Version classiqueVersion mobile

Favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi

 | 
Georges Perrin

Partie II. Au service de l’emploi, la bibliothèque dans toutes ses dimensions

4. Pour l’information professionnelle et l’emploi : le service « Actualités Emploi Formation » à la médiathèque Croix-Rouge de Reims

Jean-André Ithier

Texte intégral

1L’équipe du secteur « Actualités Emploi Formation » de la médiathèque Croix-Rouge (dit CREF pour Croix-Rouge Emploi Formation), établissement de la bibliothèque municipale de Reims, s’est renouvelée aux deux tiers durant le second semestre 2011 : une occasion de mesurer à la fois la solidité de ses principes d’action et la plasticité des services qu’il offre au public.

2En effet, fer de lance du rôle social que doit jouer la bibliothèque dans la cité, ses collections et services évoluent à la mesure des besoins de la population ainsi que des professionnels qui les médiatisent ou des partenaires qui en partagent la mise en œuvre.

Une question territoriale, l’inscription dans un quartier défavorisé mais animé

3Avant sa réalisation, le secteur CREF doit son existence même à la volonté des élus de la ville et de la direction du réseau des bibliothèques que ce dernier, non seulement se saisisse d’une dimension sociale, mais encore en développe autant que possible les activités.

  • 1 Delphine Quéreux, Françoise Lerouge (dir.), L’offre de lecture à Reims : constats et défis, Mémoir (...)
  • 2 Eléonore Debar, Thierry Delcourt (dir.), La lecture publique à Reims : état des lieux et perspectiv (...)

4Or, ce rôle s’incarne dans un quartier du sud de la ville, Croix-Rouge, qui en souligne la nécessité, et un édifice, la médiathèque Croix-Rouge, qui la valorise sous ses formes les plus diverses. Cet établissement ouvre ses portes le 1er juillet 2003, et complète par un équipement de proximité le programme de bibliothèque municipale à vocation régionale (BMVR) de Reims : une remise à niveau de l’offre de lecture publique qui s’avère un succès, puisque la bibliothèque municipale qui enregistrait 9 % de la population inscrite en 19951 en compte 21,6 % en 20052.

5Cependant, au moins autant qu’au souhait de rééquilibrer le maillage urbain en termes de densité de la population, le choix d’implanter une médiathèque de 2 000 m² dans le quartier Croix-Rouge répond à la préoccupation de pallier à une absence de propositions socioculturelles là où elle s’explique le moins. Car ce territoire classé comme zone urbaine sensible (ZUS), le plus peuplé des 4 quartiers d’habitat social de Reims, représente 11 % de la population rémoise (21 000 habitants), et se caractérise d’abord par la pauvreté de ses habitants. En effet, ses indicateurs sociaux nous montrent les difficultés de ce quartier par rapport à la moyenne urbaine : 56,2 % de ménages non imposables (Reims : 40 %), 26,3 % d’allocataires du RSA contre 15,4 %, 72,6 % d’actifs entre 25 et 64 ans contre 80,4 %, et une activité à temps partiel seulement pour 31,4 % de ses salariés (Reims : 27,7 %). Par ailleurs, il s’agit d’une population remarquable par sa jeunesse, puisque 33,4 % des habitants ont moins de 20 ans (Reims : 24,8 %), et elle compte 13,2 % de personnes d’origine étrangère (Reims : 6,2 %)3.

  • 4 Fabrice Chambon, Thierry Ermakoff (dir.), Le rôle social des bibliothèques : quels terrains d’actio (...)

6Pourtant, à l’inverse des associations, les institutions sont peu présentes dans le quartier au regard de ses besoins. Aujourd’hui encore, on y relève symptomatiquement l’absence d’antenne du Pôle emploi. La médiathèque Croix-Rouge a donc été plus particulièrement investie par la ville d’une mission d’aide à la formation et à l’insertion, de conquête des publics peu lecteurs et peu familiers des équipements culturels. Cette mission est plus particulièrement confiée aux services hors les murs, notamment ceux qu’assurent les 3 bibliobus, dans les crèches, les écoles, la maison d’arrêt, les hôpitaux, etc., ainsi qu’au CREF. Cet au-delà de la stricte bibliothéconomie implique que ce dernier ne peut agir seul dans ce qui relevait a priori pour une médiathèque de l’inconnu4, et son inscription dans le tissu partenarial local a été préparée avant même son ouverture. Ainsi, le travail d’information des habitants est partagé avec des associations (Centre régional d’information jeunesse, CRIJ), ou organismes publics (Point d’information jeunesse) du quartier, ou de l’extérieur (chambres des métiers et de l’artisanat, groupement d’intérêt public pour l’action régionale d’information sur la formation et l’orientation). De même que des activités autour de la formation sont menées avec une association (Association pour promouvoir l’union, l’insertion et la solidarité) et des établissements scolaires locaux, ainsi qu’un organisme public (Groupement d’établissements d’enseignement) et une entreprise privée (Jarry Conseil) extérieurs.

