Version classiqueVersion mobile

Favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi

 | 
Georges Perrin

Partie II. Au service de l’emploi, la bibliothèque dans toutes ses dimensions

3. La documentation au service de l’emploi : la Bibliothèque d’Étude et d’Information de Cergy-Pontoise

Pascal Leray et Jacques Sauteron

Texte intégral

Une réorganisation constructrice

1Issue d’une nouvelle répartition de la gestion de la lecture publique au sein du Syndicat d’agglomération nouvelle (SAN) de Cergy-Pontoise, la bibliothèque d’étude et d’information (BEI) naît au cœur de Cergy à partir d’un modèle nouveau inspiré de la Bpi, et qui repose sur la conjonction de l’information d’actualité et la formation tout au long de la vie (formation initiale de l’école primaire à l’université, préparations aux concours, formation continue, information sur les professions, etc.). À l’instar de la Bpi, cette nouvelle bibliothèque ne prête pas ses documents, mais les offre à la consultation sur place. De 1999 à aujourd’hui, la mise en œuvre et les évolutions de cette bibliothèque d’un type nouveau ont fait l’objet de nombreuses étapes.

L’origine : la fondation et la mise en œuvre du projet (2000-2002)

2L’installation de ce modèle, préconisé par le SAN, se met en place à partir de 1999. De nouveaux professionnels sont recrutés, une partie de l’ancienne équipe ayant fait le choix de passer sous statut municipal et de rejoindre la bibliothèque de la commune.

3Le fonds composé exclusivement de documentaires est issu pour partie des anciennes collections de la bibliothèque d’agglomération, pour partie acheté afin de répondre aux nouveaux objectifs.

4Les deux niveaux de la BEI sont exploités pour répartir les collections suivant les grands champs de la connaissance humaine : droit, lettres, langues, histoire, économie gestion, sciences politiques.

5Dès cette période, des documents en lien avec la formation et l’emploi sont intégrées aux collections.

6Dès son avènement, la BEI s’affirme multimédia. Des ordinateurs sont achetés et proposent Internet sous la forme d’accès encadrés et filtrés par l’intermédiaire d’une sitothèque (répertoire de sites Web), base de signets de sites Web dans l’esprit de l’époque. Celle-ci est volontairement restreinte et entend répondre aux objectifs assignés aux nouvelles missions : prolonger la recherche documentaire physique par une recherche documentaire numérique de sites de référence sélectionnés et proposés par les bibliothécaires.

L’étape de l’organisation par services (2002-2006)

7La BEI connaît un succès mitigé. Si l’intérêt pour les collections est grand, le public ne comprend pas l’impossibilité qui lui est faite d’emprunter les documents. La fréquentation s’étiole.

8Une nouvelle direction arrive en 2002 et tirant le bilan des deux premières années propose un plan d’actions pour améliorer le modèle. Il s’agit de rendre plus visible les collections phares de la BEI et d’en simplifier l’accès. Par ailleurs, le constat s’impose de la nécessaire ouverture d’un espace multimédia complémentaire de celui lié à la sitothèque et dédié à l’autoformation.

9Plusieurs décisions majeures sont prises :

  • attribuer une fonction identifiée à chacun des deux niveaux de l’établissement ;

  • créer un espace multimédia de 15 postes dédié à l’autoformation ;

  • autoriser le prêt à domicile des documents ;

  • organiser les personnels en différentes équipes délibérément tournées vers les services aux publics.

10Les espaces sont alors clairement identifiés. Le niveau 1 devient l’étage du pratique : guides et documents pratiques, informations sur les métiers et les professions, fonds de préparation aux concours, photo et cinéma, informatique.

11Un poste de renseignement dédié aux publics spécifiquement intéressés par les collections balisées formation emploi (FE) et faisant l’objet d’une classification spécifique hors Dewey est créé et baptisé « Le kiosque formation emploi ».

12C’est logiquement dans cet espace que vient s’installer l’espace multimédia qui permettra désormais la consultation d’Internet, de cédéroms, puis de dévédéroms et le développement de l’autoformation : méthodes d’apprentissage de la bureautique, des langues, du code de la route ; questionnaires à choix multiple (QCM)… Des ateliers d’initiation organisés par les bibliothécaires y sont également proposés régulièrement : « Initiation à la bureautique », « Je crée ma boîte mail », « Je surfe sur Internet ».

