Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques Gay Friendly ?

 | 
Sophie Agié-Carré
, 
Légothèque

Préface

Michèle Petit

Texte intégral

1La commission Légothèque (ABF) me demande mon « regard de lectrice » sur les documents qui suivent, présentés lors des congrès de l’IFLA par des professionnels venant du Brésil, de Suède, des États-Unis, de Hongrie et d’Ouganda.

2C’est la frilosité manifestée dans nombre d’établissements qui m’a déjà surprise. En bien des lieux, on en est donc encore à cette « situation lamentable » comme le disent Bharat Mehra et LaVerne Gray à propos des bibliothèques rurales du Tennessee. À ce manque de conviction du personnel (en Suède, pourtant), à une « position essentiellement passive » (évoquée par Elizabeth L. Chapman). À cette « prudence », ce souhait que les thématiques LGBT ne soient pas trop visibles. Et à cette peur de plaintes éventuelles d’homophobes.

3Il faut saluer d’autant les initiatives rapportées, qui montrent que ces attitudes peuvent changer. Mais dans quel sens ? Après avoir parcouru ces documents, une représentation me semble dominer, peut-être du fait de la prégnance de la figure tragique du jeune sans-abri, chassé de chez lui : les LGBT seraient des victimes ayant besoin d’informations adaptées. L’enjeu serait d’augmenter leurs « chances de survie » dit Noemi Somorjai, de « réduire la mutilation ». Au risque que des professionnels se situent dans une attitude condescendante afin d’assister ces « marginalisés », leur faire un peu de place. Et qu’il se passe avec les LGBT ce que l’on observe fréquemment avec les réfugiés, eux aussi considérés avant tout comme des victimes à qui fournir des informations spécifiques.

  • 1 Nicole Lapierre, Sauve qui peut la vie, Paris, Éditions du Seuil, 2015 (coll. La Librairie du xxie  (...)

4Il n’est pas question de dénier les souffrances, la grande violence subie par les uns et les autres, les besoins qui en découlent. Toutefois, comme le dit Nicole Lapierre, « l’extension du règne de la compassion […] incite à panser les plaies du monde plutôt qu’à affronter les inégalités qui le fracturent »1. Or c’est avant tout un positionnement politique que l’on pourrait attendre des bibliothèques, comme « lieux de résistance » comme le disent Bharat Mehra et LaVerne Gray. Lieux où exercer ses droits. Et où faire entendre sa voix. Car pas plus que les réfugiés, les personnes dont l’orientation sexuelle est minoritaire ne sont réductibles à une identité du malheur. Les uns comme les autres sont des sujets singuliers, riches de toute une histoire, une culture, et de leur créativité, leur point de vue critique, leur regard.

5Ce que sentent bien les professionnels qui créent des forums où accueillir leurs paroles. Aux exemples donnés dans ce volume, notamment au Brésil, j’ajouterai celui de la Bibliothèque Vasconcelos à Mexico. Elle aussi est gay friendly, ce qui a à voir, m’a dit son directeur Daniel Goldin, avec le « droit d’être multiple(s) ». Et sans doute avec une façon de concevoir l’hospitalité qui, pour lui, est affaire de dialogue, de capacité de construire un espace avec l’autre. Arrivant à la Vasconcelos, il s’y est promené pendant des semaines avec son appareil photo pour mieux observer, et il a conversé avec celles et ceux qui s’y trouvaient. Comme ce transexuel qui utilise la bibliothèque comme refuge parce qu’il a perdu son travail dans un call center et qu’il est cinéphile. Au fil des jours, Goldin a pris la mesure de l’« extraordinaire diversité qui cohabite là sous la protection du livre, qu’ils lisent ou pas ».

6Quelque temps après son arrivée, à l’occasion de la semaine de l’Égalité des genres, il a lancé une « bibliothèque humaine » fondée sur l’idée que chacun a quelque chose à offrir, une histoire à raconter. On a pu y discuter avec des personnes de toutes orientations sexuelles, un père gay, une femme de culture mixe élevant seule ses enfants, etc2. Et comme le dit Ramón Salaberría qui travaille à ses côtés, « faciliter le dialogue entre des personnes qui ont peu de chances de se rencontrer ailleurs contribue à une lutte contre les préjugés que chacun a dans son sac ». Cela permet de découvrir que la réalité est bien plus ample qu’elle ne paraît. « Tout cela, c’est de l’or et c’est si facile de le faire briller », précise Goldin. « Ce qui m’émeut le plus, c’est de voir comment tout à coup les gens découvrent que leur propre vie a du sens, qu’elle a une valeur. Qu’ils ne sont pas un public, mais des acteurs, des sujets. »

7Dans une salle d’actualité, la Vasconcelos offre des biens culturels multiples sur le thème « Inclusion, diversité et égalité de genres ». Une collection thématique a été créée et un cycle de conversations avec le public proposé, en partenariat avec le Programme universitaire d’études de genre de l’Université autonome de Mexico (UNAM).

