Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Presses de l’enssib Papiers Écritures Le déchiffrement des écritures an...

Écritures

 | 
Éric Guichard

Le déchiffrement des écritures anciennes ou l’invention de l’écriture : le « tableau » de Michael Ventris et le cas du linéaire B

Flavia Carraro

Texte intégral

1Le 1er Juillet 1952, sur la troisième chaîne de la BBC, Michael Ventris annonçait son déchiffrement de l’écriture linéaire B, la plus ancienne écriture d'Europe. Après une présentation traditionnelle des documents « minoens », il fit une déclaration révolutionnaire :

  • 1 Michael Ventris, “Deciphering Europe’s earliest scripts”, discours prononcé à la BBC, publié dans (...)

Ces dernières semaines, j’en suis venu à penser que les tablettes de Pylos et de Cnossos peuvent, après tout, avoir été écrites en grec, un grec difficile et archaïque, étant donné qu’il est de 500 ans antérieur à Homère, et écrit dans une forme assez abrégée, mais néanmoins du grec1.

2Le linéaire B est lié au nom de ce jeune architecte anglais qui perça le secret des palais mycéniens, et son exploit n’a cessé depuis d’attirer l’attention. Non seulement le résultat du déchiffrement, la lecture en grec de documents appartenant à l’âge du bronze et écrits en un système graphique très différent de l’alphabet complet, fait de signes phonétiques et d’idéogrammes, provoqua un étonnement sans précédent dans la communauté savante. Mais la méthode même employée pour déchiffrer, empruntée à la cryptographie militaire et qui mettait en cause l’ensemble des connaissances philologiques, historiques et ethnologiques de l’époque, attira sur Ventris des critiques aussi féroces en même temps qu’elle généra une grande admiration. Et si le linéaire B n’occupe dans les histoires de l’écriture qu’une place mineure, son déchiffrement figure aujourd’hui comme un cas exemplaire dans le panorama des déchiffrements des écritures anciennes et des méthodes de décryptage.

3Si l’histoire de tout déchiffrement se présente le plus souvent comme celle de l’extraordinaire aventure d’un homme de génie, aventure qui semble échapper à toute modélisation et dont le véritable exploit est la langue, qui d’oubliée, morte, impénétrable, est retrouvée, le cas du linéaire B permet de saisir, au-delà de ce qui est communément mis en relief, l’histoire d’un lent processus de découverte et d’invention à la fois.

4C’est sur cet aspect que nous voulons attirer l’attention. En particulier, la description du dispositif et celle de la procédure de déchiffrement montreront comment l’écriture, de même que la langue, constitue un résultat du déchiffrement : comment elle est mise au jour et, enfin, nouvellement inventée, dans et par le déchiffrement.

  • 2 Voir, en particulier, Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Pari (...)

5Véritable terrain en soi, où techniques savantes et inscriptions scientifiques se trouvent également mobilisées, le déchiffrement permet de questionner l’écriture autant que les processus de connaissance qu’elle engendre et qui l’investissent à la fois, donnant à voir l’articulation de la langue et de l’écriture, et de l’écrit et de l’écriture, et finalement des deux plans distincts de la « technologie de l’intellect » et de la « littératie » à partir desquels l’écriture se trouve le plus souvent être appréhendée2.

LES DOCUMENTS MYCÉNIENS, L’ÉCRITURE ET LE DÉCHIFFREMENT

  • 3 Seul le linéaire B a été déchiffré à ce jour. Ces trois écritures font aussi partie de la famille (...)

6Depuis qu’en 1900 les premiers documents inscrits furent trouvés sur le site de Cnossos, en Crète, par Sir Arthur Evans, le linéaire B constituait une véritable énigme pour la communauté savante. Cette première campagne de fouilles révéla trois types d’écriture, les écritures crétoises, ou, selon la terminologie d'Evans, « minoennes » : le hiéroglyphique crétois, le linéaire a et le linéaire B3. Les tablettes en linéaire B furent dès le début les plus nombreuses et se prêtaient aussi à une étude plus systématique du fait de leurs caractéristiques textuelles. En effet, elles présentent une série d’indices explicites pour une première interprétation : des textes relativement courts faits de groupes de signes – certainement des mots de la langue, des idéogrammes et des chiffres disposés sur l’argile selon une organisation tabulaire qui ne laisse aucun doute quant à la nature comptable et administrative du message enregistré (voir figure 1). Ainsi Evans put-il comprendre d’emblée quelques signes idéographiques dans lesquels on reconnaît le dessin d’objets de la culture matérielle (vaisselle, mobilier, armes) et d’animaux, ou encore le système décimal des chiffres, toujours disposés à droite des idéogrammes et indiquant la quantité des biens et des denrées enregistrés.

