Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi

 | 
Georges Perrin

Partie III. Constituer des collections et offrir des outils pour l’insertion professionnelle et l’emploi

2. Le monde de l’entreprise et l’insertion professionnelle à la Bibliothèque nationale de France : le Pôle de ressources et d’information sur le monde de l’entreprise

Françoise Yon-Cassat, Caroline Lopez et Héloïse Marill

Texte intégral

« Que fait la BnF sur ce salon consacré aux entrepreneurs ? » entendons-nous souvent. Le dialogue se poursuit :

« En quoi est-ce incongru ?

— Mais, la BnF, ce sont des archives, des vieux bouquins. La BnF c’est le patrimoine, la culture, non ? ».

1Alors oui, quel est le lien entre la BnF, gardienne de manuscrits enluminés et le monde de l’entreprise, la vie économique, l’activité professionnelle ?

2Une seule réponse : la documentation. Parce que la culture, ce n’est pas que la littérature, la musique, l’histoire, le cinéma ; c’est aussi le marketing et l’économie. Parce que l’information économique contribue à l’insertion professionnelle,f donc sociale. Pour décrocher un job, réussir un entretien ou créer une activité, il faut savoir quels secteurs recrutent, quelles entreprises dominent le marché, avec quels produits et pour quels clients, quelle niche d’activité est sous-exploitée.

  • 1 Caroline Lopez, Françoise Yon-Cassat, « Prisme, au service des demandeurs d’emploi et des créateurs (...)

3Le Pôle de ressources et d’information sur le monde de l’entreprise (PRISME) met à disposition de chacun ce champ de la connaissance. Autrement dit, il lui fournit la documentation sur l’environnement et le tissu économique afin qu’il y inscrive son projet professionnel. Le PRISME est situé au sein du département Droit, économie, politique de la BnF – site François Mitterrand, en Haut-de-jardin. Le fonds est constitué d’études de marché, d’annuaires sectoriels, de rapports financiers, de presse professionnelle et d’ouvrages pratiques et méthodologiques sur la recherche d’emploi, la création d’entreprise, les métiers et l’évolution de carrière. Tous les secteurs d’activité y sont présents, au niveau national et international. Les 7 000 documents imprimés et les 200 revues professionnelles sont complétés par une vingtaine de bases de données1.

4Dans un premier temps, nous évaluerons en quoi les caractéristiques d’une structure qui souhaite développer un centre de ressources d’insertion professionnelle conditionnent les particularités du projet à mettre en place. Pour cela, nous mettrons en parallèle, d’une part, les possibilités offertes à divers types de bibliothèque (universitaire, de lecture publique, etc.), et d’autre part, les éléments qui ont déterminé les choix faits pour le PRISME.

5Ensuite, nous proposerons notre retour d’expérience en termes de lectorat, de collections, de légitimité, de partenariat et de médiation.

La structure conditionne le projet

6En premier lieu, il est important lors de la création de ce type de service, de s’interroger sur les particularités de la structure où l’on se trouve, notamment :

  • le statut de l’établissement, ses missions et ses orientations stratégiques ;

  • les collections existantes et leur inscription dans le paysage documentaire ;

  • le territoire et les publics, présents et potentiels ;

  • le poids de l’organisation architecturale et humaine.

7Revenons sur la genèse du PRISME. Sa création est indissociable du projet de nouvelle implantation de la Bibliothèque nationale au tournant des années 1980-1990. Parmi les objectifs assignés au nouveau site figuraient en bonne place l’affirmation de son caractère encyclopédique et l’accueil de nouveaux publics. D’où la volonté de la BnF de créer un centre de ressources utile aux actifs, aux entrepreneurs, jusque-là peu présents dans les bibliothèques françaises, en leur proposant une documentation onéreuse et absente des librairies.

