Version classiqueVersion mobile

Des bibliothèques Gay Friendly ?

 | 
Sophie Agié-Carré
, 
Légothèque

Introduction

Texte intégral

  • 1 Les groupes de travail appelés Special Interest Groups sont soutenus et affiliés à différentes sect (...)
  • 2 Pour identité lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre et transsexuelle, queer ou en questionnement. (...)
  • 3 L’expression fait référence au drapeau Arc-en-ciel, reflet de la diversité de la communauté LGBTQ, (...)

1Imaginé à Singapour en août 2013, le groupe d’intérêt spécial (GIS)1 consacré aux publics LGBTQ2 tient sa première conférence un an plus tard à Lyon, qui accueille alors le congrès de l’International Federation of Library Associations and Institutions (IFLA, Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques). Le titre de cette première allocution, éloquent s’il en est – Faire face au silence : comment les bibliothèques peuvent servir les usagers LGBTQ – témoigne d’une sorte d’invisibilité de la question du genre en bibliothèque alimentée par la modestie de la production éditoriale et la ténacité des stéréotypes : « Je n’y avais jamais pensé », titre pour sa part, Elizabeth L. Chapman, conférencière cette même année, citant l’un·e des professionnel·le·s interrogé·e·s lors de son enquête sur la nature des critères d’acquisition en secteur jeunesse. Pourtant les usager·ère·s sont là, familles arc-en-ciel3 ou jeunes LGBT sans-abri – ni publics spécifiques ni absents de la communauté minoritaire qu’ils forment malgré eux : les législations en vigueur autant que les représentations sociales finissent par créer des demandes d’informations « spécifiques », ou encore la nécessité de disposer aussi, et pas uniquement, d’œuvres romanesques et documentaires évoquant la diversité, notamment celle des compositions familiales par exemple.

  • 4 Linda Goldman, Coming out, coming in: Nurturing the well-being and inclusion of gay youth in mainst (...)
  • 5 Les textes des conférences sont mis en ligne dans la bibliothèque numérique de l’IFLA, sous licence (...)

2Pour faire de la bibliothèque cet « endroit sûr au sein de la culture dominante » voire un « refuge intérieur et extérieur »4, la profession des bibliothécaires peut s’appuyer sur une riche réflexion critique sur les questions de sexualité et d’identité de genre et se donner des opportunités d’échanges et de débats professionnels autour des communautés englobées sous le sigle LGBTQ. Les conférences présentées à l’IFLA par des bibliothécaires de tous les pays font entendre ces discussions : sur la base de la vingtaine de textes de conférence disponibles, émanant du GIS depuis sa création5, a été constitué un corpus de neuf témoignages, la plupart présentés en 2014 ; ils émanent de collègues américains, brésiliens, britanniques, hongrois et suédois ; ils abordent la question des collections, des publics, des services, de la formation professionnelle ; ils sont autant descriptifs qu’analytiques, riches de pistes d’actions et de réflexions. Ces textes de conférences présentées oralement devant un public très hétérogène de bibliothécaires de tous les pays gardent les marques de l’oralité : moindre densité d’informations qu’une production proposée à la lecture seule, syntaxe plus simple, lexique plus appuyé, choix de formules et d’angles d’attaque plus spectaculaires. Les propos, plus directs, gagnent en clarté et en efficacité ce qu’ils perdent en nuance et en complexité. C’est pourquoi le choix a été fait, pour cet ebook, non de présenter des actes de conférences mais la voix d’un collectif de bibliothécaires, soucieu·x·ses de partager des expériences, des réflexions, des outils de travail, des situations concrètes. Autrement dit, cet ebook présente une éditorialisation de ce corpus de conférences traduites en français.

  • 6 Voir l’encadré à la fin de l’introduction ainsi que l’Annexe 1.
  • 7 Accessibles librement sur le blog de la Légothèque. Les bibliothécaires qui ont bénévolement tradui (...)
  • 8 Présentation de la Légothèque en Annexe 2.

3Ces neuf textes6 ont en effet été traduits bénévolement en français par les membres de la commission Légothèque (Association des bibliothécaires de France, ABF), aidés par d’autres collègues bibliothécaires, également investis7. La Légothèque travaille sur la place des bibliothèques dans la construction de soi et la lutte contre les stéréotypes : il s’agit de « souligner le rôle d'accompagnement des bibliothèques dans la construction de l’individu en lui donnant accès à des collections et des espaces en lesquels il peut interroger, construire et affirmer ce qu’il est, ce qu’il souhaite être, ce qu’il se pense être »8.