7Avec les signes pour les choses et les signes pour les nombres, l’archéologue anglais établit aussi que les signes phonétiques qui figuraient en des groupes écrits de façon linéaire devaient constituer un syllabaire « ouvert » (ou « simple »), et donc noter des syllabes constituées par une consonne et une voyelle ou une voyelle seule.

Figure 1 : Fac-similé de la tablette de Cnossos KN Ce 59

Figure 1 : Fac-similé de la tablette de Cnossos KN Ce 59

Source : J. Chadwick, L. Godart, J.T. Killen, A. Sacconi, I.A. Sakellarakis, Corpus of Mycenaean Inscriptions from Knossos, Cambridge et Rome, Cambridge University Press et Edizioni dell’Ateneo, Istituto per gli studi Micenei e Egeo-Anatolici, Incunabula Graeca, 88, 1-4 (1986-1998).

  • 4 Evans mourut en 1941 et à cette date, seulement une partie mineure de la documentation en linéaire (...)
  • 5 Dans une première publication de 1940, Ventris, qui avait alors 18 ans, avança l’hypothèse que les (...)

8Documents comptables extrêmement homogènes et graphiquement pauvres par rapport à la documentation proche-orientale de la même époque, les tablettes en linéaire B restèrent muettes durant cinquante ans, bien après la mort d’Evans4, tandis que les fouilles restituaient des nouveaux textes dont on interrogeait sans cesse les traces, sans qu’aucune tentative d’interprétation n’ait pu être considérée comme un « déchiffrement ». Plusieurs hypothèses de lecture furent émises par des archéologues, des linguistes et des philologues des horizons les plus différents, et l’on essaya de lire les tablettes en étrusque, en hittite, en basque, par exemple, jusqu’à ce qu’un « amateur », un spare-time scholar comme Ventris aimait se présenter, passionné depuis son plus jeune âge par les écritures anciennes, trouve la solution. Contre toute attente, ces comptes se révélèrent être rédigés en grec5.

9Le résultat du déchiffrement fit l’objet d’une première publication en 1953 dans le Journal of Hellenic Studies et eut un tel écho qu’à peine un an plus tard, ce journal republia le même article dans un tiré à part.

  • 6 Michael Ventris et John Chadwick, “Evidence for Greek dialect in the Mycenaean archives”, Journal (...)

10Dans cet article, “Evidence for Greek dialect in the Mycenaean archives”6, signé par Michael Ventris et John Chadwick, helléniste avec lequel Ventris avait commencé à travailler en juillet 1952, les auteurs détaillaient cette présence de la langue grecque dans les documents mycéniens et les règles de sa notation dans le syllabaire B.

  • 7 Nous n’insistons pas dans cette brève présentation sur les signes complexes qui font exception, ni (...)

11Celui-ci comporte environ 87 signes syllabiques notant des syllabes simples : consonne-voyelle (CV) ou voyelle isolée (V)7. En raison du principe de notation qui régit tout syllabaire ouvert et des particularités grammaticales et morphologiques de la langue grecque, les règles orthographiques sont très complexes ; par ailleurs, les spelling rules sur lesquelles se fonde le répertoire des signes comportent parfois des « manques » par rapport à la notation alphabétique postérieure, et toutes les séries consonantiques n’y sont pas représentées. La forme que la langue grecque prend dans cette écriture en rend donc la reconnaissance souvent difficile et laborieuse, et la nature comptable des textes mycéniens, brefs et lacunaires du point de vue linguistique, demande un effort supplémentaire d’interprétation.

  • 8 Le travail de Ventris était connu depuis 1950 par les savants qui s’intéressaient à la documentati (...)

12La publication du résultat du déchiffrement nécessitait des explicitations cohérentes et détaillées, et la démonstration des auteurs devait être d’autant plus rigoureuse que l’interprétation des documents opérait sur plusieurs plans à la fois : celui de la langue et de l’écriture, celui de l’écrit et de la documentation. Ventris et Chadwick insistèrent alors d’emblée sur le procédé qui les avait menés à cette lecture et présentèrent dans ce même article « le déchiffrement » proprement dit8.

Figure 2 : “Experimental Syllabic Grid”, d’après Michael Ventris et John Chadwick, “Evidence for Greek dialect in the Mycenaean archives”

13C’est ainsi que devint célèbre le tableau expérimental de substitution des signes syllabiques mycéniens avec les valeurs phonétiques de la langue. Celui-ci permet assurément de lire les signes mycéniens ; mais il représente et coïncide avec le déchiffrement du linéaire B. Car, si Ventris est l’homme qui a déchiffré le linéaire B, il semblerait bien que dans ce déchiffrement ce fut plutôt une grille qui tint l’affaire.

