurent la cohésion dynamique des ensembles hétérogènes (populations, supports, collections) ;
  • c’est le désaveu des usagers à l’égard de certaines normes architecturales imposées aux espaces publics en matière d’affectation et de sécurisation des espaces : ce qui est au cœur de la concurrence à Lafayette, c’est l’appropriation d’un espace connoté qui recentre et réfléchit, comme notre vieille bibliothèque, les vertus du partage et de l’équilibre produits et reproduits par les acteurs d’un vieux conflit entre ordre et désordre, organisation et fonctionnement, offre et demande.

376La bibliothèque Lafayette est au centre-ville, elle est ancienne, elle n’est ni vraiment universitaire, patrimoniale ou “municipale”, elle n’est pas “aux normes”, elle n’a rien du modèle élaboré par ailleurs à Clermont-Ferrand et promu dans les congrès d’architectes ou de bibliothécaires mais elle est le foyer de désirs mêlés qui survivent à l’incurie des tutelles, aux discours promotionnels, à la souveraineté de l’offre, à la duplicité de la demande, à la gouvernance managériale et à l’affirmation des compétences professionnelles par les bibliothécaires.

377Il ne suffit pas d’affirmer notre attachement à une population de publics cibles ou de destination, de lecteurs inscrits ou non-inscrits, de lecteurs et de non-lecteurs, d’usagers et de non-usagers : que ce soit dans un nouvel équipement ou dans celui-ci, nous devons reprendre une part de notre retard, en réaffirmant notre maîtrise de l’activité plus que celle de l’espace où l’activité tente d’affirmer sa générosité et en laisser une autre part à ce déploiement irraisonné des usages qui autorise le meilleur lorsqu’il construit sa suprématie sur le pire.

378« Ah ! Que tu retournes à ton désordre, et le monde au sien.

379L’asymétrie est jouvence.

380On ne garde l’ordre que le temps d’en haïr l’état de pire. »

381René Char

38214/ Commentaire par Cécile – lundi 26 janvier 2009

383Paru aujourd’hui dans le Washington Post

384Libraries Are Not Just for Books

38515/ Commentaire par Autoformation – samedi 7 février 2009

386@B.Majour et @BCalenge

387Oui les bibliothèques sont nécessaires !! Comme tout service sportif ou culturel autre ! Comme l’a si bien argumenté B. Majour (merci pour les pistes concernant les économies par foyer) Pourquoi ne pas dire qu’elles sont indispensables au bon fonctionnement d’une démocratie digne de ce nom ? Surtout à l’heure de la société de l’information !! Les bibliothèques sont par excellence le service public de l’information. Dans le prolongement de l’école, elles prescrivent avec les collections constituées, proposent des pistes, des clés, des outils adaptés à chacun, des corpus intellectuellement équilibrés… Elles sont le lieu de l’apprentissage tout au long de la vie… Le seul lieu libre où les bibliothécaires sont aussi des accompagnateurs de formation permanente… nécessaire et indispensable dans ce monde en mouvement et en crise…

388Elles sont le lieu de la pensée plurielle et de la liberté de mouvement et d’être (dans les limites du respect d’autrui).

38916/ Commentaire par Dominique Lahary– mardi 10 février 2009

390« Qu’elle devienne hall de gare serait assez inquiétant » ? Je n’en suis pas sûr.

391Je pense qu’il y a des bibliothèques « cosy » et des bibliothèques « hall de gare », ou mieux, que dès qu’elle atteint une grande taille des bibliothèques peuvent être des halls de gare avec des coins cosy : c’est ce que m’inspire par exemple la visite de la nouvelle bibliothèque centrale d’Amsterdam, mais aussi de bien d’autres bibliothèques de chez nous. La médiathèque de masse a sa fonction, comme la bibliothèque de proximité, et il est bon que cette dernière permette aussi un peu de calme et d’intimité. De même qu’on peut vouloir séjourner à la bibliothèque pour y rencontrer ou au contraire s’isoler. Défi qui demande de l’espace, et un bon aménagement.

392Avant de lire ce billet et ses commentaires, je voyais deux catégories d’usager (sachant qu’une même personne peut être selon les moments l’un ou l’autre évidemment) : ceux des services documentaires et les autres.

393Mais voilà que Bertrand Calenge distingue trois catégories : ceux que l’on compte grâce à l’inscription et au prêt, ceux que l’on compte autrement (internautes, usagers des animations…) et ceux que l’on ne sait pas compter.

394Et Antmeyl également trois : les usages correspondant aux missions des bibliothèques, celles qui ne gênent pas ces usages et les autres.

395Comme Bertrand Calenge, me semble-t-il, je pense que les bibliothèques servent aussi à d’autres choses que leurs missions, ou plutôt que leurs missions peuvent être reformulées après constatation de leur utilité constatée, notamment leur utilité sociale. Cette reformulation peut très bien exclure certains usages, mais le principe d’Antmeyl me paraît bon : tant que ça ne gêne pas. J’ajoute : tant que ce n’est pas illégal ou dangereux ou non-conforme à un règlement qu’on peut toujours réécrire. La vraie difficulté est celle de la concurrence des usages et des publics.

396Dans ces missions reformulées, je pense que la « salle de permanence » ou la « salle de travail » est absolument à retenir. Que les BU acceptent que les étudiants viennent y travailler, que les bibliothèques acceptent les étudiants. Naturellement, il faut la place. Mais la table et la chaise [sont] un service public éminent, pour qui en a besoin pour ses études ou autres besoins personnels. On n’est pas toujours tranquille à la maison, je ne vous fais pas un dessin, et hors de l’amphi il faut bien se poser. La queue devant la BPI est le symptôme permanent d’un manque de tables et de chaises sur la place de Paris.

397Plus généralement, cet usager inconnu dont parle Bertrand Calenge est quand même une sorte de terra incognita dans la littérature professionnelle, et la bibliothéconomie gagnerait à l’étudier d’avantage. Mais finalement, je crois qu’il faut accepter de ne pas tout maîtriser… de ne pas tout savoir. Il y aura toujours des usagers inconnus qui nous échapperont.

Parcours 4. Comptages et services, proposé par Joëlle Muller

Comptages, encore

Comment compter les différents types d’usage et notamment les visites virtuelles ? Comment mettre en valeur ce qui n’est pas quantifiable ? En fait, les services sont dorénavant disséminés hors les murs. Un clic vaut-il une lecture réelle de l’article ? Mais de la même manière, un emprunt ne veut pas forcément signifier une lecture totale et parfois deux ou trois lectures dans le cercle familial. Il faudrait donc trouver un moyen d’analyser le flux hors enquête de public.

