Version classiqueVersion mobile

Favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi

 | 
Georges Perrin

Annexes

Glossaire

Texte intégral

1Auto-entrepreneur

2Statut juridique créé par la loi n° 2008-776 de modernisation de l’économie du 4 août 2008, afin de faciliter la création d’entreprises individuelles. Ce statut délimite les droits et obligations des personnes qui souhaitent, à titre individuel, créer leur propre activité professionnelle dans les domaines du commerce, des services ou des professions libérales.

3Autoformation

4Cette notion, voisine de l’« autodidaxie », désigne l’action de formation que détermine l’individu par lui-même et pour lui-même. Cette formation choisie peut être suivie dans un système éducatif, dans des groupes sociaux, par recours à des systèmes d’information accessibles à distance. Elle vise généralement à s’insérer professionnellement dans le cadre de la recherche d’un premier emploi, d’un retour à l’emploi ou d’un changement d’orientation professionnelle.

5Couveuse d’entreprise

6Dispositif d’accompagnement à la création d’entreprises, la couveuse d’entreprise offre un hébergement aux futurs chefs d’entreprise pour leur permettre d’« apprendre à entreprendre ». Elle les aide à tester leur projet en grandeur réelle pour en éprouver la faisabilité technique et juridique, ainsi que la viabilité économique.

7Droit individuel à la formation (DIF)

8Inscrit dans la loi sur la formation tout au long de la vie professionnelle, le droit individuel à la formation permet à tout salarié de se constituer un crédit d’heures de formation de 20 heures par an, cumulables sur 6 années jusqu’à 120 heures. L’action de formation doit être choisie en accord avec l’employeur. Elle a lieu en dehors du temps de travail, et sa non-utilisation ne donne lieu à aucune compensation financière.

9Formation tout au long de la vie

10Sujet central de la loi n° 2004-391 relative à la formation professionnelle tout au long de la vie et au dialogue social, elle résulte de l’amplification et de la précision de la notion de « formation continue » définie par la loi du 16 juillet 1971. Réglementée par le DIF (voir définition plus haut), elle couvre toutes les catégories de formations visant l’accès individuel à l’emploi ou l’adaptation aux évolutions du métier exercé. Cette notion couvre également la formation nécessaire à un changement de profession.

11Idea store

12Né en Grande-Bretagne en 1999, ce concept définit un nouveau type de bibliothèque ouverte 7 jours sur 7 en libre accès, et offrant une grande variété de services de tous ordres : service d’information, formation continue, de rencontre et de loisirs. Peuvent s’y adjoindre des services de proximité : café, crèche, etc. Il s’agit de lieux très ouverts proches dans leur offre et dans leur fonctionnement des centres culturels. L’idée originelle est celle d’un accueil du public plus large et plus performant car plus en adéquation avec l’attente des publics habituellement éloignés de la bibliothèque.

13Illettrisme

14Reconnu officiellement en France depuis le début des années 1980, il caractérise la situation des « personnes de plus de 16 ans, ayant été scolarisées, et ne maîtrisant pas suffisamment l'écrit pour faire face aux exigences minimales requises dans leur vie professionnelle, sociale, culturelle et personnelle ». En France, 7 % de la population âgée de 18 à 65 ans est en situation d'illettrisme. Parmi ces personnes, plus de 50 % ont un emploi.

15Incubateur

16Voir « couveuse d’entreprise »

17Learning centres

18Littéralement « centre d’apprentissage », le learning centre est né aux États-Unis et en Grande-Bretagne au milieu des années 1990. Prioritairement développé dans les universités, il se définit soit comme une bibliothèque entière, soit comme un simple secteur de bibliothèque. Le concept se définit essentiellement par l’imbrication de la ressource documentaire et de la pédagogie. Un accent particulier y est mis sur l’assistance à l’usager et le travail en groupe. Né dans les universités, le modèle essaime désormais dans les grandes bibliothèques municipales.

19Objectifs d’action

20Sériés à l’origine par la Cité des métiers à partir des besoins identifiés des usagers, ils permettent d’organiser les ressources, les espaces et les interventions d’assistance adaptés avec le maximum d’efficacité. Pour la Cité des métiers, les besoins qui déterminent ces objectifs d’action s’énoncent ainsi : « Choisir son orientation – Définir ses choix – Découvrir le monde professionnel et les métiers – Élaborer un projet d’étude ou de formation – Connaître le fonctionnement du système éducatif ».

21Parrainage d’entreprise

22L’accompagnement des créateurs ou repreneurs d’entreprise peut prendre plusieurs formes. Pour l’essentiel, l’assistance dont ils peuvent bénéficier est soit le fait d’organismes spécialisés (incubateur, couveuse d’entreprise), soit celui de personnes expérimentées dans le domaine d’exercice de leur future entreprise. Ces dernières, généralement retraitées, sont souvent regroupées au sein d’associations spécialisées et travaillent la plupart du temps de façon bénévole.

23Portage salarial

24Dispositif contractuel par lequel une association ou un organisme spécialisé verse un salaire à un travailleur indépendant (consultant ou prestataire) intervenant dans son domaine de compétence, à titre individuel et pour son propre bénéfice professionnel et financier. Pour ce travailleur indépendant, ce système offre l’avantage de pouvoir exercer pleinement son métier, tout en étant libéré de toute contrainte de gestion administrative et comptable.

25Porteur de projet

26Ce vocable désigne la personne qui a l’intention de créer ou de reprendre une entreprise. Pour mener à bien son projet, elle a généralement recours à une couveuse d’entreprise ou un incubateur. Quelle que soit son implication dans le processus, elle doit pouvoir avoir accès à toutes les ressources, documentaires ou autres, susceptibles de l’aider dans la conduite de son projet.

27Réingéniérie

28Redéfinition du schéma d’organisation d’un service. Il ne s’agit pas seulement d’une recherche d’optimisation budgétaire ou fonctionnelle de ce service, mais du processus de réflexion sur une nouvelle articulation de ses éléments et de la mise en œuvre de la nouvelle organisation qui en découle, dans la perspective d’une prestation plus adéquate par rapport aux besoins du public concerné. La réingéniérie est le processus même d’une évolution et d’une réadaptation permanente du service, comme c’est le cas à la Cité des métiers de La Villette.

29Validation des acquis de l’expérience (VAE)

30Dispositif qui permet d’obtenir tout ou partie d’une certification sur la base d’une expérience professionnelle de 3 ans minimum, après validation par un jury des connaissances et compétences acquises. Cette validation des acquis est accessible à toute personne qui a exercé une activité professionnelle, quel que soit son statut : salarié, artisan, travailleur indépendant, agent public ou bénévole.

31VisioGuichet

32Ce dispositif technique de télécommunication permet à une population située en zone rurale ou excentrée d’accéder aux services administratifs en lui évitant des déplacements dans les grandes agglomérations. Par le biais d’une communication audiovisuelle, l’usager peut atteindre un agent de l’administration équipé de la technologie adéquate. Il peut ainsi, non seulement obtenir les informations dont il a besoin, mais aussi enclencher une démarche administrative puisque le VisioGuichet permet la saisie et l’impression de formulaires administratifs à distance.

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search