Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques Gay Friendly ?

 | 
Sophie Agié-Carré
, 
Légothèque

Chapitre 4. Présence LGBT dans les bibliothèques par pays

Texte intégral

Être bibliothécaire et servir les publics LGBT se réalise diversement selon les régions du monde, en fonction notamment des législations en vigueur. Notre corpus de neuf conférences donne un aperçu de ces différences à travers cinq zones géographiques : le Brésil, la Suède, le Tennessee (États- Unis), la Hongrie, l’Ouganda.

Cartographie des législations en vigueur (mai 2017)

Cartographie des législations en vigueur (mai 2017)

1http://ilga.org/​

Brésil

Brésil, par Eduardo da Silva Alentejo, extrait de la conférence n° 4, p. 139

2Fiche juridique :

3http://ilga.org/​downloads/​2017/​Charts_ILGA_French_Americas_2017.pdf

  • 1 Selon l’Association brésilienne lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (ABLGT), il y a au Brésil (...)
  • 2 Les références bibliographiques de ce texte se trouve à cette adresse : < http://library.ifla.org/1 (...)

4Dans le cadre du programme Brésil sans homophobie, les ONG ont renforcé la visibilité LGBT et développé les actions de discrimination positive dans le pays1. Parmi ces actions, on trouve la promotion des valeurs d’inclusion dans la sphère culturelle. Dans ce sens, cet article rend compte d’une enquête sur la manière dont les ONG brésiliennes ont contribué à développer ces valeurs dans les bibliothèques publiques2.

Contexte

5Dans les années 1990, la conjonction de la vulnérabilité sociale des homosexuels et de l’épidémie de sida a poussé l’État à s’impliquer dans des politiques sanitaires et sociales. Dans les années 2000, les actions politiques de la population LGBT ont permis d’ajouter à ces prérogatives de base les problèmes liés à la violence et à la discrimination. De là sont nées dans les sphères gouvernementale et sociale des politiques de visibilité, des actions de prophylaxie et de combat de l’homophobie (Conselho nacional de combate a discriminação, 2004). Le programme Brésil sans homophobie s’inscrit précisément dans cet engagement de l’État brésilien, dans un contexte de participation accrue des ONG LGBT à la politique nationale [Melo, 2013]. Son point central est la reconnaissance par l’État que les droits sexuels sont des droits humains [Silva et al., 2005]. Ce qui implique également la formation et l’intégration de personnes LGBT dans les projets culturels du pays (Associação Brasileira de Lésbicas, Gays, Bissexuais, Travestis e Transsexuais, [ABGLT], 2013). En 2003, le Brésil a proposé à l’ONU une résolution universelle contre la discrimination des personnes LGBT. Ce n’est qu’en 2011 que l’ONU a déclaré la « tolérance zéro » contre toute forme de discrimination ou de violence basée sur l’orientation sexuelle dans les pays membres.

6La première étape de cette recherche s’est attachée à identifier la progression de ce sujet dans les travaux déposés dans la Bibliothèque digitale de thèses et mémoires (BDTD). Travaux trouvés sur le programme Brésil sans homophobie depuis le début des années 2000 : de 2000 à 2004, aucun, mais de 2005 à 2013, nous en avons identifié dix-sept. Cette augmentation est liée à la visibilité des actions des ONG LGBT dans le pays durant la dernière décennie. Pourtant, nous n’avons pu identifier aucune recherche relative à la promotion des valeurs d’inclusion dans le cadre des bibliothèques. Nous avons donc mené une enquête.

Méthode

7Notre enquête nationale collecte les données qualitatives et quantitatives de 61 organisations LGBT, par le biais de questionnaires semi-directifs, ce qui a permis d’analyser le point de vue de ces organisations. L’analyse des réponses s'est faite en fonction de deux critères principaux : l’accès aux biens culturels et la promotion des valeurs d’inclusion dans les bibliothèques et au sein de la production bibliographique. La plupart des réponses rendent compte en priorité d’actions dans le système éducatif. Et des régions telles que Bahia, Rio de Janeiro et São Paulo ont inclus dans leurs réponses des actions de visibilité et d’accès à la culture, menées au travers d’institutions éducatives et culturelles telles que les bibliothèques publiques.

Résultats

8C’est dans les régions les plus développées, Sud-Est et Centre-Ouest, qu’il y a le plus grand nombre d’ONG LGBT (respectivement 23 et 21). Dans le Nord (3), Nord-Est (17) et le Sud (6), les ONG LGBT se sont montrées plus concernées par la lutte contre l’homophobie et l’inclusion des personnes LGBT dans le milieu scolaire. Toutefois, toutes les associations interrogées font état d’une forme de participation et de contribution des bibliothécaires et des bibliothèques publiques dans les capitales d’États. Les ONG LGBT interrogées ont déclaré que les bibliothèques publiques ont contribué à la promotion des citoyens LGBT de deux manières. Elles ont promu la participation de la population homosexuelle en ce qui concerne l’usage des collections en développement. Elles ont également soutenu des événements visant une meilleure visibilité des personnes LGBT. Avec pour conséquence le fait que les centres de documentation (gouvernementaux ou non) ainsi que les éditeurs ont développé leur offre pour étoffer les collections des bibliothèques, et répondre aux besoins des usagers LGBT dans les domaines de l’éducation, la culture, la santé, les droits humains et l’inclusion sociale.

9Selon Nunes [2007, 11], les bibliothèques publiques se revendiquent comme des diffuseurs de produits culturels pour toutes les tranches de la population, et elles agissent comme tels. Cela signifie que, si le contenu principal des bibliothèques reflète inévitablement le marché éditorial et le contenu idéologique dominant dans la société – le soi-disant « mainstream » (capitaliste, sexiste, consumériste, hétérosexuel) – le concept même de bibliothèque implique le rejet de toute censure et tend à créer des espaces pour les productions spécifiques et les manifestations culturelles des soi-disant cultures minoritaires.

10Dans le même ordre d’idée, une des discussions fait référence à de nouvelles compétences des bibliothécaires au Brésil. Elles apparaissent de plus en plus comme le principal moyen d’accès aux services des bibliothèques pour la population LGBT. De telles compétences devraient permettre aux bibliothécaires de travailler à une meilleure inclusion sociale des personnes LGBT dans cet univers de changement permanent. Il n’existe pas de données statistiques disponibles concernant les usagers LGBT. Il y a plus de mentions du programme Brésil sans homophobie. On peut signaler quelques points importants, comme l’augmentation du nombre de maisons d’édition pour le public LGBT et le développement de la visibilité LGBT en bibliothèque publique.