Comptages, encore

Comment se partager entre le local, la réponse classique in situ dans la bibliothèque, et l’extérieur, qui avec le Web s’étend au monde entier ? Comment accepter de répondre à des questions venant de tous les territoires, via le Guichet du savoir, alors que ce service est financé par les contribuables locaux ? C’est une vraie question à laquelle il a été partiellement répondu par la coopération de plusieurs grandes bibliothèques pour ce service. Mais la question reste pérenne. Bertrand Calenge, en 2010, pensait qu’il fallait privilégier le local.

Services…

La nécessité pour les bibliothèques d’aller à la rencontre des populations qui ne fréquentent pas nos établissements, de créer des partenariats avec d’autres structures culturelles, d’avoir une présence sur Internet, de faire des dépôts de livres dans les lieux fermés où les gens ne peuvent pas ou difficilement sortir (prisons, hôpitaux, maisons de retraite). Toutes choses que les bibliothèques ont mises en place ces dernières années. Toutes ces démarches étaient sous-tendues par un objectif caché : « vouloir que la population fréquente la bibliothèque », les faire venir. Bertrand Calenge propose de renverser cette vision en offrant des services réellement à l’extérieur et y restant :-distributeurs de livres dans le métro ;-comptoir de prêt dans les centres commerciaux ;-bibliovélo dans les zones piétonnes.Bref, de multiplier ce type de service réellement près de la population, la bibliothèque étant la base stratégique de ces services de proximité nécessitant une logistique importante. D’autres propositions ou expériences sont proposées dans les commentaires :organiser des rencontres autour de thèmes dans des domiciles de volontaires ;faire un point-lecture à la cantine de la faculté.Les idées ne manquent pas.

Services…

En matière de périodiques électroniques, les besoins des bibliothèques publiques et ceux des bibliothèques académiques divergent fondamentalement selon Bertrand Calenge. L’information documentaire scientifique et technique des universitaires passe dorénavant par l’abonnement à de nombreuses bases de données en ligne. En revanche, le public des bibliothèques publiques est essentiellement intéressé par la presse et les magazines. La presse peut se lire à domicile via des abonnements payants et se feuilleter en version imprimée en bibliothèque. Les magazines se consultent et s’empruntent en version imprimée. Ces derniers sont peu engagés dans l’édition électronique et les magazines de mode, de décoration, de jardinage s’y prêtent peu. « Bref, il existe un décalage entre l’offre éditoriale, les usages de lecture, et les attentes possibles des bibliothèques publiques envers les revues électroniques ». De plus, l’intérêt de la version électronique, c’est l’accès à domicile. Est-ce que les conclusions de ce billet écrit en 2008 sont encore valables en 2018 ? Je dirais oui. Le virage électronique n’est pas acquis en bibliothèque publique alors qu’il l’est totalement dans les bibliothèques académiques avec, comme corollaire, un important problème de financement.

Lieux…

Est-il plus intéressant, plus efficace, d’avoir une bibliothèque accueillante mais « bordélique » ou une bibliothèque bien organisée ? Pour Bertrand Calenge, le back office doit être bien géré. Le service direct, l’accueil, la relation avec le public nécessitent un bon relationnel qui ne va pas forcément avec de fortes compétences techniques. Et puis, les zones grises, celles où les relations interpersonnelles interfèrent avec les impératifs de l’organisation générale. Des zones où se mêlent la connivence et la règle : les plans de classement, les compétences reliées aux statuts, la régulation des publics atypiques ou des conditions d’emprunt. Bref, les règlements peuvent-ils parfois être interprétés et maintenir un espace de dialogue ?

Lieux…

Dans ce billet, l’auteur fait référence à un article de Suzanne Jouguelet sur la bibliothèque quatrième lieu qu’elle décrit comme un lieu d’apprentissage social, notamment avec tous les développements du numérique. Il y voit la nécessité perpétuelle de réinventer les projets sociaux, de leur donner de nouveaux sens. Les commentaires qui suivent vont dans le sens de réinventer l’espace pour que la bibliothèque reste un lieu attractif.

Images extraites de Carnet de notes, sauf la numéro 2 extraite du Guichet du savoir.

La sidération du troisième lieu

398Ce billet a été écrit en 2012 et il est toujours d’actualité. À cette époque, la notion de bibliothèque troisième lieu avait été vulgarisée par Mathilde Servet en 2009 dans son mémoire d’étude de l’Enssib. Et c’était un sujet lourd de débats et de controverses. Toutes les nouvelles bibliothèques en création ou en cours de rénovation disaient vouloir devenir un troisième lieu. Bertrand Calenge se moque un peu de ce concept, qui n’en est pas un pour lui, car une bonne bibliothèque devrait être une bibliothèque accueillante où l’on a envie de séjourner, où l’on se sent chez soi. Un véritable troisième lieu est un club, un endroit cocooning qui n’a pas besoin de collections, bref un lieu où les bibliothécaires sont inutiles. « La bibliothèque a d’autres fonctions sociales que l’offre d’un havre chaleureux ». Ce billet a provoqué un grand nombre de commentaires contradictoires.

Sélection thématique extraite de Carnets de notes

399La sidération du troisième lieu

400Dimanche 12 février 2012

401Vous n’êtes pas parfois excédés par la référence (révérence ?) réitérée à la bibliothèque comme troisième lieu ? Ce troisième lieu (il ne s’agit pas ici du bar lesbien des nuits parisiennes  ) revient en boucle comme une incantation. Tapez sur Google la requête précise « bibliothèque troisième lieu », vous obtiendrez près de 8 000 réponses : pas mal pour un concept qui n’a été vulgarisé en France que depuis 2009, grâce au mémoire d’étude de Mathilde Servet !

402Ce fameux troisième lieu chante la gloire d’espaces accueillants et ouverts, autorisant de multiples postures, facilitant la diversité des comportements, offrant l’opportunité d’un havre chaleureux entre la maison (ce 1er lieu avec les gosses qui crient et le conjoint qui fait la g…) et le travail (un 2e lieu au rythme stakhanoviste et au patron qui fait la g…). Bref, une sorte de club anglais en plus moderne et moins fermé. Rien que de très séduisant dans cette perspective…

Idea Store à Londres

Idea Store à Londres

403Le lieu comme espoir de légitimité ?

404Un « adulte expérimenté » comme moi a l’impression de revivre les sidérations du siècle dernier qui voyaient dans les médiathèques le summum de la modernité : en introduisant hardiment la musique, les films, les manifestations culturelles, chacun pensait conjurer la honte du has-been et mobiliser ainsi les foules…

405Aujourd’hui, la « concurrence » d’Internet comme celle des multiples pourvoyeurs d’information font désespérément chercher la formule magique qui assiérait la légitimité de la bibliothèque. Cette formule magique – bon sang, mais c’est bien sûr !  – pourrait résider l’intérêt social du lieu lui-même, au cœur de cités dramatiquement dépourvues d’espaces publics largement accessibles à tous. Les idea stores anglais ont montré le chemin, et tout le monde emboîte le pas…

406Sauf que de tels lieux n’ont pas besoin de bibliothécaires : à la limite, l’énoncé des compétences bibliothécaires les rend presque incongrus dans de tels espaces. On remarquera au passage que les fameuses Idea Stores n’en disposent guère. Sur le fond, et compte tenu du concept, cela ne me choque pas. Mais alors pourquoi les bibliothécaires se pressent-ils pour en chanter les louanges ? Sommes-nous les lemmings du XXIe siècle ?

