Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi

 | 
Georges Perrin

Partie I. La bibliothèque, espace d’accueil d’un service pour l’insertion professionnelle et l’emploi

7. L’emploi étudiant dans les bibliothèques

Georges Perrin

Texte intégral

Le travail étudiant : une nécessité économique

  • 1 Observatoire de la vie étudiante, Enquête conditions de vie des étudiants, 2010. [En ligne] < www.o (...)
  • 2 Aux Pays-Bas, la proportion des étudiants exerçant un travail rémunéré en dehors des études avoisin (...)

1Selon l’enquête sur les conditions de vie des étudiants1, que l’Observatoire de la vie étudiante (OVE) conduit tous les trois ans, en 2010, 73,1 % des étudiants exerçaient une activité rémunérée pendant l’été et/ou l’année universitaire. Pour 34,4 % d’entre eux, cette activité s’exerce tout au long de l’année universitaire, parallèlement à leurs études2.

2Ces activités rémunérées sont d’une infinie variété : garde d’enfants, leçons particulières, assistance aux personnes âgées, encadrement, activités d’animation, surveillance, enquêtes, suppléances d’enseignement, emplois de bureau, etc.

322 % des étudiants qui travaillent, soit 10 % du total des étudiants, pratiquent des activités rémunérées intégrées aux études (emplois d’ATER, de professeurs stagiaires, d’internes ou d’externes des hôpitaux).

4Si les étudiants exercent une activité rémunérée, en marge de leurs études, ce n’est pas par simple ou pur plaisir, mais par nécessité économique. La massification de l’enseignement supérieur a entraîné au cours de ces vingt-cinq dernières années l’arrivée d’étudiants de plus en plus nombreux issus des classes moyennes. Pour la plupart d’entre eux, compte tenu de la crise économique, la solidarité familiale n’est plus suffisante pour assumer un budget mensuel minimum qui approche aujourd’hui (logement, nourriture et transport compris) les 1 000 €.

Le travail étudiant en bibliothèque : une particularité

5Parmi les activités rémunérées exercées par les étudiants au sein des universités, certaines ne sont pas intégrées aux études. C’est le cas de l’emploi en bibliothèque, qui constitue un lot d’emplois non négligeable, puisqu’il concerne, pour les seules bibliothèques universitaires, environ 3 500 personnes.

6À titre indicatif, il convient de noter que, d’après les statistiques, les bibliothèques de lecture publique ont recours chaque année à 3 900 contrats de vacataires, même s’il est impossible de faire la part, dans cette masse, des contrats étudiants. On peut ainsi estimer que le nombre des emplois contractuels en bibliothèque, toutes catégories confondues, s’élève à un peu plus de 7 000, qui viennent s’ajouter aux 28 500 emplois occupés par des agents titulaires.

7Quelques particularités concernant ce type d’emploi :

  • ils sont plus nombreux dans les SCD des universités parisiennes qu’en province ;

  • la proportion de ce type d’emplois varie, selon les SCD, de 21 à 15 %, avec une moyenne de 6 à 7 % ;

    • 3 Le SMIC horaire brut a été fixé à 9,43 euros par heure à compter du 1er janvier 2013 (SMIC mensuel (...)

    toutes catégories de bibliothèques confondues, on observe une grande variété du taux de rémunération allant parfois du simple (taux du salaire minimum interprofessionnel de croissance, SMIC)3 au double ;

  • la moyenne du temps de travail de ces vacataires étudiants, toutes catégories confondues, s’élève à 10 heures par semaine ;

  • la plupart des étudiants sont recrutés au niveau L3, M1 et M2. Ceci permet de disposer d’étudiants déjà aguerris au sein de l’institution universitaire, et suffisamment avancés dans leurs études pour diminuer le risque d’échec ;

  • les tâches qui leur sont généralement confiées sont le rangement des documents, l’accueil et les premiers renseignements aux lecteurs, ainsi que l’assistance à la recherche documentaire ;

  • près de 70 % des services les emploient sur des plages horaires particulières : midi, soirée ou samedis. Ils secondent alors les titulaires moins nombreux sur ces horaires.

Les divers statuts des emplois étudiants

Le monitoratest réservé aux étudiants âgés de moins de 27 ans. La durée maximale du travail est de 600 heures par an (50 h/mois). Ce type d’emploi est assujetti aux charges sociales.

Le tutoratest destiné à l’assistance à la recherche documentaire. Il s’agit d’étudiants recrutés parmi ceux des 2e et 3e cycles, des écoles d’ingénieurs et des IUFM. Ils sont encadrés par les enseignants et formés par les bibliothécaires. Cette activité est prise en compte dans le cursus universitaire et validée comme un stage. La rémunération consiste en une bourse pour 60 heures de travail par mois. Cette rémunération n’est pas soumise aux charges sociales et n’ouvre pas droit à l’allocation de chômage.

L’emploi d’agent vacataire concerne les étudiants âgés de moins de 28 ans, rémunérés pour un travail de 4 à 20 heures par semaine. Cet emploi est assujetti aux charges sociales.

Les stages, rémunérés ou non, sont assez marginaux mais il convient de les citer pour mémoire.

Dans les bibliothèques municipales, les statuts d’emploi occupés par les étudiants sont extrêmement divers. Ils se rapprochent, pour la plupart, de celui de l’agent vacataire cité plus haut.

Un intérêt partagé

8Le travail des étudiants au sein des équipes de bibliothèque présente de nombreux avantages pour chacune des parties contractantes.