  • 9 Comme les conférences ne sont pas présentées dans leur linéarité mais sous forme d’extraits thémati (...)

4Dans cet ouvrage, les neuf conférences sont éditorialisées selon trois entrées : thématique, géographique et pratique. Parce qu’être bibliothécaire et servir les publics LGBTQ ne recouvre pas la même réalité selon les pays et les législations en vigueur, nous avons souhaité favoriser l’examen des diversités géographiques en regroupant des extraits de conférences sous un même chapitre (voir le chapitre 4) ; de même, chaque conférencier·ère s’efforçant de fournir des ressources utiles aux collègues en matière d’acquisitions documentaires ou d’animations culturelles, nous avons réuni les instruments de travail dans le chapitre 3. Enfin, pour permettre de saisir en finesse les problématiques portées par le groupe « Publics LGBTQ » de l’IFLA, nous avons souhaité présenter d’une part les postures professionnelles dans toute leur complexité et d’autre part ce que les témoignages des professionnel·le·s rapportent des besoins des usagers (voir les chapitres 1 et 2)9.

5Le préambule ci-après revient sur la genèse du GIS de l’IFLA, extrait de la conférence présentée en 2014 par Rae-Anne Montague, à cette époque doctorante en sciences de l’information et coordinatrice du groupe à sa création avec Lucas McKeever, tous deux de l’université Urbana-Champaign en Illinois, aux États-Unis.

Préambule. L'émergence d'un groupe d'intérêt spécial à l'IFLA, par Rae-Anne MontagueExtrait de la conférence n° 2

Dans le cadre du 79e Congrès de l'IFLA, Infinite Possibilities, un petit groupe de bibliothécaires s'est réuni au Suntec Convention Center à Singapour pour discuter des services destinés aux usagers de bibliothèque LGBTQ. Ce congrès, organisé en 2013, comprenait deux présentations mettant l'accent sur des services orientés vers ces populations parfois invisibles et souvent mal desservies :

• la conférence « Identifier et mettre en œuvre la diversité : une recherche-action collaborative à la bibliothèque publique de Mariestad sur les problèmes LGBTQ », de Ragnhild K. Brandstedt, a été présentée dans le cadre de la section « Théories et recherches sur la bibliothèque »b ;
• la conférence « Calme et absence de réconfort : une étude pédagogique sur le développement des collections LGBT dans les bibliothèques publiques américaines » de Jennifer Weil Arns et Karen Miller a été proposée dans le cadre d'une session conjointe parrainée par les sections « Statistiques et évaluation » et « Éducation et formation »c.

Avant ces présentations, aucun contenu n'avait spécifiquement ciblé les usagers LGBTQ dans les conférences de l'IFLA depuis l'intervention de Laurel A. Clyde en 2003 intitulée « Les bibliothèques scolaires et la responsabilité sociale : soutien aux groupes et problèmes spéciaux – le cas de l'homosexualité », présentant un bref aperçu de livres et de ressources ayant un contenu LGBTQ positif, ainsi que de pratiques exemplaires à proposer aux étudiants dans un contexte de résistance généralisée. Cette intervention était proposée dans le cadre d'une session de la section « Bibliothèques scolaires et centres de ressources ». Avant cette date, James V. Carmichael proposait en 1998 dans la section aujourd'hui disparue « Histoire des bibliothèques », un article intitulé « L'homosexualité et les bibliothèques aux États-Unis : une terre de liberté, mais pas un foyer pour les homosexuels » offrant une revue des mouvements contemporainsd. Carmichael soulignait que si le développement d'une forme de discours social représentait certains progrès – toujours mieux que le silence, il prévenait également que « tant que les conventions scientifiques et que les programmes des écoles professionnelles ne seront pas modifiés pour tenir compte des préoccupations des LGBTQ, il est probable qu'un développement des recherches sur ces thématiques se produira en dépit de, plutôt que grâce à, l'appui de la profession ».