Déterminer une politique documentaire

8Dans le cas d’une structure ayant une implantation régionale ̵ pour une bibliothèque de lecture publique par exemple ̵, il peut être intéressant de se rattacher à une spécificité liée au territoire. Ceci peut conduire à étoffer la documentation portant sur le tourisme, la logistique, ou les industries agroalimentaires suivant les régions. En revanche, le PRISME étant rattaché à une institution d’envergure nationale, nous avons choisi de travailler sur toutes les zones géographiques et tous les secteurs d’activité. Les études, les annuaires et la presse mis à disposition portent autant sur les accessoires de vélo que sur la restauration rapide, sur le second-œuvre que sur la mode enfant…

9Au sein de la structure elle-même, une analyse minutieuse des fonds existants s'impose pour dessiner la politique documentaire. Il s'agit de déterminer à quelles collections le nouveau fonds peut s'adosser, pour les prolonger, y apporter un nouvel éclairage, développer des synergies. Par exemple, un fonds d'information sectorielle sur les industries culturelles ou l'action sociale pourrait trouver sa place auprès des collections d’une bibliothèque spécialisée en lettres et sciences humaines, et un fonds sectoriel sur la santé ou les biotechnologies pourrait prolonger des collections de sciences, en bibliothèque universitaire comme en bibliothèque de lecture publique. Dans le cas du PRISME, nos collections s’articulent avec les autres disciplines du département Droit, économie, politique de la BnF qui propose, dans la même salle de lecture, des documents de droit et de gestion utiles pour les entrepreneurs et les salariés (code du commerce, plan comptable…) ainsi que des publications officielles (conventions collectives). Par ailleurs, nos lecteurs mobilisent également les collections du département Sciences et techniques lorsqu'ils ont un projet dans le domaine de l'informatique ou du bâtiment et celles du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme lorsqu’ils travaillent sur le comportement du consommateur.

Cibler des publics et élaborer des services

10En matière de public, la BnF ne s’inscrit pas dans une dynamique territoriale locale et n’a pas de public captif. Susceptibles d’accueillir tous les types de public, nous avons dégagé trois cibles – étudiants, actifs, particuliers – que nous avons affinées au fur et à mesure. En outre, nos caractéristiques en termes d’organisation, de taille et d’image, imposent à nos lecteurs certains « prérequis » : autonomie, culture informatique et projet suffisamment avancé pour bien définir leurs besoins documentaires. En corollaire, nous avons constaté notre difficulté à accueillir des personnes déscolarisées ou sans qualification ; le risque de mise en échec « sous le poids des collections » est réel, surtout dans un lieu aussi vaste et impressionnant.

11Côté services, le choix s’est porté sur l’accompagnement à la recherche documentaire, c’est-à-dire le cœur du métier de bibliothécaire. Les prestations telles que la réalisation de dossiers documentaires ou la fourniture de documents à distance ont été écartées. Nous n’intervenons pas non plus sur l’accompagnement du projet lui-même ou sur la technique de recherche d’emploi, contrairement à ce qui se fait dans une bibliothèque territoriale ayant, par exemple, développé un partenariat avec une antenne Pôle emploi.

12La réflexion doit intégrer aussi tout ce qui concerne les conditions d’accès et l’amplitude horaire. À la BnF, l’ouverture le week-end, la gratuité pour les demandeurs d’emploi – et pour tous après 17 h – assurent une fréquentation soutenue de nos publics cibles.

L’insertion professionnelle, traduite en termes de lectorat

13Le cœur de public du PRISME se situe auprès des « porteurs de projets » : demandeurs d’emploi et créateurs/repreneurs. Leurs besoins documentaires sont identiques. Public attendu, c’est bien celui-ci qui constitue la plus grande partie de notre lectorat.

