Version classiqueVersion mobile

Favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi

 | 
Georges Perrin

Partie II. Au service de l’emploi, la bibliothèque dans toutes ses dimensions

2. Un pôle d’information et de contact sur l’emploi et la formation en milieu rural : la médiathèque de Pampelonne

Bénédicte Parmentier

Texte intégral

1En 1995, le syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM) de Pampelonne regroupe, dans le Tarn, 9 communes pour 2 600 habitants. Ses responsables envisagent la création d’une médiathèque multi-services sur ce territoire rural, souffrant de longue date d’une perte d’habitants et en quête de rebond culturel et social. Le choix de l’implantation se porte sur le chef-lieu de canton, Pampelonne, 600 habitants. Un point lecture y est géré par des bénévoles depuis plusieurs années, soutenu par la mairie et desservi par la bibliothèque départementale de prêt (BDP). Séduit par le projet, un habitant du village, dont le futur centre portera le nom, fait don au SIVOM d’un bâtiment adossé à la mairie suffisamment spacieux pour y développer plusieurs activités. Ainsi, le Centre de ressources cantonal Joseph Décuq ouvre ses portes en 2000. Il apporte une offre novatrice à la population, intègre les problématiques des habitants (couverture Internet peu développée, offre culturelle limitée) et des petites collectivités locales (moyens financiers, mobiliers et humains modérés).

2Parmi les différents services proposés au centre de ressources, la médiathèque, répondant aux normes préconisées par le ministère de la Culture, constitue le cœur du projet.

3En 1999, le dispositif des « emplois jeunes » permet l’embauche d’un salarié à temps plein qui se forme pendant la durée des travaux en suivant divers stages à la BDP et en obtenant un diplôme universitaire « Médiathèque et technologies », ce qui lui garantit d’assurer le démarrage et le fonctionnement de la structure. Cinq ans plus tard, l’agent est titularisé.

4Un bâtiment moderne permet d’installer le fonds informatisé de la bibliothèque et celui prêté par la BDP du Tarn, soit 8 000 documents à l’époque. À cela s’ajoutent un espace multimédia doté de trois postes informatiques reliés à Internet très haut débit par satellite, une réserve, un bureau et une salle d’exposition. Le choix d’un logiciel de prêt facilement utilisable permet d’intégrer dans ce nouvel espace l’équipe de bénévoles qui gérait le relais lecture.

5Le centre héberge également une antenne rurale de formation professionnelle à distance dépendant du groupement d'établissements de l'Éducation nationale pour la formation des adultes (GRETA) qui dispose d’une salle dotée de 8 postes informatiques. Aujourd’hui, cette formation est entièrement regroupée sur le site du GRETA d’Albi.

6Au sein du bâtiment, une coordination des activités périscolaires, dont le fonctionnement est financé par le SIVOM, est chargée, entre autres, de coordonner les projets culturels des classes. Les services de la médiathèque s’intègrent naturellement à ces projets.

7Les élus entendent également développer des passerelles avec le centre social du Ségala Tarnais dont le siège est à Valdériès, à 21 km de Pampelonne. C’est un acteur associatif local important financé par des adhésions et des fonds publics. Il héberge une médiathèque, une ludothèque, un centre de loisirs et propose différents services d’information à la population. Sa localisation, ni trop proche ni trop éloignée, et des problématiques territoriales similaires dans les deux villages, rendent ses actions à Pampelonne complémentaires de celles de Valdériès.

8Ainsi, des points Accueil info en Ségala sont mis en place sur quatre cantons, dont celui de Pampelonne. L’objectif est de collecter et diffuser sur des points clés la documentation concernant la vie touristique, sociale et culturelle de la région. Si les financements n’ont pas permis de maintenir le poste de coordonnateur de cette activité, la médiathèque de Pampelonne continue d’alimenter ce point où chacun vient s’informer de l’actualité culturelle des alentours. C’est un service très apprécié, peu contraignant, sans coût, qui contribue à asseoir la position de la médiathèque comme lieu référent d’information. Il valorise la région en soulignant son dynamisme.

La médiathèque, lieu d’accueil du Point relais emploi-formation

  • 1 « Leader II » est un programme de soutien au développement rural mis en œuvre par l’Union européenn (...)

9Outre la présence du relais d’assistantes maternelles à la médiathèque chaque mois, des permanences du Point relais emploi formation (PREF) sont organisées grâce au programme européen « Leader II »1 qui permet au centre social d’étendre ce dispositif à deux autres cantons, dont Pampelonne. Elles sont d’abord hebdomadaires puis bimensuelles dès 2010 : deux permanences sont ventilées sur d’autres communes. Il ne s’agit pas d’une mesure d’économie à proprement parler mais d’un redéploiement du service sur de nouveaux villages, en conservant les mêmes moyens humains. Pour Pampelonne, cela se traduit par une implication plus importante de la bibliothécaire entre deux accueils. Les autres partenaires du PREF sont Pôle emploi, diverses collectivités et associations d’insertion et de soutien aux publics en difficulté, ainsi que des organismes de formation.