Si l’IFLA « est la principale organisation représentant les intérêts des bibliothèques et des services d'information et de leurs usagers au niveau mondial », elle n’a comptabilisé que deux conférences sur les besoins des usagers LGBTQ en l'espace de quinze ans. À la lumière de ce constat, des collègues réunis à Singapour ont décidé de tenter de combler cette lacune professionnelle en lançant un GIS orienté vers les usagers LGBTQ. Des discussions ont eu lieu sur les sections aux intérêts communs pouvant parrainer ce groupe, dont les sections « Développement des collections », « Formation », « Management » ou « Populations multiculturelles ». Nous avons également discuté pour savoir s’il fallait nous rapprocher de militants reconnus des communautés LGBTQ. En conclusion, plus de 40 participant·e·s ont signé une pétition pour demander la formation du groupe dans la section « Acquisitions et développement des collections » avec l'auteure de cet article comme responsable, conjointement avec Lucas McKeever, ancien administrateur de la bibliothèque et centre d'archives Gerber/Hart de Chicago.

Fin décembre 2013, le comité professionnel de l'IFLA approuvait cette demande et le GIS pour les usagers LGBTQ était officiellement lancé en janvier 2014 avec cette description :

Dans le cadre de leur engagement professionnel à ouvrir des accès à l'information, les bibliothécaires sont chargés de répondre à l'ensemble des besoins d'information de leurs usagers, y compris ceux des personnes LGBTQ. Cela dit, l'IFLA a rarement évoqué les problèmes liés aux services en bibliothèque destinés aux membres des communautés LGBTQ. Le GIS « Usagers LGBTQ » remédie à cette lacune dans les connaissances professionnelles en offrant des opportunités de discuter de problématiques liées à des usagers souvent invisibles. Ce groupe permettra aux bibliothécaires d'examiner des sujets sur les comportements professionnels, les liens avec les communautés, la protection de la vie privée, l'organisation des animations, l'acquisition et la collecte efficaces de ressources pertinentes pour les personnes LGBTQ et leurs allié·e·s. Cela comprend la littérature professionnelle, les textes universitaires, les ressources pour les jeunes et les familles LGBTQ et tout autres travaux encourageant à réfléchir de manière critique aux questions de sexualité et d'identité de genre. Des échanges pour aider les bibliothécaires à répondre aux préoccupations soulevées par la mise en œuvre de ces services pour les LGBTQ seront également encouragés au sein du groupe.

Afin de planifier la première réunion officielle, la première conférence annuelle, et de faciliter l'échange d'informations entre les collègues, ont été ouverts une liste de courrier électronique et des comptes spécifiques sur les médias sociaux comme Facebooke, et Twitterf, en plus d'un wiki et d'un espace officiel sur le site de l'IFLAg.

2014 : les premières conférences du GIS

La première réunion de travail des membres du groupe a eu lieu le lundi 18 août 2014 dans le cadre du 80e Congrès de l'IFLA, Intersections, au Centre des congrès de Lyon. Vingt-quatre personnes ont assisté à la réunion.

Les discussions ont porté sur le rôle de ce genre de groupe, en particulier pour que nos objectifs s'harmonisent avec ceux d'autres groupes et initiatives de l'IFLA, notamment le GIS « Femmes, information et bibliothèques » (parrainé par la section « Gestion des associations de bibliothèques ») et la toute récente Déclaration de Lyon, un document appelant les États membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU) à reconnaître combien l'accès à l'information et les compétences nécessaires pour l'utiliser efficacement sont essentiels au développement durable. Les discussions ont également porté sur une réflexion autour de sujets actuels et futurs et ont permis de présenter des actions locales, telles que celles proposées par la Légothèque en France.

Thomas Chaimbault-Petitjean, l'un des fondateurs de la Légothèque, a présenté ce groupe dynamique de l'ABF formé en 2012 pour promouvoir la réflexion sur les questions de construction de soi et de lutte contre les stéréotypes. Décrivant les travaux récents de la Légothèque, dont le développement d'une carte des centres de ressources sur le genre, Thomas Chaimbault-Petitjean a invité les membres du groupe à assister à une présentation du centre de ressources sur le Genre hébergé par la Bibliothèque municipale de Lyon, le Point G, et à la séance organisée par la Légothèque pendant le congrès IFLA sur les jeux vidéo et l'inclusion. Lors de cette session, les bibliothécaires ont été invité·e·s à essayer un jeu simulant un coming out afin de mieux comprendre la complexité de cette expérience.

Le mardi 19 août, environ 200 participant·e·s au congrès se sont réuni·e·s pour la première conférence du GIS « Faire face au silence : comment les bibliothèques peuvent-elles desservir les usagers LGBTQ ». L'appel à communications pour cette session invitait les professionnel·le·s à partager des pratiques efficaces en matière d'accès et de réponse aux besoins d'information des usagers de bibliothèque LGBTQ. Plusieurs sous-thèmes possibles étaient également suggérés pour guider les auteur·e·s potentiel·le·s : la bibliothèque comme espace sûr, les partenariats avec des organismes communautaires et la promotion de l'inclusion.