14Les autres publics auxquels PRISME s’adresse comprennent les « individuels » de tous âges, à un palier de leur parcours professionnel, en dehors de la recherche d’emploi : reconversion professionnelle, orientation, VAE, formation continue… Viennent ensuite les « professionnels » : salariés dans l’exercice de leur fonction, indépendants, consultants, artisans et professions libérales…

15Lectorat habituel des bibliothèques et public potentiel du PRISME, les étudiants se sont également approprié ses collections. Ces « apprenants » sont des lycéens et étudiants en cours de professionnalisation, qui recourent aux collections pour travailler sur des cas pratiques, rédiger leur mémoire, chercher un stage et trouver un premier emploi. Comme les actifs, ils se répartissent en une grande variété de secteurs : sécurité, commerce international, immobilier, design, environnement, événementiel…

16Tous ont en commun une vive appétence documentaire. Ils sont conscients que l’information économique est l’une des assises de leur projet mais ils n’ont pas les moyens de se la procurer.

17Cette segmentation de publics permet de valider les choix documentaires et de développer des services appropriés. C’est aussi le moyen de faire-valoir auprès de la hiérarchie comme des collègues qu’un fonds spécifique peut répondre aux attentes d’un public diversifié.

Collections : « le comment ? »

18Pour repérer des noms de cabinets d’études, des éditeurs d’annuaires, des titres de presse professionnelle, plusieurs pistes sont à exploiter.

  • 2 Et notamment la page Trouver des informations : [en ligne]  http://www.apce.com/index.php?pid=1675# (...)

19Les fiches professionnelles de l’Agence pour la création d’entreprise (APCE), dossiers conçus pour les créateurs et repreneurs d’entreprises sur 150 activités, sont une priorité pour tout fonds multisectoriel. Elles contiennent des bibliographies et des sitographies détaillées. Elles signalent les titres d’études récentes, les périodiques spécialisés et les coordonnées des organismes professionnels de la branche, eux-mêmes sources qualifiées. Par ailleurs, le site de l’APCE est la ressource essentielle pour le repérage des producteurs d’information sectorielle2.

20Autre piste, la presse économique et les revues professionnelles, qui se font régulièrement l’écho de la parution de tel ou tel ouvrage, étude ou guide méthodologique. Cette veille sert à identifier d’autres cabinets d’études et de nouveaux sites riches en information.

21À noter que les cabinets d’études sont peu enclins à travailler avec des bibliothèques, de crainte de perdre des clients. Il faut les convaincre que leur notoriété en sera augmentée et proposer d’exclure leurs documents de toute forme de reproduction et de prêt. Pour évaluer une bonne étude, il convient de vérifier l’équilibre entre chiffres bruts et analyse, tous deux indispensables et complémentaires, ainsi que la méthode de recueil des données : les travaux à partir de questionnaires auto-administrés par un panel d’internautes sont moins fiables que ceux qui croisent plusieurs techniques d’enquête (quantitative, qualitative, extraction de données Insee). Enfin, les études de marché alimentent notre veille éditoriale grâce à leur liste des sources utilisées.

Tableau Les collections et leur utilisation

Annuaires, répertoires - cibler des candidatures. Identifier la concurrence, prospecter clients et fournisseurs.
- bases Kompass, Diane ; annuaires papier par branche professionnelle.
Études - repérer les principaux acteurs, préparer les entretiens. Évaluer le potentiel d’un marché, repérer des niches d’activité, alimenter son business plan.
- études multiclients Xerfi, Eurostaf, Idate, IFM, Benchmark, MSI, Euromonitor…
Presse - entretenir sa culture professionnelle, compléter études de marché et information entreprises. Trouver des retours d’expérience, veiller sur les tendances.
- presse professionnelle et régionale ; bases Delphes, Europresse, Factiva, BSP…
Information financière et légale - s’informer sur un employeur, un client, un fournisseur, un partenaire ; se situer par rapport aux acteurs du marché.
- portail Orbis avec Diane, Amadeus, Bankscope…
Outils méthodologiques - organiser ses démarches, préparer CV et lettres de motivation. Méthodologie de l’étude de marché et du business plan.
- édition commerciale ; guides métiers d’organismes professionnels.