LA GRID DE VENTRIS, UN TABLEAU DE DÉCHIFFREMENT

  • 9 Suite au déchiffrement, la lecture de certains signes a été rectifiée et, de même, d’autres signes (...)

14Comme il apparaît clairement dans l’article “Evidence…”, la solution de l’énigme du linéaire B consiste en une table de signes où figurent, les uns à côté des autres, les signes mycéniens et leurs valeurs phonétiques : des syllabes9. On y voit comment chaque signe du linéaire B peut (doit) être lu, comme cela se passe toujours dans la présentation des écritures – où le répertoire des signes originaux est accompagné de leur explicitation en termes de voyelles, de consonnes, de syllabes ou de mots, selon le type d’écriture considéré.

15Cependant, les choses ne sont pas aussi simples. La façon de distribuer et d’organiser les signes, leur explicitation phonétique, de haut en bas et de gauche à droite, où l’on peut repérer des séries vocaliques et consonantiques, révèlent la structure de ce qui constitue un véritable « dispositif graphique d’expérimentation » : celui que Ventris a employé dans son déchiffrement, dans ses notes de travail : une « Grid », pour employer les termes cryptanalytiques de Ventris, ou, plus simplement, un tableau.

Figures 3, 4 et 5 : Les trois versions de la Grid présentes dans les Work Notes de Michael Ventris

Figures 3, 4 et 5 : Les trois versions de la Grid présentes dans les Work Notes de Michael Ventris

Source : M. Ventris, Work Notes on Minoan Language Research, Incunabula Graeca, A. Sacconi (ed.), Roma, Edizioni dell’Ateneo (1988).

16Que représente ce tableau et comment fonctionne-t-il ? Et quelle relation la Grid-tableau entretient-elle avec le « déchiffrement » ?

  • 10 Jack Goody, La raison graphique, op. cit., p. 110.

17Cette Grid consiste en un tableau de 15 lignes et 5 colonnes (figures 4 et 5), dans lequel les syllabogrammes du linéaire B trouvent chacun une place, dans les cases qui y prennent forme selon des entrées qui représentent la question des valeurs linguistiques dont ces signes sont porteurs et qui est propre au déchiffreur. Nous retrouvons là tous les éléments d’une définition désormais classique d’un tableau : « une manière de disposer des nombres, des mots ou tout autre élément sous une forme claire et ramassée, de façon à présenter un ensemble quelconque de faits ou de relations distinctement et globalement, pour la commodité de l’étude, du calcul ou des références. »10 L’étude de Ventris visait à découvrir la langue cachée derrière les signes et à trouver la valeur phonétique de chaque syllabogramme mycénien : programme même de tout déchiffrement, qui réalise la substitution entre plan graphique et plan linguistique et explicite ainsi l’ajustement originel entre signes écrits et langue.

  • 11 L’étude de Ventris portait sur les tablettes connues (et non nécessairement publiées) de Cnossos e (...)
  • 12 Rappelons que Ventris a perfectionné et employé une Grid-tableau conçue précédemment par Alice Kob (...)

18Sur la base des documents à sa disposition11, en partant des caractéristiques textuelles, de leurs occurrences et de la fréquence d’apparition des signes dans les groupes, et en s’appuyant sur une série d’hypothèses relatives au syllabaire (CV, V), à la structure de la langue (flexionnelle), et à sa grammaire (variation vocalique du radical), Ventris a disposé les signes mycéniens à l’intérieur des cases du tableau12.

19Comme chaque signe du linéaire B (syllabaire ouvert) était censé noter une syllabe composée d’une consonne suivie par une voyelle ou d’une voyelle seule, les lignes et les colonnes du tableau représentent et organisent ces éléments. Les cinq colonnes du tableau représentent cinq voyelles (v1, v2, v3, v4, v5), et son organisation suit la composante vocalique de chaque syllabogramme ; les lignes, au contraire, représentent des consonnes (c1 à c15) et donnent à voir la composante consonantique des syllabes notées.