Les maisons d’édition qui s’adressent aux personnes LGBT

11Wexelbaum [2013] explique qu’avant Internet, aux États-Unis, les jeunes queers pouvaient découvrir la culture LGBT en se procurant des journaux gays ou lesbiens, que l’on trouvait habituellement dans des établissements « communautaires ». Selon l’auteur, « ces publications fournissaient des images et des histoires positives sur les personnes LGBT, et nous mettaient en relation avec des informations spécifiques aux LGBT, qui n’étaient pas toujours relayées par les médias traditionnels ». Tout comme aux États-Unis, les jeunes LGBT brésiliens pouvaient accéder à l’information dans différents journaux et magazines au sein de la communauté LGBT. La plupart de ces publications étaient accessibles dans des lieux où les personnes LGBT pouvaient se rencontrer, principalement des boîtes de nuit et des bars.

12Le premier journal LGBT national a commencé à paraître dans les années 1970, avec le célèbre premier Lampião da Esquina [Grupo Dignidade, 2010]. Il s’agissait d’une publication LGBT initiée en 1978, et qui cessa en 1981. À la fin des années 1980, d’autres journaux et magazines devinrent disponibles dans le commerce, comme O Grito de Alerta et Sui Generis Magazine, qui bénéficiaient d’une couverture nationale. Mais, à l’âge pré-Internet, la pandémie de sida et ses conséquences sociales ont sensibilisé les ONG et l’État brésilien, et ce, dans un nouveau climat de démocratie. Par conséquent, d’autres types de publication LGBT ont émergé sur la scène nationale. La plupart d’entre elles parlaient de la santé, des campagnes d’information sur la prévention du sida et des droits des citoyens LGBT. La fin des années 1990 a également vu l’émergence de maisons d’édition commerciales dans le pays. Dans ce contexte, des archives, centres de documentation et bibliothèques ont également vu le jour en plus grand nombre et se sont développés au sein des ONG LGBT.

13Des entités se sont également développées au sein des agences gouvernementales. Trois exemples peuvent être mis en avant : le site web ABGLT, qui fournit un accès complet à des publications scientifiques, aux travaux des instances du Congrès, et au recueil des lois qui traitent des personnes LGBT ; le centre de documentation du Grupo Dignidade dans le sud du pays ; et la bibliothèque développée par le Grupo Gay da Bahia qui comprend également dans ses collections les publications de cette association. Le plus grand nombre d’éditeurs commerciaux à destination du public LGBT se trouvent à São Paulo. L’éditeur GLS, par exemple, propose 61 titres de livres ; Escândalo Publishing en compte vingt, qui vont des travaux scientifiques aux histoires d’amour ; et Malagueta Publishing House dispose de treize titres pour les citoyennes lesbiennes. D’autres éditeurs ont également créé des labels destinés au public LGBT, comme le label Alethia de Brasiliense Publishing ou Contraluz chez Record Publishing. Si l’on se réfère aux réponses des ONG, 51 % déclarent que la contribution des éditeurs commerciaux au développement de collections pour le public LGBT est pauvre ; 48 % déclarent que cette contribution est régulière ; et les réponses déclarant que leur contribution est excellente ou inexistante totalisent 1 %. C’est important pour l’engagement politique des communautés d’ONG LGBT aux côtés des instances gouvernementales en faveur des droits humains au Brésil.

14Les ONG peuvent recevoir le soutien du secteur privé ou du gouvernement pour la publication de brochures, livres ou publications en série, dans les domaines culturel, éducatif ou scientifique. Ces publications sont destinées à être distribuées gratuitement au public LGBT. Par exemple, la Bibliographie sur la sexualité et l’orientation sexuelle produite par l’Université de Santa Catarina, éditée pour la formation des enseignants des écoles brésiliennes dans le domaine de l’orientation sexuelle. Ce travail a été sponsorisé par le Secrétariat spécial des politiques destinées aux femmes, ministère de l’Éducation (Brésil).

15D’autres exemples mentionnent le Grupo Gay da Bahia [2003], avec 29 titres destinés à la population LGBT. Le Grupo Gay da Bahia assure également depuis 1994 une publication en série qui tient à jour les données relatives à la violence contre les homosexuels au Brésil, intitulée Rapport annuel sur les morts d’homosexuels au Brésil. Il publie aussi le manuel Un gay futé ne dort pas avec l’ennemi. Ces deux publications sont disponibles sur le Web. La plus grosse partie des ressources bibliographiques destinées au public LGBT est produite par des ONG LGBT, qui mettent presque toujours ces ressources à disposition des citoyens gratuitement. Le gouvernement et les institutions privées sont généralement sponsors de ces actions.

Les bibliothèques publiques

16D’après les réponses des ONG, la participation et la contribution des bibliothèques publiques sont variées. Toutes deux sont plus concentrées dans les capitales, où l’on trouve les principaux objets.

Graphique 1. Participation et contribution des bibliothèques publiques brésiliennes à l’information concernant les questions LGBT

Graphique 1. Participation et contribution des bibliothèques publiques brésiliennes à l’information concernant les questions LGBT

17Les résultats montrent que les bibliothèques publiques ont un potentiel pour être des tribunes de promotion de l’inclusion culturelle des personnes LGBT. Les sujets qui regroupent les deuxièmes et troisièmes plus grands nombres de mentions suggèrent que l’accès à des collections dédiées pour les citoyens LGBT et les rencontres éducatives au sein de la bibliothèque sont importants pour faire apparaître les valeurs d’inclusion.

18De la même manière, la bibliothèque publique peut encourager la mise en œuvre d’événements publics dans ses murs, ou d’actions éducatives menées de concert avec les ONG et les écoles. Toutefois, la disponibilité de collections visant les LGBT et le soutien à la diffusion des événements organisés par les ONG sont moins cités que les sujets précédents, chacun ne représentant que 5 % des réponses. Pour 1 % des répondants seulement, la bibliothèque publique n’apporte aucune contribution. Dans ces perspectives, l’état de l’art et l’analyse des réponses obtenues auprès des ONG nous permettent de mettre en avant les initiatives qui suivent.

19La bibliothèque de l’Associação Brasileira Interdisciplinar de AIDS (ABIA, Association interdisciplinaire brésilienne du sida) possède un catalogue en ligne dédié aux ressources bibliographiques et visuelles sur les thématiques LGBT. L’ABIA [2007] est également une maison d’édition, qui propose des livres, vidéos, posters, newsletters, ainsi que ses travaux et rapports. L’ABIA est une organisation non gouvernementale et à but non lucratif. Depuis sa fondation, l’ABIA mobilise la société pour une meilleure prise en charge de l’épidémie de sida/VIH au Brésil. Elle milite également pour l’accès aux traitements et aux soins, et pour les droits humains des personnes atteintes du VIH et du sida. Dans ce sens, l’ABIA a travaillé au cours des années au contrôle des politiques publiques, à l’élaboration de projets d’éducation et de prévention du sida/VIH, et à l’accès à l’information sur la diversité sexuelle et les droits humains LGBT. Cette institution publie des newsletters, des sondages et des brochures d’information. Le centre de documentation et sa bibliothèque ont été créés en 1991. Ils rassemblent des ressources publiées et émises par l’ABIA, ainsi que des livres, thèses, vidéos, articles de journaux et autres ressources éducatives, ce qui en fait l’un des plus grands centres d’information LGBT ouverts au grand public du pays. Tous les contenus peuvent être consultés sur le catalogue en ligne.