La légitimité du service en interne

22Ce type de projet suscite de multiples réactions en interne qu’il faut gérer sans attendre. Dans une structure de grande taille, telle que la BnF, toute construction de service nécessite des relais internes (accueil, service d’orientation, informatique…) qu’il faudra mobiliser autour du projet.

23Au niveau de la hiérarchie, pourtant commanditaire, des réticences peuvent survenir du fait de la particularité d’un tel fonds. L’acquisition et le traitement de ce type de document nécessitent des procédures particulières qui bousculent les habitudes. Mais créer un service innovant est en soi un argument susceptible d’emporter l’adhésion.

24Au sein de notre établissement, la question a parfois pris une autre dimension : la légitimité même de ce type de document dans ce temple de la connaissance. Mais la présence effective d’ouvrages sur les acteurs économiques et leurs marchés dans les collections patrimoniales a justifié le développement de ces fonds pour le libre accès du Haut-de-jardin.

25Du côté des collègues, au-delà de la dichotomie culture/économie, s’adresser aux entreprises et aux entrepreneurs peut être vécu comme une intrusion de l’entreprise dans le service public, voire une capitulation devant « le grand capital ». Au fond, c’est la question de la position de la bibliothèque qui se pose : doit-elle utiliser des fonds publics pour soutenir l’activité de structures qui vont en retirer des profits privés ?

26La meilleure réaction consiste à expliquer les buts et l’effort à consentir. On désamorcera ce qui relève de la réticence idéologique en rappelant qu’il s’agit avant tout d’auto-entrepreneurs et de très petites entreprises (TPE) ; les grandes entreprises sont peu clientes de centres de documentation externes (elles veulent « tout sur leur bureau »), exception faite de quelques « informavores » comme les veilleurs et les chargés d’étude. Mieux ! Pour dépasser ces objections, il est utile d’humaniser l’explication en rappelant qu’un entrepreneur est souvent quelqu’un de proche qui crée son propre emploi, faute d’en avoir trouvé un. Ce sera une cousine, un ami ou un voisin qui souhaite ouvrir un commerce, installer un camion restaurant, vendre ses créations musicales ou faire du conseil informatique. Le soutenir dans son projet par un bon accès à l’information relève de la justice sociale et contribue à la promotion de l’emploi.

27Proposer des visites en interne est un autre moyen efficace pour dénouer ces tensions. À cette occasion, la démarche est expliquée, les a priori dédiabolisés, l’utilité des ressources démontrée. Mais il ne faut pas laisser retomber cet élan et afin d’entretenir l’intérêt, il est bon de compléter ce travail d’explicitation par des réunions annuelles avec les services partenaires. Ces rendez-vous sont l’occasion de faire le bilan, d’échanger sur les difficultés rencontrées et sur les retours positifs des lecteurs, de former les nouveaux arrivants. En un mot, de travailler ensemble à l’amélioration du service.

Partenariats : complémentarité et relais

28Peu de créateurs d’entreprises, de demandeurs d’emploi, voire même de conseillers à l’insertion professionnelle soupçonnent l’existence d’un pôle documentaire sur les entreprises, les secteurs, les marchés dans une bibliothèque. Il faut donc « aller les chercher ».

  • 3 Également missions locales, Afpa, CRA-Association nationale pour la transmission d’entreprise, coop (...)

29Grâce aux relations que nous avons développées dès le début avec les structures d’accompagnement, nous avons pu toucher notre public cible. Après avoir identifié et pris contact avec les relais grâce à la presse spécialisée et aux salons professionnels, il est indispensable de leur faire régulièrement visiter le lieu. Les conseillers peuvent ainsi vérifier la présence de la documentation nécessaire aux porteurs de projets qu’ils accompagnent. Ils peuvent expliquer ensuite l’intérêt de venir la consulter, au moyen des plaquettes de présentation qui leur sont remises. Ce type de collaboration que nous menons avec Pôle Emploi-Créapass, les Maisons des entreprises et de l’emploi de la ville de Paris et les boutiques de gestion pour entreprendre (BGE) entre autres3, est une première phase de partenariat.