407Un cocooning très contemporain

408Restons dans les parallèles : vous souvenez-nous de l’ambition malrucienne des maisons de la culture ? Là aussi, il fallait laisser le citoyen face à lui-même (pardon : face à l’art). Les accueils de créateurs et les manifestations ambitieuses ont laissé la place la plupart du temps à la mise à disposition contractuelle de locaux pour diverses associations. Même en habillant cette évolution du nom de partenariat (concept également au cœur des idea stores, soit dit en passant), on est loin de l’ambition initiale.

409Mais le projet avait au moins le souffle d’une volonté d’éducation populaire ! Dans le cas des bibliothèques dites « troisièmes lieux », l’intention est plus volontiers consumériste, mettant l’accent d’abord sur la dimension ‘cocooning‘ dudit lieu, attentive aux revendications individuelles du travailleur fatigué et du consommateur las d’avoir vidé son porte-monnaie. Je cherche en vain une intention politique forte dans les différentes affirmations et les exemples mis en exergue. Osons une hérésie : et si les « troisièmes lieux » n’étaient qu’un avatar du vieil adage politique « panem et circenses » (évidemment cantonné au second terme) ?

410Après la médiathèque et le troisième lieu, osons un concept révolutionnaire : la bibliothèque !

411Ce qui est le plus énervant, c’est que le concept d’une bibliothèque largement ouverte, claire, accueillante, confortable, attentive à ses usagers, n’a rien de neuf. Sans me prétendre visionnaire, c’est ce que j’avais défendu dans un ouvrage intitulé « Accueillir, orienter, informer ». Sauf que cet ouvrage défendait l’idée que l’accueil – dans ses dimensions multiples et complexes – ne se comprenait qu’associé aux deux autres termes : très prosaïquement, la bibliothèque a d’autres fonctions sociales que l’offre d’un havre chaleureux, d’autres projets politiques qu’offrir l’espace d’un club ouvert à une communauté. Les Idea Stores, que j’ai trop éreintés ici, veillent quand même à garantir une dimension documentaire : sauf que ce n’est jamais de celle-là qu’on parle, mais plutôt de leur fonction de maison de quartier – garderie, café, etc. – !!

412Dissocier la bibliothèque de ce qui la fonde (la transmission du savoir, en particulier par le partage) me révolte. Alors, oui, organisons des bibliothèques largement ouvertes, donnons-leur confort et sourires, soyons à l’écoute des diverses postures et pratiques, réorganisons les services pour faciliter l’entrée de chacun dans cette maison commune ! C’est évidemment indispensable. Et Mathilde Servet a eu raison d’appuyer là où ça faisait souvent mal.

413Mais n’oublions jamais qu’il faut aider à apprendre, préserver et transmettre une mémoire collective, donner à chaque lecteur son livre comme à chaque livre son lecteur !!

414La « bibliothèque troisième lieu » n’est pas un concept.

415Ce qui ne nous empêchera pas d’espérer retrouver Alphonse Daudet : « C’est une bibliothèque merveilleuse, admirablement montée, ouverte aux poètes jour et nuit, et desservie par de petits bibliothécaires à cymbales qui vous font de la musique tout le temps ».

416P.-S. : une prochaine fois, tonton Grincheux se paiera les learning centers…

417Commentaires au billet Sidération du troisième lieu

4181/ Commentaire par PV – dimanche 12 février 2012

419Bonsoir,

420Votre billet précédent me réjouissait, j’y laisse une légère ironie sur les 3e lieux et vous me comblez en rédigeant celui-ci… quand les esprits (nécessairement grands) se rencontrent : donc oui, vous avez raison et je me bats à mon petit niveau contre ces faux concepts (les « mots vides » de mon commentaire) car ils peuvent faire grand mal.

421j’ai ouï le cas de tel réseau de médiathèques frappé par la mode d’un sociologue spécialisé sur les bibliothèques « lieux » (que je ne citerai pas) et qui a une certaine influence sur de jeunes conservateurs que je n’hésite pas à dire en manque d’épaisseur morale, d’éthique professionnelle… bref, de contenu et de vision claire de ce qu’ils font, pourquoi ils le font et comment il convient au minimum de le faire… ce que cela donne : suppression de grandes parties des collections pour mettre des sofas ! Ou des nez rouges aux bibliothécaires pour faire « cool » et « jeunes » !

422Je crains que certains ne courent après, non pas une légitimité (ce qui serait déjà une démarche évoluée), mais une survie quémandée sous forme de « regardez, on fait n’importe quoi et les gens viennent… gardez-nous ! » comme des petits chiots affamés…

423Ainsi que vous le dites, pas besoin de bibliothécaires pour ces 3e lieux (un club échangiste est un 3e lieu au sens propre du concept d’Oldenburg !) et surtout rien qui parle des contenus et de l’idéal citoyen que nous (professionnels) sommes censés encore un petit peu porter malgré un contexte délétère à ce point de vue.

424Peut-être les bibliothèques sont-elles vouées à disparaître… mais qu’au moins ce ne soit pas sous la pression des bibliothécaires eux-mêmes ni dans l’acide des troisièmes lieux !

425Merci pour vos réflexions partagées.

4262/ Commentaire par Oliburuzainak – lundi 13 février 2012

427Je comprends la colère sur la réinvention de la roue, quand ses principes, de la dite roue, ont déjà été posés. Mais quand une idée devient visible de tous, quand on peut s’en emparer comme slogan envers nos interlocuteurs – et financeurs – spontanément je me dis que ça ne peut pas faire de mal ?

428Mais il y a une chose plus grave qui m’interpelle : c’est que ces principes d’accueil, déjà posé dans le manuel de 1997, ils ne sont souvent pas encore appliqués ! Beaucoup de BU n’en sont même pas encore là ; leurs équipes ont ce manuel dans leur fonds professionnel, mais dans leurs têtes ils ont encore dans le même logiciel routinier qu’il y a 30 ans.

429Globalement, dans les endroits que j’ai fréquentés, la qualité de l’accueil et des services s’est améliorée dans les années 2000, par rapport aux BU et BUFR que j’ai connues étudiant (avec souvent à l’époque un personnel hostile qui mordait le public). La génération des néo-magasiniers diplômés de l’Enseignement supérieur et la généralisation des emplois étudiants ont bien resynchronisé l’interface avec le public, c’est déjà un acquis ; pas encore acceptés par tout le monde au nom des sacro-saints statuts.