13Bien que cela ne soit pas exclusif ni spécifiquement indiqué, les chômeurs font partie du public cible de ces propositions.

14Le niveau 2 devient celui de la culture générale, un espace à vocation encyclopédique proposant des collections à destination des collégiens, des lycéens et des étudiants de premier cycle universitaire.

15Des guides d’aide à la préparation du Bac et du Brevet ainsi qu’un important fonds de méthodes de langues vivantes s’inscrivent naturellement dans les collections.

1670 places de consultation assises doivent favoriser le travail sur site avec ou sans utilisation des collections.

L’organisation hiérarchique et fonctionnelle

17La réorganisation spatiale s’accompagne d’une réorganisation hiérarchique et fonctionnelle de l’équipe en services qui comprend 22 personnes, soit 19,2 équivalent temps plein (ETP) au 1er janvier 2010 :

  • la coordination documentaire (politique et traitement documentaire), 4 personnes ;

  • le service formation emploi, 3 personnes ;

  • les services numériques, 3 personnes ;

  • la discothèque, 4 personnes ;

  • administration et logistique : direction, secrétariat, circuit du document (équipe transversale), chargé de mission technologies de l'information et de la communication (TIC), 8 personnes.

18Le service formation emploi a en charge la gestion complète des collections du pôle documentaire, de l’accueil du public au kiosque d’information ainsi que la responsabilité de mettre en place des actions de valorisation et d’animation.

192006 est marquée par un nouveau changement de direction à la tête de l’établissement suite au départ en retraite de la directrice précédente.

L’âge des partenariats et des médiations numériques : 2007

20À partir de 2007, un approfondissement du schéma décidé dans la seconde période est engagé avec deux axes forts :

  • développer les partenariats et faire connaître les actions de la BEI au niveau local, départemental, régional et national ;

  • investir les médias et services numériques, notamment dans le domaine de la formation et de l’emploi à des fins de médiation et de communication.

Les partenariats dans le domaine de la formation et de l’emploi

21Ils sont nombreux et peuvent être regroupés en 3 grandes catégories :

221. Avec les acteurs spécifiques du domaine

23ANPE, intégrée en 2008 dans Pôle emploi, Centre d’information jeunesse (CIJ), Mission locale, Maison de l’emploi, associations d’insertion, Plan local pour l’information et l’emploi (PLIE), Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), etc. Affirmée dès la création de la BEI, cette volonté de travailler sur l’aspect formation emploi en s’appuyant sur l’environnement institutionnel s’accompagne au tournant des années 2000 par la signature de conventions avec certains acteurs. Celles-ci prévoient, outre l’échange d’informations, la mise à disposition de publications (CNFPT, Centre Inffo, CIJ, etc.), l’organisation d’actions régulières (accueil de personnes en réinsertion au sein de la BEI en lien avec des formateurs spécifiques), ou événementielles : journées conseil emploi thématiques accueillies dans les locaux de la BEI avec mise en perspective documentaire, organisation d’une exposition, valorisation des collections, etc. Leur succès avéré ne se dément pas avec le temps, même si leur organisation s’avère parfois complexe.

242. Avec les bibliothèques de lecture publique du territoire et d’ailleurs

25Le réseau des bibliothèques de Cergy-Pontoise, utiles relais des collections et des services de la BEI, structuré autour

  • du système informatique de gestion des bibliothèques (SIGB) commun ;

  • d’une instance réunissant les directeurs des bibliothèques de lecture publique ;

  • de groupes techniques liés au SIGB et thématiques « jeunesse », « discothécaires » et, plus récemment, « formation-emploi ».

26Le réseau de la BDP du Val d’Oise qui favorise :

  • la naissance d’un catalogue collectif départemental : Réseau Val d’Oise DOCumentaire (REVODOC) auquel participent immédiatement les bibliothèques de Cergy-Pontoise ;

  • l’émergence d’une navette de circulation des documents en partenariat avec la BEI et la bibliothèque universitaire voisine.