30Nous l’avons approfondi avec la Chambre de commerce et d’industrie de Paris Île-de-France par la signature d’une convention formalisant la complémentarité de nos deux établissements. La CCI Paris Île-de-France accompagne les créateurs d’entreprises dans la définition du projet et sa mise en œuvre ; le PRISME les accompagne dans leur collecte d’information sur leur secteur. Ce partenariat officiel a permis au PRISME de renforcer sa légitimité en interne. En externe, il a permis d’asseoir notre crédibilité auprès de notre public cible.

31Il faut toutefois rester très vigilant sur le statut des partenaires éventuels. C’est ainsi que dans nos actions de formation, gratuites pour les lecteurs de la BnF, nous veillons à ne pas être utilisés par des structures qui monnayent leur accompagnement, qu’elles soient ou non sous-traitantes de structures institutionnelles.

Médiation : donner les moyens de s’approprier l’information disponible

32Que vaut un fonds sans les moyens de l’exploiter et de se l’approprier ? Compte tenu des publics ciblés, peu coutumiers des bibliothèques, il est important de compléter l’offre documentaire par un volet médiation, adapté à chaque catégorie de lecteurs.

33Les ateliers hebdomadaires « Ressources documentaires pour la recherche d’emploi et la création d’activité », portant sur les ressources comme sur l’accès à ces ressources, sont la formation la plus importante. Ils s’adressent aux lecteurs de la BnF « porteurs de projets », ayant une démarche individuelle d’initiation à la recherche documentaire. Nous accueillons aussi, ponctuellement, des groupes constitués par nos partenaires eux-mêmes. En moyenne, ce sont ainsi près de 500 lecteurs qui sont formés par an.

  • 4 Françoise Yon-Cassat, Caroline Lopez, « Avec la carte Pro, la BnF accompagne les professionnels », (...)

34Pour les « professionnels » ayant acheté le titre d’accès créé à leur intention, la carte Pro4, une formation sur mesure est proposée. Elle porte sur les modalités d’usage de la BnF et comporte une évaluation de leurs besoins documentaires, suivie de conseils méthodologiques.

35Une démarche similaire est engagée en direction des « apprenants ». Elle consiste à former à la fois les professeurs et leurs élèves pendant trois ans. Après un travail avec des BTS commerce international, nous nous tournons vers les écoles d’hôtellerie-restauration, et espérons travailler par la suite avec d’autres secteurs.

36Au-delà de la formation des lecteurs eux-mêmes, il est utile de prévoir des formations, plus légères, pour les collègues des disciplines voisines, que nos ouvrages et nos méthodes de recherche spécifiques déroutent parfois. Il nous est aussi arrivé d’accueillir en stage des collègues hors BnF chargés d’élaborer un projet comparable.

Encadré Des ateliers personnalisés : ressources documentaires pour la recherche d’emploi et la création d’activité

Quand : tous les jeudis matins, 3 heures, y compris pendant les vacances scolaires. La régularité est une condition importante pour stabiliser la fréquentation et l’augmenter.

Qui : 10 stagiaires, demandeurs d’emploi, créateurs d’entreprises, repreneurs d’entreprises, sur inscription. Un appel téléphonique individuel, la veille, permet de consolider l’assiduité.

Comment : la session commence par un tour de table au cours duquel les stagiaires présentent rapidement leur projet, ce qui permet de personnaliser la séance à l’aide d’exemples pris dans leur secteur d’activité.

