Version classiqueVersion mobile

Favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi

 | 
Georges Perrin

Partie II. Au service de l’emploi, la bibliothèque dans toutes ses dimensions

5. L’insertion professionnelle au cœur du projet de learning centres du SCDB de l’Institut national polytechnique de Toulouse

Sandrine Malotaux

Texte intégral

Les futurs ingénieurs, l’entreprise et l’insertion professionnelle

  • 1 L’INPT fédère sept écoles : École nationale supérieure agronomique de Toulouse (ENSAT), École natio (...)

1Au sein d’une université composée d’écoles d’ingénieurs, affichant un taux d’insertion de 90 % quatre mois après l’obtention du diplôme, la question de l’insertion professionnelle se pose en des termes particuliers. La formation dispensée par les écoles d’ingénieurs de l’Institut national polytechnique de Toulouse (INPT)1 est éminemment appliquée. Conçue en fonction des besoins du monde de l’entreprise, elle vise à développer chez les élèves-ingénieurs les qualités qui leur permettront de répondre aux besoins du marché et de s’insérer facilement et rapidement au sein d’une entreprise. Elle doit tout autant veiller au développement de compétences et savoir-faire propres à entraîner les entreprises vers davantage d’innovation, valoriser les capacités entrepreneuriales des ingénieurs afin de favoriser la création d’entreprises. À une base scientifique solide, la formation des ingénieurs doit allier sciences appliquées adaptées aux besoins de l’entreprise et prospective, afin de former les créateurs des entreprises innovantes de demain.

2Les écoles d’ingénieurs travaillent en lien étroit avec le monde de l’entreprise, principalement le tissu local. Ce lien est nécessaire pour garantir la qualité et l’adaptation de la formation aux besoins des employeurs ; il permet de promouvoir auprès des entreprises les compétences des élèves, afin de leur garantir un emploi dès la sortie de l’école, et réciproquement de valoriser les réalisations des anciens élèves, inventeurs et créateurs d’entreprises (start-up), afin de développer l’esprit d’entreprise chez les élèves – tout en assurant la promotion de l’école. Le lien étroit avec les entreprises garantit bien évidemment le financement des écoles d’ingénieurs par l’intermédiaire de la taxe d’apprentissage.

Le service commun de la documentation et des bibliothèques (SCDB) en synergie avec l’ensemble des services de l’INPT

3La formation dispensée aux élèves-ingénieurs est une formation complète : au-delà des compétences scientifiques et techniques attendues chez un ingénieur, elle a pour objectif de développer capacités à travailler en autonomie comme en équipe, aisance dans l’expression écrite et orale, compétences de haut niveau en langues étrangères, capacité à enrichir et renouveler ses propres compétences, et dans ce cadre, capacité à l’autonomie informationnelle. Résolument pragmatique, cette formation prend en compte la dimension économique, sociale et environnementale du métier d’ingénieur et l’insertion de l’entreprise au sein de la société. Elle confronte la question des résultats obtenus au regard des finalités, des objectifs et des risques : idéalement elle doit permettre une réflexion sur la place de la science au sein de la société et sur les éventuels impacts d’un développement technique non maîtrisé.

4Cette politique s’appuie sur une dynamique d’établissement impliquant l’investissement de tous les services : départements d’enseignement, service des langues, service des relations partenariales (relations avec les entreprises), bureau d’aide à l’insertion professionnelle. Le SCDB s’inscrit tout naturellement dans cette dynamique. Son action va venir soutenir le développement des compétences non-disciplinaires nécessaires à l’insertion ou à la création d’entreprise, le développement d’une culture générale et scientifique nécessaire à une bonne appréhension de la place des sciences dans la société, et va participer au resserrement du lien avec les entreprises : le SCDB relaie et amplifie l’action des services en en renforçant la cohérence. Le learning centre est le lieu naturel où peut s’opérer cette alchimie.

5Dans un document interne concernant le contrat quinquennal (2011-2015), l’INPT décrit ainsi son action : « Cette action [pédagogique] s’appuie sur un réseau de learning centres, développé avec le SCDB, qui constitue le dispositif opérationnel de l’innovation pédagogique : le learning centre est un lieu d’accès, de diffusion et de création de l’information, un espace d’apprentissage et d’autoformation convivial, qui rassemble l’ensemble des moyens mis à la disposition des étudiants, des enseignants, des chercheurs. Proposant des services à l’ensemble de la communauté académique, il s’ouvre également aux entreprises, et propose les conditions d’un échange et d’une synergie entre monde académique et monde de l’entreprise ».

6Le SCDB conçoit donc son offre de services en partenariat avec tous les intervenants impliqués dans la formation et l’insertion des étudiants, ainsi que les services plus particulièrement chargés des relations avec les entreprises. Son offre de services s’adresse aux étudiants, mais concerne aussi les entreprises.

