Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques Gay Friendly ?

 | 
Sophie Agié-Carré
, 
Légothèque

Chapitre 1. Postures professionnelles : complexités

Texte intégral

Ne pas sous-estimer les difficultés que peuvent rencontrer les bibliothécaires à traiter des informations et des collections relatives aux questions de genre en bibliothèque, tel est l’objectif de ce premier volet qui propose aussi des leviers d’action dans les trois domaines suivants : l’information mise à disposition sur les sites web de bibliothèques (à travers une étude de cas conduite dans le Tennessee), l’acquisition et la valorisation de la fiction LGBT auprès des enfants et des jeunes (analyse des freins grâce à une enquête, questionnaires et entretiens, menée sur un corpus de 13 établissements anglais), l’inclusion active des communautés de genre peu visibles (entreprise grâce à une recherche-action mise en place dans la bibliothèque suédoise de Mariestad).

Complexité : quelles informations disponibles sur les sites web des bibliothèques ? Le cas du Tennessee, étude présentée par Bharat Mehra et LaVerne Gray1

  • 1 Voir la conférence n° 7. Les références bibliographiques de ce texte se trouvent à cette adresse : (...)

1Le réseau des bibliothèques et archives de l'État du Tennessee est organisé en 9 régions regroupant plusieurs comtés. Ces régions comprennent 211 petites et moyennes bibliothèques à travers tout l'État. La figure 1 présente la carte des 9 régions géographiques du Tennessee.

Figure 1. Carte des régions du Tennessee

Figure 1. Carte des régions du Tennessee

Source : Tennessee State Library and Archives. < http://www.Tennessee.gov/​tsla/​regional/​regional.htm >.

2Le Tennessee's Regional Library System (système régional des bibliothèques du Tennessee) existe depuis 1939. Ses missions sont :

  • fournir des collections en complément aux bibliothèques publiques partenaires ;
  • aider les gouvernements locaux à développer l'offre en bibliothèques publiques ;
  • proposer une offre de formation continue aux personnels et bénévoles des bibliothèques locales ;
  • aider aux choix et à la maintenance des logiciels de bibliothèques ;
  • fournir des services directs aux personnes ne pouvant accéder aux bibliothèques locales.

3Au Tennessee, les bibliothèques publiques rurales sont toutes celles qui ne dépendent pas d'une des quatre bibliothèques publiques métropolitaines de l'État. Il y a aussi dans chacune des 9 régions du Tennessee des bibliothèques scolaires et universitaires.

4Sur les 95 comtés que compte le Tennessee, 69 sont considérés comme ruraux [Appalachian Resource Network, 2013]. Le réseau des bibliothèques rurales et les bibliothèques indépendantes jouent un rôle pivot pour les communautés de ces zones [Mehra, Singh et Parris, 2010 ; Mehra, Black, Singh et Nolt, 2011a ; 2011b]. Les bibliothèques rurales sont souvent le seul endroit où l'on peut trouver de l'information pertinente, validée et récente, ainsi qu'une connexion internet fiable et à haut débit, introuvable ailleurs dans la communauté rurale [Mehra, Black et Lee, 2010 ; Mehra, Black, Singh et Nolt, 2011c]. En conséquence, les bibliothèques rurales sont devenues des bastions potentiels d'informations vitales pour les usagers LGBTQ de ces régions qui sont confrontés au stigmate social dû à leur sexualité ; elles peuvent aussi devenir des lieux de lutte contre l'ignorance et les attaques homophobes auxquelles sont traditionnellement confrontées les personnes LGBTQ, marginalisées dans les États conservateurs du cœur des États-Unis [Mehra et Braquet, sous presse ; Mehra et Srinivasan, 2007].

Corpus de sites web

5Les données utilisées pour cette recherche sont les sites web de toutes les bibliothèques du Tennessee, universitaires, publiques et scolaires. Une liste de ces bibliothèques a été établie à partir du site TeenShareLibrary à la page répertoriant leurs membres. Cette liste a été élargie et finalisée le 20 janvier 2014 en intégrant des données interrogeables par comté et région, issues d'un ensemble intitulé Public Library Directory (Répertoire des bibliothèques publiques) disponible sur le site web des Tennessee State Library and Archives (Archives et de la Bibliothèque de l'État du Tennessee). Pendant la collecte de ces données, des notes ont été prises pour relever les caractéristiques de chaque site web, et la présence ou non d'un moteur de recherche dans le site.

6Les catégories suivantes ont été utilisées pour évaluer et catégoriser les informations LGBTQ présentes sur les sites des bibliothèques :

  • informations LGBT en lien avec l’établissement : inclut des informations sur des centres, des organisations, des unités à but non lucratif, privées, gouvernementales, éducatives, internes à l'établissement, accessibles (physiquement ou intellectuellement), proposant des services, et/ou des actions culturelles aux populations LGBTQ de la bibliothèque et/ou de la communauté. Inclut également des informations récentes (moins d'un an) sur des événements s'étant déroulés dans l'établissement, et sur des activités culturelles internes à la communauté, en lien avec les populations LGBTQ ;
  • informations LGBT extérieures à l’établissement : inclut des informations sur des centres et des organisations, des unités à but non lucratif, privées, gouvernementales, éducatives de la communauté locale, régionale et nationale, externes à l'établissement, accessibles (physiquement ou intellectuellement), proposant des services, et/ou des actions culturelles aux populations LGBTQ. Inclut également des informations récentes (moins d'un an) sur des évènements s'étant déroulés ailleurs que dans l'établissement, ainsi que sur des activités culturelles externes à la communauté, en lien avec les populations LGBTQ ;
  • documents stratégiques : inclut les représentations LGBTQ dans les comités de diversité, les contacts des membres dédiés à la représentation LGBTQ dans un comité, la représentation LGBTQ dans des documents de planification stratégique (par exemple, une déclaration sur la diversité, qui est un document public officialisant les engagements de la bibliothèque envers les communautés LGBTQ), comme un plan stratégique (par exemple un plan pour la diversité) d'inclusion des communautés LGBTQ dans la stratégie de développement de la bibliothèque, et/ou des mentions explicites aux communautés LGBTQ pour les projets présents ou futurs dans les parties Missions/Vision/Valeurs/À propos, qui sont l'expression de l'identité de la bibliothèque ;
  • sources d'information : inclut les collections LGBTQ, imprimées ou électroniques, comme des livres ou des revues, sites web, expositions (par exemple : les LGBTQ dans l'art, expositions physiques ou virtuelles) etc. Inclut aussi les ressources comme les bases de données, annuaires imprimés, guides de recherche LGBTQ etc. Inclut également les offres d'emploi, les possibilités de bourses, les offres de stages rémunérés, et les parrainages pouvant convenir aux usagers LGBTQ.

Analyse des sites web

  • 2 Sur les 706 bibliothèques du Tennessee recensées, 545 établissements disposent d’un site web (77 %) (...)