Des partenariats à pérenniser

7L’insertion socioprofessionnelle, cœur de la mission, est l’objet d’un travail avec de nombreuses associations : Association cultures insertion et prévention, Association 2 Mains, Job51, Maisons de quartier, Association de la fondation étudiante pour la ville, Secours populaire, Armée du Salut, ATD Quart-Monde, et avec des organismes publics : missions locales pour l’insertion professionnelle et sociale des jeunes, Circonscription de la solidarité départementale, ou privés : CDE Consultants, locaux, ainsi qu’extérieurs au quartier : Maison de l’emploi et des métiers, Espace métiers, Pôle emploi.

8Ces échanges connaissent plusieurs déclinaisons :

  • commencer par bien s’identifier ;

  • se faire le relais les uns des autres par la mise à disposition des outils de communication respectifs et la réorientation des usagers ;

  • mutualiser les ressources : personnels, espaces, matériels ;

  • veiller ensemble au devenir du territoire par des réunions trimestrielles en groupes de réflexion, par l’élaboration commune d’une carte recensant les services du quartier, par la participation collégiale à sa rénovation urbaine, en menant de concert des activités (ateliers informatiques, d’écriture, d’alphabétisation) mêlant nos publics.

9Dépendant essentiellement de relations interpersonnelles et fonctionnant sur un mode informel (peu font l’objet de conventions), ces partenariats s’essoufflent régulièrement avec le turn over des agents, et peuvent pâtir de différences structurelles comme des exercices budgétaires qui ne coïncident pas. Enfin, l’intervention de la bibliothèque dans ce domaine n’a pas été toujours comprise, ce qui par exemple a contribué à amenuiser son investissement dans l’organisation de forums sur l’emploi, perçu par certains partenaires comme une concurrence directe.

Des ressources et des services : la légitimité de la bibliothèque

Le noyau dur des collections

10Les activités du CREF l’inscrivent dans une dynamique qui paraît parfois l’éloigner des activités purement bibliothéconomiques. Cependant pour les bibliothécaires et leurs partenaires, c’est en s’appuyant sur les collections et la médiation que la médiathèque peut construire, au sein de ce mouvement pour l’insertion sociale et professionnelle, un positionnement propre, une identité claire, une présence légitime.

  • 5 Elle compte au total 30 000 livres pour adultes, 25 000 pour enfants, 7 000 disques, 2 000 vidéos, (...)

11L’absence, jusque-là, d’offre de lecture publique pour adultes dans le quartier ainsi que l’importance du bassin de population desservi et la diversité des publics, rendent nécessaire à la médiathèque Croix-Rouge une politique encyclopédique et de niveaux variés : livres d’accès facile susceptibles de répondre aux attentes d’un public peu familier de la lecture (grande lisibilité, illustrés, grands caractères), ouvrages pratiques, beaux livres, ouvrages de bonne vulgarisation, documents de synthèse. La médiathèque n’a pas vocation à acquérir d’ouvrages de niveau universitaire sauf quand, sur un sujet, manquent les ouvrages de bonne vulgarisation5.

  • 6 Yohan Bourion, Georges Perrin (dir.), Les bibliothèques, un atout pour les politiques publiques d’i (...)

12Au sein de ces collections, le CREF est un espace d’information et de documentation pour les jeunes et les adultes à la recherche de formations, d’emplois ou de stages, bâti sur le modèle du service Infodor de la bibliothèque de la Goutte d’Or (Paris, 18arrondissement), du Point emploi formation de la bibliothèque municipale de Lyon, et de la Cité des métiers6. Son budget annuel d’acquisition s’élève à 4 500 euros, ce qui représente environ 320 documents achetés chaque année, soit 13,25 % du budget total engagé pour les collections adultes de l’établissement. À la presse d’actualité s’ajoutent près de 2 500 livres et revues qui privilégient certains domaines pour lesquels une bonne couverture est visée, sans exhaustivité, la médiathèque ne pouvant en aucun cas répondre seule aux besoins de la totalité de la population rémoise.

Les domaines documentaires privilégiés par le CREF

L’information sur les métiers Permettre une meilleure maîtrise des offres d’emplois, et des passerelles entre les professions.
Évolution des supports vers les ressources numériques : exemple du remplacement du Répertoire opérationnel des métiers et des emplois de l’ANPE par les « fiches métiers » du Pôle emploi, en ligne sur son site, et poste dédié en permanence à la Web-télévision « Le Canal des métiers » sur un poste informatique dédié.
La formation et la préparation des concours de la fonction publique Offre de documentation nécessitant une mise à jour très régulière selon l’édition et les publics : par exemple ouvrages sur la gestion d’entreprise retirés des rayons faute d’usage, et succès des collections destinées aux formateurs mises en accès libre.
Collections parascolaires et manuels scolaires répondant aux besoins de remise à niveau, d’autoformation des adultes.
Fonds valorisant l’accès aux droits : à la formation, à la VAE, du salarié.
Méthodes d’apprentissage : code de la route, langues étrangères, Français langue étrangère (FLE).
Ressources diverses facilitant l’insertion professionnelle de manière générale Modèles et conseils à la rédaction de CV et de lettres de motivation, à la préparation des entretiens d’embauche.
Guides pratiques d’information, répertoires d’adresses.
Ouvrages de référence nécessaires à l’information sociale et citoyenne, les questions sociales et éducatives étant par ailleurs largement couvertes.