20En ce qui concerne les bibliothèques publiques de la ville, les recommandations suivantes devaient commencer à s’appliquer en 2014 : introduction d’ateliers réguliers, d’espaces d’interaction sociale et d’accès à des biens culturels dans le but de créer des médias critiques, de collections de livres et autres médias sur les problématiques de la diversité sexuelle, du genre et de l’identité de genre. Ces recommandations impliquent également la formation des bibliothécaires au commentaire de livres et vidéos, ainsi qu’à l’excellence dans les services destinés aux personnes LGBT.

Discussion

21Le rôle émergent du mouvement LGBT a été problématisé en référence à la sexualité comme droit humain. Plus spécifiquement, la thématique LGBT a été examinée dans l’agenda de l’éducation et dans les revendications de politiques sociales et éducatives développées en partenariat avec l’État et les ONG. Parmi les plans et les programmes formalisés, on trouve : le Programme national des droits humains, les paramètres nationaux pour le cursus éducatif et enfin, le programme Brésil sans homophobie. Malgré des progrès considérables dans les domaines de l’inclusion et de la promotion des valeurs sociales, la population LGBT doit encore faire face à des défis majeurs.

22La violence, les préjugés et la limitation des droits civiques des personnes LGBT constituent toujours des barrières en ce qui concerne l’accès à la justice, au marché du travail et à l’héritage culturel de la nation. Toutefois, le programme Brésil sans homophobie est récent, et il est totalement centré sur la base éducative du pays. Ainsi, on peut prédire que sur le long terme, le système éducatif va former une société plus tolérante et amicale, ouverte à une coexistence pacifique avec la population LGBT. Dans ce processus, les bibliothèques publiques du Brésil pourraient devenir des exemples de contribution à l’éducation et à la tolérance de l’ensemble de la société, et promouvoir la visibilité et l’inclusion des LGBT.

23Les résultats de cette recherche montrent que les changements ne sont pas encore suffisants pour généraliser les effets des actions du mouvement LGBT dans le pays tout entier. Mais dans le contexte démocratique, ce processus est progressif et irréversible.

Conclusions

24Cette recherche arrive à la conclusion que le pouvoir et la communauté des organisations LGBT ont sensibilisé les bibliothèques publiques à de nouvelles approches contre l’homophobie. Elles ont également travaillé main dans la main avec d’autres institutions éducatives et culturelles. Dans ce contexte, les valeurs d’inclusion culturelle et éducative de la communauté LGBT sont plus représentées dans le pays. Les résultats principaux de telles actions en termes d’accès aux bibliothèques par les personnes LGBT ne sont qu’un début. Dans les régions du nord et du sud du Brésil, les objectifs organisationnels LGBT restent centrés sur une première éducation contre l’homophobie. Toutefois, les ONG LGBT ont souvent fait la promotion de la visibilité LGBT lors d’événements culturels soutenus par le Gouvernement et des institutions privées, dans tout le pays. Pour cette raison, les universités, les entreprises, l’État et les municipalités, les centres de documentation, centres culturels et bibliothèques publiques sont devenus les sources majeures de la diffusion et de la mise en œuvre des événements et actions pour la visibilité LGBT.

25Du point de vue des ONG LGBT, cette recherche indique qu’il y a un effort intense basé sur la coopération et l’inclusion de politiques positives, en lien avec l’État démocratique brésilien. Dans le contexte de changement que connaissent les bibliothèques publiques, la plupart des ONG LGBT considèrent comme nécessaire d’établir des liens plus proches avec les représentants des bibliothécaires pour promouvoir des actions culturelles contre l’homophobie à l’intérieur des bibliothèques publiques. En retour, les résultats obtenus par le questionnaire montrent que les bibliothèques publiques du pays ont témoigné d’un intérêt similaire. À l’heure actuelle, cette recherche se développe pour analyser le point de vue des bibliothèques dans les villes principales du pays, et pour identifier le rôle des ONG dans le contexte de l’inclusion culturelle des personnes LGBT.

Suède

Suède, par Christer Edeholt et Maria Lindgren, extrait de la conférence n° 3, p. 138

Graphique 2. Situation juridique et politique en Suède au 31 décembre 2016

Graphique 2. Situation juridique et politique en Suède au 31 décembre 2016

26Fiche juridique :

27< https://www.ilga-europe.org/​sites/​default/​files/​2017/​sweden.pdf >.

28En janvier 2012, nous avons décidé de nous engager pleinement pour les questions LGBTQ au sein de la bibliothèque publique d’Umeå. Nous allons vous parler un petit peu de la situation des personnes LGBTQ, pourquoi nous avons lancé cette initiative et surtout, comment nous, à la bibliothèque publique d’Umeå avons travaillé avec la Bibliothèque arc-en-ciel en ligne et sur Facebook, mais aussi avec l’Étagère arc-en-ciel. Nous présenterons également le réseau national pour les questions LGBTQ au sein de l’Association des bibliothèques suédoises, lancé cette même année.

Contexte

« Il est essentiel pour chaque être humain d’avoir un sentiment d’appartenance à une société, et se sentir à la maison. C’est d’autant plus important lorsque vous appartenez à une minorité ou une culture alternative. Nous vivons une période excitante. La perspective hétéro-normative, jusqu’ici dominante, est à présent questionnée. Des lois sont promulguées, rendant ainsi le choix de la personne avec qui l’on souhaite vivre, non important. Dans certaines couches de la société, il n’est plus pertinent de penser que chacun est hétérosexuel : les groupes LGBTQ deviennent un mouvement d’importance capitale. Pourtant, nous vivons dans une société qui considère l’hétérosexualité comme la norme, où beaucoup d’entre nous ne sont pas appréciés pour ce que nous sommes. Pour parvenir à l’égalité au sein de notre société, il faut se battre pour les droits de tous au même moment. Tant qu’il y aura, au sein de notre société, des gens qui ne sont pas considérés comme des citoyens de valeur, la perspective que nous avons d’une vraie société démocratique sera erronée », Riksförbundet för homosexuellas, bisexuellas, transpersoners och queeras rättigheter (RFSL, Fondation suédoise pour les droits LGBTQ).