7Le tableau 1 résume le nombre de bibliothèques du Tennessee (réparties par catégorie) proposant sur leur site web2 des informations concernant les LGBTQ, selon les quatre types définis. Les bibliothèques universitaires sont en tête avec un total de 27 occurrences sur 38 (71 %), les bibliothèques publiques suivent avec 10 occurrences (26 %), puis viennent les bibliothèques scolaires avec seulement 1 occurrence sur les sites web de leurs établissements.

8Les informations de type Sources d’information sont les plus populaires, avec un total de 19 établissements en délivrant sur leurs sites web, alors que les informations de type Documents stratégiques sont les moins représentées, seulement sur 2 sites web.

Tableau 1. Nombre de bibliothèques du Tennessee proposant des informations concernant les LGBTQ sur leur site web : ventilation par types d’information

Type d’information Bibliothèques universitaires Bibliothèques publiques Bibliothèques scolaires Total
Infos. liées à l’établissement 7 2 0 9
Infos. hors établissement 7 1 0 8
Docs. stratégiques 2 0 0 2
Sources d’information 11 7 1 19
Total 27 (71 %) 10 (26 %) 1 (2 %) 38

9En ce qui concerne les bibliothèques universitaires du Tennessee : deux bibliothèques universitaires sur 11 (18 %) seulement (Bibliothèque de l'Université du Tennessee et Bibliothèque Jean et Alexander Heard de l'Université de Vanderbilt) proposent les 4 catégories d'informations. 5 BU sur les 11 (45 %) ont des sites web proposant 3 catégories d'informations. Les 4 BU restantes (36 %) proposent des informations d'une seule sorte (en l'occurrence, des sources d’information).

10Concernant les bibliothèques publiques du Tennessee dont les sites web proposent des informations LGBTQ, aucun site de bibliothèque publique ne délivre les 4 catégories d'informations. Un seul site web (Bibliothèque publique et Centre d'Information de Memphis) sur les 7 (14 %) propose 3 catégories d'informations.

11Enfin, au sein des bibliothèques scolaires du Tennessee dont les sites web proposent des informations concernant les LGBTQ, aucun site web ne propose plus d'une catégorie d'informations. Un seul site web de bibliothèque scolaire (Bibliothèque Hegdes de l'École Baylor) délivre une catégorie d'information (en l'occurrence, des sources d’information).

Conclusions

12Cette recherche exploratoire montre qu'un nombre minimal de bibliothèques dans l'État du Tennessee propose des informations LGBTQ sur leur site web. 19 bibliothèques seulement, sur les 545 qui disposent d'un site web au Tennessee (3 %), proposent de l'information LGBTQ, quels que soient sa forme, et le vocabulaire associé. C'est une situation lamentable. On ne répond pas aux besoins des personnes LGBTQ en les privant ainsi de l'accès adéquat aux services des bibliothèques, puisque l'information qui les concerne est sévèrement limitée sur les sites web des bibliothèques de l'État [Mehra, Braquet, and Fielden, sous presse]. Le harcèlement mené par les législateurs d'État qui menacent de faire passer des lois archaïques et répressives et/ou de couper les subventions des écoles et universités soutenues par l'État semble être la raison la plus probable de la peur des bibliothèques du Tennessee, peur qui les fait hésiter avant de fournir des informations LGBTQ sur leur site web.

13Les bibliothèques du Tennessee doivent se réveiller et réaliser que les personnes LGBTQ font aussi partie de leur public à desservir et que leurs besoins en matière d'information doivent être inclus de façon urgente dans les ressources couramment disponibles et fournies par la bibliothèque. Mettant de côté leurs sentiments personnels et leurs craintes de représailles politiques, les bibliothèques de l'État doivent se regrouper et élaborer des stratégies :

  • comment combler le manque actuel d'informations LGBTQ ?
  • mettre en œuvre des projets (par exemple par l'utilisation des nouvelles technologies) qui permettent de délivrer des informations LGBTQ d'une façon valorisante pour les personnes LGBTQ et pour les bibliothécaires.

14Ils doivent se souvenir que, avec « la Diversité », « l'Accès équitable à l'information et aux services des bibliothèques », et « l'Évolution des bibliothèques », l'une des 8 Key Action Areas (lignes directrices) identifiées par l'American Library Association (ALA, Association des bibliothèques américaines) est « la Valorisation des bibliothèques et de la bibliothéconomie », explicitée ainsi : « l'association travaille activement à porter à la connaissance du public les valeurs fondamentales des bibliothèques et des bibliothécaires, à promouvoir les lois fédérales et nationales qui bénéficient aux bibliothèques et à leurs usagers, et à fournir les ressources, les formations et les réseaux nécessaires aux bibliothécaires locaux qui aident tous les types de bibliothèques ».

15À la lumière du harcèlement et du lobbying politique effectué par certains législateurs d'État pour nier les droits humains des personnes LGBTQ au Tennessee, on doit louer les efforts actuels des quelques bibliothèques qui incluent des informations LGBTQ sur leurs sites web. Ces exemples peuvent constituer des « bonnes pratiques » dont les autres bibliothèques peuvent s'inspirer ou qu'elles peuvent reproduire.

16Quelques conclusions enfin : la méthode la plus populaire, utilisée en bibliothèque universitaire, est de développer des Libguides avec des informations LGBTQ, de tout type. D’autres bibliothèques (en particulier des bibliothèques publiques) pourraient adopter des stratégies similaires en utilisant de tels Libguides, qui deviendraient une ressource importante pour des informations LGBTQ compilées par les bibliothécaires travaillant dans ces établissements. Si ces établissements n'ont pas le personnel suffisant pour développer de telles ressources, ils pourraient au moins compiler les portails web d'autres bibliothèques qui proposent des Libguides avec des informations LGBTQ en ligne. De même, en s'inspirant de leurs autres collègues de l'État, dans leur mission de diffusion de l'information de la communauté, les bibliothèques devraient développer des portails web pour les agences, organisations, institutions, organismes à but non-lucratif… LGBTQ, qu'elles soient locales, régionales, nationales ou internationales. Enfin, tous les sites web de bibliothèques devraient avoir un moteur de recherche renvoyant de l'information LGBTQ pertinente à partir d'un terme de recherche ou d'un vocabulaire pertinents.

Complexité : méconnaissance et autocensure. Le cas de la fiction LGBT à destination des enfants et des jeunes au Royaume-Uni, étude présentée par Elizabeth L. Chapman3

  • 3 Extrait de la conférence n° 8. Les références bibliographiques de ce texte se trouvent à cette adre (...)