8« Je ne sais pas très bien pourquoi la bibliothèque est devenue gay friendly », dit son directeur. « Ce n’est pas seulement dû à ce que nous, nous avons fait. Je vois constamment des couples d’hommes et de femmes qui s’embrassent et beaucoup ne connaissent pas nos programmes sur les questions de genres. » Sans doute la bibliothèque envoie-t-elle des signaux qui en font un espace amical. Comme le fait que le personnel a vite été prié de laisser les couples, quels qu’ils soient, s’embrasser, ou de laisser en paix les gens qui s’endormaient. « J’ai parfois reçu des critiques, d’un monsieur qui m’a dit qu’un jour quelqu’un viendrait avec un pistolet pour tuer des gays. » Cela ne semble pas beaucoup l’émouvoir. Mais il ajoute : « Il faudrait, au-delà du gay friendly, commencer par parler de la violence contre les femmes. L’autre commence là. Et là, nous avons fait beaucoup. L’idée, c’est de ne pas faire une semaine spéciale de loin en loin, mais quelque chose au quotidien. »

  • 3 Jeanette Winterson, Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? Paris, Éd. de l’Olivier, 2012 (...)
  • 4 Ibid., p. 54.

9« Pour moi, les livres sont un foyer », écrit Jeanette Winterson dont les parents, membres d’une secte évangéliste, ont tout tenté pour qu’elle renonce à aimer des femmes, jusqu’à ce qu’elle s’enfuie. « À l'intérieur, vous découvrez un temps et un espace différents. Il s'en dégage aussi de la chaleur – comme un âtre. Je m'assois avec un livre et je n'ai plus froid. Je le sais depuis les nuits glacées passées dehors »3. Elle précise : « Une vie difficile a besoin d’un langage difficile – et c’est ce qu’offre la poésie. C’est ce que propose la littérature – un langage assez puissant pour la décrire. Ce n’est pas un lieu où se cacher. C’est un lieu de découverte »4F4.

10Pour avoir en leur cœur ces objets si souvent perçus comme un habitat, les bibliothèques ont, plus que tout autre lieu peut-être, vocation à ce que chacun s’y sente pleinement chez soi. Oserai-je ajouter : particulièrement si l’on est LGBT ? Car enfin, cette maison « culture », peut-être pourrait-on se souvenir qu’au cours des siècles, ce sont dans une large mesure des homosexuels et des bisexuels qui ont contribué à l’édifier. Faut-il rappeler quelques noms, de Shakespeare à Proust, Leonard de Vinci à Basquiat, Rimbaud à Tsvetaeva, Virginia Woolf à James Baldwin, Platon à Foucault ou Barthes, Greta Garbo à Jodie Foster, Diaghilev à Robert Wilson ou Lucinda Childs, Schubert à Janis Joplin ou Chavela Vargas… parmi des milliers et des milliers d’autres. Au point que si l’on supprimait de ses murs toutes les œuvres dont des LGBT ont été les auteurs ou les passeurs privilégiés, la maison culture se verrait bien fragilisée. Plus encore que les straights, ils ont su transformer leurs inquiétudes et leurs chagrins en idées et en beauté. Ils ont tout motif de se sentir chez eux et d’éprouver de la fierté.

Notes

1 Nicole Lapierre, Sauve qui peut la vie, Paris, Éditions du Seuil, 2015 (coll. La Librairie du xxie siècle), p. 247.

2 Voir la vidéo Biblioteca Humana en la Vasconcelos (2014) : < https://www.youtube.com/watch?v=AJjqW2N1r_I > et la présentation de l’initiative sur cette page du site web de la bibliothèque : < http://www.bibliotecavasconcelos.gob.mx/calendario/informacion_general_detalle.php?id=2424 >.

3 Jeanette Winterson, Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? Paris, Éd. de l’Olivier, 2012, p. 79.

4 Ibid., p. 54.

© Presses de l’enssib, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search