20À l’intérieur de la Grid, chaque syllabogramme du linéaire B peut ainsi devenir une syllabe abstraite et recevoir un « nom théorique », en dehors de toute langue naturelle, selon les coordonnées propres à l’espace graphique qui le contient. Le signe à la ligne 6 et à la colonne 1, par exemple, correspond à une syllabe formée par la consonne de numéro 6 et par la voyelle de numéro 1 et vient donc s’appeler c6-v1 ; selon le même principe, le signe à la ligne 9 et à la colonne 1 s’appelle c9-v1. Ces deux syllabogrammes partagent la même voyelle (v1) mais sont caractérisés par une consonne différente (c6 et c9). Les signes censés noter une syllabe composée par une voyelle seule ne trouvent aucune correspondance dans les lignes, car l’élément consonantique est, dans ce cas, absent, et leur « nom théorique » est déterminé par la position qu’ils occupent dans les seules colonnes (c/-v de 1 à 5).

21La fonction de la Grid était de ranger les signes mycéniens d’après les rapports qu’ils entretiennent dans les textes en tenant compte de leur fréquence, de leur nature, de leur fonction, des variations qu’ils présentent dans les groupes qu’ils composent, et enfin de leur alternance dans des contextes différents (graphique, textuel, archéologique) : c’est à partir d’hypothèses concernant tous ces aspects que les signes des tablettes ont été considérés comme un répertoire d’écriture, puis insérés dans les différentes cases du tableau. L’avantage de son emploi était de réaliser un jeu de « dominos » dans lequel les signes auraient trouvé une solution sur le plan d’une langue abstraite selon leur position : les noms-valeurs phonétiques théoriques auraient pu ainsi s’expliciter de façon conjointe et en respectant la cohérence imposée par les deux séries induites par le tableau, consonantique et vocalique, dans leur distinction. Par son fonctionnement, la Grid aurait ainsi, comme nous allons le voir dans les pages qui suivent, « contraint » le déchiffrement.

22Après avoir disposé un nombre minimal de signes mycéniens sur ce tableau, il s’agissait, pour le mettre en fonction, d’y « insuffler » du son : tout d’abord, sur la base des analyses antérieures des signes d’écriture et des textes, Ventris proposa de considérer le signe qui apparaissait le plus souvent à l’initiale des groupes de signes (il s’agit du signe *08 du répertoire syllabique du linéaire B) comme une syllabe à voyelle seule – car dans la plupart des langues, les voyelles ne se suivent pas à l’intérieur des mots alors qu’elles figurent souvent comme sons initiaux. Il attribua à ce signe la valeur phonétique hypothétique et provisoire « a ».

23Ensuite, il employa les syllabes « ti » et « na » notées par les deux signes qui avaient la même forme dans l’autre syllabaire égéen connu de la même époque, le syllabaire chypriote, faisant ici l’hypothèse que ces signes homomorphes pouvaient également partager leur valeur phonétique. La mise en marche de la Grid fut ainsi réalisée avec ces trois syllabes : « a », « ti » et « na ».

24Or, le signe du linéaire B de même forme que le signe qui se lisait « ti » dans le syllabaire chypriote se trouvait dans la case c6-v1. Tous les signes qui se trouvaient dans la colonne 1 devaient, par conséquent, comporter l’élément vocalique « -i », alors que tous ceux qui appartenaient à la ligne 6 acquéraient « t- » comme élément consonantique. De même, à partir du signe qui valait « na » dans le syllabaire chypriote, et qui occupait la colonne 5 et la ligne 8, les signes de mêmes coordonnées, sur les colonnes et sur les lignes, se trouvaient être nommés avec une syllabe en « n- » et en « -a ».

25Le tableau, outil du déchiffreur, avait produit la réaction en chaîne attendue : les cases se remplissaient automatiquement, et les signes pouvaient faire place à des syllabes probables, disjointes en leurs composantes vocalique et consonantique selon les séries atteintes par l’expérimentation. Cela confortait nombre d’hypothèses émises auparavant : par exemple, celle concernant le signe à voyelle seule, « a », dont la position, sur la même colonne que le signe pour « na », se trouvait confirmée par cette première application. Quelques signes du linéaire B avaient désormais un « nom », non plus fait de coordonnées spatiales et exprimé dans la « langue du tableau », mais fait de sons.

26La Grid permettait donc de « lire » les signes disposés en son intérieur, mais pour en faire un dispositif de découverte de la langue, il était nécessaire de la mettre à l’épreuve de mots.

  • 13 Les noms propres inscrits dans les cartouches des textes égyptiens jouèrent le même rôle dans le d (...)