27Du fait de sa spécificité, la BEI cherche cependant également à faire connaître son modèle à l’extérieur du territoire. La mise en place d’un organe de coopération par la Bpi, alors que les similitudes entre les deux établissements sont nombreuses (à une échelle plus modeste pour la BEI), et que la BEI acquiert déjà un certain nombre de ressources électroniques via l'association « Réseau CAREL » (Coopération pour l'accès aux ressources numériques en bibliothèque), conduit la BEI à solliciter la signature d’une convention entre les deux établissements dès l’automne 2006. Outre l’expérimentation de nouvelles ressources électroniques, la BEI s’engage sur le chemin de la mise à disposition de la consultation des films documentaires issus du catalogue national soutenu par le ministère de la Culture et intègre le Service de renseignements virtuel (SRV) Bibliosés@me en affirmant sa spécialité formation – emploi.

283. Avec l’enseignement supérieur et la recherche

29Deuxième agglomération universitaire d’Île-de-France, le territoire de Cergy-Pontoise dispose de nombreux et prestigieux établissements d’enseignement supérieur : grandes écoles d’ingénieur (Institut polytechnique Saint-Louis), de commerce (ESSEC) ainsi que d’une université pluridisciplinaire. La majorité d’entre eux sont dotés de services et d’espaces documentaires et bénéficient de l’appui financier de la communauté d’agglomération.

30L’État encourage, quant à lui, via le ministère de la Culture, le rapprochement des bibliothèques de lecture publique et d’enseignement supérieur afin de favoriser, notamment, l’extension des horaires d’ouverture et la complémentarité documentaire des établissements.

31C’est dans ce contexte qu’un groupe de travail, réunissant les directeurs des établissements documentaires de l’enseignement supérieur et celui de la BEI, sur le modèle de la conférence des bibliothécaires pour la lecture publique, est mis en place dans le courant de l’année 2008. Plusieurs élus de la communauté d’agglomération ainsi que l’IGB sont sollicités pour accompagner cette naissance. L’insertion professionnelle et l’emploi figurent, entre autres, parmi les sujets de réflexion de ce groupe.

Les médiations numériques

32Dédiée à la formation et à l’autoformation, offrant une vingtaine de postes connectés à Internet, la BEI organise, dès 2005, des ateliers informatiques (« Je me sers d’un ordinateur », « Je vais sur Internet », « Je crée une boîte mail », « J’utilise un traitement de texte ») confiés à l’équipe des services numériques.

33Parallèlement, une sitothèque ramassée autour des points forts de l’établissement est constituée en interne.

34Des ressources numériques sont acquises : Europresse, Indexpress, Jurisclasseur, Sciences et techniques de l’ingénieur, Kompass puis Arte VOD, Cité de la musique… sont acquises et mises à disposition du public.

  • 1http:/kiosquefe.bei.cergypontoise.fr > (consulté le 28 janvier 2013).

35Dans le domaine de la formation et de l’emploi, la BEI crée un blog spécifique : le kiosque formation emploi1 qui est officiellement inauguré fin 2006. Relatant l’actualité de la formation et de l’emploi sur Cergy-Pontoise, son lectorat est bien plus diversifié et déborde largement les frontières de ce territoire.

36À partir de 2008, la BEI portera l’émergence d’un véritable portail du réseau des bibliothèques de l’agglomération dépassant le simple catalogue en ligne au profit d’outils de recommandations et de pages Web dynamiques permettant de valoriser la richesse des actions du réseau dans sa globalité. Celui-ci verra le jour au début de l’année 2011.

Un nouvel âge pour la BEI : la médiation renouvelée du bibliothécaire (2012-…)

37Ces évolutions numériques conduiront à la nécessité d’une nouvelle évolution de l’organisation interne. Considérant l’imprégnation transversale et systématique de l’ensemble des missions, l’équipe des services numériques est dissoute et les personnels répartis dans les autres services afin de les renforcer. Le numérique devient désormais l’affaire de toutes et tous et non plus le seul apanage d’une équipe dédiée.

  • 2 (07) est l’indice de la classification Dewey qui correspond à ces collections.