Quoi : présentation de l’environnement BnF, de ses règles de vie et d’usage. Explication de l’utilité des différents types de documents de PRISME par rapport à leur projet. Présentation et manipulation des outils mis à leur disposition pour accéder aux collections imprimées et électroniques. Stratégies de requête simples mais efficaces dans le catalogue et les bases de données.

La perspective d’un public renouvelé

  • 5 Enquête de consultation en salle D : novembre 2011 et mars 2012. Pour le PRISME, près d’un tiers de (...)

37Après 15 ans de fonctionnement, le PRISME apparaît comme un pari réussi. La dernière enquête de consultation indique un public en constante augmentation et largement utilisateur de notre fonds5. Les ateliers sont remplis chaque semaine. Le nom de PRISME circule dans le milieu de l’accompagnement à la recherche et à la création d’emploi : nous recevons des lecteurs envoyés par des organismes que nous n’avons jamais contactés. Compte tenu de la difficulté d’accéder à ce type d’information, des lecteurs viennent de toutes les régions pour consulter nos collections. Il y a un réel besoin, partout en France, de renforcer les lieux de documentation professionnelle et sectorielle ouvert à tous.

  • 6 Conférence « Mener une étude de marché : les informations essentielles à obtenir », Salon des entre (...)

38Un des facteurs clés de succès réside dans la méthodologie employée. Notre grille d’analyse, où les approches collections / publics / services sont indissociables, s’est révélée pertinente et pragmatique. La communication est un autre facteur clé. Il faut agir en deux temps : faire connaître d’abord l’existence d’une information business6, puis sa disponibilité à la BnF. En ce qui concerne le PRISME, malgré son succès, des efforts restent à faire pour qu’il soit mieux connu des professionnels en exercice et des relais d’accompagnement.

39D’une manière générale, former des porteurs de projets à la maîtrise de l’information, constitue pour la bibliothèque un investissement sur l’avenir. Au-delà du service proposé ponctuellement à un individu, il s’agit de créer des relais sensibles à l’importance de la documentation qui impulseront à terme la venue d’un autre public en bibliothèque.

Notes

1 Caroline Lopez, Françoise Yon-Cassat, « Prisme, au service des demandeurs d’emploi et des créateurs d’entreprise : un pôle de ressources et d’information sur le monde de l’entreprise à la BnF », Bulletin des bibliothèques de France, 2009, t. 54, n° 2, pp. 56-58. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-02-0056-009 >.

2 Et notamment la page Trouver des informations : [en ligne] < http://www.apce.com/index.php?pid=1675#revenus > (consulté le 3 septembre 2012).

3 Également missions locales, Afpa, CRA-Association nationale pour la transmission d’entreprise, coopératives d’activité et d’emploi, associations d’aide à la recherche d’emploi…

4 Françoise Yon-Cassat, Caroline Lopez, « Avec la carte Pro, la BnF accompagne les professionnels », Documentaliste – Sciences de l’information, 2008, vol. 45, n° 1, pp. 16-18.

5 Enquête de consultation en salle D : novembre 2011 et mars 2012. Pour le PRISME, près d’un tiers des documents a été consulté une fois et plus. Sur la période, il y a eu 3 800 consultations de documents imprimés et 5 520 consultations de bases en ligne. Le taux de rotation annuel est de 3,28.

6 Conférence « Mener une étude de marché : les informations essentielles à obtenir », Salon des entrepreneurs, Paris, 6 février 2013 : [en ligne] < http://www.salondesentrepreneurs.com/paris/conferences/1767/Mener-une-etude-de-marche-quelles-informations-essentielles-a-obtenir-ou-et-comment > (consulté le 28 mars 2013).

Auteurs

Coordinatrice du Pôle de ressources et d’information sur le monde de l’entreprise, Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique (Paris)

Chargée de collections au Pôle de ressources et d’information sur le monde de l’entreprise, Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique (Paris)

Chargée de collections au Pôle de ressources et d’information sur le monde de l’entreprise, Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique (Paris)

© Presses de l’enssib, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540