29Les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres en Suède sont considérés comme les plus progressistes d’Europe et du monde. Les relations sexuelles entre personnes de même sexe ont été légalisées en 1944, et l’homosexualité n’est plus considérée comme une maladie mentale depuis 1979. En 2009, la Suède est devenue le 7e pays au monde à légaliser le mariage entre personnes de même sexe, dans tout le pays. La discrimination en raison de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre ou de l’expression d’un genre, est bannie depuis 1987. L’Equality Ombusdman (en suédois Diskrimineringsombudsmannen [DO]) est l’autorité gouvernementale qui combat l’homophobie et la discrimination en raison de l’orientation sexuelle. Le DO se bat également contre les discriminations sur la base du genre et de l’identité (identité de genre incluse). De plus, depuis 2003, les couples gays et lesbiens peuvent adopter des enfants ; les couples lesbiens ont un accès identique aux couples hétérosexuels à la fécondation in vitro et l’insémination assistée, et ce depuis 2005. La Suède a été reconnue comme l’un des pays les plus socio-libéraux en Europe et dans le monde.

30Notre ville d’Umeå a une fois eu le titre de ville la plus gay friendly d’Europe. C’était il y a quelques années déjà et pourtant, on observe très peu de couples de personnes du même sexe marcher main dans la main ou s’embrasser dans les rues d’Umeå. Plus particulièrement au nord de la Suède, les questions LGBTQ sont passées sous silence, et les personnes LGBTQ sont pratiquement invisibles. Les lesbiennes, gays ou transgenres déménagent souvent dans des villes plus grandes, comme Stockholm. Cela s’explique peut-être parce qu’il est plus confortable et rassurant de vivre dans l’anonymat d’une grande ville, et surtout, il est plus facile de faire des rencontres LGBTQ. Un sondage auprès de jeunes suédois montrait que beaucoup de leurs amis avaient une attitude négative envers les homosexuels. Les mots gay et lesbien sont souvent utilisés de façon abusive. Être une personne LGBTQ implique souvent une certaine invisibilité. Évoluer dans un environnement où ce que vous êtes est constamment dénigré est forcément destructeur.

Les personnes LGBTQ à la bibliothèque

31Il est évident qu’à la bibliothèque, tout le monde devrait se sentir accueilli ; mais en tentant d’accueillir tout le monde, la normalité est souvent mise en avant, et tout le monde ne se reconnaît pas forcément dans cette dernière. À titre d’exemple, lorsque la bibliothèque fait une table de présentation à l’occasion de la Saint-Valentin, et que tous les livres parlent uniquement d’amours hétérosexuelles, non seulement c’est un peu inintéressant pour les non-hétérosexuels, mais cela peut également être perçu comme non-accueillant. L’amour non hétérosexuel et les personnes LGBTQ deviennent alors invisibles. Il est indispensable d’acquérir des histoires et mots pour définir ce que l’on est, et pouvoir s’identifier via ces derniers. C’est particulièrement important pour les personnes LGBTQ de trouver des modèles à suivre, des histoires qui vous confortent dans le droit à être ce que vous voulez, ou à le devenir. L’auteur suédois, Jonas Gardell, dans son livre N’essuie jamais de larmes sans gants, décrit les processus de recherche d’information et d’histoires traitant de l’homosexualité, dans les années silencieuses, les années 1980 :

  • 3 Arvika est un petit village de Suède.

« Si tu étais gay, jeune, dérouté, et voulais trouver une information, même la plus petite, à laquelle t’identifier, tu devais te faufiler à la bibliothèque d’Arvika3. Puis, une fois sûr que personne ne t’avais repéré, tu pouvais alors chercher dans les livres des étagères de « Médecine », la confirmation de ton existence. Quand, assis là, le cœur battant, tentant d’en apprendre plus sur toi-même, lisant les mots « morbide » et « déviant », lisant les mots « corrompu » et « pervers », lisant les mots « vicieux », « anormal », « dégoûtant », « non désiré » ; tu accueillais ces mots, parce qu’au moins, ils confirmaient ton existence et celle d’autres comme toi. »

La Bibliothèque arc-en-ciel

32La bibliothèque d’Umeå a lancé la Bibliothèque arc-en-ciel en 2012, parce que nous souhaitons travailler à l’inclusion des personnes LGBTQ, combattre les discriminations, l’homophobie et la transphobie. Mettre en lumière les Queers élargit les perspectives, et ainsi, donne une valeur supplémentaire à notre bibliothèque. La Bibliothèque arc-en-ciel est un concept qui regroupe un site web, une page Facebook, un programme d’activités ainsi que l’Étagère arc-en-ciel.

L’Étagère arc-en-ciel

33Lorsque nous avons décidé de prendre en compte les questions LGBTQ à la bibliothèque d’Umeå, nous avons senti qu’il fallait avoir une étagère dédiée, qui mettrait en avant la littérature LGBTQ. L’étagère devrait être un marqueur positif dans la bibliothèque. Une étagère où, quiconque intéressé, pourrait trouver des documents divers traitant des questions LGBTQ. Lors de l’inauguration de l’Étagère arc-en-ciel en 2012, nous avons reçu beaucoup de saluts et bons vœux du monde entier. Par exemple, l’auteur Håkan Lindqvist nous a écrit ceci :

« Découvrir des histoires à propos de quelqu’un qui a trouvé quelque chose que moi-même je cherchais est une certaine forme de chance. Je trouve les histoires par hasard, et d’autres fois, quelqu’un me suggère de lire ce livre en particulier, ou regarder plus précisément telle étagère. Peut-être que l’histoire devient un repère pour moi, pour les étapes que je suis prêt à subir ou pour être aidé quand je suis face à un choix, qu’il soit grand ou petit. Il y a une certaine forme de bonheur à se reconnaître dans une histoire, se sentir impliqué dedans, réaliser que je ne suis pas le seul à avoir ce rêve. »

34Un grand nombre des saluts que nous avons reçus pour l’Étagère arc-en-ciel donne un sentiment, et même peut-être une réponse à la question, pourquoi devrions-nous travailler sur l’inclusion des personnes LGBTQ ?, et l’importance de mettre en avant les livres mais aussi les autres documents traitant des personnes LGBTQ. L’étagère double la place des médias LGBTQ par rapport à leur étagère habituelle. Nous pensons qu’il est important d’avoir les médias LGBTQ sur l’Étagère arc-en-ciel et sur leur étagère habituelle ; pour éviter ainsi les discriminations mais aussi atteindre tous les emprunteurs potentiels. L’Étagère arc-en-ciel ne devrait pas vider le reste de la bibliothèque des médias LGBTQ. L’étagère est considérée comme un complément avec des exemplaires doubles. Nous essayons d’avoir un mélange entre histoires positives et d’autres plus difficiles. Nous voulons que l’étagère donne des sentiments positifs, pleins de joie, mais sans mettre de côté les problèmes qui existent. L’étagère contient des livres en anglais et en suédois. Nous recevons des suggestions d’achat par la page Facebook et le site web.