430Mais pour en avoir fait l’expérience côté lecteur, on trouve encore aujourd’hui du personnel qui est aligné en service public « à contre-emploi » ; et du côté des formations à l’accueil et à la communication interpersonnelle, certains CRFCB le proposent (comme le SQF de la BNF), mais dans certaines régions l’offre de formation sur le sujet est inexistante. Je n’ose même pas parler de l’animation.

431Et dans l’organisation des espaces sociaux et les équipements de confort « souhaitables » au sens Libqual, on est souvent en dessous de ce qui est attendu aujourd’hui. Oublier la fonction documentaire et de gestion de l’information, non, et je crois que peu de gens y pensent réellement ; mais tant que sur le terrain, les esprits n’auront encore intégré la polyvalence des usages, je préfère entendre marteler un slogan de bibliothèque vivante, aux slogans mortifères et défensifs qu’on connaît [dans] tous dans les établissements, pour des raisons différentes dans les trois catégories.

432Quand j’entends parler de la reconnaissance de la bibliothèque comme troisième lieu comme l’une de ses fonctions, j’y vois de l’espoir ; et comme d’autres collègues qui sont en empathie avec les étudiants, on regarde la vie de groupe d’étudiants se faire au fil de l’année, leurs petits papiers rituels qu’ils échangent entre eux, et toute cette interaction sociale où on voit évoluer et grandir l’étudiant. J’aime observer ça, cette vie…

433Réponse par Bertrand Calenge – lundi 13 février 2012

434@Oliburuzainak,

435Votre plaidoyer est évidemment juste sur le fond : clamer que la bibliothèque doit s’intéresser à l’accueil et à la qualité sociale des espaces qu’elle propose est toujours utile si cela peut générer un regain d’intérêt en direction de ces fondamentaux. De même aurais-je pu souligner que le concept est pertinent s’il arrive à séduire les décideurs toujours sensibles au glamour. Bref, il y a toujours quelque chose de bon à tirer d’une mode…

436Ce n’est pas cette revivification de principes déjà anciens qui m’agace (et je n’en ai pas été le promoteur exclusif, très loin de là !), de même que ne m’agace pas une éventuelle mode journalistique autour de ces principes remis au goût du jour. Non, ce qui m’énerve est la frénésie univoque d’un discours professionnel toujours en quête d’un nouveau Graal. Mes lectures ne sont sûrement pas assez complètes, mais je cherche toujours l’analyse fouillée des processus humains, compétences mobilisées et modalités organisationnelles qui viendront articuler cette dimension avec ces autres impératifs des collections, des services à valeur ajoutée, etc. Et sans mobilisation générale autour de cette stratégie, le troisième lieu restera une incantation… Mais vous avez raison : soyons optimistes !!!

4373/ Commentaire par Bibliopathe – lundi 13 février 2012

438Merci beaucoup pour « l’hommage » ! Vous décrivez dans ce billet exactement mon sentiment par rapport à ce concept « troisième lieu »…

4394/ Commentaire par Oursoboros – mardi 14 février 2012

440Merci pour ce billet que je trouve plein de bon sens.

441Je trouve que ce concept de troisième lieu est devenu un motif d’émerveillement de bien de bibliothécaires, alors que finalement il n’invente rien, et de plus comme vous le sous-entendez je crois, éloigne un peu les bibliothécaires du service dont ils sont supposés être les garants…

442D’ailleurs j’ai l’impression qu’il révèle autre chose : je vois de plus en plus de bibliothécaires technophiles, ou blogophiles, c’est-à-dire qui se nourrissent et absorbent toutes les nouvelles idées, les concepts que l’on peut trouver sur le net, et liées au monde des bibliothèques, et les retranscrivent avec dans les yeux des étincelles liées à la pensée d’une bibliothèque de rêve.

443C’est louable en soi un tel intérêt pour le métier, et je le défends… mais suis-je le seul à trouver qu’il y a dans cette absorption de données et de concepts, une perte d’action concrète et un espoir que les tenants de la blogosphère agiront tandis que les bibliothécaires conceptovores sont dans la contemplation passive d’une évolution dont ils croient être les acteurs, alors que finalement, si peu ?

444Notez bien que je ne prends pas parti, je me questionne à ce sujet.

4455/ Commentaire par Assistant B – mardi 14 février 2012

446La directrice de la bibliothèque où je travaille tient constamment ce genre de discours sur la mort des bibliothèques (et du même coup ma mise au placard dans une obscure cave de ma collectivité) en nous répétant : « Sachez que l’avenir de nos bibliothèques est dans leur convivialité, la tendance est à la réduction des collections, la tendance est à l’organisation des espaces avec sofa et distributeurs de boissons, la tendance est aux meubles design ».

447Vous n’imaginez pas à quel point vous lire me fait du bien car ces propos négatifs dans nos structures sont très pesants (sans parler du fait que passer pour niais démodés commence à bien faire !) et développe le sentiment d’avoir muté du milieu culturel vers le milieu du design ou de la mode… J’ai choisi ce métier parce que je croyais en la grandeur des contenus et beaucoup moins en la beauté des contenants… Peut-être un jour, verrons-nous comme pour les hôtesses de l’air, une taille minimum pour le recrutement des bibliothécaires ? Je ne suis pas décoratrice d’intérieur, je ne suis pas non plus barman ou traiteur, je ne sais pas lire des poèmes d’Antonio Machado tout en dansant le flamenco pour essayer de remplir la bibliothèque coûte que coûte.

448En revanche je sais renseigner mon public, je connais les livres de ma bibliothèque, je fais de petites animations avec des choses toutes simples mais qui séduisent, je parle des livres, de la littérature, de cinéma, j’essaie d’être disponible, souriante et à l’écoute…

449Merci sincèrement pour votre texte qui fait du bien aux personnels des bibliothèques qui subissent les discours apocalyptiques de leur supérieur sans pouvoir s’exprimer en retour…

4506/ Commentaire par Jebaco – mardi 14 février 2012

451Outre la justification ou le manque de celle-ci de vouloir faire de la bibliothèque un troisième lieu, parmi les 8 000 occurrences on trouvera vraisemblablement un peu n’importe quoi car le concept est bien mal compris en même temps qu’il est incanté avec régularité.

452Entendu la semaine dernière encore au cours d’une réunion de travail : « il faut que la bibliothèque soit un troisième lieu, que l’usager s’y sente comme chez lui ». Cherchez l’erreur.

453On se réfugie dans ce concept de troisième lieu comme on s’est réfugié dans le « 2.0 » et comme certains collègues se réfugient dans la technicité conceptuelle à outrance, à grands coups de literacy et de cartes heuristiques, autant d’outils et d’éléments tout à fait légitimes mais qui ne servent plus qu’à cacher l’angoisse si profonde du bibliothécaire d’aujourd’hui : celle de ne pas savoir ce qu’il est, ce qu’il fait. Il ne s’agit même plus de vouloir attirer du public, il s’agit de prétendre que nos structures sont indispensables à la société et que notre métier est hautement technique. Vouloir abandonner les collections pour faire du social est aussi aberrant que vouloir ne faire que du catalogage et du circuit de livre.