17Il y a des raisons urgentes pour fournir des œuvres de fiction liées aux LGBT aux enfants et aux jeunes. Les bibliothécaires et les chercheurs travaillant dans le domaine ont fait valoir que la fiction liée aux LGBT peut aider les adolescents qui sont LGBT ou qui se questionnent sur leur sexualité ou leur identité de genre à construire une image de soi positive et stable, tout en élargissant les horizons des jeunes qui ne sont pas LGBT [par exemple, Clyde & Lobban, 2001 ; Martin et Murdock, 2007 ; Pavao, 2003 ; Ross, McKechnie, et Rothbauer, 2006 ; Rothbauer, 2004]. La recherche sur les bibliothèques scolaires au Royaume-Uni a révélé que les jeunes LGBT ont exprimé un fort besoin insatisfait dans la fourniture de documents liés aux LGBT, y compris la fiction. De même, les albums jeunesse avec des personnages LGBT permettent de confirmer les conditions de vie et les expériences des enfants dans les familles LGBT, tout en donnant à voir aux autres enfants des familles différentes de la leur [Naidoo, 2012 ; No Outsiders Project Team, 2010]. La recherche a montré que les brimades homophobes commencent à un âge précoce [Guasp, 2010], et il est donc important que les jeunes enfants aient accès à des documents positifs et précis illustrant des situations familiales diverses. La recherche en psychologie sociale a démontré que la lecture d’histoires sur l'amitié entre des enfants de différents « groupes » (par exemple des enfants avec et sans handicap) a un impact positif sur l’attitude des enfants envers les membres de l'autre groupe.

18Malgré cela, peu d'attention a été accordée à la mise à disposition d’œuvres de fiction LGBT aux enfants et aux jeunes dans les bibliothèques de lecture publique, que ce soit dans la recherche académique ou dans la pratique [Chapman, 2013]. Les recherches qui ont été menées sur le sujet au Canada et aux États-Unis sont inégales.

19Une étude britannique à petite échelle conduite par le présent auteur a montré la place disponible pour l'amélioration du nombre de documents mis à disposition, en particulier en ce qui concerne les albums, les livres avec du contenu concernant les personnes transsexuelles, les livres dans différents formats et les livres d’auteurs et d’éditeurs moins populaires et cela a été confirmé par les résultats préliminaires de la présente étude [Chapman, 2011]. La part de documents de fiction liés aux LGBT dans les bibliothèques scolaires s’est également avérée limitée.

20Un petit nombre d'études a examiné l’attitude du public et des agents de bibliothèques scolaires et de lecture publique vis-à-vis des documents LGBT en général, et des documents pour les enfants et les jeunes en particulier. Les études existantes suggèrent que les attitudes sont généralement positives, mais toutes apportent la preuve d'une minorité de participant·e·s qui avaient une attitude moins positive et/ou ne voyaient pas la nécessité d’en fournir. En outre, les recherches suggèrent que les membres du personnel de la bibliothèque ont des préoccupations au sujet de certains aspects de la fourniture de documents LGBT. Une étude précédente de l'auteur a constaté que les participant·e·s étaient préoccupé·e·s par la qualité des documents, par la fourniture de documents pour les enfants les plus jeunes, et par la possibilité de plainte des parents ; elle a également démontré qu'un petit nombre de bibliothécaires de l'enseignement secondaire ayant participé à ces travaux de recherche estiment que les documents LGBT ne sont pas adaptés aux élèves les plus jeunes, tandis que certains des bibliothécaires territoriaux interrogés dans une étude plus large par O'Leary [2005] faisaient preuve de prudence lorsqu’il s’agissait de permettre aux jeunes d’emprunter les matériaux LGBT en raison de la crainte de la désapprobation parentale.

Méthode d’enquête

21Pour étudier les facteurs affectant la mise à disposition, un questionnaire en ligne a été envoyé à tous les membres du personnel impliqués dans l’acquisition de documents pour les enfants et les jeunes dans 13 établissements. Le questionnaire utilisait un mélange de questions d'échelle Likert, des questions fermées oui/non et des champs libres pour évaluer l’attitude des répondants face à la mise à disposition de fiction liée aux LGBT aux enfants et aux jeunes dans les bibliothèques publiques, et à recueillir des données sur les politiques documentaires et les pratiques. Vingt-huit réponses exploitables ont été reçues, soit un taux de réponses de 52 %. Enfin, des entretiens semi-directifs ont été menés avec 13 personnes à travers quatre des bibliothèques participantes afin d'étudier plus en profondeur les résultats de questionnaires intéressants. Le schéma d'entretien a été mis à l'épreuve avec cinq personnes ayant de l'expérience dans l’acquisition de documents pour les enfants et les jeunes en bibliothèque publique, et ces entretiens ont aussi été intégrés dans le matériel de l’étude étant donné qu’elles ont généré des données utiles. Tous les entretiens ont été enregistrés, transcrits et analysés thématiquement en utilisant NVivo.

Limites

22Les participants étaient nécessairement volontaires, et il est donc possible que les membres du personnel homophobes et transphobes aient choisi de ne pas participer. En outre, les participants ont pu donner les réponses qu'ils estimaient être « politiquement correctes », ce qui conduit à un biais de désirabilité sociale dans les données. L'échantillon a porté uniquement sur le personnel des 13 bibliothèques participantes et est donc trop petit pour être généralisable. Toutefois, lorsqu'ils sont vus en accord avec la littérature existante, les résultats suggèrent des tendances qui peuvent être transférables à d'autres contextes.

Résultats d’enquête

23L’attitude face à la fourniture de ces documents est généralement positive. 100 % des répondants au questionnaire (n=28) étaient d’accord ou tout à fait d’accord pour dire que « les albums avec du contenu LGBT sont précieux pour les enfants ayant des parents LGBT », « Les albums avec du contenu LGBT peuvent aider les enfants ayant des parents non-LGBT à comprendre les autres » et « les romans pour jeunes adultes avec du contenu LGBT peuvent aider les jeunes LGBT ou qui se questionnent sur leur sexualité à se sentir plus à l’aise avec eux-mêmes ». Il y avait donc une acceptation générale de l’intérêt de la fiction liée aux LGBT par les répondants, ce qui est en accord avec les résultats des recherches précédentes sur le sujet [Brett, 1992 ; Bridge, 2010 ; Carmichael & Shontz, 1996 ; Chapman, 2013 ; Currant, 2002 ; Walker, 2013 ; Wright, 2007].

24De nombreu·x·ses·participant·e·s ont fait état à la fois dans le questionnaire et lors des entretiens de leur soutien à la fiction liée aux LGBT pour les enfants et les jeunes :

« Il est très important d'avoir de la fiction qui représente les jeunes et leurs expériences et ce qu'ils vivent, parce que cela va les aider dans tout ce qu'ils vivent, mais ça leur donne aussi envie de lire, s’ils peuvent s’identifier avec les livres. »

« Je pense qu'il est vraiment important, tant pour les enfants dans les familles LGBT, pour les jeunes qui se questionnent sur leur sexualité, mais aussi pour les enfants qui sont dans des familles traditionnelles de voir différentes sortes de gens représentés normalement dans les collections que nous offrons, donc ce n’est pas une vision très étroite du monde que nous présentons. »

25Les participant·e·s à tous les stades de la recherche se sont largement inspiré·e·s de la rhétorique de l'égalité et de la diversité, affirmant traiter la fiction avec du contenu LGBT de la même manière que la fiction non-LGBT :

« Nos collections sont inclusives et le contenu LGBT n’est pas distingué. »