9Pour les étudiants :

  • ce travail constitue un apport financier vital ;

  • la souplesse des horaires permet une bonne articulation entre le temps de travail et le temps d’étude. De même, pour ceux qui occupent un emploi dans un SCD, la proximité du lieu de travail et du lieu d’étude évite des déplacements fastidieux et des pertes de temps ;

  • ce travail procure un excellent niveau de familiarité avec les ressources documentaires, ce qui crée un atout supplémentaire non négligeable pour la réussite dans les études ;

  • cette activité au sein d’une équipe permet d’acquérir le sens de l’organisation et du travail en équipe, l’exercice de la patience, le développement des capacités pédagogiques et celui du service public, qui sont autant d’atouts pour un futur emploi ;

  • enfin, cet emploi temporaire permet à l’étudiant d’enrichir de façon très profitable son CV.

10Pour la bibliothèque :

  • moniteurs et tuteurs sont des intermédiaires efficaces avec les jeunes et les étudiants : ils sont bien au fait des programmes universitaires, et très à l’aise pour faire passer les messages réglementaires auprès des jeunes usagers ;

  • ils sont employables sur des plages horaires spécifiques, ou pour des tâches ponctuelles (rangement, refoulement, déménagement des collections). Cette possibilité est très appréciable lorsqu’il s’agit d’élargir les horaires d’accueil du public, notamment en soirée ou en période de révision d’examens ;

  • enfin, ces étudiants constituent un vivier intéressant et prometteur pour la filière des bibliothèques.

11Dans l’immense majorité des cas, la répartition des tâches et des niveaux d’intervention entre les titulaires et les moniteurs se fait très correctement. Le travail s’effectue sans heurt, et cette complémentarité améliore la qualité du service.

Une perspective d’élargissement de cette problématique : la gestion du temps utile

12D’intéressantes expériences sont conduites par un réseau de villes européennes (depuis l’initiative prise par la ville de Gênes au début des années 1990) pour faire coïncider au maximum les heures d’ouverture des services publics avec celles de la disponibilité des usagers.

13À Paris, mais également à Rennes et dans d’autres villes de France, un Bureau des temps travaille avec de nombreux services à cette coïncidence. Parmi ces services, le cas des bibliothèques est emblématique.

14En 2007, la ville de Paris a réalisé une étude sur l’emploi étudiant dans les universités Paris 4, Paris 6 et Paris 7. Il ressort de ce travail les éléments suivants :

  • 51 % des étudiants inscrits dans ces universités travaillent occasionnellement ou régulièrement pour financer leurs études ;

  • parmi ceux-ci, 48 % travaillent dans le domaine des services à la personne (baby-sitting, cours particuliers, accompagnement des personnes âgées, etc.), 11 % sont employés dans le commerce, 8 % dans la restauration, 5 % dans l’enseignement, 2 % pour des organismes d’enquête. 1 % seulement dans les bibliothèques.

15On constate que, pour les bibliothèques, la marge d’emplois potentiels est large. La Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP) – Mission de l’information scientifique et technique et du réseau documentaire (MISTRD) et la région Île-de-France l’ont compris, qui, depuis 2006, aident au financement de nombreux postes d’étudiants vacataires dans les universités qui ont mis en œuvre un élargissement des horaires d’ouverture de leurs bibliothèques.

Encadré. Des emplois étudiants dans les médiathèques de Toulouse par Charlotte Henard

Qui ?

Des étudiants (majeurs).

Comment ?

Le recrutement se fait annuellement, une première sélection est effectuée sur CV et lettre de motivation, suivie d'un entretien. Les qualités recherchées sont le sens du contact et du service public, la motivation et la disponibilité.

Quand ?

Les week-ends. 46 étudiants sont recrutés pour 26 h/mois, pendant deux ans maximum.

Combien ?

SMIC horaire + primes

Pour quoi faire ?

Les activités principales des étudiants sont :

• le retour et le rangement des documents ;
• le renseignement du public avec une présence en front office en continu.

La polyvalence est requise avec une alternance des postes (retour, pôles documentaires) par plages de 2 h.

Bénéfices ?

Pour les étudiants : une rémunération, la découverte d’un métier. Les étudiants deviennent plus efficaces et compétents avec l'expérience, aussi la médiathèque investit fortement sur la formation et le maniement des outils, ainsi que leur intégration dans les équipes.

Pour les bibliothécaires et la structure : une ouverture le week-end avec une rotation d’un week-end sur 4 pour le personnel titulaire, le dynamisme d’un personnel « hors routine » et l’œil neuf de « non spécialistes » sur les services offerts au public, une relation différente dans le dialogue avec les publics.

Notes

1 Observatoire de la vie étudiante, Enquête conditions de vie des étudiants, 2010. [En ligne] < www.ove-national.education.fr > (consulté le 10 octobre 2012).

2 Aux Pays-Bas, la proportion des étudiants exerçant un travail rémunéré en dehors des études avoisine les 90 % : il s’agit là d’une politique d’encouragement très soutenue par la puissance publique, dans la mesure où elle favorise efficacement l’insertion professionnelle.

3 Le SMIC horaire brut a été fixé à 9,43 euros par heure à compter du 1er janvier 2013 (SMIC mensuel brut [base 35 heures] : 1 430,22 €, SMIC mensuel net [indicatif] 1 121,93 €).

© Presses de l’enssib, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540