454Je ne nie pas la nécessité des bib dans la société. Elles peuvent être des « troisièmes lieux », pourquoi pas ? Mais ce n’est certainement pas ce qui les définit. De la même manière on aurait tort de nier la technicité de notre métier, mais de là à tout faire pour être incompréhensible du profane… soyons sérieux, nous ne sommes pas non plus des ingénieurs de l’ASE, nous ne sommes même pas des informaticiens, malgré toutes nos compétences. Un peu d’humilité. Notre valeur est ailleurs.

4557/ Commentaire par M. – mardi 14 février 2012

456Bonjour,

457Merci pour ce billet : le 3e lieu, c’est comme les tartes à la crème mais elles sont meilleures quand elles sont lancées par le gloupier ! C’est un concept fumeux voire dangereux. Fumeux car il reprend ce qui existait déjà à La Villette par exemple (rédiger son CV, etc.). Dangereux car :

458– orienter ses collections sur le public équivaudrait à acheter Marc Lévy, Guillaume Musso et Harry Potter ? Ne serait-ce pas une autre forme de populisme appliqué aux bibliothèques ?

459– les fameux Idea Stores ferment les uns après les autres par manque de financement (remarquons que la population se mobilise lors des fermetures des bibliothèques en Angleterre ; je doute qu’en France il en soit de même) ;

460– les Idea Stores sont une démission des bibliothèques réduites a minima, pour raisons économiques, avec packaging : le cœur même de notre métier est nié à moins de devenir des profs de gym ou de yoga !

461Sur les learning centers, c’est une pure vue de l’esprit : imaginez un professeur traiter un bibliothécaire d’égal à égal ! Ce n’est pas dans notre culture. Les enseignants eux-mêmes sont généralement contre : nous leur volerions leur métier.

462Une réflexion intéressante serait plutôt sur le positionnement de la bibliothèque par rapport aux flux (d’information mais pas seulement), sur la mobilité (mais pas du personnel) et intégration (multisupports, vie citoyenne, etc.).

463Il serait intéressant d’avoir la réponse de Mathilde Servet. Au fond le label « 3e lieu » la met plus en valeur qu’autre chose !

4648/ Commentaire par Des S, des F – mardi 14 février 2012

465Je ne suis pas bien sûr : le commentaire de M2 est ironique ? Car évidemment qu’on achète Marc Lévy et Harry Potter en bib…

4669/ Commentaire par Sursaut BnF – mercredi 15 février 2012

467Merci Bertrand ! La lecture de votre article illumine la soirée ! Marre de ce concept qui légitime bien des changements dangereux dans nos établissements (cf. « Réforme du Haut-de-jardin » à la BnF par exemple).

468Marre de ce concept condescendant qui prend nos lecteurs pour des idiots et qui veut faire gober aux bibliothécaires que la forme des canapés et que les gadgets technologiques bling bling sont plus importants que la diversité documentaire.

469Mille fois mercis !

47010/ Commentaire par PV – mercredi 15 février 2012

471Dommage que tout ceci ne soit pas plus souvent dit et redit lors des messes (colloques) et consécrations (conférences) à la gloire du troisième lieu… cela remettrait en place certains sociologues agités par la disparition des collections et la floraison de sofas et indiquerait que toute la profession n’a pas (encore) abdiqué devant la mode et la tendance des concepts « dépourvus de sens » comme le dirait Carnap, pour qui les problèmes métaphysiques ou même philosophiques étaient des erreurs syntaxiques à résoudre et des énoncés dépourvus de sens – je crois que nous y sommes mais sans l’étrange poésie que portait la métaphysique…

472@AssistantB : officiez-vous en réseau et en banlieue parisienne ? Ça me rappelle quelque chose, votre situation…

47311/ Commentaire par Assistant B – jeudi 16 février 2012

474À PV : non je ne travaille pas en banlieue parisienne. Je ne suis donc pas seule dans cette situation…

47512/ Commentaire par Odette tout le monde – vendredi 17 février 2012

476Oserai-je parler d’une notion concomitante avec le 3e lieu ? L’urgence de diminuer la hauteur des rayonnage afin que le lecteur, mélomane, cinéphile (rayer les mentions inutiles) puisse mieux plonger dans l’Œil de l’usager à qui il fera face il faut, nous dit-on sans cesse « éliminez ! » tel un slogan de grande marque d’eau minérale ! Les critères rapidement jetés sur un bout de papier, des méthodes de désherbage trouvées avec Google allez zou poubelles bleues !

477Entendu Bruno Racine nous dire :

478« Nous entrons dans un monde où tout ce qui ne sera pas disponible sous forme numérique risque d’être peu accessible ou ignoré.

479L’étape qui s’ouvre maintenant devant nous c’est de mettre sous forme numérique toute cette production du XXsiècle qui est encore protégée par le droit d’auteur et qui sans cela ne peut être accessible, la plupart du temps les ouvrages sont épuisés, que dans les bibliothèques.

480Mais il faut trouver un modèle juridique légal payant cette fois pour ce type d’ouvrages. » Émission Soft Power France Culture du 1er janvier 2012.

481Que nenni M. Racine, les livres épuisées encore sous droits ne seront plus non plus dans nos beaux 3es lieux !

48213/ Commentaire par Bibliothécaire sidéré – vendredi 17 février 2012

483Il serait regrettable de ne pas situer la notion de « troisième lieu » (« notion » étant préférable à « concept », terme réservé à la philosophie) dans l’époque qui la produit. Un crochet par l’Histoire paraît plus que nécessaire. N’est-il pas en effet alarmant de constater à quel point le désert intellectuel que nous traversons depuis la fin des années 1970 a permis l’émergence de discours insignifiants, innocents, fumeux, capables de mobiliser les rêves et les attentes d’individus plus innocents encore ? Car quel idéal nous promet ainsi la bibliothèque comme « troisième lieu » ? Ni plus ni moins qu’une hypostase monstrueuse de ce que pensait un libéral comme Benjamin Constant lorsqu’il louait les mérites de la démocratie des Modernes contre celle des Anciens, à savoir que les affaires sérieuses, politiques, communes – les affaires de la Cité – ne sont pas du ressort du petit peuple mais d’une oligarchie politicienne. Dans cette structure politique, ce que réclame la société revient donc seulement à ceci : que l’État garantisse les jouissances individuelles. Et de jouissance il est évidemment question dans le mémoire de Mathilde Servet : l’image d’une bibliothèque comme troisième lieu ressemble en effet à un sofa design destiné à résorber les tensions fessières. Le monstre est cette ultime vanité : contribuer à ce que l’étudiant se sente à l’aise dans ses pompes.