35Sur l’étagère, nous proposons tous types de documents : albums, romans et nouvelles pour enfants, biographies, livrets en différentes langues, romans, films, livres audio, poésie, livres cartonnés, littérature pour adolescents, magazines, etc.

36Les cibles principales de l’étagère sont les jeunes adultes LGBTQ, ainsi que les enfants issus de familles LGBTQ. Mais évidemment, nous espérons que l’étagère intéressera beaucoup de visiteurs curieux. Cela élèvera également le niveau général de connaissance et la qualité culturelle des personnes en dehors de ses cibles premières. Il y a un grand nombre de pays dans le monde où il est illégal d’avoir une Étagère arc-en-ciel dans une bibliothèque. Pour cette raison, nous pensons qu’il est encore plus important d’avoir cette étagère et montrer que le combat pour les droits humains vaut la peine.

Jimmy Sommerville, chanteur des Bronski Beat et activiste gay, nous a envoyé ces mots : « Waouh ! Comme je me rappelle quand je cherchais un rayonnage qui me donnerait la possibilité de m’éduquer, m’amuser, m’informer ou rassurer ce Small Town Boy ! Savoir qu’il y a une étagère qui a été créée et qui attend, invite et se tient fière, pour tout un chacun qui a besoin de ses merveilles. Whooooooo ! Allez, whoooooooo : Très fort !! Hehe. »

37Lors de l’inauguration en 2012, nous avons fait de notre mieux pour en faire la promotion. Nous avons envoyé des dossiers de presse et lancé des invitations. Un acteur a lu les mots reçus, il y avait de la musique et du théâtre. Le président de la RFSL ainsi que le directeur de notre bibliothèque ont tous deux prononcé un discours. L’étagère s’est dévoilée sous les encouragements, ballons et roulements de tambours. Nous avons aussi imprimé des marque-pages identifiés à installer dans l’étagère, et certains ont été envoyés dans des écoles et dans d’autres bibliothèques. Jack Van Der Wiel, manager de l’IHLIA nous a écrit ces mots :

« J’ai foi en l’idée que l’Étagère arc-en-ciel sera un outil important pour rendre les livres, films et magazines avec des contenus LGBTQ plus visibles au public habituel de la bibliothèque. À la bibliothèque publique d’Amsterdam, nous avons une “étagère rose”. Cette dernière répond clairement à un besoin des personnes LGBTQ, les jeunes et le public en général. Une visibilité de la vie LGBT est nécessaire pour développer des comportements d’acceptation envers les personnes LGBT. Les bibliothèques publiques ont un grand rôle à jouer pour atteindre cet objectif. Meilleurs vœux ! »

38L’Étagère arc-en-ciel, à la bibliothèque d’Umeå, est une réussite. Environ 30 % de l’ensemble des documents est systématiquement emprunté. Il y a souvent des gens autour de l’étagère, regardant les magazines et livres. Nous avons beaucoup de commentaires positifs de nos usagers. Beaucoup de bibliothèques en Suède ont montré de l’intérêt pour notre travail et créé leurs propres étagères arc-en-ciel. Cela fait du bien d’être copié !

Pour nous suivre

39La Bibliothèque arc-en-ciel sur notre site web : nous recensons les événements, critiques, articles et autres contenus LGBTQ sur notre site « l’Étagère arc-en-ciel ». Les LGBTQ sont visibles à la fois sur le site général et sur celui de l’Étagère arc-en-ciel.

40L’Étagère arc-en-ciel sur Facebook : nous avons aussi une page Facebook pour l’Étagère arc-en-ciel. Nous postons des informations sur l’Étagère arc-en-ciel, partageons des conseils et communiquons avec nos usagers. Nous recevons, ici également, des suggestions d’achats de nos usagers.

Actions culturelles

41Les questions LGBTQ font partie de notre programmation régulière d’activités à la bibliothèque. Par exemple, nous avons eu des temps d’histoires arc-en-ciel pour les enfants, une conférence sur le mariage entre personnes du même sexe et une conférence sur le projet Queerin Sápmi. Nous avons apprécié la visite de l’auteur Mian Lodalen, qui est venue nous parler de Tiger, son autobiographie, où elle raconte son enfance à grandir en tant que lesbienne dans une petite ville du sud de la Suède.

42La photographe Elisabeth Ohlson Wallin est venue parler de ses projets et a exposé ses photos. Dans son travail, elle montre souvent des portraits de personnes LGBTQ. Elle est principalement connue pour son exposition Ecce Homo, qui montrait Jésus entouré d’homosexuels et de personnes transgenres. Une autre fois, nous avons eu une conférence suivie d’un film : la réalisatrice Josefine Tenglab a parlé de la réalisation du film Kiss Me, puis le film a ensuite été projeté. Cet été, nous avons accueilli l’exposition Blondes and Brunettes à la bibliothèque : une collection de portraits de personnes transgenres, par la photographe Kerstin Ekström. L’exposition veut nous rappeler les droits de chacun à choisir sa propre vie. Nous avons aussi eu une conférence sur la vie de la poétesse suédoise, Karin Boye, qui était lesbienne ; certains de ses poèmes ont été chantés par une chanteuse.

Partenaires

43Nous avons construit des partenariats avec des groupes qui travaillent sur les questions LGBTQ à Umeå : RFSL, la fondation suédoise pour les droits LGBTQ ; l’association transgenre Full Personality Expression Sweden (FPES, Expression totale de personnalité en Suède), The Queer Administration d’Umeå, un groupe culturel. Nous organisons des activités durant l’Umeå Pride, et même toute l’année.

Le réseau de l’Association des bibliothèques suédoises pour les questions LGBTQ en bibliothèque

44En janvier 2012, nous avons lancé un réseau pour les questions LGBTQ au sein de l’association des bibliothèques suédoises. Nous nous rencontrons une fois par an et comptons aujourd’hui 45 membres, issus de différentes bibliothèques en Suède. Tous les membres de l’association des bibliothèques suédoises sont les bienvenus pour venir échanger sur les questions LGBTQ. Le réseau veut faire monter en compétence les bibliothèques sur les questions LGBTQ et discuter de l’inclusion des LGBTQ au sein des bibliothèques. La bibliothèque devrait pouvoir montrer que tout le monde est vraiment bienvenu et inclus. Particulièrement les jeunes LGBTQ et ceux qui, pour différentes raisons, cachent leur sexualité, ont besoin de ressentir le support de la communauté. Le réseau travaillera également avec des bibliothèques d’autres pays, peut-être plus particulièrement dans les pays où les LGBTQ sont oppressés, discriminés, censurés et autres interdictions. Le réseau est en marche pour faire l’affaire de tous, public et équipes, le droit de se sentir accueilli et inclus à la bibliothèque, quels que soient sa sexualité ou son genre perçu. Ainsi, ceux qui vivent en dehors de la norme hétérosexuelle pourront être comptés comme un groupe désavantagé, il est certain que la bibliothèque a des responsabilités à prendre et travaille à une inclusion évidente. Cela fait partie des missions de l’éducation populaire, de la promotion de la culture et de la démocratie, de travailler pour que chacun soit de même valeur et combattre les préjudices et discriminations.

