Version classiqueVersion mobile

Favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi

 | 
Georges Perrin

Partie I. La bibliothèque, espace d’accueil d’un service pour l’insertion professionnelle et l’emploi

5. La Maison de l’emploi de Bordeaux et sa Plateforme de l’initiative

Abdessamad Baazizi

Texte intégral

Origine et missions

1En l’espace de 10 ans, Bordeaux a profondément changé. À côté des réalisations urbaines, c’est la population et l’économie qui évoluent profondément. La ville de Bordeaux intervient donc activement dans le développement de l’emploi et de l’économie. Au fil des années, elle s’est dotée d’un service de développement économique, d’une mission locale et d’un plan local pour l’insertion et l’emploi (PLIE).

  • 1 La Maison de l’emploi de Bordeaux a été lancée officiellement lors de l’Assemblée générale du 8 déc (...)

2En 2006, saisissant l’opportunité offerte par la loi de cohésion sociale, la ville se dote d’une Maison de l’emploi1, appuyée par l’Assedic Aquitaine, l’ANPE et les milieux économiques locaux. Elle obtient également le soutien technique et financier de l’État.

3À Bordeaux, la Maison de l’emploi a la mission de mettre en place des synergies entre les différents acteurs de l’emploi pour apporter un service à valeur ajoutée aux entreprises et aux chercheurs d’emploi.

4Ses axes de travail sont principalement :

  • l’observation du territoire et l’anticipation des mutations économiques : comment repérer les évolutions et accompagner les entreprises dans leur politique de ressources humaines ;

  • l’accès et le retour à l’emploi : comment faire connaître les besoins en ressources humaines et en compétences et permettre à ceux qui cherchent un emploi de s’y présenter dans les meilleures conditions ;

  • le développement de l’emploi et de la création d’entreprises : comment travailler autrement et faire en sorte que Bordeaux soit identifiée comme une ville créatrice de richesses.

La Plateforme de l’initiative et le pôle parrainage

5La Plateforme de l’initiative propose un service d’accompagnement complet tout au long du parcours du porteur de projet*.

6En mettant en place cette Plateforme, la Maison de l’emploi, en partenariat avec les nombreux acteurs concernés, avait pour objectif de créer une nouvelle dynamique autour de la création d’entreprises sur le territoire.

Le Pôle parrainage pour les créateurs d’entreprises

7La Maison de l’emploi organise des réunions d’accueil programmées par la Ville pour les nouveaux créateurs d'entreprises bordelais.

8Elle met en place un parrainage par des chefs d’entreprises ou des personnes expérimentées pour accompagner et soutenir les porteurs de projets dans leur début d’activité (après immatriculation).

9Elle gère la Pépinière éco-créative des Chartrons, mise en place et financée par la ville de Bordeaux. Cette pépinière permet de regrouper en un seul lieu tous les services dont ont besoin les jeunes créateurs d’entreprises.

10Elle gère également le « Prix annuel de l’entrepreneur de Bordeaux », doté globalement de 9 000 € (répartis en 3 catégories).

Création d’entreprise, chômage et quartiers sensibles

11La ville de Bordeaux, qui préside la Plateforme de l’initiative, a souhaité soutenir la création d’activités comme l’une des solutions possibles au problème du chômage, notamment dans les quartiers politiques de la ville. Aujourd’hui, avec les simplifications apportées pour créer son entreprise (grâce au régime de l’auto-entrepreneur par exemple), la voie de l’entrepreneuriat ou de l’auto-entrepreneuriat est une voie devenue possible pour le plus grand nombre pour créer son propre emploi et « vendre » son savoir-faire, ses services ou ses produits. En plus d’offrir un accueil à tous les créateurs d’entreprises, quel que soit leur statut ou leur état d’avancement (porteur d’idée, envie d’entreprendre, porteur de projet, etc.), la Plateforme accorde une importance particulière aux territoires dits sensibles ou prioritaires bénéficiaires de contrats urbains de cohésion sociale (CUCS) mis en place par le ministère du Travail, afin d’aider au développement de l’emploi dans ces quartiers où le chômage est malheureusement souvent plus important que dans le reste du territoire.

Les constats de départ

12Ces dernières années, sur Bordeaux et son agglomération, on remarque un fort développement de la création d’entreprises soutenu, notamment, par la mise en place du régime auto-entrepreneur, une réelle difficulté pour les porteurs de projets à accéder à l’information et à l’offre de services du type « aide à la création d’entreprises », ainsi qu’une forte envie d’entreprendre de la part du public présent dans les quartiers prioritaires.