27S’appuyant sur les parallèles possibles entre les documents mycéniens et les documents comptables proche-orientaux (et en particulier ceux d'Ougarit qu’il avait étudiés en détail), Ventris émit l’hypothèse que certains groupes de signes représentaient des noms de lieux : en divers textes écrits en linéaire B, ces groupes de signes semblaient reprendre, et dans le même ordre, ce qu’on savait être, en ougaritique, des toponymes suivis de listes de denrées. Ces toponymes servirent donc de banc d’essai : tout comme les anthroponymes, ils ont la propriété de se conserver au fil des siècles et de peu varier d’une langue à une autre, se prêtant ainsi parfaitement à l’expérimentation13.

28La toponymie de la Crète du premier millénaire était d’ailleurs bien connue, et les noms de lieux que l’on pouvait s’attendre à lire sur les tablettes de Cnossos pouvaient être : Cnossos, le Palais, Amnisos, le port le plus proche, et Tylissos, un autre centre non loin. Or, un groupe de signes apparaissait à plusieurs reprises sur les tablettes, et souvent à la même position. Il commençait par le signe *08, dont Ventris supposait qu’il avait la valeur phonétique « a ». Ventris tenta donc le nom du port « Amnisos », escomptant une notation de type syllabique : « a-mi-ni-so ».

  • 14 Ces exemples permirent de déduire une règle propre au syllabaire et à la notation de la langue : l (...)

29Le premier signe du groupe devait donc être un « a » (dans la Grid : c5) ; le deuxième un « mi » (c9-v1) ; le troisième un « ni » (c8-v1) ; enfin, le dernier devait représenter le son « so » (c7-v2). Cette disposition montrait que le signe c9-v1 et le signe c8-v1 partageaient la même voyelle : « -i »14. À partir de cet essai, le signe c7-v2 engendrait une nouvelle série consonantique en « s- » et une nouvelle série vocalique en « -o ».

30Non seulement Ventris put reconnaître et lire les noms de Cnossos (sous la forme écrite : « ko-no-so ») et Tylissos (sous la forme : « tu-li-so »), mais, par la même opération, il réussit à remplir le tableau avec des nouveaux signes, à ajouter des nouveaux noms-valeurs phonétiques et à leur substituer certains signes déjà représentés dans les cases du tableau.

31Cependant, les toponymes ne peuvent pas fournir d’indications sur la langue notée, car deux langues différentes peuvent avoir des sons en commun : il fallait donc passer du plan phonétique au plan lexical et extraire du tableau les noms communs propres à une et une seule langue, celle qui, notée dans l’écriture linéaire B, aurait permis à la fois de lire et de comprendre les écrits mycéniens.

  • 15 Le fait que la langue notée par les documents mycéniens ait été une langue connue et non pas isolé (...)

32Ventris appliqua le procédé d’analyse textuelle employé pour les noms de lieux aux groupes de signes devant les chiffres ou à côté des idéogrammes, et qui pouvaient vraisemblablement représenter des noms de denrées. Dans les mots que la Grid lui permit de lire, « ko-wo », « ko-wa » et « to-so », notés dans une graphie difficile et « déformés » à l’intérieur d’une structure syllabographique, Ventris put immédiatement reconnaître la langue : kouros, « garçon », koure, « fille », tosos, « total », tellement ces mots sonnaient comme du grec15.

LE PROCESSUS DE DÉCHIFFREMENT ET L’ÉCRITURE

33La Grid illustre parfaitement le caractère novateur du déchiffrement du linéaire B et témoigne parfaitement d’une méthode interne et combinatoire, tout en explicitant les hypothèses et la procédure.

34Contrairement aux autres déchiffreurs qui, partant d’une hypothèse de langue, procédaient par essais et erreurs jusqu’à l’obtention d’un ajustement constant entre signes et langue, Ventris ne s’est appuyé sur aucun texte bilingue ou digraphe, pas plus qu’il n’eût besoin de savoir a priori quelle langue se cachait derrière l’écriture étudiée. Comme Ventris d’abord, puis Ventris et Chadwick, le soulignèrent dès les premières présentations du déchiffrement, la solution grecque s’imposa d’elle-même, car c’était la Grid qui avait contraint des signes muets à parler.

35En effet, dans la Grid et grâce à elle, Ventris a croisé un ensemble hétérogène de données : des séquences de signes à la forme de chaque signe, de la nature des écrits aux occurrences des groupes graphiques, de documents aux mots de la langue qui pouvaient les composer. Il a ainsi pu dégager la structure sous-jacente de l’écriture et identifier les schémas de fonctionnement dissimulés dans les textes mycéniens. C’est donc sur la base de faits attestés mais en partant d’un point de vue théorique qu’il appliqua son dispositif. C’est pour cela qu’on parle de méthode « interne » ou « combinatoire » : dans l’espace réalisé et organisé par la Grid, c’est tout l’ensemble des données qui peut être disposé. La Grid permet de cartographier les rapports entre les signes et finalement de dévoiler leur système.

