Version classiqueVersion mobile

Favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi

 | 
Georges Perrin

Partie II. Au service de l’emploi, la bibliothèque dans toutes ses dimensions

1. L’information sur l’accès à l’emploi dans les bibliothèques étrangères : quelques exemples

Yoann Bourion

Texte intégral

1En juin 2012, Le Library Journal1 a décerné le prix de la bibliothèque de l’année à la San Diego County Library, en raison de son offre de services et d’animations inédites. Depuis 2009, un service spécialisé a aidé plus de 3 000 familles surendettées. En complément, elle a mis en place un programme de formation visant à faciliter l’insertion professionnelle de ses usagers, jeunes ou moins jeunes : After School Academy (véritables cours du soir), cours d’économie pour jeunes entrepreneurs, points d’information, etc. Des services classiques, et d’autres plus iconoclastes vus de l’Hexagone. Porter le regard vers nos collègues étrangers constitue sans doute le premier pas vers la construction d’une offre de services différente, peut-être plus adaptée aux attentes et aux besoins des citoyens dans leur vie quotidienne.

Des bibliothèques spécialisées

Le modèle anglo-saxon : bureaux business insight et learning centres

2La bibliothèque publique de Birmingham2, seconde agglomération du Royaume-Uni (3 millions d’habitants), a inscrit son offre de services au cœur des préoccupations quotidiennes des citoyens. La bibliothèque est ainsi réputée pour certains de ses services : Business insight, Learning centre, Music library, Health and care…

3Le business insight est un service destiné à diffuser de l’information sur le monde des affaires. Ce service existe depuis vingt ans et reçoit chaque année plus de 250 000 personnes, 26 000 appels de particuliers ou d’entreprises et 75 000 appels de bibliothèques qui ont souscrit un abonnement aux services de la bibliothèque. Le service garantit une réponse en moins de quinze minutes. Plus de quarante bases de données spécialisées sont proposées et le personnel enrichit constamment un site Web très élaboré avec des cours en ligne, des offres d’emploi, des informations juridiques…

4Le learning centre vise, quant à lui, en priorité des jeunes sans qualification, pour leur offrir une occasion d’acquérir à leur rythme des compétences, mais aussi des usagers non-anglophones, et des personnes souhaitant s’informer sur le monde du travail, sur des entreprises, ainsi que sur des méthodes de recherche d’emploi. Créé en 2001, le service met à disposition de nombreuses méthodes d’autoformation sur place et en ligne (plus de 750 cours accessibles sur le site Web). Il développe deux points forts : les langues avec une spécialisation en anglais pour non-anglophones et l’aide à la recherche d’emploi (liste d’offres d’emploi, aide à la rédaction de CV, conseils en informatique et les skills for life, c’est-à-dire la remise à niveau des savoirs de base comme les mathématiques et l’anglais). Le service est ouvert 61 heures par semaine, accueillant chaque jour plus de 600 personnes. Ces services s’appuient sur les préconisations du groupe de pression Campaign for learning qui explique que chaque expérience dans une bibliothèque est une expérience d’apprentissage.

  • 3 Brian Gambles, « Apprendre pour vivre : transformer les vies à la bibliothèque centrale de Birming (...)

5Le personnel, qui a évolué au fil des années, joue un rôle essentiel. Les conditions de recrutement sont plus souples qu’en France, permettant une adéquation plus forte entre missions et compétences attendues. Brian Gambles, directeur de la Birmingham Central Library, insiste : « Dans notre centre de formation, […] nous avons complètement revu les profils de postes et modifié nos attentes concernant le personnel. Ce ne sont pas des bibliothécaires. Ce sont des conseillers en entreprise, un personnel qui est capable d’accompagner une formation »3.

6Le projet de nouvelle bibliothèque a été très médiatisé dans la presse professionnelle. Devenant, à son ouverture prévue pour septembre 20134, le plus grand établissement de lecture publique de Grande-Bretagne, la future bibliothèque de Birmingham s’orientera autour de deux domaines plus spécifiques que sont les ressources numériques et l’action en faveur de l’insertion sociale, en particulier l’insertion professionnelle.

Une bibliothèque spécialisée dans la bibliothèque : la Job Karriere Bibliothek(JKB) de Bochum (Allemagne)

7Ville de la Rhur (370 671 habitants), Bochum, capitale européenne de la culture en 2010, est une ville qui connaît des problèmes sociaux (taux de chômage de 10,7 %) et une forte immigration (habitants de nationalité étrangère : 8,8 % ; habitants issus de l’immigration : 14,4 %). La JKB est située au sein de la bibliothèque centrale (show in show) et présente un fonds spécifique dédié à l’orientation, à la formation et à la recherche d’emploi.