13Aussi, le parcours du porteur d’idée ou de projet proposé par la Plateforme de l’initiative se déroule comme suit :

Le parcours du porteur de projet

Le parcours du porteur de projet

14Les objectifs qui ont présidé à la mise en œuvre de la Plateforme de l’initiative sont les suivants :

  • développer la création d’entreprises à Bordeaux : rendre accessible et lisible l’offre de service « appui à la création d’entreprise » des différents acteurs du réseau ;

  • valoriser les modalités et les outils d’accompagnement réunis autour de la Plateforme de l’initiative (ateliers boîte à outils du créateur, matinées de la création, etc.) ;

  • détecter et aider à l’émergence d’initiatives entrepreneuriales dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville ;

  • coordonner le réseau des acteurs de la création d’entreprises de Bordeaux.

Les partenaires de la Plateforme de l’initiative

15La Plateforme de l’initiative fédère un très grand nombre de partenaires qui interviennent selon leur spécificité propre. Il s’agit de structures très diverses de par leurs statuts et leurs missions : institutions chargées de l’emploi, chambres consulaires, fédérations d’entrepreneurs, sociétés d’audit, banques, associations diverses, etc.

16Ces partenariats couvrent les 5 grands domaines suivants : accompagnement global et conseils techniques sur le projet, financement des projets, accompagnement et conseil par des chefs d’entreprise et des consultants (parrainage), solutions d’hébergement ou de portage juridique, partenaires institutionnels et financiers.

Les services offerts par la Plateforme de l’initiative

  • 2 Ces fiches présentent les créations effectives d’entreprises en activité sur toute la France avec l (...)

17Outre la présence sur le terrain et l’accueil de proximité, la Plateforme donne accès à l’ensemble des services de la Maison de l’emploi. Elle donne accès aux ateliers d’émergence d’idées avec les outils « Balise » et « Photolangage » (valorisation et connaissance de soi). Elle met à disposition 700 fiches d’initiatives2. Elle offre une « boîte à outils du créateur », et propose une formation au projet de la création d’entreprise (méthodologie, étude de marché, financement, etc.).

18En outre, par le biais des « matinées de la création », elle permet la rencontre directe de porteurs de projets et des acteurs de l’accompagnement à la création d’entreprise. Ceci offre la possibilité d’un accompagnement individuel d’un des acteurs de la Plateforme de l’initiative.

Le partenariat avec la bibliothèque municipale de Bordeaux

19Pourquoi le choix d’un partenariat avec les bibliothèques de Bordeaux pour l’accueil des porteurs de projet ?

  • 3 Le label « Cités-lab » est attribué à des chefs de projet qui interviennent dans les ZUS pour aider (...)

20Ce choix a tout d’abord été motivé par la recherche d’une structure qui puisse accueillir nos chargés de mission et les agents d’amorçage de projets « Cités-Lab »3, et qui possède un maillage et un emplacement au cœur des quartiers sensibles de la ville visés par nos services. De plus, il nous fallait un endroit où l’on puisse promouvoir la création d’activités auprès de publics jeunes.

21Enfin, on trouvait dans les bibliothèques un environnement propice à l’étude et à la réflexion autour d’un projet. En partenariat avec le service documentation de la bibliothèque de Bordeaux, nous avons mis en place un « centre de ressources » de documents et de livres traitant de l’entrepreneuriat et de l’aide au montage de projet de création d’entreprise.

22Nous y avons installé des points accueil et un accès à l’outil « Balise »4 qui permet, via un outil Web de type base de données complète, de s’inspirer de démarches de créateurs réels sur toute la France et, ainsi de travailler à partir de son idée (émergence d’idée).

23La « pédagogie de l’exemple » employée par « Balise » a pour vocation, à partir du formidable terreau d’expériences que constituent les centaines d’initiatives présentées dans la base de données, de faire « émerger » de nouvelles capacités entrepreneuriales et, en définitive, des emplois.

24En termes de chiffres, sur les 200 porteurs de projets reçus par la Plateforme chaque année, près de 20 % sont identifiés et reçus dans les bibliothèques.

25Nous pensons qu’il serait possible d’aller plus loin en y incluant la dimension recherche d’emploi avec une mise à disposition de personnes en charge de l’accompagnement vers l’emploi pour accueillir les demandeurs d’emploi dans les bibliothèques. Un centre de ressources concernant les techniques de recherche d’emploi (TRE) existe déjà dans certaines bibliothèques.