  • 16 Bruno Latour, « Le topofil de Boa-Vista. La référence scientifique : montage photo-philosophique » (...)

36Si on entend par déchiffrement le procédé à travers lequel l’ajustement entre signes et langue se réalise dans le but de restituer en clair les textes et ainsi de les rendre lisibles et compréhensibles dans une langue, la Grid représente et réalise cet ajustement et équivaut ainsi au déchiffrement proprement dit. La relation que la Grid entretient avec le déchiffrement et celle qui la lie avec son tableau sont donc les deux facettes d’un même dispositif. La Grid-tableau garantit un effet de visualisation et de mise en référence et, à la fois, consiste en une matrice de réflexion, d’accompagnement et de vérification16.

37Ce dont l’histoire de la Grid rend compte. La Grid de l’article “Evidence…” (figure 2) peut être regardée du point de vue du résultat du déchiffrement : la substitution des signes mycéniens ; les grids des Work Notes (1, 15 et 17) en constituent les « brouillons » (figures 3, 4 et 5) et montrent davantage la substitution en train de se faire ainsi que les enjeux de ce qui, autrement, apparaîtrait comme une simple table de signes. Elles constituent non seulement des essais de déchiffrement, mais aussi des « essais de tableaux » : trois stades du même travail qui montrent les arrangements et les précautions de Ventris, et comment il circulait entre les signes et sa Grid. Plusieurs résultats scandent, en effet, les étapes d’utilisation de la Grid au regard du déchiffrement du linéaire B. Au moment où Ventris systématise les données, il analyse aussi le répertoire mycénien, les occurrences et variantes des signes : l’écriture linéaire B existe comme écrit, et la langue cachée existe comme système linguistique. Ne manque que la notation de la langue mycénienne par l’écriture linéaire B.

38En particulier, certaines valeurs phonétiques de consonnes et de voyelles avaient été attribuées par Ventris de façon provisoire sur la base des occurrences des signes et de leur fréquence ; ce que montrent les annotations en marge de ses grids de travail : ces hypothèses, externes au tableau et étrangères à son fonctionnement interne, constituent des éléments à prouver et des données à traiter.

39Les étapes successives de l’expérimentation proprement dite illustrent ce propos : le premier essai de substitution avec les valeurs phonétiques « a », « ti », « na » ; la mise en relation de la position des signes dans les groupes (ou de la forme de leur tracé) avec des valeurs phonétiques ; la dénomination théorique des signes mycéniens ; la mise à l’épreuve des noms-sons obtenus avec les noms de lieux ; enfin la confrontation des noms-sons aux mots courants d’une langue où ils font sens. Ces étapes montrent comment s’opère le passage du plan de l’écrit à celui de l’écriture, puis du plan de l’écriture à celui de la langue dans la dialectique instaurée par le déchiffreur Ventris entre les signes mycéniens et les valeurs phonétiques que les lignes et les colonnes de la Grid autant que les lettres de l’alphabet donnent à voir.

40Outil de déchiffrement, par la substitution des signes avec les sons de la langue, la Grid est aussi aux mains de Ventris un instrument de vérification de son propre raisonnement. Les éléments qu’elle organise se trouvent être appréhendés comme des moyens, des objets d’analyse, des résultats selon que l’on considère sa structure ou son fonctionnement, la substitution qu’elle opère ou l’objet de celle-ci.

41L’écriture, la langue des anciens Mycéniens et le déchiffrement se trouvent tous inscrits dans le tableau de Ventris, le long des coordonnées qui en tracent l’espace, selon les lignes et les colonnes qui en assurent la structure, dans les cases qui s’y dessinent et les signes anciens qui s’y trouvent copiés. Le tableau permet de considérer les éléments traités distinctement et globalement, et ces deux niveaux correspondent aussi aux deux plans de prise et de traitement qui intéressent Ventris et tout déchiffreur : la langue et l’écriture.

42La Grid en rend compte et les engendre à la fois.

43Il est donc nécessaire de distinguer entre le déchiffrement comme événement achevé – son résultat – et le déchiffrement comme processus de connaissance. Car il y a bien deux temporalités distinctes et complémentaires : la première, particulière et complexe, suit les moments de mise en forme et en application du tableau ; la seconde se déploie quand le tableau donne le résultat recherché. Or cet aspect temporel s’accompagne d’un processus de traduction des questions et des hypothèses qui, à chaque étape, se trouvent résolues et synthétisées à l’intérieur des cases de la Grid. Jusqu’à ce que l’ensemble du processus soit entièrement pris en charge par le dispositif, qui aura finalement profité de trois effets : d’accumulation (quantité), de cumulation (qualité) et d’accélération.