8Le projet démarre en 1998 et s’achève en 2003, avec comme objectifs principaux, l’augmentation de la fréquentation en attirant un public de non habitués, une nouvelle « clientèle », et l’amélioration de son image de marque vis-à-vis du public mais aussi des décideurs. Le projet comprend également la rénovation des bibliothèques et la formation du personnel. On retiendra deux éléments essentiels à la réalisation de ce projet : le mécénat et le marketing. Il est financé par la Fondation Bertelsmann qui a choisi la ville de Bochum parmi 100 villes candidates. La ville a également apporté son soutien et s’est engagée à maintenir le budget de la bibliothèque à la fin du projet. Les outils marketing sont au cœur du projet : analyse du marché, clientèle ciblée, communication (relations publiques), indicateurs de résultats et plan de financement intégrant des entreprises privées.

9L’espace (160 m²) se distingue par une couleur spécifique : le bleu et le rouge (alors que le reste de la bibliothèque est en bleu et vert). Des cloisons vitrées permettent également d’identifier la JKB au sein de la bibliothèque. 4 000 documents imprimés sur la formation, l’orientation professionnelle, le développement professionnel, la formation continue, la création d’entreprise et l’information économique sont proposés au public. La JKB a son propre système de classement avec une présentation thématique plus accessible au public (c’est d’ailleurs, également en France, une réflexion récurrente des responsables de fonds emploi/formation) mais qui serait plus difficile à gérer avec des collections plus importantes. Le public a accès, en outre, à six postes informatiques avec des ressources électroniques. Pour promouvoir la JKB, la bibliothèque participe aux manifestations et aux foires locales. Chaque année, elle est présente au salon des métiers.

10Pour maintenir sa fréquentation et conserver son budget, la bibliothèque utilise de nombreux moyens de communication : travail en partenariat avec les institutions et les associations locales, publicité dans le métro et à l’université, brochures distribuées avec les journaux gratuits, questionnaires adressés aux familles. Les partenaires sont très nombreux : écoles, universités, universités populaires, l’Office du travail, le Berufsinformationszentrum (BIZ, office d’information sur les métiers), la chambre des métiers, la chambre de commerce et de l’industrie, des organisations qui soutiennent les créateurs d’entreprises…

11Les difficultés présentes en France sont identiques outre-Rhin : la peur de se voir concurrencer dans leur domaine de compétence rend toute collaboration difficile avec les institutions travaillant dans le domaine de l’emploi et de la formation. La bibliothèque propose donc une information et non un conseil dans ces secteurs. Depuis la création du JKB, la fréquentation de la bibliothèque a augmenté et l’image de la bibliothèque a évolué, même si l’utilisation des postes Internet baisse avec l’équipement des ménages. Les collections ont également dû être réduites avec la diminution du budget (5 000 € pour 2009) et la recherche de sponsors se révèle aujourd’hui prioritaire.

Un accompagnement individualisé : les career centers américains

12Les bibliothèques universitaires américaines mènent de manière générale une collaboration plus étroite avec les career centers, équivalent de nos SCUIO. Ainsi, la bibliothèque universitaire de Buffalo (État de New York) a mis en place des séances de recherche d’information dans les ateliers sur la recherche d’emploi du career center afin que les étudiants apprennent à mener une recherche dans un annuaire professionnel, trouver et évaluer des informations sur une entreprise, effectuer une recherche d’emploi… Toujours dans l’Est des États-Unis, prenant acte du fait que l’insertion professionnelle des étudiants était la priorité du College of Business, la Business & Economics Library de l’université de l’Illinois a redéfini son rôle. D’un fournisseur de contenus, elle est devenue un partenaire actif de l’insertion professionnelle des étudiants. Un bibliothécaire spécialiste propose ainsi, en lien avec le career center, une présentation collective des ressources en matière de recherche d’emploi. Dans un second temps, il fournit une aide individuelle à tout étudiant en recherche d’emploi qui en ferait la demande. La mise en place de ce type d’aide individualisée fait du bibliothécaire un consultant concurrent des acteurs privés du consulting et du coaching. On notera que c’est la présence d’un bibliothécaire « expert » dans le domaine de l’emploi à la BU qui a permis de mettre en place une offre crédible.

13La bibliothèque de l’université de Laval (Québec) a inauguré en 2007 un partenariat avec le service de placement de l’université, autour de trois axes :

  • le développement d’un fonds documentaire dédié à la recherche d’emploi ;

  • la diffusion de l’information à travers la mise en place d’un espace « emploi et carrière » au sein de la bibliothèque, dont le pendant numérique est une rubrique « emploi-carrière » hébergée par le site de la bibliothèque ;

  • la formation à la recherche d’emploi, assurée conjointement par un bibliothécaire et une conseillère du service « placement », permet de valoriser les outils de recherche d’emploi (notamment les répertoires d’employeurs) dans la perspective d’une rédaction de CV.

14Un plan de développement des collections spécifique à ce fonds a été élaboré, et un bibliothécaire est particulièrement chargé de coordonner la collaboration avec le service de placement. Ce type de solution a beaucoup amélioré la visibilité de l’offre des deux services dans le domaine de l’insertion professionnelle.