484Si en effet l’étudiant, comme élément du peuple, est écarté des délibérations politiques, et qu’il n’a dès lors plus qu’à surveiller l’action de État pour le compte de ses propres jouissances (le cas contraire, il n’a plus que la rue comme appel), faut-il pour autant cautionner un discours faisant fi de ce que lui doit l’Université – et donc la bibliothèque universitaire ? : non seulement une place dans la société mais aussi un esprit émancipé, critique, civique, capable précisément de se mobiliser dans les interstices citoyennes de la société soumise au gouvernement représentatif (rue, tracts, syndicalisme, parti politique, mobilisations diverses, opinions, etc.) ?

485Nous connaissons d’avance la réponse des biblio-prophètes du ludisme et de la récréation, en bons malins : on peut tout à la fois profiter d’une ambiance design, confortable, se connecter aux réseaux sociaux en sirotant un thé népalais (ce sont bien entendu des exemples) puis aller bouquiner sérieusement en salle de lecture. Le bon gros sens des gros bataillons normalisants acquiescera à la puissance de cette assertion. Mais c’est en réalité là que nous touchons aux limites notionnelles du troisième lieu. Car cette prétendue solidarité « passivité/activité » soulève un problème symbolique auquel la société de consommation nous a habitués depuis belle lurette, celui d’un échange de signes contradictoires au sein d’une même institution. Que devient la lecture « sérieuse » au sein d’une institution qui joue sur la communication d’ambiance ? Elle est précisément digérée par cette communication d’ambiance, elle risque de ne plus devenir lecture mais simple signe de lecture, signe échangeable contre d’autres signes posés sur un même plan : nivellement symbolique, déréglementation, consommation de signes, horizontalité à perte de vue. Imagineriez-vous déguster une part de pizza dans un salon de thé ? Jouer en réseau au château de Versailles ? Filmer un lip-dub dans une cathédrale ? Lire Husserl au rayon charcuterie du Spar avec le slogan suivant : « chez nous, la culture a du fumet » ?

486Si la modernité doit faire évoluer les bibliothèques universitaires (nous vivons dans une société mobile, il ne faut pas refuser ce procès), elle le doit dans le respect de règles foncières, celles de l’intellectualisme. Bien des dispositions devraient être inventées qui permettraient à ces établissements de rendre les étudiants plus étudiants. Et c’est à nos décideurs d’être imaginatifs, ce sont eux les responsables. Or, il est scandaleux de trouver une grande partie de ces décideurs solidaires de l’avachissement généralisé et de cautionner des mémoires « professionnels » principalement orientés vers les moyens de rendre les bibliothèques comme des lieux communs. Je ne nie évidemment pas l’intérêt de réserver des espaces récréatifs dans les bibliothèques. Ce qui est sidérant, c’est d’en faire des objets essentiels valant pour « études ». Sur ce point, l’Enssib est grandement responsable et devrait être sévèrement critiqué (au passage, Monsieur Calenge fait l’objet d’un rare courage qu’il faut saluer).

487Est-on sérieux quand, dans l’aveuglement des conformismes sociaux, et au prétexte débile que « le monde change » (il faut voir comment…), ceux qui ont autorité sur le devenir des bibliothèques cautionnent et participent à la passivité du jouir ? Qu’ils se mettent au moins au clair et formulent explicitement leurs vœux : ou mener les étudiants vers l’insignifiance des troisièmes lieux, ou tout faire pour les élever à la maturité professionnelle et critique. Prosélytes de la communication d’ambiance, encore un effort si vous voulez être bibliothécaires !

488(P. S. : bien entendu, j’aimerais lire les observations de Mathilde Servet à ce sujet.)

48914/ Commentaire par Moretti – vendredi 17 février 2012

490Bref, comme l’indique le Dictionnaire du diable des bibliothèques : « Troisième lieu : concept visant à élever la bibliothèque à la dignité du bar-PMU » !

491@ Des S, des F : s’y cantonner serait dangereux.

492+ nous ne sommes pas des vendeurs Apple Store pour soutien technique à l’informatique !

493Réponse de Bertrand Calenge – vendredi 17 février 2012

494Même si j’avais le sentiment d’aller à contre-courant d’un discours aussi réducteur qu’envahissant en écrivant ce billet, je n’imaginais pas ouvrir la porte à autant d’ambiguïtés. Je comprends fort bien qu’on en profite pour s’insurger contre un cantonnement des politiques publiques à des modèles trop simples pour être efficaces, mais je m’insurge contre certains règlements de compte mêlant indistinctement la détestation du désherbage, l’appel à la philosophie de l’effort et plus généralement la condamnation du monde contemporain.

495J’accorderai un sort particulier à l’incidente de « bibliothécaire sidéré », qui fait porter le chapeau notamment à l’Enssib : cher sidéré, il serait malhonnête à cette école d’oublier de parler des modes, des tendances, des passions éphémères. Mais peut-on qualifier d’hagiographie ces expositions, quand l’ensemble des cursus de formation veut donner à penser, à critiquer, à prendre le temps de la distance et de l’analyse ? Dans ce contexte, un exposé sur le troisième lieu ne me choque pas plus qu’une apologie de la contribution citoyenne. Élèves et étudiants bénéficient de cours multiples, de travaux où ils peuvent exprimer leur capacité de distanciation critique, etc. Et même le but est qu’ils le fassent ! Vouloir exclure toute référence à « ce dont on parle », ce serait vouloir formater et non former…

496Ce qui me frappe le plus, c’est que nombre des réflexions qui émaillent les commentaires jusqu’à présent (pas tous, certes) s’égarent volontiers dans les sphères de la philosophie politique. J’ai du mal m’exprimer : le « troisième lieu » est sans nul doute une opportunité de revivifier la question du lieu dans l’activité de la bibliothèque, il est également un argument majeur pour mobiliser les décideurs. Il est enfin une injonction aux bibliothécaires de considérer la bibliothèque non comme un lieu singulier mais comme un espace articulé aux rythmes et usages de la collectivité. Soit, et j’applaudis.

497Mais ce n’est pas LA solution exclusive, l’avenir unique et exclusif des bibliothèques. Au moins à titre professionnel, il nous faut continuer à creuser le système bibliothèque. Sans œillères, sans préjugés catégoriques, bref en toute conscience de la complexité de l’enjeu.

49815/ Commentaire par Bibiothécaire à cymbales – dimanche 19 février 2012

499Bonjour !

500Ce qui me frappe, dans la présentation des projets en cours, c’est la non-concordance des rêves… de bibliothécaires/agences, architectes, élus… qui produit au final un bâtiment futuriste, projetant un public très libre de son temps et de ses mouvements (un peu comme les km de couloirs pour mériter tous les savoirs du monde à Tolbiac), à un moment où notre société ne produit guère de liberté de temps ni d’esprit, mais plutôt un besoin de services rapides.