Perspectives

26Depuis quelques années se multiplient les programmes de sensibilisation à l’entrepreneuriat ou à la création d’entreprises dans les établissements d’enseignement supérieur (écoles et universités), mais aussi dans les établissements d’enseignement secondaire. Il est même reconnu qu’une large majorité des formations recensées aujourd’hui n’existaient pas il y a dix ans. Suivre de telles formations peut inciter des étudiants à penser à des projets de créations d’entreprises qui se concrétiseront à plus ou moins long terme. Toutefois, tous les jeunes formés n’iront pas vers la création d’entreprises. Certains, qui ont suivi une sensibilisation durant leur scolarité, déclarent ne pas envisager de créer une entreprise, voire même ne pas du tout en avoir envie. Selon les statistiques officielles, cette position est celle de 37 % de ceux qui ont suivi un module ou un cours portant sur la création d’entreprise ou encore de 28 % de ceux qui déclarent avoir suivi une formation aboutissant à un diplôme en création d’entreprises. Un manque d’intérêt pour la profession après la sensibilisation ou une formation suivie avec d’autres objectifs permettent sans doute d’expliquer ce constat.

27Cependant, les chiffres le montrent : s’engager dans la démarche de création d’une entreprise, même si celle-ci n’aboutit pas, contribue à une meilleure insertion professionnelle. En effet, le porteur de projet fait l’acquisition de compétences et de savoir-faire (montage de projet, étude de marché, démarche vers les autres, sensibilisation à savoir présenter et vendre un service ou un produit, importance d’exploiter le réseau, etc.) qui les rendent meilleurs dans la démarche pour la recherche d’un emploi.

  • 5 Source : Agence pour la création d’entreprise (APCE).

28Notre pays a connu un formidable boom de la création d’entreprises favorisé, notamment, par le régime de l’auto-entrepreneur qui démocratise et facilite ce type de projet, mais permet également de cumuler un statut (salarié, RSA, demandeur d’emploi, retraité, fonctionnaire, etc.) et une activité indépendante. Dans la région Aquitaine, par exemple, le nombre de créateurs d’entreprises a connu une croissance de 80 % entre 2008 et 2010, dont plus de la moitié étaient des auto-entrepreneurs5.

29Le partenariat mis en place à partir de 2010 entre la Maison de l’emploi de Bordeaux et la bibliothèque de Bordeaux, après divers ajustements, est concluant. Il a été décidé de le poursuivre pour l’année 2012-2013 en reconduisant 3 de nos permanences (sur un total de 10) dans la bibliothèque centrale et les bibliothèques de quartier. Nous pourrions aller plus loin dans la mise en place d’un véritable espace global (supports divers, accueil, permanences, etc.) dans les bibliothèques afin de sensibiliser les différents publics qui les fréquentent, notamment les jeunes (lycéens, étudiants, salariés, etc.), à la création d’activité économique comme l'une des voies possibles pour l’insertion professionnelle.

30Plus que jamais, les perspectives d’accroissement du chômage doivent nous pousser à innover et inventer de nouveaux modes de communication pour aller vers la personne en demande et favoriser la transversalité des structures et dispositifs afin de rendre le meilleur service dans l’intérêt du demandeur (emploi ou création d’activité économique). De ce point de vue, la coopération avec les bibliothèques constitue une véritable chance : leur savoir-faire en matière d’information et de documentation ainsi que leur capacité d’accueil du public dans toute sa variété, constituent d’indéniables atouts pour l’insertion professionnelle et l’emploi.

Notes

1 La Maison de l’emploi de Bordeaux a été lancée officiellement lors de l’Assemblée générale du 8 décembre 2006 par Alain Juppé, maire de Bordeaux et Hugues Martin qui était à l’initiative du projet.

2 Ces fiches présentent les créations effectives d’entreprises en activité sur toute la France avec le contact des créateurs.

3 Le label « Cités-lab » est attribué à des chefs de projet qui interviennent dans les ZUS pour aider à la création d’entreprises au niveau local. Ce système, qui met en jeu les collectivités territoriales, les associations et organismes de parrainage des entreprises*, est soutenu financièrement par la Caisses des dépôts et consignations.

4 Cf. < http://www.reseau-balise.org > (consulté le 18 janvier 2013).

5 Source : Agence pour la création d’entreprise (APCE).

Table des illustrations

Titre Le parcours du porteur de projet
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1894/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Auteur

Chef de projet en charge du pôle « création d’entreprise », Maison de l’emploi de Bordeaux

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search