13Offrir des collections, aussi riches et pertinentes soient-elles, ne suffit toutefois jamais, et il appartient aux agents de les animer, de les vivifier, afin qu’elles trouvent leur public.

Des services et animations socioculturels offerts par des professionnels formés

14Parfois perçus comme des conseillers pour l’emploi, voire des assistantes sociales, en fonction des services offerts ou des animations proposées, les membres de l’équipe du CREF (1 assistante de conservation, 1 adjointe du patrimoine et 1 médiateur, à temps complet) doivent faire preuve de pédagogie pour ne pas être confondus avec leurs partenaires. Publics et intervenants du champ d’action sociale et culturelle n’en identifient en effet pas toujours bien les différents acteurs. Toutefois, l’essentiel de leur travail consiste dans le même type de médiation que celle pratiquée au sein des secteurs plus classiques de la structure. Ainsi, sur une base de 530 demandes des usagers par an, l’aide à la recherche documentaire représente 39 % du besoin, et 29 % la fourniture de renseignement divers (comment réserver un document, trouver les sanitaires…). Pour les publics, la frontière est plus ambiguë entre l’initiation, l’aide à la mise en forme proposées avec les outils de bureautique (4 postes Internet, 3 postes pour CV et lettres de motivation), constituant 25 % des demandes, et la rédaction du contenu qui relève d’autres professionnels. De même que la présentation des collections et des partenaires au titre de l’orientation professionnelle (5 % des demandes) guide les publics dans les ressources disponibles mais n’offre pas de conseil pour l’emploi comme le font d’autres professionnels.

15La visite de l’établissement, rare à titre individuel (3 % des demandes), est le premier service proposé aux groupes reçus et concerne en moyenne 120 personnes par an. Elle est l’occasion d’élargir à l’offre culturelle des autres secteurs (jeunesse, cinéma...) les horizons de publics initialement en seule recherche d’emploi. C’est un pas vers l’insertion professionnelle, mais aussi vers la démocratisation culturelle au cœur de toutes les politiques de lecture publique. Ce souhait de répondre à la demande d’un public spécifique et prioritaire, tout en le préparant à la découverte moins utilitariste d’autres univers, y compris les plus « légitimes » au sens « bourdieusien », reste un enjeu essentiel. L’accès ici à une offre en matière d’insertion joue en outre, du fait de son inscription dans un établissement qui a aussi d’autres objectifs, un rôle parfois moins stigmatisant pour ses usagers qu’au sein des institutions qui y sont entièrement dédiées.

16Les autres types de service, et les animations, mis en œuvre par les personnels du secteur, nécessitent des compétences plus spécialisées et évoluent donc aussi à la mesure des profils et formations de ces derniers. Ainsi, la précédente responsable du secteur formée en matière de gestion de projets a développé les animations de type « Forum des entreprises », et la responsable actuelle, plus experte en termes d’écoute individuelle, de bilan de compétences, rend plus efficace le cycle d’accueils personnalisés menés aujourd’hui avec la Mission locale et l’Espace métiers. Son adjointe, webmestre de formation, a monté des ateliers informatiques à destination des personnes en difficulté d’insertion, et se forme en outre pour reprendre les ateliers d’alphabétisation et de lutte contre l’illettrisme initiés par une devancière qui préparait à titre privé un diplôme de FLE.

17Proposition d’équité, enracinée et réactive, adossée aux fondamentaux du métier de bibliothécaire, il ne manque plus au CREF que d’être mieux mis en valeur, par une politique de communication aujourd’hui à l’étude sur le quartier et le Web.

Notes

1 Delphine Quéreux, Françoise Lerouge (dir.), L’offre de lecture à Reims : constats et défis, Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : enssib, 1995.

2 Eléonore Debar, Thierry Delcourt (dir.), La lecture publique à Reims : état des lieux et perspectives, Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : enssib, 2005.

3 Données Insee 2009 : < http://www.insee.fr/fr > (consulté le mardi 2 octobre 2012).

4 Fabrice Chambon, Thierry Ermakoff (dir.), Le rôle social des bibliothèques : quels terrains d’action et stratégies d’alliances pour la réduction des inégalités d’accès au savoir ?, Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : enssib, 2012. [En ligne] < www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-48221 >.

5 Elle compte au total 30 000 livres pour adultes, 25 000 pour enfants, 7 000 disques, 2 000 vidéos, 100 périodiques, plusieurs centaines de cédéroms.

6 Yohan Bourion, Georges Perrin (dir.), Les bibliothèques, un atout pour les politiques publiques d’insertion professionnelle ?, Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : enssib, 2012. [En ligne] < www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-49228 >.

Auteur

Responsable de la Médiathèque Croix-Rouge, Bibliothèque municipale de Reims

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search