38Aujourd’hui, la BEI se caractérise par une vocation documentaire forte et se définit par soustraction : c’est une bibliothèque sans romans (contemporains) et sans bandes dessinées. C’est une bibliothèque où l’offre parascolaire tient une place importante avec ses collections poétiquement dénommées « 07 »2, et qui ont l’avantage d’être classées par discipline et par niveau scolaire du collège au premier cycle universitaire. C’est surtout une bibliothèque dotée de trois pôles de spécialisation qui la rendent complémentaire de l’ensemble du réseau des bibliothèques du territoire :

  • la musique, qui se déploie dans toutes ses dimensions, de l’instrument au merveilleux disque de vinyle ;

  • l’architecture et l’urbanisme, à travers le centre de documentation sur l’urbanisme ;

  • la formation et l’emploi, enfin, qui font l’objet d’un véritable service documentaire et partenarial.

39Cette bibliothèque est donc un OVNI ou, comme l’indique plaisamment Emmanuelle Bompoutou, responsable du service formation emploi de la BEI, un OBNI (objet bibliothéconomique non identifié). C’est une bibliothèque hybride dans tous les sens du terme :

  • par la pluralité des supports et des modes de documentation, physique et électronique ;

  • par l’hybridation des métiers et des compétences, la BEI étant un lieu de coexistence pacifique entre bibliothécaires, documentalistes et archivistes ;

  • par le croisement entre une fonction de bibliothèque d’étude et un engagement fort dans la lecture publique.

40Car la BEI, par le biais de ses collections de musique, reste bien une bibliothèque de lecture publique. S’ajoute à cela la nécessité d’un véritable affichage, d’une communication efficace sur ces différentes composantes de la BEI.

  • 3 Ce souci de « publicité » ou de communication était déjà mentionné par Henri Lemaître (1881-1946), (...)

41Ce n’est pas en développant des généralités sur le rôle que les bibliothèques sont appelées à jouer dans la cité future, qu’on leur fera grand bien. Ce qu’il faut viser surtout, c’est à avertir le public de son intérêt immédiat, car c’est le moyen le plus efficace de le toucher3.

42Et c’est en ce sens que les thématiques de la formation, de l’orientation et de l’emploi doivent être non seulement portées en termes de collection mais réellement assumées comme une mission relevant de la lecture publique, avec des outils qui sont ceux d’aujourd’hui : le Web, la mise à disposition d’outils informatiques, autant que la constitution de collections et le suivi de la documentation extra-éditoriale.

Un nouveau type de partenariat : le cas des « Rencontres professionnelles »

L’aurore d’un nouvel âge pour la BEI

43Il y a loin de la seule promotion de la collection à l’activité courante des bibliothécaires et documentalistes dédiés à la formation et à l’emploi. Ils savent que leurs ressources ne sont que très partiellement liées aux collections. Ils déploient des outils divers et variés mais surtout, pour assumer leur mission de façon efficiente, ils savent que leur outil premier, leur technologie la plus évoluée, c’est la parole. Ce qui vaut aussi bien pour le public que pour les partenaires.

44Aussi, il convient d’insister sur la dimension relationnelle de ce maillage. La BEI ne manque pas d’apparaître comme un OVNI auprès de nos collègues du secteur social. C’est pourquoi le lien doit être entretenu en permanence avec les professionnels de l’information et de l’orientation, afin de garantir une bonne compréhension des enjeux et du rôle de chacun et surtout de permettre à des publics bien souvent fragilisés tant sur le plan économique que social de bénéficier des relais les plus pertinents.

45La BEI a ainsi été amenée à s’impliquer de plus en plus dans une proposition portée par la Mission locale de Cergy et le CIJ du Val d’Oise : les « Rencontres professionnelles ». Cette opération, qui a lieu toutes les six semaines, est portée à bout de bras par un responsable de la Mission locale. Elle réunit à chaque fois quelque cinquante jeunes aux parcours complexes pour leur permettre de rencontrer des professionnels, des formateurs, des représentants de toutes les filières métiers imaginables : aéronautique, transport logistique, commerce et grande distribution, sanitaire et social et même… culture !

46Pour monter ces rencontres, la matière première est énergétique. C’est un travail de conviction qui permet à la bibliothèque de se frotter à des univers de la connaissance qu’il est rare de développer en bibliothèque. Du coup, de la traditionnelle bibliographie, nous en sommes venus à favoriser des formats plus courts, plus adaptés à des publics peu familiers du livre : les « Doc Express ».