44Ventris procédait sur deux terrains à la fois : celui des documents et des signes écrits ; et celui de la théorie, entre linguistique et écriture. C’est sur ces deux plans que la relation entre la Grid et le déchiffrement peut être explicitée : les deux dimensions du tableau se trouvent en effet redoublées par celles inhérentes à sa construction (théorie et modèle de l’écriture et théorie et modèle de la langue) et par celles propres à son contenu (les signes écrits mycéniens, constitués en répertoire graphique).

45Non seulement le tableau confère aux données, une fois classées, des caractéristiques nouvelles, mais il permet d’opérer concrètement la transformation des données graphiques en données linguistiques. Enfin, il expose géométriquement les catégories sur lesquelles il s’appuie : l’alphabet complet, qui distingue consonnes (lignes) et voyelles (colonnes) en même temps qu’il permet de les agencer en des syllabes. Ainsi, la charpente graphique de la Grid permet d’identifier comment l’écriture-système et la notation de la langue émergent autant qu’elles s’ajustent. Et nous pouvons ajouter : elles se superposent.

46Tout déchiffrement mène à la langue cachée derrière les signes. Souvent il est confondu avec son résultat. « Déchiffrement des écritures » ou « déchiffrement des langues » : ces deux expressions, souvent interchangeables, rendent bien compte d’un état de fait. Déchiffrées, comprises, lues, les écritures anciennes apparaissent comme déjà là au moment du déchiffrement, tracées sur les documents qui en attestent l’existence, et le véritable exploit du déchiffreur passe par la découverte de la langue. Ainsi, on entend le plus souvent par déchiffrement une procédure qui porte sur l’écriture et mène à la langue.

47L’analyse de la Grid permet d’appréhender au contraire comment le déchiffrement consiste en un processus d’analyse portant à la fois sur les documents et les textes, les signes écrits et l’écriture, la langue et les faits de langue. Ceci nous invite à mettre en perspective la notion de « déchiffrement » ainsi que celle de « modèle interne », le plus souvent mis en avant dans le cas du linéaire B à l’égard du résultat, d’une part, et des objets pris en considération pour l’obtenir, d’autre part.

48C’est dire alors que la relation entre la Grid et le déchiffrement du linéaire B est exemplaire dans sa singularité : au regard des déchiffrements des écritures anciennes comme au regard de la définition et de la description de l’écriture.

Notes

1 Michael Ventris, “Deciphering Europe’s earliest scripts”, discours prononcé à la BBC, publié dans The Listener, 10 juillet 1952 [nous traduisons].

2 Voir, en particulier, Jack Goody, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, les Éditions de Minuit, 1979, et La logique de l’écriture. Aux origines des sociétés humaines, Paris, Armand Colin, 1986.

3 Seul le linéaire B a été déchiffré à ce jour. Ces trois écritures font aussi partie de la famille des écritures égéennes avec notamment le syllabaire chypriote classique – auquel nous ferons référence dans les pages qui suivent – qui, déchiffré depuis les années 1870, a noté aussi la langue grecque entre 1200 avant notre ère et l’époque hellénistique. Le linéaire B a été en usage en Crète et sur le continent grec entre le XVe siècle et le XIIIe siècle avant notre ère. Outre Cnossos, qui a restitué les premiers documents connus, les sites principaux sur lesquels des tablettes inscrites ont été retrouvées sont : la canée, en Crète, et Pylos, Mycènes, Tirynthe et Thèbes sur le continent. Mais d’autres documents graphiques sont connus, comme des nodules et des vases, provenant également de la Crète et du continent. Aujourd’hui, nous connaissons environ 5 000 tels documents.

4 Evans mourut en 1941 et à cette date, seulement une partie mineure de la documentation en linéaire B avait été publiée (134 tablettes sur environ 3 000 documents retrouvés dans cette même campagne de fouilles). Voir Arthur Evans, Scripta Minoa I, Oxford, 1909 et The Palace of Minos I-IV, London, 1921-1935. Le retard dans le déchiffrement du linéaire B a toujours été imputé à l’emprise du savant anglais sur l’ensemble de cette documentation. L’œuvre d’Evans fut reprise par sir John Linton Myres et ne parut qu’en 1952. John Linton Myres, Scripta Minoa II, Oxford, 1952.