Les présentations ont été examinées début 2014. Nous avons été agréablement surpris par le volume important et la portée des réponses. Cela est probablement dû à une ancienneté forte des besoins et marques d'intérêt. En fin de sélection, quatorze chercheurs et chercheuses de six pays ont été invité·e·s à proposer des articles et à partager des présentations sur ce large éventail de sujets pendant la sessionh.

La séance de deux heures a permis de renforcer l'enthousiasme des participant·e·s et donné beaucoup d'éléments de réflexion, partagés également avec un public plus large grâce aux médias sociaux. En plus de chercher à mieux comprendre les besoins et développer une pratique professionnelle efficace, les participant·e·s ont de nouveau rappelé l'importance de s'impliquer plus encore en tant que bibliothécaires. Comme le soulignait l'article de Liz Chapman, « Je n'y ai jamais vraiment réfléchi ...», les positionnements professionnels à l'égard de services orientés LGBTQ ne sont pas souvent très marqués. De fait, alors que la plupart des bibliothécaires expriment des attitudes positives, la majorité révèle également qu'ils n'ont pas pensé auparavant proposer des services pour leurs usager·ère·s LGBTQ et qu'ils ont une faible connaissance des besoins réels, des ressources disponibles et/ou des animations qu'ils peuvent organiser. Bien que ne faisant pas partie du programme officiel, les organisateur·rice·s, les participant·e·s et d'autres invité·e·s du groupe « Usagers LGBTQ » se sont réuni·e·s pour une rencontre organisée le mercredi 20 août au bar local LivestationDIY. Ce genre de rassemblement permet de développer des échanges informels, particulièrement appréciés des congressistes.

2015-2016 : questions spécifiques et élargissement des actions

La deuxième session du GIS a eu lieu à Cape Town, en Afrique du Sud, le 18 août 2015. L'appel à communications a été conçu pour s'aligner sur les problèmes présentés dans la Déclaration de Lyon et explorer des questions telles que : comment les bibliothécaires permettent un accès équitable aux informations d'importance pour les individus et les groupes LGBTQ ? Comment la liberté d'expression est-elle représentée dans les services de bibliothèque et les collections ? De plus, en raison de l'emplacement du Congrès, a été ajouté le sous-thème suivant : les services de bibliothèque orientés LGBTQ en Afrique. Trois articles ont été partagés : celui de Jamie Campbell Naidoo sur l'accès aux livres de jeunesse Arc-en-ciel grâce à des partenariats et des programmesi et celui de Louis Kamwina Nsapo intitulé « Lorsque l'arc-en-ciel entre dans nos bibliothèques », explorant ces questions d'accès en République démocratique du Congo. En plus d'organiser cette session au Congrès de 2015, le groupe a également planifié une session satellite pour le Congrès 2016 prévu à Columbus, Ohio, États-Unis. Cette pré-conférence a eu lieu du 10 au 11 août à Chicago.

Dans le cadre d'autres efforts visant à renforcer la compréhension des thématiques queer dans le champ des sciences de l'information et des bibliothèques, les co-responsables du groupe se sont impliqués dans l'édition d'une anthologie Global Reflections and Imaginings, évoquant des thématiques telles que les postures professionnelles, la bibliothèque comme espace accueillant, l'offre de services et la programmation culturelle innovante, le développement des collections, la collecte et la conservation des ressources, y compris la littérature professionnelle, les travaux universitaires, l'intersectionnalité, le travail avec les communautés et autres partenariats. Cet ouvrage fera partie d'une série développée par Litwin Books sur le genre et la sexualité dans les études en sciences de l'information et des bibliothèques. À côté de ce projet, Litwin s'est associé avec des universités pour parrainer des études de genre et de sexualité dans les colloques scientifiques en sciences de l'information. Une session s’est tenue en avril 2016 à l'Université Simon Fraser à Vancouver, en Colombie-Britannique, au Canada. En outre, la cinquième conférence sur les archives, les bibliothèques, les musées et les collections spéciales (ALMS) a été organisée en juin 2016 à Londres, au Royaume-Uni. Ce colloque, Without Borders (Sans frontières), s'est concentré sur les archives publiques, privées, académiques et de base, recueillant et conservant des ressources de tous types des communautés LGBTQ+.