« Je veux dire l'une des choses dans notre politique d’acquisition est que pour une chose donnée qui, vous le savez, est légale, nous l’acquérons et nous ne devons pas être discriminatoire en aucune façon, car cela relève d'une caractéristique protégée. »

26Toutefois, cela se traduit souvent par une position essentiellement passive : les participants ont souligné qu'ils ne censureraient pas de la fiction liée aux LGBT, ni ne l'excluraient de tout affichage, mais ils ne font pas non plus d’effort pour en rechercher ou en promouvoir au sein de la bibliothèque :

« Je parcours normalement les étagères à la recherche de matériel [à inclure dans les présentoirs], et si je tombe sur des titres LGBT, j’en inclurais certains. Cependant, je n'ai pas spécifiquement recherché des titres LGBT. »

« Peut-être que nous ne faisons pas un effort conscient pour acheter des documents LGBT, mais nous ne sommes pas... je, je l'espère qu'aucun d'entre nous ne fait de discrimination. S’il est là et qu’il est disponible, nous irions certainement l'acheter. »

27Walker [2013] a également identifié une attitude passive « neutre » de la part de plusieurs répondants, qui se sont concentrés sur les similitudes entre tous les élèves d'une manière qui ne permet pas de répondre aux besoins insatisfaits des jeunes LGBT. Walker conclut que, « La neutralité est problématique, cependant, ... cela maintien[t] le statu quo (où les jeunes LGBT sont servis de façon insuffisante) » [2013, p. 56].

28Le concept de « neutralité » a été critiqué dans la littérature professionnelle plus large comme une position idéologique qui soutient implicitement les intérêts établis. Les processus de création, la gestion et la diffusion de l'information ne peuvent jamais être véritablement neutres [Graham, 2003 ; Lewis, 2008 ; Smith, 2010].

29Presque tous les participants à la recherche ont montré un manque de prise de conscience de la nécessité de fournir des documents LGBT aux enfants et aux jeunes : des variations autour de la phrase « nous n’y avons tout simplement pas pensé » reviennent souvent dans les données. Quelques répondants ont fait des commentaires qui suggèrent que la fiction LGBT a été perçue comme un domaine de niche :

« Nous devons avoir un ou deux livres pour chacune des tranches d'âge, je ne sais pas si cela est proportionnel au nombre de familles LGBT ou pas. »

30Jenkins [1990] conteste cette hypothèse, soulignant que la fiction liée aux LGBT peut être intéressante pour de nombreux jeunes qui ont de la famille, des amis ou des connaissances qui s’identifient comme LGBT. De plus, comme nous l’avons vu précédemment, la fiction liée aux LGBT peut être utile dans la promotion de la compréhension et de l'empathie de la part des jeunes hétéros cisgenres qui ne sont pas dans des familles LGBT. Il y avait peu de preuves de pro-activité de la part des participants, avec plusieurs observant qu'on ne leur avait jamais demandé de fournir de fiction LGBT pour les enfants et les jeunes :

« Je suis conscient que c’est quelque chose qu’on ne nous a pas vraiment demandé, en matière de, nous répondons aux demandes des gens, et sur certains sujets on est plus au courant que d'autres que, euh, la question est là, de sorte que vous en faites l’acquisition. J’admettrais donc que je n’ai pas l’impression que c’est une demande qui émerge régulièrement, mais ça ne veut pas dire que j’ai une objection à effectivement en faire l’acquisition. »

31Cette position est problématique lorsque l’on parle d’un groupe de personnes qui vivent encore la stigmatisation et l'oppression de nombreux milieux. Cela a été reconnu lors d’un des entretiens pilotes :

« Je pense que c’est une excuse facile de dire, nous ne l'achetons pas parce que 1) Personne ne le veut, comme, hé bien, personne ne l’a demandé, parce que les adolescents, en particulier les adolescents gays, ils ne veulent pas être une cible plus visible qu'ils ne le sont déjà, et ils ne veulent pas être vus en train de demander ces titres ouvertement et, ouais. C’est un cercle vicieux. Les livres ne sont pas achetés parce qu'il n'y a pas de groupe reconnaissable qui les emprunte, et souvent ces emprunteurs recherchent la discrétion. »

32Gough et Greenblatt [2011] identifient l'hypothèse selon laquelle aucune commande équivaut à pas de demande comme un mythe clé formant une barrière à la mise à disposition adéquate à la bibliothèque de documents LGBT, et des études antérieures ont montré que les personnes LGBT sont souvent réticentes à demander les documents qu'elles veulent [Bridge, 2010 ; Currant, 2002 ; Wright, 2007].

33En fait, les recherches menées par Bridge [2010], Linville [2004] et Walker [2013] ont identifié une forte demande pour les documents LGBT, y compris la fiction, chez les jeunes LGBT. Des recherches récentes avec des adultes trans au Royaume-Uni ont révélé que près de la moitié des répondants lisent de la fiction et de la non-fiction avec du contenu trans ou plus LGBTQ, et qu’il y avait une forte demande pour la disponibilité en bibliothèque [Waite, 2013].

34Le manque de sensibilisation des membres du personnel de la bibliothèque s’étend à la connaissance des livres eux-mêmes, et aux sources potentielles d'acquisition :

« Je ne sais pas par où commencer. »

35Certains sujets de préoccupation ont émergé à partir des données recueillies. Comme dans l'étude précédente [Chapman, 2007, 2013], certains participants ont exprimé des préoccupations quant à la qualité des documents disponibles :

« Nous avons trouvé très difficile d’identifier des albums avec la qualité de narration que nous nous entendons fournir à nos emprunteurs. »

36Cependant, un autre participant a signalé recevoir des commentaires de la part de parents LGBT pour qui « quoi que ce soit, c’est toujours mieux que rien ! ». Encore une fois, cela concorde avec les conclusions de l'étude précédente [Chapman, 2007, 2013], dans lesquelles les participants LGBT estimaient que les impératifs de qualité de la production pourraient être assouplis dans une certaine mesure afin de fournir une collection représentative, jusqu'à ce que l'édition LGBT rattrape le marché grand public.

37Quelques participants ont exprimé des inquiétudes à propos de la mise à disposition de documents pour les enfants les plus jeunes, dans la droite lignée des résultats de recherches antérieures [Chapman, 2013 ; Wright, 2007]. Cela a été fréquemment lié à la peur de la plainte, associé à un manque de compréhension des raisons pour lesquelles la mise à disposition d’albums jeunesse liés aux LGBT pourrait être pertinente ou nécessaire :

« Je pense qu'il peut y avoir une légitimité à inclure de la fiction LGBT pour les jeunes car ils prennent conscience des questions sexuelles et de genre, mais il est plus difficile à justifier pour les jeunes enfants. Certains de nos groupes d’usagers sont issus de milieux très conservateurs. »

« Je ne vois pas la pertinence pour les enfants. »

38Des préoccupations ont été exprimées sur le sujet de la promotion. Moins de la moitié des répondants au questionnaire (46 %) étaient d'accord ou fortement d'accord pour dire que les bibliothèques publiques devraient mettre sur les présentoirs des albums ou des romans pour jeunes adultes avec du contenu LGBT. Des commentaires qualitatifs ont révélé que dans de nombreux cas, cela était dû à une prise de conscience de la stigmatisation et de la réticence à outrer les jeunes par inadvertance :

« Certains jeunes trouvent difficile de s’approcher des présentoirs avec ce type de contenu et parfois encore plus difficile en fait d’emprunter à la bibliothèque. »

39De même, la majorité des bibliothécaires scolaires interrogés dans les études par Bridge [2010] et Wright [2007] ont déclaré ne pas promouvoir de documents LGBT. Dans ce contexte, il est intéressant de considérer les recherches menées par Walker [2013], qui a constaté qu’une meilleure promotion des ressources LGBT était la deuxième suggestion la plus populaire pour améliorer le fonds de leur bibliothèque scolaire chez les jeunes LGBT répondants. Les présentoirs ont été spécifiquement mentionnés par un certain nombre de répondants comme un bon moyen d'y parvenir.