Autonomie et employabilité : l’atout de la documentation

7Concrètement, quels services peuvent être proposés ? L’inventaire qui suit présente d’abord deux actions importantes menées par le SCDB de l’INPT, avant de présenter une synthèse de réalisations (dont certaines plus classiques) observées dans un certain nombre d’universités en France comme à l’étranger : ces réalisations, présentées aux instances dirigeantes de l’INPT, ont permis de convaincre l’établissement de s’engager dans la transformation de ses bibliothèques en learning centres.

8Le développement de compétences informationnelles (recherche, usage et production de l’information), au cœur de l’action des learning centres, est considéré à l’INPT comme un atout important pour renforcer l’employabilité des élèves-ingénieurs. L’autonomie informationnelle est le corollaire d’une pédagogie active destinée à développer l’autonomie des élèves, dans le cadre d’un apprentissage par problèmes et projets. Mais elle est aussi une compétence de plus en plus prisée par les entreprises, notamment les petites et moyennes entreprises (PME), qui n’ont pas les moyens d’entretenir un service de documentation.

La politique de formation

  • 2 Il s’agit du répertoire des revues en libre accès.

9La politique de formation du SCDB de l’INPT va au-delà des simples besoins de l’enseignement, elle vise à développer chez les futurs ingénieurs des compétences qu’ils pourront importer et valoriser au sein de leur entreprise : elle ne se limite pas à enseigner la stratégie de recherche d’information à l’aide des ressources du SCDB (qui ne sont pas accessibles dans les entreprises), mais elle forme les étudiants à rechercher de manière efficace l’information scientifiquement validée disponible en libre accès sur Internet. Il s’agit de valoriser tous les outils libres produits par le monde académique : thèses numériques, revues libres recensées au Directory of Open Access Journals (DOAJ)2, archives ouvertes, mais aussi bases de brevets en libre accès. Cette formation est complétée par des considérations méthodologiques (construire une stratégie de recherche, critères de validation de l’information), une formation aux droits d’auteurs et aux outils permettant de repérer l’information libre de droits, une formation à la propriété industrielle et aux brevets. Les élèves-ingénieurs sont ainsi dotés d’un savoir-faire précieux, qui leur permettra, au sein de leur entreprise, d’effectuer de manière performante et autonome les recherches préalables au développement de tout procédé innovant.

La documentation au cœur des relations université-entreprises

Les veillées technologiques

10Le développement de cette action et son adaptation aux besoins des entreprises s’appuient sur la création de liens entre learning centres et entreprises. Mais quel rôle un service commun de la documentation (SCD), une bibliothèque peut-elle jouer ? Le SCDB de l’INPT a conçu, avec la vice-présidente chargée des relations partenariales et le service de communication, un programme de manifestations visant le public des PME : les « Veillées technologiques ». L’objectif est de faire connaître aux PME les dernières avancées de la recherche la plus appliquée conduite dans les laboratoires de l’INPT, et montrer quelques exemples d’applications au monde de l’entreprise. Ces manifestations, dont la première édition fut consacrée en 2012 au thème de l’automobile, prennent la forme de conférences organisées le soir dans les bibliothèques learning centres : moments conviviaux où les étudiants sont les bienvenus (la bibliothèque reste ouverte), mais dont le public cible est bien celui des représentants des PME. La conférence se déroule en trois temps : présentation donnée par deux ou trois chercheurs, exemple d’application illustré par le dirigeant d’une start-up, puis conférence d’une vingtaine de minutes donnée par le directeur du SCDB, montrant à travers la présentation de quelques outils documentaires comment les PME peuvent avoir accès aux thèses, articles et brevets disponibles en libre accès sur Internet.

11Ces conférences valorisent de manière efficace le travail de recherche mené par les doctorants au sein des laboratoires et contribuent favorablement à l’insertion professionnelle des jeunes docteurs de l’INPT. Elles permettent de faire venir les entreprises dans les écoles, et ont pour le SCD un bénéfice immédiat : les contacts noués avec les entreprises à cette occasion permettent d’évaluer leurs besoins en matière de compétence informationnelle, d’où un impact direct sur le contenu des formations dispensées par le SCDB aux étudiants, élèves-ingénieurs, masters et doctorants.

Les Learning centres, lieux de l’autoformation

12À côté de ces actions « sur-mesure » propres aux écoles d’ingénieurs, la bibliothèque learning centre propose également une gamme de services plus traditionnels, qui s’inscrivent dans une dynamique d’insertion professionnelle et aident à l’acquisition des savoir-faire.

13La maîtrise des langues étrangères, la capacité à l’autoformation et l’aisance dans l’expression orale comptent parmi les compétences immédiatement nécessaires pour l’insertion professionnelle.

14En partenariat avec les enseignants de langues, les learning centres conçoivent des espaces d’auto-apprentissage en langues étrangères : ordinateurs équipés des méthodes d’auto-apprentissage sélectionnées par les enseignants, collections documentaires, romans et films, espaces conviviaux où sont organisés des ateliers de conversation. L’université de Toulouse 1 propose en ce domaine une réalisation très aboutie : le centre de ressources en langues (CRL), installé au cœur de la bibliothèque universitaire, est entièrement géré par le département des langues. Il a pour mission de « fournir à l’ensemble de la communauté universitaire un contact élargi avec différentes langues étrangères, dans l’esprit de l’apprentissage tout au long de la vie. Plus précisément, au moyen de parcours en autonomie guidée, de compléments à l’enseignement présentiel, de « flâneries » linguistiques et culturelles, et de documentation de nature variée, le CRL vise à préparer l’insertion professionnelle des étudiants ». Il propose trente-cinq ordinateurs pour l’accès aux ressources d’auto-apprentissage, un fonds documentaire, des téléviseurs permettant de visionner des chaînes étrangères, un espace pour les ateliers de conversation.