45La présidente du RFSL, Ulrika Westerlund, a envoyé ces mots :

« Quelle initiative formidable que cette Étagère arc-en-ciel ! J’ai vu beaucoup d’étagères arc-en-ciel ces dernières années, mais elles sont souvent temporaires, pendant une certaine semaine. En mettant à disposition une étagère permanente, vous montrez que les vies et expériences des personnes LGBTQ ne sont pas des éléments qui devraient être visibles seulement pendant un temps spécifique, mais toute l’année. »

46Nous avons choisi de travailler comme cela. Bien sûr, il y a différents moyens de parler de ces sujets dans les bibliothèques. La clé n’est peut-être pas ce que vous faites, mais surtout de faire quelque chose.

Tennessee (États-Unis)

Tennessee, par Bharat Mehra et LaVerne Gray, extrait de la conférence n° 7, p. 142

47Fiche juridique :

48< https://ilga.org/​lawmakers-back-away-from-don-t-say-gay-bill/​ >.

49Ces dernières années, l'État du Tennessee a acquis une réputation nationale désastreuse en raison de son climat délétère sur les questions liées au genre et au sexe [Mehra, 2011 ; Mehra et Braquet, sous presse ; Mehra et Braquet, 2011 ; Mehra et Braquet, 2007a, 2007b ; Mehra et Braquet, 2006], en particulier si l'on pense à l'infâme projet de loi “Don't say gay” (« Ne parlez pas d'homosexualité »). Ce projet est heureusement mort une deuxième fois quand les législateurs d'État ont échoué à faire passer cette mesure qui visait à interdire aux instituteurs et aux enseignants en collège d'évoquer des relations sexuelles non « liées à la reproduction naturelle » [Ford, 2013 ; McDonough, 2013 ; Staff Reports, 2013]4.

Le contexte de la honte LGBTQ au Tennessee

50Historiquement, la négation de l'égalité des droits, une non-représentation équitable, des discriminations et préjudices institutionnalisés sont une violation des droits humains [Clapham 2007 ; Hunt, 2008]. La politique, la culture, la société et les médias ont récemment mis au premier plan des questions de droits humains les expériences des personnes LGBTQ, au niveau local, régional, national et international [Benoît, 2013 ; Faucheux, 2003]. Par exemple, le 6 décembre 2011, la Secrétaire d'État Hillary Clinton a fait faire un pas de géant aux États-Unis en déclarant au siège des Nations Unies (Genève, Suisse), que la violence ou la discrimination des personnes en raison de leur orientation sexuelle était « une violation des droits humains » [The Huffington Post, 2011].

51Dans le même esprit, le Président Obama a reconnu que les droits lesbiens, gays, bis ou transgenres sont des droits humains, et son administration a traduit cette affirmation par des actions concrètes (pour donner quelques exemples : une justice sûre pour tous sous l'égide du Hate Crimes Prevention Act (Loi sur la prévention des crimes haineux), la cessation de la politique inhumaine du “Don't ask, don't tell” (« Ne pas demander, ne pas dire ») dans l'armée, des efforts pour mettre fin aux discriminations fondées sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre pour l'accès au logement, des droits de visite étendus dans les hôpitaux pour les personnes LGBT et leurs proches, l'impossibilité pour les compagnies d'assurance de refuser de couvrir une personne uniquement parce qu'elle est LGBT sous l'égide du Affordable Care Act (Loi sur l'accessibilité des soins) : cela permet de mettre sur un pied d'égalité les personnes LGBT, tout en continuant « avec la communauté internationale de promouvoir et protéger les droits des personnes LGBT partout dans le monde » [Obama, 2012].

52Cependant, une telle unanimité nationale et internationale en faveur d'évolutions progressistes pour les personnes LGBTQ aux États-Unis ne s'est pas traduite positivement sur l’ensemble du territoire. Au Tennessee, en plus des tentatives déjà évoquées pour interdire le vocabulaire LGBTQ dans les écoles, certains législateurs d’État ont employé le harcèlement et la menace pour empêcher la diffusion d'informations LGBTQ à l'Université de Tennessee-Knoxville, fleuron de l'éducation supérieure de l'État, qui a pour but de « réaliser pleinement son potentiel d'être l'une des meilleures Universités de recherche du pays », comme il est écrit dans Vol Vision 2015: Pursuit of the Top 25 (Université du Tennessee, n. d.).

53Au printemps 2014, des législateurs d’État du Tennessee ont failli faire passer une série de lois dans l'État qui auraient pu totalement interdire à l'Université du Tennessee d'accueillir des orateurs et changer la répartition des subventions allouées aux associations étudiantes [Kingkade, 2014]. Ces lois avaient été conçues à la suite de la Sex Week de l'Université de Tennessee-Knoxville – organisée et financée par les étudiants – que les législateurs d’État trouvaient inappropriée pour des étudiants. « Si les organisateurs de cette chose veulent cet événement, qu'ils le fassent en dehors du campus », proclama au Chattanooga Times Free Press le législateur d’État républicain Richard Floyd (Chattanooga), le premier promoteur de la proposition de loi, avant d'ajouter « Ils peuvent aller hors du campus, dans un champ avec des moutons si ça leur chante, et faire toute la Sex Week qui leur plaît » [Sher, 2014].

54Malgré ces agressions verbales, la Sex Week eut lieu pendant une semaine entière en mars 2014, et proposa des conférences sur la santé des femmes, les relations sexuelles, la sexualité, les questions LGBTQ, la hook-up culture (culture du sexe pour le sexe), les violences sexuelles, ainsi que des ateliers de cuisine, des scènes de slam, des spectacles de travestis et une « Cérémonie sexy de remise des Oscars ». Plus de 4 000 personnes avaient assisté à l'événement en 2013, alors que des menaces et des propos hostiles similaires de la part de législateurs d’État avaient conduit l'Université de Tennessee-Knoxville à retirer une partie du financement à l'événement ; des dons privés avaient été réunis au dernier moment pour permettre de boucler le budget. Suite à de nombreuses tractations secrètes et des courriers envoyés par le Président de l'Université de Tennessee-Knoxville, Joe DiPietro, et plusieurs personnels des facultés, aux sénateurs Dolores Gresham (Somerville) et Mike Bell (Riceville), ainsi qu'à d'autres législateurs de renom, les projets de loi ont été finalement retoqués. En effet, il semble qu'un accord ait été trouvé avec les administrateurs de l'Université, car les étudiants pouvaient refuser de payer les frais d’événements potentiellement controversés. Le Président DiPietro a souligné que l'Université n'avait pas la légitimité constitutionnelle pour empêcher la Sex Week, et a ajouté « Nos actions seront toujours soumises au respect de la liberté d'expression, affirmée dans le Premier Amendement ».