40Il apparaît donc que la prudence en ce qui concerne les présentoirs des bibliothécaires ne correspond pas à ce que les jeunes LGBT veulent réellement. Dans quelques cas, il semblait y avoir un certain inconfort avec la promotion, ou des préoccupations au sujet de plainte ou de la réaction des médias :

« Une concentration excessive sur le sujet semble être contre-productive. Une présence mais pas envahissante semblerait être le mieux. »

« Vous souhaitez promouvoir le fait que le document est là pour que les gens puissent l’emprunter, mais... Je tiens également à éviter la promotion de sorte que vous ne receviez pas là, vous le savez, la négativité autour de lui... Parce que ça pourrait être récupéré, je crois, par la presse, et alors ils en feraient quelque chose... ils le transformeraient en une sorte de terrible problème qui ne doit pas en être un du tout. »

41Cependant, la majorité des participants ont estimé que la plainte était peu probable, et seulement un ou deux pourrait penser à un cas dans lequel une plainte a été effectivement reçue sur la base de documents LGBT existants. Plusieurs participants ont également fait remarquer que la peur de la plainte ne devrait pas dicter la mise à disposition :

« Ils sont plus susceptibles de recevoir les plaintes du public que dans les autres domaines, mais une politique documentaire solide devrait permettre au personnel de se tenir en bonne position pour expliquer pourquoi nous offrons des titres spécifiques. »

42Encore une fois, ces résultats sont en accord avec les recherches antérieures. La majorité des participants à l'étude précédente de l'auteur a estimé que la plainte était peu probable, mais certains répondants au questionnaire ont exprimé des préoccupations [Chapman, 2007]. Dans ce contexte, il est important de garder à l'esprit que les enfants et les jeunes ont le droit à la liberté intellectuelle, notamment le droit à accéder aux documents [IFLA, 1999 ; Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), 1989]. Par ailleurs, au Royaume-Uni, il est illégal en vertu de l’Equality Act 2010 de discriminer les personnes LGBT en ne proposant pas le même niveau de service que celui prévu pour les personnes hétérosexuelles et cisgenres. Il est donc impératif que les bibliothèques respectent le droit d’accéder à des documents LGBT et elles ne devraient pas laisser la possibilité de plaintes de la part d'une minorité de personnes empêcher la mise à disposition de documents.

Conclusions

43Lorsqu'on leur a directement demandé leur avis à l'égard de la mise à disposition de fiction liée aux LGBT aux enfants et aux jeunes, la majorité des participants ont exprimé des opinions très positives. Cependant, la grande majorité a ouvertement reconnu qu'ils n’avaient pas précédemment examiné ce domaine, et beaucoup avaient peu de connaissances sur les livres disponibles ou l’endroit où les trouver. Les participants se sont largement inspirés de la rhétorique de l'égalité et de la non-discrimination, mais cela s’est souvent traduit par une attitude passive qui n'a pas permis d’améliorer la fourniture de documents. Certains sujets de préoccupation ont émergé parmi les participants à l'étude, notamment concernant la qualité des documents, la fourniture de documents pour les jeunes enfants, la promotion des documents et la possibilité de plainte.

Recommandations

44Les bibliothèques de lecture publique doivent améliorer leurs fonds de fiction LGBT pour les enfants et les jeunes. Un effort particulier devrait être fait pour chercher des albums, des livres qui concernent les personnes trans, des livres dans des formats différents (par exemple en gros caractères), et des livres d’auteurs et d’éditeurs moins traditionnels. Les politiques documentaires d’acquisition et les spécifications auprès des fournisseurs devraient comprendre des documents LGBT pour les enfants et les jeunes. Il peut être nécessaire de recourir à des fournisseurs spécialisés, tels que Gay’s the Word bookshop et Letterbox Library pour se procurer ces documents.

45Il peut être nécessaire d'assouplir les critères de qualité afin de fournir un large éventail de documents. Cependant, les bibliothécaires ont aussi un rôle à jouer pour faire pression sur les éditeurs afin de leur faire prendre conscience de la nécessité d’avoir des documents liés aux LGBT de qualité pour tous les âges.

46La possibilité de plainte ne doit pas dicter les politiques de développement des collections. Le site de l'ALA met à disposition des informations utiles sur le traitement des plaintes.

47Les documents LGBT devraient être activement valorisés, par exemple grâce à des expositions, des listes de livres et des discussions. Des présentoirs et des événements promotionnels pourraient coïncider avec le LGBT History Month (Mois de l’histoire LGBT) ou la Gay Pride (Marche des fiertés).

  • 4 Voir le chapitre 4 pour trouver des outils d’aide aux acquisitions.

48Passez le mot ! La majorité des bibliothécaires dans l'étude a montré une attitude positive et une volonté d'apprendre. Des espaces de discussion potentiels et de diffusion de l'information peuvent se trouver sur les listes de diffusion, des revues professionnelles et scientifiques, les blogs, les journaux et les médias sociaux tels que Twitter (l'auteur tweete sous @lgbtlibrarian). Il est possible de collaborer avec d'autres professionnel·le·s ayant un intérêt pour la littérature jeunesse, comme l’Inclusive Minds Collaboration. La fourniture d'informations à destination des personnes LGBTQ et d'autres groupes défavorisés devrait également être abordée lors des études en bibliothéconomie4.

Complexité : silences, perplexité et hésitations. Le cas d’une formation-action pour sensibiliser les bibliothécaires à l’accueil des publics LGBT en Suède, expérience présentée par Ragnhild K. Brandstedt5

  • 5 Extrait de la conférence n° 1 Les références bibliographiques de ce texte se trouvent à cette adres (...)

49La Suède a une forte culture des bibliothèques, mais il y a toujours des domaines qui demandent à être explorés, développés et améliorés. Les questions liées à l'inclusion sont des domaines qui n’ont pas été pour le moment pleinement couverts ou explorés.

50Cet article s’attardera sur la dynamique de prise de conscience à un niveau local à travers la collaboration entre une bibliothèque publique et les défenseurs des personnes LGBTQ. Elle présentera un projet de recherche sur les actions locales car j’en suis arrivée à comprendre que c’est avec ce genre de recherche à petite échelle et sur un terrain proche que beaucoup de questions peuvent à la fois être posées de façon pertinente et au moins partiellement résolues.