10Si, sur Valdériès, le PREF est plus développé (ateliers thématiques et hebdomadaires collectifs), à Pampelonne les permanences de l’animatrice permettent à tous de bénéficier de conseils individuels en matière d’accès ou de retour à l’emploi, près de chez soi, avec ou sans rendez-vous.

11En 2011, au cours de 917 entretiens menés sur 4 cantons, le PREF a suivi 124 personnes (81 femmes et 43 hommes) dont 25 à Pampelonne. Les chiffres vont de 19 à 33 personnes concernées par canton. À l’issue des suivis, 50 % des femmes et 70 % des hommes concernés ont accédé à un emploi ou à une formation. Depuis sa création, le PREF reçoit plus de femmes que d’hommes : en 2009, elles représentent 68 % des suivis. Or, les statistiques de la médiathèque de Pampelonne révèlent également une fréquentation plus importante de femmes, c’est un lieu où elles se rendent plus assidûment, a fortiori quand elles ont des enfants.

12Matériellement, la médiathèque réserve au PREF un espace privilégié avec un poste informatique dédié. À tout moment, les connexions aux sites administratifs sont gratuites, ainsi que les impressions et les photocopies. Téléphone, imprimantes, papier sont à disposition de l’animatrice, des tarifs préférentiels d’adhésion à la médiathèque sont accordés, une documentation spécifique est disponible ainsi qu’un fonds de revues et de livres sur la rédaction de CV et de lettres de motivation. L’accès Internet gratuit s’impose pour des démarches administratives qui passent souvent par cet outil, car sans recours possible à ces points d’accès publics, chacun serait contraint de s’équiper. Si la présence du public habituel constitue une gêne durant l’entretien, un bureau est à la disposition du PREF mais il est rarement utilisé. Entre deux accueils, la bibliothécaire fait le lien entre le public concerné et l’animatrice, et peut aider à retoucher un CV ou présenter le site de Pôle emploi. Elle gère aussi la documentation spécifique du domaine.

13Se faire connaître est une préoccupation majeure des médiathèques et si certains services, comme le PREF, peuvent sembler hors cadre des missions habituelles, ils ont cet avantage d’y amener un nouveau public. Beaucoup d’usagers viennent d’eux-mêmes dans les médiathèques. Pour celles-ci, l’enjeu est donc d’être identifiées par ceux qui, a priori, ne se sentent pas concernés par ces services pourtant généreux : la diversité des collections, le principe du partage ou d’accès libre à la culture devraient séduire tout un chacun. Pourquoi ne pas alors faire connaître l’équipement par d’autres propositions de services, sans pour autant se substituer à des corps de métiers existants, mais en leur permettant d’être régulièrement présents sur la structure ? Le succès d’un tel concept repose sur trois points essentiels : une notion décloisonnée du service public, un équipement performant et des partenariats cohérents. L’alchimie réussie entre les missions de chaque entité repose sur le professionnalisme de chacun des acteurs et la mutualisation des moyens.

La coopération entre la médiathèque et le PREF : un bénéfice partagé

14Ainsi, la consultation du PREF est aussi un moyen détourné de faire découvrir la médiathèque au néophyte, alors même qu’il est concentré sur son problème d’emploi, et ne se sent pas toujours autorisé à une démarche culturelle ou de loisirs.

15En milieu rural, il est courant que les médiathèques soient gérées par un seul agent qui assure notamment toutes les ouvertures au public. Il développe un lien particulier avec chaque usager car fréquenter une médiathèque est aussi l’occasion de discuter, parfois de se confier à la bibliothécaire. Quand une problématique d’emploi émerge de la conversation, il est alors naturel d’aborder les actions du PREF, de proposer une documentation ou d’aider à rechercher une offre d’emploi sur Internet, dans ce lieu déjà connu et identifié par la personne. La bibliothécaire consacre alors du temps à cette personne, se sent concernée par son problème et peut, pourquoi pas, lui conseiller tels livres ou films en lien avec ce qu’elle vit. Ce temps fait partie de la mission d’accueil du public, il est primordial pour l’image du centre. Cette orientation vers le PREF, avant tout amicale, est toujours perçue comme une aide supplémentaire aux démarches classiques.

16Il n’est pas question de faire de la bibliothécaire un agent de Pôle emploi ou un substitut du travailleur social, mais de contribuer à ce que la personne soit satisfaite d’être passée par là. Elle est donc autorisée à ne pas tout savoir en la matière et le ton est plus à l’entraide qu’au conseil. Une petite aisance dans l’écriture et une expérience modérée dans le domaine de la recherche d’emploi sont parfois des soutiens précieux pour des demandeurs d’emploi qui peinent à modifier un CV. Cette approche contraste naturellement avec l’ambiance parfois tendue de la recherche d’emploi.