a. Extrait de la conférence n° 2
b. Voir la conférence n° 1
c. Texte accessible en français sur le site de la Légothèque : < https://legothequeabf.wordpress.com/​nos-outils/​#trad >.
d. “Homosexuality and United States libraries: Land of the free, but not home to the gay”, Congrès ‘98 IFLA Amsterdam (17-19 August 1998) IFLA. Conference no 64, Amsterdam, Pays-Bas (17/08/1998).
e. < facebook.com/iflalgbtq >.
f. < @ifla_lgbtq >.
g. < ifla.org/lgbtq >.
h. Six de ces conférences sont présentées dans cet ouvrage, les conférences numérotées de 3 à 8.
i. Voir la conférence n° 9.

Les neuf conférences

Conférence n° 1. Identifier et mettre en œuvre la diversité : approche concrète et collaborative à la bibliothèque publique de Mariestad sur les questions LGBTQ.

Conférence n° 2. Promouvoir des services qui font la différence pour les publics LGBTQ en bibliothèque.

Conférence n° 3. La Bibliothèque arc-en-ciel à la bibliothèque publique d’Umeå et le réseau suédois pour les questions LGBTQ dans les bibliothèques suédoises.

Conférence n° 4. Pouvoir et communauté : les réponses organisationnelles et culturelles LGBT contre l’homophobie, et la promotion des valeurs d’inclusion.

Conférence n° 5. Bibliothèques publiques : créer des espaces sûrs pour les jeunes LGBTQ sans-abri.

Conférence n° 6. Réduire les risques de suicide des usagers LGBTQ.

Conférence n° 7. Don't say “gay” (« Ne parlez pas d'homosexualité ») dans l'État du Tennessee : les bibliothèques comme des lieux virtuels de résistance et de protection des droits humains des personnes lesbiennes, gays, bis, trans et queers (LGBTQ).

Conférence n° 8. « Je n’y avais jamais vraiment pensé » : l’attitude des bibliothécaires face à la mise à disposition de documents de fiction liés aux LGBT pour les enfants et les jeunes dans les bibliothèques de lecture publique en Angleterre.

Conférence n° 9. Accès à un univers de livres pour enfants issus de familles arc-en-ciel via des partenariats et des programmes : suggestions pour une sensibilisation des bibliothèques aux associations de familles LGBT.

Notes

1 Les groupes de travail appelés Special Interest Groups sont soutenus et affiliés à différentes sections et chacune de ces sections appartient elle-même à une division : le groupe Publics LGBTQ a reçu le soutien de la section « Acquisitions et développement des collections » de la division « Collections » lors de la séance du 24 décembre 2013.

2 Pour identité lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre et transsexuelle, queer ou en questionnement. Il est hors du périmètre de cet ouvrage de discuter la pertinence de ce regroupement ; en outre, nous avons choisi de respecter le sigle et la terminologie retenus par chacun et chacune des auteur·rice·s de cet ouvrage collectif : LGBT, LGBTQ, LGBTQI ou encore l’expression « arc-en-ciel  ».

3 L’expression fait référence au drapeau Arc-en-ciel, reflet de la diversité de la communauté LGBTQ, créé par Gilbert Baker en 1978.

4 Linda Goldman, Coming out, coming in: Nurturing the well-being and inclusion of gay youth in mainstream society, New York, Taylor and Francis, 2008.

5 Les textes des conférences sont mis en ligne dans la bibliothèque numérique de l’IFLA, sous licence Creative Commons : < https://www.ifla.org/annual-conference/proceedings >.

6 Voir l’encadré à la fin de l’introduction ainsi que l’Annexe 1.

7 Accessibles librement sur le blog de la Légothèque. Les bibliothécaires qui ont bénévolement traduit ces conférences ne sont pas des professionnel·le·s de la traduction ; pour autant, si certaines maladresses subsistent nécessairement, les différentes relectures ont permis d’éviter des contre-sens dommageables.

8 Présentation de la Légothèque en Annexe 2.

9 Comme les conférences ne sont pas présentées dans leur linéarité mais sous forme d’extraits thématisés, nous n’avons pas pu reprendre de façon utilisable les références bibliographiques citées dans les textes des conférences. Cependant, une note indique au cas par cas où les trouver dans le texte original pour pouvoir les exploiter (Ndé).

© Presses de l’enssib, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search