47Quel meilleur témoignage de l’intérêt de ces partenariats et du niveau de qualité de ces relations que celui de Christophe Raimbault : « Depuis un an, j’ai la chance de vivre un partenariat original autour de rencontres professionnelles initiées par la Mission locale, autour des témoignages de professionnels réunis sous une thématique sectorielle. Une articulation étroite avec le CIJ et la BEI a permis d’étoffer la ressource mise à disposition des jeunes en quête d’informations clés pour leur avenir professionnel. En tant que responsable et animateur de ces rencontres, j’apprécie de m’appuyer sur des professionnels compétents et motivés pour sortir du cadre traditionnel des bibliothèques. La culture professionnelle rejoint ainsi la CULTURE comme objet de transmission des bibliothèques. Comme tout projet qu’on souhaite réussir il vaut mieux se documenter avant de se lancer ! La BEI a une forte légitimité pour appuyer les demandeurs d’emplois (jeunes et moins jeunes) dans leur recherche d’information. Le PARTENARIAT avec les acteurs de l’emploi doit être encouragé ! »

48Les deux mots inscrits en majuscule par le responsable de la Mission locale ne sont pas des étendards. Oui, dans cette dimension très pratique et utilitaire de son activité, la BEI est encore dans la culture car – les anthropologues le savent – on ne sort pas de la culture tant qu’on est dans l’humain. Et le partenariat est du même ordre. Il s’agit moins d’élaborer des conventions qui scellent des collaborations que de construire un monde de relations où l’usager – le jeune, en l’occurrence – se sentira soutenu. Beaucoup reste à faire et nous autres bibliothécaires avons encore beaucoup à apprendre de nos collègues du secteur social en matière de relation, précisément. Mais on progresse.

Des ateliers personnalisés : un bibliothécaire et un usager

49C’est ainsi que notre réflexion a abouti à repenser du tout au tout le principe des ateliers dédiés à la recherche d’emploi. Et la proposition que nous nous apprêtons à lancer aujourd’hui est pour nous l’objet d’une fierté particulière. Une documentaliste du service formation emploi, pilote ces ateliers qui se feront en face à face, afin de répondre le plus précisément possible aux besoins spécifiques de ces usagers qui ont bien souvent une faible maîtrise de l’outil informatique, ne connaissent pas forcément les outils de la recherche d’emploi, et qui auront peut-être d’autres difficultés que nous n’avons pas encore identifiées.

50L’opération s’appelle « AIDE : ateliers informatiques de recherche d’emploi ». À l’heure où ces lignes sont écrites, le service est en phase de lancement et il n’est donc pas possible de le décrire précisément, sinon pour dire que les personnels impliqués dans ces ateliers ont compris la nécessité de suivre individuellement les demandeurs d’emploi qui nous solliciteront, en face à face sur leur temps de service public. Une opération qu’on peut assimiler aux actions du type « emprunter un bibliothécaire ». Il faut, pour permettre à un tel service d’exister, un volontarisme et un désir d’assumer personnellement l’utilité sociale de la bibliothèque. Que des bibliothécaires soient désormais au sens plein du terme, des « personnes-ressources », doit nous convaincre que les bibliothèques ont de beaux jours devant elles.

Notes

1http:/kiosquefe.bei.cergypontoise.fr > (consulté le 28 janvier 2013).

2 (07) est l’indice de la classification Dewey qui correspond à ces collections.

3 Ce souci de « publicité » ou de communication était déjà mentionné par Henri Lemaître (1881-1946), conservateur à la Bibliothèque nationale, dans un article paru dans la revue Archives et bibliothèques : « Il ne suffit pas que le grand public sache que les bibliothèques existent, il faut que les gens qui ont le droit de s’en servir y soient attirés, il faut qu’ils soient convaincus des avantages que chacun peut en tirer... Il faut que les gens soient à même d’apprécier la valeur des bibliothèques pour que celles-ci progressent », tiré de : « Réclame pour les bibliothèques », in « Archives Henri Lemaître », conservées à la bibliothèque de l’enssib.

Auteurs

Directeur de la Bibliothèque d’étude et d’information, Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise

Responsable de la politique documentaire, Service commun de la documentation de l’université Lille 3

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search