501La question subsidiaire est que tant qu’à proposer une maison commune, autant tenter de connaître les rêves et les besoins des lecteurs et habitants pour CE lieu (équipement//territoire) plutôt que de les déduire d’enquêtes sur les pratiques culturelles en général.

502En tant qu’usager, j’aimerais pouvoir restituer mes documents n’importe quand lorsque je passe devant la bibliothèque ; j’aimerais pouvoir en emprunter n’importe quand en cas de manque, grâce à un distributeur (la sélection des bibliothécaires serait certainement meilleure que celle de la librairie de gare ouverte tout le temps) voire retirer mes réservations par ce distributeur ; j’aimerais que des containers à livres soient installés sur la voie publique pour recueillir mes dons et triés/dispatchés auprès des associations par les bibliothécaires ; j’aimerais un lieu de pause et de rendez-vous thé-livres-revues-tablettes numériques-fauteuils club, avec des conso pas cher et un accès indépendant, j’aimerais que tous les documents jusqu’à 1950 soient numérisés et dispos en recherche plein texte parce que je préfère travailler dans MON canapé…

503Mais pour faire le portrait de l’oiseau, il faudrait bien d’autres profils, n’est-ce pas ? Parce que pour beaucoup, question logement et travail… le 3e lieu serait le 1er ; et que le modèle couteau suisse (services autant que lieu) serait plus pertinent ?

50416/ Commentaire par Vincent Folliot – lundi 20 février 2012

505T’accompliras-tu dans ce Salut, toi usager consommateur, quand l’ensemble de tes vœux sera – j’en suis sûr – bientôt exaucé ? L’exaltation de tes petits besoins (« moi je voudrais que ») fonde ta prétendue liberté, ton conformisme assouvi sans que tu y voies les contraintes de pure rationalité économique que tu brandis à quelques données computables sur à la fois ton manque de temps, de confort, de services, à la mesure de tes souhaits personnalisés. Je te comprends. Vouloir tout de chez toi, à la portée de quelques pas, de quelques gestes/clics, se mesure au succès des Leclerc Drive et à la jouissance de consommer le temps ainsi libéré à pousser le caddie. Aussi tu montres là que ta satisfaction de tes désirs (jouir de ton temps) est nettement plus importante que la satisfaction de tes besoins (culturels). Le thé, le café, le fauteuil confortable, voilà l’essentiel. À partir de là, tu n’as que faire du reste (le faire étant le préalable à ta satisfaction), tant la maximisation, la mobilisation de toutes tes capacités virtuelles et réelles à jouir te [rendent] enclin à ne voir dans une bibliothèque qu’une avalanche de signes en vulgaire étalage de plaisirs.

50617/ Commentaire par Nestor Makhno – mercredi 22 février 2012

507En guise de commentaire, une référence déjà citée plus haut :

508Dictionnaire [du diable] des bibliothèques.

509Et deux autres qui montrent que si ce n’était pas à la dignité de bar-PMU que s’élèveraient les bibliothèques avec ce concept, ce serait bien à celle de Starbuck’s coffee, puisque le troisième lieu au sens d’Oldenburg est le concept central de la stratégie marketing de cette chaîne :

510http://www.namedevelopment.com/​blog/​archives/​2006/​11/​branding_is_starbucks_your_third_place_1.html

51118/ Commentaire par Joëlle – vendredi 24 février 2012

512Pfiou, les bras m’en tombent !!! Je vais demander une formation de barman, de pizzaïolo, en marketing, en communication, de designer, d’informaticien, de linguiste, de travailleur social. Le troisième lieu me semble être le sésame qui veut tout dire et ne rien dire : il est agité quand on n’a pas de réponse à tout type d’interrogations sur le public qui ne vient pas ou plus à la bibliothèque, qu’on est dans la passivité, qu’on voit le rouleau compresseur d’internet et des nouvelles pratiques : c’est comme un médecin qui lorsqu’il ne trouve pas de solution vous dit que c’est psychologique. Après tout chaque ville a des données de l’Insee : n’oublions pas que nous sommes un service public au service de ce public alors une bibliothèque se doit d’agir et d’avoir une identité au sein de sa communauté et plutôt que d’agiter des tas de concepts, il est préférable d’aller à la rencontre de ce public.

51319/ Commentaire par Isabelle Huber – samedi 25 février 2012

514Un peu de contradiction ne fera pas de mal dans ce flot de commentaires anti-3e lieu !!

515Autant je trouve sain et intéressant, comme le fait B. Calenge dans son post, d’interroger une notion qui est effectivement en train de devenir une tarte à la crème, autant je suis à mon tour « sidérée » par le côté réactionnaire de certains commentaires…

516Le 3e lieu n’est pas la « marchandisation » des bibliothèques, c’est tout le contraire, mais il est plus simple de faire des amalgames réducteurs. Et puis derrière certains commentaires il y a l’idée, désagréable idéologiquement, qu’un modèle de bibliothèque qui tiendrait vraiment compte des attentes et avis des usagers allait nous tirer vers le bas ! On se croirait dans le blog de Yann Moix… Oui, la société évolue, les gens ont des besoins, des habitudes qui changent, pas forcément comme on voudrait, doit-on délibérément l’ignorer ? Nous sommes avant tout au service du public, ne l’oublions pas. (Au passage, le « sociologue des lieux », comme il est dit dans un commentaire, a un nom, Claude Poissenot. Pourquoi ne pas le citer ? Drôle de méthode…)

517Le principal argument de B. Calenge, recevable, est que le 3e lieu serait du marketing pour enrober ce qui est l’idée même d’une bibliothèque. Soit. Encore que dans les faits nos bibliothèques sont souvent loin d’accueillir dignement, confortablement, chaleureusement leurs usagers. Et le marketing est utile auprès de nos élus pour faire évoluer les espaces d’accueil de nos médiathèques. Si l’on parle moins des collections, c’est parce qu’elles sont évidemment déjà présentes et au cœur de nos établissements ! Où se situe notre marge de progression ? Beaucoup moins dans notre politique documentaire que dans nos espaces. Et je ne parle pas geste architectural (là-dessus on est champions…), je parle services, mobilier, lumière, température, usages différenciés, horaires, attention portée à l’usager et à ses attentes… Voilà pourquoi s’emparer de la notion du 3e lieu, pas béatement, mais par pragmatisme, est utile.

518Pour info, j’ai visité 3 Idea Stores : si les aspects communautaristes m’ont posé question, j’ai constaté de visu que ces équipements, où les collections sont bien plus présentes qu’on ne le dit, ont réussi la démocratisation des lieux culturels derrière laquelle nous courons depuis des décennies en France.

