Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques Gay Friendly ?

 | 
Sophie Agié-Carré
, 
Légothèque

Annexe 2. Genèse de la commission Légothèque (ABF)

Texte intégral

La Légothèque tient un blog très riche, notamment en termes d’outils professionnels et de veille sur le sujet.

  • 1 Législation discriminatoire en vigueur depuis 1993 dans les forces armées des États-Unis vis-à-vis (...)

1C’est en juin 2011 que naît l’idée de la création d’un groupe travaillant sur les questions LGBTQ au sein de l’ABF. Il s’agissait au départ de réfléchir sur le rôle politique des bibliothèques et la façon dont ces dernières pouvaient prendre pleinement part dans les débats sociaux, à l’instar de ce qui se faisait alors aux États-Unis. Cette année-là, la conférence inaugurale de la puissante association américaine des bibliothèques (ALA) aborde l’abolition de la doctrine du “Don’t Ask, Don’t Tell”1 en insistant sur l’importance de poursuivre la lutte contre l’homophobie et sur la responsabilité des bibliothèques en la matière. En revenant du congrès de l'ALA (à la Nouvelle-Orléans), Raphaëlle Bats, conservatrice des bibliothèques et co-fondatrice de la commission, a tenu à regrouper des professionnel·le·s autour de cette question et a soumis l’idée de la création d’un groupe s'intéressant aux publics LGBT auprès de l’ABF qui, très vite, s’est ouvert sur la question plus générale de la construction de soi et de la lutte contre les stéréotypes. La lettre de présentation au bureau national expliquait cette décision en ces termes :

Bibliothécaires de divers établissements universitaires et municipaux, nous souhaitons organiser un groupe « bibliothèques, construction de soi et lutte contre les stéréotypes » au sein de l’Association des bibliothécaires de France.

En effet, si les missions des bibliothèques ne sont définies par aucun texte, elles ont clairement un rôle à jouer dans la libre diffusion de la culture et dans l’éducation. Pluralistes par essence, elles doivent privilégier la présence en leurs espaces de documents et d'animations qui peuvent amener le public à découvrir et s’ouvrir au monde qui l’entoure sous toutes ses formes, y compris celles qu’il côtoie le moins. La charte du Conseil supérieur des bibliothèques l’affirme : « La bibliothèque est un service public nécessaire à l’exercice de la démocratie. Elle doit assurer l’égalité d’accès à la lecture et aux sources documentaires pour permettre l’indépendance intellectuelle de chaque individu et contribuer au progrès de la société. »

Au-delà, les bibliothèques ont un rôle à jouer dans la construction de l’individu en lui donnant accès à des collections et des espaces en lesquels il peut interroger, construire et affirmer ce qu’il est, ce qu’il souhaite être, ce qu’il se pense être. Les bibliothèques peuvent favoriser la rencontre et l’expression de soi dans une société qui demeure inégale et indifférente à l’expression des publics dits minorisés.Ainsi, il nous semble que les questions liées au multiculturalisme, aux genres (rapports hommes/femmes mais aussi masculins/féminins mis en lumière notamment avec l'affaire des manuels de sciences de lavie et de la terre), à l’orientation sexuelle et sentimentale, sont des domaines qui nous permettent en tant que professionnel·le·s de repenser nos missions, nos services, et par là même nos espaces et l’accès à nos collections.

  • 2 Raphaëlle Bats, propos tenus à l’occasion d’une journée de formation organisée par la Médiathèque d (...)

2Il s’agissait de promouvoir l’image d’une bibliothèque non plus seulement ouverte et tolérante, mais aussi agissante, et de permettre la rencontre entre professionnel·le·s, les échanges de pratiques, la prise de position politique sur la liberté d’expression. L'un des objectifs principaux de la Légothèque demeure en effet de « fournir de l'information aux bibliothécaires pour les accompagner » dans la mission qui est la leur : offrir la possibilité d'une construction de soi, c'est-à-dire « d'une possibilité de remettre en question toutes nos certitudes »2.

  • 3 Michèle Petit, Chantal Balley, Raymonde Ladefroux, Isabelle Rossignol (collab.), De la bibliothèque (...)
  • 4 Ibid, p. 333.

3Parallèlement, une discussion entre les membres du groupe a permis d’identifier un nouveau nom pour le groupe à la suite d’une réflexion autour de la construction-déconstruction de soi et la lecture du livre De la bibliothèque au droit de cité3 dans lequel des jeunes expliquent combien la bibliothèque les a changé·e·s : selon l’un d’entre eux, Daoud, « il faudrait repenser la société comme une sorte de bibliothèque »4. C’est ainsi qu’a émergé la notion de Légothèque, ce nom étant à la fois un jeu de mots et un mot-valise autour du terme Légo, du nom du jeu de construction éponyme.

Notes

1 Législation discriminatoire en vigueur depuis 1993 dans les forces armées des États-Unis vis-à-vis des homosexuels ou bisexuels.

2 Raphaëlle Bats, propos tenus à l’occasion d’une journée de formation organisée par la Médiathèque d’Ille et Vilaine, en 2015.

3 Michèle Petit, Chantal Balley, Raymonde Ladefroux, Isabelle Rossignol (collab.), De la bibliothèque au droit de cité : parcours de jeunes, Paris, Bibliothèque publique d’information, Centre Georges-Pompidou, 1997.

4 Ibid, p. 333.

© Presses de l’enssib, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search