51En Suède, on considère généralement que la sensibilité aux droits humains, aux libertés civiles et à l'égalité entre les genres est profondément ancrée dans la société. Plus encore, cette sensibilité est présumée être une habitude dans les bibliothèques publiques ce qui signifie, par extension, que le personnel des bibliothèques a une attitude ouverte à la diversité des publics. Les bibliothèques sont considérées comme d’importants lieux de rencontres publics, ouverts à toutes et à tous. La législation, notamment la Loi sur les bibliothèques [SFS, 1996:1596], garantit que toutes les municipalités du pays disposent d’une bibliothèque publique. Cela dit, il est intéressant de noter que bien que la législation assure d’une part l’accès public à des services de bibliothèque gratuit, et d’autre part la protection contre les discriminations fondées sur le sexe, l’identité de genre, l’ethnicité, l’orientation sexuelle ou l’âge, notamment grâce à la Loi anti-discrimination [Diskimineringslagen, 2008:567], il y a encore des domaines de la société marqués par les discriminations, les préjugés et les actes de violence homophobes. Il y a aussi une différence entre la compréhension des questions LGBTQ et la normativité qui, à un niveau subconscient, risque d’exclure des individus, leurs actes et leurs modes de vie, leur contestant des droits et des services par ailleurs défendus par la société suédoise.

Contexte de la bibliothèque de Mariestad

52Mariestad est une petite ville typique du centre de la Suède, avec une bibliothèque publique ainsi qu’une bibliothèque scolaire et une annexe de la bibliothèque de l’Université de Göteborg. La bibliothèque publique de Mariestad est engagée dans un travail permanent sur les questions de diversité dans beaucoup de domaines.

53Les valeurs démocratiques sont perçues comme permettant les services de bibliothèque en général, notamment dans les domaines de la diversité comme l’interculturalité, la diversité linguistique et les services aux personnes en situation de handicap physique et/ou mental. C’est un travail continu, un travail quotidien d’attention qui a été mis en place grâce à la formation et de nombreux projets mais aussi grâce aux interactions avec des individus, des organisations et des institutions.

54L’important travail des groupes de soutien au niveau local, régional et national a renforcé les positions des individus et des groupes, à la fois dans et hors des murs de la bibliothèque. Jusqu’à un certain point, on peut trouver une attention aux normes et aux questions de genre dans la sélection des documents et dans les recommandations en fonction des situations. On peut également la percevoir dans la façon de servir et d’interagir avec le public en général.

55Nous avons décidé de nous concentrer sur un sujet qui n’est apparu que récemment dans l’agenda de la bibliothèque publique de Mariestad, les questions de genre et LGBTQ ainsi que les normes sociales. Lorsqu’on essaye de comprendre comment ces sujets sont appréhendés et traités à un niveau stratégique, mais aussi, et c’est peut-être plus important, quotidiennement, on découvre plusieurs types de défis. Les discussions et les observations ont rendu évident le fait que ce sont des sujets délicats et avec lesquels le personnel des bibliothèques n’est pas familier. Dans la perspective d’améliorer les standards des bibliothèques, nous avons donc exploré la question de savoir comment aborder ces sujets à un niveau local.

56Identifier les questions qui doivent être traitées est la première étape. Dans le cas de la bibliothèque de Mariestad, c’est quelque chose qui s’est produit avec le temps par des observations de la société en général mais aussi des observations à la bibliothèque. Cela peut être de discrets commentaires subtilement péjoratifs ou un manque de livres et de documents sur les sujets LGBTQ, surtout dans les sections enfants et jeunesse.

57Pendant des années, il n’y a eu qu’une poignée de livres en lien avec les questions LGBTQ disponibles pour les enfants et les jeunes, notamment en raison de la pauvreté de l’édition dans ce domaine. Dans mon travail quotidien à la tête du département jeunesse, je réfléchis souvent à la façon dont nous nous exprimons avec les enfants et les jeunes, disons-nous par exemple automatiquement « ta mère et ton père » ou choisissons-nous une formulation plus neutre comme « l’un de tes parents » ?

  • 6 Voir la conférence n° 3.

58Alors, comment identifier les problèmes ? Quelles sont les étapes adaptées pour développer une approche pertinente pour cette diversité « nouvelle » ? Ensuite, comment diffuse-t-on de nouvelles informations et de nouvelles connaissances dans les services des bibliothèques ? En partant de ces questions, de ces discussions, de ces recherches et des cycles de formation et des questions LGBTQ en Suède et hors du pays, la problématique de cette recherche est la suivante : comment organise-t-on une bibliothèque qui prenne en compte et qui connaisse les questions LGBTQ apparemment invisibles dans les services de bibliothèque ? Quelles sont les étapes nécessaires au renforcement des capacités et des qualifications pour approfondir une approche critique des normes sociales ? Cette recherche devant être comprise comme une esquisse à petite échelle, nous ne rendrons pas compte de toutes les recherches qui ont été menées en matière de questions LGBT dans les bibliothèques. Cependant, je souhaiterais rappeler deux exemples. Le premier concerne la bibliothèque publique d’Hallonbergen en Suède. Grâce à une longue collaboration avec la Riksförbundet för homosexuellas, bisexuellas, transpersoners och queeras rättigheter (RFSL, Fondation suédoise pour les droits LGBTQ), la bibliothèque publique d’Hallonbergen a récemment reçu la prestigieuse certification LGBT qui témoigne de la grande qualité des services et de l’implication du personnel sur les questions LGBT et d’inclusion. La « bibliothèque arc-en-ciel » à Umeå, également en Suède, est un autre modèle de bibliothèque travaillant ces questions6.

La certification LGBT de la bibliothèque Hallonbergen, par Ragnhild K. BrandstedtExtrait de la conférence n° 1

RFSL et la bibliothèque Hallonbergen, dans la région de Stockholm, ont récemment mis en place une formation complète qui a permis à la bibliothèque de recevoir une « certification LGBT » en décembre 2012. Dans son rapport de certification, Cecilia Bengtsson revient sur cette collaboration avec RFSL : « Les exemples pris en formation et dans les discussions de groupe se sont beaucoup appuyés sur les valeurs personnelles et les idées des un·e·s et des autres. Il est à la fois courageux et important de partager ces valeurs et ces idées. Cela demande un environnement de formation à la fois ouvert et non intimidant mais aussi de confiance. » La formation à la bibliothèque Hallonbergen a fait partie d’un ensemble de démarches comme la révision des chartes, des pages web et des autres documents d’orientation ainsi que des séances de formation avec l’ensemble des personnels.

a. Extrait de la conférence n° 1

  • 7 Voir la conférence n° 8.