51920/ Commentaire par Rainette – samedi 3 mars 2012

520Qui aura visité les bibliothèques des Pays-Bas ou les Idea Stores ne pourra que constater que le public y est bel et bien présent. Un taux d’inscrits +++, des espaces plébiscités et des usages diversifiés sans oublier des horaires d’ouverture incroyables : est-ce le cas dans nos bibliothèques ? Tous les commentaires critiquant ces « concepts » sont consternants, quelle ouverture d’esprit pour des bibliothécaires ce qui devrait pourtant les caractériser ! Ne faut-il pas justement se bouger pour résister, être présents et forts à l’heure des mutations économique et numérique, tenter des expérimentations et penser services pour nos utilisateurs ? Pourquoi ne pas s’emparer d’exemples voisins – et non de modèles ou concepts – qui fonctionnent, les détourner, les adapter, en piocher des miettes, proposer de nouvelles offres… et continuer d’attirer un public nombreux prêt à naviguer dans les collections : physiques et virtuelles ? Voire alors sinon inventer carrément autre chose… Car notre métier est aujourd’hui délicat à l’heure où certains (élus et public) peuvent croire que tout se trouve sur internet. Concurrence, complémentarité ? À nous d’être les plus astucieux et en ce sens, l’ambiance de nos lieux comme la qualité de l’accueil et de l’accompagnement du public sont primordiales. Évidemment ce n’est pas nouveau mais cet ensemble mérite d’être renouvelé pour rester toujours prisé et utile en lien avec les missions d’information, de formation et de lecture dès le plus âge.

52121/ Commentaire par Djb – samedi 3 mars 2012

522Beaucoup plus intéressants que les discours effectivement mièvres et pseudo-sociologiques, dont la faible densité et la forte dimension incantatoire évoquent la critique d’art contemporaine, peut-on recommander deux références, datées mais articulant un débat pour le coup sympathique ?

523Dans Non lieux, Marc Augé cristallise la vision que tout acteur socioculturel issu des classes moyennes (ex : les conservateurs) a spontanément des centres commerciaux péri-urbains. Du même coup, il propose une définition intéressante de qu’est un lieu (type de prémisse complètement absente de la littérature professionnelle).

524En face, plusieurs études, telles que Boukaia, C-A. (1999), « Le centre commercial de Chateaufarine : lieu de consommation ou lieu de vie ? », in Raulin, A. (dir.), Quand Besançon se donne à lire, Paris, L’Harmattan, livre des observations différentes.

525La question de savoir si un centre commercial peut être appréhendé comme un lieu de vie est fondamentale pour cet autre lieu de consommation qu’est la bibliothèque.

526Au-delà de la question de savoir si la mode « 3e lieu », c’est de la porte enfoncée (c’est certain), du rebouilli (c’est probable, je dirais années 1970, ex : les idées de Michel Bouvy à Cambrai), du vent (sans doute pas, la sociologie anglo-saxonne des années 1980 ne saurait être balayée si rapidement), etc., c’est tout un système qui vise d’abord à créer une identité et une cohésion professionnelles factices qu’il faudrait – attention, mot-balise sémantiquement nul – interroger.

527Nous devons à chaque instant interroger de façon réflexive et opérationnelle nos missions, et rester à la recherche de nouveaux concepts, pour inventer une nouvelle bibliothèque citoyenne. Combien verront que cette précédente phrase ne peut pas, en aucun cas, être sérieuse ?

52822/ Commentaire par Anonyme – lundi 13 août 2012

529Je suis sidéré par tout ce que j’ai pu lire plus haut. Comment peut-on, à notre époque, tenir ce genre de langage ?

530Votre problème à tous, c’est que vous avez peur d’évoluer. Peur des gens, peur de sortir de vos réserves poussiéreuses, de votre petit travail bien calme et sans mouvement. Continuez à cataloguer et ranger vos précieuses collections ; bientôt, il n’y aura plus personne pour les voir (mais, n’est-ce pas ce que vous cherchez ?).

Notes

1 L'ENSB, l’École nationale supérieure des bibliothécaires créée en 1963, deviendra l'Enssib, École nationale des sciences de l'information et des bibliothèques, en 1992.

2 Ancien nom des bibliothèques départementales de prêt (BDP) avant la loi 92-651 du 13 juillet 1992.

3 L'ADBCP prendra naturellement le nom d'Association des directeurs de bibliothèques départementales de prêt (ADBDP) quelques années plus tard, lorsque les BCP deviendront les BDP. En septembre 2017, souhaitant s'élargir au-delà des seuls personnels de direction, elle est devenue l'Association des bibliothécaires départementaux (ABD).

4 Les quelques BCP qui pratiquaient le prêt direct au public, essentiellement en bibliobus et parfois dans une annexe ouverte eu public, ajoutaient leur nombre d'emprunteurs et de prêts.

5 L'autre était celle de la Drôme, dirigée par Jacques Perret.

6 Jocelyne Gazagnes, Contributions à la mise en place d'un outil de gestion et d'évaluation des services rendus dans les Bibliothèques Centrales de Prêt : les indicateurs d'efficacité, Mémoire de DESS de direction de projets culturels, sous la direction de Salah Dalhoumi : Enssib, 1990.

7 Jean-Pierre Paris, « L'évaluation dans les bibliothèques centrales de prêt », Bulletin des bibliothèques de France, 1990, n° 6, p. 400-402.

8 Le Guide des BCP (ISSN 1165-0958), devenu ensuite Guide des BDP, (ISSN 1246-1857) est paru tous les ans de 1990 à 2004.

9 Voir le « Parcours 11. Corpus des billets », p. 303.

10 Alain Supiot, La gouvernance par les nombres. Cours au Collège de France (2012-2014), Nantes, Institut d’études avancées de Nantes ; Paris, Fayard, 2015 (coll. Poids et mesures du monde).

11 [NDE] : ce lien n’est plus accessible.

Table des illustrations

Titre Idea Store à Londres
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Lemmings
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2261/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2261/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Hommage à Bibliopathe
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2261/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteurs

Successivement directeur des bibliothèques départementales de la Moselle, de la Savoie et de la Haute-Savoie, de la bibliothèque municipale de Chambéry puis du SCD de l’Université Savoie Mont Blanc, Alain Caraco, conservateur général des bibliothèques, est actuellement en congé formation à l’Enssib, où il travaille sur les bibliothèques et l’Open Access. Ancien vice-président de l’ADBDP et ancien président fondateur de l’ADBGV, associations dont il a créé et édité les sites web, il a écrit plusieurs articles, notamment pour le BBF, et a participé à des ouvrages collectifs.

Joëlle Muller a œuvré dans les bibliothèques durant 40 années : dans les bibliothèques de lecture publique de la région parisienne, mais aussi dans l’une des premières logithèques de France, à la bibliothèque de la Cité des sciences puis en tant que directrice du département lecture publique et, ensuite, en tant que directrice de la bibliothèque de Sciences Po Paris. Responsable d’actions de formation continue pour les bibliothèques sur les dix dernières années de son parcours, elle est l’auteur d’ouvrages sur les logithèques et sur le management en bibliothèque. Elle a contribué à une dizaine d’autres ouvrages.

Lire

Open access