La New York Public Library (NYPL) au cœur de la Cité

15Qui mieux que le Président des États-Unis pour souligner le rôle des bibliothèques américaines en matière d’insertion professionnelle ? Lors d’un entretien au New York Daily News le 9 novembre 2008, Barack Obama révèle que c’est grâce à la New York Public Library qu’il a trouvé son premier emploi !5

16Il faut dire que la gamme de services proposés dans ce domaine se révèle tout à fait impressionnante. Des programmes audio sur la recherche d’emploi pour les plus de 50 ans sont diffusés et, des entretiens pour réfléchir à son plan de carrière sont organisés. Des entraînements pour apprendre « à se vendre » sont également proposés. Enfin, les créateurs de petites entreprises ne sont pas oubliés : la NYPL met à leur disposition de nombreuses bases de données électroniques spécialisées (en France, certaines maisons de l’emploi établissent des partenariats avec des bibliothèques sur la mise en place de points d’information sur la création d’entreprises). On voit là une nette différence avec les bibliothèques françaises : si fonds documentaires et offres de services sur la recherche d’emploi se développent, il n’en est pas de même pour l’activité économique (création d’entreprise, étude de marché, etc.).

  • 6 Joshua Brustein, “It Has Computers, Gives Advice and Is Free, New York Times, March 26, 2009. [En (...)

17Le pragmatisme est de mise au sein des bibliothèques américaines. Consultant les mauvais chiffres de l’économie, A P. Kerwin Pilgrim, responsable de la division de l’éducation et du centre de renseignements sur l’emploi de la Brooklyn Public Library (New York City), décida en 2009 de former quinze membres du personnel à dispenser une assistance individuelle aux demandeurs d’emploi en prévision d’une demande croissante6.

18L’insertion professionnelle est un point d’entrée quasi systématique des sites Web des bibliothèques publiques américaines, contrairement à leurs homologues françaises. Les menus contiennent très souvent un item Job resources, ou careers lien vers des ressources extérieures spécialisées, des programmes d’ateliers et des inscriptions à des entretiens individuels. La recherche d’emploi (ou parfois le domaine « métiers », plus large) est à mettre sur le même plan que les menus « e-books » ou « questions-réponses » des pages d’accueil des portails Web de bibliothèques américaines.

L’impact économique de la bibliothèque sur son territoire

  • 7 The economic value of the free library of Philadelphia, October 21, 2010. [En ligne] < www.freelibr (...)

19Pour finir, il existe un indicateur très révélateur de ce rôle social nettement plus marqué dans les pays anglo-saxons, de cette implication beaucoup plus forte dans la vie quotidienne des usagers : les mesures d’impact économique d’une bibliothèque sur un territoire donné, en particulier une collectivité locale. Ces données sont tout simplement inexistantes en France. Révélateur d’un impact trop minime ? Tabou symptomatique d’un cloisonnement de la sphère culturelle ? Ainsi, une étude menée par The University of Pennsylvania’s Fels Institute of Government, sur la Free Library of Philadelphia7 révèle, en conclusion, que la bibliothèque a généré plus de 30 millions de dollars en terme de valeur économique et que son impact sur le développement des entreprises et le marché de l’emploi est très important. Plus encore, elle a également montré que les maisons situées dans un rayon de 400 mètres d’une bibliothèque étaient d’une valeur moyenne de 9 630 $ (environ 7 500 €) de plus que les maisons plus lointaines, une indication que la présence d’une bibliothèque permet de plus grandes recettes de taxes foncières.

20De la même manière, on aimerait lire des études sur l’impact social des bibliothèques sur un territoire défini. Aujourd’hui, les bibliothécaires le perçoivent au travers des témoignages d’usagers reconnaissants : pour un entretien d’embauche réussi, pour des progrès significatifs en français, ou pour un simple échange, parfois le seul lien social de la journée. La légitimation de la bibliothèque comme acteur local des politiques publiques de l’emploi passe aussi par des études ciblées, probablement plus qualitatives que quantitatives, tant il semble difficile de recueillir des données chiffrées dans ce domaine.

Notes

1http://lj.libraryjournal.com/2012/06/library-services/2012-galelj-library-of-the-year-san-diego-county-library-empowering-the-public/ > (consulté le 10 septembre 2012).

2www.birmingham.gov.uk/cs/Satellite/libraries?packedargs=website %3D4&rendermode=live >.

3 Brian Gambles, « Apprendre pour vivre : transformer les vies à la bibliothèque centrale de Birmingham », Bibliothèques et autoformation, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou, 2006, p. 69.

4www.birmingham.gov.uk.centrallibrary >, (consulté le 17 janvier 2013).

5 Obama Got His First Job Through the NYPL. [En ligne] < www.infotodayblog.com/2009/03/31/obama-got his-first-job-through-the-nypl/ > (consulté le 10 septembre 2012).

6 Joshua Brustein, “It Has Computers, Gives Advice and Is Free, New York Times, March 26, 2009. [En ligne] < www.nytimes.com/2009/03/26/nyregion/26libraries.html?_r=0 > (consulté le 10 septembre 2012).

7 The economic value of the free library of Philadelphia, October 21, 2010. [En ligne] < www.freelibrary.org/about/Fels_Report.pdf > (consulté le 10 septembre 2012).

Auteur

Responsable du pôle « Systèmes d’information – bibliothèque numérique », Bibliothèque municipale de Bordeaux

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search