59Des études au Royaume-Uni et aux États-Unis ont montré que l’accès à la littérature LGBT et aux autres documents joue un rôle important pour la communauté LGBT dans son ensemble, et tout particulièrement pour les jeunes se débattant avec des questions identitaires. Elizabeth Chapman de l’université de Sheffield (Angleterre) a mené une grande enquête sur la disponibilité et l’importance des fictions en lien avec les questions LGBT pour les jeunes lecteurs, ainsi que sur l’importance de la formation et de l’ouverture d’esprit du personnel7. Ses recherches éclairent de façon intéressante la situation dans de nombreuses bibliothèques publiques au Royaume-Uni. L’article d’Ann Curry “If I ask, will they answer?” se concentre sur les services de références des bibliothèques publiques. Les résultats de ces deux études montrent des similarités significatives et pointent le fait qu’il ne faut pas sous-estimer l’importance de la formation et de l’ouverture d’esprit du personnel.

Méthode de recherche

60Malgré les limites du périmètre de cette recherche, il était important de choisir une méthode pertinente. La recherche collaborative fondée sur l’action est une méthode bien éprouvée en bibliothéconomie ainsi que dans d’autres domaines. C’est une méthode relativement facile à appliquer au type d’organisation qu’est une bibliothèque publique. La méthode intègre à la fois les aspects théoriques et les normes connues, ainsi qu’une enquête approfondie sur les pratiques quotidiennes dans la bibliothèque. Les outils utilisés dans ce cas particulier sont un journal d’observations, agrémenté d’éléments comme des articles ou des résultats de recherches précédentes sur le même sujet, des entretiens, du monitorat et l’élaboration de « l’action » elle-même. La région Ouest de Suède, Kultur i Väst, les consultants Kerstin Wockatz et Eva Fred, ainsi que la chercheuse Cecilia Gärdén de l’université de Borås en Suède ont soutenu ce projet. Comme indiqué précédemment, les observations ont, au fil du temps, mené à d’intenses discussions, ce qui était une première étape. La deuxième étape consistait à identifier les questions LGBTQ dans le contexte d’inclusion dans et autour des services de la bibliothèque. Après une réflexion approfondie, le directeur de la bibliothèque et moi-même sommes arrivés à la conclusion que tout changement positif passe tout d’abord par l’attitude du personnel.

61La problématique étant formulée, les observations se sont concentrées sur les services de la bibliothèque pendant le processus qui mène à la réalisation de « l’action ». Le travail sur ce processus incluait un jour de formation prévu avec RFSL, un séminaire et un atelier. La collaboration avec RFSL a commencé lorsque je les ai contacté·e·s pour un échange sur la façon d’éveiller l’intérêt du personnel en abordant ces questions. Cela a abouti à une prise de rendez-vous avec un formateur de RFSL et à la mise en place d’une nouvelle collaboration.

La recherche-action

62Les principes de la recherche-action furent présentés au cours de deux réunions générales du personnel, largement en amont du séminaire et de l’atelier prévus avec RFSL. Ces informations furent également diffusées au cours d’une réunion des chef·fe·s de département et des représentant·e·s de syndicats. La recherche, les questions LGBTQ et de genre furent également un peu discutées dans d’autres contextes, comme de plus petites réunions ou, de façon informelle, aux pauses-café.

63Des entretiens de groupes informels ont été conduits avec des petits groupes du personnel. Le but de ces entretiens était de permettre de poser confortablement des questions au sujet du séminaire RFSL à venir. C’était aussi l’occasion d’informer chacun et chacune de l’ouverture prochaine d’un café LGBT pour les jeunes adultes à Mariestad, ce qui était une première.

64Des entretiens individuels furent menés avec six agents du personnel après la journée de séminaire et d’atelier. Ils étaient optionnels, et se caractérisaient par leur caractère approfondi sur un nombre réduit de questions et l’enregistrement manuel des réponses.

65Avant que le processus de recherche-action soit lancé, il a été observé que :

  • il était difficile de trouver de la littérature pertinente sur le sujet à la bibliothèque ;
  • quelques remarques désobligeantes sur la sexualité des personnes ou l’identité de genre pouvaient venir de membres du personnel et d’usager·ère·s ;
  • le vocabulaire ou le choix des mots pouvaient être orientés, par exemple le choix automatique de l’utilisation « ton père et ta mère » ;
  • on percevait de l’exaspération quand il était proposé d’utiliser un troisième genre dans le rapport annuel de la bibliothèque ;
  • beaucoup de personnels, même parmi les jeunes, ne sont pas familiers avec l’usage des termes LGBT ou LGBTQ.

66Les enseignant·e·s, les éducateurs et les éducatrices demandent souvent des ouvrages spécifiquement pour les filles ou les garçons. Entre le début de la recherche-action et « l’action » elle-même, c’est-à-dire le séminaire et l’atelier, on a pu observer les modifications suivantes :

  • les discussions finissaient systématiquement sur la question de l’orientation sexuelle ;
  • le séminaire et l’atelier prévus, ainsi que les conversations et les informations, ont déclenché un peu plus de conversation sur les questions LGBTQ ;
  • une légère augmentation des achats concernant les documents sur le sujet et un meilleur usage des indices et des descripteurs ;
  • une petite augmentation de la demande de documents sur les questions de genre et LGBTQ pour les enfants et les adolescent·e·s de la part des enseignant·e·s en formation ;
  • la perspective de créer une section spéciale LGBTQ ou questions de genre dans la bibliothèque.

Le séminaire et l’atelier RFSL

67La bibliothèque a demandé à un formateur de RFSL d’organiser une session incluant une présentation et un atelier interactif. Le groupe de 17 personnes comprenait notamment le directeur de la bibliothèque, les bibliothécaires, les assistants de bibliothèque, les archivistes de la photothèque et le responsable du bâtiment. Le séminaire a consisté en une présentation de concepts fondamentaux et de la terminologie pour les questions LGTQ, ce qui a permis de faire un certain tri. Le séminaire et les discussions ont ensuite porté sur les normes sociales en général et la prévalence de l’hétéronormativité dans la société en particulier.

68Ces discussions et les interactions autour d’exemples pratiques ont souligné ce que les bibliothécaires peuvent faire :

  • recevoir le public en général ;
  • organiser des rencontres avec des groupes comme les parents, les classes ou autre ;
  • proposer et maintenir un environnement de travail ouvert et sûr ;
  • faire des choix bien informés dans la sélection des documents ;
  • changer et élargir la stratégie marketing pour assurer son caractère inclusif ;
  • prévoir des activités culturelles avec une perspective large ;
  • être conscient·e de l’importance d’utiliser des mots et des expressions qui renforcent l’inclusion.

Entretiens

69Six entretiens ont été menés après le séminaire. Dans le but d’avoir un résultat nuancé, les interviewé·e·s choisi·e·s avaient des fonctions différentes dans la bibliothèque. Si les entretiens sont restés relativement courts et informels, un questionnaire a permis de garder une certaine cohérence :

  • quelles sont vos impressions concernant le séminaire et l’atelier LGBTQ ?
  • est-ce que les informations et les connaissances vont avoir un impact sur votre travail quotidien ? Et si oui, lequel ?
  • pensez-vous qu’il serait bon de continuer à explorer ces questions et si oui, quelle forme cela devrait-il prendre ?
  • que pensez-vous de l’idée d’avoir un espace dédié à une section LGBTQ dans la bibliothèque ?