Les bibliothèques comme lieux de résistance

55Quand la négation des droits humains se situe à un niveau politique, avec l'implication d'élus qui ciblent systématiquement des groupes précis et exercent des pressions pour faire passer des lois légitimant et légalisant la pudibonderie et l'intolérance envers des personnes déjà privées d'une partie de leurs droits [Hedges, 2008], les conséquences sont dramatiques et comparables à des « crimes de guerres » en temps de paix [Evans, 2006]. En effet, les législateurs d’État se livrent à des manœuvres d'intimidation pour faire passer des lois archaïques et répressives qui marginalisent des groupes particuliers, en s'appuyant sur des réserves de voix conservatrices ; de plus, leurs ambitions politiques nationales sont une menace pour le déroulement même de la démocratie, car ils encouragent la marginalisation de groupes spécifiques pour servir leur carrière personnelle [Alexander, 2012]. En outre, ces législateurs d’État font du chantage aux institutions d'éducation et aux centres d'enseignement supérieur, les menaçant de couper leurs subventions s'ils prennent comme sujets d'étude des questions ou des thèmes qui ne seraient pas en phase avec leur système de pensée conservateur : ce chantage constitue une attaque qui peut même être une agression criminelle contre la liberté intellectuelle et le Premier Amendement de la Déclaration des droits qui interdit toute loi restreignant la liberté d'expression [Abrams, 2006 ; Jasper, 1999]. Pourquoi ces tentatives d'ébranlement de la démocratie [Morey, 2013] ne sont-elles pas considérées comme un problème de sécurité intérieure, si leur conséquence est que des personnes appartenant à certains groupes sont dans l'insécurité chez elles, alors qu'en tant que citoyen·ne·s d'un pays libre, elles devraient pouvoir attendre sécurité, bien-être et égalité des droits comme les autres ? [Gonzales, 2013].

56Toni Samek [2007] va à l'encontre de l'idée que les bibliothèques devraient rester neutres face à de telles attaques contre les droits humains, sur la planète et sur le sol sacré des États-Unis d'Amérique, et plaide pour des bibliothèques plus proactives, promouvant la contestation sociale et des changements progressistes pour l'ensemble de la communauté. Au cours de leur histoire, les bibliothèques, bien que limitées dans leurs moyens d'action, ont joué un rôle positif et exemplaire de protection des droits humains contre les forces hégémoniques du contrôle, de la domination, et de la contrainte exercées par le pouvoir politique [Jaeger, Gorham, Bertot, et Sarin, 2014].

57Par exemple, les professionnels des bibliothèques ont su tirer des enseignements de l'Histoire quant à leur rôle de protection des droits humains, y compris pendant des périodes où les gouvernements supprimèrent des libertés civiles : la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, les premières années de la guerre froide et le Maccarthysme, la fin de la guerre froide, et ont eu cette même attitude face au Patriot Act, Loi patriote de 2001 (Uniting and Strengthening America by Providing Appropriate Tools Required to Intercept and Obstruct Terrorism Act, Loi pour unir et renforcer l'Amérique en la dotant d'outils appropriés nécessaires pour entraver et empêcher les actes de terrorisme) après les attaques terroristes contre le World Trade Center et leurs conséquences, la plus grande intrusion du gouvernement dans plusieurs aspects de la vie quotidienne, comme la fréquentation des bibliothèques [Starr, 2004].

58En s'adaptant à un contexte évolutif au fil des années, l'ALA [2003] préconisa une réponse au Patriot Act qui comporta 3 points :

  1. apprendre à se conformer au Patriot Act, en ayant conscience des dangers inhérents contre la liberté de pensée, et mettre en œuvre des politiques d'archivage de documents concernant la vie privée des usagers ;
  2. travailler avec d'autres organisations désireuses de protéger les droits civils de liberté de recherche et d'expression ;
  3. obtenir et rendre publiques les informations sur la surveillance des bibliothèques et de leurs usagers par les organismes d'application de la loi.

59De plus, l'ALA a mis au point une série de réponses et d'aides à destination des établissements locaux pour faire face aux problèmes qui peuvent se poser dans l'activité quotidienne des bibliothèques [Bureau de l'ALA pour la liberté de penser, 2004]. Ces mesures individuelles prises par les bibliothèques peuvent être la destruction quotidienne des logs d'accès à Internet, l'affichage clair du non-respect de la vie privée dans l'utilisation des outils de la bibliothèque, proposer des ateliers aux usagers sur ces questions, ne pas fournir aux organismes d'application de la loi des informations sur les usagers et leur usage d'Internet, et développer une formation du personnel adaptée [Estabrook, 2003 ; Sanchez, 2003].

60Avec Internet, le rôle potentiel des bibliothèques comme espace virtuel de résistance civique à la bigoterie politique et religieuse s'est considérablement renforcé [Lees, 1997 ; Lim, 2002]. Les technologies utilisées par les bibliothèques 2.0 (c'est-à-dire les blogs, les wikis, les réseaux sociaux, etc.) leur permettent d'être connectées à leurs usagers de façon novatrice ; une meilleure communication, une meilleure information donnent lieu à des échanges d'idées, des dialogues et des débats ; les usagers peuvent interagir socialement entre eux ; et les citoyen·ne·s sont plus facilement impliqué·e·s dans un processus progressif de démocratisation [Casey et Savastinuk, 2007 ; Courtney, 2007]. Y a-t-il des leçons de l'activisme passé des bibliothécaires quant à l'usage d'Internet dont les bibliothécaires du Tennessee pourraient s'inspirer pour résister aux pressions politiques de certains législateurs d’État ?

Hongrie

Hongrie, par Noemi Somorjai, extrait de la conférence n° 6, p. 141

Graphique 3. Situation juridique et politique en Hongrie au 31 décembre 2016

Graphique 3. Situation juridique et politique en Hongrie au 31 décembre 2016

61Fiche juridique :

62< https://www.ilga-europe.org/​sites/​default/​files/​2017/​hungary.pdf >.

63La situation en Hongrie évolue doucement vers l’acceptation du droit à l’union civile des personnes LGBT, mais la discussion est toujours ouverte concernant l’aide à apporter aux enfants et adolescents qui deviendront des adultes LGBT. Il existe peu de ressources concernant les minorités, comme les personnes LGBT, dans les bibliothèques hongroises5.