Articuler vie professionnelle et familiale du public

17De même, l’animatrice du PREF écoute, soutient et stimule ; elle donne les moyens et les outils nécessaires à la personne de choisir, de décider et d’agir. Intervenir dans une médiathèque n’est pas anodin : cela dédramatise la situation du demandeur d’emploi qui y trouve un lieu de détente, de loisirs, de connaissances, bien éloigné du contexte habituel. On peut y venir avec ses enfants qui liront un album pendant l’entretien ou les recherches car c’est aussi un lieu d’accueil pour eux, contrairement aux salles d’attente de Pôle emploi. Le PREF a beaucoup travaillé sur l’articulation entre vie professionnelle et vie familiale. De ce point de vue, organiser des permanences sur l’emploi dans un lieu de loisirs, ouvert à tous les publics se justifie pleinement.

18Entre deux permanences du PREF, ces personnes viennent souvent à la médiathèque travailler leur CV, pour certaines c’est même le lieu principal de consultation des offres d’emploi. Là, elles ne se sentent pas seules et trouvent un soutien. Elles sont concentrées sur leur tâche et peuvent consacrer un temps défini à leurs démarches qui se termine chaque fois par un moment dédié à la sélection des livres qu’elles vont emprunter.

19Quand une personne découvre la médiathèque via le PREF, elle est souvent étonnée d’y être accueillie pour une question d’ordre professionnel. Beaucoup disent avoir apprécié de lire autre chose qu’un magazine obsolète en attendant leur rendez-vous. Ils prennent parfois une adhésion pour pouvoir emprunter un DVD désiré depuis longtemps. Ils n’auraient peut-être jamais franchi la porte de la médiathèque sans cet entretien. Il se peut qu’après avoir retrouvé un emploi ils n’y reviennent plus, mais désormais ils connaissent l’endroit.

Les moyens humains et l’évolution du métier

20Les avantages pour le public, développés ci-dessus, ne sont plus à démontrer. Au terme de 12 ans de fonctionnement, le bilan est positif. La fréquentation des permanences et de la médiathèque est stable, les retours des publics sont gratifiants et poussent les élus et la bibliothécaire à maintenir ce fonctionnement. La mairie de Pampelonne cale d’ailleurs son planning de permanences sur celui de la médiathèque dans un souci de cohérence et de facilité de parcours pour l’usager.

21Pourtant, comme tout service public, ce concept est sensible aux politiques locales et nationales, aux crises, aux réductions de budgets, dont la culture et le social font régulièrement les frais. Les petites collectivités locales qui ont, comme Pampelonne, engagé des fonds sur un projet socioculturel lourd font figure d’exception et doivent composer avec leurs modestes moyens financiers. Cela implique de la part de l’unique agent, même épaulé par une équipe de bénévoles, une grande polyvalence. Les limites d’une médiathèque multi-services sont aussi celles de l’agent, en termes d’énergie, de temps et de motivation.

22Sur ce canton, la population atteint aujourd’hui 3 800 habitants. La médiathèque a elle aussi connu un essor de fréquentation, ses collections se sont étoffées, les classes accueillies sont plus chargées. Dans le même temps, les moyens humains de la médiathèque sont restés les mêmes. Toutefois, l’ambition des élus a été préservée et le temps leur a donné raison : diversifier les services d’une médiathèque, c’est placer la culture au cœur du quotidien de la population, c’est l’intégrer à sa vie de tous les jours et créer des outils pour la faciliter, l’adoucir.

23La médiathèque de Pampelonne n’a pas eu à déplorer de baisse des budgets d’acquisitions, le soutien politique n’a jamais faibli vis-à-vis du centre. Cependant, recruter serait nécessaire pour seconder la bibliothécaire, dont les missions se complexifient : les équipements culturels doivent évoluer avec le temps, s’adapter aux nouveaux supports, travailler en réseau, développer les animations au risque de perdre tout intérêt aux yeux des usagers. Si pour les collectivités, le centre de ressources constitue la vitrine d’une politique réussie, elles n’avaient sans doute pas anticipé l’ampleur du succès et doivent aujourd’hui prendre conscience qu’un poste complémentaire s’avère nécessaire pour que ce service puisse perdurer au même niveau de qualité qu’actuellement.

24En conclusion, le poste de bibliothécaire de Pampelonne illustre parfaitement l’évolution actuelle du profil de ce métier en milieu rural : désormais, le bibliothécaire devient un acteur polyvalent dont le rôle est important au niveau local : il tisse du lien social, informe, conseille, oriente et pas seulement dans le domaine qui est généralement reconnu comme le sien, à savoir la promotion de la documentation et la diffusion de l’information. Exercer aujourd’hui ce métier dans ces conditions est extrêmement gratifiant, enrichissant et permet d’échapper à la routine. C’est également un bon moyen de ne pas rester isolé comme ce peut être souvent le cas en milieu rural. Exit l’image obsolète du bibliothécaire poussiéreux : place au professionnel actif intégré dans des équipes de travailleurs sociaux, administratifs, associatifs pour impulser une vitalité culturelle forte dans les territoires ruraux et faire de la lecture publique un incontestable facteur d’intégration.

Notes

1 « Leader II » est un programme de soutien au développement rural mis en œuvre par l’Union européenne. < www.una-leader.org > (consulté le 1er octobre 2012).

Auteur

Directrice de la Médiathèque cantonale de Pampelonne

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search