15Plus modestement, les bibliothèques de l’INPT proposent actuellement des fonds documentaires (méthodes d’auto-apprentissage, romans et DVD en langue originale) ; l’une des bibliothèques propose déjà un espace d’auto-apprentissage. Le projet de learning centre de l’INP-ENSEEIHT associe le service des langues de l’école, membre du groupe de travail chargé de construire le projet propre à cette école.

16Citons également quelques exemples de services (plus fréquemment proposés en Amérique du Nord) permettant aux étudiants de renforcer leurs compétences à l’expression orale :

  • formations à l’usage avancé des logiciels de conception de diaporama ;

  • mise à disposition d’espaces de répétition : petites salles équipées du matériel technique permettant de s’entraîner à la présentation d’un exposé, éventuellement devant un public restreint. Des dispositifs d’enregistrement vidéo permettent le visionnage de sa prestation.

17En partenariat avec les bureaux d’aide à l’insertion professionnelle (BAIP), ces espaces peuvent également être utilisés pour l’entraînement aux entretiens d’embauche.

18Plus généralement, le learning centre offre aux étudiants les ressources documentaires qui leur permettent d’effectuer leurs recherches d’emploi : analyse des secteurs d’activité, annuaires d’entreprises, guides du CV ou modèles de rédaction de lettres d’embauche en français ou langue étrangère.

Le développement de l’action culturelle

  • 3 Philosophe, professeur à l’université de Paris I, Bernadette Bensaude-Vincent est l’auteur de nombr (...)

19Terminons enfin par l’action culturelle, qui est bien présente dans ces bibliothèques spécialisées en ingénierie : l’accès à la culture scientifique et généraliste, l’organisation de conférences sur la place et l’usage de la science et des techniques, sont une nécessité pour former de futurs ingénieurs responsables et conscients de leur place dans la société. Les bibliothèques de l’INPT proposent un ensemble de fonds documentaires et littéraires et sont utilisées comme lieux de conférence et de débats : citons par exemple la conférence donnée par la philosophe Bernadette Bensaude-Vincent3 en 2012 et consacrée aux nanotechnologies, qui fut l’occasion de nombreux échanges avec les chercheurs et les étudiants. Le développement d’une aptitude à réfléchir sur leur pratique professionnelle est capital pour l’insertion professionnelle des ingénieurs.

Le SCDB en pleine cohérence avec la politique de l’INPT

20L’insertion professionnelle est conçue comme l’une des missions à part entière du SCDB, elle est intégrée aux objectifs de la charte documentaire de l’INPT. Cette mission ne sera pas remplie par une simple juxtaposition de services, mais doit être l’occasion de concevoir une offre cohérente et dynamique, adossée à la politique de l’université : c’est bien la politique de l’établissement, son action pédagogique et son action en faveur de l’insertion, qui va déterminer l’action des bibliothèques. En assumant pleinement son rôle en la matière, le SCDB trouve l’occasion de valoriser le rôle central que la bibliothèque peut jouer en évoluant vers le learning centre, qui devient le catalyseur de l’ensemble des actions menées en matière d’insertion professionnelle. C’est en insistant sur cette dimension, en mettant en place des actions spécifiques à destination des entreprises, que le SCDB a pu convaincre l’INPT de faire de ses bibliothèques le « dispositif opérationnel de l’innovation pédagogique ».

Notes

1 L’INPT fédère sept écoles : École nationale supérieure agronomique de Toulouse (ENSAT), École nationale supérieure d’électrotechnique, d’électronique, d’informatique, d’hydraulique et des télécommunications (ENSEEIHT), École nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques (ENSIACET), École nationale vétérinaire de Toulouse (ENVT), École nationale d’ingénieurs de Tarbes, génie mécanique et génie industriel (ENIT), École d’ingénieurs de Purpan (EI Purpan), École nationale de la météorologie ( ENM).

2 Il s’agit du répertoire des revues en libre accès.

3 Philosophe, professeur à l’université de Paris I, Bernadette Bensaude-Vincent est l’auteur de nombreux ouvrages concernant l’histoire et la philosophie des sciences (plus particulièrement chimie et technologies émergentes), parmi lesquels : Les vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome, Paris, Éditions La Découverte, 2009. Matière à penser. Essais d’histoire et de philosophie de la chimie, Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, 2008. Se libérer de la matière ? Fantasmes autour des nouvelles technologies, INRA éditions, Paris, 2004.

Auteur

Directrice du Service commun de la documentation, Institut national polytechnique de Toulouse

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search