Les résultats

70Une première étape consistait à créer de l’intérêt pour les questions LGBTQ. Le manque de conviction du personnel, qui s’exprimait en partie par une forme de silence avant la formation (le séminaire et l’atelier RFSL) n’est apparemment pas une réaction inhabituelle. Lorsque de nouveaux champs de travail ou d’étude sont introduits, il y a souvent un certain niveau d’appréhension. Sur ce sujet en particulier, un certain niveau de perplexité et d’hésitation était prévisible. Malgré de grands efforts, il m’est apparu que les informations données en réunion, au cours des discussions ou en entretien de groupe à différents niveaux avant le séminaire, n’ont pas été suffisamment assimilées. Dans le rapport Hallonbergen, Bengtsson souligne comment chacun et chacune s’est impliqué·e personnellement et à un niveau rarement atteint quand il s’agit de développement de compétences professionnelles. Cela peut être un indicateur de la complexité des questions LGBTQ et de normes sociales ainsi du temps nécessaire aux individus pour intégrer de nouvelles informations et de nouvelles connaissances dans un domaine délicat.

71C’est pourquoi il a fallu du temps avant d’informer le personnel du processus de formation. Ce n’est qu’après que le sujet a été discuté un certain nombre de fois dans l’environnement de travail qu’on commence vraiment à en parler, et seulement de façon prudente et circonspecte. J’ai découvert qu’il y avait beaucoup d’incertitude concernant le sujet même, notamment sur la signification des mots et ce qui était attendu de chaque membre de l’équipe.

72Une fois la journée de formation terminée, tout le monde a semblé en quelque sorte soulagé. Cela a peut-être à voir avec le fait que l’on ne s’était pas intéressé exclusivement aux questions LGBTQ, mais aussi à la façon dont la société impose des normes en général et l’hétéronormativité en particulier : c’est lorsqu’un individu se place ou est placé hors des normes sociales que les restrictions et les obstacles apparaissent évidents. Est apparue une nouvelle compréhension de l’importance de ces questions pour toutes et pour tous, mais aussi plus particulièrement pour les bibliothèques. Les réponses spontanées aux questions de l’entretien peuvent être synthétisées ainsi :

  • c’est très intéressant… Il y a beaucoup plus de choses à dire que ce que je pensais ;
  • je me suis toujours considéré comme plutôt ouvert d’esprit et tolérant, et je ne me rendais pas compte que j’avais autant de préjugés…
  • j’ai l’impression que nous accueillons déjà tout le monde de la même façon et avec le même respect ;
  • je me sens maintenant plus à l’aise avec cette terminologie ;
  • maintenant je comprends mieux ce que tu (Brandstedt) veux dire quand tu nous fais des remarques sur notre vocabulaire et notre façon de nous exprimer ;
  • j’aurais aimé une formation de trois jours parce que je commence peut-être à comprendre – et il est tellement important que nous comprenions vraiment !

73Toutes les personnes interrogées ont répondu que le séminaire de RFSL était à la fois instructif et intéressant. Ce que cela a signifié pour chaque individu dépend de son champ d’activité et de ses responsabilités. Une conscience plus aiguë peut avoir des effets sur le marketing, sur les rencontres avec le public, sur notre façon de nous exprimer et sur les futures acquisitions.

74À travers des observations à intervalles réguliers, des discussions et des rencontres, la formation RFSL, les entretiens et les discussions qui ont suivi reflètent bien les quatre étapes du modèle de David A. Kolb : expérimenter, réfléchir, généraliser et théoriser, et enfin agir. Cela se voit bien lorsqu’on observe l’ensemble des résultats du processus de formation. Cette approche prudente et répétitive est confirmée par le rapport de certification de la bibliothèque Hallonbergen : « le processus continue et répétitif a permis une étude approfondie et une réflexion mutuelle sur ces questions ».

75Il me semble qu’un premier niveau de compréhension de ces questions consiste à appréhender la façon dont la société est façonnée par des normes et des standards, pour le meilleur et pour le pire. Plus encore, comment ces normes contrôlent et limitent la société et les individus qui les défient. La bibliothèque travaillant a toujours plus d’inclusion, de tolérance et d’interculturalité, il est devenu évident que ces questions ainsi que les questions LGBTQ sont intimement liées et ce n’est que la simple continuation d’un mouvement déjà engagé en faveur de plus de diversité.

Conclusions

76Cette recherche fondée sur l’action s’intéressait à l’inclusion et à la diversité d’un point de vue LGBTQ et a révélé que c’était un domaine largement inexploré. Cela peut être considéré à la fois comme intéressant et d’une certaine façon décourageant. Comme indiqué plus haut, la bibliothèque publique de Mariestad a consacré beaucoup d’efforts et mené un long travail en faveur de la diversité dans de nombreux domaines, mais il faut constater ici un retard.

77Les résultats que je vois montrent que nous avons vécu avec la croyance que nous étions familiers et couvrions correctement tous les domaines que l’on pouvait attendre d’une bibliothèque publique suédoise dans le champ de l’ouverture et de l’inclusion. Il a fallu attendre aujourd’hui pour devenir sensible aux questions LGBTQ et à l’importance d’une approche prenant en compte les normes qui ont été rendues visibles par cette étude.

78Parmi les points que nous discutons actuellement, il y a le ton des discussions sur le lieu de travail, le type de collaborations qui permettrait une meilleure exploration et un développement des questions LGBTQ en matière de marketing et d’acquisitions sur le long terme afin d’assurer une qualité de service pour tous et pour toutes.

Notes

1 Voir la conférence n° 7. Les références bibliographiques de ce texte se trouvent à cette adresse : < http://library.ifla.org/1011/1/151-mehra-en.pdf >.

2 Sur les 706 bibliothèques du Tennessee recensées, 545 établissements disposent d’un site web (77 %). Sur les 57 bibliothèques universitaires, 56 disposent d’un site web (98 %), ceux-ci formant 10 % des sites web pris en compte dans l’étude. Sur 295 bibliothèques publiques, 243 disposent d’un site web (82 %), ceux-ci formant 44 % des sites web pris en compte dans l’étude. Sur 354 bibliothèques scolaires, 246 disposent d’un site web (69 %), ceux-ci formant 45 % des sites web pris en compte dans l’étude.

3 Extrait de la conférence n° 8. Les références bibliographiques de ce texte se trouvent à cette adresse : < http://library.ifla.org/1017/ >.

4 Voir le chapitre 4 pour trouver des outils d’aide aux acquisitions.

5 Extrait de la conférence n° 1 Les références bibliographiques de ce texte se trouvent à cette adresse : < http://library.ifla.org/65/1/101-brandstedt-en.pdf >.

6 Voir la conférence n° 3.

7 Voir la conférence n° 8.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte des régions du Tennessee
Légende Source : Tennessee State Library and Archives. < http://www.Tennessee.gov/​tsla/​regional/​regional.htm >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/2115/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 96k

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search