5 Dans une première publication de 1940, Ventris, qui avait alors 18 ans, avança l’hypothèse que les tablettes notassent la langue étrusque. Voir Michael Ventris, “Introducing Minoan Language”, American Journal of Archaeology, 44, 1940, pp. 494-520. Cette thèse ne sera abandonnée que pendant le travail systématique sur les documents, entrepris à partir de 1951, comme les notes de travail de Ventris le démontrent. Voir Michael Ventris, Work Notes on Minoan Language Research, Incunabula Graeca, A. Sacconi (ed.), Roma, Edizioni dell’Ateneo, 1988. De même, l’hypothèse grecque avait été avancée dès les années 1920 et, comme les autres, elle fut écartée comme contraire à toute « vraisemblance historique », généralement admise par la génération des savants contemporains d’Evans.

6 Michael Ventris et John Chadwick, “Evidence for Greek dialect in the Mycenaean archives”, Journal of Hellenic Studies, vol. 73, 1953, pp. 84-103.

7 Nous n’insistons pas dans cette brève présentation sur les signes complexes qui font exception, ni sur d’autres particularités d’orthographe et de répertoire.

8 Le travail de Ventris était connu depuis 1950 par les savants qui s’intéressaient à la documentation minoenne en Europe et aux États-Unis grâce au rapport qu’il établit, imprima et fit circuler. Voir Michael Ventris, Languages of Minoan and Mycenaean Civilization, london, 1951, et Incunabula Graeca, op. cit.

9 Suite au déchiffrement, la lecture de certains signes a été rectifiée et, de même, d’autres signes ont été lus. La définition d’« expérimentale » donnée à la Grid dans cette première publication fait référence au caractère encore nouveau et non stabilisé des résultats obtenus du point de vue des signes ainsi que, surtout, de celui de la langue. Nous verrons qu’il y a une autre acception à prendre en considération pour cet adjectif, que nous approfondirons.

10 Jack Goody, La raison graphique, op. cit., p. 110.

11 L’étude de Ventris portait sur les tablettes connues (et non nécessairement publiées) de Cnossos et de Pylos.

12 Rappelons que Ventris a perfectionné et employé une Grid-tableau conçue précédemment par Alice Kober. Nous n’insisterons pas ici sur cet aspect et nous renvoyons, pour plus d’approfondissements, à notre thèse de doctorat : Mycénologues et Mycéniens. Tracer, écrire, lire et inventer le linéaire B, Université Paris 8 – las, 2010 [à paraître].

13 Les noms propres inscrits dans les cartouches des textes égyptiens jouèrent le même rôle dans le déchiffrement des hiéroglyphes.

14 Ces exemples permirent de déduire une règle propre au syllabaire et à la notation de la langue : les groupes consonantiques de la langue se trouvaient distribués en deux syllabes dans lesquelles la consonne était à chaque fois celle composant le groupe et la voyelle celle qui apparaissait après le groupe de consonnes. Ventris ne s’occupa guère du « s » final du mot grec Amnisos.

15 Le fait que la langue notée par les documents mycéniens ait été une langue connue et non pas isolée doit être remarqué.

16 Bruno Latour, « Le topofil de Boa-Vista. La référence scientifique : montage photo-philosophique », Raisons pratiques, no 4, Les objets dans l’action, 1993, p. 187-216. Là réside une différence intéressante entre la mise en référence dont parle Latour pour la boîte noire qu’il décrit, pour laquelle il y a un mode opératoire d’application toujours valable, et le dispositif Grid dans le déchiffrement du linéaire B, qui, au contraire, nécessite pour sa mise au point une série d’opérations qui nous semblent relever plutôt d’une matrice.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Fac-similé de la tablette de Cnossos KN Ce 59
Légende Source : J. Chadwick, L. Godart, J.T. Killen, A. Sacconi, I.A. Sakellarakis, Corpus of Mycenaean Inscriptions from Knossos, Cambridge et Rome, Cambridge University Press et Edizioni dell’Ateneo, Istituto per gli studi Micenei e Egeo-Anatolici, Incunabula Graeca, 88, 1-4 (1986-1998).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Figure 2 : “Experimental Syllabic Grid”, d’après Michael Ventris et John Chadwick, “Evidence for Greek dialect in the Mycenaean archives”
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Figures 3, 4 et 5 : Les trois versions de la Grid présentes dans les Work Notes de Michael Ventris
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1953/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Légende Source : M. Ventris, Work Notes on Minoan Language Research, Incunabula Graeca, A. Sacconi (ed.), Roma, Edizioni dell’Ateneo (1988).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1953/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 370k

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search