64En tant que bibliothécaire travaillant dans une université de médecine, j’ai eu la chance de participer à plusieurs enquêtes nationales représentatives, organisées par la professeure Maria Kopp, ancienne directrice de l’Institut des sciences du comportement de l’université Semmelweis à Budapest. La professeure Kopp était une chercheure renommée du domaine des sciences comportementales, elle était l’un des piliers de nombreux projets européens et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la dépression, la prévention de la dépression, le stress au travail et la santé mentale et physique de la population hongroise. Elle a établi le réseau hongrois pour la prévention du suicide et la bibliothèque de l’institut a eu l’opportunité d’accueillir la première session de ce réseau national.

65Bien que de nombreux participants représentaient les champs de recherche dans les sciences sociales, psychologiques et médicales, je me suis rendu compte que très peu d’attention était portée à ces personnes qui étaient lesbiennes, gays, bisexuel·le·s, transgenres ou incertaines concernant leur identité de genre. Ce fait m’a conduite à commencer une étude plus étendue et approfondie en suicidologie des personnes LGBTIQ. Je voulais en savoir plus sur l’état suicidaire des adolescents et jeunes adultes. Ils constituent le groupe le plus vulnérable en suicidologie et pourtant, très peu de littérature scientifique existe sur le sujet dans les bibliothèques et bases de données.

66J’aimerais citer l’article de Barbara L. Frankowski issu de Pediatrics [USA, 2004] :

« Bien que ne représentant qu’une partie de la jeunesse qui s’identifiera un jour comme gay, lesbienne ou bisexuel·le, les études en milieu scolaire ont montré que ces adolescent·e·s, comparé·e·s à leurs pair·e·s hétérosexuel·le·s, sont 2 à 7 fois plus sujets à une tentative de suicide, […]. Il est important de relever que ces problèmes psychologiques et ces tentatives de suicide parmi la jeunesse non hétérosexuelle ne sont ni universels ni attribuables à l’homosexualité en soi, mais qu’ils sont associés de façon significative à la stigmatisation de la non-conformité de genre, le stress, la violence, le manque de soutien, l’arrêt de l’école, les problèmes familiaux, les tentatives de suicide de connaissances, le fait d’être sans-abri et l’abus de substances. »

67Il y a très peu d’articles publiés en hongrois sur les usagers LGBTQ et le nombre de documents généralement accessibles sur les sujets LGBTIQ dans les bibliothèques hongroises est d’environ 350 à 400.

Ouganda

Ouganda, par Rae-Anne Montague, extrait de la conférence n° 2, p. 137

Graphique 4. Code pénal de 1950, VIes Lois d’Ouganda, Cap. 120 (éd. revue en 2000)

Graphique 4. Code pénal de 1950, VIes Lois d’Ouganda, Cap. 120 (éd. revue en 2000)

68Fiche juridique :

69J’ai pu assister à une conférence intitulée « Nous sommes ici : résilience et résistance LGBTI en Ouganda » animée par Richard Lucimbo, Frank Mugisha, Juni C Wambya, et Brian Nkoyooyo. La situation des lesbiennes, hommes gays, bisexuel·le·s, transgenres, personnes intersexes en Ouganda est très difficile en raison d'une législation anti-LGBTQ, d'une homophobie et d'une transphobie largement répandues dans la société civile. Des gens sont punis parce qu'ils sont LGBTQ, si on les accuse d'être LGBTQ, ou simplement parce qu'ils fréquentent des personnes soupçonnées d'être LGBTQ. En réponse, les personnes LGBTQ et les associations qui les représentent travaillent avec diligence, et souvent avec discrétion, pour contrer cette violence, apporter une aide aux personnes concernées, et éduquer la société.

70Comme les intervenants l'ont évoqué au cours de cette session, ce sont les Ougandais eux-mêmes, mieux à même de comprendre leur communauté et leur culture, qui doivent porter ces efforts. De fait, reconnaître l'importance d'un processus construit sur les besoins des communautés (évaluer les besoins, établir des objectifs, développer des actions, etc.) est essentiel pour fournir des services efficaces socialement. En Sciences de l'Information, les usagers « marginalisés » sont en fait des « experts dans leurs propres ontologies, situations, circonstances, bases de connaissances, conscience des réalités » [Mehra, Albright, et Rioux]. La question devient alors, comment nous, professionnel·le·s de l'information, pouvons appuyer ce processus ?

71La situation actuelle en Ouganda est profondément troublante, mais comme un récent rapport des Nations Unies nous le rappelle : « On rencontre une violence homophobe et transphobe dans chaque région du monde ». Il est alors essentiel pour les bibliothécaires de travailler avec les membres des communautés pour lutter contre l'homophobie et toute autre forme de violence systémique – tels que le racisme et la misogynie. Dans le cas où des lois iniques nient les droits fondamentaux, il n'est pas surprenant que les bibliothèques ou toute autre organisation publique ne soient pas capables de répondre ouvertement aux besoins de leurs usagers.

72Pour plus d'informations sur les lois affectant les personnes LGBTQ dans le monde, voir le travail de l'ILGA.

73Dans ces cas particuliers, des approches innovantes sont nécessaires. Par exemple, certains des besoins informationnels des personnes LGBTQ ougandaises trouvent une réponse grâce à des initiatives particulières telles que celle du Kuchu Times, un média partageant des informations sur les différentes cultures d'Afrique, basées sur le vécu des membres de ces communautés (Kuchutimes.com). Les bibliothécaires peuvent et utilisent effectivement leurs compétences professionnelles pour soutenir ces efforts.

Notes

1 Selon l’Association brésilienne lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (ABLGT), il y a au Brésil 75 ONG qui sont membres du Programme Brésil sans homophobie, et sont engagées dans sa réalisation.

2 Les références bibliographiques de ce texte se trouve à cette adresse : < http://library.ifla.org/1010/>.

3 Arvika est un petit village de Suède.

4 Les références bibliographiques de ce texte se trouvent à cette adresse : < http://library.ifla.org/1011/ >.

5 Les références bibliographiques de ce texte se trouvent à cette adresse : < https://repo.lib.semmelweis.hu/bitstream/handle/123456789/2346/151_Somorjai_en_u.pdf?sequence=1 >.

Table des illustrations

Titre Cartographie des législations en vigueur (mai 2017)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 946k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Graphique 1. Participation et contribution des bibliothèques publiques brésiliennes à l’information concernant les questions LGBT
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1000k
Titre Graphique 2. Situation juridique et politique en Suède au 31 décembre 2016
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2120/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Graphique 3. Situation juridique et politique en Hongrie au 31 décembre 2016
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2120/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Graphique 4. Code pénal de 1950, VIes Lois d’Ouganda, Cap. 120 (éd. revue en 2000)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2120/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses de l’enssib, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search